Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Mort pour nos péchés

 | 
Xavier Léon-Dufour
, 
René Bureau
, 
Joseph Moingt
, 
et al.

Troisième partie. La mort rédemptrice du Christ à la lumière de l'ethno-sociologie des religions

Conclusion

Texte intégral

1Si je devais tirer une conclusion d’un exposé encore inchoatif et d’une démarche hypothétique, je dirais qu’à la lumière des religions primitives, le rite sacrificiel et expiatoire apparaît comme un mécanisme radicalement ambigu : violence et prévention contre la violence, transgression et lutte contre la volonté de disparité et le désir de domination, fondation et menace de l’ordre culturel.

2La mort du Christ me semble vérifier tous ces aspects, mais le relais de la théologie, que je me garderai de saisir, devrait tout aussitôt ajouter qu’elle les démasque tous et les abolit. Je pense qu’un prolongement de mon exposé ferait apparaître Jésus-Christ comme le seul non-violent authentique ; je crois que le Bwiti pressent cette vérité, même s’il choisit la « désincarnation » dans une vision pessimiste de l’homme-dans-le-monde dominé par l'Evus. Le Christ du Bwiti s’évade dans la mort et entraîne l’homme dans son évasion ; il ne rachète pas l’homme. La Rédemption est en effet intrinsèquement liée à l’Incarnation : nous, nous y croyons ; mais nous admettons implicitement dans nos comportements que l'Evus est bien le maître du monde, nous perpétuons la sorcellerie, en repoussant le salut dans la lointaine espérance. Nous tuons toujours le Christ.

3Le travail de recherche que j’ai été amené à faire ici a surtout confirmé pour moi la croyance que Jésus-Christ assume en son entier l’expérience universelle de l’homme social.

© Presses de l’Université Saint-Louis, 1984

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.