Presses universitaires Saint-Louis Bruxelles https://books.openedition.org/pusl CC0 pusl@uclouvain.be Repenser l’institution et la désinstitutionnalisation à partir du handicap Le handicap est un vécu personnel et relationnel mais aussi un enjeu de société, car il met au défi les valeurs théoriquement partagées de l’autonomie et de l’inclusion. Sur fond de ces valeurs, le handicap est désormais confronté à la question brûlante de la désinstitutionnalisation, dont se saisissent à la fois des acteurs et actrices du droit international et des personnes en situation de handicap, des professionnel·les du champ et des chercheur·es en sciences humaines et sociales. Mais sait-on de quoi on parle ? Désinstitutionnaliser revient-il à tourner le dos à l’institution(nalisation) ? Chacun de ces trois termes – institution, désinstitutionnalisation, handicap – représente une gageure intellectuelle, un défi politique et de multiples réalités concrètes.

Avec 60 contributions de chercheur·es en sciences humaines et sociales, d’acteur·ices de terrain et de pair-expert·es, cet ouvrage propose un tour d’horizon inédit des savoirs, des expériences, des tensions et des pistes que génère le travail de « repenser l’institution et la désinstitutionnalisation à partir du handicap ». Accompagnés d’œuvres artistiques, les textes sont rédigés tantôt en français, tantôt en anglais, et s’ancrent dans différents univers spatiaux, parmi lesquels l’ordre juridique belge mais pas seulement. Par-delà leurs expertises, les secteurs et les lieux qu’ils·elles étudient, les auteur·ices des chapitres de l’ouvrage s’inscrivent dans un même horizon éthique essentiel : remettre en question les formes d’intervention sur autrui jugées inacceptables.

]]>
https://books.openedition.org/pusl/29057 2024-03-25 Isabelle Hachez et Nicolas Marquis Presses universitaires Saint-Louis Bruxelles fr Presses universitaires Saint-Louis Bruxelles
La neutralité de l’arbitrage international Dans les écrits dédiés à l’arbitrage international, la neutralité est frappée du sceau de l’évidence. Elle est ce mot des premières pages, des premiers chapitres, intégré aux développements énumérant les avantages de l’arbitrage et destiné à expliquer l’opportunité d’y recourir, à justifier de son succès, à le légitimer, à le promouvoir à l’image d’un argument publicitaire au-delà de ses frontières initiales, ou encore pour l’ériger en mode de règlement des litiges par défaut. Contrairement aux autres avantages supposés de l’arbitrage international, la neutralité est un allant de soi qui ne saurait être discutée. Elle est une parole, un discours, une représentation qui échappe prodigieusement à toute critique. Malgré la virulence et le bien-fondé des reproches qui lui sont directement adressés, la neutralité ne cesse d’être invoquée tantôt comme bouclier tantôt comme bélier par les membres de la communauté arbitrale désireux de protéger l’arbitrage comme de favoriser son expansion. Le chercheur ou la chercheuse analysant les discours de l’arbitrage international est inévitablement intrigué par la force d’une représentation qui met en échec toute critique et qui véhicule l’illusion d’une impossible remise en cause. Afin d’en comprendre les raisons et les opérations, le présent ouvrage propose d’enquêter au cœur de ce qu’est la neutralité de l’arbitrage international : un mythe.  

]]>
https://books.openedition.org/pusl/28893 2024-02-13 Amina Hassani Presses universitaires Saint-Louis Bruxelles fr Presses universitaires Saint-Louis Bruxelles
Dispositifs de l’habitation : Hélène Lenoir et Eugène Savitzkaya À l’aide d’outils d’analyse proposés par la théorie littéraire, la philosophie et la psychanalyse ainsi que par des travaux relatifs à la géographie, l’architecture et l’urbanisme, cette étude s’attache aux objets et dispositifs caractéristiques de l’habitation déployés dans les textes respectifs d’Hélène Lenoir et d’Eugène Savitzkaya. Prenant acte du caractère double – parlant et habitant – du sujet de langage, Hélène Lenoir et Eugène Savitzkaya réalisent une analyse très précise de l’espace domestique. Considérer ces deux œuvres comme des écritures de l’habitation révèle plusieurs questions cardinales de ces productions littéraires, de nature thématique (le traitement du corps et de la famille, la métaphore picturale, la description du quotidien, etc.), formelle (le point de vue, le ressassement, le discours intérieur, l’inscription matérielle dans le sol urbain, etc.) et esthétique (la tension entre habiter et représenter ; le rôle de la poésie dans l’espace public ; la relation entre spatialité et énonciation, plus précisément entre l’habitation, la parole et l’écriture). En faisant jouer des dialectiques d’ordre spatial, ces deux esthétiques de l’habitation interrogent plusieurs discours contemporains (le pouvoir du regard, la crise de l’intime, la question de l’origine, les effets de la mondialisation, etc.) Les confinements récents ont montré combien les logements, tout en servant d’abris, pouvaient simultanément cristalliser malaises, inégalités et relations de pouvoir comme constituer un terreau d’expérimentations et de création. Une force opératoire déjà mise en lumière par les œuvres contemporaines s’étant emparées de l’habitation en tant que dispositif littéraire. 

