Version classiqueVersion mobile

Des patrimoines et des normes

 | 
Florent Garnier
, 
Philippe Delvit

Chapitre 2. Valoriser un patrimoine universitaire

Université, protection et promotion du patrimoine

André Cabanis et Philippe Delvit

Texte intégral

1Il est peu de structures aussi anciennes que les Universités, à l’exception des institutions religieuses, auxquelles les établissements d’enseignement supérieur sont souvent liés lors de leur apparition. Ces deux types de communautés se rapprochent également par leur très remarquable continuité, traversant les siècles et puisant dans l’ancienneté de leurs traditions des encouragements à la recherche d’un niveau d’exigence qui les renforce et les légitime.

  • 1 Elle prend toute son importance avec le déplacement de la capitale de l’Ifrqiya à Tunis et le décli (...)
  • 2 Une polémique se développe actuellement entre universitaires marocains sur les conditions de fondat (...)

2Il en va ainsi et aussi pour ce qui est des Universités musulmanes, celles qui remontent le plus loin dans le passé parmi leurs homologues du Bassin méditerranéen et, sans doute, du monde. Il faut scruter rien moins que les VIIIe et IXe siècles pour trouver leur date de fondation, celle de la Zitouna à Tunis (737)1, celle de la Quaraouine à Fès (859)2, celle de Al Azhar au Caire (969). Toutes trois sont liées à l’islam, à une mosquée qui leur donne son nom et qui leur fournit ses locaux au point que certains professeurs parmi les plus connus enseignent dans la salle de prière, à côté d’un pilier qui leur est affecté et qui sert de points de ralliement à leurs étudiants.

  • 3 Au sein de l’Université de Tunis, elle prend le nom de Faculté de charia et théologie.
  • 4 L’Université Zitouna comprend l’Institut supérieur de théologie, le Centre d’études islamiques et l (...)

3Ces institutions d’enseignement supérieur existent encore de nos jours, n’ayant guère connu d’interruptions que fort brèves, ainsi lorsque la Zitouna perd son nom avec Bourguiba en 19613 avant d’être rétabli par Ben Ali en 19874. Dans le pays et les villes qui les abritent, elles coexistent, de nos jours, avec des Universités de type moderne et se spécialisent dans la théologie et le droit d’influence religieuse. Elles sont généralement flanquées, depuis l’origine, de bâtiments destinés à accueillir les étudiants, lieux d’habitation et de travail avec des centres de documentation et des répétiteurs.

  • 5 On peut rapprocher ces madrasas des collèges qui flanquent les Universités européennes du Moyen Age (...)
  • 6 Mosquée elle-même tout à fait récente, puisque commencée en 1986, elle fut terminée en 1993. Soluti (...)

4Ces madrasas5 jouent un rôle important tant comme espace de rencontre et d’échanges, que du point de vue architectural, spectaculaires lieux de visite pour les touristes dans la mesure où l’accès aux mosquées est réservé aux croyants. L’habitude de compléter les mosquées par des bibliothèques, des salles d’études, des lieux culturels se maintient actuellement comme en témoignent les bâtiments construits récemment à côté de la mosquée Hassan II de Casablanca.6

  • 7 Voir la thèse de doctorat-médecine générale-soutenue par Charlotte MENDES le 24 juin 2014 devant l’ (...)

5Pour ce qui est de l’Europe, l’ancienneté est également de mise. Elle est parfois considérée comme un élément de standing au point que de vieux établissements d’enseignement supérieur se querellent de façon assez ridicule sur la primauté que serait censée leur valoir leur ancienneté comparée, tandis que des institutions parfois assez récentes se cherchent des origines lointaines un peu hypothétiques, tirant argument du passage par leur ville de quelques maîtres prestigieux il y a quelques centaines d’années, pour prétendre remonter aussi loin. Parfois, une galerie de portraits reconstitue a posteriori une généalogie de maîtres aussi anciens que prestigieux, ainsi à Toulouse dans les locaux de l’ancienne Faculté de médecine. Les Maîtres du XVIIIe siècle ont fait peindre une collection dans laquelle on relève même la présence de Lupus, médecin qui administra des soins au comte de Toulouse Raymond VII au XIIIe siècle.7 Une pure reconstruction...

  • 8 C’est par convention qu’un groupe d’historiens présidés par le poète Giosuè Carducci fixe l’année 1 (...)
  • 9 Cette date est considérée comme celle de la venue à Oxford de Thibaud d’Etampes, persécuté en Franc (...)
  • 10 Charte donnée en 1200 par Philippe Auguste reconnaissant la compétence des tribunaux ecclésiastique (...)
  • 11 Si la création par le traité de Paris de 1229 est incontestable, le fait qu’il s’agisse du document (...)
  • 12 Il s’agit de la date d’une bulle pontificale de 1255 mais l’on peut trouver un acte plus ancien d’A (...)
  • 13 Cette date est celle de la charte du roi Georges II créant King’s Collège. Elle prend le nom de Col (...)
  • 14 On peut évoquer les Universités de Nankin en Chine (elle se veut l’établissement d’enseignement sup (...)
  • 15 Cf. Sonia MOUSSAY, « L’architecture de la Faculté de droit de Toulouse au XIXe siècle », dans Les F (...)

