Version classiqueVersion mobile

Langage de la chasse

 | 
Michèle Lenoble-Pinson

B. Le petit gibier

Appendice

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

« Lièvre et lapine produisent des léporides », affirme Arm. MERCIER en 1928 (Journ., 25 juin, 61c). Il ne faut pas confondre léporide, s.m., qui désigne « l’hybride issu du croisement du lièvre et du lapin » (ibid.) avec le substantif pluriel léporides1. D’après le FEW (V, 261a), l’emploi au singulier est enregistré depuis 1867. Or LITTRÉ parle des « prétendus produits du croisement du lièvre et du lapin » s.v. léporides au pluriel. L’existence de ce métis est mise en doute. Il y a, en effet, entre les deux rongeurs une antipathie naturelle qui rend leur croisement difficile à admettre (voir Lar. XX, Encycl.).

Ces « fameux léporides dont tout le monde parle et que personne n’a jamais vus » (Journ., août 10, 21b).

Néanmoins, quelques chasseurs croient tuer des léporides.

« Le léporide est rare et je pense cependant en avoir tiré un sur ma chasse d’Omezée, il y a presque deux ans. […] Cette bête avait le poil roux et légèrement plus clair que celui du lièvre. La taille et la grosseur éta...

© Presses de l’Université Saint-Louis, 1977

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search