Version classiqueVersion mobile

Justice et politique : de la guerre de Cent Ans aux fusillés de 1914

 | 
Jean Bastier

"Le prince tyrant ne peult longuement durer"

Deux conseillers du roi face à la crise de 1356-1358

Jacques Krynen

Texte intégral

  • 1 R. CAZELLES, Société politique, noblesse et couronne sous Jean le Bon et Charles V, Genève-Paris, 1 (...)

1Le 19 septembre 1356, le désastre de Poitiers crée au royaume de France une sorte de vide politique. Le roi Jean II, prisonnier, perd la direction effective des affaires publiques. Le dauphin prend le titre de "lieutenant du roi", mais ne se sent pas de taille à en assurer la charge. Le Conseil a été décimé sur le champ de bataille ou par la captivité de ses membres. Il ne reste plus rien du haut commandement militaire. Dans un tel contexte, rien de ce qui touche à la défense et au relèvement du royaume ne peut se faire sans l’intervention des Etats généraux1.

  • 2 R. CAZELLES, "Une exigence de l’opinion depuis saint Louis : la réformation du royaume", dans Ann.- (...)
  • 3 B. GUENEE, L’Occident au XVIe et XVE siècles. Les Etats, Paris, 1993, (5e éd.), p. 244-261.

2Depuis un demi-siècle, les Etats généraux avaient été plusieurs fois réunis. Porte-parole des forces sociales du royaume, ils avaient la plupart du temps lié le consentement à l’impôt à la promesse d’une reformatio regni, entendons par là la correction des abus provoqués par l’administration royale, et le retour aux pratiques gouvernementales et administratives du règne de saint Louis, considéré comme un âge d’équilibre et de libertés2. Provoqué par les nouvelles exigences militaires et fiscales de la monarchie, un véritable dialogue s’était ainsi établi entre le prince et le pays3. Mais ce dialogue, déjà souvent difficile, avait été régulièrement déçu. Face à une royauté qui ne peut faire autrement que de réclamer l’assentiment de ses sujets pour faire la guerre et lever des impôts, face aussi à une bureaucratie mise à mal par les attaques des députés, les partisans des réformes ont rarement pu obtenir le soutien sincère de l’une, et la bonne volonté de l’autre. Les promesses trahies, les engagements non tenus, le retour en force des officiers un moment évincés furent le lot habituel des lendemains d’entente. Après Poitiers, s’il était donc naturel que les Etats soient à nouveau réunis, l’on pouvait également s’attendre à un durcissement de l’attitude des députés.

3Les conditions émises par les Etats d’octobre 1356 apparaissent en effet très sévères : destitution des principaux officiers royaux, mise en place au côté du dauphin d’un conseil de gouvernement composé de vingt-huit membres choisis par les députés. Incontestablement, il existe désormais un "parti des Etats". Il recrute à Paris et ailleurs, rassemble hommes d’église, seigneurs et bourgeois. Ces hommes ont en commun la haine des conseillers et des principaux officiers, et le désir surtout de ne plus rien laisser échapper de ce qui concerne l’administration du royaume, tout comme la guerre, le domaine et l’impôt.

  • 4 R. CAZELLES, Société politique…, p. 229-337. F. AUTRAND, Charles V, Paris, 1994, p. 221-356.

4Ces Etats d’octobre 1356 manifestent ainsi l’irruption sur la scène politique d’une force nouvelle porteuse de considérables enjeux. La captivité du roi et le traumatisme provoqué par la défaite militaire n’ont pas seulement accru chez les représentants des trois ordres le désir de réforme du royaume. Ils entendent bien désormais imposer la participation organique et régulière des Etats généraux, et occuper eux-mêmes une place dans l’Etat monarchique. De 1356 à 1358, les assemblées de la langue d’oïl vont se réunir sept fois. En février 1357, les députés parviennent à imposer une ordonnance (publiée le 3 mars) en contrepartie de l’impôt levé par eux pour la poursuite de la guerre. Ce texte célèbre prescrit l’épuration de toute l’administration royale, la liberté pour les Etats de se réunir eux-mêmes, sans convocation du roi. Il est exact, comme le soulignait déjà Michelet, que l’ordonnance du 3 mars 1357 "changeait d’un coup le gouvernement (…), mettait l’administration dans les mains des Etats". On sait ce qu’il advint. D’avril 1357 à août 1358 l’œuvre réformatrice allait peu à peu être compromise par la politique de paix poursuivie à Londres par le roi prisonnier. Il en résulta une première désunion dans les rangs des députés, puis la radicalisation du mouvement sous l’égide d’Etienne Marcel allié au roi de Navarre. De plus en plus isolé, le prévôt des marchands emprunte des voies révolutionnaires. Le meurtre des maréchaux, puis la Jacquerie, qui fut une opération combinée et téléguidée de Paris, provoquent une rupture définitive entre la noblesse et les représentants de la bourgeoisie urbaine. La capitale est mise en état de défense. Enfin, le 31 juillet 1358, alors que le régent s’apprête à se réfugier dans sa principauté du Dauphiné, Etienne Marcel est poignardé par ses propres partisans. Le 2 août, le futur Charles V entre sans tapage dans la capitale après avoir négocié un pardon. Ainsi finit la "révolution parisienne"4.

