Version classiqueVersion mobile

La mystique déracinée. Drame (moderne) de la théologie et de la philosophie chrétiennes (xiiie-xxe siècle)

 | 
Jean Krynen

Titre troisième. L’idéologie matérialiste et l’impasse de l’humanisme athée

Chapitre I. De l’idéologie athée à l’idéologie matérialiste

Texte intégral

  • 1 Lettre à Ruge, La Pléiade, II, XLV.

1Lorsqu’en 1845 Karl Marx entreprend la critique de ce qu’il appelle l’idéologie allemande, en collaboration avec Engels, c’est avec l’intention de réaliser la conversion de l’idéologie hégélienne vers la contestation révolutionnaire de l’ordre établi. Ce point de départ rend manifeste l’engagement politique de Marx bien résumé dans la devise choisie par les éditeurs des Annales Franco-Allemandes (février 1844) : "Réforme de la conscience non par des dogmes, mais par l’analyse de la conscience mystique qui, fût-elle religieuse ou politique, ne se comprend pas elle-même"1. Marx veut dégager le concept scientifique de l’idéologie en abordant le domaine de l’économie politique. Il a compris que le mal qui ronge la société moderne prend racine dans l’Argent et l’Etat, instrument de domination de l’élite possédante. Il veut en fournir la démonstration "scientifique", afin de changer la compréhension intuitive de cette vérité en intelligence théorique. Il composera alors deux ouvrages qui se font suite : Sur la Question Juive et l’Introduction à la critique de la philosophie hégélienne du Droit.

2Le propos est clair : déterminer le diagnostic du mal social, symbolisé par l’Argent et l’Etat. Prescrire le remède : la révolution prolétarienne.

3L’idée-maîtresse exprimée dans l’Introduction à la critique de la philosophie hégélienne du Droit a finalement pris corps grâce au virage du matérialisme révolutionnaire de Marx. Une philosophie au service de l’histoire se devait d’abandonner la critique idéaliste de la religion et de la théologie, pour se consacrer aux formes profanes de l’aliénation religieuse dans le droit (l’Etat) et l’économie (l’Argent). Pour Marx, il ne fait aucun doute que sa démarche soit scientifique du seul fait qu’elle est matérialiste, et sans doute est-ce là une grande illusion.

  • 2 Ib., II, LIII.

4Pour lui, la théologie, Luther et le protestantisme ont indiqué la voie menant à la solution de son problème. L’œuvre inachevée de la Réforme échoit à la philosophie critiquée selon le matérialisme, capable de se changer en puissance matérielle révolutionnaire mettant un terme réellement à l’aliénation religieuse de l’Allemand. Marx exhorte ses compatriotes à une "transformation philosophique" à l’instar de celle qu’a réalisée Luther, à une révolution intérieure en vue de réaliser une vocation universelle : rendre l’homme à l’homme réel. Ce sera "le jour de résurrection allemand"2.

5Le virage décisif de la pensée de Marx vers le matérialisme historique a été pris en 1845-1846 à l’époque où Marx polémique contre les idéologues allemands post-hégéliens, les frères Bauer, pionniers de la "Critique critique", et Max Stirner, l’auteur de l’Unique et sa propriété (1844). Il semble bien que le nihilisme de l’individuel de Stirner, qui visait aussi bien les Bauer que Feuerbach et Marx-Engels, ait constitué la dernière étape avant la découverte par Marx de sa conception matérialiste et critique du monde qui devait former, comme il le dira en 1859, son "fil conducteur".

  • 3 Ib., III, 1053.

6Tous ces jeunes philosophes de l’idéologie allemande prétendent avoir dépassé Hegel, observe Marx ; mais la mystification hégélienne n’est pas seulement dans les réponses, elle est dans les questions mêmes. Aucun de ces nouveaux critiques n’a entrepris une critique exhaustive du système hégélien, faute d’être sorti du système de l’Idée. "De Strauss à Stirner, écrit-il, toute la critique philosophique allemande se limite à la critique des représentations religieuses. On partait de la religion réelle et de la théologie proprement dite"3, en montrant qu’elles sont le règne de l’usurpation. On disait : "Changeons de conscience et tout ira dans l’ordre". Marx ridiculise ce spiritualisme renversé et devient matérialiste.

7 1. - L’idéologie n’est pas un phénomène de conscience, mais d’illusion naturelle où la production des idées est référée à l’esprit, alors qu’elle est reliée à la production matérialiste de l’idée à partir du réel et de ses contradictions, dont les idées ne sont que le reflet.

8C’est à la lecture d’un écrit de Engels, l’Esquisse d’une critique de l’économie politique que Marx a découvert la voie qui le mènera au Capital. Engels faisait de l’enrichissement capitaliste une escroquerie légitime. Dans Le Capital, Marx fera la science complète de cet enrichissement. L’analyse de son ami, mêlée à la diatribe et au pamphlet du moraliste, le met sur la voie de la libération d’une humanité qui n’aura d’autre souci matériel que de jouir du progrès de la science dans ses applications, de sa force productive infinie. Mais il faut "produire avec conscience", c’est-à-dire en maîtrisant les contradictions artificielles et insupportables du système (bientôt appelé capitalisme).

  • 4 La Pléiade, II, LX (1845 : éloge de Proudhon dans La Sainte Famille).

9Le concept de travail-marchandise, entre autres notions manipulées par Marx, ne vient pas de lui mais du chrétien admirateur de Fourier, auteur d’un ouvrage que Marx a lu et abondamment copié, Misère des classes laborieuses en Angleterre et en France, Eugène Buret. Il croyait à la rédemption par le travail et l’appropriation d’une partie des instruments de production, donc pas à la révolution prolétarienne que Marx entrevoit. Pareillement, de 1845 à 1851, Proudhon sert d’inspirateur et de repoussoir à Marx qui le considère comme le Hegel de l’économie politique. Il lui fait l’honneur de considérer que sa critique de la propriété est scientifique4 et rend enfin possible une véritable science économique. Mais il reproche à l’auteur de l’Idée générale de la révolution au XIXe siècle de ne pas s’attaquer au Capital, seulement à l’intérêt, pour lutter contre la société de la misère.

10A partir de 1852, Marx se consacre à sa science de l’économie. Il s’agit avant tout de donner une base scientifique à l’idée qui s’est emparée de son esprit et qui fait de lui le prophète de la libération de l’homme par la Révolution : le prolétariat.

  • 5 La Pléiade, II, XXXIX.
  • 6 (septembre 1843) La Pléiade, II, XL.

