Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Langage de la chasse

 | 
Michèle Lenoble-Pinson

A. Le grand gibier

Chapitre I. Les bêtes au pelage fauve

Texte intégral

  • 1 Ces noms du cerf sont eux-mêmes synonymes d’autres appellations, comme cerf à sa seconde, troisièm (...)

1Le cerf, le daim, le chevreuil, le chamois et l’isard portent différents noms selon le sexe, selon l’âge, et parfois selon le rôle (écuyer, verdet). Ainsi, biche, daine, chevrette (familièrement chèvre, et régionalement gatte), chèvre se rapportent aux femelles respectives. Suivant son âge, le cerf, par exemple, s’appelle faon à sa naissance, hère dès qu’il a perdu la livrée, daguet dans sa deuxième année, jeune ou petit cerf de sa seconde à sa quatrième tête, c’est-à-dire de sa troisième à sa cinquième année environ, puis, pour les veneurs français, il devient (cerf) dix-cors jeunement, (cerf) dix-cors, grand dix-cors ou vieux dix-cors…, et enfin grand vieux dix-cors1. En outre, jeune ou petit cerf se disent par opposition à grand, gros, ou vieux cerf, qui désignent le cerf à partir de sa quatrième tête environ.

2Afin de ne pas alourdir le chapitre réservé aux bêtes douces par des mots qui sont passés dans l’usage courant, nous n’étudierons pas les appellations générales et bien connues, comme cerf, biche, daim, chevreuil, chamois, etc. ; mais nous examinerons celles qui appartiennent surtout au langage des chasseurs, des gardes et des spécialistes.

  • 2 Le Lar. XX et le Gr. Lar. (s.v. cerf), entre autres, définissent chacun des noms du cerf par un no (...)

3Avertissons le lecteur : chacune des dénominations des bêtes douces, des bêtes noires, ou de tout animal-giber ne correspond pas à un âge bien précis et constant2. Le nombre de mois ou d’années que nous pourrions citer dans les pages suivantes reste toujours approximatif. En effet, le cerf, par exemple, « passe souvent, sans transition, de daguet à troisième ou quatrième tête, ou repousse la même plusieurs années de suite » (Ch. mod., 374). La nourriture plus ou moins abondante et appropriée, la fatigue après le rut, la maladie, une blessure, etc., peuvent influencer le développement de l’animal et la pousse de ses bois indépendamment de son âge (cfr tête bizarde).

***

§ 1. — Trois termes communs à plusieurs animaux : faon, suitée (adj. f.), bréhaigne

4Chacun des trois termes suivants, faon, suitée (adj. f.) et bréhaigne, s’applique à plusieurs bêtes douces différentes. Suitée se rapporte aussi aux femelles des bêtes noires. C’est pourquoi nous les examinons d’abord, avant d’analyser séparément les appellations propres au cerf, au chevreuil, au chamois ou à l’isard, et, plus loin, celles réservées au sanglier.

***

  • 3 Le sens primitif de faon, ’petit d’un animal’ (feon, depuis le XIIe s. ; FEW, III, 486b), s’est re (...)

5Un seul terme, faon, s.m., sert à désigner, quel que soit son sexe, le petit de la biche, de la daine, de la chevrette, de l’isard et du chamois, de l’année, jusqu’à six mois environ3. « Employé absolument, il se dit toujours d’un Faon de biche », notent LITTRÉ et l’ACAD. La majorité de nos exemples se rapportent aux faons de biches (VIA., Meute, 85 : voir harde ; GEN., Best., 278 : voir meneuse de harde ; HERMAN, Forêt, 49 : voir harde-, CROMBRUGGHE, Âge, [p. 6 et p. 14] : voir bichette ; Chass., nov. 72, 8c : voir bardé, ée ; etc.). Dans les autres cas, on rencontre faon du chevreuil (VIA., Fusil, 192 ; PRÉM., Forêt, 64), souvent faon de chevreuil(s) (VIA., o.c., 145 ; ID., Chasse, 201 ; Journ., févr. 10, 322b ; etc.), faon de chevrette (Journ., avr. 13, 216c ; juin 13, 259a), faon de daims (l.c., mai 09, 431c), et faon de chamois (l.c., 15 août 28, 112b).

« Le renard détruit beaucoup de gibier : des levrauts, des perdreaux, des nids d’oiseaux, des faons de chevreuil même. » (Journ., 16-30 avr. 20, 152b.)

6Toutefois, dans un contexte clair, faon a été employé absolument pour le petit de la chevrette (Journ., 5 mars 29, 283c : voir daguet ; Chass., sept 41, 388b : voir chevrette-, GEN., F. vois., 122 ; A. LURKIN, Mén., 43 ; etc.), de la daine (GEN., Best., 69 ; Journ., 15 mai 29, 341a ; etc.), et de l’isard (PESQU., Chez nous, I, 35). Mais en l’absence de contexte, faon, seul, désigne un faon de biche (Vie des bêtes, sept. 70, 46c ; etc.).

7Les faons portent une robe fauve semée de petites taches blanches, qu’on appelle livrée+. Le faon de Walt Disney, o Bambi, souvent évoqué quand on parle de chasseurs et de cerfs (cfr Le dossier de la chasse, dans Tintin, 8 févr. 72, 48c), et même cité dans le Guide Marabout (76), nous a familiarisés à cette livrée. Le succès de ce dessin animé a fait de Bambi un synonyme de faon de biche (cfr Guide Marabout, pl. entre p. 96 et p. 97).

« Le faon, comme d’habitude, est plein d’entrain. […] Bambi est déjà de belle taille, bien qu’il continue à profiter de la nourriture maternelle. On ne voit presque plus, sur son dos, les taches claires qui parsemaient sa robe fauve, et ses longues jambes élastiques se sont affermies. Il mue. » (HERMAN, o.c., 47b.)

8Quand les taches de la livrée disparaissent et que le pelage des faons prend une couleur uniforme, ils perdent le nom de faon, et ils reçoivent des dénominations qui varient selon l’espèce : le petit de la biche s’appelle alors hère+ ; celui de la daine, daguet+ ; celui de la chevrette, chevrillard+, etc. Ces noms, multiples et parfois synonymes, seront étudiés plus loin.

9REM. Comme SALNOVE, conformément à la prononciation, VIALAR (Meute, 29) orthographie o fan (voir REMIG., 120).

***

  • 4 Enregistré en français depuis 1872 (FEW, XI, 490a), dans les Additions et corrections à la fin du (...)
  • 5 Suitée peut se dire également de la femelle d’un chien de chasse accompagnée de ses chiots : « les (...)

10L’adjectif féminin suitée, enregistré d’abord comme terme d’hippologie4, s’est étendu au domaine cynégétique, pour les bêtes noires, puis pour les bêtes au pelage fauve, et enfin au domaine cynologique5.

  • 6 « La mise à mort d’une laie suitée n’est pas un titre de gloire pour son auteur, tout au plus peut (...)

« À 10 mètres, une laie suitée sauta sur le layon, pendant qu’une dizaine de marcassins en livrée arrivait littéralement dans les pieds du chasseur en grognant aussi fort que des gros. Relevant son fusil, l’homme laissa toute la famille disparaître paisiblement dans l’enceinte voisine. »6 (Chass., nov. 71, 6c.)

  • 7 « car en le faisant on tue presque sûrement trois bêtes à la fois : la biche, le faon qu’elle port (...)

11D’après nos dépouillements, suitée s’applique à la laie (Journ., 10 févr. 25, 138c ; Cahiers, 1949, fasc. 1, 51b ; etc.), à la biche (Journ., 25 nov. 13, 38c ; CROMBRUGGHE, Âge, [p. 14] ; etc.), à la chevrette (Chass., a.-sept. 47, 519b ; etc.), à la femelle du chamois (ibid.) et à celle de l’isard (l.c., janv. 25, 11b), accompagnées chacune de son (ou de ses) petit(s) : respectivement, marcassins, faon(s), chevreaux. Suitée se construit absolument ou, moins souvent, avec un complément : « laie suitee ! » (LA VAR., Manants, 168) ; « ne tirons pas de biches suitées »7 (Cahiers, 2e trim. 52, 110b) ; « une chèvre [isard] suitée de 2 chevreaux » (Chass., janv. 25, 11b). Le Lar. Ch. (Voc.), CHAIGNEAU (Habit., 7, 16) et les ROBERT connaissent l’emploi cynégétique de suitée, mais ils l’appliquent uniquement ou « principalement » (Dict. Lar.) à la laie. Or nos auteurs s’en servent pour d’autres femelles, surtout pour la biche, emploi reconnu par VERLINDEN (Cerf, 14). Le Gr. Lar. et le Gr. Livre (Voc.), paru en septembre 1972, appliquent suitée à « une femelle » suivie de ses petits, sans préciser de quel animal il s’agit.

***

  • 8 En tant qu’adj. fém. seulement, l’emploi cynégétique de bréhaigne est donné par le DG, l’ACAD. et (...)
  • 9 D’autres parlent de biche âgée, de biche suitée, etc. (cfr meneuse de harde +).

12Concernant les femelles des bêtes à la robe fauve, nous n’examinerons que daine, chèvre et chevrette (voir plus loin), et bréhaigne, s.f. et adj. f.8. Ce dernier mot se rapporte à la femelle stérile du cerf, du chevreuil, du bouquetin, du chamois ou de l’isard. « Une femelle peut être bréhaigne de naissance ou le devenir, ou encore cesser de l’être après l’être devenue. » (Comt de MAROLLES, XIIe Centenaire, 40.) Le plus souvent, il s’agit de bêtes trop âgées pour procréer. Lorsqu’une harde de cerfs ou de biches fuit ou se déplace, vient en tête la meneuse de harde+, qui est, d’après certains auteurs, GENEVOIX notamment (Best., 278 : voir meneuse de harde+ ; ibid., 78 ; ID., Harde, 16, 17, 25, etc.), une bréhaigne9.

« Les chevrettes bréhaignes (stériles), qui ne portent plus, sont souvent très grosses et pèsent plus que les beaux broquarts. […] Les vieilles chèvres devenues stériles (bréhaignes) ont quelquefois de courts bois. » (Journ., 5 mars 29, 282a et 284a.)

13D’après le Dr CHEVAL (XIIe Centenaire, 56), une sécrétion ovarienne insuffisante développe, chez les femelles des cervidés, un ou deux pivots et des bois rudimentaires, permanents ou annuels. D’après le nombre de nos exemples, l’emploi du nom bréhaigne (Journ., 15 déc. 28, 218b : gibier de montagne ; GEN., l.c.·, HERMAN, Forêt, 15b, 64b ; etc.) l’emporte sur celui de l’adjectif (Journ., 5 mars 29 : voir ci-dessus ; CHAIGNEAU, dans Chass., mars 72, 13b ; etc.).

***

§ 2. — Le cerf

14Vers six mois, le faon mâle de la biche perd sa livrée tachetée et prend le nom de hère, s.m. Sur son os frontal, ou têt+, paraissent alors deux bosses, qui s’allongeront en dagues (voir daguet). « Le jeune mâle est alors pleinement dans l’âge ingrat : hirsute, maigre et dégingandé, son aspect minable le fait ressembler aux humains en mauvaise condition physique » (Lar. Ch., 130).

« Les veneurs ne courent jamais le hère mais chassent le daguet qui souvent fait des courses très longues et rapides. La législation cynégétique ne doit donc jamais mentionner le hère en matière de chasse à tir puisque celui-ci ne prend ce nom qu’en février-mars, à l’époque où la chasse à tir des cervidés est terminée. » (SOMMER, Imag., 159, note 1.)

15Hère apparaît dans les textes de loi qui citent les gibiers protégés. Par exemple, est prohibée, toute l’année et dans tous les départements français, la chasse d’espèces protégées, comme le « Bouquetin, chamois et isard de l’année, faon, hère, chevrillard, cerf de Corse, marcassin en livrée, ours, lynx, genette, loutre, castor, phoques [sic] » (Journ. Officiel du 15-2-72, dans Chass., avr. 72, 11c). Ce texte modifie l’Article 3 de l’Arrêté du 5 avril 1962, déjà modifié par les arrêtés des 27-11-64, 28-7-66 et 9-7-68 (cfr C.S.C., Codif., XXV. 13 ; GUILBAUD, Droit, no 114). Chacun de ces arrêtés protège le hère.

  • 10 Hère, du néerlandais hert, ’cerf’ (FEW, XVI, 207b) apparaît après 1750, chez BUFFON (Nouv. DAUZAT) (...)

16Hère se rencontre assez souvent chez les écrivains (GEN., Harde, 10, 27, 70 : voir se harder, 170… ; F. perd., 212 ; Best., 78, 278 : voir meneuse de harde ; VIA., Meute, 85 : voir harde, 144… ; PRÉM., Cinq hist., 33, 35 : voir daguet ; etc.), et dans les périodiques (Journ., 10 déc. 13, 60a ; Vie, août 49, 345a ; Chass., mars 70, 9b ; etc.). Tous les dict. modernes et les ouvrages spécialisés donnent hère, qui, autrefois, s’est écrit haire10.

***

« À la fin du printemps de sa seconde année, ses bosses frontales livrèrent passage à deux pointes longues et fines en forme de dagues. Très vite, étant donné son extraordinaire vigueur, elles atteignirent une dimension respectable : le hère était devenu beau daguet. » (PRÉM., Cinq hist., 35) ; ibid., 38 : voir petit cerf ; VIA., Meute, 85 : voir harde ; GEN., Harde, 70 : voir se harder ; ibid., 142 : voir déharder ; SOMMER, Imag., 159, note 1 : voir hère ; CROMBRUGGHE, Âge, [p. 14] : voir bichette ; Chass., nov. 72, 8c : voir bardé, ée ; etc.

17Les forestiers, les gardes et les chasseurs n’emploient ni même ne connaissent tous les noms du cerf selon son âge. Il en est un cependant qui est bien vivant, c’est daguet, s.m. En effet, le daguet, jeune cerf mâle dans sa seconde année, qui porte deux tiges, sans cors, appelées dagues+, est un animal que le chasseur belge doit respecter, parce que, dans notre pays, « le tir du daguet (1re tête) est interdit » (CROMBRUGGHE, Âge, [p. 2], note 1), par l’Arrêté ministériel du 8 juillet 1964 (Article 1er ; cfr CATTIER, Dr. belge, no 102). Il faut donc que les uns et les autres soient capables de reconnaître l’animal en forêt, avant et pendant une partie de chasse. Quelques-uns parlent de o jeune daguet (Journ., avr. 11, 227b… ; SOMMER, Imag., 137), quand les dagues viennent de pousser. Daguet aux bois fourchus + ou daguet fourchu + se disent lorsque, chez un animal vigoureux, une des dagues au moins porte un andouiller+. Le daguet fourchu est un cerf d’avenir.

18Parfois, daguet (Journ., 15 mai 29, 340b ; etc.) et jeune daguet (Chass., mars 49, 346a) se rapportent au jeune daim mâle dans sa deuxième année. Le chevreuil mâle du même âge peut aussi s’appeler daguet.

« De daguet il passa en une fois six-cors, l’an dernier. » (Journ., janv. 21, 275b) ; l.c., 5 mars 29, 283c : voir vieux broquart ; Chass., mars 70, 9a ; etc.

  • 11 Dans le Nouv. DAUZAT, la première attestation de daguet est reportée de 1655 (FEW, III, 1b) à la f (...)

19Seul VIALAR applique daguet au vieux chevreuil mâle (Fusil, 184 : voir six cors). TILANDER (N. ess., 204, 225) explique la formation de daguet, qui, pour le cerf, est présent dans tous les dict. généraux et spécialisés11. Le DG, BELL. (23 : daim daguet) et les ROBERT appliquent aussi le mot au daim mâle dans sa deuxième année. Seuls des techniciens (PARENT, s.v. chevreuil ; VILLENAVE, s.v. chevreuil ; etc.) connaissent l’emploi étendu au chevreuil. Ainsi, la Ch. mod. réserve daguet au cerf (Voc. ; 372) et broquart daguet au chevreuil (407), locution que R. HERMAN emploie une fois, sous la forme brocart « daguet » (Forêt, [p. 32]). Le Lar. Ch. donne à daguet un sens général (‘cervidé à sa première tête’ ; Voc.), qui se rapporte au cerf (130), mais pas au chevreuil (142 ; voir ci-dessus, à propos de VIA.). CHAIGNEAU (Habit., 23 et 41) et le Dict. Lar. reflètent l’usage actuel, sans toutefois parler du daim : ils nomment daguet le jeune cerf et le jeune brocard de première tête, de un à deux ans.

***

20(Cerf à sa) première tête + , synonyme de daguet, est rare (voir dagues).

***

21Le cerf de seconde tête+ qui, normalement, devrait être quatre-ou six-cors, mais qui continue à porter deux simples dagues+, plus longues que celles du daguet de première tête et à la forme de lyre plus marquée, s’appelle grand daguet. Cette seconde tête à dagues et à meules+ est reconnue en Belgique comme une variété (Journ., févr. 10, 310a ; PRÉM., Bêtes, 144 ; HERMAN, L’Avenir, 9 nov. 59, 10 : voir huit perpétuels ; ID., Forêt, 69b). Les veneurs français « la considèrent seulement comme une anomalie possible mais fort rare » (VERLINDEN, Cerf, 37, note). Cependant, GENEVOIX (Harde, 213) et un correspondant du Chass. (mars 49, 346a) emploient grand daguet. Seul le Gr. Lar. distingue petit et grand daguet. Le cerf qui repousse chaque année sa première tête peut aussi continuer à s’appeler simplement daguet : « un daguet monstrueux de 10 ans » (Bull. Forêt-Gibier, juin 72, 3). Ces animaux sont à éliminer.

***

  • 12 En allemand, das Schtnaltier désigne la biche de un à deux ans (MARION, 19).

22Le cerf femelle, ou biche, s.f., devient adulte vers deux ans. Comment appelle-t-on le cerf femelle d’un an ? D’après nos attestations, vers un an, le faon femelle, en Belgique seulement, prend le nom de bichette, s.f., qui correspond à daguet+ pour le mâle12. D’emploi commode, bichette a été relevé chez VERLINDEN (dans le Royal St-Hubert de Belgique, cité par Les Cahiers, 2e trim. 52, 111a), chez LAMY (149), et souvent chez CROMBRUGGHE (Âge, [p. 2 : voir les non-boisés ; p. 6 et 14] ; Bull. Forêt-Gibier, nov. 70, 36, 37 ; etc.).

