Version classiqueVersion mobile

La mystique déracinée. Drame (moderne) de la théologie et de la philosophie chrétiennes (xiiie-xxe siècle)

 | 
Jean Krynen

Conclusion

Conclusion. La crise des idéologies dans la pensée contemporaine

Texte intégral

1L’idéologie athée ne met pas fin à l’impasse de l’Occident. Au contraire, elle la consolide en apparence définitivement. Etant le produit de la décomposition sociale de l’idéologie chrétienne, elle aggrave celle-ci et transforme l’impasse en aliénation.

2L’homme qui édifie un monde humain selon l’anti-christianisme - c’est le vrai nom de l’athéisme occidental dans sa quête de l’homme générique - s’enferme lui-même dans une aliénation collective érigée en raison d’Etat. On n’en finirait pas de considérer le statut fait à l’homme dans lesdites démocraties populaires où la pensée personnelle est momifiée dans la pensée officielle. Telle est l’aliénation de l’homme par l’homme.

  • 1 V. supra pp. 115-118.

3L’athéisme, produit de l’idéologie chrétienne, ne s’est pas manifesté socialement et politiquement seulement, au niveau de l’approche politique de l’humain et du divin. Y ont contribué puissamment pour leur part, la psychologie et la morale. Freud et Nietzsche font pendant à Marx. Ils mettent en relief le sort que l’idéologie chrétienne avait fini par réserver au désir naturel de Dieu. Nous l’avons vu, le désir naturel de voir Dieu est inscrit dans la nature spirituelle de l’homme, il est l’âme de l’être humain1. Il est ordonné à la manifestation plénière de Dieu dans le Christ et c’est pourquoi il ne se réalise qu’au niveau de l’union mystique à Dieu dans la foi qui le révèle dans son intimité même.

4L’idéologie a contrarié cette ouverture de l’âme désirante et produit à l’inverse sa fermeture. L’effet en est bien visible dans l’histoire de la psychologie et de la morale tout au long des siècles où l’idéologie poursuit ses progrès. La grandeur de Freud, la grandeur de Nietzsche proviennent de l’authenticité du témoignage qu’ils ont ici porté, sans complaisance excessive sur la réalité d’une aliénation psychique et éthique trop visible dans la vie religieuse du XIVe au XXe siècles pour qu’il soit ici nécessaire d’insister.

5Freud, en médecin et en psychologue, a pris conscience de la névrose provoquée dans l’âme et son désir de Dieu. Nietzsche, moraliste et philosophe, en a fait autant. Le premier a stigmatisé dans la névrose l’effet d’aliénation provoquée par une imprégnation spiritualiste et il a entrepris d’en démonter, à sa manière de clinicien, le mécanisme. Il se mêlait ainsi de théoriser en philosophe, voire en théologien, au risque de s’égarer dans une théorie mythique de la psyché. Quant à Nietzsche, il a stigmatisé la culpabilisation de l’Eros et de la morale humaine par une religion chrétienne qui brise les âmes fortes. Lui encore, bien que visant si juste, s’est égaré en mêlant à l’analyse de ce phénomène les fausses lumières d’une anti-théologie qui devait le faire délirer à son tour pour de bon.

6Chez ces deux représentants de l’idéologie athée, comme chez Marx, c’est toujours la religion chrétienne qui est visée du fait que la foi est incomprise : religion - "névrose collective", produit d’un "surmoi" aliénant l’inconscient. Religion pessimiste et obsédée par l’omniprésence du mal, vouée au refus du monde et au mépris de la vie, aliénant les âmes fortes dans un ascétisme castrateur.

7La quête psychanalytique représente un des aspects les plus caractéristiques de l’idéologie scientiste de l’athéisme. L’analyse de l’âme dans sa psyché, la psychologie des profondeurs du moi traduit l’effort pour parvenir à une science de l’âme mise en valeur par le romantisme. Une telle science relève de l’idéologie. Pour Freud, le concept-clef étant celui de la libido, pour Jung, l’âme. Deux idées d’idéologues en concurrence dans deux systèmes qui s’opposent dans la mesure où celui de Freud est négateur face à la religion et où celui de Jung tente de donner un sens au Mysterium. L’attitude objectiviste du clinicien qui aborde l’âme à travers ses maladies (psychose et névrose), c’est l’attitude de Freud. Celle du poète qui l’aborde à travers sa vie profonde et son expérience romantique fondamentalement religieuse, c’est l’attitude de Jung. L’antagonisme des deux écoles freudienne et jungienne est révélatrice de l’impasse de la pensée contemporaine face à l’analyse psychologique de la religion. Faute de saisir celle-ci à son niveau suprême qui est celui de la mystique où le désir de l’âme voit son accomplissement divin, Freud et Jung ont engagé un combat dans les ténèbres, perdu d’avance. En dissolvant la religion dans son fond d’humanité (la névrose chez Freud, les archétypes chez Jung), ils ont réalisé, dans l’approche qui est la leur, ce que Marx et Nietzsche avaient réalisé dans les leurs, Marx en dissolvant la religion dans son fond d’humanité générique, Nietzsche en la dissolvant dans sa base éthique.

8L’aliénation de l’homme par l’homme est donc venue aggraver, au lieu de la réduire, l’aliénation produite par l’idéologie chrétienne. Elle s’est ajoutée à l’aliénation de l’homme par l’homme que le marxisme également, loin d’avoir réduite en révolutionnant les bases matérielles de l’existence sociale des hommes, a définitivement consolidée.

9Mais il faut aller plus loin et analyser plus profondément la genèse de l’athéisme en tant qu’il représente l’étape ultime du processus dramatique de l’idéologie chrétienne dans l’histoire contemporaine de l’Occident.

10L’apparition de l’homme nouveau, proclamée par la foi chrétienne depuis deux mille ans, s’y est réalisée sous la forme mystifiée de l’homme générique, de l’homme comme produit social, comme être générique et social. Un tel concept réalise l’aliénation de l’homme dans l’homme. Il constitue, pourrait-on dire, l’objet de la révélation de l’idéologie athée.

11L’idéologie l’avait au début "découverte" au moment où l’on était passé de la notion de l’idée comme forme de l’intelligence humaine à l’idée prise comme produit social (le bouleversement du monde provoqué par l’idée révolutionnaire avait débouché sur l’Empire. Napoléon s’était employé à manipuler les peuples moyennant l’utilisation géniale des idées-forces. Il était devenu évident que les idées qui mènent le monde naissaient comme des idées-forces au sein du bouleversement social comme des produits sociaux).

12Lorsque l’homme comme sujet personnel est affronté à l’homme social ainsi défini, naissent ces sciences que l’on dit humaines. Toute une série de disciplines scientifiques font leur apparition sur cette base, dont la problématique est liée à la dissolution de l’homme dans son genre. De telles sciences font partie la psychanalyse, l’ethnologie, la sociologie, la linguistique. Elles peuvent beaucoup nous apprendre sur le conditionnement social, matériel et ethnologique de la socialité humaine ; mais, dans la mesure où leur problématique est matérialiste et athée, elles ne répareront jamais le dégât que leur faux prestige scientifique produit dans l’intelligence qu’elles athéisent spontanément. La dernière en date des démonstrations enregistrées concerne la dissolution du langage humain dans la langue à laquelle la plupart des Ecoles de la linguistique contemporaine ont procédé.

Notes

1 V. supra pp. 115-118.

© Presses de l’Université Toulouse 1 Capitole, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search