11C’est à travers les vues de Moses Hess (1842)5 qu’il précise le contenu de cette notion de "la classe qui ne possède rien et qui veut être tout". Moses comme Leroux, Considérant et Proudhon s’en font une notion dogmatique abstraite, de même que les communistes Cabet ou Weitlung. A Arnold Ruge, il déclare : "Ce communisme n’est lui-même qu’un manifestation particulière du principe humaniste infecté de son contraire"6. C’est que Marx a une vision de la classe ouvrière calquée sur la notion prophétique et évangélique du serviteur souffrant. De même que le Christ de Luther s’est fait péché pour les hommes, qu’il a subi l’anéantissement en lui du Dieu qu’il représentait et de l’homme qu’il était, de même qu’il est mort puis ressuscité, ainsi la classe ouvrière réalise, dans la situation historique que lui crée le système de production capitaliste, l’idée dont le Christ était porteur. Marx pense avoir trouvé la solution de son problème (de toujours) : l’unité de la vie et de la spéculation, de l’action et de la connaissance en découvrant l’unité de l’Idée et du prolétariat dans l’histoire.

  • 7 La Pléiade, II, XLI.

12La classe ouvrière est porteuse d’une "mission historique" et c’est pourquoi Marx peut proposer une signification nouvelle des thèses socialistes et communistes en tentant de prendre en compte des aspects de l’existence "théorique" que l’on a tendance à négliger et qui sont "des manifestations réelles de la conscience humaine" telles que la religion, la science, l’éthique, la politique. Marx en tentera une synthèse théorique, de l’utopie à la science, visant la transformation du socialisme utopique en socialisme scientifique7.

  • 8 Jean Hyppolite, Etudes sur Marx et Hegel, Marcel Rivière, 1955, p. 134.

13"Il faut former une classe avec des chaînes radicales, une classe de la société bourgeoise qui ne soit pas une classe particulière de la société bourgeoise, une sphère qui ait un caractère universel par ses souffrances universelles et ne revendique pas de droit particulier parce qu’on ne lui fait pas de tort particulier, mais un tort en soi (...) ; une sphère qui ne puisse plus s’en rapporter à un titre historique, mais simplement au titre humain, une sphère qui ne puisse s’émanciper sans s’émanciper de toutes les autres sphères de la société et sans, par conséquent, les émanciper toutes, qui soit en un mot la perte complète de l’homme et ne puisse donc se reconquérir elle-même que par le regain complet de l’homme". On voit en quel sens on peut parler du prophétisme de Marx8 ; "sa science n’est pas seulement une science de la réalité sociale : elle contribue en en prenant conscience à créer cette réalité même, ou du moins à la modifier en profondeur, attitude qui évoque à certains égards celle des prophètes". Il est à peine nécessaire de souligner l’analogie entre la conception de la sphère du prolétariat et la figure du serviteur souffrant d’Isaïe, c’est-à-dire du messie juif : ses souffrances universelles, le fait qu’il ne subit pas de tort particulier mais un tort en soi (il porte les péchés du monde et il est innocent), le fait qu’il ne se rapporte pas seulement à un titre historique au seul salut des juifs mais au salut de l’humanité entière, le fait que le Christ se libère de la mort en en émancipant tous les hommes, le fait enfin qu’il meure en ressuscitant et ne se sauve qu’en sauvant complètement ceux qui étaient perdus.

14Le prolétariat permet ainsi la prise de conscience authentique, pense Marx, de la situation humaine et de l’histoire présente de l’humanité asservie par le système de production capitaliste, car il est la classe universelle dont la prise de conscience sera révolutionnaire parce qu’elle ne se heurte plus à un intérêt limité de classe, mais traduit l’intérêt de l’humanité tout entière. Pour Marx, moyennant le prolétariat, l’homme devient donc capable d’une prise de conscience de soi non illusoire, réalisant enfin le rêve de Hegel, la vérité absolue de son être.

  • 9 Ib., p. 149.

15A travers cette notion, c’est en effet toujours le philosophe hégélien révolté contre son maître qui spécule au sein d’un engagement politique révolutionnaire. La conscience de soi y contemple son objet, l’interdépendance des individus dans le travail qui de soi domine et humanise la nature, dans la lutte des individus pour la reconnaissance de leur être social de plus en plus proche de l’universalité humaine. Cette production de soi par soi, apparue au sein du système historique de la production capitaliste des biens, donc en pleine aliénation, promeut l’homme de la nature en homme social : le vieil homme en homme nouveau. Le langage de Marx, comme sa vision, est prophétique, théologique. "La société est la consubstantialité achevée de l’homme avec la nature, la véritable résurrection de la nature, la réalisation du naturalisme de l’homme et de l’humanisme de la nature"9.

  • 10 Ib., p. 150.

16Le texte exprime une sorte de laïcisation des concepts essentiels de la théologie chrétienne, la consubstantialité de la divinité et de l’humanité dans le Christ, la divinisation de la nature humaine dans l’union au Christ, sa véritable résurrection signifiée dans le baptême, l’analogie enfin de la société parfaite et du corps mystique de l’Eglise. L’homme et la nature, selon Marx, réalisent ensemble une divinisation de l’homme dont le Christ n’était que la figure aliénante ; l’homme étant consubstantiel à la nature, c’est-à-dire à l’être générique de l’humanité. La libération des hommes à l’égard de toute aliénation économique réconciliera complètement l’homme et la nature, pour la raison qu’il "aura pu s’approprier son essence universelle qui lui apparaissait d’abord comme étrangère dans l’histoire sociale"10.

  • 11 La Pléiade III, 1720, p. 1054, note.

17 2. - La démarche scientifique conduira donc à chercher l’ancrage d’une action révolutionnaire qui renversera l’idéalisme hégélien pour de vrai, en s’interrogeant sur le lien de la critique de Hegel avec la réalité allemande, son propre milieu matériel : "Il faut commencer par la science de l’histoire des hommes étant donné que presque toute l’idéologie se réduit ou bien à une conception absurde de l’histoire, ou bien à une conception qui en fait totalement abstraction. L’idéologie elle-même n’est qu’un des côtés de cette histoire"11.

  • 12 Idéologie allemande, p. 1056.
  • 13 Ib., pp. 1056-1057.