« En ce qui concerne les non-boisés, on retiendra essentiellement la distinction entre faon (moins d’1 an), bichette (1 an) et biche (2 ans et plus) […] A noter aussi que la distinction entre faons et bichettes et entre bichettes et biches devient plus délicate à mesure que l’on se rapproche de la fin de la saison de chasse. » (CROMBRUGGHE, Âge, [p. 6] ;

« Le trio biche-bichette-faon ou biche-daguet-faon est d’observation courante. » (ibid., [p. 14]).

23Bien que bichette ne se rencontre pas très souvent dans les textes de nos auteurs, ce terme semble courant dans le langage oral des chasseurs et des gardes. Seul VERLINDEN (Cerf, 14) signale l’emploi belge de bichette, qui serait « peu utilisé en France » (ibid.). Pour l’ACAD., les ROBERT, le Gr. Lar. l. fr. et le FEW (I, 340a), bichette est le diminutif de biche et désigne la ’petite biche Cet emploi, rare, se trouve, par exemple, chez GIONO (voir ci-dessous).

La biche prise au filet et le cerf acheté « auront des petites bichettes et des petits cerfs : un, puis deux, puis quatre, puis dix, et on voudrait bien que ça soit cent. » (Joie, 219-220).

24Le Lar. XX et le Gr. Lar. donnent à bichette le sens de ’jeune biche’

***

25« Des années passèrent. Le daguet, devenu petit cerf, puis dix-cors jeunement, vieux dix-cors et grand vieux dix-cors, était à présent le plus beau cerf de Freyr. » (PRÉM., Cinq hist., 38.)

  • 13 D’après PRÉMOREL (l.c.), cité en tête de cet article, petit cerf ne comprend pas dix-cors jeunemen (...)

26o Petit cerf (Journ., juin 11, 302c… ; Vie, août 49, 322) ou, plus souvent, jeune cerf (GEN., Harde, 70 : voir se harder ; VIA., Meute, 29 : voir toucher au bois ; Journ., 25 avr. 23, 300c… ; SOMMER, Imag., 169, 173… ; LAMY, 149 ; etc.) désignent le cerf mâle de sa seconde à sa quatrième tête+, jusqu’à ce qu’il soit ou non dix-cors jeunement+13.

« Depuis la troisième année jusqu’à la sixième, l’animal s’appelle « jeune cerf » ; à six ans, « cerf dix-cors » ; au-delà de huit ans, « vieux cerf » et « grand vieux cerf ». » (Journ., janv. 11, 147a-b.)

  • 14 Locution déjà attestée dans Modus (REMIG., 176), jeune cerf se trouve dans certains dict. (BESCH.  (...)

27Chez le petit ou jeune cerf14, on compte rarement le nombre des cors :

« deux petits cerfs — quatre et six, hélas — » (R.S.H.C.B., oct. 72, 611b).

***

28Cerf à sa seconde ou deuxième, troisième, quatrième… tête sont des dénominations qui permettent d’évaluer approximativement l’âge du jeune ou du petit cerf. Elles seront examinées plus loin (s.v. tête).

***

29À partir de dix-cors jeunement + , ou à partir de dix-cors + , selon les auteurs, le cerf cesse d’être appelé petit ou jeune cerf. Les veneurs commencent à compter les cors quand la tête en porte au moins dix, « c.-à-d. quand le cerf est dans sa sixième année » (TIL., N. ess., 7) environ. Les chasseurs et les gardes parlent déjà de huit-cors, et parfois de six- et même de quatre-cors. Les expressions comprenant le mot cors seront étudiées plus loin (s.v. cors…).

***

  • 15 Grand cerf, ’cerf qui a huit ans’ (LITTRÉ ; Lar. ill. ; Lar. XX ; VIA., Meute, Gloss., 297) ; ’cer (...)

30Petit cerf ou jeune cerf s’opposent à grand, gros, ou vieux cerf. Une fois encore, ces locutions ne correspondent pas à un âge absolument constant (comp. dix-cors). Certains auteurs, comme BELL. (21), les Lar., BESCH. et GUÉRIN, LITTRÉ, et même VIALAR dans son Gloss. (Meute, 297), ont tenté de préciser l’âge du grand ou du gros cerf15. Or, passé sept ans, il est très difficile de déterminer exactement l’état de vieillesse d’un cerf. L’« animal n’est un grand cerf qu’après une huitaine d’années » (SOMMER, Imag., 155). D’après nos dépouillements, la locution la plus vivante est certainement grand cerf.

« Les grands cerfs entrent en rut avant les jeunes qui se tiennent à distance, alors que c’est l’inverse pour les biches. Pour la chute des bois et leur repousse, il en est de même : les mâles les plus âgés sont toujours en avance. » (ibid., 174) ; HERMAN, Forêt, 61b et 79b ; etc.

31PRÉMOREL nous raconte « La merveilleuse histoire du grand cerf de Freyr » (Cinq hist., 13-47), que le Journ. (15 nov. 30, 125c) signale dans une Bibliographie. Pour GENEVOIX, le roi de la Forêt perdue est le « grand Cerf » (o.c., 120,131…).

Grand cerf apparaît aussi dans La dernière harde (64, 98), dans Forêt voisine (91 : « un cerf, un grand cerf au pelage un peu bai, aux yeux dorés cernés de longs cils blancs » ; ibid., 92, 126), et dans Tendre bestiaire (289).

Citons encore : VIA., Meute, 29 (voir toucher au bois) ; LA VAR., Ouche, 116 ; DEFLEUR, Kanchaud, 115 ; Journ., passim ; Chass., passim.

  • 16 Vieux cerf, comme grand cerf et comme gros cerf, est défini par son âge :’cerf dans sa huitième an (...)

32Les attestations de vieux cerf16 sont nombreuses aussi (HERMAN, Forêt, 78b ; LAMY, 149 ; etc.), surtout dans les périodiques (Journ., janv. 11, 147a-b : voir jeune cerf ; Faune, 1er mars 14, 387b ; Chass., juill. 28, 387b : voir mal semé ; sept. 50, 520b : voir chandelier ; nov. 72, 8a ; etc.).

33Anciennement, « on disait gros cerf » (VERLINDEN et JANTI, Cerf, 236). Il est vrai que dans nos exemples, cette locution apparaît moins souvent que vieux cerf et surtout que grand cerf. Plusieurs des emplois relevés sont, en réalité, antérieurs au XXe siècle : trois appartiennent à LA RUE, auteur du XIXe siècle, que cite le Journ. (voir ci-dessous ; 10 juill. 14, 274a ; 25 juill. 14, 292c) ; et les faits rapportés en juin 1910 (l.c., 433b) ont été vécus en 1869. Enfin, les dernières de nos attestations datent de 1924 et du 25 déc. 1929 (l.c., 162b).

« En février, les gros cerfs perdent leurs bois ; le broquart a refait sa tête, qui a encore son velours : il va commencer à toucher au bois. » (A. de LA RUE, dans Journ., 10 févr. 14, 113c.)

34Ces trois locutions qui, en général, se rapportent au cerf au-delà de dix-cors, apparaissent comme des synonymes de grand dix-cors + , de royal dix-cors + , de vieux dix-cors + , et de dix cors vieillement + .

***

  • 17 D’après les dict., quel est l’âge du grand vieux cerf ? Pour le Lar. XIX, cette locution « contest (...)

35Le cerf à son apogée, qui porte une ramure bien développée, est nommé grand vieux cerf17.

« C’était un animal magnifique, un grand vieux cerf solitaire qui ne rejoignait la harde qu’au moment du rut. » (VIA., Meute, 94) ; LA VAR., Fête, 64 ; Journ., janv. 11, 147a-b : voir jeune cerf ; Faune, 1er févr. 14, 324a ; Chass., août 72, 9c ; etc.

  • 18 La Ch. mod. (Voc.) cite seulement gros vieux cerf, que nous n’avons pas relevé chez nos auteurs.

36« Ses bois deviennent plus gros, mais ne portent pas un plus grand nombre de cors » (CASTAING, Bois, 81). Les spécialistes parlent de grand vieux cerf (Lar. Ch., Voc., 133, 134, 138 ; CHAIGNEAU, Habit., 23 ; etc.), et en particulier les veneurs (MOREAU, pl. 1 ; VERL. et JANTI, Cerf, 182, 236 ; etc.). Grand vieux cerf18 peut être rapproché de grand vieux dix-cors +.

***

37Mulet + désigne le cerf, non pas à un âge déterminé ni à un stade de sa croissance, mais chaque année, pendant la période où, ayant mis bas+ sa tête, il n’a pas encore refait ses bois. C’est pourquoi, nous plaçons l’analyse de ce terme dans la partie consacrée aux bois du cerf.

***

38Maurice GENEVOIX parle de verdets et d’écuyer. Chacun de ces mots concerne le(s) jeune(s) cerf(s) dans un rôle bien précis.

39Verdets, s.m., toujours au pluriel chez GENEVOIX, s’applique aux jeunes cerfs qui, au moment du rut, caracolent autour des biches qu’un grand cerf+ a rassemblées. Ce grand cerf méprise les verdets.

« La troisième biche, l’Aile, glissait de son pas aérien sur la pente ensoleillée, tandis que les verdets caracolaient déjà sur sa trace. » (Harde, 28) ; ibid., 123 ; F. perd., 59.

40« Mot récent » (TIL., Glan., 271), verdet est attesté au XIXe s., par le FEW (XIV, 508b), qui se rapporte à TIL. (l.c.) ; or ce spécialiste cite un extrait du Traité de vénerie d’YAUVILLE, qui date de 1788. Nous constatons aussi que les dict. et les ouvrages cynégétiques du XIXe s. ignorent verdet. Par contre, au XXe s., ce mot est défini par le Lar. XX, le Gr. Lar., et par des techniciens (Ch. mod., Voc. ; BELL. ; VERLINDEN, Cerf, 69 ; Gr. Livre, Voc.). Ce « terme familier », d’après le Dict. Lar., manque dans le Lar. Ch., l’ACAD. et les ROBERT. Roger HERMAN évoque ces jeunes cerfs qui encerclent et contournent le harpail+ : « Ce sont les « Beihirsche » disent les veneurs allemands, mais ce nom n’a pas d’équivalent français. » (dans L’Avenir, 6 nov. 59, 6 ; l.c., 7-8 nov. 59, 10). Cet emploi du terme allemand o Beihirsch montre le peu de vitalité du français verdet, qui semble seulement littéraire. Dans sa thèse sur Le vocabulaire de chasse allemand (20), MARION n’use pas de verdet pour traduire Beihirsch. VERLINDEN (Cerf, 69 et 101) connaît les deux mots, qu’on retrouve dans le Gr. Livre (l.c. ; II, 56a), dont l’auteur Arn. de MONBRISON a lu VERLINDEN.

***

  • 19 Mis à part l’ACAD. et le Pet. ROB., qui ignorent ce sens d’écuyer, les dict., y compris le FEW (XI (...)

41Le jeune cerf mâle qui accompagne parfois19 un vieux cerf est appelé écuyer, s.m.

« Vers l’âge de 10 ans, les mâles mènent une vie de plus en plus solitaire et retirée ; ils s’adjoignent tout au plus un écuyer dont ils se servent comme éclaireur ; » (CROMBRUGGHE, Âge, [p. 14] ; Chass., mars 70, 9b.

42Lorsqu’un grand cerf est chassé et poursuivi par les chiens, il cherche à se faire accompagner par son écuyer et à le livrer aux chiens à sa place, tandis que lui fait un saut de côté et s’éloigne dans une autre direction (cfr TIL., N. Mél., 318-319, 329). C’est à l’écuyer dans son rôle de change que se rapportent les deux emplois relevés chez GENEVOIX, en 1938 (voir ci-dessous) et en 1967 (F. perd, 89).

« Comme le Brêche-Pied, comme les vieux mâles d’autrefois, il [le cerf chassé] vient taper dans les bêtes de la harde, mettre debout son écuyer. » (GEN., Harde, 238.)

  • 20 Ils sont cités dans la note qui précède.
  • 21 Écuyer a pour synonyme page, s.m., que le FEW (VII, 474b) enregistre en 1874 (Lar.) et en 1885 (PA (...)

43Alors que verdet +, examiné ci-dessus, est un mot récent, l’emploi cynégétique d’écuyer remonte au Moyen Âge (cfr FEW, XI, 348a ; et TIL., o.c., 318). Le FEW (l.c.) a tort de limiter l’attestation de cet emploi, sous la graphie écuyer, de 1701, chez FURET., au Lar. 1870, parce que plusieurs dict. postérieurs (DG ; GUÉRIN ; Lar. XX ; Gr. Lar. ; ROBERT) et des spécialistes20 le donnent encore, même aujourd’hui (Dict. Lar. ; Gr. Livre, Voc.). Il est vrai que ces références de dict. n’empêchent pas le mot d’être rare dans la littérature technique21.

***

44GENEVOIX appelle « le grand cerf voyageur, le Pèlerin » (Harde, 201). En effet, certains vieux cerfs, « extrêmement méfiants, ne quittent jamais qu’au moment du rut les halliers épais où ils vivent toujours cachés, en solitaires farouches » (HERMAN, dans L’Avenir, 9 nov. 59, 10). Ce sont les « cerfs pèlerins ». « Comme leurs surnoms l’indiquent, ceux-ci sont de grands voyageurs qui, chaque année, s’en vont à la recherche des biches, parfois très loin de leur résidence habituelle, où les femelles font défaut. Ils arrivent au début du brame, et à la fin disparaissent aussi mystérieusement qu’ils sont venus. […] Ces « pèlerins » ne sont pas tellement fréquents » (ibid.).

  • 22 En 1900, dans la Ch. mod., pèlerin, ’animal qui change souvent d’endroit’ (Voc.), s’applique uniqu (...)

45o Pèlerin, s.m., se rencontre souvent, mais seulement sous la plume de trois de nos auteurs : GENEVOIX (o.c., 61-64, 127-132, 248-250, etc.), SOMMER (Imag., 157), et HERMAN (l.c.), qui use aussi de cerf pèlerin (voir ci-dessus). L’emploi cynégétique de pèlerin, pour le cerf22, semble récent. Les dict. consultés, y compris le FEW (VIII, 232b), l’ignorent, sauf le Gr. Lar., qui donne cerf pèlerin. NARD (Sangliers, 55, 69, 116) et VERLINDEN (Cerf, 73-74) attestent les deux appellations. Pèlerin seul se trouve chez CASTAING (Bois, 82), dans le Dict. Lar. et le Gr. Livre (Voc.).

***

§ 3. — Le daim

46De nos jours, « le daim n’existe plus que par exception à l’état sauvage » (Lar. Ch., 150), il est devenu à peu près exclusivement un animal de parc. Dans le passé et jusqu’au début de ce siècle, il fut surtout un animal de vénerie. Aujourd’hui, le courre du daim ne se pratique pour ainsi dire plus, ce qui a peut-être entraîné la disparition, dans la langue cynégétique, des différents noms du daim selon son âge : faon, hère, daim daguet, daim à sa seconde tête, à sa troisième tête, à sa quatrième tête, daim dix-cors jeunement, daim dix-cors, vieux daim (d’après BELLIER, 23). Ces appellations correspondent à celles données au cerf, mais qui, elles, sont restées vivantes aujourd’hui. Parmi ces noms du daim, quelques-uns se rencontrent parfois chez nos auteurs : faon +, daguet +, et aussi jeune daguet +, etc. Comme LEJEUNE, dans le Guide Marabout de la chasse, certains spécialistes traitent moins longuement du daim que du cerf (cfr andouiller, note).

***

47D’après nos dépouillements, la femelle du daim s’appelle daine, s.f., mot enregistré depuis 1387 (FEW, III, 11b).

Au Danemark, le Parc aux cerfs compte « environ 200 à 250 cerfs et biches, et plus de 300 daims et daines » (Vie des bêtes, sept. 70, 20b) ; Journ., 15 août 21, 123b : voir chevrette ; Arrêté ministériel du 14 juillet 1972, dans le Moniteur belge, 25 juillet 72 ; etc.

48Selon GREVISSE, le « féminin dine est employé dans le langage des chasseurs » (Le bon usage, § 245, Rem. 2). Bien que ce mot appartienne au « français des chasseurs qui ne parlent pas correctement » (Journal des chasseurs, 1839, III, 3, dans ROLLAND, Faune pop., VII, 222), dine est retenu par LITTRÉ, le DG, les Larousse, les ROBERT, le Gr. Lar. l. fr., et CHAIGNEAU (Habit., 59). Mais nos auteurs, dont la plupart sont chasseurs, n’usent jamais de dine, qui semble donc ne plus appartenir à l’usage contemporain.

***

§ 4. — Le chevreuil

« Le mâle se nomme : brocard et la femelle : chevrette et plus familièrement : chèvre. Leur couleur est celle du cerf ; la chèvre, plus déliée dans ses formes, ne porte pas de bois […] La chèvre porte six mois et met bas un ou deux faons vers le mois de mai ou de juin. » (Chass., sept. 41, 388b.)

  • 23 Chevrette, ’femelle du chevreuil’, attesté depuis 1611, chez COTGRAVE (FEW, II1, 296a), se trouve (...)
  • 24 Au sens propre, chèvre se dit, par opposition à bouc, en parlant de la femelle du chamois ou de l’ (...)

49Dans nos sources, littéraires et périodiques, les attestations de chevrette, s.f.23 et de o chèvre, s.f., ’femelle du chevreuil’24, sont très nombreuses. Cependant, le terme propre, chevrette, apparaît trois fois plus que son synonyme. Il est le seul utilisé par A. LURKIN (Mén., 37, 38…), par PRÉMOREL (Forêt, 64), par HERMAN (Forêt, 25a, 73a…), et dans les textes officiels, comme les Arrêtés d’ouverture et de fermeture de la chasse.

« Le tir des chevrettes, des daims et des daines restera interdit. […] Il est interdit de courir la chevrette. » (Moniteur, 11 août 21, dans Journ., 15 août 21, 123b) ; Journ., 5 mars 29, 282a : voir bréhaigne ; R.S.H.C.B., oct. 72, 593a : voir chevrillard ; etc.

50Par contre, GENEVOIX (Harde, 67 : voir ci-dessous), VIALAR (Meute, 12, 56-57…), SOMMER (Imag., 149-150, 176…) et, dans leurs articles, maints gardes-chasse, chasseurs et spécialistes (Chass., voir ci-dessus ; l.c., passim ; Journ., sept. 20, 227b ; etc.) usent des deux mots.