I – L’interprétation du mouvement

  • 5 Paris, 1902, p. 143.

5Le ralliement plein de sagesse des Parisiens au régent et la restauration facile de l’autorité royale ont frappé les historiens. "Du grand mouvement commencé en 1355, il semblait qu’il ne restât rien", écrit Alfred Coville dans sa contribution à l’Histoire de France dirigée par Ernest Lavisse5. Comme si la réforme avait été engloutie dans la révolution. Et de dégager tout un faisceau de causes explicatif de l’échec final de la grande poussée réformatrice. Son appréciation, très mesurée, allait être plus tard cent fois reprise. Résumons-la. Il y avait probablement à Paris un parti royaliste organisé, en relation avec le futur Charles V. Le peuple n’a jamais cessé d’aimer le roi prisonnier. Si la guerre a mal tourné, si l’argent fut mal employé, c’est la faute aux mauvais conseillers. C’est leur remplacement qui importe aux yeux de l’opinion. Et puis, il y a deux Frances. Celle du Nord et celle du Midi. En langue d’oïl, les particularismes provinciaux sont encore intenses. Les villes se méfient de l’hégémonie parisienne et préfèrent traiter localement avec l’autorité royale. Enfin, la désertion de la noblesse après le meurtre des maréchaux révèle la fragilité de l’union avec la bourgeoisie.

  • 6 E. FARAL, "Robert le Coq et les Etats généraux d’octobre 1356", dans R.H.D.F.E., 1945, t. 23, p. 17 (...)

6Les Ordres ne furent jamais liés par une véritable communauté de sentiments et d’intérêts. Certes, le programme des Etats était sage et Etienne Marcel n’a pas toujours manqué de clairvoyance. Mais il a surestimé la capacité du royaume, géographiquement trop vaste, et socialement trop divisé, à réaliser un idéal politique fondé sur la consultation et le consentement d’assemblées représentatives. En somme, l’issue de la crise était fatale. "Pour donner à la France une constitution politique, il aurait fallu des hommes capables de la concevoir, une opinion capable de l’exiger et de la maintenir. Ni l’une ni l’autre de ces conditions ne se rencontra au XIVe siècle : la seconde surtout fit défaut". Dans la voie ouverte par Coville, les historiens ont longtemps été d’accord pour dénier toute importance et toute intelligence politiques à cette crise des années 1356-1358. D’aucuns se sont même acharnés à la réduire à une rivalité entre factions et à l’opportunisme de quelques ambitieux6. Que faut-il en penser aujourd’hui ?

  • 7 Sur tout ceci, R. CAZELLES, Société politique…, p. 302-303. Du même, Etienne Marcel, Paris, 1984, p (...)

