Version classiqueVersion mobile

Justice et politique : la Terreur dans la Révolution française

 | 
Germain Sicard

Quatrième partie. Mémoire de la Terreur

Louis de Bonald et la Terreur (avec trois pièces en vers inédites)

Jean Bastier

Texte intégral

À Jean de Bonald

1 "Le retour d’une nation civilisée à l’état sauvage et barbare des sociétés primitives",

  • 1 Louis de Bonald, Théorie du pouvoir politique et religieux, éd. A. Le Clère, Paris, 1843, T. 1, p.  (...)
  • 2 Bonald a écrit la notice Louis XVI dans la Biographie Universelle de son ami Michaud : "La religion (...)
  • 3 Par objection de conscience, en 1791, il démissionna de ses fonctions municipales et départementale (...)

2voilà, selon Louis de Bonald, l’effet des révolutions de la France de 1789 à 1795, et la Terreur jacobine proprement dite n’est qu’un paroxysme d’une dissolution qui commença aussitôt que le Tiers État se fut proclamé Assemblée Nationale1. La constitution civile du clergé fut l’événement décisif du destin tragique de Louis XV12 et l’élément moteur de la prise de conscience de Bonald3. Les massacres, les proscriptions et les procès politiques de 1793 et 1794 furent une conséquence de cet événement décisif.

  • 4 Voir J. bastier, Introduction à Réflexion sur la Révolution de juillet 1830 et autres inédits de Lo (...)
  • 5 Voir J. bastier, "La fortune d’un émigré, Louis de Bonald", Annales hist. de la Révolution français (...)

3Parti en émigration en octobre 17914, Bonald n’a pas connu la Terreur mais en a reçu l’écho en Allemagne. Ses biens ont été confisqués et vendus, en partie5. Ses biens meubles sont partis à l’encan avec ses souvenirs et objets de famille, y compris les berceaux de ses enfants et sa belle bibliothèque. Après sa courte campagne à l’Armée de Condé, réfugié pauvrement à Egelshoffen, au bord du lac de Constance, Bonald emplit des cahiers de ses notes de lectures. Dans le cahier n° 5, à la suite de notes sur "l’histoire d’Angleterre" de D. Hume (traduction française Amsterdam, 1769), sur les "lettres écrites de la montagne de Rousseau", sur l’histoire de Charles V de Robertson, il a écrit :

  • 6 Archives Bonald, propriété de M. Jean de Bonald, à l’amitié duquel nos travaux doivent tant...

4 "Dans le département de l’Aveyron, il y a eu 43 personnes de tous états condamnées par le tribunal révolutionnaire et la commission militaire, 41 à mort et 2 à la déportation"6.

  • 7 J. Artières, Millau à travers les siècles, Millau, 1943, p. 319. Dans l’église du Monna, reconstrui (...)

5Guillaume Brouillet, le vieux curé du village et seigneurie du Monna, fief des Bonald, qui fut le premier instituteur de Louis de Bonald et lui apprit à lire et à écrire, périt déporté comme curé réfractaire, en août 1794, à l’hôpital Saint André de Bordeaux7.

6Encore jeune (30 ans en 1794), Bonald partageait avec les autres émigrés cette illusion que la Terreur n’était qu’un accident, que la révolution bientôt prendrait fin comme un méchant cauchemar. Voici une pièce inédite qui éclaire son état d’esprit en émigration :

