Version classiqueVersion mobile

Sur le front du droit

 | 
Florent Garnier

De la propagande internationale à la diplomatie culturelle

Professeurs et facultés de droit, agents de la politique extérieure française pendant la Grande Guerre

Antoine Sené

Texte intégral

  • 1 Gustave Le Bon, Les premières conséquences de la guerre, 1916, p. 239. L’auteur poursuit son propos (...)

« L’histoire n’est souvent (…) qu’un conflit entre les idées que chaque peuple se fait de son droit »1.

  • 2 Voir par exemple David Deroussin (dir.), La Grande Guerre et son droit, Lextenso – LGDJ, 2018 ; Oli (...)
  • 3 Nous nous permettons de renvoyer à notre travail de thèse sur lequel se fonde cet article : Antoine (...)
  • 4 Pierre Bourdieu, La noblesse d’État, Grandes écoles et esprit de corps, éditions de Minuit, 1989.

1Le centenaire de la Grande Guerre a ouvert la voie à de nombreux travaux consacrés aux évolutions du droit et au rôle des juristes au cours de cette période singulière qui marque le tournant entre le XIXe et le XXe siècle2. Inspiré par ce temps de renouveau historiographique, cet article tente d’apporter des éclairages sur l’aspect propagandiste des actions et des discours des professeurs de droit au cours de la Grande Guerre3. Notre analyse se focalise sur les divers engagements de cette communauté de juristes sur le « front intellectuel » international et sur sa participation à la politique extérieure française. Universitaires, enseignants-chercheurs, théoriciens et praticiens, mais aussi historiens, sociologues, philosophes ou anthropologues du droit, les professeurs des facultés de droit sont des élites intellectuelles intégrées dans les sociétés savantes, les cercles culturels et les réseaux politiques qui gravitent autour des milieux académiques. Ils appartiennent aux sphères influentes de la IIIe République et sont membres de l’aristocratie républicaine, de cette bourgeoisie savante parfois assimilée à la « noblesse d’État »4. À la fois acteurs et témoins des événements, soldats combattants dans les tranchées ou mobilisés dans l’administration militaire, enseignants et écrivains engagés à l’arrière, diplomates et experts auprès du gouvernement, leurs parcours et leurs actions sont le reflet des conséquences d’une guerre totale sur ces hommes de science et sur leurs savoirs. Communauté hétéroclites, les convictions qu’ils défendent et les combats qu’ils mènent empruntent tous les courants politiques, scientifiques et philosophiques de leurs temps. Néanmoins, la guerre étant une période de crise et de confusion où les peurs et les haines dominent l’ensemble des discours, les idéologies nationalistes et antigermaniques se répandent dans la plupart de leurs écrits. Que ce soit de manière sincères ou contraints par les événements, les professeurs de droit adoptent une posture martiale et participent à la diffusion d’une image idéalisée du droit français. Ainsi, la plupart de ceux qui publient pendant la période 1914-1918 versent dans une forme de propagande patriotique de guerre au moyen d’une instrumentalisation de l’histoire et du droit.

  • 5 La diplomatie culturelle peut se définir comme « l’ensemble des moyens et des acteurs (…) au servic (...)
  • 6 Normand Baillargeon, « Edward Bernays et l’invention du “gouvernement invisible” », Préface à Edwar (...)
  • 7 Gustave Le Bon, Psychologie des foules, Félix Alcan, 1895.
  • 8 Jacques Ellul, Propagandes, Armand Colin, 1962.
  • 9 Noam Chomsky, Propaganda, éditions du Félin / Danger Public, 2002.
  • 10 Les expériences de la Grande Guerre nourrissent les réflexions en psychologie sociale, notamment le (...)
  • 11 À l’issue du conflit, le terme de propagande, dont la racine étymologique est issue du nom de la co (...)

2En replaçant ces discours dans un contexte qui se caractérise notamment par l’émergence de nouvelles techniques de communication de masse, l’hypothèse que nous cherchons à démontrer est que les professeurs de droit, en menant une véritable guerre d’opinions et d’arguments, ont acquis un nouveau rôle social et politique qui se traduit par leur collaboration à la diplomatie culturelle5 du gouvernement. Rappelons, en effet, que ces années de guerre sont marquées par des mutations sociales rapides et radicales qui ont fait basculer le monde dans une nouvelle ère ; l’ère de la « grande société »6 pour Woodrow Wilson, mais aussi « l’ère des foules »7, telle que l’anticipait Gustave Le Bon en 1895. Ce passage d’un siècle à l’autre se distingue particulièrement par l’émergence de moyens de communication et de méthodes de propagande moderne8. Pendant le conflit, tous les gouvernements prennent conscience de la nécessité impérieuse de persuader l’opinion publique de la justesse et de la pertinence de leurs politiques. Les grandes puissances s’engagent alors dans l’élaboration d’un arsenal mental capable de galvaniser les foules pour les persuader et les convaincre d’entrer dans le conflit ou de poursuivre l’effort de guerre. L’exemple le plus topique de cette entreprise de manipulation du public pour servir les intérêts des gouvernements est celui de la création, aux États-Unis, de la Commission Creel9. Composé d’experts en communication, de journalistes, de publicitaires et d’agents de presse, ce comité réuni par le gouvernement pendant le conflit est chargé de persuader sa population, qui est alors foncièrement pacifiste, d’entrer en guerre aux côtés des Alliés. Influencés par les travaux en psychologie sociale, des publicitaires comme Edward Bernays et des journalistes et intellectuels renommés comme Walter Lippmann, conseiller du président Wilson, mènent les premières campagnes de propagande à destination des masses notamment par l’usage des nouveaux médias que sont la radio et le cinéma. Fondés sur un antigermanisme primaire faisant appel aux sentiments, aux croyances populaires, aux peurs profondément ancrés dans les mentalités, ces « mythes » parviennent à faire adhérer toute une société à la guerre sans remettre en cause les institutions démocratiques. Après l’entrée des États-Unis en guerre en 1917 grâce au succès des campagnes de la Commission Creel, ce « gouvernement invisible » prend conscience de l’arme de persuasion massive qu’il vient de créer10. Ce tournant historique majeur, qui assura en partie la victoire des Alliés, ne peut être détaché des actions de propagande françaises menées auprès des pays neutres. En effet, dès les premiers temps du conflit la France constate la faiblesse de sa politique extérieure par rapport à l’Allemagne et réalise à quel point l’opinion publique est fondamentale pour l’issue de la guerre. Après les premières mesures d’urgence, qui consistent notamment à créer un organisme de censure, et le temps de l’improvisation, où la propagande extérieure était principalement menée par des groupements privés, le gouvernement s’organise pour centraliser les services d’informations et de propagandes, les deux termes étant synonymes pour les contemporains11. Tout au long du conflit, des juristes-universitaires s’emploient à créer et à diffuser une propagande juridique en direction des pays ennemis, neutres et alliés pour renforcer la politique extérieure française. Appelés à rédiger des articles de revues, de journaux, des brochures et des tracts, à faire des conférences à l’étranger, à renforcer les liens avec les diplomates, les savants, les industriels et les financiers des pays neutres et alliés, les professeurs et les facultés de droit mènent la guerre « de l’encre et des discours » sur le front psychologique et diplomatique de la « Guerre du Droit ».

3Dans un premier temps, cette étude vise à présenter les caractères de cette propagande juridique telle qu’elle se développe et évolue pendant le conflit. Notre propos consiste à mettre l’accent sur le fait que la science juridique est partie prenante d’une culture de guerre et que les professeurs et les facultés de droit deviennent de véritables agents de la politique étrangère française. Il ne s’agit pas de faire œuvre exhaustive, mais de procéder par éclairages, en examinant les représentations du droit véhiculées par ces auteurs. Nous verrons ainsi quels sont les arguments récurrents de la propagande juridique déployés en direction des pays étrangers (I).

4En second lieu, dans le cadre de la diplomatie universitaire, les facultés de droit s’organisent et font jouer leurs réseaux pour exhorter les savants des pays étrangers à défendre le modèle démocratique et à rejoindre les valeurs de justice et de respect du droit portées par les Alliés. Dans cette optique, plusieurs professeurs sont envoyés en mission en dehors des frontières nationales pour vanter la supériorité de la civilisation française face à la Kultur allemande. Parallèlement, l’université française est associée à la politique intellectuelle internationale du gouvernement pour accueillir des étudiants étrangers. Nous décrirons donc quelles sont les actions déployées par les facultés de droit pour porter les discours de la science juridique à l’étranger et pour favoriser la formation des élites étrangères en France (II).

I. La propagande internationale des professeurs de droit

  • 12 Jean-Claude Montant, La propagande extérieure française pendant la Première Guerre mondiale : l’exe (...)
  • 13 Ce bulletin est transmis aux Chambres de Commerce des pays neutres puis aux clients et fournisseurs (...)
  • 14 Jean-Claude Montant, op. cit., p. 171 : « En 1914, Delcassé indiquait que les moyens les plus effic (...)
  • 15 Les membres du Comité d’Études et Documents sur la guerre sont : Ernest Lavisse (1842- 1922) membre (...)
  • 16 Éric Thiers, « Droit et culture de guerre 1914-1918. Le Comité d’études et documents sur la guerre  (...)
  • 17 Comité à la tête duquel préside le professeur de droit international André Weiss et dans lequel œuv (...)
  • 18 Son programme visait à « gagner l’opinion publique des pays neutres en vue d’une défense efficace d (...)
  • 19 Par exemple le Comité des relations avec les pays neutres, fondé en avril 1915 par la Chambre de Co (...)
  • 20 Jean-Claude Montant, op. cit., p. 256. Au sein de la Maison de la Presse, à la section diplomatique (...)

