Version classiqueVersion mobile

La mystique déracinée. Drame (moderne) de la théologie et de la philosophie chrétiennes (xiiie-xxe siècle)

 | 
Jean Krynen

Titre premier. La marginalisation de la mystique

La marginalisation de la mystique

Texte intégral

1Le grand bouleversement mental qui a marqué l’avènement de la modernité dans la société occidentale s’est fait sentir dès la fin du XVe siècle et les premières années du XVIe siècle avec l’apparition d’une conception révolutionnaire de la notion de nature (déjà perçue à la fin des siècles du Moyen Age par la sensibilité courtoise et pastorale) au plan de la spéculation philosophique et théologique.

2La nouveauté consistait en ceci que la nature est envisagée comme susceptible d’être transformée naturellement par l’action de l’homme et pas seulement par l’action de Dieu surnaturellement. Une telle conception rompait avec le fixisme et ouvrait la nature à l’initiative de l’homme, à sa capacité technicienne. Cette ductilité de la nature sera l’apanage de la science expérimentale dont le développement, tout au long de l’histoire de l’idéologie, conduira celle-ci à passer de son état théologique à l’état scientifique. Alors, dans le contexte séculariste d’une troisième époque, la nature ainsi conçue échappera une seconde fois à l’ordre du divin.

3La révolution mentale de la modernité a eu d’emblée de profondes répercussions dans tous les aspects de la vie sociale et religieuse. La division confessionnelle a créé les conditions historiques, religieuses et politiques favorables à l’émergence de l’idéologie à partir de Luther et de saint Ignace jusqu’à Suarez et tous ses contemporains théologiens. Le choc de l’idéologie chrétienne s’est d’abord manifesté avec la rupture religieuse et la crise de l’Empire à l’époque de Charles-Quint : l’histoire l’a enregistré dans tous ses aspects (histoire théologique et philosophique, histoire politique et économique, histoire culturelle de la Renaissance et de la Réforme). Mais l’événement décisif est constitué par le choc en retour de la Contre-Réforme dans la chrétienté catholique, lorsqu’il fut avéré que la rupture de Luther et de Calvin n’était pas réellement surmontée par les forces engagées dans l’œuvre de la Réforme catholique, mais seulement contrariée. Alors, apparaissait clairement la virulence de l’idéologie chrétienne en Occident.

4L’ébranlement produit par cette révolution culturelle qui s’est accélérée dans les dix dernières années du XVIe siècle a été enregistré tout particulièrement dans la mystique chrétienne. C’est la mystique telle qu’elle s’était épanouie chez sainte Th érèse et saint Jean de la Croix, au cœur de la Réforme du Carmel qui s’est trouvée en butte à l’idéologie. A partir de 1580, l’on assiste à une dramatique agression de l’idéologie spirituelle et théologique contre cette mystique, agression d’autant plus dramatique qu’elle part de l’extérieur et de l’intérieur même de l’ordre du Carmel de la Réforme. Elle s’étendra sur les années 1590-1630 et à la fin du siècle elle aura imposé, y compris à l’extérieur du Carmel, une vision totalement idéologisée de la mystique chrétienne et accéléré sa décomposition dans le Quiétisme.

5De leur vivant, sainte Thérèse et saint Jean de la Croix ont douloureusement vécu cette contradiction. Ils l’ont surmontée, par l’exemple et par leur doctrine, au contact des courants spirituels et des personnes. Ils ont vu le péril menacer leur Réforme dans son institution et dans sa doctrine. C’est cette histoire qu’il nous faut retracer rapidement.

6 1. - L’idéologie est tellement incorporée à notre mentalité contemporaine qu’il semblerait paradoxal de dire que les mystiques ne pensent pas à Dieu, mais qu’ils en vivent dans la pensée constante de leurs frères et de Jésus-Christ. Et pourtant, il en est bien ainsi, car ils savent d’expérience que de Dieu l’on ne peut se faire aucune idée, et que Dieu n’est pas son Idée, mais un homme. Cet homme s’appelle Jésus. En lui est toute la Parole et toute la Révélation de Dieu, de telle sorte que la foi qui contemple le Christ répugne naturellement au règne d’un Dieu-Notion. L’idéologie apparaît dès que les théologiens idéologisent la religion chrétienne, comme si le Dieu-Idée prenait le pas sur le Dieu-Homme.

