Version classiqueVersion mobile

Langage de la chasse

 | 
Michèle Lenoble-Pinson

B. Le petit gibier

Chapitre II. Le lapin de garenne

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

« Le lapin, c’est la providence et le souci d’une chasse. La providence car on peut le tuer toute l’année […] Jeannot sauve aussi de la bredouille. Dans les chasses peu vives en lièvres, en faisans, il permet une certaine fusillade qui anime les traqueurs. Providence d’une chasse — mais également souci ! Nous l’avons vu, Jeannot, suivant en conscience les impulsions de sa nature, fait nombre éperdument. » (PRÉM., Bêtes, 76.)

Comme le lièvre, le lapin sauvage porte différents noms, qui peuvent se classer en trois catégories. La première comprend les appellations proprement cynégétiques. Celles-ci permettent de distinguer l’animal (lapin de garenne ou garenne) du lapin de clapier, ou bien d’estimer l’âge plus ou moins avancé du lapin de garenne (lapereau ; vieux bouquin…). Aux dénominations qui déterminent le sexe de la bête (lapin ; lapine), il faut ajouter deux noms qui se disent surtout en parlant du lièvre, bouquin et hase.

Dans la seconde catégorie sont classés les termes familiers...

© Presses de l’Université Saint-Louis, 1977

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search