]]>
https://books.openedition.org/pusl/28638 2023-10-26 Manon Delcour Presses universitaires Saint-Louis Bruxelles fr Presses universitaires Saint-Louis Bruxelles
Les métamorphoses de la « généalogie » après Nietzsche Les contributions réunies dans ce volume visent à explorer le champ des postérités généalogiques de Nietzsche. Dans cette perspective, il convient d’abord de faire une nette distinction entre la dimension programmatique de la Généalogie de la morale et les postérités effectives que le livre a eues par la suite aux XXe et XXIe siècles, pour tenter ensuite de comprendre comment le mot « généalogie » a pu se détacher de Nietzsche et acquérir progressivement des significations multiples, bien au-delà de ce que Nietzsche lui-même avait pu anticiper ou imaginer. Il s’agit ainsi de se confronter à un enjeu crucial pour l’historien des idées : celui de retracer les métamorphoses du supposé concept nietzschéen de généalogie, notamment après ses reprises décisives par Deleuze et Foucault, pour faire ressortir la créativité, l’originalité et peut-être aussi la pertinence contemporaine de ces nouveaux discours. Cheminant dans cette direction, notre volume esquisse une sorte de généalogie des « généalogies ». Il montre comment de nombreux lecteurs de Nietzsche ont fait « grincer » et « crier » sa pensée en se la réappropriant sous les espèces de la généalogie. 

]]>
https://books.openedition.org/pusl/28428 2023-03-02 Quentin Landenne et Emmanuel Salanskis Presses universitaires Saint-Louis Bruxelles fr Presses universitaires Saint-Louis Bruxelles
Are we Europe? Au terme de plusieurs décennies de présence turque et marocaine en Europe, le monde a changé. À partir d’excursions empiriques vers des cas d’études contrastés marocains et turcs en relation avec l’Europe, nous avons contribué à éclairer quelques facettes de ce monde contemporain, caractérisé entre autres par: la fin plus que consommée du modèle pendulaire des migrations; la multi-directionnalité des mobilités tant des personnes que des objets et des idées; la mutation des manières de se rapporter à l’espace (questionnées à travers, par exemple, une figure telle que le transmigrant ou encore par la sédentarisation d’espaces-d’entre-deux); l’assouplissement en même temps que le renforcement de la frontière étatico-nationale (et supranationale/européenne) comme échelle d’expérience et d’analyse; le décentrement de l’Europe dans les processus de circulation et de construction identitaire des descendants de migrants extra-européens. Ce sont entre autres des traces de ce monde contemporain que gardent les axes et les chapitres présentés dans l’ouvrage, à partir d’études de terrains euro-marocains et euro-turques menées par un consortium international de chercheurs (Belgique, Maroc, Turquie, France et Italie).  

 

  

]]>
https://books.openedition.org/pusl/28137 2023-02-09 Farid El Asri et Maryam Kolly Presses universitaires Saint-Louis Bruxelles fr Presses universitaires Saint-Louis Bruxelles
Cognition and Contrast Since the beginning of her career, Professor Sabine De Knop has been doing research within the frameworks of Cognitive and Contrastive Linguistics and has mainly distinguished herself in three research areas: Language & Cognition, Construction Grammar and Applied linguistics. This volume brings together a range of contributions which open up new perspectives on these three topics, either within one language or from a contrastive perspective. They are written by linguists who have worked with Professor Sabine De Knop at some point in her career. The papers propose new theoretical and empirical insights as well as innovative pedagogical practices in the fields of language and proficiency.

]]>
https://books.openedition.org/pusl/27782 2022-12-01 Françoise Gallez et Manon Hermann Presses universitaires Saint-Louis Bruxelles en Presses universitaires Saint-Louis Bruxelles
Distinction (droit) public / (droit) privé En 2019 paraissait un ouvrage de droit positif consacré à la distinction entre droit public et droit privé, issu d’une collaboration entre les centres de droit privé (Cepri) et de droit public (Circ) de la Faculté de droit de Saint-Louis. Le Séminaire interdisciplinaire d’études juridiques a choisi de poursuivre et d’approfondir la réflexion, sur le terrain de la théorie du droit, mais également d’ouvrir le champ de recherche aux enjeux interdisciplinaires de la distinction public/privé. Le cycle s’est terminé en septembre 2021, par un colloque consacré aux brouillages, innovations et influences croisées de la « distinction (droit) public/(droit) privé ». Le présent ouvrage reprend non seulement les contributions écrites de ce colloque, mais également celles de plusieurs séances du séminaire consacré à ce thème. Afin de repenser cette division à la fois nécessaire et impossible, très ancienne et pourtant toujours recomposée sous des formes nouvelles, il s’imposait de croiser les regards de juristes, de criminologues, d’anthropologues du droit et de philosophes. Le résultat est foisonnant et ouvre des perspectives originales. Sont ainsi convoqués tour à tour Arendt et le droit européen, Kant et le droit pénal, les indicateurs de prospérité et le droit du travail, les finances publiques et l’intime, les big data et le droit des marchés publics, les communs et le droit subjectif. Au-delà de la binarité rassurante de ces deux pôles structurants de la pensée occidentale, les différents angles d’analyse convergent sur un point : si le sujet n’est pas neuf, il n’a rien perdu de son actualité. Le présent volume a l’ambition d’avoir contribué à en dévoiler quelque peu la complexité.