5À l’image de la propagande politique dont elle est l’une des composantes, les premiers temps de la propagande juridique française sont marqués par la stupéfaction et l’impréparation vis-à-vis du poids de l’influence allemande à l’étranger. Commencée bien avant le conflit, la propagande allemande était bien implantée dans les domaines économiques et culturels12. Dans la course à l’information que fait naître le conflit, l’organisation administrative des moyens de diffusion de la propagande reste sommaire ce qui donne lieu à une phase d’improvisation. L’initiative de la lutte contre les arguments ennemis revient alors aux organismes privés, aux associations et aux comités savants. La Grande Ligue internationale contre l’austro-germanisme, constituée dès juillet 1914, mène par exemple des actions dans les domaines du commerce, de l’industrie, des chemins de fer et de la presse à l’étranger. Au début du conflit, l’une des premières tentatives de contre-propagande économique est notamment organisée par la Chambre de commerce de Paris grâce à la publication de son bulletin en plusieurs langues13. Ces Documents sur la guerre, dont la publication est ensuite placée sous le patronage du ministère des Affaires étrangères et dont la diffusion est confiée à l’Alliance française14, s’étendent alors au domaine politique et culturel. En novembre 1915, fort des succès des premières brochures et rejoint par le comité présidé par Ernest Lavisse dans lequel figure des professeurs renommés15, la Chambre de Commerce de Paris finance la publication d’une série de brochures intitulées Études et Documents sur la Guerre16 qui deviendront des classiques de la littérature propagandiste traduits en plusieurs langues et diffusés en très grand nombre à destination des pays neutres. Dans le même temps est créée l’Union des Grandes Associations françaises contre la propagande ennemie, regroupant treize comités, dont le comité catholique et le comité protestant de propagande française à l’étranger17. Plus tard, en 1916, se constitue la ligue des pays neutres pour la défense du droit des gens et des conventions internationales18. D’autres institutions, telle l’Association nationale pour la défense des idées françaises à l’étranger développe une propagande plus large, en direction des masses, au moyen de services de presse modernes et efficaces. De nombreux groupements similaires19 voient le jour dans le but de dénoncer les mensonges allemands et justifier le bon droit de la France auprès des réseaux politiques, diplomatiques, économiques, culturels et juridiques. À côté de ces initiatives privées, le gouvernement crée d’abord un Bureau puis une Maison de la presse, véritables organes de censure et de propagande rattachés au ministère des Affaires étrangères, à côté des services du ministère de la Guerre déjà dédiés à ces activités. La Maison de la presse a alors pour but de centraliser les différents services administratifs de propagande et de coordonner les actions menées par les intellectuels et les savants au sein des divers réseaux diplomatiques, privés et publics, religieux et laïcs. Elle incorpore ainsi à ses services les principaux organismes œuvrant à la diffusion de la propagande française à l’étranger. Cette institution est composée de spécialistes de tous les secteurs de la société, pour la plupart pris en dehors des cadres administratifs, dont des représentants de la presse, des écrivains et des universitaires, parmi lesquels des professeurs de droit20. Critiquée durant toute la guerre, elle se maintient jusqu’en 1919 malgré les vicissitudes d’une administration devant faire face à la concurrence entre les ministères des Affaires étrangères, de l’Instruction publique et de la Guerre.

6La Première Guerre mondiale pousse ainsi certains membres de la doctrine juridique professorale à s’organiser en réseaux d’influence pour diffuser la propagande juridique française en direction des neutres avec l’appui du gouvernement. Voyons quels sont les arguments de cette propagande à travers deux thèmes de portée internationale abordés par les professeurs de droit : d’une part la violation du droit international par l’Allemagne, qui mène à la « Guerre du Droit » (A), et d’autre part, les crimes de guerre et les atrocités allemandes, synonymes de « barbarie » (B).

A. De la violation des traités internationaux à la « Guerre du Droit »

  • 21 Raymond Poincaré, Message du Président de la République aux Assemblées, 4 août 1914 : « La France a (...)
  • 22 Paul Deschanel, président de la Chambre des députés, lors de la séance du 22 décembre 1914 : « La F (...)
  • 23 Paul Bourget, « Le Droit et la Force », l’Écho de Paris, 15 novembre 1914, p. 1. Le peuple belge, e (...)
  • 24 Gustave Le Bon, Premières conséquences de la guerre, op. cit., p. 238 : « Quand nous assurons, par (...)
  • 25 Auguste Audollent, « La guerre et l’enseignement supérieur en France », Revue internationale de l’e (...)

7Dès les premiers jours du conflit, l’argument de la « Guerre du Droit » s’impose dans les milieux politiques, intellectuels et juridiques. Cette propagande se décline sous plusieurs formes. Dans le cadre de la politique nationale, cette idée devient l’un des principaux arguments utilisés par le pouvoir pour renforcer la mobilisation des troupes, maintenir l’« Union sacrée »21, poursuivre l’effort de guerre et pousser au sacrifice pour la patrie. En direction des pays étrangers, cette antienne est utilisée contre les arguments de la propagande allemande et pour pousser les neutres à rallier la cause des alliés. Elle vise alors à justifier une guerre défensive contre l’agression allemande22. Elle tend aussi à défendre le respect des traités et du droit international et elle fonde finalement la lutte idéologique de la « civilisation » contre la Kultur et du Droit contre la « Force »23. Ces formules mystiques qui tiennent lieu de vérités24 placent les juristes universitaires en première ligne dans les batailles médiatiques et diplomatiques. Avec pour armes le poids des mots, la force de la rhétorique et la capacité de persuasion attachée à leur charisme et à leur prestige, les professeurs de droit prennent part à la guerre intellectuelle pour lutter contre les savants d’outre-Rhin, cette « armée toujours prête au combat pour défendre ou pour propager la Kultur germanique »25. Au cours du conflit, cette propagande évolue pour répondre aux campagnes de contre-propagande ennemie et prendre en compte les bouleversements économiques et géopolitiques qui influencent le cours de la guerre. La lassitude de l’opinion pour les thèmes surexploités par la propagande pousse le gouvernement à lancer de nouveaux arguments qui insiste sur l’effort de la France, ses chances de succès ou encore son irresponsabilité concernant les souffrances imposées aux neutres par la prolongation de la guerre.

  • 26 Selon les mots du chancelier Bethmann-Hollweg lors d’un entretien avec l’ambassadeur du Royaume-Uni (...)
  • 27 André Weiss, La violation de la neutralité belge et luxembourgeoise par l’Allemagne, 1915.
  • 28 Voir Rémi Fabre, « Un exemple de pacifisme juridique : Théodore Ruyssen et le mouvement « la paix p (...)
  • 29 Théodore Ruyssen, « La Force et le Droit », Revue de Métaphysique et de Morale, 1915, p. 849.
  • 30 Henri Roland, Lexique juridique des expressions latines, Litec, 5e éd., Paris, 2010, p. 103 : « Ex (...)
  • 31 Louis Renault, « Les premières violations du droit des gens par l’Allemagne (Luxembourg et Belgique (...)
  • 32 Les délégués allemands aux conférences de Paix de la Haye de 1899 et 1907 fixant les coutumes et lo (...)
  • 33 Théodore Ruyssen, « La Force et le Droit », op. cit., p. 852 : « Cette guerre où le droit s’anéanti (...)

8Parmi les premiers arguments développés par cette propagande juridique, les plus récurrents se situent sur le terrain du droit international. En effet, lorsque la guerre éclate, les efforts poursuivis par la communauté internationale pour maintenir l’équilibre des grandes puissances volent en éclats. Les traités garantissant la neutralité de la Belgique sont foulés au pied et la violation de ces « chiffons de papier »26 entraîne l’Angleterre à déclarer la guerre à l’Allemagne. Au sein des dix brochures du comité d’Études et Documents sur la guerre, toutes publiées en 1915, celle rédigée par André Weiss reprend ces faits en analysant précisément le statut des États neutres27. Il rappelle la primauté des traités et affirme que « le droit est toujours le souverain du monde ». Dans le même ordre d’idée, la même année, Théodore Ruyssen28, militant de l’association La paix par le droit, revient sur les événements qui ont conduit à l’explosion de violence entre les États européens pour y porter son regard de philosophe. Dans un article rédigé pendant les premiers mois de la guerre intitulé « La Force et le Droit », ce pacifiste convaincu témoigne des conditions particulièrement violentes et brutales de la guerre moderne. Il constate le caractère inédit des violations du droit de la guerre commises par des sociétés qui se prétendent au plus haut degré de civilisation29. Il fustige notamment le Chancelier Bethmann-Hollweg pour n’avoir même pas masqué les violations du droit international d’un prétexte juridique et pour avoir déclaré en plein Reichstag, à la face du monde, que cet acte est contraire au droit des gens, mais que « nécessité n’a point de lois ». Cette théorie de la nécessité sur lequel se fonde le chancelier est un vieil adage juridique30. Il vise les cas où la commission d’une infraction se justifie par la nécessité, c’est-à-dire lorsqu’un intérêt supérieur à la valeur morale défendue par la norme enfreinte est préservé grâce à la commission même de cette infraction. Pour le chancelier allemand, cet intérêt supérieur à la loi justifiant la violation du droit international est la défense du pays contre une possible attaque de la France qui aurait pu lui être fatale31. Pour le Reich allemand, cette situation de nécessité face à une menace imminente s’apparente à un cas de légitime défense qui justifie une guerre préventive. Or, cette position est difficilement justifiable en droit, la notion de nécessité n’étant pas clairement définie par le législateur de chaque pays, ni même par les coutumes du droit de la guerre ou les textes internationaux32. Les juristes des deux pays belligérants investissent alors le champ de cette théorie pour démontrer le bien-fondé de leurs combats. Une guerre d’arguments s’ouvre entre la doctrine juridique allemande et française, chacune convaincue d’œuvrer dans le sens du droit33. Pour les internationalistes belges et français, l’état de nécessité, fait justificatif encadré très strictement dans ses conditions de réalisation, proches de la légitime défense et de la contrainte, dont la portée est très discutée au sein de la doctrine française et allemande, ne saurait consacrer un droit de nécessité. Tel est l’un des points sur lequel les discours se fondent pour déclarer l’Allemagne coupable d’avoir substitué la Force au Droit.

  • 34 Pour la Défense du Droit International. Louis Renault, I. Les Premières Violations du Droit des Gen (...)
  • 35 Le président est Louis Renault, membre de l’Institut, professeur de droit international à la Facult (...)
  • 36 Louis Renault, Pour la Défense du Droit International, I. Les Premières Violations du Droit des Gen (...)

9Plus tardivement dans le conflit, en 1917, paraît une série de brochures34 rédigées sous l’égide du Comité pour la Défense du Droit international rassemblant d’éminents professeurs qui enseignent ou qui ont enseigné le droit international35. Le but de ces textes est de « rétablir la vérité juridique sur un certain nombre de points où elle a été travestie par les théoriciens au service des adversaires »36. Son président, Louis Renault, prend la plume pour répéter les « choses vraies », parce que l’erreur, dit-il, « renouvelle sans cesse autour de nous ses prédications et qu’elle a pour organes non pas de simples individus, mais les masses ». Lui aussi combat les justifications allemandes de l’invasion du Luxembourg et de la Belgique, devenue l’obsession des journaux, des revues et des brochures.

10Cette « Guerre du Droit », ce conflit d’arguments juridiques pour établir le vrai et dénoncer le faux, se transforme donc en un procès pour établir la culpabilité de l’Allemagne et le bon droit de la Belgique et de la France d’avoir résisté à son invasion. Ces arguments, émis par les professeurs les plus reconnus dans leur discipline, sont largement repris par l’ensemble des intellectuels français pour démontrer la responsabilité de l’Allemagne dans le déclenchement de la guerre. Dans la continuité des batailles sur le front de la propagande juridique, un autre argument récurrent est celui des atrocités commises par l’armée allemande dans les pays envahis.

B. Des crimes de guerre à la « barbarie » allemande

  • 37 Joseph Bédier, Les crimes allemands d’après des témoignages allemands et Comment l’Allemagne essaie (...)
  • 38 Antoine Pillet, Pour la Défense du Droit International, II. Les violences allemandes à l’encontre d (...)
  • 39 Publié par le ministère des affaires étrangères d’Allemagne en mai 1915, le Livre Blanc est le rapp (...)
  • 40 Georges Blondel, « Les idées des professeurs de droit et d’économie politique des Universités de l’ (...)
  • 41 Alexandre Mérignhac, Les violations du droit des gens commises au cours de la guerre actuelle princ (...)
  • 42 Henri Bergson, « Discours prononcé à l’Académie des sciences morales et politiques dans la séance p (...)
  • 43 Inscription présente sur le monument aux 674 victimes civiles à Dinant le 23 août 1914.