7Réduire l’œuvre de réforme politique et institutionnelle à l’action de quelques individus aux vues courtes est absurde. D’autre part, présenter le mouvement comme inéluctablement voué à l’échec, ainsi que l’a fait Coville, par l’absence d’esprits capables de formuler des idées politiques et de les faire triompher, rend incompréhensible l’amplitude de la crise, et conduit à évacuer l’hypothèse même qu’elle pût être suivie de durables effets. Au vrai, des hommes étaient bien placés pour proclamer leurs convictions et apporter leur appui à la marche des événements : ce sont les intellectuels du temps. Les députés aux Etats n’auraient pas osé imposer leurs vues au souverain s’ils n’avaient pas alors bénéficié d’un soutien doctrinal. Il revient à R. Cazelles d’avoir montré combien ce programme qui consistait à mettre la main sur le conseil du roi, à contrôler le gouvernement et l’administration, a recueilli l’adhésion des intellectuels, pas seulement le soutien de la bourgeoisie parisienne et de quelques bonnes villes. Les opinions contestataires et réformatrices qui aboutissent à la grande ordonnance de mars 1357 n’auraient pu triompher, même provisoirement, si elles n’avaient coïncidé avec quelques principes de théorie politique susceptibles de leur conférer une consistance et une légitimité assez fortes. Les hommes capables de concevoir une "constitution politique" ont été plus en nombre qu’on l’a cru. Les députés sont souvent des gradués de l’Université, juristes ou théologiens. Même la bourgeoisie députe des universitaires. Qu’ils aient pesé de tout leur poids et imposé leur marque aux débats est une chose certaine. En outre, le XIVe siècle n’est-il pas une époque de grand enrichissement de la pensée politique ? Les idées nouvelles ne circulent-elles pas au sein de l’Université ? Après la renaissance du droit, les traductions et les commentaires des œuvres d’Aristote permettent d’envisager la politique comme une science rationnelle, susceptible d’être adaptée aux nécessités du temps. En raison d’une insuffisance des sources documentaires, il est difficile d’apprécier l’impact exact des théories politiques en vogue sur les délibérations et les décisions des Etats. Mais à travers l’une ou l’autre requête présentée par les députés en octobre 1356, le vocabulaire employé laisse deviner l’imprégnation des conceptions contemporaines de la représentation et du consentement des administrés. Le Journal de 1356 insiste sur la "science", la "sagesse" et "l’autorité" des représentants, sur la variété de leur origine géographique aussi, ce qui leur vaut, mieux que quelques créatures du gouvernement, de conseiller "sainement" le dauphin. Assurément, c’est le principe de la sanior et major pars qui transpire ici. Issu du droit romano-canonique, il légitime la prise de décision. Ailleurs, les requêtes insistent sur l’unanimité instaurée entre les Ordres, ("sans nul excepter…"), ou entre les "saiges hommes" qui "tous ont esté d’un accord". On remarque aussi ce type d’expression : "car elle (la levée de l’impôt) se ferait de volunté de peuple et consentement commun". Rien de démocratique ici, au sens actuel du terme, mais plutôt la traduction du principe fondamental, connu de longue date pour justifier la tenue de toutes sortes d’assemblées ecclésiastiques ou laïques, selon lequel "quod omnes tangit ab omnibus tractari et approbari debet"7.

8La tentative d’instaurer le contrôle de la communauté politique sur le gouvernement a nécessairement amené les députés issus de l’Université à brandir une argumentation d’ordre théorique qu’ils n’avaient pas de mal à extraire de leur bagage juridique ou aristotélicien. Pour n’avoir pas triomphé, les idées de consentement, de représentation et de droits de la communauté n’en sont pas moins à ce moment présentes dans les esprits. Dans le cadre de cette contribution, nous voudrions simplement évoquer quelques témoignages attestant l’intensité avec laquelle les enjeux de cette crise de 1356-1358 ont été perçus. D’aucuns, en effet, y ont vu un combat entre la liberté politique et la tyrannie, la première étant incarnée par les Etats, la seconde par une royauté qui prétend gouverner sans désirer vraiment que leurs propositions soient mises en œuvre. Face à une royauté valoise obligée de recourir aux Etats, mais qui n’entend pas les voir contrôler les affaires publiques, il est des sujets, et non les moindres, pour élever la voix et proclamer la liberté des Français. Ne voit-on pas le théologien Nicole Oresme, alors le représentant le plus estimé de l’Université de Paris, lancer à la face du pouvoir cet avertissement en forme de menace : "le prince tyrant ne peult longuement durer" ?

9On a souvent déploré que les Français du Moyen Age ne soient pas parvenus à mettre au jour une forme de pactisme, ou de parlementarisme. Ce faisant, on ne s’est pas vraiment intéressé aux théoriciens, même de grande valeur, qui au royaume capétien ont appelé de leurs vœux un type de régime politique qui garantisse les droits de la communauté. Oresme est de ceux-là, et, nous le verrons, Philippe de Mézières aussi. L’un et l’autre ont été des conseillers très proches de la royauté. Ces deux grands penseurs ont en commun d’avoir été fortement marqués par les tentatives réformatrices des années 1356-1358. La valeur de leur plaidoyer pour la liberté politique vient de ce qu’il a été forgé à la lumière d’une expérience contestataire nationale. De la sorte, Oresme et Mézières nous permettent de mieux appréhender un trait de mentalité politique française originelle.

