Version classiqueVersion mobile

Savoir, faire, espérer : Les limites de la raison

 | 
Henri Van Camp

I. Philosophie

L’abîme

Jean Ladrière

Texte intégral

1Par une coïncidence qui tient aux conditions mêmes du développement de la problématique de la raison, trois entreprises spéculatives, très différentes cependant dans leurs inspirations respectives, ont tenté, dans les années du début de ce siècle, de mener à bien un programme de reconstruction inspiré essentiellement par l’idée de fondation : la métamathématique, l’atomisme logique et la phénoménologie. En proposant l’élaboration d’une « métamathématique » et en apportant lui-même la contribution la plus décisive à l’édification de cette discipline, Hilbert était conduit par la préoccupation de donner enfin aux mathématiques une base solide et en particulier de justifier les constructions les plus audacieuses de la théorie des ensembles, faisant intervenir l’infini actuel, en ne s’appuyant que sur des opérations parfaitement contrôlables, dont le bien-fondé devait apparaître avec évidence à la seule monstration de leur effectuabilité. Parti également du souci de clarifier les bases des mathématiques, et de les mettre à l’abri des contradictions, Russell, de son côté, reprenant et prolongeant les vues de Frege, montrait, en collaboration avec Whitehead, comment on peut réduire progressivement les concepts les plus complexes des mathématiques à des notions relativement simples, de caractère purement logique. Le mécanisme de la réduction logiciste fournit très naturellement, avec l’idée de l’analyse, le modèle d’une entreprise philosophique plus vaste, concernant toute forme de langage (et donc, conformément au postulat méthodologique de la philosophie linguistique, toute forme de problématique douée de sens), et visant à une clarification intégrale de la pensée. La méthode de l’analyse consiste à substituer à une expression relativement opaque une expression équivalente dont le sens est parfaitement transparent.

2Mais la condition pour qu’une expression ait ce privilège, c’est qu’elle ne fasse intervenir que des éléments simples, directement accessibles dans une évidence donatrice irréductible, et des structures de nature logique, dont le mode de fonctionnement est entièrement connu. On pourrait rapprocher de l’atomisme logique le programme réductionniste de Carnap, tel qu’il s’est exprimé dans son célèbre ouvrage, Die logische Aufbau der Welt. En un sens, en effet, ce programme représente une radicalisation du point de vue analytique. Il prétend montrer qu’il est possible de construire un langage intersubjectif, adéquat pour la pratique scientifique, à partir d’expériences élémentaires subjectives, qui ne sont que des fragments prélevés dans le flux de la vie sensorielle. L’idée de construction est solidaire de celle de réduction. Les opérations qui permettent d’aller des « données de base » vers les concepts les plus abstraits de la science, effectuées en sens inverse, permettent de ramener ceux-ci à leur noyau expérientiel. La phénoménologie, de son côté, partie également du problème posé par les idéalités formelles, leur statut, leur justification et leur genèse, en arrive très rapidement à se proposer la tâche gigantesque d’une reconstruction de l’expérience, envisagée dans toutes ses variétés. Cette reconstruction s’effectue en deux étapes essentielles : il s’agit d’abord de revenir à l’instance égologique en laquelle s’origine véritablement l’expérience, et ensuite de montrer à l’œuvre les opérations constituantes par lesquelles, en se déployant lui-même dans les articulations de sa vie transcendantale, l’Ego fait advenir, en l’espace de sa rencontre avec le monde, une genèse incessante de sens, qui est la réalité même de l’expérience.

3Ces trois entreprises poursuivent, certes, des objectifs qui sont loin de se recouvrir. La fonction de la métamathématique est de fournir une justification au discours de l’infini, celle de l’analyse de construire un langage absolument clair, et celle de la phénoménologie de reconstituer le mouvement même de l’auto-constitution de l’expérience. Mais dans les trois cas, la démarche consiste à découvrir une région privilégiée, portant en elle-même les garanties de sa propre validité, et à montrer comment on peut ramener, par des opérations appropriées (celles de la théorie de la démonstration, ou de la logique, ou de l’analyse intentionnelle), les parties relativement obscures du discours de l’expérience à la clarté sans défaut de cette région. Celle-ci joue donc, à l’égard de tout ce qui demande justification ou élucidation, le rôle d’un fondement, c’est-à-dire d’une instance capable de se tenir par elle-même dans l’évidence d’une auto-donation soustraite à toute contestation et capable en même temps de servir de support à tout ce qui ne se donne que de façon dérivée (et représente, par rapport à l’instance fondatrice, une sorte de « construit »).

4C’est du reste ce même schème du retour au fondement que nous retrouvons dans les investigations caractéristiques des formes les plus avancées de la pensée scientifique. On pourrait en discerner trois modalités principales, s’ordonnant autour de trois problématiques spécifiques celle de l’opération, celle de la vérité et celle de la constitution. La problématique de l’opération, explorée par la logique combinatoire, trouve sa motivation dans l’existence des paradoxes. La possibilité même des paradoxes tient aux propriétés de certaines constructions formelles. Au niveau de la formulation des paradoxes, ces constructions sont utilisées de façon en quelque sorte naïve. Il s’agit, si l’on veut comprendre la nature profonde du paradoxe, de mettre en évidence thématiquement les propriétés de ces constructions. Comme Curry l’a montré, celles-ci sont de caractère combinatoire. Il apparaît ainsi, de façon tout à fait générale, que les opérations pratiquées par les sciences formelles dans la naïveté de leur fonctionnement spontané trouvent le fondement de leur possibilité dans des propriétés combinatoires, qui sont elles-mêmes représentables sous forme d’opérations ; mais il s’agit là d’opérations d’un niveau plus profond, qui constituent comme l’armature implicite des opérations directement apparentes (au niveau du discours formel classique). Dans cette ligne se dessine le projet d’une thématisation intégrale de ce qui pourrait constituer le ressort ultime de toute la pensée opératoire et, par là, de tout le domaine du formel.