6Pour que l’on puisse parler de l’existence d’une Université, il faut une communauté d’enseignants et d’étudiants, dotée de statuts octroyés par une autorité religieuse ou laïque. C’est dans ces conditions qu’apparaissent à la jointure des XIIe et XIIIe siècle les premiers établissements d’enseignement supérieur italien avec Bologne (1088)8, anglais avec Oxford (1116)9 et français avec Paris (1200)10 et Toulouse (1229)11. Ce sont ensuite, par vagues successives, l’apparition de facultés dans la péninsule ibérique avec les Universités de Coimbra au Portugal (1290) et de Salamanque en Espagne (1255)12, puis en Europe centrale avec les Universités Charles de Prague (1348) et d’Heidelberg (1386)... Le mouvement atteint plus tard le nouveau monde, notamment les Etats-Unis avec l’Université Columbia (1754)13. Pour ce qui est de l’Asie, ce continent peut se targuer de la présence de grands maîtres rassemblant autour d’eux des communautés de disciples, tel Confucius14. Le patrimoine architectural hérité de ces périodes lointaines est très inégal selon les pays : authentique et majestueux en Italie, en Espagne et au Portugal, baroque et triomphaliste en Europe centrale lorsque les guerres ne l’ont pas trop détruit, un peu reconstitué ou réinterprété en Angleterre et surtout aux Etats-Unis, avec une propension pour le néo-gothique... Parmi les pays de vieille tradition universitaire, c’ est peut-être en France que cet héritage architectural est paradoxalement le plus pauvre15.

Archives de jadis

7Les archives constituent le premier et le plus tangible élément d’un patrimoine hérité de plusieurs siècles en arrière. Toute institution a besoin de conserver des témoignages écrits de ses activités passées, ne fût-ce que pour être en mesure de répondre à d’éventuelles plaintes tendant à engager sa responsabilité. C’est particulièrement nécessaire pour les Universités dans la mesure où il leur appartient de garder la liste des étudiants qui se sont inscrits chez elles, qui y ont suivi leurs enseignements et qui ont obtenu leurs diplômes. Ces éléments ne peuvent se limiter à des énumérations de noms avec quelques éléments d’identification fondés sur l’état civil. Il faut conserver la trace de l’assiduité, des travaux intermédiaires, des modalités de présentation aux examens, enfin des niveaux de succès. Comme n’importe quelle structure dont une partie au moins des décisions dépendent des délibérations d’une instance collégiale, il est indispensable de préserver les registres qui contiennent le compte-rendu des débats et des votes au sein des divers conseils de Faculté ou d’Université. Ces derniers révèlent une histoire généralement animée dans la mesure où ce n’est pas faire insulte aux populations étudiantes que de les constater toujours tentées par des campagnes de contestations. Parfois les enseignants ne sont pas en reste. C’est ce qui vaut à l’histoire universitaire de rejoindre parfois l’histoire générale, voire de l’orienter. Hors ces périodes parfois difficiles, les registres de délibérations donnent des indications précieuses sur les réformes de programmes et sur les stratégies de recrutement.

  • 16 II s’agit des Facultés de Cahors, Toulouse, Avignon, Montpellier, Perpignan, Aix, Orange, Genève et (...)
  • 17 Patrick FERTE montre que, du moins pour la Faculté de droit de Toulouse, la réalité des examens est (...)

8Les listes d’inscriptions sont riches de renseignements. Elles permettent de connaître l’origine des étudiants, tant du point de vue géographique à travers leur lieu de naissance et de résidence, que social grâce au statut ou à la profession de leurs parents. Elles révèlent le rythme des inscriptions, la proportion des succès et des échecs, les stratégies de formation avec le choix entre études longues et courtes, entre présences continue ou discontinue à l’Université, la priorité donnée dans chaque famille aux aînés ou aux cadets, la place des femmes aux diverses époques... Un professeur de l’Université Toulouse Le Mirail (Toulouse), Patrick Ferté, a consacré un temps et une énergie considérables à dépouiller les registres d’inscriptions, à partir de 1561 et jusqu’à la Révolution française, pour plusieurs dizaines de Facultés des droits, de théologie, des arts et de médecine du sud de la France, ainsi que de Genève et de Paris pour le XVIIIe siècle16. Cela lui a permis de publier en six volumes les noms de plus de 40 000 étudiants, regroupés par commune d’origine, avec des renseignements très complets sur chacun d’eux. Ces ouvrages conduisent à redresser quelques idées reçues. Ainsi de celle consistant à voir dans les Facultés des temps modernes des institutions modestes, avec des aires de recrutement limitées, accueillant surtout des éléments issus des classes moyennes résidant dans la ville d’implantation. L’on s’aperçoit que le public étudiant est plus diversifié qu’on ne le croit en général, venant parfois de très loin pour profiter de formations réputées, envoyés par des parents aux origines professionnelles très diverses et qui développent des projets de carrière fort élaborés, permettant notamment aux paysans et aux commerçants riches d’orienter certains de leurs fils vers les carrières de la religion, du droit et de la médecine. Les étudiants viennent de villages parfois modestes et prouvent que les Universités de l’époque ont un rôle important de promotion sociale, bien plus efficace qu’on ne l’imagine habituellement. De même, il faut faire justice au préjugé consistant à présenter les Universités de la fin de l’Ancien Régime comme en pleine décadence, délivrant des diplômes sans valeur. L’étude des registres d’inscription et des procès-verbaux d’examen de la Faculté de droit de Toulouse montre que les épreuves n’étaient pas la pure et simple formalité que certains prétendent17.