11À l’instar de l’enquête menée par Joseph Bédier sur les crimes allemands37, Antoine Pillet, professeur de droit international à la faculté de droit de Paris, expose les faits de violences commis par l’Allemagne à l’égard des non-combattants38. Il commence ses lignes en rappelant quelles étaient les rumeurs qui parcouraient l’opinion au début du conflit à l’égard des troupes allemandes sur le sol belge et, après avoir rappelé quelles sont les protections accordées aux non-combattants au regard des règles internationales et des principes généraux du droit, il expose ensuite les preuves de ces atrocités. Le procédé argumentaire du professeur Pillet consiste à mettre en contradiction l’enquête ordonnée par l’Empereur, contenant les témoignages de soldats choisis par les magistrats chargés de les enregistrer, et les témoignages issus des enquêtes françaises. Il expose quels sont les arguments apportés par l’Allemagne au sein du Livre Blanc39 pour justifier les incendies, les pillages et le meurtre des populations civiles. Le professeur Pillet engage ses connaissances en droit international public et privé au service de la propagande du droit et condamne la violence exercée par l’Allemagne comme étant « purement et simplement le mal fait pour le mal ». Il estime qu’en matière de protection de la propriété des non-combattants, « les Allemands se sont conduits non en soldats, mais en barbares ». Selon lui, les destructions et les pillages en Belgique « faisaient partie des méthodes de guerre des Allemands » et étaient « ordonnés et systématiques ». Il estime que « la brutalité allemande ne s’est arrêtée devant rien », ni devant les Conventions de Genève de 1864 et de 1906, « ni même devant le malheur et les souffrances des blessés ». Il condamne enfin les « hostilités dirigées contre les seuls non-combattants », c’est-à-dire les bombardements de villes ouvertes, « qui ne peuvent nuire qu’à la seule population civile ». En 1916, Georges Blondel, docteur en droit et agrégé d’histoire, spécialiste de l’Allemagne, évoque, lui aussi, les crimes commis en Belgique par l’armée allemande pour dénoncer les procédés utilisés par la Turquie contre les Arméniens. Pour cet auteur, ces faits sont « une répétition aggravée des horreurs commises en Belgique et en Pologne »40. Il est un des premiers à dénoncer le génocide du peuple arménien en considérant que les empires centraux « acceptent l’idée de l’extermination systématique d’un peuple pour l’empêcher à tout jamais de se relever » et qu’ils n’hésitent pas à mener une « campagne odieuse contre le peuple lui-même, une lutte sauvage contre toute une nation ». Autre exemple, encore, pour prouver la répétition des mêmes arguments jusqu’à la fin du conflit, les étudiants en doctorat de la faculté de droit de Toulouse publient en 1918 une étude sur « Les violations du droit des gens au cours de la guerre actuelle, principalement en Belgique par les Austro-Allemands »41, sous l’égide de leur professeur de droit international public, Alexandre Mérignhac, qui en signe la préface. La publication est financée avec les subventions de la faculté et le concours de l’Université et du consul de Belgique. Ces faits, particulièrement dénoncés par les internationalistes, poussent les écrivains et les intellectuels à essentialiser leurs ennemis sous le qualificatif de « barbares ». Le célèbre philosophe Henri Bergson est un des premiers à déclarer que la lutte engagée contre l’Allemagne est celle de la civilisation contre la barbarie42. Tout au long du conflit, de nombreux écrivains et juristes continuent de dénoncer les procédés utilisés par l’armée allemande comme un signe de « la furie teutonne »43. L’opinion mondiale est particulièrement informée du torpillage du Lusitania, un croiseur auxiliaire armé britannique qui faisait le voyage de New York à Liverpool, en mai 1915. De nombreux journaux relatent également l’exécution, en octobre 1915, de l’infirmière britannique Édith Cavell, fusillée pour avoir organisé l’évasion de soldats alliés vers les territoires neutres. Ces symboles qui cristallisent l’hostilité de la communauté internationale envers l’Allemagne jouent un rôle fondamental dans la propagande de guerre et déterminent les États-Unis à prendre part au conflit. Ces écrits de propagande montrent à quel point l’argument juridique, qui porte en lui la recherche de vérité et de justice, est un élément central de tous les écrits de guerre, même pour des intellectuels dont la formation n’est pas celle du droit.

  • 44 La réponse française au manifeste des 93 est diffusée sous le titre « Les universités françaises au (...)
  • 45 Georges Ripert, « L’idée du droit en Allemagne et la guerre actuelle », Revue internationale de l’e (...)
  • 46 Ibid., p. 171 : « Ce peuple a reçu dans les Universités une conception militariste du droit et de l (...)
  • 47 Julien Benda, La trahison des clercs, Collection Les Cahiers Rouges, éd. Grasset (1ère éd., 1927), (...)
  • 48 Ibid., p. 129.
  • 49 Sigmund Freud, Considérations actuelles sur la guerre et sur la mort, publié dans l’ouvrage Essais (...)
  • 50 George L. Mosse, De la Grande Guerre au totalitarisme. La brutalisation des sociétés européennes, L (...)
  • 51 Christophe Prochasson et Anne Rasmussen, Vrai et Faux dans la Grande Guerre, Paris, 2004.

12Face à ces mobilisations des intellectuels français, l’Allemagne répond également par une propagande dont l’expression la plus connue est un manifeste, un « appel aux peuples civilisés » signés par quatre-vingt-treize éminents professeurs de la science allemande. Sa structure argumentative repose sur la répétition des termes « il n’est pas vrai que », suivis des démentis contre les accusations de violations du droit des gens. Dans la « guerre de manifestes » qui s’en suit44, les juristes condamnent unanimement le poids des professeurs allemands dans la justification des politiques expansionnistes et le soutien à l’absolutisme de l’Empire. Georges Ripert, par exemple, dans une conférence à l’Université d’Aix-Marseille le 7 mai 1915 où il expose « L’idée du droit en Allemagne et la guerre actuelle »45, condamne fermement la participation des intellectuels allemands au militarisme germanique, considérant qu’ils ont transformé la « science qu’ils ont mission d’enseigner en un art politique au service d’un État conquérant »46. Pourtant, la collaboration des juristes à la propagande et à la politique extérieure de la France n’est pas non plus exempte de critiques. Après-guerre, reprochant la partialité de ceux qui sont censés garantir le principe de justice, l’écrivain Julien Benda considère que les « clercs »47 ont exercé « les passions politiques avec tous les traits de la passion : la tendance à l’action, la soif du résultat immédiat, l’unique souci du but, le mépris de l’argument, l’outrance, la haine, l’idée fixe »48. Selon cet auteur, l’intellectuel en guerre, dans sa furie et son fanatisme nationaliste, renversant les valeurs morales en prêchant « l’abaissement de la toge devant l’épée », s’est fait « ministre de la Guerre ». En effet, les postures propagandistes, adoptées par une grande partie des intellectuels français, conduisent les juristes à diffuser une idéologie guerrière. La politisation de la science au nom des principes de civilisation et d’humanité entraîne les penseurs à participer au « bourrage de crâne » décrié pendant le conflit. Pour le célèbre psychanalyste autrichien Sigmund Freud, « la science elle-même a perdu sa sereine impartialité ; ses serviteurs, exaspérés au plus haut degré, lui empruntent des armes, afin de pouvoir contribuer, à leur tour, à terrasser l’ennemi »49. Ce manque d’objectivité dénoncé par ces auteurs révèle une forme de contradiction et de paradoxe entre les discours et les actes. Au cours de la guerre, le juriste, défendant le droit, justifie en réalité l’usage de la force contre l’ennemi en l’accusant d’user de cette même force. Ainsi, les professeurs de droit, s’élevant au nom des valeurs de justice et vilipendant la force, admettent le culte de l’ordre exigé par la guerre. Ces universitaires banalisent50 ainsi un discours qui se fonde sur la violence, les haines et la revanche et contribuent ainsi à faire de la science juridique un instrument politique. De plus, le patriotisme outrancier et le nationalisme aveugle dans lesquels ils ont versé ont été le terreau de nombreuses erreurs historiques. La propagande massive dans laquelle ont été plongées les populations pendant le conflit a déformé la réalité des événements et a été la cause d’erreurs et de manipulations dont l’historiographie eut peine à se défaire. Même à cent ans d’écart, les historiens œuvrent encore pour démanteler le vrai du faux51 et mettre fin aux « mythes » de la Grande Guerre.

13Informé de la lassitude de l’opinion étrangère vis-à-vis des thèmes surexploités par la propagande et conscient de la nécessité de faire évoluer les moyens de diffusion des idées françaises, le gouvernement remanie ses services en vue d’actions de propagande plus ciblées et plus efficaces. À partir de 1917, après la révolution bolchevik en Russie et fort de l’entrée en guerre des États-Unis aux côtés des alliés, les discours de la France vers les neutres visent à les convaincre de la nécessité de poursuivre les efforts de guerre jusqu’à la victoire et l’anéantissement des ennemis. La propagande insiste alors sur les possibilités de profit des alliés au sein d’un nouvel ordre économique dominé par les futurs vainqueurs. Quant aux arguments juridiques mobilisés, est maintenue l’idée que la France défend les droits des territoires et des nations victimes des empires centraux tels l’Alsace-Lorraine, la Pologne, l’Ukraine, la Serbie et la Roumanie, et se présente, d’une manière générale, comme la protectrice des principes de Justice et des libertés fondamentales.

14Ainsi, les professeurs de droit prennent part à cette guerre d’opinion aux côtés du gouvernement. Relais de la propagande française, les facultés de droit nouent également des liens avec les réseaux intellectuels et juridiques à l’étranger. Elles préparent ainsi l’avenir en favorisant les échanges d’étudiants et de professeurs pour concurrencer l’attrait des universités allemandes.

II. La diplomatie culturelle des facultés de droit

  • 52 Claude Digeon, La crise allemande de la pensée française (1870-1914), Presses universitaires de Fra (...)
  • 53 Guillaume Tronchet, Savoirs en diplomatie…, op. cit., p. 35. La diplomatie universitaire désigne «  (...)
  • 54 Jean-Claude Montant, La propagande extérieure…, op. cit., p. 50. Le but de ce comité consiste à « c (...)
  • 55 Guillaume Tronchet, Savoirs en diplomatie…, op. cit., p. 307 : « Ce n’est qu’à partir d’août 1917 q (...)

15Depuis la guerre franco-prussienne de 1870, l’Université allemande, à qui l’on attribue le rôle décisif dans la victoire, bénéficie d’une forte attractivité internationale et possède de nombreux points d’appui à l’étranger. Face à cette « crise allemande de la pensée française »52, des institutions sont créées pour faire rayonner le « génie » français et la civilisation latine aux quatre coins du monde. Au cours de la guerre, l’idée de développer la diplomatie universitaire53 en favorisant l’envoi de professeurs et d’étudiants français à l’étranger se répand au sein d’institutions privés tel le comité de propagande touristique à l’étranger ou le comité Michelet, société d’éducation nationale par l’histoire, rattaché à l’Alliance universitaire française54. Cette diplomatie s’organise progressivement, notamment au sein de la Maison de la Presse avec la création d’un bureau de la section de propagande destinée à créer de nouveaux centres de propagande dits « centres de rayonnement » et à sélectionner des conférenciers pour porter le message de la France à l’étranger. Mais c’est l’action de l’office national des Universités et des Écoles françaises (ONUEF), par sa place grandissante qu’il prend auprès du ministère de l’Instruction publique, qui est décisive dans le processus d’étatisation de la diplomatie universitaire. Au nom du ministère, l’institution va transmettre aux recteurs les directions à suivre et s’imposer comme la coordinatrice de l’action intellectuelle internationale. En œuvrant dans le sens de la politique extérieure française, les universités deviennent ainsi la principale force de persuasion et d’expansion dans une guerre culturelle, scientifique et juridique. Après la rupture des relations avec l’Allemagne et les puissances centrales, les échanges universitaires s’intensifient en direction des États-Unis, de la Grande-Bretagne, de l’Italie, de la Suisse et des pays scandinaves. À partir de 1917, des sursis d’appel sont accordés par le gouvernement aux professeurs mobilisés, en particulier pour ceux pouvant exercer une influence à l’étranger55.

