Version classiqueVersion mobile

Justice et politique : de la guerre de Cent Ans aux fusillés de 1914

 | 
Jean Bastier

Crimes et châtiments de Pierre Landais (d’après les Grandes Croniques de Bretaigne d’Alain Bouchart)

Hervé Le Roy

Texte intégral

1Dans les Grandes Croniques de Bretaigne d’Alain Bouchart, publiées en 1514, la description de Pierre Landais, principal ministre du duc François II (1458-1488), et véritable dictateur selon ses nombreux détracteurs, souffre de l’évidente partialité du narrateur qui occulte la nécessité politique et diplomatique de cet autoritarisme devenu nécessaire pour préserver l’indépendance effective de la principauté armoricaine face aux menées françaises de plus en plus menaçantes, favorisées par l’insubordination des barons de la grande péninsule.

2Issu d’une petite noblesse habituée au service de ses ducs, Alain Bouchart, ancien secrétaire puis maitre des requêtes de François II, ami de certains seigneurs soulevés contre la tyrannie de Landais, est bien représentatif de ces juristes désormais voués à l’appareil institutionnel du pays, ce véritable Etat breton, un moment quasi indépendant, puis de plus en plus soumis à l’influence française, après l’invasion de 1487.

3Ainsi, en relatant l’inévitable chute, en 1485, de l’odieuse dictature du trésorier général Landais qu’il abhorre, Bouchart évidemment favorable à ce quatrième ordre socio-politique que certains analystes de son temps, comme Claude de Seyssel, voient dans les nouveaux agents publics, choisit-il d’ériger les principaux dignitaires de l’Etat ducal en freins, puis en garde-fous, chargés d’empêcher au nom du bien public, de la raison et de l’équité, la ruine de la Bretagne que produirait nécessairement la perpétuation d’une tyrannie, obligée, face aux oppositions montantes, de se durcir sans cesse.

4Ces considérations vont nous permettre de mieux appréhender la trame du rapide récit que Bouchart consacre à la déchéance inéluctable de Landais, le résumé qu’il en effectue se trouvant particulièrement révélateur.

5On y verra comment, en subvertissant toute la légitimité des procédures utilisées pour briser impitoyablement ses ennemis, Landais perdra finalement la protection judiciaire extraordinaire normalement afférente à son rang de grand officier.

6Par son mimétisme implicitement souligné, les propres procédés du tyran vont se retourner contre lui. Pour avoir dénié à ses opposants la procédure particulière, exceptionnelle, à laquelle leur rang éminent leur donnait droit, pour les avoir abaissés au droit commun, à l’infamie d’une excessive poursuite pénale visiblement injustifiée, comme s’il s’agissait de vulgaires criminels, en bref, pour avoir refusé d’admettre officiellement le caractère éminemment politique de ces punitions, Landais lui-même sera justicié de façon identique, selon les formes rigoureuses d’une procédure pénale censément ordinaire qui le conduira au gibet sans pouvoir faire appel au droit de grâce de François II qu’il escomptait, ses justiciers ayant refusé de faire jouer, comme circonstance atténuante, l’aspect gouvernemental de son action. Bouchart doit donc exclure la domination de Landais du champ public, des choix politiques diplomatiques et administratifs déterminant le sort de la Bretagne, pour la ramener et la cantonner à une simple tyrannie vulgaire, c’est-à-dire, selon la conception médiévale héritée de l’Antiquité, à la manifestation et à l’accomplissement sur ces victimes de la personnalité perverse de l’abject despote.

  • 1 "Les cas dessus ditz par luy commis les excluoient et forclosoient de toutes dignitez" (BOUCHART (A (...)

7On comprend dès lors que tous ses forfaits, provoqués par le déchaînement de passions trop humaines, ne pourront se prévaloir, même partiellement, d’une notion de raison d’Etat que pourrait invoquer normalement un ministre : c’est en ce sens que Landais s’est de lui-même retranché de la protection judiciaire accordée ordinairement aux grands officiers justiciables directement de leur souverain1.

8Mais cette primauté du ressort psychologique jouera aussi, à rebours contre François II, implicitement coupable d’avoir confié trop légèrement la direction du pays à son familier, l’intrigant Landais. Les révoltés, au nom de l’inflexible justice, refuseront que le sort du favori dépende finalement de la personnalité trop influençable du monarque, empêché de discerner froidement le véritable intérêt supérieur de son Etat exigeant le refus de sa grâce régalienne.

9Nous verrons d’abord comment la dictature bafouera toutes les notabilités sociales et politiques, en mésusant des formes judiciaires, manifestant ainsi, par ses vexations et ses exactions, l’état de guerre déclaré entre le tyran et les institutions traditionnelles (I).

10En ce sens, Bouchart va polariser cet affrontement autour de la tragique destinée du chancelier Chauvin (A). Il va montrer ensuite le développement de la résistance des grands corps de l’Etat qui provoqueront finalement la chute de Landais, le rôle le plus significatif revenant au nouveau chancelier transfiguré par son éminente fonction (B) toujours emblématique de la réaction des officiers, comme Guillaume Chauvin venait de la prouver au prix de sa vie.

11Par une inéluctable rétorsion de la fatalité, le tyran tombé connaîtra à son tour les affres d’une procédure infâmante (II).

12Rabaissé à son premier état originel, l’ancien dictateur expiera ses crimes affreux lors d’une instance présentée comme régulière et impartiale, qui écartera toute intervention du prince (A) avant que son droit de grâce lui-même soit ensuite rendu inopérant, au nom d’une doctrine de limitation de l’arbitraire ducal quant à son pouvoir de promotion sociale et politique (B).

I – Les gens de justice contre le tyran

A – Les exactions de la tyrannie

13Après avoir révélé les vaines tentatives de remontrances effectuées par certains parmi les collaborateurs les plus dévoués de François II, Bouchart va insister sur l’abnégation exemplaire de Guillaume Chauvin face à la tyrannie montante de Pierre Landais. Le chancelier de Bretagne, titulaire d’une fonction aussi prestigieuse qui en France confère à son détenteur prééminence sur tous les autres grands officiers, va devenir la figure symbolique de la résistance des corps constitués, avant d’éprouver, par son calvaire, toute la cruauté de la dictature. Ainsi, au fil du récit, l’antagonisme entre Chauvin et Landais s’amplifie et se simplifie. De plus, Bouchart polarisant progressivement le problème breton autour de cet affrontement inexpiable des deux rivaux, peut estomper l’enjeu froidement politique de l’affrontement, au profit d’une haine trop humaine.

14Il ne veut pas montrer que la lutte entre les deux grands officiers procède en réalité, dans son origine et dans son essence, d’un dilemme fondamental quant à la place et au rôle du duché de Bretagne face au Royaume de France.

  • 2 "Mais en la court du duc y eut en ce temps une merveilleuse picque entre Guillaume Chauvin, chancel (...)

15Bouchart évoque au commencement de la "picque" fatale, l’intransigeante raideur du chancelier rejetant toute compromission avec le néfaste favori2. L’intrigant ne peut comprendre, ou estimer, ce point d’honneur qui dissuade le haut dignitaire et aristocrate de se commettre avec lui. Sans doute, est-ce là l’explication de sa fureur finalement homicide.

  • 3 "A ceste cause et par vindication mist le trésorier Landoys, le chancelier en l’indignacion du duc, (...)
  • 4 "Ceste picque dura entre ces deux personnagies tant et tellement que chascun fut cause de la mort s (...)
  • 5 "Chauvin était personna grata auprès de Louis XI, et souvent envoyé en ambassade près du souverain. (...)

