Version classiqueVersion mobile

Langage de la chasse

 | 
Michèle Lenoble-Pinson

A. Le grand gibier

Chapitre II. Les bêtes noires

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

§ 1. — Les termes cynégétiques

En guise d’introduction, rappelons une observation valable non seulement « pour le sanglier, mais aussi pour tous les grands animaux » : « il est toujours difficile de déterminer l’âge exact d’un gibier et seuls ceux qui ne connaissent pas l’animal sur le terrain peuvent se permettre des estimations précises qui n’ont qu’un caractère théorique » (SOMMER, Imag., 186).

« Souvent, on estime l’âge d’un sanglier mâle à ses dents et à son poids. C’est parfois faux car, s’il est bien nourri dans une région riche, il a pris du poids et de la taille, alors que ses dents ne se sont pas usées sur une nourriture douce et tendre. En fait, seules les défenses et leurs grés [sic] donnent une idée assez exacte de l’âge du sanglier mâle. » (ibid.)

***

La femelle du sanglier, propre à la reproduction, s’appelle laie, s.f., terme dont il est superflu de donner des exemples1.

Lorsqu’elle est encore bête rousse+ ou bête de compagnie+, mais accepte déjà le mâle et se trouve parf...

© Presses de l’Université Saint-Louis, 1977

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search