Version classiqueVersion mobile

Langage de la chasse

 | 
Michèle Lenoble-Pinson

Quatrième partie. Les animaux dits nuisibles

Chapitre I. Quelques nuisibles ou mordants

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Quelques nuisibles portent des noms particuliers. Parmi ces appellations, certaines se rapportent au loup, au renard ou au blaireau, selon leur sexe ou selon leur âge approximatif ; une s’applique à l’hermine pendant l’été (roselet) ; une aussi se dit en parlant d’un renard à la fourrure très foncée (charbonnier) ; les autres enfin, presque toujours destinées au mâle adulte (loup, renard, blaireau, chat), ont la forme de patronymes (Renard, Goupil, maître Tesson…) ou de surnoms plus ou moins évocateurs (roux, pointu, courte-queue…), ou bien sont empruntées à la littérature du Moyen Age (Isengrin, Grimbert…).

***

§ 1. — Le loup

La femelle du loup, ou louve, met bas quatre à neuf petits par portée (voir Lar. Ch., 255). Quel que soit son sexe, le petit du loup et de la louve s’appelle louveteau, s.m.1, depuis sa naissance jusqu’à six mois environ, puis louvart, s.m. (Journ., 25 déc. 13, 79b : voir grand loup ; etc.), que certains écrivent louvard (Chass., janv. 20, 4b ; etc.) avec d final...

© Presses de l’Université Saint-Louis, 1977

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search