7C’est pourquoi rien n’est plus étranger à l’esprit des mystiques chrétiens que l’idéologie spiritualiste qui substitue au Dieu de Jésus-Christ celui des philosophes. On sait comment sainte Thérèse, tout au début de sa vie religieuse, devait récuser l’enseignement de la Montée du Mont-Sion, l’ouvrage que le franciscain Bernardin de Laredo avait consacré à la contemplation. On y apprenait une méthode d’oraison mentale qui se couronnait par une contemplation d’attitude dont l’objet était Dieu pris dans son essence à part de la Sainte Humanité du Christ. Pas question pour la jeune Thérèse d’entrer dans ces vues qui choquaient son bon sens chrétien et qui étaient tellement contraires à l’esprit de la véritable mystique chrétienne.

  • 1 Ce point capital a été souligné dans l’opuscule que Quiroga lui a consacré vers 1615. Au chapitre X (...)
  • 2 Le Père Marie-Joseph Nicolas dans son étude mémorable sur la Co-rédemption a énoncé le fondement th (...)

8C’est le premier point sur lequel la polémique devait s’engager tout au long de la culture moderne (comme elle avait été sous-jacente à la mystique médiévale dans le conflit de la mystique affective et de la mystique spéculative). On admirera l’itinéraire suivi par sainte Thérèse à ce propos. Du chapitre XXII de sa Vie où le rejet du déisme chrétien des contemplatifs est formel, mais non encore fondé en doctrine, aux Sixièmes Demeures, composées près de quinze ans plus tard, l’approfondissement théologique est considérable1. Avec une sûreté étonnante, Thérèse a découvert pour son compte ce que la théologie du mystère du Christ nous enseigne, à savoir que la Sainte Humanité créée du Christ n’est pas une créature et qu’elle appartient au créateur substantiellement et personnellement2.

9C’est pourquoi la méditation de la Sainte Humanité et la contemplation ne se distinguent pas du point de vue du passage du sensible au spirituel, comme s’il fallait abandonner les images de la vie et du mystère du Christ pour passer de la méditation à la contemplation. Au chapitre XXII, elle déconseille à ses moniales de s’aider dans la quiétude en rejetant toutes les images y compris celles de la Sainte Humanité. Au chapitre VII des Sixièmes Demeures, elle leur recommande de s’aider dans toute la mesure du possible. Il n’y a pas là de contradiction malgré les apparences. Ce que nous avons dit à plusieurs reprises de la suspension intentionnelle et de la pratique de l’unitio nous dispense d’y revenir : sainte Thérèse avait elle-même découvert ce qui devait constituer l’âme de l’enseignement de saint Jean de la Croix concernant la contemplation d’attitude.

  • 3 Sixièmes Demeures, ch. VII : "Quedan con esta merced del Señor de manera, que después no pueden dis (...)

10Mais ce qui est le plus remarquable, c’est que ses directeurs jésuites lui enseignaient plutôt le contraire, conformément à la doctrine qui commençait à prévaloir dans leur Institut : la doctrine de l’idéologie ascéticiste selon laquelle non seulement il ne convenait pas d’abandonner la Sainte Humanité dans l’oraison, mais encore il fallait s’exercer à méditer sur elle sans jamais abandonner le discours. Sainte Thérèse, quant à elle, avait appris par expérience que la quiétude dans l’oraison sollicitait d’elle-même la suspension active du discours. Désormais, elle polémiquera avec assurance contre tous les théoriciens ascéticistes, elle leur tiendra tête disant et répétant que l’union à Dieu dans la méditation fervente des mystères du Christ fait suspendre la méditation discursive, mais pas du tout toute espèce de pensée de l’humanité du Christ3.

  • 4 Vida, ch. XXXIV, pp. 275-277, à propos des Pères García de Toledo et de Gaspard de Salazar.