]]>
https://books.openedition.org/pusl/27536 2022-09-09 Antoine Bailleux, Diane Bernard et Jérémie Van Meerbeeck Presses universitaires Saint-Louis Bruxelles fr Presses universitaires Saint-Louis Bruxelles
Philosopher en points de vue Si le concept de « perspectivisme » s’est largement imposé dans les usages en philosophie et, au-delà, dans de nombreuses sciences humaines, il est loin de faire l’objet d’une définition tant soit peu stabilisée ou d’un statut historiographique bien identifié dans le champ de l’histoire de la philosophie.

L’enjeu de ce volume est de réunir plusieurs historiens de la philosophie - spécialistes de philosophies, d’époques et de traditions diverses, des sophistes et du néo-platonisme jusqu’à la phénoménologie et la philosophie du langage contemporaine - pour faire apparaître la grande variété des types de perspectivisme philosophique et contribuer à reconstruire diachroniquement certaines des étapes les plus marquantes de l’histoire de la philosophie des points de vue. À travers une série de douze études, les auteurs cherchent à mettre en lumière la fonction structurante de la perspectivité dans les différents systèmes où elle opère, le contexte épistémique et historique qui la porte à l’agenda métaphysique, les problèmes et limites de la logique du « point de vue » et les diverses stratégies conceptuelles que les philosophes élaborent quand ils s’emparent de l’idée perspectiviste et de ses multipels aspects.

]]>
https://books.openedition.org/pusl/26927 2021-04-26 Quentin Landenne Presses universitaires Saint-Louis Bruxelles fr Presses universitaires Saint-Louis Bruxelles
Le droit en transition La croissance occupe aujourd’hui une place centrale dans la gouvernance publique. Parce qu’elle soutiendrait la création d’emplois, assurerait le financement de la sécurité sociale, allégerait le fardeau de la dette, favoriserait les investissements, l’augmentation constante du produit intérieur brut serait devenue indispensable à la prospérité collective. Dès son émergence cependant, cet « imaginaire croissanciel » - qui a su séduire à gauche comme à droite - s’est attiré des critiques d’ordre anthropologique (la croissance infinie du pouvoir d’achat ne signe pas l’épanouissement humain), écologique (la quête éperdue de points de croissance se heurte au mur des limites planétaires) et social (cinquante ans d’agenda croissanciel n’ont pas empêché les inégalités de se maintenir). La crise économique qui a éclaté en 2007 et les signes toujours plus tangibles des bouleversements climatiques à venir ont donné à ces critiques une acuité nouvelle.

Et le droit dans tout cela ? Nos règles juridiques reflètent-elles l’emprise de l’imaginaire croissanciel ou autorisent-elles d’autres conceptions du progrès humain ? Et les juristes ? Ont-ils les moyens et la légitimité pour traduire dans les règles de droit les aspirations à une prospérité sans croissance ? Ce sont ces questions difficiles que cet ouvrage aborde, couronnant trois années de travaux au sein du Séminaire interdisciplinaire d’études juridiques. Gageons que le lecteur y trouvera une source d’inspiration et un programme de recherche à la hauteur des défis de notre époque.

]]>
https://books.openedition.org/pusl/27070 2021-04-26 Antoine Bailleux Presses universitaires Saint-Louis Bruxelles fr Presses universitaires Saint-Louis Bruxelles
Déverbaliser – reverbaliser Souvent traitée, au cours de l’histoire, comme acte de violence à l’égard du texte original et/ou de la langue d’accueil, la traduction est envisagée dans ce volume comme deux opérations de manipulation du sens – comprendre (déverbaliser) et exprimer (reverbaliser) – qui engagent inévitablement la subjectivité du traducteur. Dans des cadres théoriques différents, les auteurs réfléchissent à la mouvance des concepts et des mots qui les désignent en sciences humaines, à l’influence des traductions sur l’évolution du français aux XIVe – XVIe siècles, à l’interprétation du dit et du vouloir-dire par le traducteur et par l’interprète, à la manière dont la forme participe au sens en traduction de la poésie, à l’éclairage que les sciences neurocognitives apportent sur les deux opérations de traduction.

L’ouvrage s’adresse aux étudiants de traduction-interprétation et de lettres, aux traductologues, linguistes et littéraires et à tous ceux qui s’intéressent aux aspects subjectifs de la traduction.

Ce volume regroupe les articles de Paul Arblaster, Philippe De Brabanter, Anne Delizée et Christine Michaux, Olivier Delsaux, Émilie Piat, Didier Samain, Svetlana Vogeleer.

]]>
https://books.openedition.org/pusl/26557 2021-03-11 Svetlana Vogeleer et Laurent Béghin Presses universitaires Saint-Louis Bruxelles fr Presses universitaires Saint-Louis Bruxelles
Protéger le patrimoine culturel : à qui incombe la charge ? La charge normative du patrimoine culturel, reposant dans le droit actuel essentiellement sur les épaules du propriétaire (public ou privé), aurait augmenté à mesure de l’intervention de l’autorité publique dans le droit de propriété.