9Ces études sur l’histoire des Universités tendent à valoriser leurs archives.

Tensions nouvelles, enjeux nouveaux sur les archives

  • 18 La Faculté de droit de Toulouse fournit par un contre exemple très notable à la fin du XIXe siècle  (...)
  • 19 II est révélateur que ce soit par des circulaires du 10 juin 1969 (BO n° 25 du 19 juin 1969), du 28 (...)
  • 20 Dès la Libération, et même dans les derniers mois du régime de Vichy, toutes les données montrent u (...)
  • 21 Ordonnance du 6 janvier 1959.

10Jusqu’au début des années 1960, en France et notamment à Toulouse, elles sont conservées dans un état à peu près complet, du moins si l’on met à part les disparitions liées à des incendies ou à ces déménagements dont on sait qu’ils font à peu près autant de dégâts. Il n’y a, sauf exception, aucun classement systématique et global, a fortiori pas d’agent spécialisé dans la protection du patrimoine écrit, ce qui se comprend dans des Facultés qui ne comptent alors guère plus de trois ou quatre appariteurs et autant de personnel de bureau, en charge des scolarités.18 Une indifférence somme toute protectrice évite que les documents les plus anciens disparaissent. Ils sont d’autant moins menacés que souvent l’on ne sait guère où ils se trouvent, à l’exception du maître des archives lorsqu’il y en a un, ce dernier s’autorisant une sorte de surintendance jalouse en la matière. Parfois, l’on tombe dessus à l’occasion d’un rangement : avec beaucoup de bon sens, on évite de les déplacer et l’on passe à autre chose... Cela dure jusqu’à ce que l’accroissement des effectifs qui devient sensible, puis considérable au début des années 196019 provoque des problèmes de gestion de l’espace. Cet accroissement des effectifs, en France, est la convergence mécanique de plusieurs éléments. Les effets du baby boom, qui fait se presser aux portes de l’Enseignement supérieur des cohortes plus fortes20 ; la fixation à seize ans de la période de scolarité obligatoire, qui dirige vers le bac des effectifs de plus en plus conséquents21 ; enfin, la perception que la formation dans des disciplines jusqu’alors peu pratiquées, voire inconnues, apporte un plus considérable en chances d’intégration sur un marché du travail alors très largement ouvert. A Toulouse et à la Faculté de droit, le nombre des étudiants augmente ainsi de 15 % par an à partir de 1962, et cela pendant plus de dix ans ; dès la fin des années 1950, les autres Facultés de la ville, scientifique et littéraire, avaient déjà vu leurs troupes croître fortement.

  • 22 Cf. une comparaison entre deux enquêtes réalisées en 1981 et 2008 sur les documents conservés dans (...)

11Dans la mesure où l’effort de construction ne répond qu’avec retard aux besoins nés de la nécessité d’accueillir des auditoires de plus en plus nombreux, avec une augmentation du nombre des personnels administratifs et enseignants, il y a nécessité de trouver de la place. Les documents hérités du passé sont parfois les premières victimes de cet effort d’utilisation rationnelle et maximum des locaux. Dans la mesure où certains registres ne paraissent plus avoir d’utilité pratique, au mieux on les adresse aux administrations en charge de les récupérer à des fins historiques, c’est-à-dire aux Archives départementales, non sans difficultés d’ailleurs. Une logique de propriétaire s’est souvent développée. Elle fait de ces archives pourtant publiques une sorte d’accessoire de la vie de l’institution, qui répugne à les laisser partir, ou à accorder un droit de regard sur des liasses peut-être mal classées. Au pire ces papiers sont détruits. De toute façon, les Facultés n’en ont plus le besoin, croient-elles. Les services d’archives départementales et les bibliothèques universitaires gèrent ainsi au mieux les éléments qui leur sont confiés et, à tout le moins les préservent. Un facteur supplémentaire joue largement : la dilation des effectifs des personnels. On cesse alors d’être dans l’entre-soi, en pays de connaissance, avec un circuit très court qui permettait jusqu’alors de détecter l’archive nécessaire, justement au moment nécessaire, grâce au témoignage -au souvenir- de celui (ou celle) qui hier, ou bien longtemps avant, avait classé telle liasse, l’avait rangée dans quelque placard à l’abri des regards et des convoitises. Comme les vieux sages qui s’éteignent, la gestion des archives a souvent pris un chemin crépusculaire, entre l’oubli (on ne sait plus dans quel local d’anonymes cartons ont bien pu être stockés), le déni (des vieux papiers de jadis dont on ne sait que faire, on a d’ailleurs sous la main les archives vivantes indispensables dans les bureaux des scolarités ou des services de l’intendance). Selon les établissements, cette situation va durer parfois quelques dizaines d’années, avec des conséquences très variables sur la destinée de cet élément du patrimoine22.