« Mais il vit que c’était deux chevreuils, le Broquart du Chêne Rond et sa chèvre. Ils se tenaient presque côte à côte, la chevrette un peu en avant. » (GEN., Harde, 67.)

51Les dict. omettent cet emploi impropre de chèvre, qui se trouve seulement dans la Ch. mod. (202) et chez VERLINDEN (Chevreuil, 7).

REM. Dans un article sur la chasse à courre au printemps, un chasseur mécontent, dont nous ignorons l’origine, emploie un mot wallon, o gatte, s.f., à la place de chevrette : « […] et l’on interdit de tirer les gattes et les biches en janvier ! » (Journ., avr. 11, 251b).

En wallon, gatte et des formes voisines désignent la ’chèvre domestique’ (cfr FEW, XVI, 28a, qui enregistre gatte dans la région de Neufchâteau). Mais ce mot peut avoir le sens de ’chevrette’, d’après LAMY et CROMBRUGGHE (Ardenne et Gaume, 150). HAUST (Dict. fr.-liégeois, s.v. chevreuil) relève gatte, ’chevrette’, à Malmédy.

***

  • 25 Jeune chevrette est enregistré seulement par BELLIER (26), pour désigner la chevrette de trois à c (...)

52o Jeune chevrette25, rare (Journ., 10 juill. 14, 273b), se dit par opposition à o vieille chevrette (.ibid., 274a ; l.c., 10 juin 14, 248a), qui désigne la chevrette à partir de cinq ans environ. Ici, contrairement à l’usage constaté pour les mots simples chevrette+ et chèvre+, c’est o vieille chèvre, synonyme de vieille chevrette, qui est le plus employé, sans doute parce que l’épithète vieille ne va pas bien avec un diminutif. De même, le Lar. Ch., qui compare la vie isolée des vieux brocards+ à celle des « vieilles chèvres stériles » (145), utilise vieille chèvre, mais ne le répertorie pas. Par contre, BELL. (26) et CHAIGNEAU (Habit., 41, 44) ne connaissent que vieille chevrette.

La traque terminée, deux hommes « portent ensemble la vieille chèvre, laquelle pouvait être tirée parce qu’elle ne donnait plus de jeunes. » (Journ., nov. 08, 162a) ; l.c., 5 mars 29, 284a : voir bréhaigne ; etc.

53Les « vieilles chevrettes infécondes » (l.c., 10 juin 14, 248a) sont appelées bréhaignes+.

***

54Pendant qu’il porte la livrée+, c’est-à-dire jusqu’à dix semaines, et encore jusqu’à six mois environ, le petit du chevreuil mâle (ou brocard+) et de la chevrette+ est appelé faon + (ce mot a déjà été étudié), ou chevrillard, s.m. Précisons tout de suite que chevrillard peut s’appliquer au jeune chevreuil à deux époques successives de sa vie : soit, comme nous venons de le dire, pendant les premiers mois de sa vie ; soit, à six ou sept mois, quand la tête du mâle porte deux bosses, qui s’allongeront en broches+ et donneront à l’animal le nom de brocard+. Dans certains de nos exemples, les attestations de chevrillard et de noms d’animaux âgés de moins de six mois, tels que marcassin (PRÉM., Cinq hist., 158), et souvent faon de biche (Journ., 1-31 mai 20, 168c ; etc.), montrent que chevillard est synonyme de faon. Il en va de même quand l’auteur décrit ou évoque des chevreuils nouveau-nés (A. LURKIN, Mén., 38, 201 ; etc.), ou encore quand il emploie simultanément faon et chevrillard (HERMAN, Forêt, 39b ; etc.). Chez quelques auteurs, qui le signalent (VIA., Fusil, 183 : voir broches ; GEN., Best., 63), ou grâce au contexte (Journ., 25 sept. 25, 334c), nous comprenons que chevrillard se rapporte au jeune chevreuil à partir de six mois. Parfois, la distinction n’apparaît pas clairement. Mais il reste que le mot se dit en parlant du chevreuil âgé « de moins d’un an » (l.c., 25 août 27, 179b), c’est-à-dire du chevreuil de l’année. Le chevrillard est protégé par la loi (Chass., avr. 72, 11c : voir hère).

  • 26 Chevrillard, ’faon de chevrette’, depuis l’ACAD. 1740 (FEW, II1, 304b), manque dans le Pet. ROB. e (...)

55Quelle est la vitalité de faon (de chevrette) et de chevrillard ? Pour le jeune chevreuil, faon continue à être usité, mais moins souvent que chevrillard. Bien que les techniciens (BELL., 25-26 ; Lar. Ch., Voc., 142 ; MANHÈS, Chevreuil, 16 ; CHAIGNEAU, Habit., 41 ; Guide Marabout, 83 ; Dict. Lar.) et le Gr. Lar. réservent chevrillard à l’animal âgé de six mois et plus, il semble que l’acception de ce mot se soit étendue jusqu’à désigner le faon de la chevrette. D’ailleurs, les dict., sauf le Gr. Lar., enregistrent ce dernier sens26.

« La reproduction a été un réel succès. Les chevrettes suivies de deux et même trois chevrillards ne sont pas rares. » (R.S.H.C.B., oct. 72, 593a) ; Chass., mai 70, 5c ; etc.

***

  • 27 Anciennement (Lar. XX), brocard désignait aussi le cerf (ou le daim) d’un an environ. LITTRÉ, le D (...)

56Dans sa deuxième année, le chevreuil mâle porte, sur l’os frontal, deux petites dagues+ ou broches+, sans meules+, et prend le nom de daguet + (ce mot a déjà été étudié) ou, le plus souvent, de brocard, qui s’écrit, selon les auteurs, brocart, broquard ou broquart (voir la rem. orthographique ci-dessous). Ce nom, le chevreuil mâle et adulte continue à le porter sans précision d’âge27.

« — Le brocard ? — C’est ainsi qu’on appelle le mâle. Tiens ! […] — Ça n’est pas une grosse bête. Ça ne dépasse guère, pour les gros, cinquante livres et encore selon que l’animal est de plaine ou de montagne. En ce moment ils sont roux à plein, mais en hiver ils sont gris-brun. » (VIA., Fusil, 183) ; Chass., août 72, 9a ; etc.

57« Lorsqu’en battue le tir de la chevrette est interdit soit par la loi, soit par le propriétaire de la chasse, et que le broquart a perdu ses bois, y a-t-il quelque possibilité ou quelque probabilité de distinguer les sexes ? » (Journ., 29 févr. 24, 199a.) Oui, répondent des chasseurs, notamment grâce à la tache de poils clairs, qu’on appelle serviette+, roze+ ou miroir+.

  • 28 BESCH. écrit broquart ou brochard. Cette dernière forme se trouve chez FONTAINES-GUÉRIN (voir REMI (...)

REM. ORTHOGRAPHIQUE. Les broches28 de l’animal se nomment aussi broques (voir TIL., N. ess., 204, 205, 225 ; et Lar. Ch., 142), ce qui favorise la graphie broquart (J. LURKIN, Dern. ch., 31 ; VIA., Meute, 12, 61, 62… ; A. LURKIN, Mén., 38, 42, 44 ; GEN., Harde, 49, 50… ; Journ., passim ; Chass., déc. 72, 5c ; etc.).

Le directeur du Journ., L. FARASYN, s’interroge : broquart, brocard ou brocart ? « La plupart des auteurs de France (dans La Chasse Illustrée de Paris, notamment, aussi bien que dans les livres) ont toujours écrit et écrivent encore « brocard », parfois « brocart ». » Sur la foi de deux éditions du Petit Larousse, l’une datant de 1878 et l’autre de la fin du XIXe s., « et malgré l’usage contraire des auteurs de France, nous nous étions décidés assez généralement en Belgique à écrire « broquart »… ».

Après l’examen comparatif du mot dans l’édition du Petit Larousse pour 1912 et dans un Dict. encyclopédique, L. FARASYN, qui constate divergences et contradictions, conclut : « nous continuerons d’employer de préférence « broquart » : d’abord parce que cette forme nous paraît toujours la plus pure au point de vue des origines ; ensuite parce que le joli seigneur de la chevrette nous paraît mériter d’avoir un nom à lui, bien à lui, rien qu’à lui ; enfin, parce que si l’on nous écrit : « Les traqueurs vous avaient envoyé un bro… », nous aimons savoir tout de suite, sans méprise possible, s’il s’agit d’un chevreuil (broquart), ou d’un morceau d’étoffe brochée (brocart), ou d’une raillerie bien piquante (brocard) comme celles que je risque par trop de m’attirer en radotant si longuement sur un pareil sujet. Tenons-nous en donc à « broquart », entre chasseurs, voulez-vous ? » (Journ., oct. 11, 68a-b). Son désir est respecté, et les attestations de la graphie broquart sont innombrables dans le Journal des chasseurs et des gardes.

Broquard, avec d final, est très rare (PRÉM., voir ci-dessous ; LAMY, 150, 151 ; Chass., mai 70, 14b-c).

Brocart ne se rencontre pas souvent chez nos auteurs (PRÉM., voir ci-dessous ; CHÉRAU, Plein air, 74 ; GEN., F. perd., 116 : voir broches ; Chass., a.-sept. 47, 525a ; HERMAN, voir ci-dessous).

La question « doit-on écrire Brocard ou Broquart ? », posée en France, dans Les Cahiers, reçoit une réponse différente de celle donnée par L. FARASYN : « brocard est classique, voire impérativement correct, aux yeux de Baudrillart dans son dictionnaire des chasses, et aux multiples et augustes yeux des académiciens dans leur dictionnaire » (l.c., 1949, fasc. 1, 71a).

  • 29 LITTRÉ et le Gr. Lar. admettent aussi broquart. Le Lar. XX ajoute brocart. ROBERT et le Gr. Lar. l (...)

Brocard, en effet, est la seule orthographe reconnue par l’ACAD. et le DG29. C’est elle aussi qu’utilisent des techniciens (VILLENAVE ; Dict. Lar. ; etc.), certains de nos auteurs (VIA., Fusil, 184 : voir daguet ; ID., Chasse, 153, etc. ; SOMMER, Imag., 18, 176, etc. ; HERMAN, voir ci-dessous), les rédacteurs et les abonnés du Chass. (sept. 41, 388b : voir chevrette ; passim).

Comme VIALAR (l.c.), deux écrivains belges emploient plusieurs graphies ; mais chez ces auteurs, elles se présentent parfois dans le même ouvrage. PRÉMOREL use des quatre formes du mot : broquart (Folkl., 99 ; Forêt, 127), broquard (Bêtes, 115, 135 ; Forêt, 38), brocart (Forêt, 54) et brocard (ibid.). Donc, Dans la forêt vivante contient quatre fois le terme, et PRÉMOREL l’écrit différemment les quatre fois.

Sous la plume de R. HERMAN également, dans La forêt est leur domaine, deux graphies se rencontrent simultanément : brocard, dans le texte (o.c., 12b, 19b, 39b, etc.), et brocart, dans la légende des photos (ibid., 10, 71, etc.). R. HERMAN a rédigé séparément, et à deux moments distants l’un de l’autre, son texte et ses légendes, ce qui peut expliquer la constance dans les deux séries d’attestations. Mais l’emploi de deux graphies différentes ne relève pas d’un choix. L’auteur, à qui nous parlions de cette particularité, avoua ne jamais l’avoir remarquée.

***

58Chassant le chevreuil à l’affût, du haut d’un « hochsitz » (ou mirador), dans le Vorarlberg, en Autriche, un Français emploie o cabri, s.m., à la place de brocard, ou peut-être de chevrillard, il est difficile de le préciser.

« Ah ?… ça bouge vers un buisson de ronces. Un lièvre ? Un cabri ? Non… Dans le champ de mes jumelles, une martre apparaît bientôt. » (Chass., janv. 70, 14b.)

59Or cabri, enregistré depuis 1596 (FEW, II1, 296b), désigne le petit de la chèvre domestique, ou chevreau. Nous avons donc, ici et plus loin (à propos de l’isard), un mot de la langue courante qui passe dans le vocabulaire cynégétique.

REM. 1. Ce correspondant du Chass. (l.c.), qui use de cabri pour le chevreuil, appelle, deux fois, vieux « Rehbock » le vieux brocard+ qu’il affûte, en Autriche, rappelons-le. De même, T. BURNAND, qui chasse les brocards de printemps en Alsace, emploie Bock (Cahiers, 1er trim. 55, 82a).

Ces deux termes appartiennent à la langue allemande, qui est parlée en Autriche et généralement comprise en Alsace. Bock et Rehbock désignent le brocard (Reh se dit du chevreuil sans précision de sexe et est surtout employé en composition), explique MARION, dans sa thèse sur Le vocabulaire de chasse allemand (p. 52). Le Dict. Lar., qui est signé, rappelons-le, T. BURNAND, donne Bock, et le présente comme un « nom allemand, utile à connaître ».

2. Une fois, o cabrio, s.m., synonyme de broquart, a été relevé dans une revue belge : « quand nos chiens lançaient, je priais saint Hubert que ce fût un cabrio, par [sic] la bonne raison que je n’en avais jamais tué et que c’est terriblement plus gros qu’un lièvre. » (Journ., 25 avr. 29, 322a).

Il s’agit peut-être d’un régionalisme. Mais il est difficile de le déterminer, parce que ni le lieu de la scène ni l’origine de l’auteur ne nous sont connus. Le FEW (II1, 304a) ne cite pas cette forme de chevreuil. On pourrait également penser à un diminutif de cabri ; mais, dans ce cas, le mot devrait se terminer par -ot (cfr GREVISSE, Le bon usage, § 129), et ce serait difficile à admettre pour le sens de la phrase.

***

« D’après la croissance de son bois, le broquart, après avoir été faon, devient daguet, puis successivement d’année en année, broquart à sa seconde tête, broquart à sa troisième tête, broquart à sa quatrième tête, broquart dix-cors jeunement, enfin vieux broquart. » (Journ., 5 mars 29, 283c.)

60Les appellations broquart à sa seconde, troisième, quatrième tête + , broquart dix-cors jeunement + , et brocard dix cors +, qui seront examinées plus loin, appartiennent seulement aux techniciens.

***

  • 30 LITTRÉ, le DG, qui cite BUFFON, ROBERT et VIA. (Meute, Gloss., 296) définissent vieux brocard par (...)

61La plupart des chasseurs ne donnent pas de noms spéciaux au chevreuil mâle entre brocard et vieux brocard30.

« Les vieux brocards ont leur tête faite pour la fin mars, début d’avril. » (SOMMER, Imag., 178) ; ibid., 176 ; Chass., juill. 72, 3c ; etc.

62On rencontre aussi vieux brocart (GEN., F. perd., 116 : voir broches), et vieux broquart (pour la graphie, voir ci-dessus, s.v. brocard).

« Vieux broquart désabusé, il va vivre tout seul, hargneux et dégoûté de tout. » (A. LURKIN, Mén., 44) ; Journ., voir ci-dessus ; l.c., passim ; etc.

***

  • 31 Grand vieux brocard, cité par CHAIGNEAU (Habit., 41), n’est pas attesté chez nos écrivains ni chez (...)

63Vieux brocard est synonyme de o grand brocard (SOMMER, Imag., 177 ; Chass., nov. 72, 3c), ou de o grand broquart (Journ., août 12, 3a ; l.c., 10 janv. 30, 178c ; etc.), et aussi de o grand chevreuil mâle (SOMMER, o.c., 177)31.

***

64Seul VIALAR donne des noms particuliers au chevreuil mâle à l’apogée. À partir de sa cinquième tête, le « brocard marque o daguet ou marque six cors. » (Fusil, 184). Nous avons vu que daguet + , s.m., s’emploie parfois pour le jeune chevreuil. D’après VIALAR, ce mot pourrait se dire aussi en parlant d’un vieux brocard. Chez le chevreuil âgé, le nombre de pointes n’augmente plus, et il est très rare que chaque merrain+ porte plus de trois andouillers+ (cfr CHAIGNEAU, Habit., 46). o Six cors peut donc se rapporter au grand brocard dont les bois se sont bien développés (cfr VILLENAVE, s.v. chevreuil ; Dict. Lar., s.v. cor et tête ; etc.). Le Lar. Ch. (142) seulement atteste, pour le chevreuil, daguet comme synonyme de six cors. (Comp. brocard 6-pointes et 6-pointes.)

***

§ 5. — Le chamois et l’isard

« Si j’étais savant, j’affirmerais que l’isard n’est autre chose que le chamois, passé des Alpes sur les Pyrénées. » (PESQU., Chez nous, I, 31.)

  • 32 « L’isard, ou chamois des Pyrénées, est plus petit, plus gracile, d’une teinte plus fauve en été e (...)

65Chamois et isard désignent « deux formes géographiques, légèrement différentes du point de vue morphologique32, de la même espèce » (Lar. Ch., 198) : dans les Alpes, on parle de chamois ; dans les Pyrénées, on l’appelle isard (cfr VILLENAVE ; Dict. Lar. ; etc.). C’est un gibier de montagne. Il porte des noms différents suivant son âge et son sexe : d’abord faon et chevreau, puis bouc ou chèvre.

***

  • 33 Selon CHAIGNEAU (Habit., 65 et 67), chevrette, s.f., s’applique au chevreau femelle, chamois ou is (...)

66o Chevreau, s.m., se rapporte au jeune chamois (Journ., 10 oct. 24, 26c : voir vieille chèvre, ’chamois’ ; etc.) ou au jeune isard (Chass. : voir ci-dessous ; etc.), quel que soit son sexe33, depuis sa naissance jusqu’à dix-huit mois environ, c’est-à-dire avant de devenir adulte, tandis que faon + (ce mot a déjà été examiné) se dit jusqu’à six mois seulement.

67Une fois, un abonné du Chass., qui raconte une chasse à l’isard dans les Pyrénées-Orientales, emploie chevreau (l.c., janv. 25, 11b : voir suitée) et o cabri, s.m. (ibid.) pour désigner le jeune isard. Les dict. généraux donnent à chevreau et à son synonyme cabri seulement leur sens usuel et domestique, ’petit de la chèvre’ (comp. cabri, ’chevrillard’). Des ouvrages spécialisés (Lar. Ch., 201, 204 ; CHAIGNEAU, Habit., 65, 67, etc. ; Guide Marabout, 134 ; Dict. Lar.) connaissent l’acception cynégétique de chevreau, mais ils ignorent cabri.

