Version classiqueVersion mobile

Langage de la chasse

 | 
Michèle Lenoble-Pinson

Troisième partie. Le gibier à plume

Appendice

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Les chasseurs, les bécassiers+ en particulier, connaissent et apprécient chaque sur-rémige de la bécasse dite o plume du peintre.

Au moment d’un tableau partiel, après une traque. « Le maître de céans saisit cette occasion pour détacher de l’aile de la bécasse et offrir à l’heureux tireur la minuscule rémige, la plume du peintre dont s’enorgueillit tout bécassier. » (Chass., mars 49, 340a).

La plume du peintre1 est considérée comme le trophée du chasseur de bécasses. Celui-ci détache précieusement du bord de l’aile de l’oiseau la petite plume rigide, située à côté de la première rémige, et la met à son chapeau.

« Et s’il ne cède à personne le soin de la [la bécasse] porter, s’il l’a glissée lui-même dans le filet de son carnier avec des attentions délicates, après avoir détaché du coude de l’aile pour la ficher à son chapeau, la fameuse petite plume « du peintre », c’est autant par tendresse émue et repentante que par vaine gloriole. » (A. LURKIN, Hist., 198.)

Pour beaucoup de chasseurs...

© Presses de l’Université Saint-Louis, 1977

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search