Vers par M. Le Vicomte de Bonald
adressés aux enfants réunis dans un bal chez
M. le comte Louis d’Hautefort, à Constance en 1796.
Aimables enfants dont j’admire
la franche et touchante gaieté
l’air satisfait, le doux sourire,
la charmante vivacité.
Pour vous seuls le temps moins sévère
ouvre la course par un bal,
présage heureux ! Votre carrière
commence par un carnaval
À vos coeurs ces mêmes années
qui retrouveront des plaisirs
chez nous (hélas !) moins fortunés,
fixeront d’autres souvenirs.
Nous dirons : ce temps mémorable
fut l’époque de longs débats.
Vous direz : chez un hôte aimable,
nous fêtâmes le Mardi-gras !
Que j’aime l’heureuse ignorance
de ces enfants intéressants !
Que leur charmante insouciance
rend leurs plaisirs purs et piquants !
C’est la rose sous le feuillage
qui des vents brave la fureur,
la triste trombe de l’orage
embellit sa vive couleur.
Croissez pour d’autres destinées,
enfants objets des plus doux voeux,
croissez, à vos belles années,
ajoutez des jours plus heureux.
Que du sort la cruelle injure
sur nous épuise sa rigueur,
et qu’il vous rende avec usure
ce qu’il vous ôte de bonheur.
Tandis qu’un grave politique,
chapeau sur l’oeil, lorgnette en main,
dans le fatras du Véridique,
cherche les arrêts du destin,
vous, étrangers à ces misères,
que nous nommons Événements,
soyez loyaux comme vos frères,
aimables comme vos mamans.
(Archives Bonald)

  • 8 Voir le beau récit de son fils aîné Henri, Notice sur le vicomte de Bonald, Paris, 1841.

7Au printemps 1797, Bonald vint avec ses fils, à pied par pauvreté, de Constance à Lyon qu’il trouva en ruines. Il y resta trois semaines, attendant des nouvelles et des secours de sa femme qu’il retrouva enfin à Montpellier avec son fils Maurice, le futur cardinal, et sa fille Henriette, après plus de six années de séparation. Il demeura quinze jours à Montpellier. Craignant d’être arrêté, il se cacha à Paris, comme son ami Joseph Michaud, inquiet du regain de terreur qui suivit le coup d’État du 18 fructidor. Bonald fut rayé de la liste des proscrits sous le Consulat8.

8 Ruiné, bouleversé par les événements de la Terreur, Bonald s’est efforcé de comprendre les faits en philosophe. Il a décrit la Terreur comme une dissolution du pouvoir politique et religieux ; ensuite il l’a expliquée comme un désordre des passions.

I – La Terreur : la dissolution du pouvoir politique et religieux

9Écrivant en exil sa Théorie du pouvoir politique et religieux, que Bonaparte lira à l’armée d’Italie, Bonaparte édifie sa notion d’un pouvoir naturellement un, (comme Dieu est un), comme source de vie et d’énergie donnant forme et cohésion à la société politique... À l’inverse les républiques, où le pouvoir est diffus, lui apparaissent comme des sociétés de désordre et d’anarchie. La démocratie grecque, déjà, présente tous les inconvénients d’une dilution du pouvoir.

  • 9 Bonald a longuement travaillé à cet essai, resté inédit, et que nous publierons prochainement. Le l (...)

10À la fin de sa vie, dans le livre inédit intitulé Des devoirs et du pouvoir dans la société 9, Bonald revient aux notions posées au début de sa Théorie du pouvoir : s’il admire les Égyptiens et les Juifs pour leur monarchie, il critique les Grecs,

11"ce peuple toujours extrême, toujours au-delà de la sagesse et de la raison.... Des ambitieux les persuadèrent, pour les gouverner, qu’ils pouvaient se gouverner eux-mêmes et ils anéantirent la royauté".

12Les Grecs ont donc déjà créé ce dogme pervers de la souveraineté du peuple, l’idée qu’en démocratie le sujet peut être, en même temps, le souverain, que le simple citoyen peut participer au gouvernement de la cité... Rien n’est plus absurde (au sens mathématique du terme) car la notion de pouvoir est une idée aussi claire, selon Bonald, qu’un théorème de géométrie : il y a, ou bien unicité du pouvoir (et monarchie), ou bien diffusion ou morcellement de ce pouvoir et désordre.