18Marx se flatte de pouvoir "exposer le développement des reflets et des échos idéologiques du processus de production des idées à partir du procès de vie réel des hommes". Tout au contraire de la philosophie allemande qui descend du ciel sur la terre, on s’élève ici de la terre au ciel12. Pour lui, si les idées apparaissent "sens dessus-dessous", c’est-à-dire produites par un autre esprit que cet esprit matérialiste-là, c’est encore aux causes matérielles de vie et de production des idées qu’on le doit, car alors l’homme réel est mystifié, les hommes "œuvrant tels qu’ils sont conditionnés par un développement déterminé de leurs forces productives et du commerce qui leur correspond jusque dans ses formes les plus étendues"13. Par exemple, "la structure sociale et l’Etat se dégagent constamment du processus vital d’individus déterminés, non pas tels qu’ils peuvent apparaître dans leur propre imagination et dans celle d’autrui, mais tels qu’ils sont en réalité, c’est-à-dire tels qu’ils œuvrent, produisent matériellement, donc tels qu’ils s’activent dans des limites, des circonstances préalables et des conditions matérielles déterminées, indépendantes de leur volonté".

  • 14 Idéologie allemande, p. 1057.
  • 15 Ib., p. 1062.

19La science réelle commence "là où cesse la spéculation dans la vie réelle"14. Mais Marx définit la conscience en tant qu’objet de science comme étant dès l’origine un produit social, "conscience purement animale de la nature", "pure conscience grégaire"15. Bientôt interviendra la division entre le travail matériel et le travail intellectuel (et l’idéologie avec les prêtres). "Dès cet instant, la conscience peut vraiment s’imaginer qu’elle est autre chose que la conscience de la pratique établie, et qu’elle représente réellement quelque chose sans représenter quelque chose de réel : à partir de ce moment, la conscience est capable de s’émanciper du monde et de passer à la formation de la théorie "pure", théologie, philosophie, morale etc.". Mais lors même que cette théorie entre en conflit avec les conditions existantes, "ce heurt ne peut se produire que parce que les conditions sociales existantes sont entrées en conflit avec la force productive existante".

  • 16 Ib., p. 1063.

20C’est donc la division du travail qui produit le conflit entre l’Etat social et la force productive du fait que l’activité spirituelle et l’activité matérielle échoient à des individus différents, la jouissance et la consommation aux uns, le travail et la production aux autres. La seule possibilité d’éviter le conflit consiste à abolir la division du travail et avec elle la "représentation" "idéaliste, spéculative et sacrée"16 des conflits réels au plan du mode de production de la vie (propriété, répartition inégale du travail et de ses produits, esclavage, Etat comme configuration autonome et communauté illusoire des classes sociales).

21Telle est la première démarche de l’esprit scientifique chez Marx économiste. On remarquera qu’il a substitué au dualisme, générateur de l’idéologie au plan de l’analyse de la spéculation noétique, une notion-clef : celle de la division du travail. Telle est la vision de l’idéologie dans la perspective du virage matérialiste.

22Du socialisme comme utopie spéculative, Marx passe à la science. Celle-ci lui dicte une conception de la conscience qui réalise l’inversion parfaite de celle-ci vue par les philosophes (et qui en demeure, par là-même et quoi qu’en pense Marx, encore tributaire). C’est que la foi révolutionnaire est chez Marx antérieure à toute démarche et à toute démonstration scientifique. C’est elle qui fait de l’économie politique la théorie de l’ordre social dominant et asservissant "la classe la plus nombreuse et la plus misérable, la science du mal".

23Mais cette foi révolutionnaire dicte à la science que Marx élabore ses coordonnées doctrinales. Il lui faut avant tout critiquer la science de l’économie politique telle qu’il la voyait se faire sous ses yeux par d’autres, tels que S. Mill, Ricardo, qui "sous les apparences de l’objectivité était la science des moyens d’obtenir la richesse en produisant la misère". "Expliquer, pour mettre à nu la plaie de l’exploitation du travail ; détromper ; déchirer ce voile qu’est l’idéologie justificatrice de l’exploitation de l’homme par l’homme". Marx a spontanément condamné l’Etat et l’Argent et fixé son échelle de valeurs en optant pour la problématique matérialiste avant de s’atteler aux études économiques, afin de jeter les bases scientifiques d’un mouvement d’émancipation de la classe ouvrière.

  • 17 Avant-propos à la Critique de l’économie politique, La Pléiade, I, 272.

24Lorsque Marx définit la science de l’économie politique comme "l’anatomie de la société civile prise" comme "conditions matérielles de la vie"17 en vue de la disparition du système de production capitaliste, il est persuadé de poser les bases de l’objectivité requise par la science de l’économie. En fait, ce n’est pas l’analyse objective de l’objet de l’économie qui en décide, mais l’a priori philosophique de la critique matérialiste de l’hégélianisme. De ce point de vue, son option révolutionnaire ne constitue pas une garantie d’objectivité supérieure à l’option opposée d’un Mill ou d’un Ricardo.

  • 18 Avant-propos aux Notes de lecture, La Pléiade, II, 5.

25Marx dira : "Il me paraît superflu d’assurer (...) que les résultats auxquels je suis parvenu ont été obtenus grâce à un travail d’analyse empirique fondé sur une sérieuse étude critique de cette science"18. Or, il est évident que les présupposés des premières études économiques de Marx sont fondés sur une vision théologique largement tributaire de l’idéologie luthérienne. Il en est de même des analyses que Marx a soutenues tout au long de sa vie depuis 1844 à travers ses Manuscrits parisiens, les Principes d’une Critique de l’économie politique composés en 1857- 1858 comme une première ébauche du Capital, ainsi que dans ses Matériaux pour "l’Economie" entre 1861 et 1865.

  • 19 Malgré les illusions de Marx lui-même qui déclare consacrer à l’économie politique sa "libre et sci (...)

26Les concepts de l’économie politique que dégage Marx au cours de sa longue réflexion ne sont pas seulement scientifiques, malgré l’apparence et malgré le sort qui leur a été fait dans la genèse de la révolution léniniste et l’installation du pouvoir athée en U.R.S.S.19 Ce sont des idées-forces qui, chacune séparément et toutes ensemble, constituent le levier d’une pensée attelée à l’opération subversive des conditions matérielles de la production dans les Etats démocratiques socialement aliénés par la "religion" de la liberté et de la souveraineté populaire. Ce sont des idées-fétiches qui toutes culminent dans le concept-clef de la plus-value : le Prolétariat porteur de son Idée de l’Homme social, la classe porteuse de son idée de lutte de classe, le capital porteur de son idée d’exploitation etc.

27Les réalités sociales que ces concepts désignent sont interprétées dans la problématique de déstabilisation de la structure sociale d’un monde préjugé pervers et aliénant. C’est ainsi que la société réelle, induite par le progrès des sciences et des techniques finira, malgré l’intention éthique de Marx, par échapper à la maîtrise d’une pensée doublement aliénée et par la structure qu’elle dénonce et par l’idéologie qu’elle prolonge.

  • 20 Le Capital, Livre I, I, IV, La Pléiade, I, pp. 604-605.