16Pour assouvir sa vengeance, le favori abuse François II, en lui dénonçant la trahison de Chauvin, au motif assez véniel que son fils est parti en France3. Bouchart doit alors sentencieusement convenir que leur lutte détruira chacun des deux rivaux, l’un après l’autre4. Mais cette impartialité moralisante apparemment respectée entre les protagonistes n’est pas effective en fait, car si Landais va provoquer positivement la perte de Chauvin, ce sera l’émotion suscitée par le supplice du chancelier qui justifiera, plus tard, la déposition puis l’exécution ignominieuse du trésorier. Mais Bouchart, dans sa perspective trop simpliste, a tronqué la réalité d’éléments bien embarrassants : à l’inverse de notre chroniqueur, l’historien moderne B. Pocquet impute à Chauvin une grande part dans l’animosité réciproque et son déclenchement, avant de démontrer que les griefs du trésorier étaient bien plausibles, sinon certains5.

17En relatant, avec des expressions imagées, les tourments endurées par Chauvin, son humiliation physique et l’arbitraire de son châtiment, Bouchart veut souligner la dégradation inouïe subie par l’ancien chancelier. Au-delà de l’homme, cette honte rejaillit évidemment sur sa fonction, qui devrait être d’autant plus à l’abri de ces opprobes qu’elle se pare de tout le prestige et de la sacralité liés à la tâche judiciaire, toujours magnifiée au Moyen-Age.

  • 6 "CCLXXXLX : De la Prinse et Emprisonnement de Guillaume CHAUVIN, chancelier de Bretaigne
    (…) Landoy (...)
  • 7 Ses geôliers "lequel ils traicterent si très inhumainement, tant par le laisser perrir de fain que (...)
  • 8 "Sur le vespre d’iceluy jour il fut par quatre povres hommes porté en terre aux Cordeliers de Venne (...)
  • 9 A titre significatif, l’intitulé du chapitre CCXCVIII "Comment le chancelier de Bretaigne Guillaume (...)
  • 10 BOUCHART (A.), ibid., p. 452. 1. 30.
  • 11 BOUCHART (A.), ibid., p. 443. 1. 3.
  • 12 "Et mist par ce moyen la chancelière sa famme et ses enfants en telle nécessité qu’ilz furent contr (...)
  • 13 "Et le cas à Chauvin bien examiné, l’on ne trouva pas en luy ce que on luy mettoit suz. A ceste cau (...)
  • 14 "Et non contant le trésorier Lancoys d’avoir fait prendre et détenir ce chancelier Chauvin, il fist (...)

18L’arrestation de Guillaume Chauvin est brutale6 : on le "prends au corps" sur ordre du duc François II qui n’ose pas apparemment affronter de visu son ancien proche collaborateur, en lui signifiant, au moins de vive voix, son arrestation. Dans la psychologie médiévale, toute atteinte physique sur le corps est outrageante. La tyrannie, on le sait, vise à subvertir tout l’ordre socio-politique, en nivelant toute différenciation, donc tout respect des hiérarchies. Toujours sans être jugé, Chauvin est incarcéré secrètement au château de l’Hermine de Vannes et livré aux cruels séides de Landais. Hors du cadre pénitentiaire normal, il est désormais à la totale discrétion de son inexpiable ennemi. Prolongeant son supplice, ses tortionnaires le font dépérir lentement, à petit feu, par inanition graduelle, puisqu’il succombe finalement, de faim et de misère7. L’inversion des valeurs sociales est consommée : l’aristocrate, le chancelier de Bretagne disparaît comme un gueux, pouilleux, affamé et décharné. Ses obsèques s’effectuent à la sauvette8. D’ailleurs Bouchart, en juxtaposant à plusieurs reprises le prestigieux titre de chancelier avec les circonstances hideuses de sa perte, fait ressortir antithétiquement l’ampleur de la déchéance9. Il a donc raion d’évoquer cette "piteuse" fin10, proprement "scandaleuse"11, comme il l’avait déjà annoncé. Mais cette infamie vient aussi frapper de plein fouet la famille Chauvin. Sa femme, ses enfants se retrouvent brusquement dans la misère la plus noire, contraint désormais de mendier leur subsistance. L’épouse, abandonnée de toutes ses relations, et même de sa famille, tant la peur de la tyrannie de Landais plane sur tous les Bretons, succombe, elle aussi, de ne pouvoir sans doute supporter une ruine si subite et si imméritée12. Notre chroniqueur souligne le complet arbitraire des châtiments infligés à Chauvin. Sa détention est absolument illégale, puisqu’on n’a rien pu établir sérieusement contre lui, et qu’il est maintenu dans une position ambigüe, ni innocenté, ni condamné13. Aussi Bouchart montre-t-il bien que Landais seul a tout dirigé dans cette persécution, y compris la confiscation inique de tous les biens des Chauvin, sans l’alibi d’une condamnation formelle14.

19Dans toute cette pénible affaire, François II, sous l’influence perverse de Landais, contrevient à l’obligation générale de protection qu’il devait, selon l’optique féodale, à ses collaborateurs, simultanément grands officiers et aristocrates du duché, ainsi qu’à leurs familles, associées naturellement à la vie de la cour ducale.

  • 15 BOUCHART (A.), ibid., t. 3, p. 446.
  • 16 BOUCHART (A.), ibid., t. 3, p. 442.
  • 17 Ils "estoient à Nantes lors que les nouvelles y vindrent de la mort du chancelier, et soudainement (...)

20Cette manière de déni de justice, venant d’un prince théoriquement justicier est encore soulignée par l’invraisemblance notoire des incriminations. Nul doute que Chauvin aurait pu facilement repousser la dénonciation concernant sa francophilie, puisque même une poursuite mandatée pour le perdre ne parviendra pas à l’étayer15 alors que la renommée attestait la moralité de l’emprisonné16. A titre de conclusion, Bouchait constate que l’indignation suscitée par la fin ignominieuse de l’ancien chancelier est telle qu’elle provoque instanément ("lorsque les nouvelles y viendront (…) soudainement délibérèrent (…) de prendre au corps le trésorier") la levée de boucliers des barons, en cristallisant leurs ressentiments. Dès lors, libérés des scrupules qui les retenaient auparavant, les magnats, pensant bénéficier de l’opinion publique choquée déclenchent leur premier mouvement17

  • 18 "Et disoient que les cas par ledit Landoys commis, tant de la mort dudit chancelier que de la mort (...)

21Outre la scandaleuse affaire Chauvin, Bouchart évoque d’autres forfaits perpétrés par le dictateur sous un fallacieux couvert judiciaire. Un même motif d’aversion haineuse est invoqué pour l’exécution du bâtard de Gilles de Bretagne, qui cousinait donc, fût-ce par la main gauche, avec François II. Landais, aveuglé par sa hargne, n’hésite pas à porter atteinte au sang de la famille ducale et l’on comprend que ce crime soit porté au rang de ses agissements "si trescandaleux et de si mauvaise conséquence"18.

  • 19 "Landoys (…) obtint de Romme ledit Landoys quelque brief pour faire son procès. Finalement ledit d’ (...)
  • 20 BORDERIE (A. de la) et POCQUET (B.), Histoire de la Bretagne, op. cit. t. 4, p. 500.
  • 21 " (…) Ledit d’Espinay fut moult plainct, car il estoit de grant sang et lignaige ; et si avoit quat (...)

22Déjà, un peu avant l’arrestation de Chauvin, l’emprisonnement scandaleux infligé à l’excellent évêque de Rennes, Jacques d’Espinay, avait montré que personne, même les plus éminents ecclésiastiques, n’était à l’abri de la dictature19. Ce même prélat est qualifié de "violent, prévaricateur et factieux" par l’historien moderne, B. Pocquet20) ; les conditions de son arrestation, avec l’outrageante contrainte par corps, sa détention, puis sa disparition, font évidemment penser, en plus concis, à la disparition de Chauvin ; même ses neveux, évêques et cardinal, talentueux et respectables, ne peuvent intercéder pour lui : François II, par la faute de Landais, reste inaccessible aux supplications légitimes des aristocrates21.