13"Là où tous les hommes veulent nécessairement dominer avec des volontés égales et des forces inégales, il est nécessaire qu’un seul domine ou que tous se détruisent".

14Point de relativité pour Bonald, pas de théorie des climats possible :

15"il ne peut y avoir un principe différent pour une société et pour une autre puisque l’homme est le même dans toutes les sociétés..."

16Dans la Démonstration du principe constitutif des sociétés (publié en 1830), il note :

  • 10 Théorie du pouvoir, T. 1, p. 125-127. Voir aussi H. Moulinié, De Bonald, thèse, Lettres, Toulouse, (...)

17"On le remarque jusque dans les jeux des enfants parmi lesquels il se trouve toujours un petit pouvoir pour commander et diriger. La nature se trouve partout"10.

  • 11 Voir Théorie du pouvoir, T1, p. 129, 136, 139.

18Critiquant Rousseau, Bonald dit que la volonté générale, en république, n’est que la somme de volontés particulières. Quant à la société, elle n’est plus, privée de ses corps et hiérarchies naturelles, qu’un agrégat d’individus, thème qui rejoint les analyses de Tocqueville. En conséquence, "dans les administrations et les assemblées populaires, ce fut le petit nombre qui exerça le pouvoir au nom de tous". Le pouvoir devint donc individuel, "c’est à dire que le pouvoir de l’un limita ou voulut limiter le pouvoir de l’autre, de là les dissensions et les guerres civiles"11.

19Inspiré des thèmes de Polybe, repris par les auteurs latins, Bonald croit, en 1795, en une évolution : en république, en France depuis 1789, le pouvoir s’est donc écarté de son principe qui est l’unité, il a acquis une tendance à se diviser entre tous les membres de la société. Parvenu au terme de sa division, il reviendra à l’unité. Cependant, d’où vient la Terreur ? D’un désordre premier : la société est ternaire, à la façon de Platon ; or l’ordre des producteurs (ou Tiers État) a voulu prendre la place des deux ordres supérieurs (la noblesse est "ministre", elle exécute les ordres du monarque). Le Tiers a aussi voulu prendre la place du roi ou pouvoir, par excellence. L’armée royale a failli à sa mission en ne défendant pas son roi. Dans sa Notice sur Louis XVI, Bonald note que le ministre de Saint Germain "détruisit la Maison du roi, le plus ferme rempart de la royauté"...

  • 12 Voir Théorie du pouvoir, T. 1, p. 301 à 308.

20En dissolution dès le printemps 1789, la société tendit à reconstituer un pouvoir, celui de la Terreur précisément, pouvoir diabolique : "Les députés du troisième ordre, écrit l’auteur de la Théorie du pouvoir, voulurent exercer le pouvoir et s’ériger en pouvoir... La force publique se sépara du pouvoir général ou du monarque pour ne plus reconnaître que le pouvoir particulier de l’Assemblée nationale... Le pouvoir général, conservateur de la société, cessa de se conserver, d’être une société, celle-ci ne put plus remplir sa fin, qui est la conservation des êtres qui la composent... L’homme et la propriété furent détruits, l’on détruisit l’homme social, c’est à dire le prêtre ou le noble". Ainsi, de dissensions dans le royaume, l’on revint peu à peu à l’état sauvage : "Les plus forts et les plus adroits sont les maîtres. La société dissoute tend à se recomposer par un pouvoir général, mais quel pouvoir, Grand Dieu ! Cette nouvelle constitution a une religion publique, c’est le culte de Marat, elle a un pouvoir unique et général, c’est la mort, elle a des distinctions sociales, ce sont les jacobins, prêtres de ce culte et agents de ce pouvoir. Ce pouvoir a un représentant, c’est l’instrument des supplices, ce monarque a des ministres, ce sont les bourreaux, il a des sujets ce sont ses victimes"12.