28Théologien de l’athéisme, Marx est aussi le théologien critique de la société capitaliste, un théologien qui découvre que la marchandise est "une chose très complexe, pleine de subtilités métaphysiques et d’arguties théologiques"20. La marchandise est verbe fait objet, sa double nature renvoie au Christ, Dieu fait homme ; elle est comme lui médiation et aliénation, elle est à la fois son corps saisissable - sa "valeur d’usage" - et autre chose d’insaisissable - sa "valeur d’échange". La double nature de l’objet marchand renvoie ainsi à la double nature du Christ et à son "mystère". Le caractère mystique de la marchandise qui constitue au dire de Marx le secret de la science économique, c’est "sa valeur réalisée dans la forme-monnaie". La forme-marchandise crée son propre fétichisme, c’est-à-dire l’illusion par laquelle des rapports sociaux aliénés apparaissent aux hommes comme des rapports entre les choses et non plus entre les personnes au sein de l’être générique. On passe de la sorte de la toile, valeur d’usage, à l’habit-marchandise et de la marchandise à sa transsubstantiation en or. L’analyse suivra à la trace "les métamorphoses de cette chair spirituelle de la valeur-or" qu’est devenu le moyen de circulation.

  • 21 Régis Debray, o.c., p. 308.
  • 22 Ib.

29Le secret de la production capitaliste est chez Marx calqué sur le secret de la christologie elle-même : c’est la notion de plus-value aussi aliénante par essence que le Christ médiateur, plus-valoir de l’idée de Dieu dans l’homme. Marx a regardé la marchandise comme il regardait l’Homme-Dieu, en le voyant double21. Elle est verbe et esprit en tant qu’argent, elle est chair en tant qu’objet. "La logique paradoxale de Dieu est la logique de la nature économique des choses"22 ou plutôt la logique de l’économie politique, selon Marx, est la logique paradoxale de l’idéologie chrétienne élaborée selon Luther.

  • 23 Le Capital. Préface à la première édition. La Pléiade, I, pp. 507-508.

30Karl considérait comme son principal mérite d’avoir pénétré le secret de la forme-valeur réalisée dans la forme-monnaie. Après deux mille ans, l’esprit humain n’y était pas parvenu. Il a fallu que Marx arrive23.

  • 24 A Engels, La Pléiade, II, CXXIX.
  • 25 Ib.

31A propos des critiques qui lui furent adressées par Eugen Dühring, Marx disait à Engels24 que son originalité avait consisté en ce qu’il avait analysé d’abord la forme générale où se trouvent à l’état de dissolution indifférenciée les fractions particulières de la plus-value avec leurs formes fixes : rente, profit et intérêt, comme choses données. Marx s’en prend donc à la notion abstraite, métaphysique, de la plus-value. Son regard discerne la double nature de la marchandise et opère ainsi l’équivalent de la disjonction dualiste de l’idéologie entre travail d’usage (non aliéné) et travail d’échange (aliéné) - un dualisme que résoudra l’Aufhebung révolutionnaire. C’est là "tout le secret de la conception critique"25.

  • 26 Pour Marx, la plus-value qui tient au mode de production capitaliste est la forme moderne de l’usur (...)
  • 27 Selon Joan Robinson, Essai sur l’économie de Marx, Dunod, 1971, "son explication de la baisse tenda (...)

32Inutile d’insister26. Il est évident que la loi de la baisse tendancielle du taux de profit, la distinction du capital variable, du capital constant, qui représentent le "mystère" de la production capitaliste dévoilé par Marx, relèvent également de la même élaboration idéologique27.

  • 28 Lettre à Engels, 24 août 1867. La Pléiade, II, CXXX.
  • 29 La Pléiade, II, Introduction, CXXVIII, "Abrégé des découvertes (scientifiques) de Karl Marx en écon (...)

33 "Ce qu’il y a de mieux dans mon livre, écrivait Marx à Engels28, c’est d’avoir exprimé à travers la thèse du double caractère du travail (comme valeur d’usage et comme valeur d’échange) toute l’intelligence des faits". C’est aussi d’avoir analysé la plus-value indépendamment de ses formes particulières. Nous comprenons pourquoi : c’est que tout s’expliquait pour Marx, d’une part par le dualisme fondamental de l’homme générique et de l’homme individuel, et d’autre part par le concept-clef de la plus-value comme médiateur-aliénateur dans le domaine de l’économie. Pareillement, Engels considérait que la doctrine du socialisme scientifique de Marx reposait sur les deux grandes découvertes de la conception matérialiste de l’histoire et la révélation du secret de la production capitaliste au moyen de la plus-value29. Or, ce concept de la plus-value, s’il est bien le concept-clef de l’analyse marxiste, n’est autre que le secret du Christ tel que l’idéologie chrétienne l’avait élaboré, et que Marx dénonce comme aliénant tout en le voyant réalisé paradoxalement dans la plus-value capitaliste. Le Christ luthérien est désavoué comme typiquement aliénant, mais le nerf de l’idéologie chrétienne continue de fonctionner pour faire de la plus-value le démiurge de l’aliénation économique de l’homme.

  • 30 La Pléiade, II, XLVI.

34"Pour se faire pardonner ses péchés, l’Humanité n’a qu’à les reconnaître comme tels"30. Marx avait dit que l’état démocratique émancipé politiquement était la réalisation de l’esprit religieux dans sa forme profane, qu’il maintenait la religion comme fondement de la vie privée, d’une religion qui n’était plus qu’un phénomène de l’Etat qui le cause. Il disait, dans un langage révélateur : "La liberté par la grâce de l’Etat, c’est la liberté par procuration, par un détour, par un médiateur. Dans un Etat sans dieu, l’athée lui-même reste sous l’emprise de la religion : pour se reconnaître humain, il doit recourir à un médiateur".

35On voit apparaître ici le thème majeur, réellement obsédant, de la recherche de Marx en matière d’économie politique, le thème du médiateur qui médiatise, c’est-à-dire qui sert en apparence d’intermédiaire dans une relation constituante, alors qu’en réalité il divise l’homme contre lui-même et aliène la reconnaissance de l’homme par l’homme. Or, on le sait, pour Marx, c’est la religion qui introduit avec le Christ cette notion même. Lorsqu’il aborde le domaine nouveau pour lui de l’économie politique, Marx n’abandonne pas pour autant l’outillage intellectuel qu’il a appris à manipuler comme tous les disciples de Hegel, un outillage propre à l’idéologie philosophique issue de l’idéologie chrétienne.

  • 31 La Question Juive, La Pléiade, II, XLVII.