***

68Passé dix-huit mois, le chevreau devenu adulte change de nom : le mâle s’appelle o bouc, s.m., et la femelle, o chèvre, s.f.

« Il ne faut pas oublier que nous avons affaire à un gibier rare [isards, chamois, en France], qu’il faut exploiter avec sagesse, […]. Et vider deux ou trois chargeurs, indifféremment, sur les boucs ou les chèvres d’une harde n’est évidemment pas recommandé. » (Chass., oct. 50, 583b) ; etc.

69Comme pour chevreau, l’emploi cynégétique de bouc et celui de chèvre ne se trouvent que dans certains ouvrages techniques (Ch. mod., 202-203 ; VILLENAVE, s.v. chamois ; Lar. Ch., 204 ; CHAIGNEAU, Habit., 65-66 ; Dict. Lar.).

***

70o Vieux bouc et o vieille chèvre s’appliquent aux chamois et aux isards âgés de cinq ans et plus (cfr Ch. mod., 202-203 ; Lar. Ch., 201 ; CHAIGNEAU, Habit., 65, 76-77).

À propos de chamois, en Haute-Savoie. « La vieille chèvre était hardée ; […] Un jeune chevreau la suivit, faisant exactement le même bond, puis un troisième animal, un quatrième… Stupéfait, j’en comptais l’un après l’autre seize et ce dernier était un vieux bouc, noir déjà, plus lent que le reste de la harde […]. De temps à autre une chèvre se retournait pour surveiller son chevreau à un passage plus difficile » (Journ., 10 oct. 24, 26c) ; etc.

  • 34 Le chamois, souvent un vieux bouc, jouant le rôle de sentinelle de la harde et appelé bête de gard (...)

71Souvent, le vieux bouc vit isolé34.

« Quelle bête viendra passer devant moi à portée : un vieux bouc solitaire peut-être, ou tout le troupeau d’isards ? » (Chass., août 49, 584b.)

72La chèvre stérile ou devenue vieille et inféconde est appelée bré haigne+.

***

§ 6. — La morphologie

73De cette étude de mots concernant les animaux, nous avons écarté les termes d’anatomie, qui appartiennent surtout à la langue des zoologistes et des médecins vétérinaires. Néanmoins, une partie de la morphologie des bêtes de chasse intervient dans la pratique noble et légale de l’art cynégétique ; cette partie, nous l’avons retenue. Les noms de la tête du cerf varient suivant la forme et l’aspect des bois, et suivant l’âge de la bête. Nous étudions avec précision ces différents termes parce que leur connaissance permet aux chasseurs belges, par exemple, de respecter les arrêtés royaux qui autorisent ou interdisent le tir de certains animaux porteurs de bois à tant de cors…

***

a) La tête

1) Les termes généraux

74Les termes généraux propres à la tête des cervidés s’appliquent tous à celle des mâles : cerfs, daims. Ces animaux portent des bois qui ne s’appellent pas cornes+, sauf dans l’industrie. L’ensemble des deux bois de la même année constitue la tête ou la ramure des cervidés. Ces bois sont des productions osseuses, pleines, d’origine mésoblastique, qui tombent et qui repoussent annuellement.

PLANCHE III

PLANCHE III

La tête du cerf
(Extrait de La chasse, sous la dir. de G. M. VILLENAVE, Larousse, 1954, p. 131.)

75La ramure des cerfs « représente un des luxes les plus étonnants de la nature par sa consommation de matières premières » (Gr. Livre, II, 45b). Pour la désigner, nous disposons de trois noms, bois, tête, ramure, couramment employés, et d’un quatrième, massacre, qui contient une nuance particulière sur laquelle nous reviendrons. Les trois premiers termes sont tout à fait synonymes et également fréquents, si pour tête du moins, on inclut les emplois où il est accompagné d’un qualificatif ou d’un verbe.

***

76Parmi nos exemples nombreux du mot bois, plus des neuf dixièmes sont au pluriel. Toutefois, nous avons aussi quelques attestations du singulier : soit chez les auteurs qui mêlent les deux nombres dans leurs textes, des écrivains comme VIALAR (Meute, 26-27), PESQU. (Chez nous, I, 97), ou SOMMER (Imag., 168, 169, 171), un spécialiste comme Arm. MERCIER (dans Journ., 5 mars 29, 283c : voir vieux broquart, 280c, 284c ; 20 mars 29, 290c ; 15 mai 29, 340b et c : voir palettes), un garde à Ciney (l.c., janv. 11, 147a-b : voir cors), un chasseur (l.c., 1-15 déc. 22, 215a) et des techniciens (TIL., Dr CHEVAL…) ; soit, ce qui est plus rare, chez des auteurs qui ne connaissent que le singulier, mais il s’agit de textes courts, notamment de lettres de correspondants du Journ. (juill. 12, 311c) et du Chass. (févr. 21, 65a). Alors que jusqu’au XIXe s., les dict. ne connaissent l’emploi de bois que pour le sing. (voir encore LITTRÉ, GUÉRIN, DG — ainsi que l’ACAD., qui peut être considérée comme maintenant un usage ancien), les dict. contemporains, tout en ne parlant pas explicitement du nombre de bois (peut-être parce qu’il s’agit d’une sous-division de bois, ’matière ligneuse’), utilisent le pluriel quand ils forment eux-mêmes des exemples. Par conséquent, nous pouvons dire qu’on assiste au passage du singulier au pluriel ; celui-ci est attesté pour la première fois au XIVe s., dans Modus (FEW, XV1, 204b). Cependant, exceptionnellement et dans un cas précis, le singulier peut s’imposer : « Au printemps dernier, un autre Dohanais trouva un bois unique d’un dix-huit cors, mais malgré ses recherches il ne put découvrir l’autre partie de la ramure. » (Journ., 1-15 janv. 22, 235a). Ici, le bois désigne une mue+ ou l’un des deux bois que le cerf a mis bas au début du printemps.

***

77Principalement en Belgique, et souvent à propos du recensement du « cheptel-cerfs » ou à propos du plan de tir concernant la sélection des cerfs, on emploie o cerf à bois, o cerf boisé, ou elliptiquement, o (les) boisés, toujours au pluriel, qui s’opposent à o cerf non boisé, et surtout à o (les) non-boisés, au pluriel. Pendant la première moitié du siècle environ, cerf à bois, qui est alors l’expression la plus employée, désigne le cerf mâle adulte, à partir de sa 2de tête, le tir du daguet (1re tête) étant interdit.

« Dans l’ensemble du pays, le recensement donnait au printemps dernier 5.300 cervidés, répartis en 930 cerfs à bois, 2.970 biches, 1.400 faons et daguets. » (Journ., 20 sept. 32, 65a) ; l.c., 25 avr. 32, 257a : voir merrain ; etc.

  • 35 Comp. dans la langue populaire être boisé, ’être cocu’ (1888 et 1896 ; FEW, XV1, 204b), emploi fig (...)

78Actuellement, dans le Bull. du Groupe de travail pour l’étude de l’équilibre forêt-gibier, dont S. de CROMBRUGGHE assure la publication depuis 1965, cerf boisé35 et (les) boisés l’emportent et, de plus, s’appliquent à tout cerf mâle qui porte des bois dès sa première tête, donc au daguet+ y compris, même s’il reste toujours protégé par la loi (Bull. Forêt-Gibier, juin 72, 16, 17, 18, etc.). À la catégorie des cerfs à bois, des cerfs boisés, ou des boisés, S. de CROMBRUGGHE oppose celle des cerfs non boisés ou des non-boisés, qui comprend les cerfs femelles et les faons des deux sexes, c’est-à-dire les « biches, bichettes et faons des deux sexes » (ibid. ; Âge, [p. 2]). HERMAN use de boisés (Forêt, 69), mais pas de non-boisés, qui semble surtout utile lors de recensements pour désigner une catégorie d’animaux.

***

  • 36 Sauf dans cerf à bois. Il arrive aussi que les bois soient qualifiés de nouveaux, courts, épanouis (...)

79Alors que bois se trouve presque toujours seul36, tête est employé assez rarement seul, mais souvent avec un qualificatif (bonne, belle… tête ; tête complète, difforme, nouvelle, régulière, couronnée+), et surtout dans des locutions, nombreuses et fréquentes.

80(Être à sa) première (voir dagues), seconde (selon la tradition des veneurs français) ou deuxième (uniquement en Belgique), troisième, quatrième, cinquième, septième… tête, employés seuls comme locutions nominales ou avec le verbe être, signifient que le cerf (parfois le chevreuil ou le daim) a fait+ pour la première, deuxième, troisième… fois sa tête. Les cervidés ne poussent leur première tête qu’à leur deuxième année, ils sont donc à leur seconde, troisième… tête, lorsqu’ils entrent dans leur troisième, quatrième… année. Ces précisions correspondent à celles données seulement par les Larousse (deuxième tête, dans le Lar. XX ; seconde tête, dans le Lar. Ch., 132, et le Gr. Lar.) et par les auteurs spécialisés, tels que BAUDR., MOREAU et VILLENAVE, qui ne retiennent que seconde tête.

« Vers le mois de mai de la troisième année, […] l’animal [« daguet »] prend le nom de « jeune cerf à sa seconde tête », et l’année suivante, de « jeune cerf à sa troisième tête ». » (Journ., 10 déc. 13, 60a) ; « […] puis successivement d’année en année, broquart à sa seconde tête, broquart à sa troisième tête, […] » (l.c., 5 mars 29, 283c) ; etc. ; GEN., Harde, 102, 110, etc.

« À trois ans, il a sa deuxième tête formée de deux bois portant 2 - 4 et même parfois 6 andouillers ; » (Journ., 1-15 déc. 22, 215a) ; l.c., 15 nov. 32, 114b ; HERMAN, L’Avenir, 9 nov. 59, 10 : voir huit perpétuels ; CROMBRUGGHE, Âge, [p. 8 : voir meule, p. 9, etc.].

VIALAR parle de seconde tête pour le cerf (Meute, 25) et de deuxième tête pour le chevreuil (Fusil, 183).

81Après avoir employé seconde tête, VERLINDEN — qui est de nationalité belge — ajoute : « En Belgique, on dira tout aussi correctement « deuxième tête », mais les veneurs français disent toujours « seconde tête ». C’est une tradition… » (Cerf, 35, note). De fait, sauf celle de VIALAR pour le chevreuil (l.c.), nous n’avons aucune attestation française de deuxième tête, alors que les sources belges donnent les deux dénominations.

82La tradition selon laquelle il faudrait dire second quand il est question de personnes ou d’objets qui ne sont que deux et deuxième s’ils sont davantage n’est pas respectée ici. Normalement, sauf accident, le cerf qui est à sa seconde ou à sa deuxième tête deviendra cerf à sa troisième tête. Il en va de même pour le brocard et le daim. Tout ceci confirme l’avis de J. HANSE, selon lequel « second et deuxième se valent » (Dict. diff., 245).

***

PLANCHE IV

PLANCHE IV

La quatrième tête de 4 ans à 5 ans
(Extrait de MOREAU, A., La tête du cerf et son âge, s.l.n.d., planche 7.)

83Voici d’autres expressions.

84Faire sa tête se dit du chevreuil auquel poussent les premiers bois (Journ., 5 mars 29, 283c), mais surtout de toute bête douce qui, après la chute annuelle de ses bois, prend son buisson, c’est-à-dire se retire seule dans la forêt, pendant que ses bois repoussent (l.c., 1-15 déc. 22, 215a ; etc.).

Le « brocard, lui, fait sa tête comme un cerf, c’est-à-dire qu’après le rut, en octobre ou novembre, il jette sa tête et la refait ; ceci se passe l’hiver et ses bois restent en velours jusqu’en mars, où ils se dépouillent alors. » (Chass., sept. 41, 388b) ; SOMMER, Imag., 178 : voir vieux brocard ; ibid., 172.

85Des quatre synonymes de ce second sens, o faire des bois et o faire sa ramure neuve n’apparaissent que chez SOMMER (o.c., 172), tandis que ° refaire ses bois (Journ., 1-15 déc. 22, 215a ; 5 mars 29, 283c : « son bois ») et principalement refaire sa tête (GEN. : voir mettre bas, etc. ; PRÉM. ; SOMMER ; Journ. : voir faire sa tête ; l.c., passim ; Chass., passim) sont plus fréquents. Alors que LITTRÉ, le Lar. XX, le Gr. Lar. et les ROBERT ne donnent que faire sa tête, l’usage préfère donc refaire sa tête, que seuls BAUDR., le Lar. Ch. (Voc.) et le Dict. Lar. (s.v. faire) définissent.

***

86Jusqu’à ce que l’animal ait touché au bois, refait, s.m., désigne la nouvelle tête, encore molle et sensible, du cerf ou du chevreuil. Refait n’a pas été souvent relevé : chez SOMMER (Imag., 167), qui le qualifie de « douloureux », chez un garde de Roumont-Libramont (Journ., 16-31 mars 22, 297b et c : voir pointe), et chez un technicien en matière cynégétique (voir la citation qui suit).

« Vers la fin de janvier, la tête [du brocard] possède tout son refait. Pendant tout le temps qu’elles mettent à se développer, ces excroissances, loin d’avoir la consistance et la densité auxquelles elles arriveront plus tard, sont molles et sensibles. Si on les brise, la rupture des vaisseaux qui les alimentent donne du sang. Le chevreuil se rend un compte fort exact de la délicatesse qu’affecte alors le refait ; il marche la tête basse et prend la précaution de ne pas se heurter aux branches. Lorsque le bois a tout son développement, les vaisseaux sanguins qui le nourrissaient de substance organique s’atrophient et disparaissent, la peau se dessèche et le chevreuil touche au bois. » (l.c., 20 mars 29, 290c.)

87Les spécialistes (Ch. mod., Voc. ; BELL. ; MOREAU, pl. 16 ; VILLEVILLENAVE ; Lar. Ch., Voc. ; Dict. Lar., s.v. refaire ; REMIG., 254 et 271 ; TIL., N. mél., 180 et 201), les Lar. et les dict. de langue (LITTRÉ, DG, ACAD.), sauf les ROBERT, connaissent le terme, qui est attesté depuis le XIVe s. (FEW, III, 348a). L’emploi de refait est assez rare, sans doute parce que l’on préfère utiliser une formule verbale, telle que refaire sa tête, ses bois, etc.

88Le « refait des bois » chez MANDERBACH (dans Faune, 1er avril 14, 454a) et CROMBRUGGHE (Âge, [p. 8]) semble désigner ’la formation de la nouvelle tête du cerf’.

***

89Jeter sa tête (GEN., Harde, 185 ; Journ., janv. 21, 275b ; Chass., sept. 41, 388b : voir faire sa tête), ses bois (PRÉM., Folkl., 99 ; SOMMER, Imag., 171 : voir ci-dessous, 178), ou o sa ramure (GEN., o.c., 44 ; VIALAR, Meute, 86 ; HERMAN, dans L’Avenir, 6 nov. 59, 1) s’appliquent au cerf ou au chevreuil qui, chaque année, perdent leurs bois. Normalement, le brocard jette sa tête en novembre, le cerf ne la jette, suivant son âge, qu’entre le mois de février et de mai.

En général, les bois « tombent en mars ou au début d’avril, mais les plus vieux cerfs les ont perdus les premiers1 [voir rem.]… les jeunes ne les « jettent » qu’un peu plus tard et les daguets, qui n’ont que deux ans à peine, ne les abandonnent qu’en mai ». (SOMMER, o.c., 171).

90D’après nos sources, la première expression est un peu plus répandue que les deux autres. C’est elle aussi que les dict., sauf les ROBERT, ont retenue. Jeter ses bois se trouve dans le Lar. Ch. (Voc.), le Dict. Lar. et, au singulier, dans le DG (voir bois). Les dict. ignorent o jeter sa ramure.

REM. SOMMER use du participe passé fém. substantivé de jeter pour désigner ’le fait de jeter sa tête’, en parlant du cerf mâle : « Vers le 25-27, février, on constate en France les premières jetées chez les mâles les plus âgés ». (o.c., 171, note 1.)

***

91Mettre bas suivi d’un compl. d’objet direct est aussi synonyme de jeter. Nos sources attestent mettre bas sa tête (Journ., 10 avr. 14, 178c ; 20 mars 29, 290c), ses bois (Chass., févr. 21, 65a, sing. ; nov. 22, 641a ; CROMBRUGGHE, Âge, [p. 14]…), ses dagues (voir le texte qui suit).

Le Rouge, un daguet, « pour la première fois de sa vie, prit solitairement son buisson. Il choisit une jeune taille du côté de la Bouverie, une chênetière au bord d’un ruisseau. À la mi-mars, ses dagues étaient tombées. Il les avait mises bas en se roulant dans les broussailles, et puis s’était caché en attendant que sa tête se refît. Il souffrait, ses pivots saignaient. » (GEN., Harde, 162).

92Toutes ces expressions sont omises par le DG et par les ROBERT. Les autres dict. ne connaissent que la première, soit sous la forme vivante mettre bas sa tête (LITTRÉ ; les Larousse ; VILLENAVE), soit dans des constructions que nous n’avons pas retrouvées dans nos sources et qui ne reflètent pas l’usage actuel : mettre bas, absolument, et mettre sa tête bas, avec le compl. d’objet direct intercalé entre mettre et bas.

***

93Un des bois mis bas par le cerf est une mue, s.f. On dit les (deux) mues pour les deux bois. Dans une exposition qui présente des mues, et des trophées ou massacres +, les massacres perpétuent le souvenir de certains cerfs tués, tandis que les mues appartiennent normalement à des cerfs encore en vie. La collection complète des mues d’un cerf permet de suivre l’évolution du développement de sa ramure et aussi de déterminer son âge (cfr VERLINDEN, Cerf, 31 ; CROMBRUGGHE, Âge, [p. 14] ; VORREYER, dans Forêt-Gibier, juin 72, 2-15). Mue est régulièrement attesté chez nos auteurs (HERMAN, Forêt, 20a ; Chass., nov. 71, 6c ; etc.). Les dict. et les ouvrages spécialisés consultés connaissent cet emploi cynégétique, enregistré depuis 1564 (FEW, VI3, 286a).

***

94Le cerf qui, ayant mis bas+ sa tête, n’a pas encore de refait+, mais seulement les pivots+ recouverts d’une pellicule, est appelé mulet, s.m. Il ressemble alors à un âne.

