Version classiqueVersion mobile

Langage de la chasse

 | 
Michèle Lenoble-Pinson

Quatrième partie. Les animaux dits nuisibles

Chapitre II. Les oiseaux nuisibles

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Selon la qualité de ceux qui les apprécient, agriculteurs et protecteurs de la nature, ou chasseurs et gardes, les mêmes quadrupèdes et les mêmes oiseaux sont jugés, par les premiers, utiles et indispensables à l’équilibre de la faune naturelle, par les autres, malfaisants et nuisibles aux animaux-gibiers.

Prenons par exemple « les rapaces, de l’aigle royal à la crécerellette de Provence […]. Qui, sans eux, maintiendrait l’équilibre de la nature, détruirait les corneilles prolifiques, les pigeons innombrables, les jeunes chamois malingres, les lapins crevards ? Qui débarrasserait les montagnes des charognes, les plaines des immondices ? Qui chasserait les rats, les vipères, les chenilles et les hannetons ? […]

Alors, va-t-on réhabiliter, favoriser, protéger ceux que les gardes de nos grand-pères [sic] pourchassaient sans relâche à trois sous la patte d’épervier, six ou huit celle de buse ? […]

Et voici les rapaces munis d’un sauf-conduit garanti par chaque gendarme. Intouchables, ils p...

© Presses de l’Université Saint-Louis, 1977

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search