II – Nicole Oresme : la monnaie et le tyran

  • 8 M. L. WOLOWSKI éd., Paris 1849. Sur les conceptions monétaires d’Oresme, E. BRIDREY, La théorie de (...)
  • 9 Ed. cit., p. 74 et 80.
  • 10 J. KRYNEN, L’empire du roi. Idées et croyances politiques en France (XIIIe-XVe siècle), Paris, 1993 (...)
  • 11 Ed cit., p. 71-85.

10Nicole Oresme est l’auteur d’un Traité des monnaies 8qui, dans sa première rédaction, peut être daté de la fin de l’année 1355. Le ton général de l’œuvre est d’une grande virulence. C’est un réquisitoire brutal contre les habitudes financières d’un pouvoir en proie à l’influence néfaste de mauvais conseillers. L’auteur s’élève contre les divers procédés de mutation des monnaies, et stigmatise les maux qui en résultent. De cette manière, il se fait l’interprète des incessantes plaintes et de l’indignation régulièrement manifestées par l’opinion et les assemblées représentatives depuis le règne de Philippe IV. Considérant la monnaie comme une ressource personnelle, ce roi et ses successeurs ne s’étaient pas privés d’en affaiblir la teneur ou d’en dévaluer le cours. Complétée par de soudaines revalorisations, cette politique économiquement et socialement dévastatrice n’avait toujours pas cessée sous Jean le Bon. Pour Oresme, elle choque d’autant plus que l’on attend d’un roi qu’il aime "le bien et la liberté publique de ses subjects". Cette politique insidieuse, véritable impôt détourné, grève injustement le peuple. Tel n’est-il pas également le sentiment des députés aux Etats de 1355, qui obtiennent en décembre la fabrication d’un bonne monnaie ? Il ne fait pas de doute qu’Oresme, dans ce célèbre traité d’économie politique, qui est aussi un manifeste de philosophie politique, se fasse tout à fait consciemment et volontairement l’interprète de l’exaspération des sujets. Le roi, écrit-il, n’est pas "propriétaire et seigneur de la monnaie courant en sa principauté et seigneurie". De droit naturel, "la monnaie appartient à la communauté et aux personnes singulières". En s’attribuant la liberté de muer la monnaie, le roi ne se contente pas d’user de ce qui ne lui appartient pas. Il agit tel un faussaire ou un usurier. Au-delà du sentiment populaire, le Traité des monnaies exprime tout aussi ardemment l’affrontement contemporain entre deux conceptions du pouvoir. L’une, impériale, absolue, est encouragée auprès du monarque par les "adulateurs et flatteurs"9 toujours disposés à mettre en avant la "majesté royale". L’autre, modérée, très proche du modèle aristotélicien, ne saurait considérer bonne et légitime une monarchie non respectueuse des droits de la communauté. Quelques années plus tard, Oresme développera longuement cette seconde conception, et pourfendra la première pour l’édification du roi10. Mais déjà, admirateur d’Aristote, il ne peut s’incliner devant une autorité royale française dont la conduite revient à nier l’existence même de la "communauté de cytoiens, laquelle naturellement est franche et tend à liberté". Point de rhétorique populiste chez Oresme toujours soucieux de concret. Muer la monnaie attente gravement à cette naturelle franchise et liberté. Remaniant son texte vers la fin de 1357 ou dans les premiers jours de 1358, voici ce qu’il affirme : "Nulle mutacion de monnoie (…) n’est à estre faicte de la seulle auctorité du prince et souvrainment". "Ceste chose appartient à la seulle communauté d’en discerner et déterminer, si elle se peult et doit faire, et quant, et comment, et jusques à quant…" ; "… et c’elle commectoit ceste chose au Prince faire, par raisonnable mutacion (…), le Prince ne ferait pas ceste chose comme principal acteur, mais comme exécuteur de l’ordonnance publique". On pourrait multiplier les citations. Mais poursuivons plutôt. Le roi qui ne se résout pas à conserver stable la monnaie, ou qui procède de sa propre volonté à une mutation, ce roi est un tyran. Il peut exister des tyrans, en Orient notamment, où les populations ont l’habitude des monarchies despotiques. Mais dans les régions "tempérées", (Oresme tire de nouveau à lui Aristote), "le prince tyrant ne peult longuement durer". Là, en effet, vivent des hommes "de conversation et de meurs francs et libres et non serfs, et qui, par longue coustume ne sont endurez ne accoustumez d’estre gouvernez par tyrannie ; (…) la servitude leur serait inexpédiant, involuntaire et oppressive, et par conséquent, violente, et par ainsi doncques nondurable". Et d’insister encore sur la dangereuse perspective ouverte en France par une telle politique : "jà Dieu ne plaise que les francs couraiges des François fussent si abastardiz que voluntairement fussent faitz serfz, pour ce la servitude à eulx imposée ne pourrait longuement durer, car combien que la puissance soit grande des tyrans, toutefoiz elle est violente ès cueurs des libres enfans des subgectz advenir et à l’encontre des estrangiers non vallable. Quiconques donc vouldroient, par aucune manière, attraire et induire les seigneurs de France à cestuy régime tyrannique, certes ils exposeraient le royaume en grant descriement et honte et le prépareraient à sa fin ; car oncques la très noble sequelle des roys de France n’aprint à tyranniser, ne aussi le peuple gallican ne s’accoustume à subjection servile, et pour ce, se la royalle sequelle de France delinque de sa première vertu, sans nulle doubte, elle perdra son royaume et sera translatée en autre main"11.