11Parmi ses confesseurs jésuites, qui furent nombreux, l’un des plus fameux avait été le Père Balthazar Alvarez, celui qui eut à supporter de la part de ses supérieurs la plus impitoyable contradiction du fait de sa pratique de l’oraison mystique. Or, autour des années 1560, le Père Alvarez était de ceux qui avaient tourmenté si terriblement la sainte en lui disant que ses visions et révélations pouvaient être démoniaques. Ils ajoutaient qu’il lui convenait, pour plus de sûreté, de pratiquer la méditation discursive si chère à la Compagnie. Sainte Thérèse y répugnait d’autant plus qu’elle avoue n’avoir jamais été capable de discourir selon la méthode d’application des sens. Au bout de quelques années de fréquentation de la sainte, Balthazar Alvarez aura été converti par elle et, comme elle le disait aussi d’autres confrères, réveillé par elle4. Elle lui avait appris la pratique de la suspension intentionnelle chère aux mystiques.

  • 5 Lettre au Père Jerónimo Reinoso (20 mai 1582) : "Verdaderamente parece comienzan (los de la Compañí (...)

12Lorsque la vague anti-mystique déferla sur la Compagnie, saint Thérèse eut la douleur de voir la Compagnie de saint Ignace abandonner le Carmel, alors qu’elle avait été depuis toujours son plus ferme soutien. Que de moniales lui avaient été envoyées par les Jésuites espagnols ! C’était autour des années 1578-15825.

13L’aspect qui a particulièrement été développé par sainte Thérèse concernait la pratique de l’oraison, comme il était naturel. Mais le fond du problème était théorique et il concernait directement le problème central de la vie spirituelle, celui qui avait été poussé au premier plan par la mystique germanique, du passage de l’Humanité du Christ à la Déité. Le problème concernait en réalité la foi dans le Christ qui fait des hommes des imitateurs de Dieu par la filiation spirituelle, œuvre de Dieu, qu’elle établit en eux. En enseignant que la contemplation chrétienne (dans la foi) devait se dépasser elle-même en substituant le concept d’essence divine à l’humanité du Christ, c’était un Dieu-Notion qui se trouvait substitué au Dieu intérieur de la foi. Non seulement on abandonnait alors la Sainte Humanité du Christ, mais aussi la Trinité des Personnes, pour le concept métaphysique de Dieu. C’est ainsi que de la Sainte Humanité du Christ, objet de la méditation et de la contemplation chrétienne, on passait, en pratique et en théorie, à l’idéologie.

  • 6 V. dans notre Première Partie, I, ch. IV.

14C’est naturellement saint Jean de la Croix qui devait aborder tout au long de ses écrits, en théologien, le fond du problème. Nous avons dit l’essentiel de son enseignement. Mais il faut savoir qu’il a été en bute à la contradiction constante, tant de la part des gens de l’extérieur que de ceux de l’intérieur. Il connaissait la vie de sainte Thérèse, ses déboires, ses épreuves et combien elle avait eu à souffrir de la discreción demasiada de ses directeurs et confesseurs6, ascéticistes. Il savait ce qu’elle avait appris de son expérience de la quiétude et de l’union, et il en tirera argument pour insister sans cesse tout au long de la Montée et de la Nuit sur l’"atención sencilla y amorosa a Dios sin saber sobre qué". Il saura également, au témoignage de sainte Thérèse, si longtemps soumise à la tyrannie de ses confesseurs indiscrets, ce qu’il en coûte de confondre ce qui relève de l’esprit surnaturel et ce qui ressortit à l’accident modal de la grâce.

  • 7 Elle confond le surnaturel modal et l’intrinsèque particulièrement tout au long de la Vida.