  • 56 Jean-Claude Montant, La propagande extérieure française…, op. cit., p. 129. Une quarantaine de miss (...)

16Cette diplomatie universitaire, qui s’étatise progressivement pour devenir l’un des rouages de la diplomatie culturelle française après-guerre, vise à envoyer des universitaires au sein des centres de rayonnement à l’étranger pour convertir le public ou maintenir une opinion favorable à la cause française (A), à la manière des missionnaires du comité catholique de propagande française à l’étranger56. Elle a également pour objectif d’attirer des étudiants et des professeurs étrangers en France (B).

A. La projection des facultés de droit à l’étranger

  • 57 Jean-Michel Blanquer et Marc Milet, L’invention de l’État, Léon Duguit, Maurice Hauriou et la naiss (...)
  • 58 Raymond Thamin, « L’Université de France et la guerre », Revue des Deux Mondes, août 1916, p. 610 : (...)
  • 59 Philippe Soulez, « Les missions de Bergson ou les paradoxes du philosophe véridique et trompeur », (...)
  • 60 Ibid., p. 74. Il effectue une deuxième mission en août 1918. La paix de Brest-Litovsk est à l’origi (...)

17Au sein des facultés de droit, une diplomatie en direction des pays étrangers fonctionnait déjà avant le conflit, à l’image des conférences qui furent faites par Léon Duguit en Amérique du Sud durant l’année 191157, mais ce n’est véritablement qu’au cours de la période 1914-1918 que de nombreux échanges de professeurs se développent, notamment avec les États-Unis. Pendant le conflit, les universités, phares de la science nationale, tentent d’apporter leurs lumières à l’étranger pour convaincre les neutres de rallier l’étendard de la vérité et du Droit. Représentantes des avancées scientifiques et des progrès techniques malgré le déficit de ressources humaines et financières, les universités mènent une offensive intellectuelle auprès des institutions étrangères pour porter la propagande française et convaincre du bien-fondé de la « Guerre du Droit ». Une véritable « politique étrangère »58 est menée par des professeurs choisis comme émissaires pour donner des conférences à travers le monde. Le cas le plus singulier, et le plus médiatisé peut-être, de ce type de propagande est celui d’Henri Bergson. Philosophe de stature internationale, professeur au Collège de France, il s’engage politiquement en partant aux États-Unis avec une partie du gouvernement français pour y mener une série de conférences. Courant le danger de traverser l’Atlantique en pleine guerre sous-marine à outrance, il effectue une première mission de janvier à mai 1917 où il entre en contact avec les responsables de la propagande française aux États-Unis59. Ces missions secrètes consistent à établir un contact personnel avec Woodrow Wilson et à pousser les États-Unis à entrer en guerre contre l’Allemagne. Il parvient à rencontrer le président des États-Unis à Washington et, lors de son entretien, il développe une argumentation persuasive qui permet au gouvernement français de savoir quelle pourrait être la contribution des États-Unis à l’effort de guerre. Sa participation est importante historiquement dans le sens où il a contribué à la mobilisation décisive de près de deux millions de soldats américains sur le front60.

  • 61 Antal Berkes, Biographie en ligne d’Albert Geouffre de La Pradelle sur le site de la Société frança (...)
  • 62 Guillaume Tronchet, Savoirs en diplomatie…, op. cit., p. 316. Son action s’inscrit dans le cadre de (...)
  • 63 Archives nationales, AJ16/1799, Assemblée du 5 septembre 1914, p. 97 in Milet Marc, Les professeurs (...)
  • 64 Guillaume Tronchet, Savoirs en diplomatie…, op. cit., p. 315. Organisée à l’appel du gouvernement b (...)
  • 65 Maurice Deslandres, « Une mission des Universités françaises auprès des Universités anglaises (25 m (...)
  • 66 Ibid., pp. 414-416 : « Nos Facultés exténuées par la guerre, privées de la moitié de leurs professe (...)
  • 67 Ibid., p. 430 : « Dans les Universités nous avons constaté la levée en masse de la jeunesse univers (...)

18Cette diplomatie se poursuit avec les voyages de juristes français, véritables émissaires de la science juridique française, envoyés aux États-Unis et en Angleterre. L’un des premiers professeurs de droit à être présent aux États-Unis pendant le conflit est l’illustre professeur de droit international Albert Geouffre de Lapradelle. Il se rend en Amérique du Sud et du Nord pour une mission de l’Université de Paris et de la fondation Carnegie, où il chargé de visiter toutes les capitales « afin de créer chez les neutres un état d’esprit favorable à la cause française »61. Choisi pour occuper la chaire d’enseignement du français à l’Université de Columbia62 pour la rentrée de 1914, sa mission, comme le rappelle le doyen Larnaude, « est basé sur l’intérêt capital qu’il y a dans les circonstances actuelles, à ce que l’on sache aux États-Unis comment le droit est compris et pratiqué par nos ennemis »63. Déjà attaché au ministère des Affaires étrangères concernant le protectorat marocain avant-guerre, il bénéficie d’un sursis d’appel dès le mois de novembre 1914. À la fin du conflit, il assistera Louis Renault dans son activité de jurisconsulte pour les travaux de la conférence de la paix. En 1916, une mission des Universités françaises a également lieu en Angleterre64. Maurice Deslandres, professeur à la faculté de droit de Dijon, relate la traversée de la Manche sous escorte militaire65 et sa tournée des Universités anglaises où la délégation constate partout le même vide66 lors des visites des laboratoires, des bibliothèques, des hôpitaux et des usines d’armements. Admiratif des moyens mis à la disposition des étudiants, il fait l’éloge de l’amitié anglo-française et exalte le patriotisme de leurs hôtes67.

  • 68 Pour la même occasion, une bibliothèque de plus de trois-mille volumes entreposés dans le « Salon d (...)
  • 69 Ferdinand Larnaude, « Les sciences juridiques et politiques », La Science Française, Exposition uni (...)
  • 70 Guillaume Tronchet, Savoirs en diplomatie…, op. cit., p. 311.
  • 71 Raymond Thamin, « L’Université de France et la guerre », op. cit., p. 605.
  • 72 Ibid., p. 606.

19Un autre exemple significatif de la volonté de convaincre les neutres de s’engager aux côtés de la France dans cette guerre défensive face à une Allemagne responsable de tous les maux et de toutes les atrocités est l’Exposition universelle de San Francisco. Organisée pour l’inauguration du canal du Panama en 1915, elle est la vitrine de tous les pays qui, au sein de divers pavillons, montrent toute la richesse de leur culture nationale. Elle est l’occasion de faire valoir l’ancienneté et la prééminence de « la Science française », titre du catalogue publié pour cette même exposition sous la direction et l’impulsion du mathématicien Lucien Poincaré, où les maîtres de chaque discipline déterminent l’influence de la France dans chacune d’elle68. Ce livre, qui s’est répandu en milliers d’exemplaires, contient un article de Ferdinand Larnaude intitulé « Les sciences juridiques et politiques »69 dans lequel il présente un long exposé de la contribution de la législation, de la jurisprudence, de la science juridique et politique françaises à l’élaboration du droit, à la formation des doctrines politiques et juridiques, « qui sont le patrimoine commun des peuples civilisés ». L’exposition est un véritable moyen de porter la cause française sur la scène internationale dans un pays neutre. Dans la « guerre du livre »70 qui s’instaure entre les puissances ennemies, le gouvernement verse les volumes de l’exposition à l’université de Californie et la ville de Barcelone demande qu’une bibliothèque contenant les mêmes titres que ceux présents au « salon de la pensée française » lui soit concédée. Il y a donc une réelle volonté de la France de convaincre les puissances d’entrer dans le conflit pour sauvegarder ce patrimoine universel, ces valeurs du droit et de la civilisation incarnées par le droit français. Représentatif de cette intention d’œuvrer partout à la diffusion des savoirs français à l’étranger, des sociétés d’aide intellectuelle sont constituées pour apporter un soutien aux universitaires prisonniers dans les camps allemands où une véritable activité d’enseignement s’organise. Le camp de Gustrow s’improvise en laboratoire de langues étrangères. Dans celui d’Erfurt, des cours de latin, de sciences appliquées et de droit sont enseignés. Des conférences sont également tenues sur des sujets variés, ce qui permet « à un plus grand nombre d’auditeurs de participer à cette vie intellectuelle qui hausse la pensée au-dessus de misères trop réelles, et sauve par-là de la démoralisation »71. À Zossen, près de Berlin, plus de trois cent cinquante élèves participent aux leçons « organisées tous les jours de huit heures et demie à onze heures et demie, et de six à neuf »72.

  • 73 Anatole Le Braz, « Aux États-Unis pendant la guerre – l’opinion américaine et la France – 1. Les Un (...)
  • 74 Raymond Thamin, « L’Université de France et la guerre », Revue des Deux Mondes, op. cit., p. 611 : (...)
  • 75 Ibid., p. 610 : « Avec l’Amérique du Nord en particulier, jamais les échanges de professeurs ne fur (...)

20Ces différentes démarches des universitaires pendant le conflit permettent d’instaurer un lien étroit et une influence grandissante de la culture française auprès des neutres et des alliés. Une francophilie se diffuse même sur les campus américains au point de voir une statue du Kaiser peinte aux couleurs du drapeau français73. Ce rayonnement, qui était l’apanage de la science allemande après la guerre de 187074, passe alors pour être celui de la France, avec qui les États-Unis entretiennent des rapports de plus en plus fournis75. De multiples réseaux internationaux se tissent ainsi entre les futurs vainqueurs et la diplomatie universitaire devient l’instrument d’une politique étrangère désormais menée par le Quai d’Orsay et le ministère de l’Instruction publique dont l’action vise également à faire venir des étudiants étrangers se former au « génie » français.

B. L’accueil des étudiants étrangers en France

  • 76 Le nombre d’étudiants des Universités tombe de quarante-deux mille en janvier 1914 à dix mille en d (...)
  • 77 Dans les amphithéâtres, seuls demeurent la petite minorité d’étudiantes admise dans les facultés, l (...)
  • 78 Catherine Fillon, « Le jésuite, l’universitaire et le politique : stratégies de recrutement du corp (...)
  • 79 Raymond Thamin, « L’Université de France et la guerre », Revue des Deux Mondes, août 1916, p. 594.
  • 80 Guillaume Tronchet, Savoirs en diplomatie, op. cit., p. 322 : « C’est la première fois que le gouve (...)