En mars, la « tête fine et harmonieuse a fait place à un gros museau luisant, surmonté d’immenses oreilles d’âne. Le cerf a l’air tout étonné et honteux de l’état où il se trouve. En langage de vénerie, c’est un « mulet » : il a perdu ses bois ». (SOMMER, Imag., 171.)

95Dans le Journ. (25 avr. 32, 258a), la photographie du « grand dix-cors mulet » reproduit une de celles présentées dans le catalogue de l’exposition organisée à Saint-Hubert, en 1927 (XIIe Centenaire, pl. I, no 1). Ensuite, mulet n’a été relevé que deux fois : chez SOMMER (voir ci-dessus) et dans le Chass. (mars 70, 9b). Le FEW (VI3, 212a), qui atteste l’emploi cynégétique de ce terme depuis 1794, le considère comme vivant seulement jusqu’en 1885, chez PAIRAULT. Or mulet apparaît encore exceptionnellement chez nos auteurs, et il continue à être présent dans plusieurs encyclopédies (Lar. XX, « peu usité » ; Gr. Lar.) et ouvrages spécialisés (BELL. ; MOREAU, pl. 2 ; VILLENAVE ; Lar. Ch., 398 ; VERLINDEN, Cerf, 49, 181, 182 ; CHAIGNEAU, Habit., 31 ; BRISSAC, 15-16, 194 ; Dict. Lar.), au moins jusqu’en 1970.

***

96À la place de bois ou de tête, l’ensemble des bois d’une bête douce peut encore s’appeler ramure, s.f. De nombreux exemples nous font constater que ce terme s’applique généralement à la tête du cerf et rarement à celle du daim (Journ., 15 mai 29, 340a : « sa large ramure »). Le plus souvent, ramure s’emploie seul. Lorsque le mot est qualifié, la locution ainsi formée souligne toujours la qualité des bois : haute, large (voir ci-dessus), puissante, robuste, forte, imposante,… et surtout belle ramure, ou « une ramure parfaite, ample, ouverte+, chevillée+ d’espois réguliers jusqu’à la double empaumure » (GEN., F. perd., 203). Tous les dict. connaissent l’acception cynégétique de ramure.

REM. Le développement de la ramure du cerf avec l’âge « est loin de suivre dans la réalité la ligne régulière que l’on décrit d’habitude. Que de fois n’entendons-nous pas raconter, même par des chasseurs, que chaque perche du cerf porte « une pointe de plus tous les ans » en sorte que l’âge de l’animal se lirait directement sur ses bois. Rien n’est plus faux. » (VERLINDEN, Cerf, 34 ; cfr huit perpétuels).

***

  • 37 « Une tête de cerf munie de cors est qualifiée en latin par ramosus, en it. et port. par ramoso, e (...)

97L’adjectif rameux, euse se dit des bois (GEN., F. vois., 121 ; PESQU., Chez nous, I, 97 : sing., cfr bois), de la tête (GEN., o.c., 162), du front (ID., Harde, 121 ; F. perd., 131), et de la couronne+ (ID., Harde, 98), qui ont des ramifications comme les branches des arbres. Tous les emplois de GENEVOIX se rapportent au cerf, celui de PESQUIDOUX s’applique au chevreuil. Le sens cynégétique de rameux, expliqué par TILANDER37, enregistré depuis 1566 (FEW, X, 49a), par GOD. Compl., LITTRÉ, le DG et les dict. contemporains, n’a donc été relevé que chez deux écrivains, ce qui tend à montrer sa faible vitalité aujourd’hui.

***

  • 38 La curée, ou morceaux retirés du cerf, avec la « tête » et du pain trempé dans le sang de l’animal (...)

98Une nuance supplémentaire empêche d’identifier entièrement bois, tête et ramure à massacre, s.m. En effet, tête du cerf signifie ’bois’ du cerf, tandis que le membre qui se dit « tête » pour d’autres animaux s’appelle massacre quand on parle du cerf (voir TIL., N. ess., 72-82). À l’origine, chez un cerf porté bas, c’est la tête séparée du corps et donnée à ronger aux chiens courants pendant la curée qu’on a appelée massacre38. La première attestation cynégétique de ce terme se trouve dans La vénerie de J. du FOUILLOUX, en 1561 (TIL., o.c., 75 ; REMIG., 195). De nos jours, massacre a deux acceptions. Chez les cervidés en vie, ce nom désigne ’l’os frontal avec les bois qu’il porte’. La majorité des exemples que nous avons relevés se rapportent au cerf (Journ., déc. 12 - janv. 13, 131c ; l.c., 16-31 janv. 22, 238b ; etc. ; HERMAN, Forêt, 21b : voir andouiller ; ibid., 49a ; SOMMER, Imag., 146,156 ; etc.).

Le dix cors « avait un étonnant massacre, le tour des meules grand et large, très fort près de la tête, les meules bien pierrées, grosses et élevées, les marreins hauts, longs, ouverts, énormes, les gouttières creuses et larges, enfoncées, les perlures élancées, les premiers andouillers longs et gros, les surandouillers, cors et espois blancs, les marreins bien brunis et noirs. C’était bien un dix cors, digne de la meute d’un roi, par ses allures, ses fuites et ses portées. » (VIA., Meute, 94).

99Nous n’avons que deux références pour le chevreuil (Journ., 25 avr. 33, 239b ; SOMMER, o.c., 104) et une seule pour le daim (Journ., 15 mai 29, 340c : voir palettes).

100Plus souvent, et fréquemment dans toutes nos sources, massacre s’applique aux cervidés qui ne sont plus en vie, pour désigner le ’trophée de chasse, qui comporte les bois du cerf ou du brocard, avec un fragment de crâne dépouillé et généralement découpé en forme d’écusson ou de triangle’ (cfr VERLINDEN, Cerf, 31).

« Certains chasseurs préfèrent un « massacre » à une tête naturalisée, soit parce que le premier est moins coûteux, moins encombrant, de facile entretien et utile comme porte-fusils, soit parce qu’ils possèdent déjà de beaux trophées de chasse naturalisés. » (Journ., 1-31 déc. 19, 100b) ;

« Les très beaux massacres de cerf peuvent peser jusqu’à 7 kilogrammes, et mesurer 1 mètre de longueur. » (Chass., nov. 72, 8b) ; BORDONOVE, Chien de feu, 33 ; GEN., F. perd., 126, 219 ; etc.

PLANCHE V

PLANCHE V

Quelques beaux massacres de dix-cors
(Extrait de MOREAU, A., La tête du cerf et son âge, s.l.n.d., planche 10.)

  • 39 Les dict. du XIXe s. et du XXe s. continuent à donner à ce mot son acception première : ’tête du c (...)
  • 40 C’est dans le sens de ’crâne du cerf avec ses bois’ que massacre est entré dans la langue héraldiq (...)

101Cependant, la plupart des dict. ne retiennent que l’acception ancienne39 et l’emploi héraldique du mot40. Seuls le DG et les ROBERT donnent massacre au sens actuel de ’fragment de crâne et bois réunis’, sens qui se trouve déjà chez PARENT. Le Gr. Lar. ajoute « trophée de chasse ». VERLINDEN (l.c.) et le Dict. Lar. parlent aussi de trophée.

***

102Toujours à propos des bois en général, expliquons l’emploi courant, mais erroné de corne, s.f., souvent au pluriel. Nous l’avons relevé chez GENEVOIX (Harde, 44, 165 ; F. vois., 164, 173 ; etc.) qui, assurément, connaît et utilise bois, tête, et ramure, et chez nombre de correspondants du Journ. (juill. 13, 304b ; etc.) et du Chass. (a.-sept. 47, 525a ; etc.). On ne devrait pas dire « corne de cerf, de daim, de chevreuil », mais tête, bois, ou ramure de cerf…, parce qu’il s’agit d’une substance osseuse et non cornée (cfr BAUDR. ; Lar. Ch., 130 ; VERLINDEN, Cerf, 30).

« On entend souvent des chasseurs, cependant chevronnés, parler de cornes de chevreuil, et, quand on s’en étonne, vous affirmer que cela est non seulement permis, mais exact, le terme bois étant, dans leur esprit, exclusivement réservé au cerf. Or, c’est là une erreur. Le terme de bois est strictement réservé aux cervidés, c’est-à-dire aussi bien chevreuils que cerfs. Ce sont des appendices caducs. Le terme de cornes, par contre, ne s’applique qu’aux appendices qui ne tombent pas, c’est-à-dire ceux des bovidés, ovidés et antilopidés (chamois). Le terme « cornes de chevreuil » est donc à supprimer sans recours du vocabulaire cynégétique. » (Cahiers, 1949, fasc. 1, 52b.)

103Le cerf ne porte de la corne qu’aux pieds. Par contre, le chamois (Chass., mars 50, 137b ; etc.), ou l’isard (PESQU., Chez nous, I, 32 ; etc.) et le bouquetin (Chass., mars 49, 345a ; etc.), mâles et femelles, le mouflon mâle (SOMMER, Imag., 147 ; etc.) portent des cornes, qui sont des productions superficielles, d’origine ectoblastique, creuses, et persistantes.

104Pendant des années, l’Arrêté d’ouverture de la chasse en Belgique, qui est publié dans le Moniteur belge, puis reproduit par les revues de chasse et par des quotidiens, n’a permis le transport du brocard « à l’époque où le tir du chevreuil mâle est seul autorisé que si l’animal porte d’une façon apparente, les attributs de son sexe : cornes, bourses ou fourreau » (Journ., août 13, 311c… ; 15 août 21, 123c…). Cet emploi impropre laisse croire que, chaque année, le ministre qui signait l’Arrêté royal, dont le texte reproduisait fidèlement, sauf les dates, celui de l’année précédente, connaissait mal la langue cynégétique. Aujourd’hui, un texte de ce genre qui s’applique au cerf mâle est meilleur (« que si l’animal a conservé ses bois »), du moins en partie ; car, plus loin, à propos du tir du chevreuil mâle, on lit : « Les cornes, mesurées extérieurement, doivent atteindre 65 cm au moins » (R.S.H.C.B., oct. 72, 575). Ce sont peut-être les dict. qui guident nos ministres. En effet, les ROBERT admettent cet emploi. Corne, au singulier chez BESCH. et LITTRÉ, est défini par ’tête du chevreuil’, au pluriel dans le DG, a le sens d’’andouillers’. L’ACAD., enfin, cite « corne de daim » pour illustrer le sens général du mot.

Le grand vieux cerf « avait un étonnant massacre, le tour des meules grand et large, très fort près de la tête, les meules bien pierrées, grosses et élevées, les marreins hauts, longs, ouverts, énormes, les gouttières creuses et larges, enfoncées, les perlures élancées, les premiers andouillers longs et gros, les surandouillers, cors et espois blancs, les marreins bien brunis et noirs. » (VIALAR, La grande meute, p. 94).
(Photo J. Everard de Harzir)

105« Corne de cerf, signifie chez les Ouvriers, ce qui s’appelle le bois du cerf chez les Chasseurs », note FURETIÈRE. De fait, corne de cerf… est correct lorsque cette matière est utilisée dans l’art et dans l’industrie. Les cornes de cerfs et de chevreuils permettent de « fabriquer des objets intéressants, tels que patère, bougeoir, cadre photographique, poignée de cendrier pour fumeur, tablette-console, portemanteau, support pour baromètre anéroïde ou thermomètre ou bien pour miroir et pinceau à barbe, etc. » (Journ., 1-15 déc. 22, 215b). Le plus souvent, elles deviennent « poignées d’épées et de couteaux de chasse » (SOMMER, Imag., 292). Cet emploi de corne, présent dans certains dict. (BESCH. ; LITTRÉ ; DG ; ACAD. ; Gr. Lar.), se rencontre dans les revues de chasse, notamment dans les pages réservées aux « petites annonces », dont certaines émanent parfois de la Direction de la revue elle-même. Ainsi, de mars 1913 au 25 juillet 1914 (p. IX), c’est-à-dire dans vingt-cinq numéros, la Direction du Journ. offre gracieusement un « beau Couteau de Chasseur », « manche corne de cerf véritable », à celui qui lui fournit un nouvel abonné.

***

106En commençant l’article tête, nous avons dit que ce terme était souvent accompagné d’un qualificatif. Bois et surtout ramure peuvent aussi se construire avec un qualificatif.

107Tête ouverte (VIA., Meute, 24 : voir tête bien chevillée ; ibid., Gloss., 307) ou o ramure ouverte (GEN., F. perd., 203 : voir ramure) désignent, ’chez le cerf, celle dont les merrains+ sont bien écartés l’un de l’autre’. Lors de la cotation en points, selon la formule adoptée par le C. I. C., l’écartement des bois est un des éléments de la beauté des trophées (cfr VILLENAVE, s.v. trophée ; VERLINDEN, Cerf, 160-161). Au XIXe s., BAUDR., PARENT, BESCH. et LITTRÉ, au XXe s., VILLENAVE et les Larousse appliquent l’adjectif ouvert, e à tête, et pas à ramure. Tête ouverte est déjà attesté chez PHÉBUS, au XIVe s. (REMIG., 221). Les deux locutions manquent dans le DG, l’ACAD., les ROBERT, et le FEW (I, 103a). Elles ne semblent pas très vivantes aujourd’hui.

***

108À tête ouverte+ s’oppose tête serrée,’ celle « dont les merrains sont beaucoup trop rapprochés »’ (HERMAN, dans L’Avenir, 9 nov. 59, 10). Cette locution n’a été relevée qu’une seule fois dans nos sources, chez HERMAN (l.c.). Peu de dict. du XIXe s. (BAUDR. ; LITTRÉ) et seulement le Lar. XX retiennent tête serrée, qui n’apparaît plus que chez quelques auteurs spécialisés (VILLENAVE ; VERLINDEN, Cerf, 153 ; Dict. Lar.).

***

109À tête ouverte + s’oppose aussi tête rouée, qui qualifie la ramure mal développée du cerf, lorsque les merrains sont serrés et recourbés en dedans. Nous n’avons relevé cette locution que chez GENEVOIX, dans La forêt perdue (77-78 : voir porter) et dans La dernière harde (64, 137…), où l’écrivain appelle la Tête-Rouée le cerf « reconnaissable à ses andouillers trop serrés, rejetés en arrière comme des branches à demi brisées » (ibid., 28). TIL. (Litt., 95-96) rappelle les interprétations données par les auteurs de traités cynégétiques, interprétations qui sont reprises par les lexicographes et par WARTBURG (FEW, X, 493a). Seul le Pet. ROB. omet tête rouée, qui est donc présent dans la plupart des dict., mais qui semble ne plus appartenir qu’à la langue cynégétique littéraire.

***

110Seul VIALAR emploie tête bien chevillée, ’tête de cerf qui porte beaucoup de chevilles+ ou de cors+’.

« —… le corsage puissant, haut sur ses jambes, la tête large ouverte, bien chevillée et semée… » (Meute, 24).

  • 41 Bien chevillé s’est rapporté « d’abord à une tête de cerf belle, bien formée et bien proportionnée (...)
  • 42 En termes d’héraldique, chevillé, ’garni d’andouillers’, est attesté par LITTRÉ (4°) et GUÉRIN. Le(...)

111J. d’YAUVILLE cité par ROLLAND (Faune pop., I, 95), BAUDR., PAIRAULT, et le DG (qui omet l’adverbe), BELLIER et MOREAU (pl. 6) donnent tête bien chevillée dans ce sens41. BLAZE précise que chevillé se rapporte uniquement aux branches latérales de la tête42. Chez GENEVOIX, o ramure royalement chevillée (F. perd., 112-113) et o ramure chevillée d’espois réguliers (ibid., 203 : voir ramure) nous montrent un emploi sporadique de chevillé pour parler des épois+ placés en forme de couronne au sommet des merrains du cerf (cfr TIL., N. ess., 219-220).

***

112Lorsque la tête d’un dix-cors est remarquable par la taille et la beauté de ses bois aux cors nombreux, réguliers et bien semés+, on la désigne par o tête royale (Journ., 10 janv. 30, 187b ; l.c., 15 févr. 30, 211c), o amure royale (GEN., voir l’attestation ci-dessous), ou o bois royaux (GEN., Harde, 11 ; HERMAN, dans L’Avenir, 7-8 nov. 59).

« Ainsi, de saison en saison, rien qu’en suivant ses voies au travers de la forêt, ils avaient vu le Rouge grandir, durcir ses muscles, affermir ses allures, allonger sa ramure royale : dix cors jeunement, dix cors, grand dix cors, […] » (GEN., Harde, 186).

REM. Chez BORDONOVE (Chien de feu, 108 et 171), tête royale est synonyme de royal dix-cors+.

Signalons que la Royale est la fanfare particulière sonnée pour le dix-cors (BRISSAC, Vénerie, 74 ; FEW, X, 202a ; Lar. XX ; ROBERT).

***

113Semé, ée, adj., se dit des bois du cerf quand on parle du nombre et de la disposition des andouillers qu’ils portent (VIALAR, Meute, Gloss., 306 ; Journ., mars 11, 203c). VORREYER, qui examine les mues d’un cerf à sa 9e tête, estime que « les bois pourraient tout au plus être mieux semés » (dans Bull. Forêt-Gibier, juin 72, 4).

114Le plus souvent, l’adjectif s’emploie avec l’adverbe bien ou mal : bien semé, quand les andouillers sont en nombre égal sur chaque merrain :

« le cerf, un dix-cors jeunement, portant douze, aux andouillers bien semés, aux merrains puissants, bien perlés » (Journ., 15 nov. 32, 114c) ; VIA., o.c., 24 : voir chevillé ; GEN., Harde, 58 : voir perche.

115Mal semé se dit lorsque les andouillers, en nombre inégal sur chaque merrain, sont alors disposés avec dissymétrie.

« tête mal semée » (VIA., o.c., Gloss., 306) ; Faune, 1er févr. 14, 323b : voir très mal semé ; « un cerf magnifique, seize-cors mal semés, c’est-à-dire avec sept pointes à droite et huit à gauche » (Journ., nov. 10, 95a) ; l.c., janv. 11, 147b : bonne explication donnée par un garde à Ciney. (Voir (tête) faux-marquée, expression synonyme.)

116Dans une phrase comme celle-ci « le cerf porte+ dix, douze,… mal semé », mal semé au singulier devrait être considéré comme une sorte de loc. adverbiale invariable, modifiant le verbe porter (exprimé ou sous-entendu). Cet accord correct (voir REMIG., 285) a été oublié ; aujourd’hui, par exemple, on écrit « un magnifique et vieux cerf, portant quatorze mal semés » (Chass., juill. 28, 387b), « portant seize mal semés » (l.c., août 72, 9c).

