Version classiqueVersion mobile

Langage de la chasse

 | 
Michèle Lenoble-Pinson

Troisième partie. Le gibier à plume

Chapitre II. Le gibier-plume des bois

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

§ 1. — Le faisan

Novembre au bois1. « Puisque le moment en est venu, chassons le gibier Je plus populaire depuis la disparition du lapin : le faisan. Le coq, c’est bien sur l’oiseau de battue par excellence. » (Chass., nov. 70, 16a).

Une famille de faisans se compose du mâle, généralement appelé coq ou coq faisan, de la femelle, nommée faisane, poule ou poule faisane, et de chacun des jeunes, d’abord faisandeau ou, parfois, pouillard, puis coquelet lorsqu’il commence à se mailler.

***

Pour la première couvée2, les naissances ont lieu en juin. Jusqu’à la fin du troisième mois, quel que soit son sexe, le jeune faisan ou faisandeau, s.m.3, porte un duvet brun, puis un plumage de teinte neutre et terne. Faisandeau est courant dans toutes nos sources belges (PRÉM., Bêtes, 46 ; A. LURKIN, Mén., 66…) et françaises (VIA., Fusil, 69, 70…), y compris dans les « Petites Annonces » du Chasseur français (janv. 14, 32a ; déc. 72, 9a ; etc.).

N’« oublions pas que les faisandeaux n’obtiennent leur parfa...

© Presses de l’Université Saint-Louis, 1977

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search