21Comme le reste du pays, les universités subissent les conséquences de la totalisation guerrière. Dès la rentrée de 1914, la chute des effectifs d’étudiants et de professeurs76 traduit la mobilisation massive des forces intellectuelles du pays77. Outre le départ des universitaires français pour le front, de nombreux étrangers quittent les facultés pour fuir la guerre ou pour rejoindre leurs armées. La rupture des relations avec les universités des pays ennemis entraîne l’expulsion des étudiants et des professeurs restés en France. Des antennes françaises à l’étranger ferment leurs portes dont l’école de droit de Beyrouth78, fondée par l’université de Lyon en 1913, qui voit son directeur, Claude Blanc, mourir dès 1914 dans les premières batailles aux frontières. En dépit des circonstances, l’université s’ingénie à faire face aux conséquences du conflit en venant en aide à des exilés de pays alliés. Dans le cadre du soutien de la France envers son allié serbe, des initiatives sont prises par les milieux universitaires pour secourir les populations martyres et des plans d’accueil sont créés au sein des facultés pour favoriser la venue de réfugiés fuyant l’invasion de l’armée ennemie. Le 7 décembre 1915, un Comité universitaire de la jeunesse serbe est créé à Paris pour coordonner l’accueil des élèves, étudiants et professeurs. En 1916, les établissements universitaires français accueillent près de mille huit cents enfants dont les parents sont morts ou restés sur les routes de l’exil. L’État fait les frais de leur instruction et de leur entretien et chaque établissement constitue des comités de patronage pour ces pupilles79. Plusieurs centaines d’étudiants débarquent des ports français et intègrent les universités après un passage devant un Conseil de révision serbe qui s’assure de leur inaptitude au service militaire. Les plus aptes rejoignent les bataillons universitaires serbes de France pour y suivre une préparation militaire et une formation au baccalauréat ou au brevet d’instituteur. Le nombre d’étudiants serbes croit jusqu’en 1918 pour représenter environ 7 % du total des étudiants des universités80. Dans le cadre de conventions signées entre la France et la Serbie, des bourses d’études sont accordées pour former les futures élites des pays alliés dans l’espoir qu’elles nourrissent un lien privilégié avec la France au moment de la reconstruction. Suivant les mêmes logiques, en 1916, des bureaux d’accueil des étudiants tchèques et polonais sont également créés au sein l’ONUEF dans le but de développer la connaissance réciproque entre ces peuples et dans le but, toujours vif, de détourner les étudiants du chemin qui les amenaient à Berlin plutôt qu’à Paris.

  • 81 Raymond Thamin, « L’Université de France et la guerre », op. cit., p. 612 : « Les universités allem (...)
  • 82 Marc Milet, Les professeurs de droit citoyens…, op. cit., p. 134 : « au début de l’année 1918, le d (...)
  • 83 Caroline Barrera, « Les étudiants-soldats américains en France au sortir de la Première Guerre mond (...)
  • 84 Gaston May, Charles Lefebvre, André Gide, Ferdinand Larnaude (préface), Cours professés à la Facult (...)
  • 85 Dzovinar Kévovian et Guillaume Tronchet (dir.), La Babel étudiante. La Cité internationale universi (...)

22À la faveur de cette arrivée massive d’étudiants étrangers, le gouvernement prend conscience de l’importance des politiques d’accueil universitaire pour l’expansion et le rayonnement de la culture française. Alors que l’Allemagne tend à prendre des mesures restrictives à l’égard des étudiants et professeurs étrangers81, la France, quant à elle, abaisse la barrière des formalités coûteuses pour la venue de ses alliés82. En 1915, le ministre de l’Instruction publique, Paul Painlevé, établit par exemple une liste de diplômes étrangers équivalents au baccalauréat pour faciliter la venue d’étudiants des pays neutres et alliés, exception faite des diplômes américains qui ne seront intégrés à la liste qu’en 1918. À cette date, l’arrivée en nombre des sammies est l’occasion pour les facultés de droit de dispenser des cours à destination des étudiants américains83. Au lendemain du conflit, des cours sont ainsi assurés par Gaston May, Charles Lefebvre et Charles Gide au sein de la Faculté de droit de Paris84. Des camps militaires américains se transforment en campus universitaires et des milliers d’étudiants-soldats affluent vers les universités françaises, Toulouse et Paris étant les universités qui en accueillent le plus grand nombre. Ce rapprochement avec les États-Unis, sur fond de concurrence des universités anglaises, s’initie dès 1916, à l’image du projet de la création d’une Maison d’étudiants américains à Paris porté notamment par Émile Durkheim. Puis, dans le cadre de politiques bilatérales entre États et selon le principe de réciprocité qui s’impose progressivement dans le domaine des relations intellectuelles internationales, des bourses sont accordées par les universités américaines pour la venue d’étudiantes et d’enseignantes françaises et inversement. La Sorbonne décide également d’organiser une cérémonie de remise du premier doctorat honoris causa, dont elle a obtenu le droit de création en 1918, à Woodrow Wilson, pour sa venue en France. Enfin, l’événement le plus symbolique de cet investissement de la France dans l’accueil des étudiants étrangers est la création, en 1920, de la Cité internationale universitaire de Paris85.

23En conclusion, à la lumière de ces diverses actions menées au cours de la Grande Guerre, il est possible d’affirmer que les professeurs et les facultés de droit deviennent de véritables agents de la politique extérieure française, d’abord dans le cadre de l’élaboration et la diffusion d’une propagande fondée sur des arguments juridiques puis dans le domaine de la diplomatie universitaire par l’expansion de l’enseignement du droit à l’étranger ou à destination des étrangers. Dès les premiers temps du conflit, alors que la propagande s’organise au niveau local à l’initiative de groupements privés, les professeurs mobilisent leurs réseaux pour lutter contre l’influence des ennemis à l’étranger. Au fur et à mesure, le gouvernement prend conscience que les sciences et les savoirs sont des armes de persuasion indispensable dans une guerre d’opinion et de communication. La France fait alors figure de pionnière en matière de politique intellectuelle internationale en centralisant les différents services capables de faire rayonner la culture en dehors de ses frontières sous l’égide du ministère des Affaires étrangères et de l’Instruction publique. L’étatisation croissante dans ce domaine permet la signature de conventions entre États qui scellent le rapprochement entre les universités des pays alliés et favorisent l’internationalisation de l’enseignement et de la recherche. La guerre est donc un vecteur de la diffusion de la science juridique française. Toutefois, cette science, idéalisée à travers les discours des juristes pendant et après le conflit, porte en elle cette contradiction de reposer sur une forme de propagande qui est antinomique avec la posture de neutralité, d’impartialité et d’objectivité. Le discours propagandiste dissimule en réalité le paradoxe de la « Guerre du droit » face à un droit en guerre. Les professeurs et les universités défendent cet idéal qu’est le Droit français à un moment où l’État de droit est mis entre parenthèses par l’effet de l’état d’exception né de la guerre. Même au sortir du conflit, les contradictions ne sont pas moins flagrantes entre une volonté de faire rayonner un droit humaniste, civilisateur, émancipateur et la réalité du nouvel impérialisme culturel qui, dans le cadre de la colonisation, s’accompagne de politiques d’exploitation des ressources et des hommes. Ainsi, cette histoire nous interroge sur les fondements d’un Droit qui se prétend être une science à un moment où elle est au service d’une politique guerrière dominée par la Force.

Notes

1 Gustave Le Bon, Les premières conséquences de la guerre, 1916, p. 239. L’auteur poursuit son propos : « Donc quand nous affirmons combattre pour le droit et la justice, nous voulons simplement dire que nous luttons pour conserver notre idéal de droit et de justice, de respect des traités, de loyauté internationale, de liberté, fixé dans nos âmes par des siècles de civilisation. Nous luttons pour qu’une nation, que rendait chaque jour plus arrogante sa puissance militaire, renonce à sa vaniteuse prétention de soumettre le monde à son insupportable loi. En agissant ainsi, nous ne faisons qu’opposer au droit qu’elle a conçu notre propre conception du droit, telle que l’ont forgée nos aïeux ».

2 Voir par exemple David Deroussin (dir.), La Grande Guerre et son droit, Lextenso – LGDJ, 2018 ; Olivier Devaux, Florent Garnier, Ceux de la Faculté. Des juristes toulousains dans la Grande Guerre, Label Mission Centenaire 14/18, collection « Étude d’histoire du droit et des idées politiques », n° 24, Presses de l’Université Toulouse 1 capitole, Toulouse, 2017 ; Le Conseil d’État et la Grande Guerre, actes du colloque organisé par le Comité d’histoire du Conseil d’État et de la juridiction administrative, Histoire et Mémoire, La documentation française, Paris, 2017 ; La Cour de cassation et la Grande Guerre, Colloque organisé par la Cour de cassation, 9 novembre 2018 ; « Les facultés de droit et la Grande Guerre (I) », Revue d’histoire des Facultés de droit et de la culture juridique, n° 35, 2015 ; « Des juristes face à la guerre. Point de vue franco-allemand », Clio@Thémis n° 11, novembre 2016. En ligne ; « Le droit public et la Première Guerre mondiale », Jus Politicum, n° 15, janvier 2016, en ligne ; Des facultés sur le front du droit : Toulouse et Paris dans la Grande Guerre, Exposition coréalisée par la bibliothèque Cujas, le CTHDIP et le CERCRID, en ligne ; Anne-Sophie Chambost et Alexandra Gottely, « Guerre du droit, droit de la guerre. La faculté de droit de Paris, observatoire de l’enseignement supérieur en guerre », article à paraître au début de 2019 dans la Revue d’histoire des sciences sociales ; Après la guerre, Colloque organisé par l’Institut d’histoire du droit de l’Université de Poitiers, vendredi 7 septembre 2018.

3 Nous nous permettons de renvoyer à notre travail de thèse sur lequel se fonde cet article : Antoine Sené, Dans les tranchées du droit. Les professeurs de droit et la Grande Guerre (1914- 1929), Thèse en histoire du droit, Bordeaux, 2018.

4 Pierre Bourdieu, La noblesse d’État, Grandes écoles et esprit de corps, éditions de Minuit, 1989.

5 La diplomatie culturelle peut se définir comme « l’ensemble des moyens et des acteurs (…) au service aussi bien des politiques culturelles extérieures – des États – que des actions culturelles d’initiative non étatique », ces acteurs pouvant être non seulement « des diplomates officiels, mais aussi des intellectuels, des artistes, des archéologues, des religieux, des missionnaires, des missions laïques, des réseaux ». Robert Frank, « Culture et relations internationales : les diplomates culturelles ». Robert Frank (dir.), Pour l’histoire des relations internationales, Paris, PUF, 2012, p. 374 cit in Guillaume Tronchet, Savoirs en diplomatie. Une histoire sociale et transnationale de la politique universitaire internationale de la France, Thèse de doctorat en histoire contemporaine, Paris 1 Panthéon-Sorbonne, 2014, p. 7.

6 Normand Baillargeon, « Edward Bernays et l’invention du “gouvernement invisible” », Préface à Edward Bernays, Propaganda, Comment manipuler l’opinion en démocratie, ouvrage initialement paru sous le titre Propaganda aux éditions H. Liveright, New-York, 1928.

