Version classiqueVersion mobile

Langage de la chasse

 | 
Michèle Lenoble-Pinson

Observations en guise de conclusions

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Force nous est de mettre un point final à ce travail, provisoirement, nous l’espérons. En effet, notre étude aborde une matière immense. À peine le septième d’un énorme dépouillement est employé, et nos sources continuent à s’enrichir régulièrement. Déjà grand au départ, notre intérêt n’a cessé de croître. Des intentions et des projets nous assurent que l’œuvre n’est pas terminée1.

Quelles observations pouvons-nous tirer des sept cent douze mots, locutions, expressions et constructions, environ2, que nous avons analysés dans les pages qui précèdent ? Plusieurs aspects sont à considérer successivement. Depuis 1900, une certaine évolution a-t-elle marqué le vocabulaire cynégétique, en particulier celui qui concerne les animaux-gibiers et les animaux dits nuisibles3 ? Les dictionnaires reflètent-ils exactement l’usage ? Existe-t-il des différences de langage entre les veneurs et les chasseurs, français et belges ? Les écrivains, les rédacteurs de revues et de bulletins spécialisés, les ...

© Presses de l’Université Saint-Louis, 1977

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search