5La problématique de la vérité se développe dans le cadre de l’épistémologie scientifique. Etant donné que la science ne peut visiblement progresser que grâce à tout un appareil théorique, qui lui permet d’anticiper l’expérience et ainsi d’imaginer à l’avance les interventions qui ont des chances d’apporter des informations nouvelles, la question du statut des propositions théoriques, en particulier de leurs conditions de sens et de vérité, prend une importance cruciale. La question du sens peut être traitée dans le cadre d’une sémantique qui s’appuie essentiellement sur la notion de modèle : c’est en définitive une construction abstraite qui fournit la clef de l’interprétation des propositions théoriques. Mais si l’on prétend instituer un discours de portée empirique, il faut bien traiter la question de la vérité sous la forme d’une doctrine de la correspondance entre discours théorique et expérience et il s’agit alors de rendre compte de cette correspondance. L’idée qui a été proposée, c’est qu’elle ne peut jamais être assurée que de façon indirecte, et dès lors aussi partielle et provisoire, grâce à une comparaison entre certaines propositions déductibles des propositions théoriques à éprouver et des propositions empiriques reconnues préalablement comme vraies. Mais pour que le processus proposé soit efficace, il faut, semble-t-il, ou bien que ces dernières propositions puissent être reconnues comme vraies au moyen de critères directs ou bien que leur valeur de vérité puisse être elle-même ramenée à celle d’autres propositions, qui, elles, auraient ce privilège. On voit ainsi se dessiner la problématique d’une « réduction » de la vérité des propositions scientifiques en général (non strictement formelles) à celle de certaines « propositions de base », qui posséderaient en elles-mêmes les garanties certaines de leur vérité.

6La problématique de la constitution appartient au domaine des sciences de la nature. L’univers est peuplé de systèmes qui forment des unités relativement isolables. Deux types de problèmes se posent à propos de ces systèmes : il s’agit d’une part de connaître leurs lois de fonctionnement, et d’autre part d’élucider les principes de leur architecture. Or ces principes sont de deux ordres : celui des structures et celui des constituants. Une structure n’est en somme qu’une loi de configuration, et comme telle elle ne constitue que l’esquisse abstraite d’un montage complexe qui n’a sa réalité concrète que dans ses constituants et les interactions par lesquelles ceux-ci se rendent solidaires les uns des autres de façon à constituer précisément un système. Les constituants à leur tour forment, en général, des systèmes qui sont susceptibles d’être analysés selon le même schéma. On est donc amené à repérer une série de niveaux d’organisation, hiérarchisés selon leur ordre de complexité, caractérisés chacun par des lois propres de fonctionnement et des principes propres de structuration. Mais la question se pose alors de savoir s’il y a finalement des constituants ultimes, appartenant à un niveau qui serait véritablement le substrat fondamental de l’architecture cosmique, et s’il est possible de l’atteindre, tant au plan des représentations théoriques qu’au plan de l’expérience.

7Or les tentatives mêmes qui ont été menées selon les différentes directions qui viennent d’être évoquées ont conduit à un même résultat : la mise en question de l’idée de fondement. Le projet hilbertien de fondation des mathématiques s’est heurté aux limitations des systèmes formels, qui ont fait voir que les démonstrations de non-contradiction (qui constituaient l’essentiel du programme de Hilbert) ne peuvent avoir, en général, qu’une portée relative, et que, plus largement, l’idée d’un domaine fondateur privilégié s’avère intenable (à la fois parce qu’il n’y a pas moyen de tout « réduire » à un tel domaine et parce qu’il n’est pas possible de repérer une région qui aurait de quoi se fonder elle-même en un sens absolu). L’atomisme logique n’a pas tardé à être battu en brèche par certains mêmes de ceux qui s’en étaient inspirés, et en particulier par Wittgenstein (qui avait adopté, dans le Tractatus, une position analogue, au moins selon la forme, à celle de Russell, bien que fort différente par le contenu, puisqu’elle consistait à postuler l’existence de « faits atomiques », indécomposables, et d’objets ultimes, mais sans leur donner le statut empirique des « simples ultimes » dont avait parlé Russell). L’idée d’une déconstruction aboutissant à des éléments ultimes a été abandonnée au profit d’une conception toute relativiste de la clarification, faisant appel à une sorte de grammaire des contextes ; il n’y a pas d’analyse terminale d’un contexte. (On peut évoquer aussi, dans la même ligne, les critiques adressées à la tentative de Carnap et les vues totalement sceptiques de Quine sur la possibilité d’appuyer la science sur des éléments qui auraient le statut d’une instance ultime.) Quant à la phénoménologie, elle a été réinterprétée par certains de ses représentants les plus éminents dans un sens profondément différent d’une réduction complète de l’expérience à une vie transcendantale fondatrice. C’est l’idée de « monde vécu » qui devient le fil conducteur de la réflexion, mais la tâche — d’ailleurs indéfinie — d’une explicitation du vécu n’est plus, à proprement parler, une tâche de fondation : elle vise à rendre apparent ce qui opère tacitement dans les différentes modalités de l’expérience, non à découvrir l’instance centrale et indubitable dont elle ne serait en un sens que le produit. Et dans la méditation heideggerienne, l’idée même de subjectivité (encore présente d’une certaine manière dans une phénoménologie du vécu) se trouve radicalement mise en cause comme forme moderne de la métaphysique et dès lors comme péripétie tardive d’un destin en lequel n’a cessé de se répéter, dans la philosophie occidentale, l’oubli de l’être, survenu déjà dans la pensée grecque classique. Or la subjectivité est la figure que prend le fondement lorsque la pensée, s’enfonçant dans l’obscurité de l’oubli, commence à s’interpréter comme présence à soi, comme conscience, et comme source de toute présence et de toute vérité. Mais c’est déjà dans l’idée classique de « l’hypokeimenon », qui est au cœur de la notion de substance, que s’exprime l’essence de la métaphysique, comme interrogation sur l’être de l’étant. La substance est précisément l’étant qui a l’être par soi, et si elle est par soi — et non dans un autre — c’est précisément en tant qu’elle est sujet. La subjectivité représente donc cette puissance obscure (en tant qu’elle n’est pas l’essence et n’a donc pas la détermination intelligible de celle-ci) qui ancre en quelque sorte l’étant dans la concrétude de son être, mais qui par le fait même aussi rive l’être lui-même aux conditions de détermination de l’eccéité qui appartiennent à la possibilité de la substance et l’enferme pour ainsi dire dans la finitude des singularités déterminées en lesquelles se résout finalement la réalité tout entière.