36C’est d’abord la notion fondamentale de l’être humain considéré comme être générique (Gattungswesen31), ou comme être social (Gemeinwesen). Il s’agit du concept central qui sert de repoussoir à toutes les analyses auxquelles se livre Marx dans le domaine de l’économie. Ce concept jamais analysé critiquement par lui est en fait la rationalisation du concept chrétien de l’homme nouveau réalisé par la transformation opérée par la grâce du Christ. L’homme générique "incarne" la notion de la communauté des hommes en Christ telle qu’elle apparaît dans les Epîtres de saint Paul. Toute la recherche de Marx est destinée à montrer comment cet homme social réconcilié avec lui-même est aliéné par le système capitaliste et comment il peut ressusciter dès que ce système est détruit. La mort et la résurrection du système de l’Argent, c’est-à-dire du système du Médiateur, sont calqués sur la théologie chrétienne de la médiation.

  • 32 La Pléiade, II, 17-18 ; II, XLVII ; I, pp. 604-619.

37Le parallèle entre le Christ et l’Argent est présent dans tous les écrits de Marx postérieurs à 1844, dans ses Notes de lectures, dans la Question Juive, dans l’Introduction à la critique de Hegel et dans Le Capital.32

  • 33 La Pléiade, I, pp. 604-605. Voir supra, p. 389. R. Tucker, o.c., pp. 93-94 a souligné le rôle de Mo (...)

38Dans le paragraphe des Notes de lectures intitulé L’Argent et le Christ, Marx reprenait une idée que Moses Hess avait exposée dans son Essai sur l’Argent (fin 1843) qui passera dans Le Capital sous la forme de la théorie du fétichisme de la marchandise et de l’Argent. Marx dira alors qu’il s’agit de scruter "le caractère mystique de la marchandise, chose très complexe pleine de subtilités métaphysiques et d’arguties théologiques"33. Dans ses Notes de lectures, il aborde de front le mystère.

39Ces lignes sont souvent mentionnées, mais généralement à titre de curiosité sans importance. En fait, elles donnent la clé de la manière faire de Marx économiste et révèlent à quel point sa science démarque la science mystique des chrétiens.

  • 34 C’est la "Robinsonade" du Capital, I, I, IV, De la marchandise, La Pléiade I, pp. 610-613.

40L’Argent, nous est-il dit, se caractérise comme le médiateur de l’échange et Marx reconnaît à Stuart Mill le mérite de l’avoir signalé. C’est un médiateur étranger, car l’homme n’y est plus le médiateur de l’homme par le moyen de l’échange naturel (censé avoir existé antérieurement à l’économie capitaliste, et en tout cas comme mythe que Marx dénonce dans Le Capital34). L’homme "aperçoit sa volonté, son activité, son rapport avec autrui (devenu) comme une puissance indépendante de lui et des autres". L’Argent joue ce rôle d’aliénateur. Ce n’est pas la propriété qui s’aliène en lui, mais l’homme lui-même "pris dans son activité médiatrice, l’acte humain, social, par quoi les productions de l’homme se complètent réciproquement".

41L’aliénation provient de ce que l’argent se substitue comme médiateur à l’activité médiatrice de l’homme social, concept "mystique" auquel se réfère l’analyse de Marx. L’argent "se change en un vrai dieu" dont la fonction, selon Marx, est bien sûr d’aliéner l’homme à l’homme. Dès le début, l’on se rend compte que sa réflexion scientifique sur l’économie est polarisée par ce préalable : l’argent n’est autre que le Christ médiateur tel que Luther l’a conçu. "Rien d’étonnant à ce que ce médiateur se change en un vrai dieu, car le médiateur règne en vraie puissance sur les choses pour lesquelles il me sert d’intermédiaire". Marx fait allusion à la Divinité et à l’Humanité pour lesquelles le Christ sert d’intermédiaire à l’homme : il veut dire d’aliénateur, parce que pour Marx l’homme n’a d’autre dieu que l’Humanité, ni d’autre Humanité que son être générique. "Son culte devient une fin en soi. Les objets, isolés de ce médiateur ont perdu leur valeur. C’est donc seulement pour autant qu’ils le représentent qu’ils possèdent une valeur, tandis que primitivement il me semble que l’argent n’avait de valeur que dans la mesure où c’est lui qui représentait ces choses. Ce renversement du rapport primitif est nécessaire". Le parallèle entre la théologie et l’économie politique se poursuit : les objets dont il est question ce sont la divinité et l’humanité de l’homme dont la valeur est passée dans celle du médiateur ; ce sont analogiquement la valeur d’échange et la valeur de travail aliénées dans l’argent. Finalement, l’homme ne se valorise que dans la mesure où il représente le médiateur, il est chrétien ou capitaliste, alors que primitivement il semblait que le médiateur divin ou l’argent n’avaient de valeur que dans la mesure où ils représentaient soit Dieu et l’homme, soit la valeur d’échange et la valeur de travail.

42Marx explique alors que "ce médiateur est, par conséquent, l’essence de la propriété privée qui s’est perdue elle-même, qui s’est aliénée ; il est la propriété devenue extérieure à elle-même, expulsée d’elle-même, tout comme il est la médiation entre les productions des hommes, mais une médiation aliénée, l’activité générique de l’homme séparée de l’homme" (interprétons : l’argent comme le Christ a frustré l’homme générique de sa propriété privée en même temps que de sa propriété sociale). "Tous les caractères qui appartiennent à l’activité générique de la production, propres à cette activité, sont dès lors transférés à ce médiateur. L’homme s’appauvrit d’autant plus comme homme que, séparé de ce médiateur, celui-ci devient plus riche" (le Christ, médiateur séparé de l’homme, empêche l’homme d’être son propre médiateur entre l’homme individuel et l’homme social, il s’enrichit donc, bien qu’abstrait et fantasmatique, alors que l’homme s’appauvrit d’autant).