21Après la chute de Robespierre, Bonald espère un retour à la royauté, au nom de l’évolution naturelle des régimes politiques entrevue par les Grecs et les Romains, et il cite Rousseau... Le tyran est mort, mais dans ce moment, une nouvelle constitution a placé le pouvoir entre les mains de cinq personnes... Le contrat social dit :

22"Le gouvernement a pris sa pente naturelle et tend fortement à l’aristocratie, car le gouvernement passe de la démocratie à l’aristocratie, de l’aristocratie à la royauté ; le progrès inverse est impossible”.

23Seconde question, d’où vient la subversion du pouvoir naturel, ces "effets inouïs" ?

24Bonald répond :

25"quand tous les principes ont été attaqués par une fausse philosophie, une grande société passe de la plénitude de sa constitution à la démocratie la plus populaire".

26Cette "fausse philosophie" ou "philosophisme", ce sont les erreurs des Lumières que Louis de Bonald s’est attaché à combattre toute sa vie par la plume, mais aussi la prière. Cet homme était d’une piété et d’une bonté profonde. Permettons-nous ici une parenthèse de vie intérieure au sein de la dialectique politique... Nous avons trouvé dans les Archives Bonald un petit cahier manuscrit, des paraphrases d’hymnes liturgiques, calligraphiés de la main de l’auteur de la Théorie du pouvoir.

27Ces textes datent-ils tous du temps de l’Émigration ? Du Premier Empire ? Une allusion au "Saint Vicaire de tous les rois lâchement délaissé" permet-elle de dater l’ensemble de l’époque de la captivité de Pie VII ?

28Nous l’ignorons. Voici une paraphrase du Veni Sancte Spiritus, contre la philosophie des Lumières, qui témoigne de la profondeur de la foi de Bonald :

"Esprit Saint, esprit créateur,
source éternelle de lumière,
descend des deux, viens sur la terre
chasser le mensonge et l’erreur
... Convertis ce monde orgueilleux
où des sophistes dangereux
blasphèment ton nom adorable,
que ces docteurs d’iniquité
soient écartés de la jeunesse,
brise les chaires où se dresse
le philosophisme effronté.
Esprit de paix, vois nos alarmes
et viens renouveler les coeurs
et changer en des jours meilleurs
ces jours tout empreints de nos larmes.

  • 13 Voir Théorie du pouvoir, T. 1, p. 397 à 399.

29C’est avec les larmes de la colère que Bonald dénonce la Terreur : "Il n’y a ni dieu ni roi ni distinctions. La première ville de l’univers, célèbre pour la douceur et la politesse de ses habitants, verra tous les jours, et comme un spectacle ménagé à son oisiveté, livrer à la mort sur les places publiques un nombre infini de malheureux de tout âge, de tout sexe qui ignorent quel est leur crime et dont les juges ne connaissent même pas le nom".... Terreur : "Je veux parler des massacres commis à Paris, Lyon, Nantes, et des horreurs d’un genre inouï, épouvantable, qu’a révélées la procédure contre les membres du Comité révolutionnaire de Nantes, l’affreuse invention des mariages républicains : Carrier, représentant du peuple envoyé à Nantes pendant la Terreur, mariait un homme avec une femme en les faisant attacher ensemble par le bras avant de les précipiter dans la Loire"13.

30Pouvoir politique dévoyé et diabolique, la Terreur incarna aussi, sous l’influence du Protestantisme (Bonald est disciple de Bossuet et admire les "Variations des églises protestantes"), du Rousseauisme, du déisme Voltairien, un pouvoir religieux dévoyé car fondé sur des extravagances : "Un des animaux les plus féroces de la ménagerie du tyran de la France", le dévastateur d’Arras et de Cambrai, le trop fameux Lebon, ex-professeur, supplicié à Amiens en décembre 1795, laissa échapper dans son interrogatoire devant la Convention ces paroles remarquables :

  • 14 Aussi Bonald commente-t-il : "Je combats le Contrat social.... Parce que son auteur sacrifie sans c (...)