12Ce sont les causes mêmes qui avaient provoqué l’abandon de certaines archives qui vont provoquer de façon variable la mise en place de services spécialisés dans leur gestion. Il y a d’abord le fait que l’absence de certains documents hâtivement considérés comme inutiles peut faire naître des regrets lorsque l’on s’aperçoit qu’une partie du passé n’est plus connue que par des témoignages par essence fragiles et contestables. Les fins de certaines carrières équivalent ainsi à la rupture du fil de la connaissance.

  • 23 Ainsi l’une des Universités toulousaine, celle de Toulouse II-Le Mirail (depuis peu Jean Jaurès) s’ (...)

13La mise en route et le suivi de programmes d’équipement lourds, construction de bâtiments neufs, de laboratoires, participe à cette prise de conscience. Il faut pouvoir asseoir juridiquement les procédures de garanties offertes par la législation, donc pouvoir produire les pièces indispensables en temps et heure23. Par ailleurs, avec l’augmentation des effectifs, qu’il s’agisse des étudiants ou des personnels, il n’est plus possible de gérer tout ce monde avec des attestations aléatoires. Il y a d’abord et bien sûr les réponses à fournir à tous ceux qui interrogent sur les diplômes accordés, que les demandes viennent des anciens étudiants eux-mêmes, ce qui est le cas le plus fréquent, ou qu’elles soient adressées par ceux qui ont intérêt à ne pas se contenter des déclarations des intéressés, ainsi des employeurs ou d’autres institutions d’enseignement supérieur dans le cadre de procédures d’équivalence ou de validation des acquis. De plus les procédures adoptées pour les examens, et singulièrement la conservation ad aeternum des notes obtenues dans les procédures ECTS, rendent tout à fait indispensables la sauvegarde des historiques des situations étudiantes. On sait les problèmes rencontrés par les Facultés qui ont accidentellement perdu leurs procès-verbaux d’examen, par exemple à l’occasion de guerres internationales ou de guerres civiles, ce qui est heureusement rare en France. La nécessité de reconstituer les parcours pédagogiques devient ainsi plus prégnante avec les demandes de reprise d’études et la possibilité de capitaliser une partie des épreuves déjà franchies selon des procédures de prise en compte d’autant plus aléatoires que les programmes et les types de formation changent fréquemment. Il ne suffit pas de savoir si un contrôle a été effectué avec succès, il convient d’en apprécier les conditions d’obtention et, le cas échéant, de reconstituer les connaissances prodiguées ou les pratiques expérimentées.

  • 24 Le premier numéro des Annales d’histoire des facultés de droit s’ouvre par un rappel à l’ordre à l’ (...)

14Il y a également les exigences d’une gestion rationnelle des personnels dont l’importance s’est accrue de façon exponentielle, pour ce qui est de la France, faisant plus que décupler en un demi-siècle. Très prosaïquement, c’est lors du calcul des retraites que se fait jour de la façon la plus marquée, la nécessité de disposer d’un système de classement des documents parfaitement fiable. La multiplication des statuts -du plus précaire au plus définitif, depuis l’étudiant qui travaille quelques jours au service des inscriptions jusqu’au professeur agrégé qui hérite d’une chaire remontant à l’époque napoléonienne- et le fait que la plupart d’entre nous soient passés par toutes sortes de positions au sein de l’administration avant d’être titularisés, contraignent à un travail très attentif pour reconstituer les carrières et prendre en compte toutes les cotisations versées, chacune ouvrant des droits si modestes soient-ils. L’enjeu est de nos jours, de plus en plus important au fur et à mesure que se prolonge la vie professionnelle. L’exigence d’exhaustivité est posée par les personnels avec d’autant plus de véhémence que le niveau de leur retraite en dépend... D’une façon générale, il appartient au service des archives de suivre, sur plusieurs dizaines d’années, les fonctions exercées, les missions assurées, les responsabilités de tous ceux qui ont voué à l’Université tout ou partie de leur vie professionnelle. Les agents en charge de la gestion des ressources humaines ne peuvent se désintéresser de ces éléments où, au surplus, les historiens puiseront plus tard les éléments d’éclairantes biographies24.

15D’autres demandeurs s’adressent également au service des archives pour des motifs moins personnels. Il est vrai que l’évolution de l’administration universitaire la conduit à multiplier les interlocuteurs. Au tête à tête qui s’était imposé pendant des décennies, livrant les Facultés seules face au ministère de l’Instruction publique, puis de l’Education nationale, ce dernier définissant les programmes et jusqu’aux horaires, créant et ouvrant les postes, octroyant les moyens financiers, s’est substitué un système de réseaux tel que les établissements d’enseignement supérieur sont en relations permanentes avec les collectivités locales dont la participation est de plus en plus importante, avec leurs homologues étrangers situés dans le monde entier, avec les entreprises qui font de plus en plus figure d’interlocuteurs privilégiés tant dans la définition des programmes, que dans le financement des formations et dans la fourniture d’intervenants et de stagiaires. Ces collaborations dont le nombre constitue l’un des critères d’appréciation du rayonnement de chaque Université se traduisent par la signature d’accords, de conventions, parfois simplement de déclarations d’intentions dont il faut conserver la trace. Des textes négociés avec soin et de portée générale ont des conséquences durables qu’il convient de mesurer avec précision, avec des engagements réciproques que chacun devra tenir parfois sur de longues durées et dont il faut en tous cas garder la mémoire. C’est le rôle des services d’archives que de conserver tous ces documents qui engagent mais qui permettent aussi de revendiquer le cas échéant des droits précieux. On sait que dans les châteaux médiévaux d’Occident, la salle dite « du trésor » ne contenait guère d’or ou d’argent mais bien plutôt des titres, des engagements, des conventions... C’était là la véritable richesse. C’est encore plus vrai dans notre monde où les rapports sont de plus en plus contractualisés. Tel est le véritable patrimoine.