8Chose remarquable, cet ébranlement proprement spéculatif de l’idée de fondement trouve sa contrepartie dans le champ scientifique. Les développements de la logique combinatoire ont fait découvrir que le champ opératoire qu’elle met à jour n’est pas lui-même indemne de toute possibilité de contradiction, qu’il devient donc nécessaire de scruter la nature des opérations sous-jacentes qui sont implicitement mises en œuvre dans ses propres constructions. Mais ceci fait entrevoir qu’il est sans doute vain de supposer qu’il y a un niveau opératoire ultime, qui serait capable de faire, par ses seules ressources, la clarté complète sur ses propres conditions de fonctionnement. Suivant la nature du problème que nous traitons, nous nous plaçons en fait à tel ou tel niveau opératoire, mais ce niveau renvoie toujours à des niveaux plus profonds, sans qu’il soit possible d’assigner un terme à la régression dont la possibilité s’amorce ainsi, à tout le moins en principe.

9D’un autre côté, la discussion qui s’est poursuivie dans le cadre de l’épistémologie scientifique sur le statut des « propositions de base » a bientôt conduit à des vues relativistes et pragmatistes : en fait, il n’y a pas de critères qui puissent nous faire reconnaître une proposition comme support ultime de vérité ; ce n’est qu’en raison de certaines conventions, justifiées elles-mêmes par des considérations d’ordre pragmatique, et reflétant en somme l’historicité de la démarche, que nous acceptons d’accorder, à un moment donné, le statut de « propositions de base » à telles et telles propositions, reconnues à ce moment, en fonction des critères et des moyens d’investigation disponibles, comme suffisamment bien établies. Le développement de cette problématique a finalement conduit, de façon beaucoup plus radicale, à un abandon du critère (non pourtant de la notion elle-même) de vérité-correspondance au profit d’un critère cohérentiste de vérité, selon lequel on accepte de considérer comme vraies à un moment donné, dans le cadre d’un secteur scientifique donné, les propositions faisant partie de l’ensemble propositionnel qui représente l’information maximale, non contradictoire, que l’on peut extraire de l’ensemble, éventuellement contradictoire, de propositions qui, à des titres quelconques (théoriques ou expérimentaux), se présentent à ce moment, dans le secteur en question, comme candidates à la vérité. Cette conception, développée par Nicolas Rescher, aboutit évidemment à donner au statut de vérité des propositions scientifiques un caractère extrêmement relatif et largement dépendant de critères pragmatiques. (En fait, le corps de propositions reconnues comme « vraies » dépend à la fois de l’ensemble de départ, qui peut varier selon les circonstances et les aléas de la recherche, et des critères utilisés pour isoler, dans cet ensemble, les propositions finalement acceptées comme « vraies », critères qui font intervenir, au moins pour une part, des considérations d’ordre pragmatique.)

10Enfin, toute l’histoire de la physique contemporaine est là pour montrer que l’idée d’une résolution ultime de toutes les entités complexes en entités vraiment « élémentaires » est très probablement tout à fait illusoire. A un moment donné, on a pu croire que les architectures atomiques pouvaient finalement s’expliquer en termes de deux espèces de particules fondamentales, les électrons et les protons. Mais l’expérience ne devait pas tarder à montrer qu’il existe une très grande variété de « particules élémentaires » et surtout qu’elles ne peuvent probablement pas être considérées comme des constituants ultimes. (Les deux aspects sont liés : une des raisons pour lesquelles on pense que les « particules élémentaires » ne sont sans doute elles-mêmes que des « états » d’autres entités plus fondamentales, est précisément leur multiplicité et l’apparente facticité dont elles sont affectées : il paraît non vraisemblable qu’une telle variété d’entités dont les propriétés ont des valeurs numériques qui s’imposent comme de simples « données », ne puisse être réduite à des constituants plus élémentaires, éventuellement même à une seule espèce d’entité, à partir de laquelle il serait possible d’expliquer et cette multiplicité et les valeurs numériques observées.) Par ailleurs, des considérations théoriques liées au problème de l’interprétation de la mécanique quantique ont amené certains physiciens à faire l’hypothèse d’un milieu « subquantique », inobservable jusqu’à présent, qui serait le siège d’interactions dont les phénomènes du niveau quantique (correspondant précisément à ce qu’on peut observer dans la physique des particules élémentaires) ne représenterait en quelque sorte que l’effet intégré (un peu comme, en mécanique statistique, certaines propriétés observables, comme la température, sont interprétées comme l’effet global d’interactions entre constituants élémentaires non strictement observables, par exemple de chocs mécaniques entre molécules).

11Ainsi la logique fonctionne sur des bases mal assurées : nous savons comment éviter les contradictions là où elles se présentent, mais nous ne réussissons pas à rejoindre un niveau opératoire ultime sur la base duquel tout pourrait être assuré de façon certaine et définitive. La science empirique se montre efficace et inventive ; elle est capable de faire face avec un succès sans cesse confirmé aux défis qu’elle se propose à elle-même et de s’adapter aux situations les plus inattendues. Et pourtant aucune de ses propositions ne peut être considérée comme établie fermement, nulle part on ne trouve une garantie ultime de ce qui est avancé. Le corps des propositions scientifiques est comme une vaste construction qui, à certains moments, se transforme comme de l’intérieur, de fond en comble, mais qui paraît ne reposer que sur sa propre force de cohésion. L’empiricité elle-même n’est plus le lieu d’une donation indubitable, mais seulement comme une surface de contact entre un système conceptuel toujours marqué de précarité et un champ d’interactions qui ne s’organise lui-même qu’en fonction de ce système. Les architectures naturelles sont incontestablement douées de stabilité. Mais à regarder les choses de plus près, on s’aperçoit qu’un système ne maintient sa configuration qu’au prix d’interactions continuelles avec d’autres systèmes. Les figures visibles (ou indirectement repérables à travers des dispositifs observationnels appropriés) ne sont que la trace, au niveau de la perception (ou des effets indirects à travers lesquels elles se manifestent), d’échanges incessants d’énergie et d’information. Mais les substrats « matériels » de l’échange paraissent s’évanouir. On assiste à un jeu qui paraît admirablement réglé, dont toutes les phases peuvent être enregistrées avec précision, mais dont les partenaires, en définitive, restent introuvables. Ces situations n’ont pas encore, par elles-mêmes, de façon directe, une signification spéculative, mais elles fournissent des indications qui vont plus loin que la seule mise en cause de l’idée de fondement : elles montrent en quelque sorte de façon quasi tangible comment s’effectue le retrait du fondement. Alors que les critiques d’ordre spéculatif se bornent à faire valoir le caractère illusoire d’une certaine entreprise conceptuelle, certaines péripéties de la démarche scientifique font voir, dans la réalité exercée de certains fonctionnements, comment est possible la production effective d’une consistance opératoire, épistémique ou même physique, sans qu’aucun véritable support ne lui soit assignable. Il faut tenter de prolonger ces indications dans le sens d’une réinterprétation de la problématique à laquelle l’idée de fondement était censée apporter une solution.