31"Ce terrible Jean-Jacques Rousseau m’a perdu avec ses principes !"14

  • 15 Voir Théorie du pouvoir, T. 2, p. 82.

32"Des déesses impudiques, des dieux anthropophages furent proposés à la vénération des fidèles et des peuples, ô honte éternelle de l’humanité ! Au sein de la société religieuse la plus éclairée, et de la société politique la plus policée, on a vu renaître l’idolâtrie et ses cruelles extravagances : la raison de l’homme personnifiée par de viles courtisanes ; on a rendu des honneurs divins à Marat et Robespierre, on a baptisé des enfants au nom de ces deux anthropophages"’15.

33La cause de ces horreurs est dans le philosophisme, qui aboutit logiquement à l’anarchie et à l’athéisme... En son exil en Allemagne, en sa clandestinité à Paris, Bonald ne cesse de méditer sur les origines et les causes philosophiques de la Terreur. Précisément, il aperçoit dans ces causes une source d’espoir qui réside dans le mécanisme des évolutions. La lecture de Leibniz et l’espérance chrétienne l’empêchent de s’abîmer dans un pessimisme absolu : la Terreur, c’est le désordre des passions...

II – La Terreur : Le désordre des passions

34Étemelle question pour les Émigrés, d’où vient la révolution ?

35Bonald a écrit des Observations sur l’ouvrage posthume de Condorcet, Esquisse d’un tableau historique des progrès de l’esprit humain :

  • 16 Ces observations sont publiées en appendice au T. 2 de la Théorie du pouvoir (édition de 1843, p. 4 (...)

36"La grande révolution à laquelle nous touchons, selon Condorcet, est donc l’abolition de la religion chrétienne, et la conversion de toutes les monarchies en républiques, c’est à dire l’athéisme et l’anarchie. C’est ce que le philosophe appelle le perfectionnement de la société par les progrès des lumières et des connaissances de l’homme. Pour si je voulais faire des prophéties, j’oserais hasarder des prédictions toutes opposées, et annoncer le triomphe de la religion chrétienne et la destruction du gouvernement républicain. La France n’est pas une république, mais une monarchie en révolution"16.

37Puisque la Terreur et la république sont le mal, il n’est pas concevable pour un chrétien que le mal et l’athéisme finissent par l’emporter. Ombre et lumière, pesanteur et grâce, combat du serpent et de la Vierge dans l’Apocalypse.... La prière semble prendre le relais des explications politiques. Seconde pause de vie intérieure, citons cet autre inédit : paraphrase de la fin du psaume 22. (Archives Bonald)

"Souvent, dans une âme oppressée
sous le poids d’un amer chagrin,
du ciel une sainte pensée
descend dans cette âme et soudain
elle se ranime, elle espère,
C’est un jour nouveau qui l’éclaire ;
tel on voit au milieu des deux
assombris par un noir orage,
apparaître un arc radieux
d’un temps meilleur heureux présage.
Mais dans cette lutte éternelle
où Satan s’arme contre nous,
pourrai-je donc, toujours fidèle,
toujours résister à ses coups !
Ah ! pour m’aider, bonté suprême,
tu viens, tu te donnes toi-même
sous un voile mystérieux
et sous ce voile je découvre
le Dieu qui nous aime et nous ouvre
le chemin assuré des cieux".

38Dans sa piété, Bonald a souvent pensé à Louis XVI et à son martyre. Ce roi fut la cause première de son malheur, il avait toutes les vertus de l’homme privé, mais point celles d’un roi :

39"La fermeté et la juste confiance en lui-même manquèrent à son caractère et ce défaut rendit inutile ou funeste tout ce qu’il avait reçu ou acquis... Son éducation fut celle des rois dont les instituteurs oubliaient trop souvent que la même doctrine qui leur sert à modérer leur pouvoir leur commande surtout de le maintenir".