  • 25 Maurice Hauriou (1856-1929). L’un des Maîtres du droit public du début du siècle dernier. Doyen de (...)

16C’est dire l’importance des services d’archives ou, pour leur donner un titre plus moderne, de la « mission patrimoine » dans chaque Université. C’est dire aussi le soin avec lequel il faut lui garantir durée et pérennité. Une interruption, même brève, dans le fonctionnement de ces services, par exemple du fait d’une absence durable des personnels, provoque des problèmes à plus long terme que dans d’autres cas. La première, la plus apparente mais pas la plus grave conséquence tient à l’accumulation de documents empilés au hasard dans les locaux dédiés à la conservation par des responsables administratifs habitués, selon un protocole constant, à ce que tout ce dont ils n’ont plus un besoin immédiat soit pris en charge, trié, classé et protégé avec des méthodes adaptées pour les retrouver aisément. Ces derniers travaux doivent s’effectuer en flux tendu sans laisser s’accumuler les stocks. S’ils s’interrompent, l’entassement, la confusion, le désordre qui vont en résulter rendront très difficile le classement à venir. Autre cause de problème en cas d’interruption du service : les prélèvements sauvages auxquelles vont se livrer les agents habitués à ce qu’on leur fournisse les dossiers dont ils ont besoin, qui vont tenter de les trouver, qui désorganisent les classements par des recherches sauvages, qui ne les remettront pas en place alors que l’on sait qu’un document déplacé est souvent un document perdu. Dans ces conditions, il est important de pérenniser la fonction archives, faute de quoi vont se poser de façon aigüe des problèmes très concrets liés aux procès-verbaux d’examen perdus, aux retraites incomplètement reconstituées, aux conventions égarées. La solution c’est évidemment l’institutionnalisation et la visibilité de ce service de préservation du patrimoine, pour que l’ensemble des composantes prennent l’habitude de s’adresser aux responsables des archives (versement, renseignements...) et que ceux qui y travaillent souhaitent sa survie même en cas de départ. A la Faculté de droit de Toulouse, on se réfère volontiers à la théorie de l’institution, proposée par le doyen Hauriou et qui s’appuie sur ce constat que toute institution tend à durer pour autant qu’on lui donne une chance25.

  • 26 On ne connait pas encore l’ensemble des phénomènes qui affectent les générations de supports électr (...)
  • 27 Voir « Les archives électroniques : problèmes et enjeux d’aujourd’hui à l’Université de Toulouse », (...)

17Dans les Universités d’aujourd’hui, les archives prennent une autre dimension. Cette dimension n’est en rien propre aux établissements d’enseignement supérieur, mais traverse l’ensemble de la société, activités économiques comme liens sociaux : l’archivage électronique est là. Pour la première fois dans l’histoire de l’humanité, l’écriture-la lettre-peut être transposée sans délai aucun et à volonté d’un support à un autre ; stockée dans des mémoires de capacité de plus en plus grande sous un volume de plus en plus petit. La numérisation est une arme de combat culturel ; les migrations de support à support une période aussi cruciale que la mue peut l’être pour les créatures délaissant leur exosquelette26 ; la gestion des métadonnées un élément de plus en plus stratégique ; la protection de ces richesses contre les intrusions malveillantes devient un enjeu de première grandeur, avec la mise en place des degrés d’habilitation indispensables pour les acteurs27 De la sorte, il faut bien ouvrir une fenêtre supplémentaire sur le patrimoine des Universités : celle de sa dimension électronique. Elle concerne autant l’historique des situations étudiantes, que celui des personnels, que la gestion des infrastructures, que le suivi des collections en bibliothèque : le lien est fait avec la suite du propos.

Bibliothèques...

  • 28 L’incendie d’une bibliothèque faisait figure de catastrophe majeure dont l’histoire a gardé le souv (...)

18Il est une forme de patrimoine de l’Université qui est, plus que tout autre, menacée par l’évolution des techniques et des valeurs. Il s’agit, dans le monde moderne, des bibliothèques. Longtemps, ce fut le symbole, presque le critère de l’importance d’une Université. Le nombre d’ouvrages détenus, leur rareté, leur ancienneté étaient présentés comme la garantie d’une formation et d’une recherche de qualité28. Avec la mise en cause du support papier et avec l’appel de plus en plus important aux ressources de l’internet, la domination du livre est massivement contestée. Il en va ainsi dans le monde universitaire plus qu’ailleurs dans la mesure où, du fait de la marche rapide des sciences, les publications académiques sont menacées de vieillissement et même de péremption rapides. Dans ces conditions, nombre d’auteurs se détournent du papier et privilégient l’édition électronique. Pour leur part, les responsables des bibliothèques ont tendance, dans leurs arbitrages financiers, à donner la priorité à l’accès à des sites et à des moteurs de recherche spécialisés. Tout ceci pourrait ne pas poser d’autres problèmes de préservation du patrimoine documentaire que ceux liés à la durée des supports informatiques, ce qui ne relève après tout que de défis technologiques. En fait, cette mise en cause des documents papier a des conséquences sur l’image des collections anciennes, désormais et de plus en plus considérées comme des embarras, des dévoreurs d’espace, d’autant plus inutiles que les procédures de numérisation se développent massivement. Le désherbage des collections est devenu la règle. Le vieux reproche adressé aux responsables des bibliothèques d’être, comme leur titre l’indique, des « conservateurs » plus que des diffuseurs donne à cette tendance actuelle une justification de modernité.