  • 22 BOUCHART (A.), Les Grandes Croniques de Bretaigne, op. cit., t. 3, p. 458.
  • 23 BOUCHART (A.), ibid., t. 3, p. 454 et 455.
  • 24 " (…) Néanmoins que ilz n’eussent esté pys ne suffisaument appelez en justice, ce que fut fait ; en (...)
  • 25 In Dom MORICE, Preuves…, op. cit., t. 3, p. 436.
  • 26 Dom MORICE, Mémoires pour servir de Preuves à l’Histoire Ecclesiastique et Civile de Bretagne, t. 3 (...)
  • 27 Dom MORICE, ibid., t. 3, p. 475.

23Enfin, après l’échec de la première rébellion provoquée contre lui, Landais se venge, fort cruellement, des opposants, puisqu’il va jusqu’à détruire leurs "bastimens et boys de haulte fustoye"22 alors que les négociateurs du compromis de Nantes avaient promis aux plus coupables qu’ils "auraient grâce et rémission", selon des "lettres en forme d’abolition que ces seigneurs emportèrent", même s’ils devaient momentanément gagner la France23. Faisant écho aux clameurs baronnales, Bouchait insiste sur l’irrégularité flagrante de cette procédure expéditive qui oblige les victimes à saisir le Parlement de Paris, en se plaignant d’une manière de déni de justice24. Evidemment un autre son est rendu par l’ordonnance ducale fustigeant véhémentement les coupables "adhérans à l’exécution de leur damnable et traictreuse entreprise, en commettant infidélité, felonnie, ingratitude et crime de lez-Majesté envers nous et autre cas et crimes dignes de grande punition"25. Mais il est vrai que la riposte décidée par Landais allait au-delà de la simple confiscation, finalement assez habituelle, puisqu’elle prévoyait des destructions définitives. Or, si les confiscations pour indocilité étaient fréquentes dans les rapports entre un suzerain fort de la fin du Moyen Age et ses aristocrates, elles s’accompagnaient généralement d’une restitution, au moins partielle, lorsque survenait une réconciliation, soit avec le coupable, soit avec ses héritiers. La patrimonialité des fiefs parvenait encore à borner les exigences inflexibles de la "raison d’Etat". Le choquant a donc été non le fait même de la saisie, mais ces démolitions, qui amoindrissaient gravement la valeur de terres destinées sans doute à revenir à leurs propriétaires, lorsque les tensions s’apaiseraient. Dans les plaintes des barons et du Parlement de Paris bafoué, ce grief occupe une place essentielle, puisque la haute cour du royaume avait ordonné que les biens des appelants seraient sous sa garantie, en attendant un jugement définitif26. Vainqueurs, les anciens condamnés obtiennent naturellement l’indemnisation des dégâts occasionnés sur leurs terres27.

B – La résistance des gens de justice.

  • 28 "Furent mandez gens de justice telx que le trésorier Landoys volut eslire pour faire son procés, et (...)

24Décrivant et dénonçant l’exercice de la tyrannie, Bouchait montre corrélativement la montée de l’opposition des officiers et des juristes, d’abord leur refus passif de cautionner juridiquement les illégalités, puis leur désobéissance caractérisée, active, lorsque la perpétuation du despotisme conduira à la guerre civile. Tout d’abord, le pseudo-tribunal composé pourtant de juges choisis par Landais ne parvient pas à condamner Chauvin28 (en fait il s’agissait de sénéchaux). Pour Bouchart, des juristes, même apparemment partisans, gardent assez de conscience professionnelle pour refuser de trop abaisser la justice et "le cas à Chauvin bien examiné" indique cette circonspection nécessaire.

  • 29 "La court, après déliberacion prinse sur leur requeste, leur respondit "Nihil ad curiam", car il ne (...)

25De même, un peu plus tard, dans le cadre du prestigieux parlement de Bretagne, les juges résistent à l’inique pouvoir de la dictature et de ses complices qui cherchent à couvrir leurs forfaits d’un échappatoire réputé juridique. Le parlement, empêché par le régime oppresseur d’exercer avec indépendance son rôle de garant suprême du droit, refuse de se mêler de cette affaire, pour ne pas avaliser comme vraisemblablement on lui demandait, la séquestration de Chauvin29 Le problème est purement politique et n’a rien de judiciaire : c’est donc au seul pouvoir exécutif de prendre ses responsabilités.

  • 30 "Jehan de Vitre confessa semblablement que par la faim et autre mal traictement que Jehan de Vitre (...)

26Pour mieux valoriser l’intégrité inaltérable des juges, Bouchart va un peu plus loin effectuer un distinguo intéressant dans le procès des deux geôliers de l’ancien chancelier. Seul l’un d’entre eux, Vitré, sera reconnu coupable, alors que jusque-là le texte de Bouchart ne faisait pas de différence entre eux. L’auteur veut prouver, par cette honnêteté scrupuleuse, que l’instance réunie pour juger Landais et les siens est bel et bien restée impartiale, malgré les circonstances30.

27Enfin, notre chroniqueur relatera comment l’unanimité réalisée par les grands corps de l’Etat autour du nouveau chancelier permettra, de façon décisive, la réussite du deuxième coup d’Etat, celui de 1485, beaucoup plus légitime, par cette union sacrée, que la précédente rébellion de 1484, réduite aux seuls barons récalcitrants restés trop mal différenciés de simples factieux.

28Mais pour certains historiens modernes, cette glorification des juristes exprimerait surtout la revanche des gens de justice sur ceux des finances, après la chute du trésorier.

  • 31 "Et fut institué chancelier par le moyen dudit trésorier ung nommé maistre françoys Cristien qui lo (...)

29Pourtant, d’après le récit de Bouchart, on comprend d’abord que c’est bien pour obvier aux obstructions continues des hommes de lois que Landais impose à la tête de la justice, pour remplacer l’incommode Chauvin, un "homme simple et paisible" qui, pense-t-il, ne lui causera pas de désagréments31. En quoi on verra qu’il se trompe, et même tragiquement, puisque ce bon Chrestien de Pommoio deviendra, au contraire, le vengeur de son prédécesseur, en arrêtant puis en faisant juger le favori déchu, tant le prestige d’une fonction peut parfois métamorphoser son titulaire, en lui imposant de prendre les lourdes décisions nécessaires.

  • 32 "Le trésorier (…) fist incontinent dicter et composer lettres au nom du duc par lesquelles il decla (...)

30En effet, au moment crucial où la dictature chancelle, l’armée ducale s’étant ralliée à la révolte des barons, ce chancelier, pourtant désigné sous l’égide du tyran, va se retourner contre lui : il refuse d’entériner, en s’opposant au scellement, l’utilisation que veut faire Landais pour lui-même de la lèse-majesté, destinée ici à briser impitoyablement ses opposants. Il serait irrégulier qu’un parvenu joue ainsi de la terrible sanction, exclusivement réservée à la sacralité de la personne du monarque, alors qu’une nouvelle fois il a usurpé honteusement la prérogative judiciaire de son duc abusé32.

  • 33 "Il envoia ces lettres à la chancellerie pour icelles seeller, ce que le chancelier maistre Françoy (...)
  • 34 PLANIOL, Histoire des Institutions de la Bretagne, op. cit., t. 3, p. 115 et 116.