12Mais il faut pour cela reprendre d’abord contact avec cette problématique elle-même et ses motivations. On pourra prendre comme fil conducteur l’analyse en termes d’attribution, elle-même sans doute commandée par la dualité, inscrite dans la structure même du langage, entre la référence et la prédication. Le langage nous permet de nous rapporter au monde de deux façons : soit en y repérant des fragments concrets que nous pouvons désigner ou auxquels nous pouvons à tout le moins renvoyer indirectement (par exemple au moyen d’une description ou d’un nom), soit en y prélevant certains aspects, qui sont comme des perspectives sous lesquelles ces fragments concrets peuvent être saisis. Mais cette dualité linguistique doit être réduite : il faut que l’on puisse en quelque sorte restituer aux unités isolables les aspects généraux sous lesquels on les appréhende et qui n’ont pas de réalité par eux-mêmes. C’est la fonction de la proposition, unité discursive en laquelle s’articulent une fonction de référence, le renvoi aux entités concrètes, et une fonction de prédication, l’attribution à celles-ci de propriétés préalablement mises à part. Or à cette dualité de fonctions correspond une remarquable dualité de statuts : alors que les entités auxquelles il est fait référence tiennent en quelque sorte par elles-mêmes, les propriétés mises en jeu dans la prédication sont flottantes, elles n’ont d’existence que dans les entités qu’elles affectent et appellent, par leur nature même, la synthèse attributive qui les restitue à leur ancrage réel. Ainsi se dessine, sur le modèle de la structure propositionnelle, une distinction décisive entre support et attribut. Et le caractère spécifique du support, c’est l’autarcie : il est par lui-même, alors que l’attribut n’est que grâce à lui, ne devient réel que dans son inhérence au support. Certes, il peut se faire que, à l’analyse, l’autarcie du support s’avère illusoire. C’est ce qui se passe lorsque, par un artifice de langage, une propriété se trouve substantifiée, et devient sujet d’une attribution du second ordre. Une fois reconnue dans son statut de propriété, elle perd son apparente autarcie et soulève inévitablement la question de son ancrage possible dans quelque réalité autonome. La situation peut éventuellement se reproduire, car il apparaît que les propriétés sont hiérarchisées et que toute propriété peut jouer le rôle de support à l’égard de propriétés d’ordre supérieur. Mais en définitive, il faut bien en venir, si l’on veut rejoindre la réalité, à ce qui tient par soi, au concret, à ce qui est susceptible d’exercer sans réserve et sans illusion la fonction de support. Ainsi l’analyse des conditions de l’attribution conduit, par une opération régressive, à la postulation d’un terme ultime d’ancrage, terme qui n’est plus précisément que support, qui ne partage plus en rien le statut de la propriété.

13Mais ce modèle logico-linguistique suggère une ontologie, dont la notion de substance, déjà rappelée ci-dessus, est la clef. A la distinction du sujet et de l’attribut, corrélative elle-même de la dualité des fonctions de référence et de prédication, on fera correspondre une distinction entre ces éléments de réalité qui tiennent par eux-mêmes et sont dès lors réellement isolables et ceux qui ne sont que des modalités des premiers et ne peuvent en être séparés que par la pensée. Ce à quoi renvoient les actes de référence, ce sont précisément les éléments du premier genre, alors que les aspects auxquels renvoient les actes de prédication sont les éléments du deuxième genre. La substance est l’entité qui est réelle par elle-même, à titre premier et irréductible, et qui, à ce titre, est capable d’offrir comme un lieu d’ancrage aux déterminations qui, elles, n’ont part à l’être que de façon dérivée et par la médiation de la substance. Si elle peut être sujet (au sens ontologique), c’est en tant qu’elle est par soi, et à ce titre pleinement concrète. C’est bien l’autonomie ontologique qui est sa caractéristique distinctive. Or l’autonomie ne peut appartenir qu’à ce qui est véritablement premier dans son ordre, à ce qui fonde une souveraineté. Et ce qui est premier est à la fois ce qui se donne en priorité et ce qui ne se découvre qu’au terme. La substance s’impose en toute rencontre avec le monde comme ce qui s’affirme sans réserve, dans une sorte d’insistance absolue : dans la plus fugitive apparition elle est déjà présente. Mais d’autre part elle ne se laisse reconnaître comme telle, dans son pouvoir d’auto-attestation, qu’au prix d’un cheminement spéculatif, qui peut prendre la forme soit d’une analyse, soit d’une synthèse. L’analyse est régressive : elle va de détermination en détermination, jusqu’au moment où elle rencontre un sujet dernier d’attribution, qui la renvoie à un support premier, roc inébranlable sur lequel se brise la force dissociatrice de l’analyse, mais en lequel, en même temps, celle-ci trouve son achèvement, La synthèse est progressive : s’appuyant sur ce qui se manifeste, et tentant de faire droit à tout ce que présuppose et implique le mouvement de la manifestation, elle s’élève de figure en figure jusqu’au moment où elle se trouve en présence de la réalité inconditionnée, enveloppant en elle-même toutes les figures et s’accomplissant parfaitement elle-même, dans un jaillissement incessant en lequel se recueille la perpétuelle nouveauté de son essence. Elle découvre alors que c’est en la substance que réside le secret de la manifestation, que tout ce qui se donne pour réel n’est qu’un moment dans son auto-affirmation et que c’est en définitive par la vertu de son propre déploiement que tout ce qui se montre, et jusqu’aux nuances les plus fugitives de l’expérience, peut avoir part à la plénitude et à la vérité de l’être.