  • 12 R. CAZELLES, "Le parti navarrais jusqu’à la mort d’Etienne Marcel", dans Bull. philol. et hist. du (...)

11Ouvrage pionnier dans l’histoire des doctrines économiques occidentales, le Traité des monnaies a pour autre intérêt d’avoir été rédigé soit pour inspirer les résolutions monétaires des assemblées réunies entre 1355 et 1358, soit pour les justifier au-dehors. En outre, pour qui s’intéresse à l’histoire des idées, il laisse deviner la tonalité des débats politiques. En effet, cette identification de la royauté, sur le seul fondement de ses agissements monétaires, à la tyrannie décrite par Aristote, nous paraît des plus édifiantes. Mal assurée depuis le changement dynastique de 1328, la monarchie subit les assauts d’une opinion publique non préparée à la montée en puissance d’un pouvoir qui, déjà maître de la législation et de la justice, bouscule principes et traditions en prétendant disposer, par le biais de l’impôt ou des mutations de la monnaie, de l’argent des sujets. Ceux-ci se sentent bien agressés dans leurs droits et libertés. "Le peuple gallican ne s’accoustume à subjection servile". "… Jamais scientement ne se submectroit à servitude, ou s’abaisserait au joug de la puissance tyrannique". Impossible de considérer ces accents comme des exagérations de style. Suscités par la gravité des événements, ils traduisent bien plus le divorce qui tend alors à s’établir entre l’opinion et la monarchie valoise. De telles proclamations donnent la mesure de la désaffection grandissante des sujets, et aident notamment à comprendre pourquoi un roi de Navarre, depuis sa prison, peut à cet instant incarner l’espérance du parti des réformes12. En plein XIVe siècle, qui est en France le grand siècle de la construction de l’Etat, Oresme témoigne du malaise général ressenti face aux formes nouvelles de l’interventionnisme monarchique, et de la force du courant contestataire. L’évocation des "francs couraiges des François", de leurs "meurs francs et libres", ne participe donc pas d’une vision sentimentale du passé national. Elle remplit une fonction positive, conforte l’accusation de tyrannie et légitime tout autant l’avertissement adressé à la couronne pour qu’elle maintienne les droits et libertés historiques des sujets, sous peine de se voir "translatée en autre main".

12Mais, homme de réflexion, Oresme n’ira pas jusqu’à se compromettre dans la tournure révolutionnaire des événements. A l’instar d’autres intellectuels liés au groupe des réformateurs, il prend ses distances, au plus tard au printemps de 1358, avec le parti d’Etienne Marcel, rejetant l’alliance sulfureuse entre la faction parisienne et le roi de Navarre. La violence dans Paris, le meurtre des maréchaux semblent même l’avoir incité à se rallier au dauphin Charles. On aurait tort, toutefois, d’imaginer quelque reniement dans cette attitude. Il était naturel qu’un universitaire se détournât des solutions extrêmes. Surtout, avec le retour à la paix civile, Oresme va placer ses espoirs dans ce prince qu’il estime désormais capable de mener à bien la politique préconisée autrefois par les Etats. Aussi la pensée de ce théologien va-t-elle survivre aux événements. En 1374, il achève la traduction commentée de la Politique d’Aristote. Cet immense travail, une commande de Charles V, lui permet d’approfondir sa conception des rapports entre la communauté et le monarque, déjà esquissée dans le Traité des monnaies. L’influence d’Oresme parvient alors à se faire sentir dans quelques domaines. Mais les dernières années du règne de Charles V sont marquées par le gouvernement personnel et autoritaire de ce roi, soutenu par quelques légistes dont il se plaît lui-même à vanter l’efficacité. Après lui, il n’y aura plus en France de tentative des Etats généraux pour contrôler le gouvernement et imposer leur participation régulière. Pour autant, cet idéal de liberté politique, si éloquemment exprimé par Oresme, s’est-il retrouvé sans autre défenseur ?