117o Très mal semé : « On dit couramment qu’il [le cerf] est mal semé ou très mal semé, suivant qu’il lui manque une ou deux pointes du même côté. » (Faune, l.c.).

118L’expression tête (de cerf) bien semée, que le FEW (XI, 435a) atteste de 1611 (COTGRAVE) à 1771 (Trévoux), se trouve encore chez VIALAR (l.c.), dans le Lar. Ch. (Voc.), chez VERLINDEN (Cerf, 32) et dans le Dict. Lar. Elle est donnée sous la forme cerf bien semé dans le Lar. XX. Son synonyme andouillers bien semés est enregistré chez BAUDR., PARENT et PAIRAULT (FEW, l.c.), et aussi en 1932 (Journ., cité ci-dessus) sous la plume d’un chasseur et juriste belge. L’expression cerf mal semé, dans l’ACAD., de 1762 à 1878 (FEW, l.c.), est encore présente dans le Lar. XX, le Guide Marabout (105), et dans Faune (l.c.) en 1914. Andouillers mal semés, depuis 1655, chez SALNOVE (FEW, l.c.), se trouve dans LITTRÉ et le DG. REMIG. (185-386) a tort de condamner ces deux dernières expressions que TIL. « lit dans de bons auteurs » (Litt., 97-98).

***

119Tête enfourchée et tête couronnée sont examinés plus loin.

***

120Chez le cerf, le chevreuil ou le daim, la tête dont les bois présentent des anomalies, qui la rendent « non pas seulement irrégulière quant au nombre de ses pointes, mais anormale par leur disposition, leur direction et leurs dimensions » (Journ., 25 avr. 32, 259a), s’appelle, depuis un siècle au moins, tête bizarde.

PLANCHE VI

PLANCHE VI

La troisième tête de 3 ans à 4 ans
(Extrait de MOREAU, A., La tête du cerf et son âge, s.l.n.d., planche 6.)

  • 43 Bizarde est un féminin attesté dans la langue populaire à Paris (FEW, I, 389a, note 1). Le Lar. XX(...)

121L’adj. fém. bizarde43 n’existe que dans la locution tête bizarde. Il a remplacé l’adj. bizarre, qui est attesté dans tête bizarre au XVIIIe (YAUV.) et au XIXe s. (PARENT ; LITTRÉ Suppl.). Cependant, dès 1879, G. de LA TOUR définit tête bizarde et, d’après le Dr CHEVAL, cette appellation « était en usage à la Vénerie de Louis XVI » (p. 15), ce qui reporterait la première attestation de bizarde à la fin du XVIIIe s. MOREAU (pl. 13) et CASTAING (Bois, 78) citent les deux locutions, mais ils appuient tête bizarde : le premier l’emploie (pl. 13 et 19) et le second l’écrit en caractères gras (ibid.). Le DG, l’ACAD. et et les ROBERT l’ignorent. Par contre, les Larousse et tous les auteurs spécialisés consultés (Ch. mod., Voc., 373, 407 ; BELL., s.v. tête ; CHAIGNEAU, Guide prat., 8, 63, 65 ; VERLINDEN, Cerf, 54 ; etc.) définissent tête bizarde, qui est fréquent dans nos sources. Les têtes bizardes sont les « ramures dont un des bois est déformé ou anormal, parfois tout à fait rudimentaire » (Journ., nov. 11, 101a). Ces têtes, fréquentes chez le chevreuil, « ont les formes les plus imprévues et les plus variées » (Lar. Ch., 132 ; ibid., 142, 530 : voir perruque).

122Quelles sont les causes de ces anomalies ? Un accident, une « blessure des pivots ou de l’os frontal » (Journ., 5 avr. 27, 61b), une hypotrophie des organes génitaux (l.c., 5 mars 29, 283c) ou une blessure aux daintiers+ (l.c., 25 avr. 32, 259b), la famine, une insuffisance hormonale, etc. (voyez CHAIGNEAU, Habit., 47). Nous relevons encore tête bizarde chez GENEVOIX (F. perd., 78 : voir porter), SOMMER (Imag., 188), dans la Vie (août 49, 336a), le Chass. (sept. 49, 627b)… Une collection de têtes bizardes envoyées et réunies à Saint-Hubert, en 1927, à l’occasion du XIIe Centenaire du patron des chasseurs, sont présentées par le Dr CHEVAL (« Bizarreries », dans XIIe Centenaire, 51-56).

***

123Chez le brocard, « les blessures dont peuvent être atteints les organes de la reproduction, ont souvent pour conséquence la formation de la tête bizarde dite « perruque », qui consiste, au lieu de bois normaux, en deux excroissances difformes, constamment couvertes d’une peau et qui ne tombe pas en arrière-saison » (Journ., 5 mars 29, 283c-284a). Ce développement anormal, d’apparence spongieuse, s’appelle perruque, s.f.

PLANCHE VII

PLANCHE VII

Têtes bizardes
(Extrait de MOREAU, A., La tête du cerf et son âge, s.l.n.d., planche 13.)

« Celle-ci peut être monstrueusement considérable au point d’aveugler ou d’éborgner le porteur, véritable mitre couverte de velours ou de peau purulente et sanguinolante [sic]. » (Cahiers, 1er trim. 51, 97a).

  • 44 Parfois, seule la partie inférieure des bois est transformée en magma spongieux, duquel « se détac (...)
  • 45 Dans sa thèse sur Le vocabulaire de chasse allemand (54), MARION donne pour Perückenbock, ’brocard (...)
  • 46 D’après VERLINDEN (Cerf, 57), la perruque est plus rare chez le cerf que chez le chevreuil, et de (...)

124o Mitre (d’évêque), s.f., désigne un type de perruque44. « Quand l’intervalle entre les deux bois n’existe plus et que les velours se soudent, les broquarts sont alors dits portant mitre d’évêque » (Commt de MAROLLES, XIIe Centenaire, 40). « L’affreuse perruque » (Cahiers, 1er trim. 55, 131b) fait perdre le rythme de la chute des bois « tandis que les autres têtes bizardes tombent tous les ans » (Lar. Ch., 530). Les cas de brocards à perruque (voir photographie dans Lar. Ch., 155 ; et dessin chez MANHÈS, Chevreuil, 75) « très rares en France ne le sont pas en Allemagne » (Commt de MAROLLES, 40), où Perückenbock désigne le brocard à perruque45. Chez nos auteurs, qui sont, rappelons-le, belges et français, perruque et surtout mitre se rencontrent très rarement. Le FEW, qui ignore l’acception cynégétique de mitre (VI2, 183a), relève celle de perruque (o.c., XXI, 216b et 558a), mais uniquement dans le Lar. XX. Or elle se trouve encore dans le Gr. Lar. et dans le Lar. Ch. (l.c.). Parmi les auteurs spécialisés, CHAIGNEAU (Habit., 41,47) donne seulement perruque, MANHÈS (o.c., 74-77) distingue mitre (d’évêque) et perruque, que le Lar. Ch. (530) et le Dict. Lar. (s.v. mitré) présentent comme synonymes. Les animaux atteints de ces malformations doivent être éliminés46.

***

125Quelques verbes, avec les expressions ou les noms qui en dérivent, se rapportent aussi à la tête des cervidés.

PLANCHE VIII

PLANCHE VIII

Têtes de brocards
(Extrait de MANHÈS d’ANGENY, H., Le chevreuil, Librairie des Champs-Élysées, 1959, p. 75.)

126Porter, v. tr. direct, s’emploie pour déterminer la tête (septième tête : VIALAR, Meute, 84 ; cinquième tête : ibid., 144) ou le nombre de cors de la tête du cerf ou du chevreuil. Souvent, dans ce second cas, le verbe n’est suivi que d’un nombre, adjectif numéral cardinal (douze, quatorze,…), qui est compl. d’objet direct, le substantif cors étant sous-entendu.

« Combien portait-il [le cerf], La Brisée ? […] — Au moins dix-huit, Monseigneur, comme deux arbres sur sa tête. Il a tout allongé comme un dieu : pas un reproche, l’empaumure aussi belle que celle d’un dix-cors jeunement, mais si large ! Jamais cette tête ne péchera, jamais rouée, jamais bizarde… » (GEN., F. perd., 77-78) ; VIA., Fusil, 184 : voir gouttières ; « un cerf dix-cors portant 44, tué par l’empereur d’Allemagne » (Journ., mars 11, 203c) ; l.c., 15 nov. 32, 114c : voir bien semé ; Chass., août 72, 9c : voir mal semé ; etc.

127Le FEW (IX, 203a), d’après TILANDER (Glan.), enregistre porter, ’avoir (en parlant des cors d’un cerf)’, du XIIIe s. à 1885, chez PAIRAULT. Or, le Lar. XX, le Gr. Lar. et des auteurs spécialisés (BELLIER ; VILLENAVE ; Lar. Ch., 142 ; Dict. Lar.) définissent encore, à juste titre, cet emploi cynégétique.

REM. Un chasseur, qui ne peut préciser le nombre de cors de la tête d’un broquart, utilise porter absolument : « Il y a dans ce bois un chevreuil qui « portait » encore il y a trois ou quatre jours à peine. Je n’ai pu voir au juste ce qu’il avait entre les oreilles, mais il m’a paru avoir de l’âge à en juger par l’ensemble. » (Journ., nov. 08, 162c).

***

128Quand il se rapporte à la tête ou au nombre de cors considérés comme autant de caractéristiques ou de « marques » (cfr TIL., Mél., 95-97), o marquer, v.tr. direct, est synonyme de porter, que nous avons étudié ci-dessus, avec un compl. d’objet direct entièrement exprimé. Cet emploi de marquer semble avoir disparu au profit de celui de porter. D’après nos dépouillements, VIALAR seulement se sert encore de marquer.

À partir de l’année où le chevreuil porte six (voir gouttières), il est « difficile de dire l’âge de la bête car le brocard marque daguet ou marque six cors. » (Fusil, 184).

129Les dict. consultés ignorent cet emploi. Dans le Lar. Ch. (142), on peut lire, comme chez VIALAR (l.c.) : « Le brocard, par ses bois, marque daguet ou marque six cors ».

***

130Faux-marquée, adj. féminin, s’emploie pour la tête du cerf mal semée+, c’est-à-dire pour celle dont chaque merrain porte un nombre inégal d’andouillers. Le Journ. (25 avr. 33, 239a), qui donne à ses lecteurs un « Dictionnaire des termes usuels de chasse », définit (tête) faux-marquée, qui semble ne plus appartenir à la langue cynégétique courante. Enregistré de 1611, chez COTGRAVE, au Lar. 1873 (FEW, XVI, 553a), ce terme se trouve encore dans le Lar. XX. Des techniciens expliquent (REMIG., 122 ; TIL., Mél., 96 et 97) et définissent (PARENT ; BELL., s.v. tête ; VILLENAVE ; Guide Marabout, 104) encore l’expression (cerf ou tête) faux-marqué(e). L’usage semble préférer mal semé+ à faux-marqué.

***

131En parlant du cerf ou du brocard qui ont refait leur tête, frayer, v. intrans., ou toucher au bois, v. trans. indirect, signifient’frotter (leur tête) contre le bois des arbres pour faciliter et accélérer la chute de la peau, ou velours+, qui la recouvre’. D’après nos dépouillements, toucher au bois est le plus fréquent.

  • 47 Dépouillés du velours, les bois ont une teinte blanchâtre, mais ils brunissent assez vite par la s (...)

« Alors le cerf touche au bois, vieille expression signifiant qu’il nettoie sa ramure en la frottant contre les branches ; et lui donne très rapidement une coloration brune qui s’allie à la couleur de son pelage. »47 (SOMMER, Imag., 172) ; ibid., 310 : voir ci-dessous ; GEN., Harde, 165 ; Journ., 3 fois en 1914 (10 févr., 113c ; 25 mars, 165c ; 25 juill., 293c), 1 fois en 1929 (20 mars, 290c : voir refait)·, etc.

132Parfois l’expression devient o toucher aux arbres, avec arbres au pluriel (l.c., août 12, 3c ; 10 juill. 14, 274b). Par analogie — bien que dans son Glossaire, VIALAR donne toucher au bois au singulier (Meute, Gloss., 307) — dans le texte, il écrit : « Grand cerf touche bien aux bois, aux petits arbres, mais non pas continuellement, et les jeunes cerfs y touchent souvent. » (o.c., 29). BESCH., LITTRÉ, l’ACAD., les Lar., et les spécialistes (BAUDR. ; PARENT ; VILLENAVE ; MANHÈS, Chevreuil, 28, 120 ; Dict. Lar. ;…) donnent toucher au bois (au sing.). Le DG et les ROBERT omettent cette périphrase, introduite par SALNOVE (1655) pour remplacer le verbe frayer, de même sens, mais plus ancien (voir REMIG., 140).

133Frayer semble devenu rare aujourd’hui, puisque nos dépouillements ne nous ont apporté que trois attestations. La première est une définition de frayer, qui fait partie du « Dictionnaire des termes usuels de chasse » publié par le Journ. (25 avr. 33, 239a). Dans la seconde, le verbe est accompagné de son synonyme et d’une définition :

« De plus, les jeunes plants de résineux souffrent des dégâts du grand gibier, surtout lorsque ceux-ci dévorent la pousse centrale, ou que les cerfs et les brocards « touchent au bois » ou « frayent » c’est-à-dire se frottent sur la tige centrale pleine de résine à l’époque de la chute du velours et du rut. » (SOMMER, Imag., 310).

134Dans la troisième attestation, l’auteur a confondu — il le reconnaît — frayer avec jeter+ ou mettre bas+ sa tête :

« Les cerfs accomplis mettent bas leurs bois dès la fin février-début mars tandis-que [sic] les jeunes cerfs ne frayent qu’en avril. » (CROMBRUGGHE, Âge, [p. 14-15]).

135Dans les deux premières attestations, frayer est employé de façon absolue, ce que nous avons retrouvé seulement chez PARENT, chez BELLIER, dans la Ch. mod. (Voc.) et dans le Lar. Ch. (Voc.) qui, dans son texte (p. 142), préfère toucher au bois. Les dict. modernes (y compris le FEW, III, 781b), ainsi que VILLENAVE, MANHÈS d’ANGENY (Chevreuil, 28, 34, 35, 71…), et TIL. (Litt., 155), qui est plutôt historien du vocabulaire cynégétique, mentionnent la formule frayer sa tête, qui paraît sortie de l’usage.

***

136L’action du cerf ou du chevreuil qui touchent au bois s’appelle frayure, s.f. SOMMER (Imag., 172, note 1) utilise une fois ce nom, qui est dans LITTRÉ, le Lar. XX, le Gr. Lar. et le FEW (III, 781b). VERLINDEN affirme, « pour l’avoir observé avec certitude, que le cerf mange aussi lui-même les lambeaux de son velours lors de la frayure » (Cerf, 52 ; ibid., 54). D’après TIL. (Litt., 164-172), qui étudie les sens et les formes dérivées de fricare, la forme frayeure « n’a guère eu une existence réelle. Elle n’a en tout cas pas survécu » (ibid., 172).

***

2) Les éléments des bois

137Le Dr CHEVAL, dans son étude sur la ramure du cerf, revue par le Commt de MAROLLES (XIIe Centenaire, 47), fait remarquer que, si la nomenclature des andouillers est à peu près la même dans les traités de vénerie française et allemande, la position occupée par chaque andouiller diffère selon les auteurs français et allemands. Par exemple, en France, les veneurs placent le surandouiller au-dessus de l’andouiller de massacre et appellent andouiller moyen (ou chevillure) le troisième des cors sur chaque merrain ; en Allemagne, surandouiller désigne le quatrième des cors, et andouiller médian ou moyen se rapporte à « notre » surandouiller. C’est la terminologie des veneurs français et aussi celle des chasseurs belges qui nous guideront dans l’examen des appellations et de la situation des éléments des bois des cervidés.

***

  • 48 Parmi nos attestations, deux seulement donnent dague au singulier (Journ., 25 avr. 32, 259a ; 25 a (...)

138Pendant leur première année, les jeunes cerfs, daims et chevreuils mâles ne portent pas de bois. Après un an accompli se forment sur l’os frontal du cerf ou du brocard deux bosses+, qui s’allongent et livrent passage à deux tiges pointues, sans cors, qu’on appelle dagues, s.f., le plus souvent au pluriel48. Tant que le cerf porte les dagues, c’est-à-dire pendant sa 2e année, il est à sa première tête+ et est appelé daguet+ (voir TIL., N. ess., 204-205 et 225). La plupart des auteurs (GEN., Harde, 55, 58, 162 : voir mettre bas, etc. ; PRÉM., Cinq hist., 35 ; VIALAR, Meute, 28 ; Journ., en 1911, ’13, ’30, etc.) réservent dagues au jeune cerf. Deux cependant appliquent le mot au cerf et au brocard (l.c., 1-15 déc. 22, 215a ; 25 avr. 33, 238c), et deux le rapportent uniquement au chevreuil (voir ci-dessous) :

« un broquart à sa première tête, petites dagues en velours ou non, peut ne pas être reconnu, ces dagues étant masquées par les oreilles » (Journ., 29 févr. 24, 199a, texte reproduit dans le no suivant du Journ., le 31 mars 24, 213b) ; l.c., 20 mars 29, 289a-b : voir meule.

  • 49 Dagues, s.f.pl., se dit quelquefois des défenses+ du vieux sanglier.
  • 50 Les Larousse ne précisent pas « les cervidés ».

139Tous les dict. consultés, y compris le FEW (III, 1a-b), connaissent l’emploi de dagues pour le cerf49. D’après BAUDR., BELLIER, VILLENAVE, le DG, l’ACAD. et les ROBERT, le mot s’applique aussi au daim50 ; mais nos sources n’attestent pas cet emploi. Actuellement, alors que l’usage de dagues disparaît pour le daim, nous constatons qu’il s’étend au chevreuil, comme en témoignent VILLENAVE et le Dict. Lar.

***

  • 51 Broches, s.f.pl., désigne parfois les défenses+ du sanglier. Cet emploi correspond à celui signalé (...)

140L’élargissement de l’emploi de dagues pourrait être dû au fait que broches, s.f. toujours au pluriel, terme propre à la première tête du chevreuil, manque de vitalité. Dagues chez le daguet correspond à broches51 chez le brocard.