14Il y a donc ce qui ne tient que de soi-même la loi de son inscription dans l’être et d’autre part ce qui ne possède que la consistance éphémère que peut lui donner une opération de l’esprit ; il y a ce qui ne renvoie plus à autre chose et ce qui, par sa façon même de se présenter, indique vers ce qui doit lui servir de soutien et médiatiser son rapport à l’être ; il y a l’irréductible, qui est aussi le concret au sens achevé, et ce qui par soi-même est appel à une réduction. D’un côté ce qui fonde, de l’autre ce qui est fondé. Distinction elle-même fondamentale, première et irréductible, puisque le fondant ne peut être tel que s’il ne demande plus à être lui-même fondé et que le fondé n’est tel que dans la mesure où il ne peut être véritablement fondant (mais seulement de façon relative et impropre, en tant qu’il peut être lui-même le médium du rapport au fondement pour un autre fondé). Entre les deux termes, la dichotomie est donc totale : elle indique un partage indépassable dans la distribution de l’être, et commande toute catégorisation ultérieure. Le privilège du fondement, qui le met à part de tout le reste, c’est donc ce qui fait de lui une instance ultime. Ce qui est au terme de l’analyse ou de la synthèse, dans l’ordre de la démarche spéculative, est aussi ce qui est au terme dans l’ordre de la constitution du réel. L’ultime se retranche dans sa suffisance et dans l’inconditionnalité de son auto-position ; dans son rapport même à ce qu’il fonde, il s’en sépare et s’affirme dans la discontinuité même de cette relation originaire, et incomparable à toute autre, où à la totale autonomie d’un terme répond la totale hétéronomie de l’autre.

15Ce qui est ébranlé dans l’idée de fondation, c’est précisément cette irréductibilité et cette autarcie du fondement. La réduction reste praticable. Tout domaine opératoire peut toujours être interrogé quant à ses substructures, toute proposition provisoirement acceptée comme garante d’une autre peut à son tour être rapportée à d’autres soutiens, tout niveau d’organisation peut être expliqué à partir d’un niveau plus fondamental. Mais ce qui paraît profondément, et peut être définitivement compromis, c’est la possibilité d’une régression qui s’arrêterait quelque part. Si l’on peut encore parler d’une relation de fondant à fondé — en un sens qui serait d’ailleurs à préciser dans chaque cas — c’est d’une manière désormais tout à fait relative. Ce qui sert de fondement à un moment donné ne constitue qu’une zone d’arrêt toute provisoire dans un processus qui est appelé à se poursuivre : ce sont seulement les circonstances contingentes de la recherche, les limitations provisoires des moyens d’investigation, opératoires, conceptuels ou expérimentaux, qui donnent provisoirement à tel niveau d’analyse le statut d’un niveau fondamental. Il n’y a donc plus de différence d’essence entre le fondant (qui ne l’est jamais qu’improprement) et le fondé ; il n’y a plus de discontinuité véritable dans les statuts. Mais cela signifie que cette sorte de solidité inébranlable, cette consistance sans faille qui était attribuée au fondement et qu’il transmettait à tout ce qu’il fondait, commence maintenant à faire défaut. Une proposition apparemment bien soutenue ne peut être considérée que comme un moment de fixation dans une sorte de dérive qui renvoie toujours plus loin la charge de la preuve qui devrait être décisive. Et une entité physique ne peut être envisagée que comme une sorte de concrétisation, de consolidation locale dans un processus organisateur toujours à l’œuvre, qui élève structure sur structure sans qu’on puisse discerner sur quoi il s’appuie en définitive, ni à quoi il doit ultimement aboutir. Si toute unité systémique peut être réduite à des composantes en un sens plus élémentaires, elle peut être aussi intégrée elle-même à titre de composante dans des unités plus complexes. A la réductibilité répond l’intégrabilité. Mais ni d’un côté ni de l’autre on ne rencontre de clôture de principe. De part et d’autre s’ouvre donc une infinité. Vers l’arrière, du côté de la réduction, on rencontre les conditions nécessaires, ce qui est présupposé, ce qui donc, à ce titre, peut être regardé comme « fondant ». Vers l’avant, du côté de l’intégration, on se trouve devant des conditions de possibilité : l’existence d’un système rend possible (quoique pas toujours nécessaire) l’émergence d’un système plus complexe dans lequel il pourrait être appelé à figurer à titre de composante. De part et d’autre, la chaîne des conditionnements peut se poursuivre sans qu’apparaisse à un moment donné un maillon ultime, qui serait un terme fondateur absolu, soit au sens d’un élément premier soit au sens d’une totalité intégratrice.

16Il y a donc, en chaque niveau, la possibilité, chaque fois concrète, de passer soit à un niveau plus élémentaire soit à un niveau plus intégrant. Mais à ce genre de possibilité s’en superpose une autre : c’est la possibilité de l’itération indéfinie du processus. Il s’agit là d’une possibilité générale, qui vaut pour tous les niveaux et qui marque la mise à l’écart de toute position terminale. Alors que toute possibilité du premier genre relie du déterminé à du déterminé, et ne nous fait donc pas sortir de la détermination, cette possibilité du deuxième genre nous place d’emblée en dehors du déterminable. Elle affecte pour ainsi dire toute détermination particulière d’un coefficient irréductible de non-détermination, en l’inscrivant dans l’horizon d’une non-terminaison de principe. Elle signifie l’incapacité de toute détermination à être déterminante en un sens ultime, à enfermer en elle toute la force d’un principe radicalement déterminant. Cette impuissance à déterminer absolument qui caractérise ainsi toute instance repérable, à quelque niveau que ce soit, suggère un mode d’existence qui est aux antipodes de celui de la substance. Alors que la substance est sujet en un sens fort, support et lieu d’enracinement de toutes les propriétés, une configuration stabilisée n’est qu’une concrétion fugace, qui ne tient elle-même que par les opérations toujours renouvelées dont elle n’est que la trace, et qui n’est support qu’à titre très impropre, en tant qu’elle participe elle-même aux opérations éventuelles qui suscitent, à un niveau supérieur, d’autres configurations. Alors que la substance est en elle-même détermination achevée, principe de son propre déploiement, ne puisant qu’en elle-même l’énergie par laquelle elle se pose, une configuration stabilisée n’est qu’un effort vers la détermination, toujours seulement inchoatif, toujours compromis par le principe d’inachèvement qui empêche tout acte de détermination de se poser absolument. Alors que la substance est une entité concrète, et représente même, en tant que principe de sustentation, ce par quoi l’être échappe à l’évanescence du pur intelligible, une configuration stabilisée n’est jamais qu’une forme en voie de concrétion, à mi-chemin en quelque sorte entre le statut franchement abstrait d’une structure pure et ce que serait la pleine consistance d’un élément vraiment irréductible. Alors que la substance est autarcique et se pose comme de plein droit dans l’être entièrement à partir d’elle-même, une configuration stabilisée renvoie toujours à autre chose, n’est jamais que le moment intermédiaire d’un processus qui la traverse et ne vaut lui-même que comme processus toujours en voie de conjurer son propre arrêt, qui serait inévitablement l’effondrement de toutes les configurations.