40Bonald insiste sur le fait que Louis XVI n’avait que neuf ans quand il perdit son père ; au début de son règne, Maurepas, vieil homme frivole et superficiel "intimida sa jeunesse sans guider son inexpérience", en conséquence, Louis XVI ne sut jamais choisir et soutenir un ministre.... Multipliant les fautes, il finit par s’ôter complètement le moyen de vivre en roi, "il voulut mourir en saint et ne pouvant plus rien pour la France, il lui laissa de grands exemples religieux". (Notice précitée).

41La mort du roi fut-elle une expiation ? "Le temps était venu où la France devait, pour l’instruction de l’Europe, expier un siècle de doctrines impies et séditieuses ; tolérées ou même secrètement encouragées par la frivolité des cours et la corruption des grandes cités. Le malheureux roi n’avait pas entièrement échappé à leur influence. Trompé par ses propres vertus, il n’avait vu dans les déclamations des philosophes qu’un tendre intérêt pour la cause des peuples et que l’horreur de l’oppression, et sa belle âme s’était ouverte à de chimériques espérances". (Notice précitée).

42Bonald, au fond, n’avait pas de tendresse, ni pour la noblesse de cour, ni pour les Bourbons. Dans sa jeunesse, mousquetaire du roi, il prit la garde près du lit de mort de Louis XV auquel il reprochait, à la fin de sa vie, le bannissement des Jésuites. D’autre part, en Émigration ou sous la Restauration, Bonald se tint toujours à l’écart des frivolités des salons de la haute noblesse. Il haïssait le luxe et le marivaudage, il prisait plutôt la solitude et la méditation, l’austérité du pauvre hobereau.

43L’effondrement de l’Ancien Régime incitait à une méditation sur la grandeur et la décadence des empires. En exil, Bonald lut les Considérations de Montesquieu sur la grandeur et la décadence des Romains, il lut des ouvrages d’histoire de la Grande Bretagne et l’Irlande, du Danemark, de la Russie, de la Pologne, il lut et relut Pascal et Bossuet, Burke, Maistre. Il lut beaucoup la Bible, les traductions et notes de Lemaistre de Sacy... F. Baldensperger, en son Histoire du mouvement des idées dans l’émigration, Paris, 1924, a montré comment nombre d’émigrés se tournaient vers la métaphysique, la vie spirituelle, le "clair-obscur du coeur", jolie expression de Mme de Duras.

44À la fin de la Théorie du pouvoir, Bonald affirme que la Révolution (le mal) ne peut pas ne pas échouer :

  • 17 Essai analytique... (éd. 1843) p. 32-36, Législation primitive (ed. 1843), T. 1, p. 118, 154.

45"Si le législateur, se trompant dans son objet, établit un principe différent de celui qui naît de la nature des choses, la société ne cessera d’être agitée jusqu’à ce que le principe soit détruit ou changé et que l’invincible nature ait repris son empire"17.

46La philosophie de Leibniz fournit à Bonald un argument d’optimisme. Il cite Leibniz en son Essai analytique sur les lois naturelles de l’ordre social, écrit sous le Directoire :

47"Le génie le plus vaste, peut-être, qui ait paru parmi les hommes... écrit : Ceux qui se croient déchargés de l’importune crainte d’une providence surveillante lâchent la bride à leurs passions brutales et tournent leur esprit à séduire et corrompre les autres... Ils seront capables de mettre le feu aux quatre coins de la terre... Des opinions insinuantes, se glissant dans les livres à la mode, disposent toutes choses à la révolution générale dont l’Europe est menacée... Mais la providence corrigera les hommes par la révolution même qui doit naître, car quoiqu’il puisse arriver, tout tournera toujours pour le mieux en général au bout du compte".