31Tout comme en France, le chancelier de Bretagne a le droit, et même le devoir de refuser d’authentifier une mesure contrevenant à la justice ou à l’intérêt commun. Mais son refus est ici d’autant plus remarquable qu’il s’oppose directement, dans des circonstances dramatiques, à un tyran particulièrement vindicatif. Cette fin de non-recevoir abrupte marque aussi la prééminence recouvrée de l’office de chancelier sur tous les autres grands auxiliaires du duc, lorsque la légalité finit par prévaloir. D’ailleurs, Chrétien de Pommoio réitère bientôt son opposition, lorsque Landais prétend lui imposer derechef l’officialisation des lettres contestées. Il ne peut s’incliner que devant un exprès commandement de son duc, normalement en son conseil, et certes pas devant le seul Landais, fut-ce nominalement sous couvert de François II33. La menace de destitution proférée par le despote va à l’encontre de l’habituelle stabilité des chanceliers qui, au XVe siècle, conservaient souvent leur charge pendant tout le règne du souverain qui les avait nommés34.

32Puis dans l’arrestation de Landais, imposée au duc, au milieu de l’envahissement de son palais par la foule, le chancelier se fait vraiment l’incarnation de la justice transcendante, impersonnelle et inflexible. Lui seul, tout d’abord, a l’autorité suffisante pour faire saisir "au corps" le potentat déchu, sans doute car il est le seul à être suffisamment indépendant pour lui garantir un procès équitable, les autres Bretons notables étant trop partisans. Pénétrant, à la faveur de l’émeute, dans la chambre de François II, Chrestien sait demeurer, dans les formes, un officier déférent ("Mon souverain seigneur (…) vous plaise (…) tollerer et permettre (…) Monseigneur (…)").

  • 35 BOUCHART (A.), Les Grandes Croniques de Bretaigne, op. cit., t. 3, p. 466.
  • 36 "Dist le chancelier au duc : "Mon souverain Seigneur, je suis contrainct de prandre et constituer p (...)
  • 37 "Monseigneur, dist le chancelier, on luy met sus plusieur mauvais cas moult scandaleux et de danger (...)
  • 38 BOUCHART (A.), ibid. t. 3, p. 467.

33Visiblement, le chancelier n’est pas un factieux de tempérament puisqu’on a dû le "presser" après l’avoir "sommé" d’accomplir son devoir35. Ses objurgations n’en auront que plus de poids. Mais, au-delà de ces expressions conventionnelles, le chancelier reste ferme sur le fond de sa terrible requête, qui devra s’exécuter coûte que coûte, le duc étant seulement prié de bien vouloir que l’arrestation s’effectue avec son assentiment. L’intérêt public, dont Chrestien est le garant par sa fonction, l’exige tout comme le peuple36. François II reconnaît qu’en l’occurence, le chancelier est bien l’interprète de ce peuple qu’il a méconnu ("Comment, dist le duc, chancelier ? Pourquoi veult mon peuple que vous le prenez" ?), comme si l’expérience et les connaissances indispensables à l’exercice de la plus éminente fonction judiciaire permettaien de conserver une lucidité toujours fiable. Chrestien insiste sur son impartialité foncière, intrinsèque à sa charge. Il faut que Landais puisse être innocenté, éventuellement. François II accepte cette garantie, et s’en remet à la probité de son chancelier, en qui il a donc grande confiance : le ton impératif qu’il emploie, la réponse de son ministre, démontrent qu’il reste le maître incontesté. On relèvera la fréquence du terme de "justice" employé dans ce court passage, quatre fois par le duc et deux fois par son interlocuteur, pour légitimer évidemment l’arrestation du trésorier37 Puis Chrestien vient accompagner Landais à travers tout Nantes, jusqu’à la tour de la porte Saint-Nicolas, pour lui garantir la vie sauve, l’empêcher d’être écharpé38. Au terme du procès du dictateur, les juges argueront de cette justice promise par le chancelier, pour envoyer le favori au gibet sans en avertir le duc, au nom de la mission qu’il a confiée à Chrestien de Pommoio. Il nous reste maintenant à examiner comment le tyran sera puni de toutes ses exactions qui ont suscité cette réaction si nécessaire des officiers.

II – Le châtiment du tyran

A – Une procédure de droit commun

34Voyons maintenant comment les vainqueurs du coup d’Etat de 1485 vont dénier à Landais toute protection privilégiée, d’abord dans l’instance qui le condamnera puis dans son exécution qui suspendra tout droit de grâce régalienne. Mais notons tout d’abord que Bouchart, implicitement, dans toute sa problématique générale de la tyrannie de Landais ne peut jamais disculper complètement François II, qui, par sa faiblesse coupable, l’a permise. Cette responsabilité tacite amènera la suspension de sa fonction judiciaire suprême, en l’écartant complètement de la procédure qui conduira son favori à sa perte, et en lui déniant même son ultime prérogative régalienne de grâce.

35Ainsi, par une inverse symétrie, François II, visiblement contre son gré, ne pourra pas plus protéger Landais qu’il n’avait voulu le faire pour Chauvin.

  • 39 "Il estoit autant humain et piteux que jamais fut prince ; vengance ne mort de personne ne desiroit (...)
  • 40 "Au nouvel advenement de ce duc Francoys furent suspesçonnez maistre Jehan du Celier, qui chancelie (...)
  • 41 Voir BOUCHART (A.), ibid., t. 3, p. 496.

36D’ailleurs pour mieux prouver, à l’origine, la nocivité délétère des favoris successifs de François II, qui ont graduellement déréglé son règne et sa personnalité, notre chroniqueur montre que, rapidement, son duc a cessé de pratiquer cette prudente longanimité vantée tout d’abord39 et dont un exemple concret se produisait dès l’avènement du nouveau prince, puisque Jean de Celier, pourtant gravement soupçonné d’avoir voulu faire attribuer des droits sur la Bretagne à la sœur du nouveau duc, avait su recouvrer suffisamment la faveur de François II pour être ensuite nommé président de Bretagne40 Heureuse époque, mais qui ne durera pas, où la seule médisance ne suffisait pas encore à condamner ou à briser un accusé, malgré son emprisonnement préventif. Les vertus d’une enquête sérieuse mais impartiale suffisent à dissiper les calomnies à l’égard de personnages aussi distingués que Jean du Celier ou que Jacques Bouchart, le propre frère de notre auteur qui montrera, trente ans plus tard, tout son courage et son loyalisme breton, dans les circonstances tragiques de l’invasion française41.

37Mais, les années suivantes, l’emprise de la calomnie s’étend sur le trop crédule monarque et finit par revêtir un caractère très inquiétant : le duc devient de plus en plus accessible aux terribles vengeances bientôt réclamées par Landais. Cette docilité coupable doit être rapprochée de l’isolement où se cantonne volontairement le dynaste armoricain qui ne permet pas aux accusés de se défendre, éventuellement devant lui, des crimes qu’on leur impute assez légèrement, et qui, par là, contrevient à son rôle de prince justicier.

38Ainsi on comprend que les révoltés vont refuser de faire bénéficier le trésorier de Bretagne d’une procédure extraordinaire ou d’une juridiction exceptionnelle qui pourrait permettre à François II d’intervenir activement, voire en personne, comme une justice retenue lui en donnerait le droit. De son côté, Landais, par ses pernicieux excès, s’est exclu de la protection particulière, quasi politique, qu’il pourrait arguer de sa fonction.

  • 42 " (…) Furent mandés de toutes pars gens de justice pour sollennellement besoigner au procès dudit t (...)

39Avec ces implicites considérations, Bouchart insiste, tout au long de son récit, sur la régularité de l’instance menée contre le trésorier, contrairement aux historiens modernes qui n’y verront, évidemment, qu’une parodie. Il relève que des juristes venus de tout le pays, donc suffisamment indépendants de la cour de Nantes, participent au procès42. Dans le cours de l’instruction considérablement simplifiée par notre chroniqueur, l’assassinat de Guillaume Chauvin tient, de façon révélatrice, une place centrale.

  • 43 "Landoys (…) confessa plusieurs choses et aultres comme par hayne et envie faulcement et maulvaisem (...)

