Version classiqueVersion mobile

Histoire de l’histoire du droit

 | 
Jacques Poumarède

Préface

Anne Lefebvre-Teillard

Texte intégral

1Que dire en préface aux Actes de ces « Journées » que Jacques Poumarède qui en fut la cheville ouvrière n’ait pas dit dans leur « présentation » ? Le thème lui tenait depuis longtemps à cœur... Dois-je avouer que je fus, en tant que président, quelque peu réticente au départ ? Deux raisons à cela : la crainte que cette historiographie de notre discipline ne se prête trop facilement au règlement de comptes scientifique et/ou politique n’interessant que quelques initiés ; la crainte que l’ampleur du sujet ne conduise à une dispersion néfaste à la cohérence de l’ensemble. Il ne fallait pas perdre de vue que la Société d’Histoire du Droit compte près de sept cents membres appartenant à une trentaine de pays... La réflexion que nous avons menée de conserve au cours de la préparation de ces « Journées » a su dissiper l’une et l’autre et je ne puis que me réjouir du résultat. Ces Actes seront une véritable « mine » pour tous ceux qui, de plus en plus nombreux, s’intéressent à l’historiographie de l’histoire du droit, cette discipline qui demande à ceux qui la servent d’être à la fois juriste et historien. Juriste et historien ou historien et juriste ? Empruntant à l’une et à l’autre de ces deux sciences leurs méthodes et leurs savoirs, l’historien du droit a parfois du mal à maintenir l’équilibre nécessaire à ce qui fait précisément toute la richesse de sa discipline. Historien il ne doit pas oublier qu’il est aussi un juriste appelé avant tout à former des juristes. Juriste il doit savoir emprunter à l’histoire, et plus largement à l’ensemble des sciences humaines tout ce qui est nécessaire à la compréhension « de la genèse, de la détermination et de la vie des règles et des institutions ». Gabriel Le Bras auquel j’emprunte ces derniers mots et qui fut l’un des grands artisans de l’ouverture de notre discipline aux autres sciences humaines, nous mettait en garde contre l’oubli de ce qui fait notre spécificité. Celui qui avait donné pour tâche à ses collaborateurs de « saisir dans sa totalité la vie institutionnelle et juridique de l’Eglise sans parti pris au sujet des nombreux facteurs qui y ont contribué » et ce aux fins de retracer l’« Histoire du droit et des institutions de l’Eglise d’Occident », leur recommandait également de conserver à l’analyse juridique sa primauté : « Ce qui spécifie une histoire du droit et des institutions, c ’est le mécanisme des règles et leur agencement, ce sont les principes et les procédures. Un juriste qui abaisserait toutes ces exigences aurait perdu son titre ». Deux directives qui n’ont rien perdu de leur actualité et que je livre à la méditation de ceux qui auront le temps de lire cette préface...

2Puis-je aussi, à titre subsidiaire, livrer quelques réflexions personnelles non point sur l’histoire de l’histoire du droit ni même sur l’histoire du droit, mais sur celui qui l’écrit : l’historien du droit. Elles partiront d’une anecdote qui m’a d’abord fait rire puis beaucoup réfléchir. C’était en 1984, nous étions Jean Gaudemet et moi-même à Cambridge, venus participer au congrès de droit canonique médiéval, un congrès qui a lieu tous les quatre ans, et nous écoutions, je crois, la communication de Brian Tierney. A la fin de cette communication, nous levons la main pour poser quelques questions à l’orateur. « Honneur aux dames » : je pose ma première question gardant la seconde pour « les discussions de couloir ». Jean Gaudemet se penche vers moi et me dit : « j’allais la poser », puis il pose la sienne : c’était ma deuxième... Anecdote révélatrice. L’historien du droit est d’abord, comme le disent si joliment nos collègues italiens, le fils ou la fille académique de celui qui a guidé vos premières recherches, qui, même sans que vous en ayez pleinement conscience, vous a transmis sa manière de chercher, de s’interroger, bref tous ses réflexes scientifiques qui peu à peu sont devenus les vôtres. Ils sont infiniment plus importants que les idées ; plus durables aussi, car même le « fils rebelle » bien souvent les conserve.

3Mais l’historien du droit est aussi fils de son temps, sensible à un environnement voire à des modes qui le conduisent à se poser des questions que ses prédécesseurs ne s’étaient pas posées ou s’étaient posées différemment. Aurais-je prêté la même attention au nom s’il n’y avait pas eu les revendications des féministes ? Aurais-je fait dans mon livre à la sociologie et à la science politique la place que je leur ai donnée sans Jean Gaudemet et Jean Carbonnier ? Même lorsque poussés par l’« environnement » nous explorons des champs nouveaux ou des sources nouvelles, c’est souvent néanmoins grâce aux travaux de nos prédécesseurs que nous y sommes conduits. Aussi les reproches qu’on leur adresse parfois de ne pas les avoir traitées me paraissent-ils la plupart du temps infondés. Autant la critique de telle ou telle interprétation ou de telle ou telle hypothèse, me paraît admissible, voire nécessaire pour une vision plus exacte des choses, autant le reproche du « silence » me semble le plus souvent injuste. Puis-je prendre là encore l’exemple de Gabriel Le Bras ? Avec Paul Fournier, son maître, il a profondément renouvelé l’histoire des collections canoniques ; nul pourtant n’avait plus que lui conscience d’être tributaire de cette chaîne du savoir érudit qu’il faisait volontiers remonter jusqu’au XVIIe siècle.

4Il n’en reste pas moins que Gabriel Le Bras est Gabriel Le Bras, car l’historien du droit est unique. Unique dans sa réceptivité, unique dans sa perception, unique dans sa réflexion. Lui dans son œuvre. Fort heureusement.

5C’est aussi ce qu’illustre l’histoire de l’histoire du droit.

© Presses de l’Université Toulouse 1 Capitole, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search