Version classiqueVersion mobile

Justice et politique : la Terreur dans la Révolution française

 | 
Germain Sicard

Préface

Jean Bastier

Texte intégral

La mutation du métier d’historien : le travail concerté en colloques

1L’historien d’autrefois, et ce fut le cas de notre génération de 1965 à 1980 environ, travaillait en grande solitude. Comme ses pères, c’était surtout un homme de cabinet, dont la méditation et les dépouillements d’archives aboutissaient souvent à des monographies excellentes. Ces monographies étaient publiées dans des collections de thèses, ou sous forme d’articles dans des Annales d’universités, ou bien dans les quelques revues scientifiques, aidées par le C.N.R.S., comme la Revue historique de Droit français et étranger ou R.H.D.F.E.

2Certes, les historiens du droit se rencontraient, ils ne désiraient pas du tout s’ignorer. Mais la pauvreté en moyens financiers publics empêchait de prévoir des colloques et empêchait surtout d’en publier les actes. Le voyage en vue d’un colloque était annuel, au plus, et l’on rechercherait vainement, aujourd’hui, trace ou publication de beaux colloques tenus vers 1950 ou 1960. Tout au plus avait-on jadis quelques crédits pour publier dans la R.H.D.F.E. des résumés d’une demi-page des communications, ce qui était regrettable.

3À présent, tout est changé. L’historien du droit ou l’historien des anciennes facultés de lettres ne cessent de rencontrer leurs pairs. L’on tient des colloques à thème précis. Chaque historien reçoit annuellement plusieurs offres de travailler ainsi ; il choisit le sujet de sa communication dans le cadre du thème du colloque. Une communication ne correspondant pas bien au thème risque d’être rejetée par les organisateurs. Cette méthode permet des confrontations scientifiques fécondes : des débats ont lieu d’où jaillissent de nouvelles pistes de recherches. Mieux, lors des conversations de couloir ou de repas, des projets de travaux en commun (parfois à collaboration internationale) sont imaginés.

4C’est dans cet état d’esprit que notre centre de recherches, le Centre toulousain d’histoire du droit et des idées politiques, C.T.H.D.I.P., a fait demande au ministère de l’Éducation Nationale et des Universités de crédits de recherches. Nous exprimons notre gratitude à la délégation à la recherche du ministère, qui a été notre interlocuteur et le lecteur de nos rapports. En effet, grâce à ces crédits, nous créons aujourd’hui un périodique scientifique, Études d’Histoire du Droit et des Idées Politiques. Comme nous l’avions indiqué dans les rapports précités, notre périodique se consacre, en ses deux premiers numéros, au thème de la Justice. Il abordera, en troisième livraison, le thème, en vérité très neuf, Droit romain et droit public (de Rome au XXe siècle).

5L’on verra que, pour ce premier numéro, qui apporte les actes d’un colloque de trois jours (ce qui est rare !) qui fut très réussi, le professeur Germain Sicard a choisi de lancer, comme offre de travail, Justice et politique : la Terreur de 1793-1795. Malgré les recherches suscitées par le Bicentenaire, le lecteur observera combien notre apport est original et combien il invite à méditer sur Justice et Politique...

© Presses de l’Université Toulouse 1 Capitole, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Volume papier

decitre.framazon.fr
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search