48C’est d’une anthologie que cette citation est tirée : Esprit de Leibniz. Il s’agit d’un livre publié en français par l’abbé Jacques-André Émery (1732-1811) supérieur de Saint-Sulpice, en 1772. Émery donna ensuite, en 1775, l’Esprit de Sainte Thérèse pour défendre l’église contre les Lumières. Arrêté en 1793, élargi au 9 thermidor, caché à Paris sous le Directoire, Émery rencontra Bonald en secret et l’influença...

49Cette lecture, la méditation religieuse orientée par la lecture de Bossuet permit à Bonald d’approfondir la notion d’ordre. Dans son ouvrage suivant, il invoque Leibniz, "la lumière du Nord", et Malebranche :

  • 18 Ibidem.

50"Le désordre est toujours passager, quelque prolongé qu’il puisse être, parce qu’il est contre la nature des êtres, et que l’ordre est la loi inviolable des êtres intelligents"18.

51Les passions, source de la Terreur, sont issues du péché originel. En Allemagne, dans la revue de Charles de Villers, Le spectateur du Nord, Bonald a découvert Emmanuel Kant :

  • 19 Du divorce (éd. 1843), p. 51, note.

52"Je remarque avec plaisir que M. Kant, dont la philosophie fait tant de bruit en Allemagne, se rapproche des dogmes du christianisme et qu’il reconnaît ’une sujétion de la loi morale au principe de l’amour propre’ qui est l’antique péché de l’homme, duquel dérive la totalité de ses mauvaises actions subséquentes... mal qui doit être exprimé sous le nom de faute originelle"19.

53Surmonter par l’espérance les horreurs de la Terreur... Bonald aperçoit une solution chrétienne et leibnizienne. Jésus a dit à ses disciples :

54"Ils vous mettront à mort, mais les cheveux de votre tête sont comptés..."

55Jésus établit ainsi le Fatum christianum dont parle Leibniz, qu’il oppose à la fatalité des païens et au fatalisme des mahométans, et qui consiste à agir avec sagesse, prudence et courage, et à se reposer du succès sur la providence... La noblesse, malgré les vices de quelques uns de ses membres, a été enveloppée dans la même proscription que les ministres de la religion et rien n’a mieux prouvé que cette communauté de persécutions, la similitude de leurs fonctions et de leur ministère.

56Martyre de la noblesse et du clergé, assomption par le sang versé, ou expiation, le procès du Christ fait songer aux procès politiques de la Terreur :

  • 20 Méditations politiques tirées de l’Évangile, Paris, 1853, p. 545.

57"La mort de Jésus Christ révèle tout ce qu’il y a d’injustice et de fureur dans le pouvoir humain et populaire... Inconstance du peuple, trahison des grands, faiblesse des juges, abandon des amis, fureur des ennemis, tout ce qu’on a vu, tout ce qu’on verra dans toutes les révolutions, se retrouve dans ce grand exemple des destinées de la société"20.

58En contrepoint à la Révolution, à la Terreur, Bonald propose de construire une politique sur la charité,

59"amour de Dieu, amour des hommes, véritable génie du Christianisme..."

Notes

1 Louis de Bonald, Théorie du pouvoir politique et religieux, éd. A. Le Clère, Paris, 1843, T. 1, p. 307, T. 2, p. 82, "Cette orgie d’assassins et de bacchantes appelé gouvernement révolutionnaire... Rien de semblable n’avait encore paru sur la terre. Chez les juifs, il y avait eu le gouvernement extérieur de Dieu, on voit en France (il écrit en 1795) celui des démons. Le peintre des enfers Milton seul pourrait s’élever contre l’horreur de cet effroyable tableau".

2 Bonald a écrit la notice Louis XVI dans la Biographie Universelle de son ami Michaud : "La religion toute seule l’aurait sauvé si, renfermé dans l’asile inviolable de sa conscience, assuré qu’il était d’être soutenu par un peuple encore chrétien, il eût refusé sa sanction aux décrets spoliateurs de l’église et a la constitution civile du clergé. Mais deux ministres d’Etat, des ecclésiastiques, lui cachèrent les lettres du souverain pontife qui condamnait ces innovations". Biog. univ. (fondée en 1810), T. 25, p. 222-232.