40L’exploitation surtout morale et individuelle de la tyrannie que lui fournissaient les penseurs du temps ne pouvait qu’inciter Bouchart à insister sur la personnalité intrinsèquement perverse de Landais. La "haine" est citée au premier chef, associée à une notion de vengeance43

41De même, le rappel constant de la bassesse de l’extraction du favori conduit à suspecter chez ce parvenu, une envie, une jalousie vivace à l’égard des hiérarchies sociales et politiques qui auraient du normalement s’imposer à lui.

  • 44 "Plusieurs crimes et malefices furent par le procureur general de Bretaigne proposez contre le trés (...)
  • 45 DUPUY (A.), Histoire de la Récession de la Bretagne à la France, op. cit., t. 2, p. 72.
  • 46 BOUCHART (A.), Les Grandes Croniques de Bretaigne, op. cit., t. 3, p. 319 et LE B AUD (P.), Histoir (...)
  • 47 "Landoys (…) pour plusieurs grans et enormes crimes (…) qu’il avoit commis et desquels il a été acc (...)

42Aussi, peut-on discerner, dans la narration du procès, la satisfaction de voir l’ancien dictateur ramené à son statut bourgeois originel, sans guère tenir compte de l’anoblissement pourtant conféré par le duc à son favori. La "question et torture" y est mentionnée en bonne place, pour résoudre les contradictions émises par l’accusé, qui semble n’avoir pas nié en bloc la matérialité de toutes les incriminations. Le chroniqueur précise malignement que le grand trésorier n’a pas pu supporter la "géhenne", ce qui sans doute conforte son imaginaire social où un roturier isolé, sans l’exemple de l’héroïsme aristocratique, ne peut faire montre d’un réel courage44. Or ce tourment était infligé beaucoup plus rarement aux nobles qu’aux membres du tiers-état, la notion de supplice corporel étant assez mal compatible avec la dignité du deuxième ordre45. Même Gilles de Rais, abominable mais baron titré, y échappa comme le montra Bouchart et les autres chroniqueurs46. François II contraint plus tard d’avaliser, par acte officiel, le procès de son inspirateur, n’osera rappeler précisément le calvaire enduré par Landais47

  • 48 BOUCHART (A.), Les Grandes Croniques de Bretaigne, op. cit., tome 3, p. 470.

43Enfin le mode d’exécution, la pendaison vient encore souligner l’extraction de Landais, l’épée seule, par décapitation pouvant châtier un aristocrate48 (ou éventuellement le feu dans les affaires d’hérésie et de sorcellerie, comme ce fut le cas pour Gilles de Rais).

  • 49 Ceux qui s’opposent à prévenir François II "disoient (…) l’on de voit passer oultre et que la raiso (...)
  • 50 "Si est il toutesfois bien convenable que le prince ai en son service telles personnes qu’il luy pl (...)

44Cette humble origine de Landais concourt encore à doter sa condamnation d’un caractère irrémissible, qui s’impose même au duc. L’un des arguments pour lui refuser la possibilité d’un appel à la grâce princière est " (…) aussi qu’il estoit extraict de sang et lignage roturier et rustique (…)". Les barons les plus contestataires imposent ici une limite au bon plaisir du monarque, qui ne peut muer que conditionnellement l’état social d’un parvenu ; son anoblissement et les prérogatives liées à sa charge de grand officier de la couronne devenant complètement caduques du fait de sa déchéance, conséquence de ses crimes. Le sang natif, ce constituant naturel et objectif, reste sous-jacent chez le bénéficiaire d’une promotion encore circonstancielle et précaire durant sa vie. Pour bénéficier de la sacralité afférente à la personne du souverain, le familier doit joindre à son état subjectif d’intime une condition matérielle de consanguinité avec son protecteur49. Cependant, il faut ici préciser que la prérogative monarchique permet bien au prince de choisir à sa convenance ses conseillers et ses agents, et même issus de la roture, comme l’affirme Bouchart, qui ne veut pas passer pour un thuriféraire trop exclusif de la noblesse, et qui admet que la méritocratie administrative soit indépendante des déterminismes sociaux50. Encore faut-il que chacun accepte de ne pas dépasser l’état normal correspondant à son office, selon une pondération qui doit inspirer autant le souverain que ses subordonnés. De même notre auteur ne s’offusque pas de l’éclatante fortune amassée par Landais, alors que les adversaires du dictateur stigmatisaient véhémentement cet enrichissement indû, grief très conventionnel à l’encontre du favori. Peut-être Bouchart, lucide, n’entend-il pas s’appesantir sur des pratiques alors coutumières aux administrateurs de haut rang. Peut-être aussi admet-il qu’un ministre des finances de l’Etat ducal puisse légitimement devenir un opulent propriétaire foncier malgré ses origines bourgeoises

B – Une justice inflexible

45Mais, dans la discussion sur l’exécution immédiate du trésorier, se retrouve nécessairement, au-delà du seul aspect social, le débat plus général sur la position vraiment exceptionnelle de Landais, tout à la fois intime de François II, et son principal collaborateur.

  • 51 "Or furent questions (…) si on le devoit condamner à mort et l’excécuter sans en advertir le duc. L (...)

46Les uns, favorables à la prérogative monarchique la plus discrétionnaire, estiment qu’une telle situation rapproche trop Landais de son dynaste pour qu’il ne puisse bénéficier, au moins in extremis, de la protection spéciale dûe normalement par le prince à ses familiers, rattachés, même de façon indirecte à la sacralité afférente à la personne du souverain51. Il se peut que Bouchart expose là sa propre opinion, du moins en principe, dans les cas plus ordinaires, car ici la personnalité odieuse et maléfique de Landais ne le rend pas vraiment digne de cette garantie. C’est aussi un moyen de considérer qu’un tel procès présente nécessairement des aspects politiques, donc que la décision finale doit revenir au duc désormais mieux informé.

  • 52 BOUCHART (A.), Les Grandes Croniques de Bretaigne, op. cit., t. 3, p. 468-469.

47Mais l’autre thèse plus restrictive, plus hostile à l’arbitraire princier, affirme que la justice immanente doit primer toute autre considération, même affective, car Landais, outre ses forfaits inexpiables, a suffisamment prouvé qu’il pouvait recouvrer son ascendant sur François II, trop faible à son égard pour assumer sa fonction justicière52.

48Le trésorier lui-même, perdu dans son aveuglement despotique et ses illusions, a toujours cru que le duc interviendrait pour le sauver.

  • 53 BOUCHART (A.), ibid., t. 3, p. 466.
  • 54 BOUCHART (A.), Les Grandes Croniques de Bretaigne, op. cit., t. 3, p. 470.

49Déjà, devant le soulèvement que sa répression avait suscité, il a dû "moult estonné" se réfugier dans la chambre de François II pour tenter de se protéger. La requête instante du chancelier exigeant son arrestation lui est alors "dure nouvelle", ce qui souligne son inconscience53. Après ses aveux pourtant accablants sur son acharnement contre Guillaume Chauvin, la sentence capitale "sembla à Pierre Landoys moult dure". Encore jusqu’au dernier moment " (…) avoit-il espérance en la grâce du duc dont il fut frustré"54.

50Visiblement, le favori, jusqu’à la fin, par arrogance ou par peur, refuse d’admettre que la procédure menée contre lui ira jusqu’à son terme fatal. Son outrecuidance l’empêche de comprendre qu’il n’est plus rien sans emprise directe sur le duc.

  • 55 "Or me promectez vous, dist le duc, que vous ne luy ferez que justice ? (…) et vous commande sur vo (...)
  • 56 "(…) L’on povoit faire et parfaire son procès jusques à l’exécution inclusivement sans aultrement e (...)
  • 57 BOUCHART (A.), ibid., t. 3, p. 469 et 479.