  • 29 Voir www.gallica.bnf.fr . Exceptionnelles collections, tant en manuscrits, livres, qu’en brochures, (...)

19A contrario, les immenses progrès de la numérisation permettent de mettre à disposition du public de ces bibliothèques des ouvrages jadis confinés dans des réserves inaccessibles : leur rareté-une édition princeps en nombre très réduit d’exemplaires ; leur état parfois médiocre ; leur dimension parfois symbolique, incunable unique ou jadis propriété de tel personnage célèbre, tout poussait à les retrancher du contact avec le lecteur. Leur manipulation, même peu fréquente, était chaque fois une épreuve affaiblissant qui la reliure ; qui des pages déjà détériorées. Avec par exemple Gallica, un espace nouveau s’ouvre. Ouverte en 1997, Gallica offre déjà des millions de documents en consultation libre et gratuite, avec une belle ambition, être « la bibliothèque virtuelle de l’honnête homme »29.

Laboratoires...

  • 30 Ce qui n’empêche en rien de fréquenter le terrain le cas échéant.

20Il est des manières si diverses et différentes de se livrer à la recherche. Pour telles activités-les sciences humaines-, les sources écrites, quelles que soient leur forme, leur auteur et leur origine, sont essentielles et très majoritaires : les bibliothèques sous forme papier ou électronique sont alors l’outil désirable et désiré.30

  • 31 Voir www.patstec.fr, avec les déclinaisons en région.
  • 32 Voir www.arts-et-metiers.net

21Pour d’autres au contraire, les instruments de mesure de tous types et de toutes finalités ; les appareils, vases, récipients les plus divers ; les dispositifs servant à alimenter en énergie les expériences construites en laboratoire, tout cela est essentiel, comme l’enregistrement et la comparaison des données entre expériences similaires. Justement, ces instruments et outils de la connaissance sont l’une des richesses-trop méconnues du patrimoine des Universités, en particulier dans les disciplines des sciences dites dures. Les mutations de la recherche, si désirables, ont relégué dans les armoires, les placards, les magasins aux accessoires de vaillants et passionnants serviteurs : cornues ; fioles ; becs de chauffe ; enregistreurs ; machines électriques ; le tout jadis rutilant de cuivre, de laiton, de bronze, .... Ce matériel, dont la vie active est éteinte, connaît à peu près la même situation que les archives anciennes, par des degrés qui mènent tout droit à la perte de cette mémoire. Délaissement ; remisage ; abandon ; perte ou destruction ; dénaturation du dispositif ; récupération par quelque amateur d’objets insolites, ... Depuis quelques années, des équipes ont fait de cette sauvegarde du patrimoine scientifique des Universités leur mission, au profit de la communauté. Tel est le territoire de la Mission nationale de sauvegarde du patrimoine scientifique et technique contemporain – PATSTEC, à l’œuvre depuis 2004.31En lien avec le Musée des arts et métiers, elle sauvegarde ; préserve ; valorise32.

22Enfin, dans ces laboratoires, les papiers des chercheurs ne sont pas d’une mince importance. Souvent considérés avec indifférence, ou au contraire comme la propriété éminente de l’intéressé-alors que ce dernier n’œuvre en définitive que par et pour Y Alma Mater, ce type de dossier a peiné à intégrer les problématiques archives. C’est chose faite aujourd’hui, réservées les conditions de communication et de confidentialité.

Patrimoine immatériel...

  • 33 Les galeries de portraits constituent un élément caractéristiques autour duquel les Universités les (...)
  • 34 Les Ecoles de commerce, et nombre d’institutions privées se réclamant de l’enseignement supérieur o (...)

