Version classiqueVersion mobile

Langage de la chasse

 | 
Michèle Lenoble-Pinson

Troisième partie. Le gibier à plume

Le gibier à plume

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

De nombreux gibiers à plume (perdrix, cailles, râles de genêt…) vivent en plaine, tandis que d’autres oiseaux-gibiers se cantonnent de préférence dans la forêt (faisans, bécasses, palombes…). Certains oiseaux de passage, les grives par exemple, s’arrêtent en plaine ou au bois, selon leur espèce. De plus, parmi le gibier à poil, les bêtes douces et les sangliers se tiennent au bois, mais les lièvres et les lapins gîtent également en plaine. La plaine et la forêt sont les territoires sur lesquels la plupart des chasseurs belges réussissent leurs plus beaux coups de fusil.

Précisons que dans le vocabulaire des porteurs de permis, le terrain de chasse appelé plaine s’oppose à forêt, même si on y rencontre des bois, s’oppose à montagne, bien qu’il puisse présenter de hautes collines, s’oppose enfin à marais, même s’il s’y trouve des étangs (CASTAING, Plaine, 8 ; Dict. Lar., s.v. plaine). En somme, la plaine se compose de l’ensemble des terrains cultivés et incultes, des boqueteaux, des ha...

© Presses de l’Université Saint-Louis, 1977

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search