Version classiqueVersion mobile

La mystique déracinée. Drame (moderne) de la théologie et de la philosophie chrétiennes (xiiie-xxe siècle)

 | 
Jean Krynen

Titre premier. La réduction de la mystique chrétienne dans l’idéologie des lumières

La réduction de la mystique chrétienne dans l’idéologie des lumières

Texte intégral

1Héritier d’un cartésianisme plat qui n’est plus celui de Descartes, le Temps des Lumières est le Temps de la raison et de la pensée dans la limite de ses idées claires et distinctes. Il semble se détourner du surmonde divin et aliénant des théologiens et des illuminés du passé et tourner les regards vers un monde sécularisé à conquérir par le calcul et le savoir-faire des savants et des politiques. L’Occident chrétien, en route pour l’exploration d’un nouveau monde placé sous le signe du Progrès et du Bonheur, congédiait poliment dans les ténèbres le rêve chrétien d’un autre âge révolu, et la religion de l’Humanité succédait à la religion de la Sainte Humanité.

2Le Temps des Lumières, c’est aussi le temps du divorce de la raison et du cœur hérité du dualisme de la problématique théologique de l’idéologie chrétienne. On y reconnaît sans peine le divorce du discours et de la contemplation, de la raison et de la mystique. Loin de prendre fin, ce divorce vieux de trois siècles se prolongeait et valait au Siècle des Lumières son caractère dramatique et son pathétique destin. A la fin du siècle, ce n’est plus seulement l’idéologie chrétienne et comme l’axe de l’Occident religieux qui basculera sur son axe, c’est l’Europe même, corps et âme, tragiquement engagés dans l’impasse d’une idéologie dont le futur sanglant s’annonce dans la guerre et la révolution.

3Mais le Temps des Lumières n’est pas seulement celui de la raison rationaliste des idées claires et distinctes, éprise de pure logique ; il est aussi celui de la Raison-source, à tort considérée comme la "face d’ombre" irrationaliste du XVIIIe siècle. Avec Rousseau -et le contraste a été brutalement ressenti en France face à l’esprit français, de Voltaire à Diderot- un autre aspect plus profond, et sans doute plus authentique, des Lumières se manifeste. C’était l’esprit religieux et métaphysique en voie de détermination. Kant fera sa part à la raison raisonnante du rationalisme critique appliqué à la connaissance des choses ; mais ce sera pour faire toute sa part à la "raison pure pratique", à la morale et à la religion, conçue selon la réduction rationaliste s’entend, mais par contraste face à un psychologisme empiriste à la Hume, qu’il juge indigne du philosophe.

4Après Kant, l’artisan de cette définition de l’esprit des Lumières sera Hegel. Il a tenté d’en harmoniser les deux faces dans une philosophie définitive qui restituerait au kantisme l’audace perdue du théologien. Sa Philosophie de l’Esprit est l’expression de cet effort de dépassement de la philosophie de la religion de Kant. En fait, elle en est le point d’aboutissement et poursuit le processus de la dissolution de l’idéologie chrétienne que le kantisme avait engagé, tout en se présentant comme l’avatar définitif de la théologie chrétienne.

© Presses de l’Université Toulouse 1 Capitole, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search