Version classiqueVersion mobile

Langage de la chasse

 | 
Michèle Lenoble-Pinson

Troisième partie. Le gibier à plume

Chapitre III. Le gibier d’eau

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

§ 1. — Le canard sauvage ou colvert

Au marais, sur les étangs, sur les grèves, dans les baies et les estuaires, plus du tiers des chasseurs français (d’après le Dict. Lar., s.v. marais) pratiquent la chasse au gibier d’eau ou à la sauvagine+1. Ces amateurs assidus, on les nomme o sauvaginiers, en France, ou sauvagineurs, en Belgique.

REM. 1. « Il y a en France 700.000 sauvaginiers ; » (Chass., avr.-mai 47, 420a ; l.c., févr. 72, 8c ; etc. Le Chass. (l.c.) et, une fois, La Vie rustique (mars 49, 219a) qui traite d’un ouvrage français attestent sauvaginier. Ce serait donc un terme relativement récent. Seul le Dict. Lar. (s.v. sauvaginier et sauvagine), qui date de 1970, définit ce nom qu’emploient RIQUEZ (Appr., 86) vers 1966 et PARENT (Gibier d’eau, 127, 177, 178…) en 1970. L’adjectif sauvaginier existe également (Chass., juin 70, 5a).

2. Sauvagineur, s.m., ‘chasseur qui pratique la chasse à la sauvagine (canards, bécassines, etc.)’, est enregistré depuis 1914, dans le Larousse mensuel ...

© Presses de l’Université Saint-Louis, 1977

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search