Après une analyse historique (partie 1) et une évaluation (partie 2) de l’inflation de la charge en droit belge du patrimoine culturel, cet ouvrage propose des réflexions prospectives quant à une répartition plus équilibrée de celle-ci (partie 3).

Le modèle de la propriété culturelle d’intérêt partagé est ainsi développé, reprenant non seulement les droits et les intérêts du propriétaire et de l’autorité publique, mais accueillant aussi ceux de l’acteur collectif (individu, communauté). L’autre versant du modèle repose sur la responsabilité partagée du patrimoine culturel, permettant de mieux répartir la prise en charge du patrimoine entre ces trois acteurs. Ce modèle de protection patrimoniale bicéphale est opérationnalisé par des outils de droit privé (contrat, fondation, trust), ainsi que par des modalités de financement alternatif.

]]>
https://books.openedition.org/pusl/26644 2021-01-29 Marie-Sophie de Clippele Presses universitaires Saint-Louis Bruxelles fr Presses universitaires Saint-Louis Bruxelles
Les discours de référence sur la langue française Les discours de référence sur la langue française sont des prises de position émanant des instances officielles, des spécialistes (linguistes et grammairiens) ou de personnalités publiques reconnues comme tels, mais aussi des médias, qui jouent un rôle non négligeable dans la diffusion des normes. Ces discours, même s’ils peuvent être remis en question, constituent néanmoins pour les francophones des repères souvent symboliques et des avis difficilement contournables.

Anne Dister et Sophie Piron collaborent depuis de nombreuses années. Elles ont organisé deux colloques, à Montréal et à Bruxelles, consacrés aux discours de référence sur la langue française. La présente publication regroupe des articles qui sont, pour certains, issus de communications présentées lors de ces colloques, pour d’autres, originaux.

]]>
https://books.openedition.org/pusl/26302 2020-09-01 Anne Dister et Sophie Piron Presses universitaires Saint-Louis Bruxelles fr Presses universitaires Saint-Louis Bruxelles
Les nouveaux chemins de la légalité La catégorie moderne de la légalité vit depuis longtemps une profonde crise d’identité. Selon l’auteur, il ne s’agit pas simplement d’une crise d’effectivité, mais d’une crise bien plus profonde, qui ne se manifeste pas seulement par la dissociation du modèle de la réalité, mais qui bouleverse le modèle théorique lui-même, signe d’une crise encore plus radicale qui concerne tout le paradigme juridique au sein duquel elle a été conçue.

Après avoir tracé les contours de ce paradigme et mis en lumière l’aporie du principe moderne de la légalité, l’auteur nous montre, en s’appuyant sur la révolution constitutionnelle de l’après Seconde Guerre mondiale et en faisant le détour par les territoires du droit européen, que ceux qui semblent être des chemins interrompus de la légalité s’avèrent être, en réalité, les chemins encore peu explorés d’une nouvelle légalité dont il brosse le portrait.

]]>
https://books.openedition.org/pusl/26148 2020-07-30 Massimo Vogliotti Presses universitaires Saint-Louis Bruxelles fr Presses universitaires Saint-Louis Bruxelles
L’esprit des droits Alors qu’elle apparaît plus que jamais comme un critère essentiel de légitimité de la politique et du droit, l’idée des droits de l’homme n’en implique pas moins plusieurs difficultés d’ordre théorique. Depuis les déclarations fondatrices du xviiie siècle, le développement des droits de l’homme s’est soldé par une hétérogénéité qui rend leur portée et leur cohérence incertaines. Les fondements de leur propre validité, de même que l’universalité qu’ils revendiquent, demeurent controversés. Enfin, l’évolution contemporaine des droits semble dévoiler certaines limites du paradigme qu’ils incarnent.

Ces incertitudes et ces interrogations définissent les enjeux du présent ouvrage. Après s’être attaché, dans un premier temps, à éclairer la complexité interne des droits de l’homme, l’ouvrage développe une analyse critique des principaux arguments d’ordre philosophique qui ont été élaborés pour justifier leur légitimité. Cette analyse conduit à proposer une conception normative des droits fondée sur les exigences de la démocratie. Cette conception se distingue non seulement des classifications usuelles des droits, mais aussi de toute référence à un modèle unique, regroupant des droits équivalents et indivisibles.

Par ailleurs, même si, en apparence, l’universalité des droits ne peut plus trouver sa justification dans les postulats du droit naturel, les arguments relativistes se heurtent pour leur part à des objections décisives : l’ouvrage explore par conséquent les voies possibles d’une véritable universalisation des droits de l’homme. Cette perspective universaliste ne permet cependant pas de méconnaître les diverses limites que comporte la notion de droits de l’homme. Qu’elles soient révélées par la reconnaissance de nouveaux droits malaisément assimilables aux droits antérieurs ou par les conditions d’application des droits dans des domaines spécifiques, ces limites nous invitent à relativiser les droits de l’homme en les inscrivant dans la perspective d’une conception plus large de la justice. 