« À six mois, le faon [de chevrette] que tu as vu va devenir un chevrillard et les bosses vont lui pousser sur la tête. À un an elles seront devenues deux petites dagues, qu’on appelle des broches, mais sans meules. » (VIA., Fusil, 183.)

  • 52 « À côté de dague, on dit aussi broche pour indiquer le bois du cerf dans sa seconde année » (TIL. (...)
  • 53 Ce sont les dict. du XIXe s. cités dans la note précédente.
  • 54 La « seconde tête peut être très variable selon les régions, la richesse de la nourriture et la sa (...)

141D’après nos dépouillements, broches ne se dit plus de la première tête du cerf52, mais ne s’applique pas seulement à celle du chevreuil dans sa deuxième année, comme c’est le cas chez GENEVOIX (Harde, 49 et 50). Le mot peut se rapporter à un « chevreuil mâle au plein de sa forme » (GEN., Best., 65-66), à un animal plus âgé (« vieux brocart aux broches aiguës » ID., F. perd., 116), et à la ramure du daim (« le jeune daguet, fluet encore, ne portait que deux maigres broches » Chass., mars 49, 346a). Le DG cite ce dernier emploi. Les dict. du XIXe s.53, le Pet. ROB. et les Larousse, à partir du Lar. XIX (et pas seulement dans le Lar. XIX, comme le signale le FEW, I, 547a), ainsi que les spécialistes (BAUDR. ; BELL. ; Lar. Ch., 142 ; etc.) retiennent « le sens ordinaire de broches dans la langue cynégétique », c’est-à-dire « première tête du chevreuil » (TIL., Glan., 37). L’ACAD. et ROBERT l’ignorent. Parfois, chez des cerfs ou des chevreuils jeunes et particulièrement vigoureux, les dagues ou les broches peuvent être fourchues+. Quelquefois aussi, deux simples dagues constituent encore la seconde tête du cerf54 :

« Il aurait dû, cette année-là, allonger sa seconde tête : ce furent encore deux dagues qui lui repoussèrent sur le front. Elles étaient plus massives et plus longues, mais la terrible alerte de l’automne avait tari en lui des sèves, et sa tête révélait à présent les affres qu’il avait subies. » (GEN., Harde, 102).

PLANCHE IX

PLANCHE IX

La seconde tête de 2 ans à 3 ans
(Extrait de MOREAU, A., La tête du cerf et son âge, s.l.n.d., planche 5.)

142Le cerf s’appelle alors grand daguet+.

***

143Pour être en mesure de décrire la seconde, la troisième ou la quatrième… tête du cerf ou du chevreuil, il faut examiner les différents éléments qui composent les bois, et d’abord les deux « tiges » principales.

144Entre deux et trois ans, les dagues+ ou les broches+ tombent et sont remplacées en général par deux bois plus forts, deux « tiges » maîtresses, qui sortent des meules+, dont chacune, aujourd’hui, porte le nom de perche, s.f., ou de merrain, s.m. Ces deux termes n’ont pas toujours été synonymes. Perche désignait surtout une « tige haute », tandis que merrain se rapportait à un « tronc gros », producteur des andouillers+ (REMIG., 231). On considérait donc la perche comme un « merrain sans andouillers » (Dr CHEVAL, 15). Cette différence de sens, apparue au XVIIIe s., chez LE VERR. (1763), et reprise par YAUVILLE (1788), n’est plus respectée. R. HERMAN ne distingue pas les perches, qui « se ramifient en cors pointus, effilés et luisants » (Forêt, 49a), des merrains, « épais, lourds et garnis de perlures dorées, avec des andouillers d’attaque recourbés et pointus et de larges chandeliers… » (ibid., 61b ; voir aussi ibid., 21b, s.v. andouiller). S. de CROMBRUGGHE, non plus : chez le cerf, à sa troisième tête, « normalement, les merrains atteignent plus de 60 cm de long » (Âge, [p. 8]) ; de la 6me à la 9me tête, « Les perches atteignent normalement plus de 75 cm de long. » (ibid., [p. 14]). Chez F. VORREYER également, merrain et perche sont synonymes (Bull. Forêt-Gibier, juin 72, 5 et 6). GENEVOIX (Harde, 163, 170 : voir chevillures, 58 : cerfs « fiers de leurs andouillers luisants, de leurs grosses perches bien semées ») et la moitié des correspondants du Journ. (janv. 11, 147a : voir cors et couronne ; 1-15 déc. 22, 215a ; etc.) « attachent » les andouillers aux perches. Les dict., sauf le DG (où manque le sens cynég. de perche), et les spécialistes du XIXe et du XXe s. font de même.

« C’était un animal magnifique, un grand vieux cerf solitaire »
(VIALAR, La grande meute, p. 94).

Harde de cerfs en velours (Photos J. Everard de Harzir)

145Perche (Journ., 25 avr. 29, 322b ; HERMAN, o.c., 40a) s’emploie pour le brocard, ainsi que merrain (Journ., 15 août 32, 41b). Ce dernier terme se rapporte également au daim (l.c., 15 mai 29, 340b). Parfois merrain retrouve, involontairement sans doute, sa précision de jadis.

« Les cerfs à bois, aux merrains portant andouillers » (Journ., 25 avr. 32, 257a) ; l.c., 15 nov. 32, 114c : voir bien semé ; « merrains splendides tant par leur grosseur que par leur coloration (Chass., sept. 50, 520b) ; SOMMER, Imag., 169, 171 ; etc.

  • 55 Pour LITTRÉ et l’ACAD., peut-être influencés par l’étymon materia, merrain désigne ’la matière de (...)
  • 56 Le FEW (l.c.) cite plus de dix variantes, dont six attestées après 1800 : merrein, merrain, mairin (...)

146La graphie merrain, apparue au XVIIIe s., chez BUFFON (FEW, VI, 487b), la seule admise par BESCH., LITTRE, l’ACAD.55, le Gr. Lar., les ROBERT, et les ouvrages spécialisés du XXe s. (dès la Ch. mod., Voc.), est utilisée par tous nos auteurs56, sauf par VIALAR. Par goût d’archaïsme (cfr espois), ce dernier écrit o marrein (Meute, 94 ; et Gloss., 303), forme que le FEW (l.c.) enregistre de 1573 (du PUYS) à 1694 (Th. CORNEILLE).

***

147Sur les merrains de la tête des cervidés poussent des ramifications ou branches. Quatre termes généraux et synonymes peuvent les désigner : chevilles+ (pluriel), chevillures+ (pluriel), cor(s)+ (très souvent au pluriel), et andouiller+. Comme il existe un ou plusieurs noms particuliers propres à chacun de ces cors, dont le premier peut, précisément, s’appeler andouiller+, et le troisième chevillure+, il faut présenter ces termes avec clarté. Les cors qui terminent les merrains et forment l’enfourchure+, le chandelier+, etc., sont appelés épois+.

***

148Il y a aussi o pointe, s.f., presque toujours au pluriel, qui, chez nos auteurs, s’emploie aussi bien pour les cors latéraux des merrains que pour ceux du sommet. C’est ainsi que VERLINDEN (Cerf, 31) signale le mot et l’utilise (o.c., 32, 34, etc.).

Le daguet (cerf) « refait une nouvelle tête l’année suivante, portant alors un maître andouiller, pour avoir à cinq ou six ans, six ou huit et même dix pointes, la croissance des bois dépendant je le répète de sa condition physique. » (Chass., nov. 72, 8b).

149Les dict. usuels ne donnent pas d’emploi cynégétique s.v. pointe. Mais l’acception qui nous intéresse se trouve en partie et implicitement dans le sens courant :’extrémité, sommet d’une branche’ (Pet. ROB.). Le Dict. Lar. (s.v. cor) réserve pointes aux cors, trop petits, trop minces, qui ne sont plus des andouillers, ce qui peut arriver à une tête de cerf portant un nombre élevé de cors, au-delà de seize, par exemple. Mais ce n’est pas dans ce sens-là que BURNAND (Dict. Lar., s.v. chandelier, cerf et tête) et nos auteurs utilisent pointes. Chez eux, ce terme est tout à fait synonyme d’andouillers pour la tête du cerf (voir ci-dessous) et pour celle du daim (Journ., nov. 11, 101a).

Le 16 février, un garde au domaine de Roumont-Libramont a rencontré « quatre cerfs déjà sous velours. Chez l’un d’eux, on distinguait déjà huit pointes. Serait-ce la longue chaleur de l’an passé qui a pu produire une si remarquable précocité dans le refait ? » (Journ., 16-31 mars 22, 297c) ; SOMMER, Imag., 168 ; etc.

***

150Employé pour la tête du brocard, pointes peut servir à nommer l’animal. o Brocard 6-pointes (CROMBRUGGHE, dans Bull. Forêt-Gibier, nov. 70, 35) est synonyme, pour un chevreuil, de six cors+ Absolument, un o quatre pointes et un o 6-pointes désignent respectivement un brocard qui porte quatre ou six cors.

Un splendide brocard. « C’est un « quatre pointes » dans la force de l’âge, et que l’époque du rut emplit d’audace et de fierté ! » (HERMAN, Forêt, 40a) ;

Il faudrait envisager « la réduction sensible de la période de chasse à l’approche actuelle des 6-pointes et plus. » (CROMBRUGGHE, dans Bull. Forêt-Gibier, juin 70, 2).

***

151Seul GENEVOIX utilise (pour le cerf) chevilles, s.f. plur. (Harde, 58 : voir empaumure), et chevillures, s.f. plur.

« Quatorze chevillures s’étageaient sur ses perches sombres, creusées de profondes gouttières et grumelées de perlures blanches. » (o.c., 170) ; ibid., 32.

152Seuls FURET., qui cite aussi le synonyme chevilleures, les Compl. ACAD. 1835 et 1843, BESCH., PARENT, LITTRÉ, le DG (au sing.), le Lar. XX, et le Guide Marabout (103) retiennent l’acception cynégétique de chevilles (voir TIL., N. ess., 216-217). L’unique exemple relevé et le silence des ouvrages contemporains (ACAD. ; Gr. Lar.·, les ROBERT ; Lar. Ch.·, etc.) montrent que chevilles comme chevillé+ ne font presque plus partie de l’usage.

  • 57 SALN., GOD. Compl. et le DG donnent le singulier au sens collectif, ’l’ensemble des chevilles’ (vo (...)

153De même, chevillures, au pluriel, présent chez FURET, et LITTRÉ, n’appartient plus guère au langage actuel57. Le terme manque dans l’ACAD. et les ROBERT. Au singulier, dans son sens spécialisé qui sera étudié plus loin, chevillure+ est rare également.

***

154Cor et andouiller restent vivants.

155Cor, s.m., presque toujours au pluriel, peut s’employer seul.

« Manière de compter les cors » (Faune, 1er févr. 14, 323b : voir ci-dessous) ;

« Dans sa troisième année, il lui [au cerf] vient un bois+ dont chaque tige ou « perche » jette deux ou trois branches : ce sont les cors ou « andouillers ». » (Journ., janv. 11, 147a) ; l.c., 10 janv. 30, 187b ; Vie, oct. 48, 46a ; VIA., Meute, 94 : voir massacre ; etc.

156L’ACAD., le DG et ROBERT ont donc tort de dire que le mot « n’est plus usité que dans les expressions » : un cerf de dix cors ; ellipt., un cerf dix cors ; absolt., un vieux dix cors.

  • 58 « En aucun cas on ne peut dire un cors » [écrit avec s], remarque LITTRÉ, à l’article jeunement.

157Attesté depuis Modus (FEW, II2, 1191a), cors, au pluriel, se trouve dans LITTRÉ58, BELLIER et le Pet. ROB. Les autres dict. définissent cor, au singulier, par ’andouiller’.

  • 59 Cfr TIL., N. ess., Façon de compter les cors du cerf, 7.

158Toutefois, cors est plus fréquent en composition que seul. Cors et un adjectif numéral cardinal placé devant lui forment des appellations précises, qui sont très courantes dans la confrérie des disciples de saint Hubert. Pour désigner un cerf ou, plus rarement, un brocard par son nombre de cors59, il suffit de compter « le nombre de pointes que supporte le merrain le plus chargé » et de doubler ce nombre. « On compte comme pointe, tout andouiller ou épois [sic], si petit soit-il, pourvu que l’on puisse y suspendre la cravache du chasseur par une ficelle » (Faune, 1er févr. 14, 324a) ou « la poire à poudre de jadis » (Journ., 25 avr. 32, 259a). On obtient ainsi : dix-, douze-, quatorze-, seize-, dix-huit-, vingt-, vingt-quatre-cors… ; et au-dessous de dix-cors : parfois, quatre- et six-cors ; rappelons que six cors+, synonyme de vieux brocard, a déjà été étudié. Enfin, on rencontre souvent huit-cors. Que l’adjectif numéral soit exprimé en chiffres (Faune, 1er févr. 14, 325a : voir (se) couronner ; Journ., 25 avr. 32, 259a : voir andouiller moyen ; etc.) ou en lettres (le plus souvent), il est généralement suivi d’un trait d’union qui le lie à cors.

***

159On dit aussi, absolument, un o huit, un o dix, etc., pour un huit-cors, un dix-cors, etc. (HERMAN, Forêt, 72a…). Arrivés à huit cors, certains cerfs refont chaque année la même tête (cfr Dict. Lar., s.v. tête ; etc.). On parle alors de o huit cors perpétuels (HERMAN, L’Avenir, 9 nov. 59, 10 : voir grand daguet) ou de o huit perpétuels.

Il existe « dans nos forêts, beaucoup de « huit perpétuels », qui ne dépassent jamais ce stade, mais dont les bois atteignent cependant des dimensions très respectables… » (HERMAN, Forêt, 21b).

***

160Dix-cors appartient à l’usage courant, différent toutefois en France et en Belgique. Dix-cors ou dix cors est l’appellation générale dont se servent les Français, et en particulier les veneurs français, pour désigner tout cerf adulte courable qui porte+ dix ou plus (voir TIL., N. ess., 7). Le cerf qui l’a porté conserve ce nom jusqu’à sa mort (MOREAU, pl. 1). « Pour sortir de la confusion qui en résulte, ils [les Français] sont amenés à user de qualifications compliquées » (VERLINDEN, Cerf, 44), telles que dix-cors jeunement+, grand dix cors+, vieux dix-cors+, grand vieux cerf+, etc. Les dénominations ainsi formées permettent de juger de la vieillesse du cerf et de la splendeur de ses bois, mais elles relèvent du langage des techniciens. Cependant, même pour les spécialistes, tout cerf âgé et à belle ramure, de- venu vieux cerf, grand dix-cors ou grand vieux cerf…, continue, quel que soit le nombre de ses andouillers, à être appelé dix-cors, « qui est plutôt un titre de noblesse qu’un grade dans la hiérarchie des porteurs de bois » (Dict. Lar., s.v. dix-cors).

Courre d’un « magnifique et vieux cerf, portant quatorze mal semés ». « Le dénouement cependant approchait. Déjà le dix cors avait pris plusieurs fois l’eau dans les mares, […]. » (Chass., juill. 28, 387b et 388a) ; CHÂT., Meute, 152-153 ; etc.

PLANCHE X

PLANCHE X

Façon de compter les cors du cerf
(Extrait de MOREAU, A., La tête du cerf et son âge, s.l.n.d., planche 18.)

161Dans notre pays, on appelle dix-cors le cerf adulte qui porte dix, ni plus ni moins (Journ., 15 août 32, 40c ; etc. ; Bull. Forêt-Gibier, juin 72, 3 ; etc.). D’après VERLINDEN (Cerf, 38), on rencontre « deux types de dix-cors, à peu près également fréquents : les uns à surandouillers+ et enfourchure+ » (HERMAN, Forêt, 51, photo), ce qui représente trois cors et deux épois sur chaque merrain, et les autres ou dix à chandelier+ (sans surandouiller), c’est-à-dire ceux dont chaque merrain porte deux cors et trois épois : « un superbe dix cors à chandelier » (HERMAN, o.c., 21b) ; ibid., 61b. Ces derniers sont considérés comme les cerfs d’avenir par excellence.

REM. Certains cherchent à préciser l’âge du dix-cors, cerf ou daim (voir ci-dessous) : six ans (Journ., janv. 11, 147a ; l.c., 10 déc. 13, 60a) ; « Le daim met autant d’années que le cerf, c’est-à-dire sept ans, pour devenir dix-cors. » (l.c., 15 mai 29, 340c).

Que disent les dict. ? Cerf dans sa 7e année (LITTRÉ ; DG ; FEW, II2, 1191a) ; cerf âgé de 7 ans (Lar. XX ; Gr. Lar. ; les ROBERT ; Gr. Lar. l. fr.) ; cerf qui a dix ans (ACAD.). Ces évaluations restent très approximatives, vu que, « pour un même an, le nombre des cors n’est pas d’une fixité absolue » (REMIG., 95 ; TIL., l.c. ; voir ramure, rem.).

162Seule ou en composition, la locution dix-cors avec trait d’union semble constante chez PRÉMOREL (Folkl., 89, 98 ; etc.) et très fréquente dans les articles de revues belges et françaises (cfr exemples déjà cités), tandis que GENEVOIX (sauf dans Best., 288), VIALAR (Meute, 12, 67, etc.) et BORDONOVE (Chien de feu, 169) l’écrivent sans trait d’union.

***

163Dix-cors a évincé ses deux synonymes, o cerf de dix cors et cerf dix-cors. À partir de la fin du XVIIIe s., l’expression cerf de dix cors, au sens général de ’cerf accompli’, est remplacée par cerf dix cors.

PLANCHE XI

PLANCHE XI

(Extrait de VERLINDEN, C., et JANTI, P. (de), Le cerf et sa chasse, Crépin-Leblond, 1960, p. 38 et 39.)

164« La perte de la préposition est due à l’emploi fréquent de dix cors comme substantif et en fonction d’attribut. » (TIL., N. ess., 15.) Qui préfère l’archaïsme ? VIALAR (Meute, 9, 174), comme pour marrein+. Alors que les dict. contemporains, y compris le Gr. Lar. l. fr., retiennent tous cerf dix cors, cette expression à son tour devient rare : cinq attestations relevées dans le Journ. (quatre en 1911 : voir porter, et jeune cerf ; et une en 1930). Ces articles sont écrits par le directeur (un Anversois) du Journ., un garde à Ciney, un lecteur de Bruxelles (spécialiste, dont deux lettres ont été publiées) et un abonné demeurant à Hautrages, tous belges.

