Version classiqueVersion mobile

Mort pour nos péchés

 | 
Xavier Léon-Dufour
, 
René Bureau
, 
Joseph Moingt
, 
et al.

Première partie. La mort rédemptrice du Christ selon le Nouveau Testament

La mort rédemptrice du Christ selon le Nouveau Testament

Xavier Leon-Dufour

Texte intégral

Introduction. Questions de méthode

1Le titre de cet ouvrage : « Mort pour nos péchés », extrait d’anciennes confessions de foi chrétiennes, pose à l’homme d’aujourd’hui une grave question : quel est le sens du dogme de la « rédemption », que nos pères dans la foi nous ont transmis en liaison avec certaines représentations peu acceptables ? Celles-ci, par le catéchisme, se sont incrustées dans nos imaginations d’enfant : « sacrifice », satisfaction par Jésus qui expie nos fautes, etc. Il convient donc pour l’intelligence de la foi de situer et d’approfondir le langage ainsi utilisé : tel est le but qui a été fixé à ce livre. C’est à l’aide de différentes méthodes qu’y sont précisés, dans une perspective élargie, les tenants et les aboutissants de notre manière de parler : une enquête de sociologie des religions et une enquête anthropologique sont donc encadrées par une présentation exégétique et une présentation dogmatique du sujet. En fait, à travers ces perspectives, il y a deux points de vue nettement divers ; en les caractérisant, je vais situer mon propre discours.

2L’enquête exégétique porte sur un texte, texte qui pose une question, non seulement parce qu’il est pluriel, mais parce qu’il concerne un événement. En se demandant quelle est la signification rédemptrice de la mort de Jésus, on enquête sur l’événement-mort pour en percevoir cette signification rédemptrice. Dans les trois autres conférences, on n’enquête plus sur l’événement-mort, mais on fait l’inventaire d’un langage supposé acquis. Ma propre tâche est ainsi précisée : les textes bibliques offrent une ou plusieurs interprétations fondamentales, qu’on appelle rédemptrices, de la mort de Jésus.

3Comme exégète, je me dois d’indiquer les principes qui commandent méthodologiquement la lecture que je vais faire des textes bibliques. Je les ramène à deux principaux.

4Principe de totalité. Le Nouveau Testament est composé de plusieurs ouvrages, il comporte une pluralité de perspectives : on ne peut identifier le point de vue de Paul et celui de Jean, pas plus qu’on ne peut superposer les deux mains. Or la tentation est grande, à toute époque, de choisir l’une ou l’autre perspective selon les besoins du temps ou l’attrait personnel. Certains sont plus à l’aise dans une théologie de la croix qu’ils apprécient pour son aspect doloriste, d’autres dans une théologie de la gloire ; il y a ceux qui insistent sur le « déjà », d’autres sur le « pas encore ». La tentation est grande aussi d’éliminer telle ou telle représentation (par exemple la conception dite « sacrificielle ») considérée comme anthropomorphique ou dépassée ; ou encore, exigeant une « cohérence de pensée », on s’imagine découvrir une « constante » dans le Nouveau Testament, etc. En fait, au lieu de prendre le texte dans sa pluralité, on choisit, on élimine, en vertu d’un critère qu’on estime plus ou moins rationnel, mais dont le principe n’a guère à voir avec le donné qui s’impose. Je ne puis donc me contenter de Paul ou de Jean, ou de ceci ou de cela ; je dois tout prendre. Seul le Nouveau Testament dans sa totalité est la norme de ma foi chrétienne. La difficulté consiste à préciser ensuite les rapports qu’ont entre elles les diverses interprétations ; je tenterai de le faire au terme du premier exposé.

5Principe herméneutique. Le texte renvoie à un événement dont il parle. L’événement ne se laisse pas connaître immédiatement ; c’est son interprétation qui est donnée d’abord. Je me permets de rappeler deux positions, à mon avis l’une et l’autre excessives. R. Bultmann prétend pouvoir, dans son enquête, se désintéresser du Jésus prépascal (disons : l’événement) ; J. Jeremias, à l’inverse, fait reposer sa théologie biblique sur la reconstitution historique des paroles du Jésus prépascal. Le premier me semble s’évader dans un gnosticisme vaporeux, l’autre s’enliser dans un positivisme illusoire ; tous deux sacrifient à la recherche mythique de l’origine, quitte à situer ce point originel plus ou moins haut dans le passé : l’Eglise primitive ou le Jésus prépascal.

  • 1 Je me permets de renvoyer à deux de mes contributions sur le sujet : Der Exeget im Dialog mit dem (...)

6A l’encontre de ces deux auteurs, et de plusieurs autres qui partagent leurs vues, j’estime en effet que le message néotestamentaire s’exprime non pas dans l’un ou l’autre des termes de la relation — Jésus prépascal/Eglise interprétante —, mais dans cette relation même. Ni alternative ni choix, mais un lien à maintenir fermement entre les interprétations et « ce sans quoi il n’y aurait pas d’interprétation ». Certes, la recherche du Jésus prépascal demeure nécessaire, mais la vérité du message n’est pas livrée dans les événements passés, même pas si on leur surajoute une application psychologique, voire existentiale, de type bultmannien. A mes yeux, la vérité du message réside dans la circularité entre interprétations et événements1.

7Ce dernier principe précise le cheminement des deux exposés qui vont suivre. Dans le premier, je cherche quelle fut la compréhension primitive de la mort du Christ, autrement dit, quelles sont les interprétations archaïques de l’événement. Dans le second exposé, je tenterai de préciser comment Jésus a compris sa propre mort, autrement dit l’événement. Il n’est pas inutile de remarquer que les deux exposés constituent un ensemble, de sorte que l’un ne va pas sans l’autre et qu’on aurait mauvaise grâce à tirer des conclusions à la suite du premier. Le faire serait méconnaître le présupposé qui anime mon discours.

  • 2 Citons deux excellentes études : J. ROLOFF, Anfänge der soteriologischen Deutung des Todes Jesu (M (...)

8Une dernière remarque. Ces chapitres proviennent de conférences au cours desquelles il n’était pas possible de fournir la justification technique des propositions avancées ; le lecteur pourra la trouver en d’autres publications2.

Notes

1 Je me permets de renvoyer à deux de mes contributions sur le sujet : Der Exeget im Dialog mit dem Ereignis Jesus Christus, dans Biblische Zeitschrift 10 (1966), p. 1-15, et L'exégète et l'événement historique, dans Recherches de Science Religieuse 58 (1970), p. 551-560.

2 Citons deux excellentes études : J. ROLOFF, Anfänge der soteriologischen Deutung des Todes Jesu (Mk X. 45 und Lk. XXII.28), dans New Testament Studies 19 (1972-73), p. 38-64. — H. SCHÜRMANN, Jesu ureigner Tod, Herder, Fribourg-en-B., 1975. Voir aussi X. LÉON-DUFOUR, Jésus devant sa mort à la lumière des textes de l'Institution eucharistique et des discours d’adieu, dans Jésus aux origines de la christologie (éd. J. Dupont), Bib. Eph. Theol. Lovanienses no XL, Louvain 1975, p. 141-168.

Auteur

Professeur au Centre-Sèvres de Paris

© Presses de l’Université Saint-Louis, 1984

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search