Version classiqueVersion mobile

Justice et politique : la Terreur dans la Révolution française

 | 
Germain Sicard

Quatrième partie. Mémoire de la Terreur

Taine et la Terreur

Éric Gasparini

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Terminer la crise ouverte par la Révolution française en l’accomplissant, en ne conservant que les principes de 89 ou bien en la niant, semble constituer l’essence même du débat politique du XIXe siècle. L’un des points essentiels de ce débat reste la question de la Terreur, posée dès Thermidor1 et qui hypothèque jusqu’en 1871 le développement de l’idée républicaine. Il faut la répression de la Commune de Paris pour que la République s’impose, comme un régime d’ordre et de stabilité.

C’est justement l’épisode de la Commune qui ranime chez Taine le spectre de la décomposition sociale et lui fait entreprendre la rédaction des Origines de la France contemporaine, oeuvre dans laquelle il compte déterminer les causes historiques du "mal français". Son ambition est la réorganisation d’une société démembrée par la crise révolutionnaire. Or cette réorganisation ne peut passer que par l’acceptation des leçons de l’histoire.

À l’époque, le livre surprend, et déroute même. En effet, en précisant...

© Presses de l’Université Toulouse 1 Capitole, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search