43Il était nécessaire de montrer comment ce texte révèle, en un contrepoint à peine dissimulé, l’analogie entre les articulations de l’analyse luthérienne de la médiation et les analyses auxquelles Marx se prépare dans le domaine de l’économie. Marx a là un fil directeur qu’il ne lâchera jamais. Ce qui prouve que le théologien de l’athéisme sera encore le théologien de l’économie politique. Les analyses de Marx dans le domaine du profit, de la rente, de l’intérêt auront beau être scientifiques, c’est la notion-clef de la plus-value telle que Marx la forge en théologien de l’économie qui constitue, comme il l’a lui-même dit et répété, son originalité profonde, disons son originalité de savant-mystique et prophète. Dans cette note de lecture, Marx a donc jeté l’intuition de tout son système. Toute l’idéologie théologique de Hegel aboutissait à démontrer la nécessité de l’Etat monarchique prussien et à présenter le monarque comme le vrai "Homme-Dieu", comme la véritable incarnation de l’Idée. Cette idéologie lui servira (tout en demeurant hégélien) à retourner contre Hegel, en matérialiste, sa théologie même, c’est-à-dire son idéologie fondée sur la notion luthérienne de la médiation de l’Homme-Dieu. Marx a dénoncé sur tous les plans le caractère mystificateur des antinomies dialectiques établies par Hegel, grâce au concept de médiation qui constitue le "mystère spéculatif" de la logique hégélienne, travestissant les antagonismes en harmonies romantiques aliénantes. Il critique la médiation hégélienne qui réaliserait la synthèse mystificatrice entre société bourgeoise et Etat politique, entre peuple et représentation (du pouvoir politique dans la police, les tribunaux, la bureaucratie), mais il ne fait en fin de compte qu’en matérialiser la mystification dans ses concepts et ses propres antinomies.

  • 35 La Pléiade, II, XXVI.

44On notera que selon Marx la philosophie hégélienne de l’Etat donnait naissance à la société bureaucratique du capitalisme évolué, et que pour lui, l’esprit bureaucratique "est un esprit foncièrement jésuitique, théologique". Il est assez cocasse de voir Marx retrouver la Compagnie de Jésus après avoir démarqué Luther. C’est qu’en effet, Luther ne se préoccupe pas d’opérer la synthèse au cœur de l’idéologie chrétienne (Dieu et l’homme demeurent réciproquement aliénés l’un à l’autre, de même que l’Eglise et l’Etat, la grâce et la nature), tandis que les Jésuites se sont faits les spécialistes de la synthèse. "Les bureaucrates sont les Jésuites et les théologiens de l’Etat (...) Les fins de l’Etat se changent en fins de bureaux (...) Ceux-ci tiennent l’Etat en leur possession (...) A l’intérieur de la bureaucratie, le spiritualisme (l’essence spirituelle de la société constituée par sa possession privée) se métamorphose en grossier matérialisme", en obéissance passive, en culte de l’autorité, en mécanisme d’une pratique formelle et figée, de principes, de conceptions, de traditions fixes35.

45Le fil directeur de la réflexion concerne l’effet aliénant du Médiateur, c’est-à-dire du Christ selon la théologie luthérienne de la justification imputée. Le Christ, pense Marx, a aliéné l’homme en se faisant riche aux dépens de l’homme.

46"Christ représente primitivement :

  1. - les hommes devant Dieu ;
  2. - Dieu pour les hommes ;
  3. - les hommes pour l’homme.

47La même chose pour l’argent qui représente primitivement :

  1. - la propriété privée pour la propriété privée ;
  2. - la société pour la propriété privée ;
  3. - la propriété privée pour la société".

48Ce schéma s’éclaircit à la lumière de la théologie luthérienne de la médiation. Comprenons bien :

  1. - Le Père regarde l’humanité pécheresse à travers le Christ son Fils, celui-ci est donc les hommes devant Dieu.
  2. - En Christ, les hommes voient Dieu lui-même, tel est l’objet de la foi.
  3. - Les croyants voient l’humanité dans le Christ, la communauté des hommes rassemblée dans le Christ et dans l’Eglise dont il est le Corps : ils voient donc l’homme générique, selon le concept de Marx en Christ.
  • 36 La Pléiade II, p. 18.

49La conformité de la pensée de Marx avec l’interprétation luthérienne de la médiation se marque dans les lignes suivantes36 : "Mais Christ est le Dieu aliéné et l’homme aliéné. La seule valeur de Dieu lui vient de ce qu’il représente Christ ; la seule valeur de l’homme lui vient de ce qu’il représente Christ". Pour Luther, il en était bien ainsi : Dieu le Père s’aliénait dans le Fils devenu péché pour le salut des hommes (c’est l’interprétation luthérienne de la Kénose). Le Christ est aussi l’homme aliéné, dont la justice lui est seulement imputée à partir de la justice du Christ. Marx insiste visiblement sur cette dernière aliénation du croyant à l’égard de sa nature humaine. Pour lui, elle est caractéristique de la transformation de l’homme ancien en homme nouveau, purement verbale chez Luther (et l’on soulignera la pertinence de cette vue théologique de Marx qui met à nu l’idéologisation de la transformation surnaturelle selon la doctrine de saint Paul, chez Luther). Quant aux dernières lignes de la note de Marx, elles soulignent également l’effet de cette idéologisation en faisant observer que la divinité du Christ est une représentation de Dieu et l’humanité de l’homme une représentation du Christ.

50Toute l’analyse de Marx repose donc sur un dualisme produit au niveau de l’échange - là où règne la propriété privée - entre "l’homme être sociable" et la "valeur". Dès qu’il échange un bien comme sa propriété, l’homme transforme l’échange en la valeur comme rapport abstrait de la propriété privée à la propriété privée et non comme un "rapport humain", un "mouvement social médiateur entre l’homme et l’homme". Ce rapport abstrait n’existe réellement comme tel qu’en tant qu’argent. C’est analogiquement, au plan de l’économie politique, ce qui se passe entre Dieu et l’homme lorsque l’intrusion du médiateur établit entre eux un échange : en fait, le Médiateur substitue au rapport "social médiateur entre l’homme et l’homme" un rapport abstrait entre Dieu (enfermé dans sa propriété privée) et moi (l’homme enfermé dans mon péché). Le Christ est sans doute "mon Christ", selon l’expression typiquement luthérienne qui traduit l’appropriation individuelle de la foi, mais c’est un Christ qui m’a aliéné à moi-même et au dieu que l’homme générique est pour moi.

51Le fond du problème de l’économie politique pour Marx est donc clairement défini par analogie avec les problèmes de la théologie luthérienne et pas du tout par une approche scientifique objective de la réalité économique. Pour lui, l’économie d’échange capitaliste est inhumaine, "puisque, en échangeant, les hommes ne se comportent pas entre eux comme des hommes". Par la médiation de l’argent "l’objet perd sa signification de propriété humaine personnelle". Il en est ainsi parce que le Médiateur divin de la religion luthérienne qui a produit l’Allemagne du temps de Marx est un Médiateur aliénant, dont le surnaturel est un sur-naturel anti-naturel. Le constat d’échec auquel aboutissait selon Marx la philosophie du droit d’Hegel est aussitôt répercuté sur l’économie capitaliste. Celle-ci est considérée comme la base objective de la production de l’idéologie religieuse et de son aliénation, l’effet devenant la cause. On pourrait dire qu’à l’analogie entre la théologie et l’économie qui a révélé à Marx la nature de la réalité économique a succédé le renversement selon lequel ce n’est plus le Christ médiateur qui explique l’apparition du Médiateur argent, mais l’argent qui révèle la voie de disparition du phénomène théologique même de l’aliénation.