23Il est enfin, dans les Universités comme dans nombres d’autres institutions séculaires, des éléments de patrimoine immatériel à protéger. Ce dernier se compose d’abord d’un certain nombre de valeurs éthiques qui renvoient aux professeurs de l’enseignement supérieur une image passablement valorisante, faite de rigueur dans l’épistémologie, d’objectivité tendancielle dans les analyses, de refus des conclusions non scientifiquement fondées. Tout ceci sur fond de désintéressement et de rejet de toutes les pressions extérieures, au moins en principe. Malgré la part d’illusions auto entretenues que véhicule la référence à ces valeurs, il n’en reste pas moins qu’elles influencent depuis longtemps les procédures de recrutement et de promotion, officiellement en tous cas, et qu’elles légitiment les systèmes d’évaluation qui se développent un peu partout. Sur un mode plus futile, l’institution universitaire s’entoure de rites héritées d’un passé hypothétique, à base d’objets symboliques comme le sceau ou la masse d’armes, de costumes très codés dans leur couleur, leur coupe : la toge, l’épitoge, le bonnet ou la toque33 ; de cérémonies telles la remise des diplômes ou la soutenance de thèse, censées remonter à plusieurs centaines d’années, en tout cas marquées par une ancienneté certaine. Ce n’est pas le lieu ici de s’interroger sur la justification de ce qui peut apparaître soit comme d’honorables et vénérables traditions, soit comme des pratiques ridicules et obsolètes, voire discriminantes car fleurant un élitisme de reproduction sociale. L’on se bornera à constater que ces rites qui paraissaient menacés et condamnés par les mouvements de contestations de la fin des années 1960, connaissent ces derniers temps un regain de faveur. Ils sont autant d’outils facilitant l’identification, les vieux symboles étant déclinés par d’ardents services de communication, sous formes multiples (et parfois déroutantes...) de logos ; de pin’s ; d’insignes ; d’éléments de décoration ou d’usage-dont le mug tasse assez improbable qui « fait » anglo-saxon ; de T-shirts, cravates et autres pièces d’habillement... L’on peut d’ailleurs remarquer que ce sont souvent les institutions les plus récentes qui se lancent avec le plus d’ardeur dans la reconstitution-réinterprétation de traditions qu’elles sont trop jeunes pour avoir réellement pratiqués à l’époque de leur lointaine apparition.34

24D’une façon générale, cette exploitation du patrimoine de l’Université tend à renforcer le sentiment d’appartenance de ceux qui y travaillent.

Notes

1 Elle prend toute son importance avec le déplacement de la capitale de l’Ifrqiya à Tunis et le déclin du centre d’érudition que constituait Kairouan.

2 Une polémique se développe actuellement entre universitaires marocains sur les conditions de fondation de la Quaraouiyine ce qui témoigne de l’importance de l’enjeu, aux yeux de certains.

3 Au sein de l’Université de Tunis, elle prend le nom de Faculté de charia et théologie.

4 L’Université Zitouna comprend l’Institut supérieur de théologie, le Centre d’études islamiques et le Centre d’études islamiques de Kairouan.

5 On peut rapprocher ces madrasas des collèges qui flanquent les Universités européennes du Moyen Age et qui servent également de lieu de vie et de travail pour de petites communautés d’étudiants.

6 Mosquée elle-même tout à fait récente, puisque commencée en 1986, elle fut terminée en 1993. Solutions architecturales les plus innovantes (les tuiles en fonte d’aluminium) cohabitant avec les façons les plus traditionnelles.

7 Voir la thèse de doctorat-médecine générale-soutenue par Charlotte MENDES le 24 juin 2014 devant l’Université de Toulouse, Les portraits de la Faculté Jules Guesde.

8 C’est par convention qu’un groupe d’historiens présidés par le poète Giosuè Carducci fixe l’année 1088 comme celui de la fondation de l’Université de Bologne. C’est la date qui figure désormais sur le sceau de l’Université et celle qui est commémorée, de siècle en siècle. L’acte le plus solennel est l’Authentica Habita de Frédéric Barberousse de 1158.

9 Cette date est considérée comme celle de la venue à Oxford de Thibaud d’Etampes, persécuté en France pour ses idées sur le statut des membres du clergé.

10 Charte donnée en 1200 par Philippe Auguste reconnaissant la compétence des tribunaux ecclésiastiques, bulle octroyée en 1215 par Innocent III.

11 Si la création par le traité de Paris de 1229 est incontestable, le fait qu’il s’agisse du document qui marque la fin de l’autonomie du Languedoc conduit certains à préférer s’appuyer sur la bulle de Grégoire IX de 1233.

12 Il s’agit de la date d’une bulle pontificale de 1255 mais l’on peut trouver un acte plus ancien d’Alphonse IX de Léon (1218) octroyant le titre de Studium generale.

13 Cette date est celle de la charte du roi Georges II créant King’s Collège. Elle prend le nom de Columbia University in the City of New York en 1896.

14 On peut évoquer les Universités de Nankin en Chine (elle se veut l’établissement d’enseignement supérieur le plus ancien du monde, créé sous le règne de Yong’an, en 258), de Nalanda en Inde, de Gundishapur en Iran, d’Ashikaga Gakko au Japon...

15 Cf. Sonia MOUSSAY, « L’architecture de la Faculté de droit de Toulouse au XIXe siècle », dans Les Facultés de droit de province au XIXe siècle. Bilan et perspectives de la recherche, Etudes d’histoire du droit et des idées politiques, n° 13, Presses UT1, Toulouse 2009, p. 171 à 185.

16 II s’agit des Facultés de Cahors, Toulouse, Avignon, Montpellier, Perpignan, Aix, Orange, Genève et Paris pour le XVIIIe siècle.

17 Patrick FERTE montre que, du moins pour la Faculté de droit de Toulouse, la réalité des examens est fort différentes de ce préjugé dévalorisant : « Docimologie et molinologie : laxisme universitaire et scrutin d’examen à la Faculté de droit de Toulouse (1679-1789), De l’Antiquité à nos jours : histoire et méthodes de l’enseignement, Presses Champollion, Albi 2006, p. 87 à 101.