7 Gustave Le Bon, Psychologie des foules, Félix Alcan, 1895.

8 Jacques Ellul, Propagandes, Armand Colin, 1962.

9 Noam Chomsky, Propaganda, éditions du Félin / Danger Public, 2002.

10 Les expériences de la Grande Guerre nourrissent les réflexions en psychologie sociale, notamment les écrits de Sigmund Freud, qui, dans la poursuite de ses travaux sur l’inconscient, met en exergue le lien libidinal qui unit « la horde » soumise à la domination absolue d’un « mâle puissant » (Sigmund Freud, Psychologie collective et analyse du Moi, 1921, p. 53). Il enrichit ainsi les réflexions qu’avait mené Le Bon en le rejoignant sur l’idée générale que les foules sont irrationnelles et répondent à des logiques d’instinct que la propagande attise en jouant sur les émotions primaires. Tous deux partagent cette conviction que les foules sont manipulables et qu’à force « d’affirmation, de répétition et de contagion » d’une pensée, elles y obéissent et la défendent comme un dogme sacré, une vérité absolue, tel l’individu plongé dans un état amoureux ou d’hypnose. Aux États-Unis, son neveu, Edward Bernays, qui aimait à se parer du prestige attaché à ce lien de parenté, s’emparent de ces théories pour fonder un commerce lucratif dont le profit repose sur sa capacité à façonner l’opinion publique selon les désirs de ses clients. Dans un contexte d’avivement des conflits sociaux et de crainte du socialisme sur fonds de révolution bolchevik et de réveil de la guerre des classes, cette entreprise en communication et en relations publiques, cette « engineering of consent » selon les termes mêmes de son promoteur, poursuit son activité au bénéfice des familles de grands industriels fortunés comme Carnégie, Rockfeller et J.-P. Morgan pour asseoir le capitalisme et faire adhérer la classe ouvrière au système qu’elle rejette. Ces techniques particulièrement efficaces ont des conséquences terribles puisqu’elles sont à l’origine de la propagande politique de masse telle qu’elle sera imposée par les régimes fascistes et totalitaires au cours des années 1930.

11 À l’issue du conflit, le terme de propagande, dont la racine étymologique est issue du nom de la congrégation religieuse de propaganda fide chargée de propager la foi catholique à l’étranger, se charge d’une connotation péjorative après l’utilisation qui en a été faite et du fait de la dénonciation du « bourrage de crâne » qu’elle implique. Ainsi, le vocabulaire désignant les pratiques de persuasion des masses change pour se cacher derrière des euphémismes, tel celui utilisé aux États-Unis, proche de la novlangue orwelienne, de « public relations », mais les méthodes élaborées pendant le conflit se maintiennent.

12 Jean-Claude Montant, La propagande extérieure française pendant la Première Guerre mondiale : l’exemple de quelques neutres européens, Thèse de doctorat en Histoire, Paris 1, 1988, p. 5. Louis Marin, dans son rapport sur la mission française en Arabie en 1917 relate que « dès l’ouverture de la guerre, les Allemands ont organisé, dans le monde entier, une active propagande qui déconcerte de prime abord par l’abondance de ses ressources matérielles, l’ingéniosité, la variété de ses moyens et la régularité de son fonctionnement […] Des pamphlets dans toutes les langues […] ont été répandus avec une profusion qui passe l’imagination ». Plus loin il emploi les termes de « propagande effrénée », de « racolage des sympathies chez les neutres », de « déluge d’imprimés », d’« empoisonnement systématique de l’opinion publique ».

13 Ce bulletin est transmis aux Chambres de Commerce des pays neutres puis aux clients et fournisseurs à l’étranger par l’intermédiaire des organisations patronales de Paris.

14 Jean-Claude Montant, op. cit., p. 171 : « En 1914, Delcassé indiquait que les moyens les plus efficaces dont disposait le ministère pour aider la propagande était le Bulletin de l’Alliance française et le Bulletin des Français résidant à l’étranger (créé le 1er novembre 1914, publié par les soins du ministère) : ils apporteraient au public des opinions raisonnées sur la situation des pays belligérants. Des tracts rédigés dans la langue du pays où ils étaient envoyés […] présenteraient des faits et des documents d’une vérité incontestable. Véritable organe de propagande pour les Français à l’étranger mais aussi pour les étrangers par l’intermédiaire des français. Tout français résidant à l’étranger devait se transformer en agent des idées françaises ».

15 Les membres du Comité d’Études et Documents sur la guerre sont : Ernest Lavisse (1842- 1922) membre de l’Académie française, professeur à la Sorbonne, directeur de l’École normale supérieure ; Charles Andler (1866-1933), ancien élève de l’ENS, professeur à la Sorbonne, fondateur de la germanistique française, philosophe ; Joseph Bédier (1864-1938), ancien élève de l’ENS, professeur au Collège de France, titulaire de la chaire de langue et littérature française du Moyen Âge ; Henri Bergson (1859-1941), ancien élève de l’ENS, professeur au Collège de France, membre de l’Académie française ; Émile Boutroux (1845-1921), ancien élève de l’ENS, professeur à la Sorbonne, directeur de la Fondation Thiers, membre de l’Académie française, philosophe ; Ernest Denis (1849-1921), ancien élève de l’ENS, professeur à la Sorbonne, historien, spécialiste du monde slave Émile Durkheim (1858-1917), ancien élève de l’ENS, professeur à la Sorbonne, sociologue ; Jacques Hadamard (1865-1963), ancien élève de l’ENS (sciences), mathématicien, professeur au Collège de France, membre de l’Académie des Sciences ; Gustave Lanson (1857-1934), ancien élève de l’ENS, agrégé de lettres, professeur à la Sorbonne ; Charles Seignobos (1854-1942), ancien élève de l’ENS, professeur à la Sorbonne, historien ; André Weiss (1858-1928), professeur à la faculté de droit de Paris, spécialiste de droit international.

16 Éric Thiers, « Droit et culture de guerre 1914-1918. Le Comité d’études et documents sur la guerre », Mil neuf cent. Revue d’histoire intellectuelle, vol. 23, n° 1, 2005, p. 25.

17 Comité à la tête duquel préside le professeur de droit international André Weiss et dans lequel œuvre le professeur de législations comparées au Collège de France Jacques Flach.

18 Son programme visait à « gagner l’opinion publique des pays neutres en vue d’une défense efficace du droit des peuples et des petites nations contre les envies de domination d’autres pays, essentiellement des puissances centrales ».

19 Par exemple le Comité des relations avec les pays neutres, fondé en avril 1915 par la Chambre de Commerce de Marseille avec le concours d’universitaires et des pouvoir publics.

20 Jean-Claude Montant, op. cit., p. 256. Au sein de la Maison de la Presse, à la section diplomatique, on trouvait de nombreux universitaires dont Germain-Louis Martin, professeur de sciences financières et d’économie politique à la faculté de droit de Dijon, docteur en droit ès sciences économiques, qui était rédacteur pour les questions financières et économiques, et Jules Basdevant, professeur de droit international à l’Université de Grenoble, qui s’occupait des problèmes de droit international.

21 Raymond Poincaré, Message du Président de la République aux Assemblées, 4 août 1914 : « La France aura pour elle le Droit, dont les peuples, non plus que les individus, ne sauraient impunément méconnaître l’éternelle puissance morale. Elle sera héroïquement défendue par tous ses fils, dont rien ne brisera devant l’ennemi l’Union sacrée et qui sont aujourd’hui fraternellement assemblés dans une même indignation contre l’agresseur et dans une même foi patriotique ».

22 Paul Deschanel, président de la Chambre des députés, lors de la séance du 22 décembre 1914 : « La France ne défend pas seulement ses terres, ses foyers, les tombeaux des aïeux, les souvenirs sacrés, les œuvres idéales de l’art et de la foi, et tout ce que son génie répand de grâce, de justice et de beauté, elle défend autre chose encore : le respect des traités, l’indépendance de l’Europe et la liberté humaine. […] J’atteste nos morts ! – tous, jusqu’au bout, nous ferons tout notre devoir, pour réaliser la pensée de notre race : le Droit prime la force ! »

23 Paul Bourget, « Le Droit et la Force », l’Écho de Paris, 15 novembre 1914, p. 1. Le peuple belge, en s’opposant à la marche des troupes sur son sol, a « posé devant la conscience universelle, et illuminée d’une clarté souveraine un des problèmes fondamentaux de la civilisation, celui des rapports du Droit et de la Force dans les conflits internationaux ».

24 Gustave Le Bon, Premières conséquences de la guerre, op. cit., p. 238 : « Quand nous assurons, par exemple, lutter pour le triomphe du droit sur la force, nous employons une formule douée d’une action stimulante incontestable, indépendante de son faible contenu rationnel. Par suite de sa répétition fréquente, la théorie latine du droit est devenue une de ces certitudes mystiques qui, dans l’esprit de la plupart des hommes, tiennent lieu de vérités et agissent comme telles. […] Les mots ont leur force agissante […]. Pour le mot « Honneur » la Belgique a sauvé l’Europe ; pour le mot « Revanche » la France entière s’est levée ; pour le mot « Grandeur » l’Italie s’est jetée en première ligne. Le mot « Fraternité » prononcé par la France et l’Italie prépare la victoire et la force de demain. L’utilité économique, les nécessités militaires et politiques n’ont de valeur durable qu’appuyées sur ces mots... Un mot, c’est un idéal et c’est l’idéal qui dirige l’action. L’importance des mots est souvent supérieure à celle des faits. Le rationnel guide la science, mais les forces d’origines affectives, mystiques ou collectives mènent les hommes ».

25 Auguste Audollent, « La guerre et l’enseignement supérieur en France », Revue internationale de l’enseignement, 1916, p. 242.

26 Selon les mots du chancelier Bethmann-Hollweg lors d’un entretien avec l’ambassadeur du Royaume-Uni le 4 août 1914.

27 André Weiss, La violation de la neutralité belge et luxembourgeoise par l’Allemagne, 1915.

28 Voir Rémi Fabre, « Un exemple de pacifisme juridique : Théodore Ruyssen et le mouvement « la paix par le droit » (1884-1950) », Vingtième Siècle, revue d’histoire, n° 39, juillet-septembre 1993, pp. 38-54.

29 Théodore Ruyssen, « La Force et le Droit », Revue de Métaphysique et de Morale, 1915, p. 849.

30 Henri Roland, Lexique juridique des expressions latines, Litec, 5e éd., Paris, 2010, p. 103 : « Ex necessitate – Par nécessité. Se dit, principalement, de la personne dont le comportement délictueux n’est pas punissable parce qu’elle a agi sous l’empire d’une force à laquelle elle n’a pu résister » ; Ibid., p. 180 : « Jus necessitatis - Droit de nécessité. Droit qui, en présence de circonstances critiques, écarte la norme habituelle jugée inadaptée à la situation présente, pour lui substituer une autre solution, seule susceptible de sauvegarder l’intérêt ou les intérêts en cause » ; Laurent Boyer et Henri Roland, Locutions latines et adages du droit français contemporain, vol. II, éd. L’Hermès, Lyon, 1979, p. 71 : « Le droit constitutionnel, depuis l’Antiquité, connaît une théorie de la nécessité – Salus populi suprema lex esto – qui conduit devant un péril pressant pour l’État à des mesures exceptionnelles de concentration des pouvoirs et d’octroi de pouvoirs spéciaux supra legem ».