17L’être, alors, n’est plus, de façon primordiale, ce qui se pose autarciquement comme puissance fondatrice ultime, mais ce qui sans cesse advient sans pourtant que cet advenir puisse être rattaché à l’opération d’une origine (qui serait du reste en même temps un principe finalisant). Ce qui se donne à voir, ce sont des figures qui passent, qui n’ont de consistance que dans ce passage même, qui n’ont de fonction que de donner forme au mouvement du passage. Leur consistance n’est donc que celle d’une trace : là où elles apparaissent, elles signalent non pas la présence de ce qui demeure fermement auprès de soi, dans l’insistance d’une existence solidement ancrée, mais l’occurrence, toujours déjà accomplie et cependant toujours encore en voie d’accomplissement, d’une opération productrice qui est comme la conjuration permanente de sa propre improbabilité. Toute instance devient événement. Il faut une stabilisation au moins relative, la formation d’une figure, son inscription dans une durée, pour qu’il puisse être question de réalité, que quelque chose se donne à voir, ou donne lieu à des interactions, ou fasse valoir quelque exigence, pour qu’il y ait place pour une instance de figuration, ou d’opération, ou de manifestation. Mais la figure n’est que la transition qui la fait venir dans la visibilité, non le résultat achevé d’une action constituante, le stable n’est que le mouvement de la stabilisation, le compromis toujours incertain entre des forces organisatrices qui devraient pouvoir assurer l’arrêt de leur propres opérations dans une configuration établie durablement, et les facteurs de perturbation qui tendent perpétuellement à déstabiliser ce qui est en voie de se configurer. L’événement de la survenance des figures dans le statut toujours ambigu de leur stabilisation relative est aussi, en tant qu’il fait advenir des possibilités nouvelles, une complexité plus haute, des capacités intégratrices plus fortes, et les conditions de sa propre relance, émergence, c’est-à-dire transition qualitative, révélation de modalités d’être non contenues dans les conditions antécédentes, production au sens fort de déterminations nouvelles. Mais puisque la détermination n’est jamais pleinement efficace, puisqu’il y a toujours en elle comme une réserve qui annonce l’impossibilité de tout achèvement, l’émergence n’est elle-même que la manifestation locale de cet inachèvement essentiel : si, par un côté, elle pose une détermination originale, par un autre, elle ôte aux déterminations déjà posées, et à la détermination même qu’elle pose, ce qui pourrait leur prêter la plénitude d’un contour résolument fermé sur la figure qu’il enclôt, et les inscrit dans l’horizon non figurable qui brouille à l’avance tous les contours et affecte l’être d’un statut définitivement lacunaire, incertain et fragile.

18Si la caractéristique essentielle de la substance est d’être autarcique, et à ce titre d’être support de ses déterminations en étant à elle-même son propre support, la caractéristique essentielle de l’être qui est passage, trace et événement de sa propre émergence, c’est d’être toujours advenant, et dès lors de ne pouvoir être un vrai support, ni pour ses déterminations (toujours incomplètes) ni pour lui-même. L’être affecte la substance en lui donnant précisément d’être absolument fondatrice. Il lui appartient comme cette puissance même en vertu de laquelle elle peut se poser dans sa séparation et sa souveraineté, comme ce qui lui donne son ultimité et en fait un vrai fondement. Il est lui-même en elle la force fondatrice à laquelle toutes les déterminations sont rattachées, en laquelle elles puisent ce qui leur confère leur réalité et leur efficacité. Pensé dans la ligne de la substance, l’être est appui, demeure, protection, instance toujours accueillante de recours, abri sûr, absolument assuré et absolument rassurant, contre toute menace possible de désagrégation, contre toute contamination possible par les non-figures du néant, contre toute dispersion possible dans l’illimité, dans la disparition des contours, des mesures et des systèmes de référence. Le fondement est solidaire de la détermination : en tant qu’il est fondateur, l’être est la garantie inaliénable de la détermination, l’assurance indéfectible de la validité sans réserve de l’essence. En tant qu’appui, il est aussi ce qui donne à la détermination d’être pleinement déterminante ; c’est en ce sens qu’il assure l’efficacité de la figuration et qu’il dispose ainsi des lieux sûrs où il est possible d’établir sa demeure. Il n’y a vraiment habitation que là où il y a à la fois la solidité de l’enracinement, la fermeté d’un sol qui ne se dérobera pas, et la stabilité d’une architecture découpant dans l’espace infini où n’importe quel point est équivalent à tout autre un espace clos, mesuré, accordé à la stature de l’homme, et intérieurement organisé selon les lois d’une harmonie reconnaissable, compréhensible, source de joie pour l’esprit comme pour la vision. En un tel lieu, la vie peut s’épanouir dans l’équilibre et la sécurité parce qu’elle y trouve un environnement familier et que, à travers lui, le monde tout entier devient accessible comme à partir d’un centre où tout a été donné, une fois pour toutes, où tout ne cesse, à tout instant, de se recueillir, où tout est pour toujours, mis en sûreté.

19L’advenant est sans appui. Il s’élève à partir d’un lieu inassignable, dans l’absence de tout fondement, et les déterminations qu’il revêt ne prennent jamais la consistance de figures fermement établies. L’image qui se présente ici à l’esprit, c’est celle d’un milieu indéfini, où rien ne peut arrêter le regard, où rien ne peut servir de point d’appui, et dans lequel surgissent des formations éphémères, figures incertaines qui paraissent sortir de la substance même de l’impalpable et sont bientôt réabsorbées en elle, pour faire place à d’autres figures tout aussi transitoires. Ainsi en serait-il d’un milieu transparent et sans frontières, comme l’espace céleste tel que nous pouvons le percevoir, dans lequel viendraient à se former à certains moments comme des condensations lumineuses où nous pourrions reconnaître des formes : un ciel où ne cesseraient de se faire et de se défaire des constellations toujours nouvelles. Ou peut-être pourrait-on penser au désert, qui n’est fait que de sa propre infinité et de sa propre instabilité, et dans lequel le vent ne cesse de dessiner un relief toujours changeant, de faire apparaître des collines de sable qu’il déforme continuellement et qui ne reposent que sur l’inconsistance d’un sol toujours mouvant. Il faut penser l’émergence de l’advenant non comme apparition d’une forme sur le fond d’un horizon dont elle se sépare et en face duquel elle affirme sa propre puissance de figuration, mais comme effet de concrétion survenant dans l’englobant lui-même, comme résultat de l’action sur soi du milieu indéfini à partir duquel a lieu l’événement de la production émergente. L’effet de concrétude qui signale la présence transiente d’une entité provisoirement stabilisée, ne doit pas être décrit comme descente d’une forme venant s’ancrer dans un réceptacle capable de la porter, mais comme effort du milieu même d’où émergent les déterminations (relatives) pour sortir de son indétermination et se donner une figuration qu’il ne peut jamais que récuser.

