Version classiqueVersion mobile

Langage de la chasse

 | 
Michèle Lenoble-Pinson

B. Le petit gibier

Chapitre I. Le lièvre

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

« De tous temps, le lièvre a fait l’ornement des chasses au petit gibier. Nul n’était réputé chasseur s’il n’avait tué son premier lièvre — et je me rappelle, comme si c’était d’hier, le jour où je roulai mon premier capucin. » (PRËM., Bêtes, 70).

Quand ils veulent préciser le sexe, l’âge ou la grosseur du lièvre, chasseurs, gardes et spécialistes usent de termes cynégétiques (hase, lièvreteau, levraut…). Pour désigner le lièvre mâle et adulte, ils emploient souvent des termes imagés (oreillard, rouquin, courtequeue…), plus vivants que les termes techniques, parce qu’ils sont évocateurs ou savoureux. Certains de ces termes sont très fréquents (capucin, oreillard), d’autres appartiennent au langage de tel ou tel auteur (patte-usée, chez GENEVOIX ; Jean-Lièvre, bossu, président, chez PRÉMOREL ; etc.). De plus, quelques formes dialectales (lèbe ; lèbre ; lièvre (la)…·, rossais ; rouchat…) apportent une note régionale, plutôt rare dans nos sources.

« Sans doute aucun, pour moi, le roi du ...

© Presses de l’Université Saint-Louis, 1977

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search