51Pareillement, François II, isolé par son favori de ses sujets et des réalités, ne se rend pas compte de l’exaspération provoquée par Landais. Avec naïveté, il insiste sur l’exacte et impartiale justice qui doit être administrée à son ministre55. Mais seule cette illusion empêche que la scène de l’abandon du favori soit odieuse. Le sens donnée par les jurés à cette "justice" n’est d’ailleurs pas exactement le même que celui entendu par le duc, puisqu’en s’y référant expressément56, les vengeurs écartent son droit de grâce, alors que François II comptait encore sérieusement pouvoir pardonner à son trésorier, sans comprendre que les haines déchaînées ne pouvaient plus se contenter d’une demi-mesure57.

  • 58 "Et disoient estre tous certains que si le duc en serait adverti, luy mesme le viendrait oster d’en (...)

52Concrètement, chacun reste trop conscient de la vulnérabilité psychologique de François II à l’égard de son ancien inspirateur. Il y a donc nécessité de l’exécuter promptement, car le duc pourrait venir délivrer son favori jusque sur l’échafaud, dans une scène qui serait pénible58.

53De plus, la désinvolture des conjurés vis-à-vis du pauvre François II, laissé dans l’ignorance de la fin de son favori, démontre le peu de cas des aristocrates pour l’affection malséante de leur monarque avec lequel ils veulent se réconcilier, l’éponge étant, pour eux, destinée à être passée, dès que le duc se sera déshabitué de son mauvais génie.

  • 59 " (…) Pevent tous princes veoir et apprendre que jamais ung personnaige si peu sçavant et de si bas (...)

54Enfin, la singularité du cas Landais et de son châtiment est relativisée par Bouchart, puisque même la France a connu des péripéties semblables avec les peines corporelles et avilissantes endurées par d’autres parvenus célèbres, hissés très provisoirement aux honneurs par la faveur de Louis XI59. Il y a donc une justice politique immanente, qui provoque nécessairement une réaction brutale contre les abus de pouvoir sandaleux et tyranniques, surtout lorsqu’ils s’aggravent d’une telle inversion sociale, avec des roturiers qui osent supplanter des princes. Bouchart, en reléguant l’ancien dictateur parmi les prévaricateurs les plus notoires et les plus vulgaires, refuse décidément d’envisager le moindre aspect supérieur, politique, dans sa chute, rabaissée à une péripétie pénale, châtiment nécessaire du déchainement des passions perverses d’un intrigant particulièrement taré.

Bibliographie

Bibliographie sommaire

BOUCHART (Alain), Les Grandes Croniques de Bretaigne, publiées par M.L. Auger et G. Jeanneau sous la direction de B. Guenée, collection des sources d’histoire médiévale, Editions du CNRS, Paris, 1986.

DUPUY (A.), Histoire de la réunion de la Bretagne à la France, t. 1 et 2, Paris, 1880.

KERHERVE (J.), "Aux origines d’un sentiment national, les chroniqueurs bretons de la fin du Moyen-Age", Bulletin de la Société Archéologique du Finistère, t. 108, 1980, p. 165 à 206.

KERHERVE (J.), L’Etat breton aux XIVe et XVe siècles, les ducs, l’argent, les hommes, Paris, 1987.

LE BAUD (Pierre), Le livre des croniques des roys, ducs et princes de Bretaigne armoricaine aultrement nommée la moindre Bretaigne, publiée par C. d’Hozier sous le titre : Histoire de Bretagne, avec les chroniques de Vitré et de Laval, Paris, 1638.

LEGUAY (J.P.) et MARTIN (H.), Fastes et malheurs de la Bretagne ducale (1213- 1532), Rennes, 1982.

MORICE (Dom), Mémoires pour servir de preuves à l’histoire ecclésiastique et civile de Bretagne, t. 3, Paris, 1746.

PLANIOL (M.), Histoire des institutions de la Bretagne, 5 vol., rééditée, Mayenne, 1981.

POCQUET (B.) et LA BORDERIE (A. de), Histoire de Bretagne, t. 4, rééditée, 1985.

Notes

1 "Les cas dessus ditz par luy commis les excluoient et forclosoient de toutes dignitez" (BOUCHART (A.), Les Grandes Croniques de Bretaigne, t. 3, p. 469).

2 "Mais en la court du duc y eut en ce temps une merveilleuse picque entre Guillaume Chauvin, chancelier et Pierre Landoys, trésorier : car Pierre Landoys avoit en main le duc, (…) et le chancelier estoit renommé estre homme droit et juste à qui plusieurs deffaulx qu’il veoit en court desplaisoient grandement, et pour mourir ne se feust voulu humilier envers le trésorier" (BOUCHART (A.), Les Grandes Croniques de Bretaigne, op. cit., t. 3, p. 442).

3 "A ceste cause et par vindication mist le trésorier Landoys, le chancelier en l’indignacion du duc, disant que le chancelier avoit unq secret entendement au roy de France, et pour fulsir son dire remonstra comme le seigneur de la Muce, filz ainsné du chancelier, s’estoit retiré en France" (BOUCHART (A.), Les Grandes Croniques de Bretaigne, op. cit. t. 3, p. 442).

4 "Ceste picque dura entre ces deux personnagies tant et tellement que chascun fut cause de la mort scandaleuse l’un de l’autre comme vous orrez cy après" (BOUCHART (A.), Les Grandes Croniques de Bretaigne, op. cit. t. 3, p. 443).

5 "Chauvin était personna grata auprès de Louis XI, et souvent envoyé en ambassade près du souverain. Celui-ci entretenait-il les bons sentiments du chancelier par des moyens plus pratiques ? Nous ne le savons, mais ce procédé était si habituel au roi (…)". "Depuis longtemps Landais persuadait au duc que son chancelier le trahissait, qu’il était acheté par Louis XI (…). Sur quels faits s’appuyait le trésorier nous ne le savons pas, car les pièces du procès ont été détruites" (BORDERIE (A. de la), et POCQUET (B.), Histoire de la Bretagne, op. cit. t. 4, p. 493 à 495).

6 "CCLXXXLX : De la Prinse et Emprisonnement de Guillaume CHAUVIN, chancelier de Bretaigne
(…) Landoys (…) mist en son indignation (de François II) tellement le chancelier … en manière que le duc commanda au seigneur de la Clartière le prendre au corps et constituer prisonnier" (BOUCHART (A.), Les Grandes Croniques de Bretaigne, t. 3, p. 446).
" (…) et fut mené à Aulroy où il fut detenu une espace de temps. Et d’Aulray fut amené de duit le plus secrètement que l’on peut dedans le chasteau de l’Ermine à Vennes, et pour le garder furent commis des gens dudit trésorier Landoys, l’un nommé Jehan de Fontenaille et l’autre Jehan de Vitre, lesquelz faignoient garder quelque autre prisonnier" (BOUCHART (A.), ibid., p. 446).

7 Ses geôliers "lequel ils traicterent si très inhumainement, tant par le laisser perrir de fain que autrement, qu’il veoient sa mort approcher de heure en heure (…) Et le lendemain, qui fut le Ve jour d’avril avant Pasques (…) le dit chancelier trespassa en une misérable povreté. Après sa mort le corps de luy fut monstré à qui veoir le vouloit ; et plusieurs qui l’avoient veu en prospérité le descongnoissoient à sa mort, car il estoit tant descharné et mesgre que les os luy avaoient percé la pel en plusieurs endroiz, par la fain et autres tirannies que endurer luy firent" (BOUCHART (A.), ibid. p. 452). "De la mort de ce chancelier que par hayne et vindication le trésorier Landoys avoit ainsi fait menger aux poux et mourir de fain en prison" (BOUCHART (A.), ibid., p. 453).

8 "Sur le vespre d’iceluy jour il fut par quatre povres hommes porté en terre aux Cordeliers de Vennes, et la gist. Il estoit lors le lundi d’après le premier dimanche de la passion" (BOUCHART (A.), ibid., p. 452).

