Version classiqueVersion mobile

Langage de la chasse

 | 
Michèle Lenoble-Pinson

Troisième partie. Le gibier à plume

Chapitre I. Le gibier-plume de plaine et de montagne

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

§ 1. — La perdrix

Parler de la chasse en plaine, c’est évoquer avant tout « la Perdrix, la reine de nos plaines, gibier sédentaire par essence, le plus fidèle au lieu de sa naissance » (Journ., 1-15 mars 22, 276c).

En général, « quand un chasseur dit : « J’ai tué une perdrix… », sans plus, suivant la région ou la province, on devine aussitôt l’espèce. Pour le chasseur du Nord, ce sera forcément une « grise » ; pour celui du Midi, une « rouge » ; enfin, pour un Savoyard des hauts pays, une « Bartavelle ». Le problème est moins simple en réalité, car dans quelques régions, ces trois espèces peuvent cohabiter sinon ensemble, tout au moins par tandems : « rouge et grise », « rouge et bartavelle ». En outre, le nom de Bartavelle a été souvent donné à de grosses perdrix rouges dans quelques départements montagneux du Midi. » (PENOT, Perdrix, 3a).

REM. PAGNOL, par exemple, appelle bartavelle « la perdrix royale » (Gloire, 176 : voir compagnie), c’est-à-dire la grosse perdrix rouge des Basses-...

© Presses de l’Université Saint-Louis, 1977

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search