31 Louis Renault, « Les premières violations du droit des gens par l’Allemagne (Luxembourg et Belgique) », in L’œuvre internationale de Louis Renault 1843-1918, Paris, Éditions internationales, 1933, p. 419. Le texte du discours du chancelier allemand est repris dans les journaux et dans les revues juridiques de l’époque : « Messieurs, nous sommes dans la nécessité de nous défendre et nécessité n’a point de loi […]. La France pouvait attendre ; mais nous ne le pouvions pas ! Une attaque sur nos flancs sur le Rhin inférieur aurait pu nous être fatale […]. Quand on est aussi menacé que nous, on s’arrange comme on peut ».

32 Les délégués allemands aux conférences de Paix de la Haye de 1899 et 1907 fixant les coutumes et lois de la guerre avaient tenu à ce que les règles concernant la conduite de la guerre soient assorties de leur limite : « Pour autant que les nécessités de la guerre le permettent ». « On a dit par la suite qu’il y avait là une preuve de la préméditation de l’Allemagne ; en réalité, ils ne rencontrèrent pas d’opposition sur ce point au cours des conférences, peut-être par ignorance des conséquences de la doctrine juridique allemande » in Annie Deperchin, « Droit de la guerre » in Jay Winter (dir.), La Première Guerre mondiale, Combats, chapitre XXIII, p. 674.

33 Théodore Ruyssen, « La Force et le Droit », op. cit., p. 852 : « Cette guerre où le droit s’anéantit pour céder place au jeu illimité de la force, est elle-même une guerre du droit. Telle est du moins la prétention formelle des adversaires en présence, prétention affirmée de part et d’autre avec une égale énergie ».

34 Pour la Défense du Droit International. Louis Renault, I. Les Premières Violations du Droit des Gens par l’Allemagne : Luxembourg et Belgique, Recueil Sirey, Paris, 1917 ; Antoine Pillet, II. Les violences allemandes à l’encontre des non-combattants, Recueil Sirey, Paris, 1917 ; Paul Fauchille, IV. L’évacuation des territoires occupés par l’Allemagne dans le nord de la France, février-mars 1917, Recueil Sirey, Paris, 1917 ; Alexandre Mérignhac, VI. La guerre économique allemande, Recueil Sirey, Paris, 1919.

35 Le président est Louis Renault, membre de l’Institut, professeur de droit international à la Faculté de droit de l’Université de Paris et à l’École libre des Sciences politiques, membre de la Cour d’arbitrage de la Haye, ancien président de l’Institut de droit international. Les membres sont : M. Barthélémy, De Lapradelle, Larnaude, Leseur, Piédelièvre, Pillet, Souchon, Weiss, de la faculté de droit de Paris ; Bry, Jourdan, Ségur, de la faculté d’Aix ; Gérard, Larcher, Mallarmé, Morand, de la faculté d’Alger ; De Boeck, de la faculté de Bordeaux ; Cabouat, de la faculté de Caen ; Delpech, Gaudemet, Scelle, de la Faculté de Dijon ; Basdevant, de la faculté de Grenoble ; Lameire, Lévy, Pic, de la faculté de Lyon ; Moye, Valéry, de la faculté de Montpellier ; Chrétien, de la faculté de Nancy ; Audinet, de la faculté de Poitiers ; Gidel, de la Faculté de Rennes ; Mérignhac, Rouard de Card, de la faculté de Toulouse ; Bureau, professeur à la faculté libre de Paris.

36 Louis Renault, Pour la Défense du Droit International, I. Les Premières Violations du Droit des Gens par l’Allemagne : Luxembourg et Belgique, Recueil Sirey, Paris, 1917, Préface, p. 2.

37 Joseph Bédier, Les crimes allemands d’après des témoignages allemands et Comment l’Allemagne essaie de justifier ses crimes, A. Colin, Paris, 1915.

38 Antoine Pillet, Pour la Défense du Droit International, II. Les violences allemandes à l’encontre des non-combattants, Recueil Sirey, Paris, 1917.

39 Publié par le ministère des affaires étrangères d’Allemagne en mai 1915, le Livre Blanc est le rapport officiel de l’enquête menée par l’Allemagne au sujet des francs-tireurs en Belgique. Voir L’Armée Allemande à Louvain en août 1914 et le Livre Blanc Allemand du 10 mai 1915, Deux mémoires publiés par les soins du gouvernement belge, Armée Belge, imprimerie de l’Institut Militaire des Invalides et Orphelins de la Guerre, Port-Villez, 1917, pp. 3 et 4.

40 Georges Blondel, « Les idées des professeurs de droit et d’économie politique des Universités de l’Allemagne », Bulletin de la Société de législations comparées, Janvier-Mars 1916, p. 77.

41 Alexandre Mérignhac, Les violations du droit des gens commises au cours de la guerre actuelle principalement en Belgique par les Austro-Allemands : études des élèves de la Conférence du Doctorat politique de la faculté de Droit de Toulouse, Impr. Vve Bonnet, Toulouse, 1918.

42 Henri Bergson, « Discours prononcé à l’Académie des sciences morales et politiques dans la séance publique annuelle du 12 décembre 1914 », Revue internationale de l’enseignement, 1915, p. 13 : « Représentant d’une Compagnie qui n’a jamais cessé de travailler au progrès de la morale et du droit, qui compta toujours parmi ses membres les juristes les plus éminents, qui a tant contribué par eux à poser les principes régulateurs des rapports entre nations, je sens que c’est elle, je sens que ce sont eux, les vivants et les morts, qui protestent par ma voix, qui vouent à l’universelle exécration les crimes méthodiquement commis par l’Allemagne : incendie, pillage, destruction de monuments, massacre de femmes et d’enfants, violation de toutes les lois de la guerre. La civilisation avait déjà connu, sur tel ou tel de ses points, des retours offensifs de la barbarie ; mais c’est la première fois que toutes les puissances du mal se dressent ensemble, coalisées, pour lui donner l’assaut ».

43 Inscription présente sur le monument aux 674 victimes civiles à Dinant le 23 août 1914.

44 La réponse française au manifeste des 93 est diffusée sous le titre « Les universités françaises aux pays neutres ». Cet appel souligne la responsabilité allemande dans le déclenchement de la guerre et dénonce la « barbarie » du « militarisme prussien ». Voir Anne Rasmussen, « La « science française » dans la guerre des manifestes (1914-1918) », Mots. Les langages du politiques, n° 76 : « Guerres et paix. Débats, combats, polémiques », novembre 2004, pp. 9-23.

45 Georges Ripert, « L’idée du droit en Allemagne et la guerre actuelle », Revue internationale de l’enseignement, tome 69, 1915, pp. 169-183.

46 Ibid., p. 171 : « Ce peuple a reçu dans les Universités une conception militariste du droit et de l’histoire et elle s’est livrée avec ivresse à ce jeu intellectuel dangereux. […] Ce n’est pas de Goethe ou de Kant que les intellectuels allemands peuvent se réclamer aujourd’hui. […] L’héritage d’idée qu’ils défendent, c’est celui que leur ont laissé Savigny, Hegel, Ihering, Blüntschli, d’autres encore. Le nationalisme juridique, l’identification du droit et de la force, la vie organique réelle de l’État, telle est la triple idée qu’un juriste allemand contemporain puise dans les œuvres de ses prédécesseurs, telle est la triple erreur qui vicie aujourd’hui la pensée d’un intellectuel allemand ».

47 Julien Benda, La trahison des clercs, Collection Les Cahiers Rouges, éd. Grasset (1ère éd., 1927), Paris, 2003. Dans la préface à l’édition de 1946, l’auteur écrit : « Les hommes dont la fonction est de défendre les valeurs éternelles et désintéressées, comme la justice et la raison, et que j’appelle les clercs, ont trahi cette fonction au profit d’intérêts pratiques ».

48 Ibid., p. 129.

49 Sigmund Freud, Considérations actuelles sur la guerre et sur la mort, publié dans l’ouvrage Essais de psychanalyse, traduction de l’Allemand par le Dr. S. Jankélévitch en 1915 revue par l’auteur, 1915, p. 6 : « Jamais un événement n’a détruit autant de patrimoine précieux, commun à l’humanité, n’a porté un tel trouble dans les intelligences les plus claires, n’a aussi profondément abaissé ce qui était élevé ».

50 George L. Mosse, De la Grande Guerre au totalitarisme. La brutalisation des sociétés européennes, Librairie Arthème Fayard, 2015, p. 157. Dans le chapitre quatre intitulé « l’entreprise de banalisation », Georges Mosse revient sur les éléments qui ont participé à la familiarisation de la guerre, à sa mystification et à sa glorification.

51 Christophe Prochasson et Anne Rasmussen, Vrai et Faux dans la Grande Guerre, Paris, 2004.

52 Claude Digeon, La crise allemande de la pensée française (1870-1914), Presses universitaires de France, Paris, 1959.

53 Guillaume Tronchet, Savoirs en diplomatie…, op. cit., p. 35. La diplomatie universitaire désigne « l’ensemble des actions internationales et transnationales (programmes de mobilité internationale pour les professeurs et les étudiants, politiques d’accueil d’étudiants et de professeurs étrangers, création d’antennes universitaires à l’étranger, participation à des congrès internationaux et à des manifestations universitaires internationales, échanges internationaux de publication) mises en œuvre par des individus et des institutions qui, à quelqu’échelle que ce soit (locale, régionale, nationale), concourent au développement d’un ou de plusieurs établissements à caractère universitaire (facultés, universités, grandes écoles) ».

54 Jean-Claude Montant, La propagande extérieure…, op. cit., p. 50. Le but de ce comité consiste à « chercher dans l’histoire et appliquer par l’éducation des masses populaires tout ce qui sera capable de contribuer à la fusion des classes (ainsi qu’à) enseigner les droits historiques et la grandeur de la patrie. […] La grandeur de la France importe à l’émancipation et au bonheur de l’humanité, au progrès de la civilisation ».

55 Guillaume Tronchet, Savoirs en diplomatie…, op. cit., p. 307 : « Ce n’est qu’à partir d’août 1917 qu’une instruction générale du ministère de la Guerre autorise des sursis d’appel massifs aux membres de l’enseignement mobilisés, en particulier pour les professeurs détachés à l’étranger ».

56 Jean-Claude Montant, La propagande extérieure française…, op. cit., p. 129. Une quarantaine de missions à l’étranger furent organisées par ce comité en pays alliés ou neutres.

57 Jean-Michel Blanquer et Marc Milet, L’invention de l’État, Léon Duguit, Maurice Hauriou et la naissance du droit public moderne, Paris, 2015, p. 214 : « La venue de professeurs français en Argentine résulte d’un intense travail politique et académique engagé notamment depuis 1908 avec la création du « groupement des universités et grandes écoles de France dans ses rapports avec l’Amérique latine ». Duguit est le premier juriste français venu officiellement enseigner dans une université argentine. Un public nombreux, composé d’étudiants et d’avocats, se presse pour venir l’entendre. Le représentant du gouvernement en Argentine, ministre de France, le recteur de l’université ainsi que la plupart des professeurs de la faculté de droit sont venus assister à sa toute première conférence. […] Ce déplacement de Duguit ne passe pas inaperçu, tant en France qu’en Amérique latine, où la presse se fait l’écho de ces échanges scientifiques » ; Léon Duguit, « Conférences faites à la faculté de droit de Buenos Aires pendant les mois d’août et de septembre 1911 », Revue internationale de l’enseignement, 1912, tome LXIII, pp. 300-301.