]]>
https://books.openedition.org/pusl/26062 2019-12-11 Philippe Gérard Presses universitaires Saint-Louis Bruxelles fr Presses universitaires Saint-Louis Bruxelles
Le concept de droit Quelle différence y a-t-il entre des règles de droit et des ordres appuyés de menaces ? Qu'est-ce qu'une obligation juridique et en quoi se trouve-t-elle apparentée à une obligation morale ? Quelle est la nature des règles et dans quelle mesure le droit consiste-t-il en des règles ? Qu'est-ce que la justice et en quoi diffère-t-elle du reste de la morale ?

Au cours d'une discussion approfondie et séparée de ces problèmes récurrents, l'auteur relève une série d'éléments d'une importance essentielle pour la compréhension du droit, et réalise un nouveau départ dans la théorie du droit. L'ouvrage comporte une nouvelle analyse des notions de validité juridique, de souveraineté, et de fondement d'un système juridique, un nouvel examen du droit naturel et du positivisme juridique, une discussion originale des limites du formalisme dans l'élaboration de la décision judiciaire, et un examen de la nature du droit international.

Le texte est complété par des notes bibliographiques détaillées et la discussion de thèses émises par des auteurs contemporains et plus anciens. Cette deuxième édition s'accompagne en outre d'une postface posthume, publiée sous la responsabilité de P.A. Bulloch et J. Raz.

]]>
https://books.openedition.org/pusl/24975 2019-10-01 Herbert Lionel Adolphus Hart et Michel Van De Kerchove Presses universitaires Saint-Louis Bruxelles fr Presses universitaires Saint-Louis Bruxelles
Euterpe et Harpocrate ou le défi littéraire de la musique Projetant des lumières sur les rapports qui peuvent être établis entre la création littéraire et l'art jumeau des sons, sur leurs similitudes et leurs dissemblances, surtout dans l'épineuse question de la transposition des formes de l'un dans l'autre, Euterpe et Harpocrate ou le défi littéraire de la musique vient à son heure livrer au public francophone les questions posées - et les résultats obtenus - par les recherches les plus récentes dans le domaine de la comparaison littérature-musique. L'auteur y ajoute une réflexion personnelle, originale et pertinente.

]]>
https://books.openedition.org/pusl/25849 2019-09-25 Jean-Louis Cupers Presses universitaires Saint-Louis Bruxelles fr Presses universitaires Saint-Louis Bruxelles
Les sens de la peine Marquant un décalage à l'égard d'une littérature massivement consacrée à la définition et à la justification critique de la peine, ce volume vise à interroger la pluralité de(s) sens de la peine, à partir d'une réflexion sur la double polysémie des « sens » de la « peine ». Sont ainsi élucidés les sens social, politique ou civique de la peine imposée (1), la dimension sensible de la peine vécue (2) et l'orientation donnée au phénomène pénal (3). Le pari est ici que la distinction entre ces trois acceptions permet de dépasser la dénonciation de nos pratiques pénales contemporaines « insensées » : c'est en une pluralité de sens que doit se dresser ce constat et se dire ce déficit de sens - tant scientifiquement, par une dialectique entre disciplines et points de vue, que politiquement, au nom de la démocratie.

]]>
https://books.openedition.org/pusl/25930 2019-09-20 Diane Bernard et Kevin Ladd Presses universitaires Saint-Louis Bruxelles fr Presses universitaires Saint-Louis Bruxelles
L’identification dans la théorie freudienne La notion d’identification appartient au langage courant et à celui de la psychologie. Elle désigne généralement un phénomène propre à la relation avec autrui et son usage recoupe celui de notions telles que l’imitation, la sympathie, la participation affective, la contagion mentale.

L’expérience et l’écriture freudiennes ont produit une mutation dans ce champ sémantique de l’intersubjectivité. En psychanalyse, l’identification ressortit aux processus inconscients ; elle obéit à des lois qui subvertissent les données de la psychologie empirique et philosophique. Ce travail d’analyse et de déconstruction du langage et, par conséquent, de l’expérience, est suivi dans le présent ouvrage en serrant au plus près les textes de Freud. Que l’identification y apparaisse d’emblée comme un processus de formation de symptômes et une modalité du refoulement, suffit à indiquer la direction et l’enjeu de la recherche psychanalytique. À mesure que se développent pour Freud la pratique clinique et sa conceptualisation, l’identification se trouve prise dans un réseau de plus en plus complexe de concepts : l’inconscient, la sexualité, les vicissitudes pulsionnelles, le narcissisme, la répétition, la pulsion de mort, l’œdipe, la castration.

Ce livre s’efforce de montrer la solidarité de l’élaboration du concept d’identification avec le mouvement des remaniements de la problématique freudienne dans sa singulière histoire, en indiquant les questions que Freud a laissées ouvertes, inachevées, et la manière dont les psychanalystes, aujourd’hui, tentent d’en poursuivre l’énonciation.