3 – Philippe de Mézières : la tyrannie de l’impôt

  • 13 G. W. COOPLAND éd., 2 vol., Cambridge, 1969. F. AUTRAND, Charles VI, Paris 1986, p. 25-29, 198-202.
  • 14 Ed. cit. t. 1 p. 457-507 et t. 2, p. 363-364 et 392-393 notamment, Voir aussi, J. KRYNEN, "Un exemp (...)
  • 15 Voir le Journal des Etats généraux réunis à Paris au mois d’octobre 1356, publié par R. DELACHENAL (...)

13Le Songe du vieil pèlerin, achevé en 1389, est un des plus beaux fleurons de la littérature éthique du Moyen Age français13. Destiné à l’éducation politique du jeune Charles VI, ce miroir du prince atteste amplement de la permanence de l’idéal réformateur. Car son auteur, Philippe de Mézières, fait partie de cette génération d’intellectuels marqués par l’action des Etats de 1356-1358, et qui, malgré le naufrage de ces derniers, ont prétendu, le conseil et l’entourage du roi leur restant ouverts, poursuivre l’œuvre de réforme comme si la "révolution parisienne" ne l’avait mise que provisoirement en échec. Revêtant la forme d’une immense allégorie, le Songe du vieil pèlerin n’en est pas moins voué en bonne partie à l’approfondissement doctrinal et à l’accréditation des idées de reformatio auprès du roi. Dans la plus pure tradition réformatrice, Mézières attribue les malheurs du royaume à l’influence des mauvais conseillers, à la déplorable gestion et aux vices incroyables des officiers royaux, de finance et de justice14. Ainsi que l’avaient déjà envisagé les assemblées une trentaine d’années auparavant, la mise au pas de la bureaucratie royale, jugée pléthorique et envahissante, lui paraît être une tâche prioritaire. Les critiques si véhémentes qu’il formule à son encontre ne font au bout du compte que reprendre, en les amplifiant, la série de griefs énumérés par les députés au lendemain du désastre de Poitiers15.

  • 16 Songe éd. cit., t. 2,p. 397.

14Que Mézières ait voulu réactiver les plans de réformes arrêtés quelques décennies auparavant est d’ailleurs démontré par un passage du Songe. En termes transparents, le précepteur de Charles VI explique que la "rébellion" de Paris et de quelques bonnes villes "desirans servir a Saul encontre David", (entendons servir Charles de Navarre en lutte contre le dauphin), a contraint le père de Charles VI à rejeter les propositions faites par les Etats pour réformer le système des aides. Mais aujourd’hui, poursuit-il, "il est tout autrement, car tout le peuple gallican, l’eglise, les nobles et toutes les bonnes villes, au jeune Moyse couronné (Charles VI), souverain maistre de la nef francoise, et non autre, en vraye amour et pardurable dilection et reverence naturelle, sont vrais obeissans"16. Il appartient donc à Charles VI de relever les sujets de toutes les fautes passées, "de prendre confiance de leur bonne voulente et loyauté" et, en somme, d’entreprendre avec les trois ordres cette réformation tellement nécessaire, mais malheureusement empêchée par "la grande tempête" de 1358.

  • 17 Ibid., p. 362-406.

15Si la foi réformatrice de Mézières s’exprime en bien des matières, c’est en regard des questions fiscales qu’elle s’identifie le plus étroitement au contenu et à l’esprit des réformes tentées précédemment par les Etats généraux17. En outre, lui qui tant admire Oresme, situe sur le même registre que le Traité des monnaies son plaidoyer pour une juste et saine politique fiscale. Sa démonstration exalte constamment cette marque essentielle du tempérament national, forgée par l’histoire, que démontrent les Français farouchement attachés à leurs libertés. Cette insistance lui permet de dénoncer comme inadmissible l’évolution tyrannique du pouvoir. Mézières, lui aussi, comme si le destin du royaume était en train de se jouer, place ce pouvoir à la croisée des chemins : soit il respecte les franchises anciennes du royaume, sa longue tradition de liberté, et une réforme fiscale vient mettre en accord les exigences étatiques avec la nature profonde du peuple, soit il poursuit ses agissements despotiques, et prend le risque de sombrer à brève échéance.