15 2. - Le rôle éminent de saint Jean de la Croix dans la définition de la doctrine mystique du Carmel, face à l’idéologie, a consisté à évacuer l’ambiguïté que celle-ci introduit dans la notion de surnaturel du fait de son dualisme extrincésiste. Chez sainte Thérèse sobrenatural est toujours employé dans le sens de sur-naturel, d’extraordinaire, de modalement surnaturel : c’est ce qui échappe à notre pouvoir purement naturel7. De là, le parti que les ascéticistes de toute Ecole ont cru et croient pouvoir tirer de ses écrits. Bien involontairement, la sainte donne le change et vient autoriser chez ceux-là un enseignement qui contredit et son expérience et son enseignement dans les dernières années de sa plénitude doctorale.

16L’un des malheurs du Carmel a consisté en cela même que la doctrine de la sainte a été faussée, malgré l’appui considérable qu’elle recevait de la part de saint Jean de la Croix. Celui-ci avait consacré toute sa vie à réfuter la confusion de la contemplation surnaturelle infuse avec du miraculeux, à montrer comment l’âme naturellement désireuse de la béatitude de la vision s’y achemine, moyennant la grâce, en apportant son concours actif à l’œuvre de la divinisation pourtant réservée à Dieu.

  • 8 Montée du Mont-Carmel, 3, ch. XXX et XXXIII.
  • 9 Ib., ch.13, 1-3.

17Cette haute doctrine l’avait emmené à son enseignement relatif aux charismes de la vie contemplative, à ne pas laisser confondre les appréhensions surnaturelles relevant des grâces gratuitement données, les biens surnaturels, qu’il distingue expressément des biens spirituels8. Ces biens spirituels méritent toute son attention, car ils concourent à la vie d’union à Dieu et relèvent donc de la grâce sanctifiante. Il faut désirer ces grâces contrairement aux autres ; il ne faut pas éteindre l’esprit en faisant obstacle à la contemplation infuse ; mais il faut simultanément ne pas faire cas (no hacer caso) de ce qui dans la contemplation n’est qu’un secours accidentel9.

  • 10 La théologie traditionnelle distinguait les divina (anges et hommes) des pura naturalia.

18Malgré la profondeur et l’ampleur de son enseignement qui accompagne la vie du contemplatif du commencement à la fin de la voie d’union à Dieu, les esprits gagnés à l’idéologie du naturalisme théologique s’en sont pris à lui avec acharnement. Ils n’y ont vu qu’une dangereuse doctrine tendant à dépasser la nature, comme si le dynamisme propre de l’esprit humain ne conduisait pas aussi à accomplir la nature conformément à une noblesse qui la range parmi les créatures vouées à Dieu et non aux créatures purement naturelles10. Par là, apparemment sans le vouloir, ils ont contribué à immerger la créature rationnelle dans la nature et à rendre graduellement possible la dégradation de la mystique chrétienne et de l’esprit.

19La catastrophe spirituelle qui s’est abattue ainsi sur la doctrine des deux saints fondateurs du Carmel a eu pour effet, selon l’expression d’un témoin irréfutable du temps, le fidèle disciple de sainte Thérèse et de saint Jean de la Croix, le Père Joseph de Jésus-Marie Quiroga, premier historiographe de l’ordre, d’opposer sainte Thérèse et saint Jean de la Croix comme les Docteurs de deux espèces de contemplation différentes. Sainte Thérèse devait être considérée comme la maîtresse d’une contemplation relevant d’un surnaturel extraordinaire et saint Jean de la Croix le Docteur de la contemplation normale dans la vie chrétienne, relevant d’un surnaturel ordinaire. Nous connaissons cette dichotomie : dans la première espèce de contemplation, Dieu opère seul dans l’âme, comme par miracle, en dehors de la foi, en proportionnant l’âme à sa propre divinité ; tandis que dans la seconde, Dieu se proportionne au mode humain de la connaissance et de l’amour. L’idéologie s’est ainsi emparée de l’enseignement unitaire des deux Docteurs mystiques pour surnaturaliser à sa façon tout ce qui relève des charismes dans la vie contemplative, et naturaliser pareillement ce qui y relève de la grâce sanctifiante. L’absurde a pris corps, puisque le surnaturel entitatif de la contemplation se trouve naturalisé, tandis que l’accidentel et l’accessoire se voient sacralisés et mythifiés.