20La péripétie essentielle, par laquelle la réalité advient et se montre, la manifestation, devrait dès lors être elle-même conçue non comme entrée dans un champ de présence, apparition dans une forme qui s’autonomise sur le fond d’un horizon qui serait la possibilité même de cette auto-présentification insistante, mais comme l’inscription d’une trajectoire au sein d’un milieu non figuré qui n’est ni un fond ni un lieu mais un espace actif, une énergie diffuse, siège de potentialités invisibles, concentrant un instant son pouvoir sur une trace fugitive. La trajectoire n’est pas le chemin suivi par une entité localisable, porteuse de propriétés, qui se déplacerait dans une sorte de champ de forces. Elle est elle-même ce qui a lieu ; elle ne signale pas un passage, ne renvoie pas à un autre dont elle ne serait elle-même qu’une propriété, mais ne fait que s’indiquer elle-même comme passage. Elle n’est pas le résultat d’un acte d’inscription qui lui serait extérieur, mais elle est elle-même l’opération de sa propre inscription. Ce qui se concrétise en elle, ce n’est pas l’histoire, entre deux instants, d’un cheminement spatial, mais le champ de potentialités où elle s’inscrit et qui lui donne toute la réalité dont elle est faite. La trajectoire, n’étant que pur passage, non translation de tel lieu en tel lieu, n’a ni commencement ni terme assignables ; elle n’indique ni une origine ni une fin. Si elle porte en elle un héritage, c’est celui d’un passé indéfini, d’où elle vient en quelque sorte depuis toujours. Et si elle annonce un avenir, c’est celui d’un futur indéfiniment éloigné, auquel elle est comme déjà à l’avance accordée. Sa visibilité n’est pas celle d’une présence d’établissement, mais celle d’une présence toujours advenante et toujours vacillante. Plutôt que d’une présence d’ailleurs, il faudrait parler d’imminence. Quelque chose est toujours sur le point de se produire, mais le moment de la production est sans cesse différé. Et pourtant il n’y a pas là qu’une pure possibilité ; l’imminence est effective, elle est réellement une venue qui n’en finit pas de venir, comme un geste qui s’élève et ne se conclut jamais. Toujours menacée de ne pouvoir se maintenir dans cette tension d’une attente toujours renouvelée, elle ne retombe pourtant jamais dans le pur et simple effacement de ce qui n’a pas réussi à être. L’imminence est précisément un accomplissement toujours inaccompli, un envol toujours retardé, une chute toujours conjurée, cet instant perpétuellement suspendu, hésitant entre le retour vers la non-présence pure et simple et l’entrée décidée dans une présence franchement partagée.

21L’advenant n’est pas appuyé sur un support, mais il est comme suspendu dans la possibilité toujours actuelle d’une chute sans fin, qui est aussi la possibilité toujours actuelle d’une montée sans fin dans un jour interminable. Il faudrait dire cette condition de l’être sans appui, de l’être qui n’est pas support, cette forme de participation à l’être qui est sur le mode d’un advenir toujours tenu en suspens, toujours advenant, jamais advenu. L’image du fondement suggère ici d’elle-même la contre-image appropriée. La pensée du fondement s’appuie sur la métaphore des fondations qui permettent à l’édifice de s’ancrer solidement dans le sol. Là où le fondement fait défaut, le sol se dérobe et ce qui s’ouvre alors, c’est la possibilité d’une chute infinie dans l’incessant retrait de tout support. Là où il n’y a plus d’appui s’ouvre l’abîme, c’est-à-dire le gouffre sans fond qui s’enfonce dans le vertige d’une insondabilité sans limites. De même que l’être-support est constitué par son rapport à ce qui, en lui, est un fondement, ainsi l’être-advenant est constitué par son rapport à ce qui, en lui, est abîme. De même que le premier a part à l’être en tant que support et fait apparaître l’être en lui comme puissance de sustentation, ainsi le second a part à l’être en tant que tenu en suspens dans le passage de son émergence et fait apparaître l’être en lui comme abîme. Mais l’abîme n’est pas, pour l’être-advenant, appel vertigineux à un abandon qui serait une interminable perdition, il est au contraire ce milieu infini dans lequel et à partir duquel l’être-advenant se produit comme trajet et comme trace. Il est cette énergie qui vient d’une incalculable profondeur, d’un lieu inassignable, d’un lieu qui n’est aucun lieu, qui est seulement cette venue toujours advenante, et qui tient pour ainsi dire l’être-advenant au-dessus du vide qui se creuse sous lui, qui le tire sans cesse hors du vertige, conjure toujours à nouveau et toujours victorieusement sa chute, l’élève vers l’espace sans limites qui prolonge l’abîme vers l’infinité d’une ouverture sans bornes. Tenu au-dessus de l’abîme, qui est en lui-même sa propre possibilité, le champ de virtualités à partir duquel il se concrétise, l’être-advenant ne cesse de sortir de sa fascinante obscurité. Son émergence, c’est précisément cette montée hors de l’abîme, qui n’est cependant pas mise en lieu sûr sur quelque plate-forme où il retrouverait la protection d’un fondement, mais ce moment singulier, en lequel son existence se joue comme imminence, et qui reste toujours partagé entre la possibilité d’un engloutissement sans cesse conjuré et ce qui serait la définitive assomption dans un espace sans gravitation, où il n’y aurait plus que l’incandescence d’une indéclinable présence.