58 Raymond Thamin, « L’Université de France et la guerre », Revue des Deux Mondes, août 1916, p. 610 : « Si la science française ne chôme pas en France même, nos universités ont mis comme une coquetterie, depuis que la guerre dure, à en assurer et à en étendre le rayonnement en dehors. Nos Universités avaient depuis quelque temps une « politique étrangère », comme on l’a appelée, qui succédait à un trop long effacement. Le moment n’était pas venu d’en changer. Et la France prouva que, ramassée qu’elle était sur elle-même pour une lutte effroyable, elle avait encore assez d’hommes, assez d’argent, assez de liberté d’esprit aussi pour entreprendre des fouilles archéologiques en Grèce ou en Espagne, pour envoyer des maîtres enseigner dans ses jeunes instituts de Florence, de Madrid et de Petrograd ».

59 Philippe Soulez, « Les missions de Bergson ou les paradoxes du philosophe véridique et trompeur », in Les philosophes et la guerre de 1914, Saint-Denis, Presses universitaires de Vincennes, 1988, p. 74.

60 Ibid., p. 74. Il effectue une deuxième mission en août 1918. La paix de Brest-Litovsk est à l’origine de cette mission. Elle crée une situation grave pour les Alliés et les Américains sur le front Ouest puisque l’Allemagne va pouvoir transférer un nombre important de divisions sur ce front.

61 Antal Berkes, Biographie en ligne d’Albert Geouffre de La Pradelle sur le site de la Société française pour le droit international.

62 Guillaume Tronchet, Savoirs en diplomatie…, op. cit., p. 316. Son action s’inscrit dans le cadre des accords conclus avec Harvard et Columbia avant-guerre. Cinq professeurs américains sont accueillis à la Sorbonne entre 1914 et 1918 dans le cadre de ces échanges, tandis que sept français sont détachés aux États-Unis.

63 Archives nationales, AJ16/1799, Assemblée du 5 septembre 1914, p. 97 in Milet Marc, Les professeurs de droit citoyens. Entre ordre juridique et espace public. Contribution à l’étude des interactions entre les débats et les engagements des juristes français (1914-1995), Thèse de doctorat, Science politique, université Paris 2, 2000, p. 86.

64 Guillaume Tronchet, Savoirs en diplomatie…, op. cit., p. 315. Organisée à l’appel du gouvernement britannique – et entièrement financé par lui – dans le cadre de son alliance avec la France, la mission est constituée d’une délégation composée par Lucien Poincaré, de seize professeurs issus de treize universités françaises et présidée par le recteur de l’académie de Lyon. Pendant quinze jours, les professeurs français, reçus partout avec solennité, visitent neuf universités (Oxford, Londres, Cambridge, Liverpool, Manchester, Leeds, Sheffield, Édimbourg, Glasgow) mobilisées dans l’effort de guerre : campus déserts, laboratoires voués au perfectionnement des gaz lacrymogènes et d’explosifs, bâtiments mués en hôpitaux militaires.

65 Maurice Deslandres, « Une mission des Universités françaises auprès des Universités anglaises (25 mai – 10 juin 1916) », Revue internationale de l’enseignement, 1915-1916, p. 415.

66 Ibid., pp. 414-416 : « Nos Facultés exténuées par la guerre, privées de la moitié de leurs professeurs, abandonnées par la presque totalité de leurs élèves, sont des corps sans âmes et mènent une vie languissante ». « La jeunesse universitaire d’Angleterre est vraiment aux armées ».

67 Ibid., p. 430 : « Dans les Universités nous avons constaté la levée en masse de la jeunesse universitaire, comme la nôtre toute partie, dès le début de la guerre, pour le champ de bataille. Dans les usines, nous avons vu l’effort prodigieux de l’Angleterre pour le développement de sa flotte et pour l’accroissement de ses munitions. Dans toutes nos réceptions […] nous avons eu l’énergique expression de la résolution des Anglais, en même temps que la manifestation de leur amour et de leur admiration pour la France ».

68 Pour la même occasion, une bibliothèque de plus de trois-mille volumes entreposés dans le « Salon de la pensée française » a été offerte à l’Université de San Francisco et une société a été constituée, sous le nom de société des « Amis de la France », pour en assurer l’entretien et le développement.

69 Ferdinand Larnaude, « Les sciences juridiques et politiques », La Science Française, Exposition universelle et internationale de San Francisco, tome 2, Paris, 1915, pp. 317-387 ; Voir Pierre-Nicolas Barenot, « Ferdinand Larnaude, Les sciences juridiques et politiques, La Science Française », Revue trimestrielle de droit civil, 2017-4, pp. 928-930.

70 Guillaume Tronchet, Savoirs en diplomatie…, op. cit., p. 311.

71 Raymond Thamin, « L’Université de France et la guerre », op. cit., p. 605.

72 Ibid., p. 606.

73 Anatole Le Braz, « Aux États-Unis pendant la guerre – l’opinion américaine et la France – 1. Les Universités », Revue des Deux Mondes, janvier 1917, p. 164

74 Raymond Thamin, « L’Université de France et la guerre », Revue des Deux Mondes, op. cit., p. 611 : « Un illustre professeur de là-bas [Les États-Unis] explique comment le sentiment de répugnance éprouvé pour une nation [l’Allemagne] « à ce point dominée par une philosophie nationale aussi dépravée » a ruiné une autorité intellectuelle établie avec quelle habileté cependant ; comment, au contraire, la noble attitude de la nation française se dressant devant l’épreuve « lui a valu un respect profond pour sa vie littéraire ou savante, pour sa culture nationale ». Et il conclut que ces faits ont inspiré aux Américains le désir de s’instruire plus que jamais à l’école et à l’exemple de la France ».

75 Ibid., p. 610 : « Avec l’Amérique du Nord en particulier, jamais les échanges de professeurs ne furent plus actifs. Jamais autant de professeurs français ne franchirent l’océan Atlantique, ce qui ne veut pas dire qu’ils le franchirent encore en assez grand nombre. Mais souvenons-nous que, il n’y a guère plus de quinze ans, Brunetière, pour un pareil acte, parut quelque peu paradoxal. Depuis deux ans, MM. Le Braz, Basch, Le breton, Hovelaque, Buisson, Foucher, Jouffre de Lapradelle, Lichtenberger, Caullery ont suivi le chemin qu’il avait tracé. Cette année l’Alliance française d’Amérique a manifesté le désir d’entendre des professeurs-soldats. On lui a envoyé le capitaine Merlant, relevant à peine d’une grave blessure, et le sergent Coville, auxquels était réservé un accueil enthousiaste ».

76 Le nombre d’étudiants des Universités tombe de quarante-deux mille en janvier 1914 à dix mille en décembre de la même année.

77 Dans les amphithéâtres, seuls demeurent la petite minorité d’étudiantes admise dans les facultés, les étudiants trop jeunes pour combattre, les étudiants étrangers, les exemptés et les soldats blessés ou en permission. Beaucoup de professeurs retraités remontent à leurs chaires, refusant souvent d’être rétribués, pour suppléer ceux mobilisés. Certains professeurs sont alors amenés à enseigner des disciplines juridiques pour lesquelles ils ne sont pas spécialistes.

78 Catherine Fillon, « Le jésuite, l’universitaire et le politique : stratégies de recrutement du corps enseignant de l’école française de droit de Beyrouth (1913-1939) », in Christophe Gaven, Frédéric Audren (dir.), Les facultés de droit de province aux XIXe et XXe siècles, tome 3 : Les conquêtes universitaires, Toulouse, Presses universitaires de l’université de Toulouse Capitole 1, 2012, pp. 115-138 ; « La faculté de droit de Lyon et l’expansion universitaire sous la Troisième République : la fondation de l’école de droit de Beyrouth », Le renouvellement des sciences sociales et juridiques sous la IIIe République – La faculté de droit de Lyon (Actes du colloque tenu à Lyon les 4 et 5 février 2004), Paris, éditions La Mémoire du droit, 2007, pp. 303-331 ; « L’enseignement du droit, instrument et enjeu de la diplomatie culturelle française. L’exemple de l’Égypte au début du XXe siècle », Mil neuf cent. Revue d’histoire intellectuelle, n° 29, 2011, pp. 123-144.

79 Raymond Thamin, « L’Université de France et la guerre », Revue des Deux Mondes, août 1916, p. 594.

80 Guillaume Tronchet, Savoirs en diplomatie, op. cit., p. 322 : « C’est la première fois que le gouvernement français négocie l’accueil d’une telle cohorte avec un gouvernement étranger. Les étudiants serbes ont davantage été répartis dans les villes universitaires de la moitié sud de la France, généralement pourvues de comités de patronage d’étudiants étrangers et dotés d’une expérience dans l’accueil de ces derniers (Montpellier, Bordeaux, Lyon, Grenoble, Toulouse) ».

81 Raymond Thamin, « L’Université de France et la guerre », op. cit., p. 612 : « Les universités allemandes ont choisi le même moment pour se fortifier par des mesures vexatoires contre l’invasion de la clientèle étrangère, afin de pouvoir dire sans doute qu’elles écartent ceux qui ne viennent plus à elles ».

82 Marc Milet, Les professeurs de droit citoyens…, op. cit., p. 134 : « au début de l’année 1918, le doyen informe ses collègues de la tenue d’une grande fête à la Sorbonne le 24 février, organisée par l’œuvre du rapprochement universitaire dont il est président et avec l’accord de l’œuvre de l’union américaine et ce, « en l’honneur de l’arrivée à Paris des premiers groupes d’étudiants des États-Unis ». Il en précise l’importance par la venue de « M. Le ministre de l’Instruction publique et peut-être M. le président de la République », AN, AJ16/1799, Assemblée du 25 janvier 1918, p. 329.

83 Caroline Barrera, « Les étudiants-soldats américains en France au sortir de la Première Guerre mondiale », Histoire de l’éducation, n° 125, janvier-mars 2010, pp. 27-47.

84 Gaston May, Charles Lefebvre, André Gide, Ferdinand Larnaude (préface), Cours professés à la Faculté de droit de Paris aux étudiants américains (mai-juin 1919), Gaston May, I. Introduction à la science du droit, Charles Lefebvre, II. La Famille en France dans le droit et dans les mœurs, Charles Gide, III. Des Institutions en vue de la transformation ou de l’abolition du salariat, Paris, 1921.

85 Dzovinar Kévovian et Guillaume Tronchet (dir.), La Babel étudiante. La Cité internationale universitaire de Paris (1920-1950), Presses universitaires de Rennes, 2013.

Auteur

Docteur en histoire du droit et des institutions de l’Université de Bordeaux. Il a soutenu sa thèse Dans les tranchées du droit. Les professeurs de droit et la Grande Guerre (1914-1929) sous la direction du Professeur Nader Hakim le 7 décembre 2018.

© Presses de l’Université Toulouse 1 Capitole, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search