3 Par objection de conscience, en 1791, il démissionna de ses fonctions municipales et départementales, épousant la cause du peuple catholique de Millau qui manifesta, en janvier, contre le serment des prêtres, voir J. M. Carbasse, "Un des premiers cas de résistance populaire à la Révolution : l’émeute du 25 janvier 1791 à Millau", Bulletin d’Histoire de la Révolution française 1984-85, Paris, p. 57-72, "Aux origines d’une pensée contre-révolutionnaire : Louis de Bonald, maire de Millau (1785-1790)" dans Colloque d’histoire politique, T. 5 de l’A.F.H.I.P., Presses universitaire d’Aix, 1987, p. 301-312..

4 Voir J. bastier, Introduction à Réflexion sur la Révolution de juillet 1830 et autres inédits de Louis de Bonald.

5 Voir J. bastier, "La fortune d’un émigré, Louis de Bonald", Annales hist. de la Révolution française, 1975, p. 431-445.

6 Archives Bonald, propriété de M. Jean de Bonald, à l’amitié duquel nos travaux doivent tant...

7 J. Artières, Millau à travers les siècles, Millau, 1943, p. 319. Dans l’église du Monna, reconstruite par le cardinal de Bonald une plaque honore sa mémoire face au tombeau de Louis de Bonald.

8 Voir le beau récit de son fils aîné Henri, Notice sur le vicomte de Bonald, Paris, 1841.

9 Bonald a longuement travaillé à cet essai, resté inédit, et que nous publierons prochainement. Le livre s’ouvre par des considérations critiques sur Aristote.

10 Théorie du pouvoir, T. 1, p. 125-127. Voir aussi H. Moulinié, De Bonald, thèse, Lettres, Toulouse, 1915, p. 336, 354 : R. Mauduit Les conceptions politiques et sociales de L. de Bonald, thèse, droit, Paris, 1913, p. 120.

11 Voir Théorie du pouvoir, T1, p. 129, 136, 139.

12 Voir Théorie du pouvoir, T. 1, p. 301 à 308.

13 Voir Théorie du pouvoir, T. 1, p. 397 à 399.

14 Aussi Bonald commente-t-il : "Je combats le Contrat social.... Parce que son auteur sacrifie sans cesse la société à l’homme, l’histoire à ses opinions, l’univers entier à Genève.... Après avoir édifié avec effort un système de gouvernement pour un État d’une lieue d’étendue, désolant politique, il le termine par témoigner ses craintes que sa théorie ne soit impraticable..." Théorie du pouvoir, T. 2, p. 13.

15 Voir Théorie du pouvoir, T. 2, p. 82.

16 Ces observations sont publiées en appendice au T. 2 de la Théorie du pouvoir (édition de 1843, p. 454-488). Comme beaucoup de catholiques, Bonald fut prêt à admettre que la politique d’apaisement de Napoléon, le Concordat, offrait une nouvelle ère de l’église. Il déchanta, lui aussi, lors des conflits avec Pie VII. Mary Hall Quinlan a bien vu que Bonald ne souhaitait pas un retour de l’Ancien Régime, qu’il croyait aussi en un progrès moral, fait d’espérance chrétienne, qu’il croyait enfin que la révolution était utile pour dénoncer les erreurs passées et hâter le retour à la vérité, voir The historical thought of the vicomte de Bonald, Washington, 1953, conclusion.

17 Essai analytique... (éd. 1843) p. 32-36, Législation primitive (ed. 1843), T. 1, p. 118, 154.

18 Ibidem.

19 Du divorce (éd. 1843), p. 51, note.

20 Méditations politiques tirées de l’Évangile, Paris, 1853, p. 545.

© Presses de l’Université Toulouse 1 Capitole, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search