22A partir de ces brèves indications, suggérées par ce qui se passe en certaines avenues de la science, une méditation devrait s’instaurer sur la signification d’un tel statut de l’être et sur ses implications. C’est là sans doute, par rapport à l’effort de la pensée scientifique, la tâche d’une pensée spéculative. C’est en tout cas dans cette perspective que devrait être repensé le thème de la fondation. Car le retrait du fondement ne détruit pas entièrement la légitimité des entreprises fondationnelles, mais elle en modifie profondément le sens. Selon son essence, la recherche du fondement est une démarche régressive, qui est mise en mouvement par le sentiment d’une non-acceptabilité de l’immédiat. La réalité ne se donne qu’à travers ce qui apparaît, mais les apparences sont remplies de contradictions. En elles, par conséquent, l’être même apparaît chancelant, divisé d’avec lui-même, à la rigueur impossible. Il faut sauver ce qui est vrai dans l’apparence, mettre à découvert cette force d’affirmation qui la pénètre et doit valoir en dépit des inconsistances et des lacunes dont elle ne cesse de témoigner. D’où l’idée d’une distinction entre ce qui est seulement apparent mais ne vaut pas par soi et ce qui a valeur absolument par soi mais ne se donne pas dans l’immédiateté de ce qui apparaît. D’où, corrélativement, l’idée d’une remontée à partir du manifeste vers ce qui a tous les titres nécessaires pour tenir entièrement par soi.

23Ce qui peut ainsi tenir par soi doit jouer, à l’égard de ce qui manque de consistance interne, le rôle de support. Et les contradictions de l’apparence doivent être expliquées et résolues à partir de cette relation du fondant au fondé : c’est seulement lorsque l’apparence se met à part et s’isole, se sépare de son fondement, qu’elle se charge d’incohérence. Le retour au fondement est à la fois la justification de tout ce qu’il y a de vrai dans l’apparence et l’élimination des incohérences, qui ne sont jamais que des effets de surface, dus à l’autonomisation indue de ce qui de soi ne saurait être autonome. La philosophie comme la science se sont partagé l’entreprise du retour au fondement. Mais alors que la science s’est efforcée de mettre à jour les fondations concrètes de certains domaines bien définis, tels que celui des opérations formelles ou celui des systèmes physiques, la philosophie s’est efforcée de thématiser la possibilité même de la fondation, de dégager le fondement même de toute fondation, en créant des concepts dans lesquels peuvent être pensées les conditions ultimes de la manifestation (par exemple sous la forme d’un horizon ontologique ou sous la forme d’une vie égologique absolue).

24Ce qui est mis en cause maintenant, ce n’est pas la possibilité même de la régression, mais c’est l’idée que la régression doit être pensée comme remontée vers un support, vers un terme premier, vers une origine, vers une justification absolue. Ce qui doit être préservé, c’est la fondation comme acte de fonder, ou plus exactement comme transgression de l’immédiat. Selon la perspective qui vient d’être suggérée, elle ne peut plus signifier la mise en évidence d’une instance ultime de sustentation, mais l’effort pour suivre les indications des traces qui se dessinent dans l’espace sans figure de la manifestation, dans l’espace qui s’ouvre au-dessus de l’abîme. Car ces traces mènent de toute configuration momentanément stabilisée vers ses conditions et aussi vers ce qu’elle rend possible. La fondation ainsi entendue est retrait par rapport à l’immédiat et vise à travers lui ce qui, en le produisant, cependant se retire hors de tout lieu assignable. On pourrait utiliser ici très utilement l’image de la récession, suggérée par les mouvements relatifs des nébuleuses : il s’agit précisément d’un mouvement d’écart, qui paraît n’avoir aucun terme assignable, mais en lequel cependant une solidarité ne cesse d’être conservée entre les entités qui s’éloignent. Ce qui est visé est de l’ordre de l’événement, non du sujet-support : c’est l’événement de l’advenir, qui comporte à la fois production et récession, inscription dans la concrétude de l’être advenant et éloignement par rapport à lui de l’énergie qui le produit et qui, en s’éloignant, le laisse à sa précarité et à sa seule réalité de trace. La fondation est précisément un mouvement de pensée qui se laisse absorber par la récession et s’accorde en quelque sorte à sa sollicitation ; et si elle est d’abord retrait par rapport à l’immédiat, c’est précisément parce qu’elle est portée par la vection même de la récession qu’elle tente de rejoindre. Et ici un nouveau partage s’opère entre science et philosophie. La science s’arrête dans le déterminé : pour elle, l’effort de fondation est toujours mise à jour de quelque domaine effectif, qu’il s’agisse d’un domaine opératoire ou d’un niveau d’organisation systémique. Elle a appris qu’il n’y a pas moyen de s’arrêter en un domaine qui serait explicatif ou justificateur en dernière instance. Mais même si elle est appelée à poursuivre indéfiniment son effort transgressif, elle n’effectue jamais que des transgressions déterminées et donne un sens chaque fois concret et une justification chaque fois précise aux opérations fondatrices qu’elle effectue. La philosophie, quant à elle, tente de se mettre dans le mouvement même de la récession et de le dire. Elle en revient ainsi à son projet initial qui est de rendre intelligible le processus de la manifestation, ou, ce qui revient au même, le déploiement de l’être. Mais elle a toute raison maintenant de penser que l’essentiel est le retrait, ou la récession, et que c’est cela qu’il faut comprendre.

25Ce qui apparaissait comme fondement commence à s’indiquer maintenant comme retrait. Le retrait est à la fois l’effacement du fondement et le mode paradoxal selon lequel opère l’énergie productrice, qui anime tout le processus de la manifestation : elle ne fait advenir qu’en se retirant, et c’est pourquoi l’événement de l’advenir n’est jamais que l’imminence de sa survenance, non un accomplissement achevé. Le retrait ouvre un espace, mais ce n’est pas un lieu de séjour où serait offerte une présence sans partage, c’est une étendue qui est là seulement pour que puisse advenir la récession. Et elle ne peut être la possibilité de la récession que si elle est elle-même entraînée dans le retrait. Nous retrouvons, dans cette évocation paradoxale d’un espace qui ne se déploie qu’en se retranchant, l’image déjà invoquée du désert. Le discours qui est accordé à un tel milieu, qui est l’absence de tout lieu et l’effacement de toute figure, est un discours qui doit lui-même venir du retrait et tenter de se faire l’écho de la récession. Dans le désert, il y a d’abord le silence. Mais l’oreille attentive finit par percevoir, au fond même du silence, comme un bruissement, un murmure annonciateur, en lequel se révèle l’imminence toujours suspendue d’une parole. Ce qui s’annonce ainsi, c’est la voix de l’abîme. Elle est toujours seulement sur le point d’être entendue, elle est toujours encore en train de monter depuis les profondeurs, elle n’est toujours que son pressentiment. Et pourtant nous comprenons qu’elle remplit déjà depuis toujours les immensités de l’éclat mystérieux de son indicible puissance.

2610-12 août 1975.

© Presses de l’Université Saint-Louis, 1976

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search