52Marx recourait au fétichisme de la marchandise pour expliquer la production idéologique. Il est évident que l’ordre est inverse et que l’apparition de l’objet marchand suppose d’abord sa fabrication, et que celle-ci suppose sa conception mécanique. La conception mécanique de l’objet est dans doute liée au travail, mais ce n’est pas le travail comme tel qui progresse mécaniquement vers la machine, c’est le travailleur, l’être intelligent, l’homo faber. L’idéologie avait parti lié avec l’art divin et, comme nous l’avons vu, s’était exprimée à l’époque de la Renaissance, par exemple chez Louis de León (et les Conimbres) à travers l’exemplarisme et l’image du sculpteur. L’origine de l’idéologie est donc dans l’attitude face à l’esprit, dans le geste de l’intelligence réifiant ses productions, les idées. La mécanique et les productions manufacturières ne produisent pas l’idéologie, mais à l’inverse. Sans doute la liaison entre l’idéologie qui aliène la pensée dans l’idée et la production d’objets dont la multiplication bouleverse la relation entre les hommes par leur mode de production, est une chose. Mais l’explication de la première par la seconde n’est pas scientifique. A la liaison réelle, bien visée par la critique de Marx, celui-ci a su rajouter le mythe d’une genèse qui est venu mystifier le phénomène, faute de le situer d’abord au niveau de l’esprit et de la noétique. L’héritage de la noétique de l’idéologie chrétienne, par-delà ses différents apports historiques, eût dû renvoyer Marx à la noétique de saint Thomas. A défaut de se référer à elle, Marx était conduit à chercher l’origine de l’idéologie dans l’économique pur.

53Au fond de lui-même, Marx poursuivait une chimère héritée de la mystique juive et chrétienne, et qui s’est concrétisée dans la notion de l’homme générique - ou social. Pour lui, c’est le cœur de l’homme qui souffre de son divorce d’avec la pensée qui, avec son idéologisation du réel, constitue le facteur d’aliénation dans la théologie et la philosophie. Entre l’esprit et le cœur, Marx a vécu douloureusement. L’homme au travail, dans la société industrielle du XIXe siècle, lui offrait le spectacle de la deshumanisation de l’homme selon son cœur, de l’homme générique dans la plénitude de sa nature non encore aliénée, le Robinson symbolique de la communauté sociale d’hommes libres qui définissent leurs rapports à travers la formule du Capital : "Je travaille pour toi et tu travailles pour moi, entre nous règne l’harmonie naturelle".

  • 37 Le Capital, Préface (de la première édition), La Pléiade, I, p. 550.
  • 38 Le Capital, Livre I, I, IV, La Pléiade, I, pp. 610-613.

54Marx a voulu rendre aux individus de la société aliénée de son temps leur réalité naturelle, élever la science de la société au rang d’une science de la nature, selon le postulat déterministe fondamental, matérialiste : l’individu humain est la créature sociale de rapports dont il n’est pas responsable37. Un tel déterminisme sociologique n’est pas scientifique, mais dogmatique. Il permet à Marx de mettre en mouvement le processus révolutionnaire qui doit modifier la base des rapports sociaux et rendre à l’homme son état naturel générique. La suppression de la division du travail rendra son harmonie naturelle à "la variété des fonctions productives" de l’homme social, leur transparence aux rapports entre l’homme et les choses qui forment la richesse qu’il s’est créée lui-même. La société telle que Marx se la représente sera alors "une réunion d’hommes libres travaillant avec des moyens de production communs et dépensant, d’après un plan concerté, leurs nombreuses forces individuelles comme une seule et même force de travail social"38.

55Marx n’a pas conscience d’inventer par hypothèse l’"homme réel", pris à part de l’homme historique aliéné dans sa situation au sein d’un monde où règne l’argent. Il n’a pas conscience de renouveler le dualisme de l’homme dans l’état de pure nature et de l’homme en situation historique, tel que l’avaient posé également dans un monde profondément bouleversé par les innovations scientifiques et économiques, à l’aube des temps modernes, des théologiens tels que Cajetan et Denys le Chartreux. Avec lui et dans le contexte de la société industrielle était relancé le processus spéculatif du dualisme idéologique de la nature et de l’histoire.

56Pour Marx -placé au terme d’une longue histoire de l’aliénation idéologique et au cœur de l’impasse dans laquelle l’exploitation industrielle introduit la société- il s’agit ni plus ni moins de découvrir, à nouveaux frais, la voie du salut de l’humanité. Il faut libérer l’homme pécheur accablé sous le poids de ses productions et le restituer à l’Homme réel, à l’homme générique que jadis le médiateur de la religion avait phantasmé (car Christ n’avait fait que séparer dans l’home le Dieu qu’il est pour l’homme de l’homme lui-même). Marx, philosophe converti à l’économie politique, intellectuel converti à l’action révolutionnaire, renouait avec le drame historique de l’aliénation idéologique de l’Occident chrétien, alors même qu’il prétendait y mettre un terme en faisant disparaître la société qu’elle avait produite.

  • 39 Dominique Dubarle, Herméneutique de la Sécularisation, Paris, Aubier - 1976, p. 494.

573. - Pour comprendre la signification historique exacte de l’idéalisme hégélien et de son inversion matérialiste marxiste, c’est à l’histoire de la science en Occident qu’il faut se référer. Comme on l’a dit39, le propos de Hegel avait été de poser les principes philosophiques de la rationalité véritable. Il avait abouti à ébaucher la doctrine philosophique d’une société post-chrétienne dans laquelle le temps de la foi est définitivement révolu, "confondant au titre de la raison universelle sacralité et sécularité, société absolument mondaine et absolument spirituelle".

  • 40 Ib., p. 495.

58Mais Hegel "avec tout cela passait presque entièrement sous silence la signification et la question du caractère scientifique de la société séculière moderne, celle qui continuait de s’édifier et de se développer sous ses yeux". Pas plus qu’il n’avait reconnu à la foi religieuse sa signification et sa spécificité spirituelle authentiques, il n’avait reconnu la science moderne comme une authentique valeur de l’esprit. Il y a bien, "dans ce dédain à l’égard de la science d’espèce moderne ainsi que de la spécificité de son rôle au niveau de la sécularité de la société, l’une des plus graves faiblesses de l’analyse hégélienne". Il est certain qu’à cette faiblesse correspond celle qui lui a fait méconnaître "la spécificité spirituelle propre" à la mystique chrétienne et à la foi en matière de religion40.