9 A titre significatif, l’intitulé du chapitre CCXCVIII "Comment le chancelier de Bretaigne Guillaume Chauvin trespassa prisonnier au chasteau de Vennes".

10 BOUCHART (A.), ibid., p. 452. 1. 30.

11 BOUCHART (A.), ibid., p. 443. 1. 3.

12 "Et mist par ce moyen la chancelière sa famme et ses enfants en telle nécessité qu’ilz furent contrains de mandier et demander leur vie ; et en cest estat tantost après trespassa la bonne dame femme dudit Chauvin, car il n’y avoit celuy, feust son parant ou autre, qui ayder leur eust osé pour la crainte dudit trésorier" (BOUCHART (A.), ibid., p. 446).

13 "Et le cas à Chauvin bien examiné, l’on ne trouva pas en luy ce que on luy mettoit suz. A ceste cause fut le procès laissé la, sans estre absoulz ne condamné" (BOUCHART (A.), ibid., p. 446).

14 "Et non contant le trésorier Lancoys d’avoir fait prendre et détenir ce chancelier Chauvin, il fist saisir et mettre en la main du duc tous ses biens meubles et heritaiges" (BOUCHART (A.), Les Grandes Croniques de Bretaigne, op. cit., p. 446).

15 BOUCHART (A.), ibid., t. 3, p. 446.

16 BOUCHART (A.), ibid., t. 3, p. 442.

17 Ils "estoient à Nantes lors que les nouvelles y vindrent de la mort du chancelier, et soudainement délibèrent ensemble et prancre au corps le trésorier quelque part que il fust et par justice luy faire son procès quelque gré que le duc en eust (BOUCHART (A.), Les Grandes Croniques de Bretagne, op. cit., t. 3, p. 453).

18 "Et disoient que les cas par ledit Landoys commis, tant de la mort dudit chancelier que de la mort et décapitation du bastard de feu monseigneur Gilles qu’il confessa semblablement avoir fait par hayne et envie décapiter -et la vérité estoit telle- estoient si trescandaleux et de si mauvaise conséquence (BOUCHART (A.), Les Grandes Croniques de Bretaigne, op. cit., p. 469).

19 "Landoys (…) obtint de Romme ledit Landoys quelque brief pour faire son procès. Finalement ledit d’Espinay evesque fut prins au corps ; ses biens meubles, qui à grande somme se montoient, furent saisiz (…) Bien tost après ledit messire Jacques d’Espinay ainsi empesché et detenu trespassa… " (BOUCHART (A.), Les Grandes Croniques de Bretaigne, op. cit. t. 3, p. 444).

20 BORDERIE (A. de la) et POCQUET (B.), Histoire de la Bretagne, op. cit. t. 4, p. 500.

21 " (…) Ledit d’Espinay fut moult plainct, car il estoit de grant sang et lignaige ; et si avoit quatre ou cinq de ses nepveuz grandement auctorisez en France, (…) tous estoient gens de grande noblesse et bonne réputation, lesquelz ne purent subvenir à leur oncle pour l’autorité que ledit Landoys avoit lors" (BOUCHART (A.), ibid., t. 3, p. 444).

22 BOUCHART (A.), Les Grandes Croniques de Bretaigne, op. cit., t. 3, p. 458.

23 BOUCHART (A.), ibid., t. 3, p. 454 et 455.

24 " (…) Néanmoins que ilz n’eussent esté pys ne suffisaument appelez en justice, ce que fut fait ; en quoy plusieurs eurent de grans dommaiges (…)" (BOUCHART (A.), ibid., t. 3, p. 459).

25 In Dom MORICE, Preuves…, op. cit., t. 3, p. 436.

26 Dom MORICE, Mémoires pour servir de Preuves à l’Histoire Ecclesiastique et Civile de Bretagne, t. 3, p. 444 à 450.

27 Dom MORICE, ibid., t. 3, p. 475.

28 "Furent mandez gens de justice telx que le trésorier Landoys volut eslire pour faire son procés, et y fut besoigné à Nantes par aucun temps (…) Et le cas à Chauvin bien examiné, l’on ne trouva pas en luy ce que on lui mettoit suz" (BOUCHART (A.), Les Grandes Croniques de Bretaigne, op. cit., t. 3, p. 446).

29 "La court, après déliberacion prinse sur leur requeste, leur respondit "Nihil ad curiam", car il ne leur apparessoit qu’il fust prisonnier par auctorité de justice : par quoy l’affaire ne leur touchoit en rien" (BOUCHART (A.), Les Grandes Croniques de Bretaigne, t. 3, p. 452).

30 "Jehan de Vitre confessa semblablement que par la faim et autre mal traictement que Jehan de Vitre luy fist souffrir ledit chancellier estoit allé de vie à trespas ; lequel Jehan de Vitre deschargea et descoulpa Jehan de Fontenailles (…) Finalement Jehan de Fontenailles fut trouvé desditz cas pur et innocent : à ceste cause fut délivré par justice. Au regart de Jehan de Vitre, il fut condamné à estre pendu, laquelle condemnation fut promptement exécutée" (BOUCHART (A.), Les Grandes Croniques de Bretaigne, op. cit., t. 3, p. 468).

31 "Et fut institué chancelier par le moyen dudit trésorier ung nommé maistre françoys Cristien qui lors estoit procureur d’Aulroy, homme simple et paisible" (BOUCHART (A.), Les Grandes Croniques de Bretaigne, op. cit., t. 3, p. 467).

32 "Le trésorier (…) fist incontinent dicter et composer lettres au nom du duc par lesquelles il declaroit coulpables de crime de lesemagesté tous les cappitaines, chefs de guerre et autres nobles hommes de l’armée du duc qui s’estoient uniz avec les barons, et leurs seigneuries, terres, héritaiges et biens meubles déclarez acquis par confiscation au duc et uniz à son domaine" (BOUCHART (A.), Les Grandes Croniques de Bretaigne, op. cit., t. 3, p. 465).

33 "Il envoia ces lettres à la chancellerie pour icelles seeller, ce que le chancelier maistre Françoys Cristien reffusa faire (…) Le trésorier remanda de par le duc au chancelier que s’il ne selloit lesdictes lettres il le destitueroit de son office" (BOUCHART (A.), Les Grandes Croniques de Bretaigne, op. cit., t. 3, p. 465).

34 PLANIOL, Histoire des Institutions de la Bretagne, op. cit., t. 3, p. 115 et 116.

35 BOUCHART (A.), Les Grandes Croniques de Bretaigne, op. cit., t. 3, p. 466.

36 "Dist le chancelier au duc : "Mon souverain Seigneur, je suis contrainct de prandre et constituer prisonnier vostre trésorier Pierre Landoys ; et pour ce, Monseigneur, vous plaise pour pacifier vostre peuple tollerer et permettre que il soit prins et amené à justice" (BOUCHART (A.), Ibid., t. 3, p. 466).

37 "Monseigneur, dist le chancelier, on luy met sus plusieur mauvais cas moult scandaleux et de dangereuse conséquence. Peult estre que c’est à tort ; toutesfois, quant il sera prins, le peuple cessera son esmocion et luy sera justice administrée. – Or me promectez vous que vous ne luy ferz que justice ? – Oy, dist le chancelier, Monseigneur, sur ma foy je vous le prometz". Adonc le duc vint prendre par la main son trésorier Landois et le livra es mains de son chancelier en luy disant : "Je le vous baille et vous commande sur vostre vie que vous luy administrez justice et que ne souffrez aucun grief ou desplaisir luy estre faict hors justice. Il a esté cause de vous faire chancelier et pour ce soiez luy amy en justice. – Monseigneur, dist le chancelier, aussi seray ge" (BOUCHART (A.), Les Grandes Croniques de Bretaigne, op. cit., t. 3, p. 466 et 467).