  • 18 Les années 1379-1383 sont également marquées, rappelons-le, par un ample mouvement de révoltes anti (...)
  • 19 Sur l’utilisation politique du mythe troyen, C. BEAUNE, Naissance de la nation France, Paris, 1985, (...)

16Voyons les choses de plus près. A partir de Philippe VI, explique Mézières, les Français ont "débonnairement et volontairement" offert de contribuer à la défense du royaume. Mais, consenties par les trois états dans un bel élan de patriotisme et de fidélité au prince, les aides ont été détournées de leur destination militaire. Mal employées, et même outrageusement accaparées par les conseillers et les officiers, leur multiplication est devenue insupportable au peuple . Converties en charges permanentes et forcées, ces aides ont provoqué les "trahisons et rébellions" passées18. Encore aujourd’hui les sujets "murmurent, et non sans raison". Il est urgent que le roi leur rende justice. Cette tâche ne résulte pas du seul "amour" qu’il doit leur témoigner. De toute ancienneté les Français descendants des Troyens sont un peuple libre19, le plus libre du monde, et c’est la gloire de Charles VI "d’estre roy des francs appel lez et non pas des serfs et des esclaves". "Entre tous les peuples crestiens, le peuple gallican et de nom et de fait est singulièrement frans et loy (au) ment et naturellement subgiez au noble roy de France, qui les doit gouverner et traictier franchement, et en paix et en guerre, selon les franchises anciennes du royaume de Gaule". Jamais plus que Mézières, croyons-nous, un théoricien français au Moyen Age n’a célébré auprès du souverain la franchise des sujets. Le précepteur royal sait parfaitement qu’il combat ce faisant l’opinion des conseillers et officiers qui ne cessent de faire pression sur le souverain, lui expliquant "souventefois" que les sujets ne servent pas la majesté royale comme ils le devraient, et qu’ils ne font pas leur devoir. Il est même conscient, comme l’avait été Oresme, de la puissance du courant absolutiste parmi les sphères gouvernementales, insufflé encore par ces conseillers pour qui "les françois doivent servir et aidier au roy selon sa volunte absolue et d’abondant". Sachant les influences qui s’exercent auprès du jeune roi, il ne craint pas d’insister, et de faire de "la franchiment" des sujets l’axe prioritaire de la conduite à venir de Charles VI : "ou tu es vray roy naturel et par grâce des frans, ou tu es roy des serfs et des esclaves. Se tu es roy des frans, comme tu es, ce que ne peuent pas dire les autres roys de leurs subgiez, raisonnablement les François, tes subgiez, vrais obeissans, et de fait et de nom doivent estre appelez francs. Et se par aucune possession royalle contre leur voulente ilz seront asserviz, en ce, Beau Filz, tu auroyes perdu la substance de ton nom et de ta gloire naturelle".

  • 20 Songe, éd. cit., p. 385-392.

17Pour regagner la confiance des sujets, Mézières croit indispensable la tenue d’un "grant conseil" des trois états du royaume, suivant en cela l’exemple des "vaillans et sains prédécesseurs roys de France". Par un "doulce reformacion et expediente declairacion", les droits et obligations des sujets seraient "refroischez et recapitulez clerement". Seul le dialogue avec les Etats généraux peut ramener le royaume à sa "vraye liberté et franchise" et, partant, à "l’amour naturelle" de son chef20.

18On le voit. Un même sensibilité politique et nationale unit Mézières à Oresme. Le temps des grandes rébellions serait-il vraiment passé, qui le vieil pèlerin entend toujours le peuple qui gronde. Face à un roi de moins de vingt ans forcément tenté d’emprunter les allures tyranniques du nouveau pouvoir d’Etat, lui aussi croit devoir avertir que le peuple gallican "ne s’accoustume à subjection servile" : "Or te garde bien (…) d’enfraindre ne de violer la (…) franchise de tes loyaux subgiez… Car il te doit souvenir, Beau Filz, que se (…) a service et aide tu efforceras tes subgiez par puissance absolue encontre leur volunte et ancienne liberté, premièrement tu perdras les cuers de tes subgiez, qui envers toyseront divisez ; et se tu te treuves en bataille, tu devroyes doubter et seras en péril de recevoir villenie (…). Et finablement, se ainsi le fasoies, la gloire de ton nom tu perdroies et ne seroies plus appelle roy des frans, mais seroies reppute comme un tyrant".