]]>
https://books.openedition.org/pusl/428 2019-05-28 Jean Florence Presses universitaires Saint-Louis Bruxelles fr Presses universitaires Saint-Louis Bruxelles
L’imaginaire selon Castoriadis Le présent volume inaugure la série des « Cahiers Castoriadis » qui se donne pour objectif de favoriser un débat interdisciplinaire vivant autour de la pensée de Cornélius Castoriadis. L'œuvre de Castoriadis est aujourd'hui trop peu connue au regard de la richesse conceptuelle qu'elle recèle et de l'intérêt qu'elle peut dès lors représenter pour d'autres courants philosophiques et pour la plupart des sciences humaines : elle peut enrichir de nombreux débats actuels dans le champ de la philosophie, des études littéraires, de la linguistique, de la psychologie, de l'anthropologie, de l'histoire, des sciences sociales et politiques, des sciences juridiques. Elle est susceptible de provoquer la rencontre interdisciplinaire entre des thématiques de recherches naturellement trop enserrées dans des champs scientifiques institués. Il s'agit donc de profiter des nombreux enjeux de cette œuvre pour en faire un objet de débat et l'un des « outils » de la pensée contemporaine.

]]>
https://books.openedition.org/pusl/467 2019-05-28 Sophie Klimis et Laurent Van Eynde Presses universitaires Saint-Louis Bruxelles fr Presses universitaires Saint-Louis Bruxelles
Imaginaire et création historique Cet ouvrage collectif constitue le second volume des « Cahiers Castoriadis ». Selon Castoriadis, « l'histoire est création, ce qui veut dire : position de nouvelles formes et figures, de nouvelles significations, c'est-à-dire auto-institution ». Ce que Castoriadis nomme « imaginaire social » est une puissance de création à l'œuvre dans l'histoire. Chaque société s'auto-institue par la création d'un monde propre irréductible à l'effectuation de possibles prédéterminés. Affirmation qui conduit à refuser toute continuité immanente à l'évolution historique et même toute relecture a posteriori de la précursion d'une époque par une autre.

Cette position est-elle tenable pour les sciences humaines comme pour la philosophie de l'histoire ? Le souci de saisir la nouveauté ne conduit-il pas Castoriadis à un certain irrationalisme ?

]]>
https://books.openedition.org/pusl/588 2019-05-28 Philippe Caumières, Sophie Klimis et Laurent Van Eynde Presses universitaires Saint-Louis Bruxelles fr Presses universitaires Saint-Louis Bruxelles
<i>Socialisme ou Barbarie</i> aujourd’hui L'histoire du groupe « Socialisme ou Barbarie » ressemble à celle de toutes les avant-gardes : extrêmement isolé durant son existence (1949-1967), il est devenu quasi-mythique aujourd'hui sans que son apport théorique soit mieux connu. Ses analyses de la bureaucratie n'ont guère été lues par les courants de la gauche critique, et s'il a influencé la mise en cause du marxisme dans le champ intellectuel français à la fin des années 1970, c'est au prix d'une dénaturation profonde de ses idées dans la mesure où elle n'avait comme objectif que de dénoncer le totalitarisme communiste, passant sous silence ses critiques du capitalisme.

S'il paraît impossible de saisir la part exacte qui revient à Castoriadis dans ces influences, du moins peut-on cerner son apport comme penseur original en tâchant de prendre la mesure des spécificités de son œuvre par opposition à celles de ceux qui l'ont côtoyé. Une chose, en effet, est l'accord sur l'analyse des systèmes bureaucratiques - qu'ils soient staliniens ou capitalistes -, une autre les propositions concrètes et les affirmations positives que l'on peut en tirer.

]]>
https://books.openedition.org/pusl/680 2019-05-28 Philippe Caumières, Sophie Klimis et Laurent Van Eynde Presses universitaires Saint-Louis Bruxelles fr Presses universitaires Saint-Louis Bruxelles
<i>Psyché</i> Tout au long de son œuvre, Castoriadis n’a cessé de s’affronter à la question de l’âme, nourrissant sa réflexion de la discussion théorique des grands textes philosophiques, psychanalytiques et poétiques, mais aussi de sa propre pratique d’analyste. Il s’agit ici de rendre compte de l’ampleur du chantier conceptuel ouvert par Castoriadis sous le titre emblématique de psyché, mais aussi de le mettre en discussion, en montrant les tensions et les difficultés qui jalonnent le projet de penser l’âme.

]]>
https://books.openedition.org/pusl/788 2019-05-28 Sophie Klimis et Laurent Van Eynde Presses universitaires Saint-Louis Bruxelles fr Presses universitaires Saint-Louis Bruxelles
Praxis et institution Cet ouvrage collectif constitue le quatrième volume des « Cahiers Castoriadis ».

Envisager conjointement la praxis et l'institution conduit au cœur même du travail de Castoriadis, permettant ainsi de le saisir dans sa dimension la plus novatrice, laquelle ne va toutefois pas sans risques. Son originalité tient pour partie à sa capacité à affronter sans fard l'aporie que manifeste le rapprochement de ces deux notions.

]]>
https://books.openedition.org/pusl/878 2019-05-28 Philippe Caumières, Sophie Klimis et Laurent Van Eynde Presses universitaires Saint-Louis Bruxelles fr Presses universitaires Saint-Louis Bruxelles
Le droit romain d’hier à aujourd’hui. <i>Collationes et oblationes</i> Ce liber amicorum est dédié au professeur Gilbert Hanard à l'occasion de son accession à l'éméritat. Son contenu illustre bien les options pédagogiques et scientifiques du titulaire du cours de droit romain qu'il dispensa pendant plus de trente années aux étudiants de la première année en droit.