38 BOUCHART (A.), ibid. t. 3, p. 467.

39 "Il estoit autant humain et piteux que jamais fut prince ; vengance ne mort de personne ne desiroit ; jamais auparant n’avoit destitué officier si on ne luy donnoit entendre qu’il avoit tropt malement forfaict" (BOUCHART (A.), les Grandes Croniques de Bretaigne, op. cit., t. 3, p. 472).

40 "Au nouvel advenement de ce duc Francoys furent suspesçonnez maistre Jehan du Celier, qui chancelier avoit estè ou temps du duc Artur, Jehan Ruffier seigneur du Boys, Jacques Bouchart secrétaire d’iceluy feu duc et aucuns autres officiers d’avoir quelque entendement à ma dame la princesse d’Orenge, seur d’iceluy duc François (…), et autres causes que on leur mettoit sus ; et furent les dessusdictz prins et emprisonnez par quelque temps. Toutefois l’on ne trouva contre eulx chose quelconque parquoy on les deust mal traicter : à ceste cause furent mis à pleine délivrance (…) Depuis ledit maistre Jehan du Celier fut premier président de Bretagne" (BOUCHART (A.), ibid., t. 3, p. 381).

41 Voir BOUCHART (A.), ibid., t. 3, p. 496.

42 " (…) Furent mandés de toutes pars gens de justice pour sollennellement besoigner au procès dudit trésorier" (BOUCHART (A.), Les Grandes Croniques de Bretaigne, op. cit., t. 3, p. 467).

43 "Landoys (…) confessa plusieurs choses et aultres comme par hayne et envie faulcement et maulvaisement il avoit fait prendre, emprisonner et mourir en prison ledit feu chancelier Chauvin" (BOUCHART (A.), Les Grandes Croniques de Bretaigne, op. cit., t. 3, p. 468).

44 "Plusieurs crimes et malefices furent par le procureur general de Bretaigne proposez contre le trésorier Landoys sur lesquelz il fut interrogué ; et pource qu’il varioit à ce dont on l’interrogoit desditz cas, luy fut la question et torture presentee, laquelle il ne peult bonnement porter. A celle cause confessa plusieurs choses (…)" (BOUCHART (A.), Les Grandes Croniques de Bretaigne, op. cit., p. 468).

45 DUPUY (A.), Histoire de la Récession de la Bretagne à la France, op. cit., t. 2, p. 72.

46 BOUCHART (A.), Les Grandes Croniques de Bretaigne, op. cit., t. 3, p. 319 et LE B AUD (P.), Histoire de Bretagne, op. cit., p. 486-487.

47 "Landoys (…) pour plusieurs grans et enormes crimes (…) qu’il avoit commis et desquels il a été accusé, atteint et convaincu, condamné, exécuté (…) des choses dessus supposées, tant par enquestes, informations et advertissements de nosdits conseillers, serviteurs et sujets, que par les interrogations qui ont esté faites audit Landoys en son procès et en la discussion duquel il a connu que par haine (…) (il avait perpétré les crimes sus-dits)" (Déclaration de François II en faveur des seigneurs ligués contre Landais, dom MORICE, Preuves…, op. cit., t. 3, p. 474 et 475).

48 BOUCHART (A.), Les Grandes Croniques de Bretaigne, op. cit., tome 3, p. 470.

49 Ceux qui s’opposent à prévenir François II "disoient (…) l’on de voit passer oultre et que la raison dessusdicte se doit entendre de ceulx qui sont de si hault sang et lignage qu’ilz touchent au sang du prince quant à leur extraction, joinct l’auctorité et proximité que le prince leur a donnée autour de sa personne. Et disoient que les cas par ledit Landoys commis (…) estoient si trescandaleux et de si mauvaise conséquence, aussi qu’il estoit extraict de sang et lignage roturier et rustique, que la chose publique de la duché seroit trop intéressée s’il ne souffroit mort sandaleusement, joinct aussi que les cas des (sus) ditz par luy commis le excluoient et forclo (o) ient de toutes dignitez" (BOUCHART (A.), Les Grandes Croniques de Bretaigne, op. cit., t. 3, p. 468-469).

50 "Si est il toutesfois bien convenable que le prince ai en son service telles personnes qu’il luy plaira, et s’ilz sont loyaulx, prudens et plains de convenable, vertueuse et profitable science soit en armes, en lettres ou aultres qualitez requises au regime de la chose publique, c’est au prince tresbien fait de telz gens aprocher de luy et iceulx constituer chascun d’eulx en l’estat et office qu’il sera capable de excercer, sans avoir esgart de quel sang ou lignage il soit, car bien souvent Dieu depart de ses grâces aux gens de basse main trop plus qu’il ne faict à d’aucuns qui sont extraictz de hault lignage" (BOUCHART (A.), Les Grandes Croniques de Bretaigne, op. cit., t. 3, p. 471).

51 "Or furent questions (…) si on le devoit condamner à mort et l’excécuter sans en advertir le duc. Les ungs disoient que non car combien qu’il eust mort deservie, si estoit il constitue en telle auctorité au tour de la persone du prince et à luy si tresfamilier que selon raison commune l’on ne le devoit condamner à mort ne faire exécuter sans premièrement en adverir le duc" (BOUCHART (A.), Les Grandes Croniques de Bretaigne, op. cit., t. 3, p. 468).

52 BOUCHART (A.), Les Grandes Croniques de Bretaigne, op. cit., t. 3, p. 468-469.

53 BOUCHART (A.), ibid., t. 3, p. 466.

54 BOUCHART (A.), Les Grandes Croniques de Bretaigne, op. cit., t. 3, p. 470.

55 "Or me promectez vous, dist le duc, que vous ne luy ferez que justice ? (…) et vous commande sur vostre vie que vous luy administrez justice et que ne souffrez aucun grief ou desplaisir luy estre faict hors justice (…) soiez luy amy en justice" (BOUCHART (A.), Les Grandes Croniques de Bretaigne, op. cit., t. 3, p. 467).

56 "(…) L’on povoit faire et parfaire son procès jusques à l’exécution inclusivement sans aultrement en advvertir le duc, veu que en ce faisant on ne lui administrerait que justice, qui estoit luy faire ce que le duc avoit commandé" (BOUCHART (A.), Les Grandes Croniques de Bretaigne, op. cit., t. 3, p. 469). "Subtilité assez déloyale" comme le note B. POCQUET in BORDERIE (A. de la) et POCQUET(B.), Histoire de Bretagne, op. cit., t. 4, p. 518).

57 BOUCHART (A.), ibid., t. 3, p. 469 et 479.

58 "Et disoient estre tous certains que si le duc en serait adverti, luy mesme le viendrait oster d’entre les mains de l’exécuteur de justice devant qu’il ne luy saulvast la vie, et que la grâce du prince est trop plus grande que les cas par ledit Landoys commis n’estoeint" (BOUCHART (A.), Les Grandes Croniques de Bretaigne, op. cit., t. 3, p. 468 et 469).

59 " (…) Pevent tous princes veoir et apprendre que jamais ung personnaige si peu sçavant et de si basse extraction que ledit Landoys estoit ils ne doivent ains exaulcer (…) l’issue en peult venir telle qu’elle a esté dudit Landoys, comme l’on a peu avoir veu ou temps du roy de France Loys XIe de Olivier Le Dain, Daniel, Estienne Luyssier, Doyat et aultres qui excedoient en auctorité tous les princes de France, et si estoient aussi peu sçayans et extraiz d’ausi basse main que ledit Landoys (…)" (BOUCHART (A.), Les Grandes Croniques de Bretaigne, op. cit., t. 3, p. 471).

© Presses de l’Université Toulouse 1 Capitole, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Volume papier

decitre.framazon.fr
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search