59Ce qui est grave et devait peser d’un poids incalculable dans l’histoire de l’Occident, c’est que ce dédain hégélien pour la science moderne se répercuterait sur la pensée de Marx. Non seulement Marx n’aborde pas le problème de la spécificité de la science au niveau de la sécularité moderne, mais son matérialisme dogmatique devait y ajouter la prétention d’y parvenir par l’inversion de l’idéalisme et la recherche appliquée à la science de l’économie politique. De ce fait, la critique du réel de la science est chez lui aussi aliénante que sa critique soi-disant scientifique de la religion, du fait que le matérialisme n’est pas un concept scientifique mais idéologique : il est l’idéalisme retourné, il n’est pas plus scientifiquement objectif que lui malgré les apparences. Au lieu d’angéliser l’esprit par le haut, il l’angélise par le bas.

  • 41 Marx ne s’est pas "désaliéné" de l’hégélianisme en découvrant scientifiquement, après 1844, les cat (...)

60Le matérialisme de Marx est un contre-spiritualisme41. De ce fait, il est doublement aliénant, parce qu’il ajoute aux aliénations spiritualistes inscrites dans les structures sociales les aliénations qui lui sont propres et qu’il provoque en prétendant surmonter celles-là. Marx ne s’est pas attaqué aux vraies causes du spiritualisme chrétien (de ce qui en restait dans la société de son temps) mais seulement à ses effets politiques, sociaux et religieux. En prétendant faire disparaître les causes de l’aliénation spiritualiste en en faisant disparaître les effets dans leurs déterminations historiques, il a seulement ouvert dans la société occidentale moderne un énorme malentendu spéculatif et pratique. Spéculatif, parce qu’on ne parvient pas à la vérité de la religion ni à la vérité de l’économie en renversant l’idéalisme absolu. Pratique, parce que s’il faut changer le monde ce n’est pas en supprimant l’idéologie par la révolution sociale, mais en changeant le comportement des hommes et l’homme même.

Notes

1 Lettre à Ruge, La Pléiade, II, XLV.

2 Ib., II, LIII.

3 Ib., III, 1053.

4 La Pléiade, II, LX (1845 : éloge de Proudhon dans La Sainte Famille).

5 La Pléiade, II, XXXIX.

6 (septembre 1843) La Pléiade, II, XL.

7 La Pléiade, II, XLI.

8 Jean Hyppolite, Etudes sur Marx et Hegel, Marcel Rivière, 1955, p. 134.

9 Ib., p. 149.

10 Ib., p. 150.

11 La Pléiade III, 1720, p. 1054, note.

12 Idéologie allemande, p. 1056.

13 Ib., pp. 1056-1057.

14 Idéologie allemande, p. 1057.

15 Ib., p. 1062.

16 Ib., p. 1063.

17 Avant-propos à la Critique de l’économie politique, La Pléiade, I, 272.

18 Avant-propos aux Notes de lecture, La Pléiade, II, 5.

19 Malgré les illusions de Marx lui-même qui déclare consacrer à l’économie politique sa "libre et scientifique recherche" et qui se dit prêt à accueillir toute critique vraiment scientifique de son ouvrage. Le Capital, Préface, La Pléiade, I, pp. 550-551.

20 Le Capital, Livre I, I, IV, La Pléiade, I, pp. 604-605.

21 Régis Debray, o.c., p. 308.

22 Ib.

23 Le Capital. Préface à la première édition. La Pléiade, I, pp. 507-508.

24 A Engels, La Pléiade, II, CXXIX.

25 Ib.

26 Pour Marx, la plus-value qui tient au mode de production capitaliste est la forme moderne de l’usure. Pour la stigmatiser, Marx cite Luther et retrouve les accents du prophète moderne. Il se réfère souvent aux deux écrits du réformateur : Bücher von Kaufshandlung und Wucher (1524) et An die Pfarrherrn wider den Wucher zu predigen (1540).

27 Selon Joan Robinson, Essai sur l’économie de Marx, Dunod, 1971, "son explication de la baisse tendancielle des profits n’explique rien du tout" (p. 33) ; quant à la distinction entre capital variable et capital constant qui a une grande importance pour Marx, "elle relève du domaine métaphysique de la pensée" (XIII).

28 Lettre à Engels, 24 août 1867. La Pléiade, II, CXXX.

29 La Pléiade, II, Introduction, CXXVIII, "Abrégé des découvertes (scientifiques) de Karl Marx en économie".

30 La Pléiade, II, XLVI.

31 La Question Juive, La Pléiade, II, XLVII.

32 La Pléiade, II, 17-18 ; II, XLVII ; I, pp. 604-619.

33 La Pléiade, I, pp. 604-605. Voir supra, p. 389. R. Tucker, o.c., pp. 93-94 a souligné le rôle de Moses Hess dans l’assimilation du christianisme et du commerce chez Marx.

34 C’est la "Robinsonade" du Capital, I, I, IV, De la marchandise, La Pléiade I, pp. 610-613.

35 La Pléiade, II, XXVI.

36 La Pléiade II, p. 18.

37 Le Capital, Préface (de la première édition), La Pléiade, I, p. 550.

38 Le Capital, Livre I, I, IV, La Pléiade, I, pp. 610-613.

39 Dominique Dubarle, Herméneutique de la Sécularisation, Paris, Aubier - 1976, p. 494.

40 Ib., p. 495.

41 Marx ne s’est pas "désaliéné" de l’hégélianisme en découvrant scientifiquement, après 1844, les catégories économiques du Capital. Selon Ernest Mandel (La formation de la pensée économique de Marx, François Maspéro, Paris - 1967), le concept d’aliénation d’abord saisi au niveau d’une conception anthropologique n’était que le pressentiment de l’aliénation sociale saisie au plan de la conception historique, du fait de l’aliénation que Marx devait déduire dans le Capital de l’analyse empirique des contradictions réelles de la société bourgeoise. Que Marx ait attribué une telle valeur scientifique "autonome propre" à son analyse économique, c’est l’évidence même. Mais que cette certitude constitue l’illusion suprême du matérialisme historique est non moins évident : de la théorie du travail aliéné à la théorie de la valeur-travail et à la théorie de la plus-value, Marx n’abandonne pas la problématique hégélienne, mais il l’investit dialectiquement dans son matérialisme historique dont le caractère scientifique constitue le fondement de sa foi révolutionnaire. Voir dans Mandel (o.c., pp. 151-179) un exposé de la controverse sur ce sujet ouverte en 1932.

© Presses de l’Université Toulouse 1 Capitole, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search