  • 11 Jean Krynen, « Du nouveau sur Thomas de Jésus : l’Avènement de la mystique des Lumières », Bulletin (...)

20Comme on le sait, c’est autour des années 1604-1607 que l’offensive de l’idéologie a fait son apparition à l’intérieur du Carmel. Ces théoriciens, principalement carmes de la Réforme, ont introduit une interprétation idéologique de la théologie mystique qui évacuait l’union surnaturelle qui en est le principe du côté de la volonté. Le maître d’œuvre a été le carme Thomas de Jésus. C’est lui qui devait donner dans deux grands ouvrages, parus dans les années 1620 - 1623, la meilleure description de la contemplation à deux étages typique de l’idéologie. Saint Jean de la Croix, qu’il se garde d’ailleurs de citer dans ses écrits, lui sert à définir une contemplation qu’il appelle acquise, tandis que saint Thérèse lui paraît avoir enseigné une contemplation extraordinaire11.

  • 12 Jean Krynen, Le Cantique Spirituel de saint Jean de la Croix, commenté et refondu au XVIIe siècle, (...)
  • 13 Thomas de Jésus s’était permis de falsifier le manuscrit de la Vie de sainte Thérèse que l’auteur, (...)

21Ce docte carme, imprégné de suarezianisme et très au fait de l’évolution théologique de l’idéologie catholique dans l’Ecole des théologiens de la pure nature, avait été chargé par son ordre de préparer l’édition des œuvres de saint Jean de la Croix. L’édition princeps de 1618 comporte une foule d’interpolations destinées à infléchir l’enseignement du saint vers une interprétation tendancieusement idéologique conforme à la doctrine de Thomas de Jésus lui-même. Plus grave, la refonte savante qu’il fait subir aux commentaires du Cantique Spirituel de saint Jean de la Croix12. Thomas de Jésus fait porter aux saints la responsabilité de sa propre vision de la nature des plus hauts degrés de la contemplation unitive. Ce théologien rompu aux subtilités dialectiques de la scolastique de son temps, profondément imprégné des doctrines du passé, opère là une transmutation extraordinaire de l’expérience et de l’enseignement de saint Jean de la Croix. Lui qui n’a, de son propre aveu, aucune expérience de ce dont il parle, se permet de rectifier ce que saint Jean de la Croix avait dit des faveurs de l’union consommée du mariage spirituel : l’égalité d’amour entre l’âme et Dieu, la science des mystères de la Sainte Humanité du Christ, la récupération des privilèges de l’état d’innocence, autant de grâces spirituelles propres à la foi très illuminée versées par l’Esprit-Saint dans une âme qui a achevé sur terre sa purification. Mais une telle doctrine rend impossible la théorie qu’a imaginée Thomas de Jésus à partir des préalables de la problématique idéologique de son temps. C’est pourquoi Thomas de Jésus corrige saint Jean de la Croix, comme il s’était permis de corriger naguère sainte Thérèse13. Les hautes faveurs qui relevaient de la foi chez saint Jean de la Croix vont désormais relever du lumen gloriæ, c’est-à-dire de la lumière béatifique concédée à titre transitoire dans la contemplation extraordinaire et miraculeuse que Thomas de Jésus a providentiellement découverte dans les écrits de sainte Thérèse !

22On sait la fortune d’une telle falsification et comment le Cantique découvert en 1670 à Jaén, en Andalousie, devait devenir le texte "authentique", "définitif", de l’incomparable chef-d’œuvre de saint Jean de la Croix. Simplement, on avait réussi à illustrer la vision mystique de l’idéologie en dénaturant celle du Docteur Mystique.

23L’idéologie mystique avait donc son chef-d’œuvre ; c’était le seul qu’elle aurait jamais. Car le drame ne faisait que commencer. A partir du moment où le langage des saints se voyait vidé de son sens pour en recevoir un autre, il devenait pervers. Déjà, le malentendu (il est fondamental) était visible chez les défenseurs que l’édition de 1618 avait produits pour expliquer aux lecteurs comment interpréter sans équivoques les "phrases", les expressions, ces termes réputés scabreux par leur voisinage avec l’illuminisme : quiétude, repos, ravissement, suspension, surnaturel.