Cet ouvrage, bouquet offert par ses amis et collègues des universités belges et européennes, plonge en effet au cœur du dialogue continu qu'entretiennent le droit romain, l'histoire du droit et le droit civil contemporain. Un tel croisement disciplinaire ayant alimenté en permanence l'enseignement de Gilbert Hanard, le choix de recourir aux plumes de romanistes, d'historiens et de praticiens du droit pour composer cet hommage s'imposait.

De l'Antiquité aux sources du droit romain dans la législation moderne ou les Principes européens du droit des contrats, en passant par le Moyen Âge et le début de l'indépendance de la Belgique, le spécialiste autant que l'amateur éclairé trouveront dans ces contributions les éléments d'une réflexion sur l'importance de la démarche historienne pour la compréhension des principes qui fondent le droit civil actuel.

]]>
https://books.openedition.org/pusl/953 2019-05-28 Annette Ruelle et Maxime Berlingin Presses universitaires Saint-Louis Bruxelles fr Presses universitaires Saint-Louis Bruxelles
Castoriadis et les Grecs L'importance de la Grèce ancienne dans la pensée de Castoriadis imposait que nous consacrions entièrement à cette thématique au moins une édition de nos Journées d'études annuelles. « Castoriadis et les Grecs » fut donc le thème choisi en 2008, à l'occasion de la parution de La cité et les lois, second volume reprenant les séminaires consacrés à la Grèce ancienne de Castoriadis à l'EHESS, et troisième tome de La Création humaine.

Si l'étude de la Grèce ancienne n'émerge comme thématique centrale dans l'œuvre de Castoriadis que dans les années 1970, le lien avec son engagement politique de toujours est néanmoins patent. En effet, pour Castoriadis étudier la culture grecque, c'est « se demander comment, dans quelles conditions, par quelles voies la société humaine s'est montrée capable, dans un cas particulier, de briser la clôture moyennant laquelle, en règle générale, elle existe. » Car cette attitude n'est aucunement universelle, mais tout à fait exceptionnelle dans l'histoire des sociétés humaines. Dès lors, Castoriadis situe son rapport aux Grecs bien au-delà de la simple interprétation. Il ne s'agit pas simplement d'érudition théorique mais d'un travail politique : « Quand nous abordons la naissance de la démocratie et de la philosophie, ce qui nous importe, c'est notre propre activité et notre propre transformation (de la société et du sujet), c'est la Grèce qui a créé la possibilité de ce projet de compréhension : comprendre sa propre histoire pour se transformer soi-même. »

Si Castoriadis s'est attaché à étudier « ce qui fait la Grèce » des poètes, des historiens, des philosophes, mais aussi des institutions politiques, c'est donc parce qu'il la considère comme un germe d'autonomie politique et philosophique, à réinventer, interminablement. Ce sont les multiples facettes de ce « germe grec » que nous nous sommes efforcés de thématiser dans le présent recueil.

]]>
https://books.openedition.org/pusl/1098 2019-05-28 Philippe Caumières, Sophie Klimis et Laurent Van Eynde Presses universitaires Saint-Louis Bruxelles fr Presses universitaires Saint-Louis Bruxelles
Affectivité, imaginaire, création sociale Les recherches rassemblées dans cet ouvrage collectif visent à déterminer la place de l'affectivité et celle de l'imaginaire dans l'accroissement de la capacité des individus à entrer dans un processus de création sociale. Il ne s'agit pas de faire une revue de la littérature consacrée à cette question, ni de développer une conception spécifique du rapport entre l'affectivité, l'imaginaire et la création sociale, mais bien de mettre en évidence une série de présupposés tant anthropologiques que normatifs autour desquels les conceptions de l'affectivité, de l'imaginaire et de la création sociale s'articulent. S'il y a un rapport de corrélation entre l'affectivité, l'imaginaire et la création sociale, toute conception de l'affectivité en appelle intrinsèquement à une certaine conception de l'imaginaire, cette articulation chaque fois spécifique entre affectivité et imaginaire en appelant à son tour à une certaine conception de la création sociale, et inversement.

]]>
https://books.openedition.org/pusl/1172 2019-05-28 Raphaël Gély et Laurent Van Eynde Presses universitaires Saint-Louis Bruxelles fr Presses universitaires Saint-Louis Bruxelles
Représenter à l’époque contemporaine La notion de représentation demeure plus que jamais sujette à caution : imprécise, elle manque de tranchant conceptuel ; idéologiquement marquée, elle charrie une anthropologie implicite que l'ère du soupçon n'a pas manqué de dénoncer. Dans le même temps, elle est constamment utilisée, dans des acceptions d'ailleurs très diverses, et cela y compris dans des domaines spécialisés comme les études littéraires, artistiques et philosophiques.

Les recherches dans ces domaines sont ainsi grevées par un même impensé ou, à tout le moins, par un même flou conceptuel, auquel voudrait pallier le présent ouvrage, en proposant un repérage de ce que signifie encore - pour autant que ce soit le cas - l'acte de représenter à l'époque contemporaine. Une telle notion demeure-telle opératoire ?