19Pour s’être portés au secours des libertés et des franchises du peuple, les plus grands esprits du XIVe siècle français n’ont pas infléchi la marche autocratique, "tyrannique", de la monarchie. Mais ils ont hautement témoigné de la pleine éclosion d’un trait de mentalité contestataire française qui, issu de la grande secousse de 1356-1358, ne laissera pas d’être durable, de se manifester tout au long des nombreuses crises anti-absolutistes qui secoueront le royaume, jusqu’au grand boule versement de 1789.

Notes

1 R. CAZELLES, Société politique, noblesse et couronne sous Jean le Bon et Charles V, Genève-Paris, 1982, p. 229-230.

2 R. CAZELLES, "Une exigence de l’opinion depuis saint Louis : la réformation du royaume", dans Ann.-Bull. Soc. de l’Hist. de France, 1962-1963, p. 91-99.

3 B. GUENEE, L’Occident au XVIe et XVE siècles. Les Etats, Paris, 1993, (5e éd.), p. 244-261.

4 R. CAZELLES, Société politique…, p. 229-337. F. AUTRAND, Charles V, Paris, 1994, p. 221-356.

5 Paris, 1902, p. 143.

6 E. FARAL, "Robert le Coq et les Etats généraux d’octobre 1356", dans R.H.D.F.E., 1945, t. 23, p. 171-214.

7 Sur tout ceci, R. CAZELLES, Société politique…, p. 302-303. Du même, Etienne Marcel, Paris, 1984, p. 252 et s. Voir aussi J. KRYNEN, "Entre la réforme et la révolution, Paris : 1356-1358, dans Les révolutions françaises, F. Bluche et S. Riais éd., Paris 1989, p. 87-111.

8 M. L. WOLOWSKI éd., Paris 1849. Sur les conceptions monétaires d’Oresme, E. BRIDREY, La théorie de la monnaie au XIVe siècle. Nicolas Oresme, Paris, 1906. G. GILLARD, "Nicolas Oresme économiste", dans Revue historique, 565 (1988), p. 3-39. Sur la construction d’une monnaie nationale française, S. PIRON, "Monnaie et majesté royale dans la France du XIVe siècle", dans Annales E.S.C., 1996, n° 2, p. 325-354.

9 Ed. cit., p. 74 et 80.

10 J. KRYNEN, L’empire du roi. Idées et croyances politiques en France (XIIIe-XVe siècle), Paris, 1993, p. 110-124.

11 Ed cit., p. 71-85.

12 R. CAZELLES, "Le parti navarrais jusqu’à la mort d’Etienne Marcel", dans Bull. philol. et hist. du Comité des trav. hist., 1960, p. 839-869.

13 G. W. COOPLAND éd., 2 vol., Cambridge, 1969. F. AUTRAND, Charles VI, Paris 1986, p. 25-29, 198-202.

14 Ed. cit. t. 1 p. 457-507 et t. 2, p. 363-364 et 392-393 notamment, Voir aussi, J. KRYNEN, "Un exemple de critique médiévale des juristes professionnels : Philippe de Mézières et les gens du Parlement de Paris" dans Mélanges en hommage à Jean Imbert Paris, 1989, p. 333-344.

15 Voir le Journal des Etats généraux réunis à Paris au mois d’octobre 1356, publié par R. DELACHENAL dans N.R.H.D.F.E. 1900, p. 429-465.

16 Songe éd. cit., t. 2,p. 397.

17 Ibid., p. 362-406.

18 Les années 1379-1383 sont également marquées, rappelons-le, par un ample mouvement de révoltes antifiscales. L. MIROT, Les insurrections urbaines au début du règne de Charles VI, Paris, 1906.

19 Sur l’utilisation politique du mythe troyen, C. BEAUNE, Naissance de la nation France, Paris, 1985, p. 38 et s.

20 Songe, éd. cit., p. 385-392.

© Presses de l’Université Toulouse 1 Capitole, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Volume papier

decitre.framazon.fr
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search