24Le débat était ancien. Le langage mystique, paradoxal voire ambigu (puisqu’il est volontiers saintement érotique) une fois vidé de son seul sens possible qui renvoie à l’union à Dieu, ne pouvait que choquer, sonner creux, voire scandaliser ; ou à l’inverse séduire, ravir, rendre fou. Tel est le malentendu fondamental, linguistique et poétique, qu’introduit l’idéologie au cœur de la mystique chrétienne.

  • 14 V. plus loin II, ch. III, pp. 227 & ss.

25Comme nous allons le voir, des illuminés espagnols et flamands de la fin du XVIe siècle aux énergumènes possédées de Loudun dont l’affaire défraya la chronique en plein milieu du siècle suivant jusqu’à l’épisode quiétiste de Molinos et de Madame Guyon14, un courant souterrain de dissolution de la mystique chrétienne court sous l’extraordinaire et foisonnante culture de l’Europe classique.

26En a-t-on mesuré l’ampleur ? A-t-on pris conscience du caractère symptomatique qu’il revêt et comment cette dissolution spirituelle - qui n’a été que trop réelle et bien cruellement ressentie en son temps - donne au Grand Siècle son vrai visage ? Il est tragique.

  • 15 V. plus loin, pp. 273-276.

27Le Grand Siècle de Descartes et de Kepler, de Corneille et de Fénelon est spirituellement aliéné. Sa figure emblématique est celle du plus noble des fous, Don Quichotte15.

Notes

1 Ce point capital a été souligné dans l’opuscule que Quiroga lui a consacré vers 1615. Au chapitre XXII (et XII) de sa Vida, sainte Thérèse semblait apporter de l’eau au moulin des ascéticistes. Elle n’avait pas encore compris ce qu’elle a admirablement expliqué au chapitre VII de ses Sixièmes Demeures.

2 Le Père Marie-Joseph Nicolas dans son étude mémorable sur la Co-rédemption a énoncé le fondement théologique de cet aspect de la mystique chrétienne. Voir supra, Première partie, p. 77, note 2.

3 Sixièmes Demeures, ch. VII : "Quedan con esta merced del Señor de manera, que después no pueden discurrir en los misterios de la Pasión y de la vida de Cristo como antes". Mais pour autant, ces âmes ne doivent pas rester inactives et attendre des miracles : ce que Dieu veut d’elles, c’est qu’elles s’aident dans toute la mesure du possible ("que nos ayudemos en todo lo que pudiéremos").

4 Vida, ch. XXXIV, pp. 275-277, à propos des Pères García de Toledo et de Gaspard de Salazar.

5 Lettre au Père Jerónimo Reinoso (20 mai 1582) : "Verdaderamente parece comienzan (los de la Compañía) enemistad formada".

6 V. dans notre Première Partie, I, ch. IV.

7 Elle confond le surnaturel modal et l’intrinsèque particulièrement tout au long de la Vida.

8 Montée du Mont-Carmel, 3, ch. XXX et XXXIII.

9 Ib., ch.13, 1-3.

10 La théologie traditionnelle distinguait les divina (anges et hommes) des pura naturalia.

11 Jean Krynen, « Du nouveau sur Thomas de Jésus : l’Avènement de la mystique des Lumières », Bulletin Hispanique, 1962, pp. 113-135.

12 Jean Krynen, Le Cantique Spirituel de saint Jean de la Croix, commenté et refondu au XVIIe siècle, Salamanque, 1948.

13 Thomas de Jésus s’était permis de falsifier le manuscrit de la Vie de sainte Thérèse que l’auteur, le jésuite Ribera lui avait confié pour l’éditer. Sainte Thérèse, hostile aux déserts du Carmel, leur devenait favorable par la grâce de Thomas de Jésus. A la fin du siècle, Thomas de Jésus devait fonder le désert de Las Batuecas.

14 V. plus loin II, ch. III, pp. 227 & ss.

15 V. plus loin, pp. 273-276.

© Presses de l’Université Toulouse 1 Capitole, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search