Dans chacun des articles s'entrecroisent ainsi une série de questions majeures pour notre temps : l'articulation entre subjectivité et représentation, les logiques du signe et systèmes de visibilité concurrents, la valeur performative et instituante de l'énonciation comme réponse à l'emprise de la représentation, les formes contemporaines de la présence, la valeur régulatrice de l'art en tant qu'acte représentatif.

]]>
https://books.openedition.org/pusl/1268 2019-05-28 Isabelle Ost, Pierre Piret et Laurent Van Eynde Presses universitaires Saint-Louis Bruxelles fr Presses universitaires Saint-Louis Bruxelles
<i>Translatio in fabula</i> « Fictions » et « traductions » : deux termes dont l'association paraît évidente, pour peu qu'elle nous évoque l'activité florissante de la traduction littéraire – combien peuvent se vanter de lire toujours en langue originale ?

Or cette « évidence naturelle » élude une question cruciale : en deçà de la pratique courante de la traduction des textes littéraires, quel est ce nœud fondamental entre littérature et traduction qui nous révèle que le langage n'est pas seulement communicatif, mais aussi, et même essentiellement, esthétique et poétique ? Comment sommes-nous conduits à penser le rapport fiction-traduction pour que la « littérarité » du littéraire soit possible, et même réelle ?

La pratique de la traduction, traditionnellement considérée comme « ancillaire », n'aurait-elle pas un rôle éthico-politique majeur à jouer dans la création du monde contemporain, forcément polyglotte ? Le présent volume tentera de prolonger ces questions par quelques études qui visent ce nœud fondamental entre littérature et traduction.

]]>
https://books.openedition.org/pusl/1446 2019-05-28 Sophie Klimis, Laurent Van Eynde et Isabelle Ost Presses universitaires Saint-Louis Bruxelles fr Presses universitaires Saint-Louis Bruxelles
Castoriadis et la question de la vérité Que peut signifier la notion de vérité pour une pensée de la création ? Telle est, brutalement exprimée, la question qui se pose à la lecture de l'œuvre de Castoriadis.

L'un des aspects les plus novateurs et stimulants de celle-ci est sans doute d'avoir montré que la société, toujours auto-instituée, est à saisir à partir de significations imaginaires qu'elle crée, et qui la structurent en retour : source de sens, elles spécifient notamment ce qui est juste et ce qui est injuste, indiquant par là ce qu'il convient de faire ou non, de telle sorte que leur légitimité semble hors de tout questionnement.

Cette remarque, qui suffit à manifester la possibilité de leur mise en cause, souligne que nous vivons dans une société pour laquelle la vérité se comprend, non comme reconnaissance d'un ordre particulier ou accueil d'une révélation, mais bien comme objet de recherche. Le deuil accepté de la saisie de l'Absolu ne conduit pourtant pas Castoriadis à réduire l'objectivité à l'ordre de l'intersubjectivité. La pensée humaine structurée par la logique classique, qu'il nomme ensembliste identitaire, est à même d'énoncer des vérités, assure-t-il.

Ainsi, bien qu'échappant à toute structuration possible, l'être serait partiellement appréhendable par un logos spécifique, fruit d'une création historique ; ce qui laisse quelque peu perplexe. N'est-ce pas le lot de toute grande pensée qui, chaque fois, porte un regard neuf sur les domaines du pensable ?

]]>
https://books.openedition.org/pusl/1602 2019-05-28 Philippe Caumières, Sophie Klimis et Laurent Van Eynde Presses universitaires Saint-Louis Bruxelles fr Presses universitaires Saint-Louis Bruxelles
Les sources du droit revisitées - vol. 1 Cette recherche collective ambitionne de revisiter les sources du droit, en ce compris les sources « nouvelles » dont on rend généralement compte sous le label « soft law ».

L’importance et la diversité des enjeux théoriques et pratiques soulevés par cette entreprise, tout comme l’ampleur du matériau abordé, ont justifié la publication de quatre volumes. Si, à des fins avant tout pédagogiques, la classification des contributions suit la voie classique de la pyramide des normes, ce plan ne préjuge cependant nullement du contenu des analyses (qui, à bien des reprises, révèleront les « bougés » de la pyramide et la pertinence du modèle du droit en réseau). Ces quatre volumes sont le fruit de la collaboration du Séminaire interdisciplinaire d’études juridiques (SIEJ) et du Centre interdisciplinaire de recherches en droit constitutionnel et administratif (CIRC), tous deux ancrés aux Facultés universitaires Saint-Louis à Bruxelles.

Ce premier volume porte sur les normes internationales et constitutionnelles. Il étudie plus précisément la nouvelle nomenclature des sources du droit européen, les principes généraux du droit et les coutumes de rang constitutionnel, ainsi que les actes de soft law qui se multiplient à tous ces niveaux. L’article 38 du Statut de la Cour international de justice et la notion de Constitution font pour leur part l’objet de deux contributions distinctes dans le volume 4.

]]>
https://books.openedition.org/pusl/1674 2019-05-28 Isabelle Hachez, Yves Cartuyvels, Hugues Dumont, Philippe Gérard, François Ost et Michel Van de Kerchove Presses universitaires Saint-Louis Bruxelles fr Presses universitaires Saint-Louis Bruxelles