18 La Faculté de droit de Toulouse fournit par un contre exemple très notable à la fin du XIXe siècle : non seulement le local des Archives était clairement désigné et affecté, mais encore des meubles avaient été conçus dans le but d’engranger du mieux cette matière. Un plan fixait cette présentation, en permettait la facile consultation et la possible évolution.

19 II est révélateur que ce soit par des circulaires du 10 juin 1969 (BO n° 25 du 19 juin 1969), du 28 avril 1970 (BO n° 20 du 14 mai 1970) et du 2 janvier 1975 (BOEN n° 2 du 16 janvier 1975) que le ministère de l’Education nationale s’est préoccupé d’indiquer aux chefs d’établissement leurs obligations en matière de conservation d’archives. C’est notamment la circulaire de 1975 qui prescrit la conservation d’un échantillonnage de copies d’examen et de concours, tous les cinq ans, « pour donner une idée du niveau moyen de la culture ». Disons que cette circulaire est très moyennement appliquée.

20 Dès la Libération, et même dans les derniers mois du régime de Vichy, toutes les données montrent une augmentation forte de la natalité. Ce mouvement va durer jusqu’au milieu des années 1970 et fournir de la sorte de manière mécanique des candidats potentiels bien plus nombreux.

21 Ordonnance du 6 janvier 1959.

22 Cf. une comparaison entre deux enquêtes réalisées en 1981 et 2008 sur les documents conservés dans les Universités : cf. H. GAY, « Les archives des Universités : Enjeux de la collecte et de la sauvegarde des archives. L’exemple de Montpellier », Imagesson.org (consulté le 27 janvier 2015). Cette étude dépasse largement le cadre de Montpellier.

23 Ainsi l’une des Universités toulousaine, celle de Toulouse II-Le Mirail (depuis peu Jean Jaurès) s’est-elle trouvée confrontée à de lourdes difficultés, n’ayant pas organisé de réception formelle des travaux de ses bâtiments neufs lors de la livraison de son campus au début des années 1970. et ayant de plus eu une gestion fort distante des dossiers relatifs aux constructions faites.

24 Le premier numéro des Annales d’histoire des facultés de droit s’ouvre par un rappel à l’ordre à l’intention des doyens des facultés de droit : « Préserver nos archives ». La Société pour l’histoire des Facultés de droit, éditrice des Annales, adjure ses adhérents de rappeler aux doyens leurs obligations en ce domaine.

25 Maurice Hauriou (1856-1929). L’un des Maîtres du droit public du début du siècle dernier. Doyen de la Faculté de droit de Toulouse (1906-1926). On lui doit, outre la théorie de l’institution, celle de l’imprévision, si importante pour les concessionnaires de services publics.

26 On ne connait pas encore l’ensemble des phénomènes qui affectent les générations de supports électroniques et leur fragilité. Cette préoccupation n’est pas nouvelle. Les pellicules de films ; les négatifs photographiques argentiques. ont posé et posent d’autres types de problèmes de transmission et de pérennité.

27 Voir « Les archives électroniques : problèmes et enjeux d’aujourd’hui à l’Université de Toulouse », dans les Actes du colloque Les archives dans l’Université, Université de Lausanne, 30 et 31 octobre 2008 (avec Delphine FLORECK, archiviste, Mission Archives, Université Toulouse 1 sciences sociales). Publié en 2009 sous la direction d’Olivier ROBERT, dans Les archives dans l’Université : actes du Colloque international, Université de Lausanne, 30 et 31 octobre 2008, Bern, P. Lang.

28 L’incendie d’une bibliothèque faisait figure de catastrophe majeure dont l’histoire a gardé le souvenir consterné, ainsi de l’incendie de la bibliothèque d’Alexandrie imputée par certains aux ordres du calife Omar en 642 ; de celui d’une partie de la bibliothèque de la Zitouna par les troupes de Charles Quint en 1535 ; de celui des bibliothèques de Strasbourg par les bombardements allemands pendant le siège de 1870 ; de celui de la bibliothèque nationale et universitaire de Sarajevo en août 1992.

29 Voir www.gallica.bnf.fr . Exceptionnelles collections, tant en manuscrits, livres, qu’en brochures, images, ...

30 Ce qui n’empêche en rien de fréquenter le terrain le cas échéant.

31 Voir www.patstec.fr, avec les déclinaisons en région.

32 Voir www.arts-et-metiers.net

33 Les galeries de portraits constituent un élément caractéristiques autour duquel les Universités les plus anciennes marquent leur fierté de remonter loin dans le passé et constituent leur sentiment d’appartenance. Quand ces portraits ont été dispersés en plusieurs lieux, des publications les rassemblant, avec des indications biographiques, peuvent contribuer à atteindre cet objectif : cf. P. DELVIT, H. GAY et M. VIALLARD, Toiles, gravures, fusains et sanguine... Une galerie de portraits à l’Université, Presses UT1, Toulouse 2006.

34 Les Ecoles de commerce, et nombre d’institutions privées se réclamant de l’enseignement supérieur ont une dilection particulière pour les cérémonies qu’elles nomment « à l’américaine », avec jet en l’air du mortarboard, la toque carrée à pompon. Lire Le Monde, 28 mai 2012, « La remise des diplômes « à l’américaine ». Le retour à la solennité. » Amusant.

© Presses de l’Université Toulouse 1 Capitole, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search