***

  • 60 De plus, dans BESCH. copiant l’ACAD., qui fut corrigée plus tard par LEGOARANT (voir LITTRÉ, 2°), (...)
  • 61 Voir la note précédente.

165Dix-cors jeunement. ’Cerf dont les bois n’ont pas encore atteint le plein développement de leurs dix andouillers ; ses merrains portent à peine dix cors, parfois mal semés+ (cinq d’un côté et quatre de l’autre)’. Les définitions données par BESCH., LITTRÉ, le DG et le Pet. ROB. sont inexactes60 ; car « jeunement ne signifie point « depuis peu » ou « nouvellement », mais « à peine » » (REMIG., 176-177). D’après TIL. (Litt., 63-64), qui défend LITTRÉ61, un « cerf dix cors jeunement doit porter normalement quatre ou cinq cors sur chaque branche ». Le FEW (V, 93b) enregistre l’expression de 1655 (SALNOVE) au Lar. 1931. Or, le Gr. Lar., le Pet. ROB., et tous les spécialistes la connaissent encore ; de plus, dix-cors jeunement, relevé en 1909,’11, ’14, et ’21, est toujours vivant en 1932, chez Oct. LESCHEVIN (chasseur et juriste belge ; Journ., 25 avr., et 15 nov., 259a, et 114c : voir bien semé), chez PRÉMOREL en 1935 (Cinq hist., 38 : voir petit cerf) et en 1949 (dans Vie, août, 322), chez GENEVOIX en 1938 (Harde, 186 : voir ramure royale) et en 1967 (F. perd., 78 : voir porter). Rappelons cependant que cette expression appartient surtout au langage des veneurs français. C. VERLINDEN, spécialiste belge du grand gibier, la cite (Cerf, 44 : voir dix-cors), mais ne l’emploie pas. Par contre, dix-cors jeunement fait partie du vocabulaire des veneurs, comme le baron de JANTI, historien de la vénerie, attaché aux traditions françaises (o.c., 182), comme le duc de BRISSAC, petit-fils de la célèbre duchesse d’Uzès (La vénerie, 60, 74, 185).

166Son synonyme cerf dix-cors jeunement, comme cerf dix-cors, vieillit. Il est employé une fois dans le récit d’une chasse sous Louis XII (Journ., août 21, 105c), ce qui pourrait expliquer ce choix. Il semble paradoxal que le Pet. ROB., comme le Gr. Lar. l. fr., ne cite que cerf dix-cors jeunement, alors que ROBERT ignore même dix-cors jeunement.

REM. « Avant l’âge de cinq ans accomplis, le cerf est dit jeune cerf + » (TIL., N. ess., 7). Le dix cors jeunement est dans sa sixième année environ (MOREAU, pl. 1 ; CHAIGNEAU, Habit., 23 ; etc.).

***

167o Broquart dix-cors jeunement, qui n’est retenu par aucun des ouvrages consultés, est un hapax dans nos dépouillements. Seul Arm. MERCIER applique dix-cors jeunement au chevreuil mâle à sa cinquième tête (dans Journ., 5 mars 29, 283a (légende d’une photo) et c : voir vieux broquart). Mais les broquarts « n’ont pas un andouiller de plus tous les ans, même s’ils suivent la progression réglementaire, ce qui est très rare. De troisième tête à dix-cors, ils ne portent que six. D’ailleurs rien n’est plus capricieux et irrégulier que les productions de la nature chez eux. » (Ch. mod., 406).

***

168Quatre dénominations semblent synonymes : grand dix-cors (PRÉM., Cinq hist., 23, 44 ; GEN., Best., 288 ; Journ., 5 févr. 26, 94a et b ; 25 avr. 32, 258 et 259 ; 15 nov. 32, 114b) ou grand dix cors (GEN., Harde, 173, 186 : voir ramure royale, 191… ; Faune, 1er févr. 14, 324a : cité ci-dessous ; Chass., avr. 71, 5c), royal dix-cors (Journ., sept. 09, 81a), vieux dix-cors (PRÉM., o.c., 29, 38 : voir petit cerf, 40 ; Folkl., 98 ; dans Vie, août 49, 322 ; Journ., déc. 11, 119a ; 15 mai 29, 341a et c : daim) ou vieux dix cors (GEN., Harde, 44, 67, 84… ; HERMAN, Forêt, 59b, 79b ; Faune, l.c.), et o dix cors vieillement (Journ., 25 avr. 32, 259a ; Faune, l.c.). Elles se rapportent au cerf (ou parfois au daim) dont la tête porte au moins douze cors. Comme elles relèvent de spécialistes qui ne les emploient qu’à bon escient, nos références sont peu nombreuses. LITTRÉ, le DG et le Lar. XX passent ces locutions sous silence. VERLINDEN (Cerf, 44 : voir dix-cors) en cite plusieurs, mais aucun spécialiste ne les donne toutes ensemble ; le Lar. Ch. (132) et le Gr. Lar. l. fr. retiennent grand dix-cors, le Gr. Lar. ajoute royal dix-cors et les définit par ’cerf de huit ans au moins’ ; l’ACAD., les ROBERT et CHAIGNEAU (Habit., 23, etc.) citent vieux dix cors. Nous connaissons le sens de dix cors vieillement grâce aux synonymes énumérés dans Faune (l.c.) : « Le cerf de 8-9 [ans] est nommé vieux dix cors, ou dix cors vieillement, ou encore grand dix cors ».

***

169GEN. (Harde, 72 ; F. perd., 13), PRÉM. (Cinq hist., 38 : voir petit cerf) et un spécialiste (Journ., 10 juill. 14, 274a) utilisent o grand vieux dix (-) cors, qui paraît correspondre à grand vieux cerf+. D’après CHAIGNEAU (Guide prat., 63) le grand vieux cerf ou grand vieux dix cors aurait neuf ans et plus.

***

  • 62 Le sens premier sera étudié ensuite. TIL. (N. ess., 209-212) explique, avec de nombreuses précisio (...)

170Au XXe s., chevilles, chevillures et même cors (lorsqu’il est employé seul) sont moins usités qu’andouiller, s.m., qui, dans son acception élargie62, se rapporte à chacun des cors semés sur le merrain+.

« Il est faux, pourtant, de croire que les bois repoussent, chaque année, avec un andouiller de plus à chaque perche. Certes, ce peut être le cas, et généralement, le massacre gagne avec l’âge en taille et en poids. Mais il suffit de l’une ou l’autre circonstance — pénurie de nourriture, blessure ou maladie — pour qu’il reste « stationnaire » ou même pour qu’il rétrograde… » (HERMAN, Forêt, 21b).

171Les écrivains (GEN., VIALAR, SOMMER…) et les auteurs d’articles, qu’ils soient spécialistes ou lecteurs, l’emploient couramment pour le cerf, parfois pour le chevreuil (une dizaine de références contre plus de soixante-dix pour le cerf) et rarement pour le daim (voir ci-dessous).

Chez le daim, on « compte les andouillers comme ceux du cerf et, bien entendu, ils indiquent la succession d’âge. » (Journ., 15 mai 29, 340c) ; ibid., 340b.

  • 63 « Nous lui accorderons donc moins de place qu’au cerf », écrit en 1968 Émile LEJEUNE (Le guide Mar (...)

172Ces fréquences paraissent normales. Lorsque l’on parle des bois, on s’intéresse davantage à la ramure du cerf qu’à la tête du brocard, qui atteint rarement, peut-être à cause de la plus longue période où la chasse est ouverte, un développement complet. Quant au daim, nous l’avons dit, il n’existe presque plus à l’état sauvage et il ne se tire plus guère sur nos chasses63. Le sens élargi d’andouiller est aussi bien enregistré par les auteurs de traités de chasse (LAVALLÉE ; PARENT ; PAIRAULT…) que par les dict. usuels.

***

  • 64 Conformément à l’étymon * anteoculare (’qui pousse devant les yeux’) > antouiller > andouiller, «  (...)

173Le nom de chaque andouiller varie suivant la position qu’il occupe sur le merrain. À l’origine, andouiller désigne uniquement, sur chaque merrain, le premier des cors qui pousse horizontalement au-dessus des yeux, près de la meule+64. Lorsque cet andouiller apparaît, le cerf est normalement à sa seconde tête. Le sens secondaire et élargi, dont nous avons parlé ci-dessus, a refoulé le sens premier, pour lequel nous n’avons qu’une seule attestation :

« 1° Cet andouiller est appelé l’andouiller d’attaque, ou maître andouiller, ou encore andouiller d’œil qui est la dénomination allemande ; parfois on le nomme aussi andouiller de massacre ou simplement l’andouiller (allemand : augsprosse). Le vrai nom est andouiller d’attaque ; » (Faune, 1er févr. 14, 321b, où Ed. MANDERBACH s’inspire de l’Allemand von RAASVELT, un spécialiste du cerf).

  • 65 Selon B.W.5, « l’expr. analogue de l’allem. Augensprosse, propr. « rejeton des yeux » », confirme (...)

174Actuellement, ce qui évite toute confusion, andouiller au sens originel est remplacé par six expressions, dont trois présentent ce premier andouiller comme l’arme la plus redoutable du cerf (BELLIER ; Lar. XX ; Gr. Lar.). « Ses coups sont souvent mortels » (voir la rem. ci-dessous), note VIALAR (Meute, Gloss., 295). Classons ces synonymes avec leurs références. Andouiller de massacre, le plus usité d’après nos dépouillements (GEN., Harde, 63 ; F. vois., 127 : voir trochée ; F. perd., 114 ; VIALAR, o.c., 295 ; Faune, l.c. ; Journ., 10 janv. 30, 187b ; etc.) ; ou o bois de massacre, hapax : « Le Cerf, de ses bois de massacre, touchait la poitrine d’un homme. » (GEN., F. perd., 206) ; ou andouiller d’œil, « qui est la dénomination allemande »65 (Faune, l.c. ; VIALAR, o.c., 295 ; SOMMER, Imag., 169 : voir couronne ; Journ., 15 mai 29, 340b : daim) ; ou o andouiller d’attaque, « vrai nom » (Faune, l.c. ; ibid., 324b ; Journ., 25 avr. 32, 259a : voir chevillure ; HERMAN, Forêt, 61b : voir merrain ; CROMBRUGGHE, Âge, [p. 8 : voir meule, et p. 14] ; etc.) ; ou maître andouiller (VIA., o.c., 295 ; Faune, l.c. ; Journ., 10 janv. 30, 187b : voir tête royale ; Chass., nov. 72, 8b : voir pointe ; etc.) ; ou o premier andouiller (GEN., Harde, 163 ; VIA., o.c., 94 : voir massacre). Les dict. omettent tous ces synonymes, sauf le Lar. XX, qui cite andouiller d’œil, en plus de maître andouiller et d’andouiller de massacre, donnés aussi par le Lar. Ch. (131, 132) et le Gr. Lar. VERLINDEN (Cerf, 32, 42, 147…) emploie andouiller d’attaque et maître andouiller.

REM. « La gravité des blessures causées par les andouillers à [sic] d’ailleurs donné naissance à un proverbe :

Au sanglier le mière (médecin)

Au cerf la bière » (G. LAPORT, dans Journ., Noël 32, 147a-b).

  • 66 M. BOUCKHUYT, Étude critique des proverbes de Littré (du mot richissime au mot xythisme), Mémoire (...)

Les blessures que font les défenses du sanglier sont censées être guérissables, mais celles causées par les andouillers du cerf amènent la mort. TIL. (N. Mél., 181-182, 242) rappelle les variantes de ce dicton cynégétique, déjà chez Gace de la Buigne, entre 1359 et 1377, et souvent cité par les auteurs anciens. Considéré comme vieilli depuis la fin du XIXe s., ce dicton est encore donné par BELLIER (p. 13-14), par ROLLAND (Faune pop., I, 101, no 14 ; ibid., VII, 171, no 25), et dans le Lar. XX (s.v. cerf et sanglier). Il a été bien examiné dans l’Étude critique des proverbes de Littré, mémoire présenté par M. BOUCKHUYT66.

***

  • 67 BAUDR., BESCH., LITTRÉ, le DG, l’ACAD., et le Guide Marabout (106) donnent le sens spécial, ’andou (...)

175Chez un cerf arrivé à maturité, le second andouiller qui pousse parfois au-dessus de l’andouiller de massacre+ s’appelle surandouiller (VIA., Meute, 94 : voir massacre ; ibid., Gloss., 295 ; SOMMER, Imag., 169 : voir couronne ; Faune, 1er févr. 14, 322b ; etc.) ou sur-andouiller (GEN., F. vois., 127 : voir trochée ; Journ., 10 janv. 30, 187b ; etc.), ou o andouiller de fer (VIA., o.c., Gloss., 295 ; Faune, l.c. : « (allemand : Lisprosse) », et 324b). Ce n’est « qu’à un âge avancé qu’apparaissent des sur-andouillers » (VORREYER, dans Bull. Forêt-Gibier, juin 72, 4) ; puis, avec les années, « les andouillers, en particulier le sur-andouiller, s’allongent et s’effilent, leurs extrémités blanchissent » (CROMBRUGGHE, Âge, [p. 8]). D’après VERLINDEN, le surandouiller est « très variable, souvent rudimentaire ou anormal ou absent. Parfois — mais très rarement — il arrive qu’il soit plus développé que le maître andouiller, comme c’était le cas normal chez les ancêtres de notre cerf il y a environ 1.500.000 ans » (Cerf, 32). Plus souvent, on constate que les surandouillers apparaissent ou disparaissent successivement au cours des années, ou encore que le surandouiller n’existe que d’un côté. Cette inconstance amène VERLINDEN à penser que « le surandouiller est très probablement en voie de disparition dans l’évolution millénaire de l’espèce » (ibid., 41). Les ROBERT ignorent les deux appellations citées ci-dessus, les autres dict. ne retiennent que surandouiller. Seuls les Larousse, BELLIER, VILLENAVE et le Dict. Lar. le présentent comme le second andouiller (cfr TIL., N. ess., 212-213)67.

REM. ORTHOGRAPHIQUE. Chez nos auteurs, surandouiller en un mot, qui est attesté depuis 1636, chez MONET (FEW, VII, 320a), est à peu près aussi fréquent que sur - andouiller avec trait d’union. BESCH., le Gr. Lar., et les techniciens donnent la première graphie. L’ACAD., LITTRE, le DG, le Lar. XX et REMIG. (297) écrivent sur - andouiller.

***

  • 68 À l’origine, chevillures, comme nom pluriel, avait un sens général, que nous avons examiné parmi l (...)

176Chevillure, s.f., au singulier et dans son sens spécialisé68 (Faune, 1er févr. 14, 322b, 323b, 324b ; Journ., 10 janv. 30,187b ; VIA., Meute, Gloss., 295 ; Bull. Forêt-Gibier, juin 70, 12 et 13), ou o andouiller moyen, « allemand : mittelsprosse » (Faune, l.c., 322b ; VIA., l.c.), ou o andouiller médian, hapax (voir ci-dessous), ou o médian, s.m. (CROMBRUGGHE, Âge [p. 8 : voir meule ; 13 et 14] ; Bull. Forêt-Gibier, juin 72, 7, 8, etc.) se rapportent chez le cerf au troisième des cors, parfois fourchu+, qui pousse sur chaque merrain entre le surandouiller et les épois du sommet.

Oct. LESCHEVIN, chasseur et juriste belge, explique : « le 6 cors a l’andouiller d’attaque, l’andouiller médian et l’andouiller de pointe ; le 8 cors, l’andouiller médian et une enfourchure ; » (dans Journ., 25 avr. 32, 259a).

177VERLINDEN fait une remarque « très importante : chez un cerf d’avenir, la chevillure apparaît en force et beauté dès le jeune âge, souvent en sérieuse avance sur le maître andouiller. Pour juger un cerf, il faut donc bien observer ses chevillures. » (Cerf, 145).

  • 69 Remarquons que l’auteur du Grand livre de la chasse, Arnaud de MONBRISON, connaît Carlos VERLINDEN (...)

178Chevillure, ’troisième andouiller’, en comptant d’en bas, à partir de la meule, comme les chasseurs ont l’habitude de le faire, se trouve chez la plupart des auteurs spécialisés anciens et contemporains, mais pas dans les dict. usuels, si ce n’est dans le Compl. ACAD. 1843, et dans les Larousse (voir TIL., N. ess., 216, 225 et 226). Andouiller moyen est cité par le Commt de MAROLLES (XIIe Centenaire, 28), par VERLINDEN (o.c., 32) et dans le Gr. Livre (I, 432b). Ces deux derniers sont les seuls à signaler médian69.

***

  • 70 Ou andouiller de loup (VERLINDEN, Cerf, 33), que nous n’avons pas relevé dans nos dépouillements.

179Trochure (VIA., Meute, Gloss., 295) ou o petit andouiller70 désignent le quatrième andouiller, parfois fourchu+, qui pousse très rarement entre la chevillure et les épois. Seul Ed. MANDERBACH donne ces deux synonymes (voir ci-dessous).

MANDERBACH souligne que la trochure « est bien un andouiller, puisque sa position sur la [sic] merrain le distingue parfaitement des épois », il ajoute : « On compte souvent la trochure pour un épois [sic], pour peu qu’elle soit rapprochée du chandelier ». « Pourtant, encore une fois, c’est bien là un andouiller, il est des trochures fourchues, mais ce n’est pas une raison de leur refuser la qualification d’andouillers puisque la chevillure aussi est fourchue parfois. » (Faune, 1er févr. 14, 323a-b).

  • 71 À l’origine, trochure, s.f., se rapporte à un nombre indéterminé d’épois au sommet de la tête du c (...)

180Trochure, dans son sens restreint, condamné à tort par REMIG. (324 ; voir TIL., Litt., 111), date de la fin du XVIIIe s.71. Il se trouve dans les traités de chasse (YAUV., BAUDR., etc.), dans les dict. usuels, y compris le Pet. ROB., alors qu’il se rapporte à une réalité extrêmement rare.

REM. « Il parla d’andouillers, — d’andouiller de massacre+ et de sur andouiller+, — d’espois+, de trochées, de paumures+. » (GEN., F. vois., 127).

  • 72 Voir la note précédente (2e acception du mot).
  • 73 Troché, ée, adj. ’Muni d’un nombre indéterminé d’épois’ (TWITI ; Modus). Ensuite, ’muni de trochur (...)

Il semble que trochée, s.f., soit mis pour trochure, dans son 2e sens72. L’extrémité du merrain est appelée troucheure « quand elle fait comme une trochée de poires », peut-on lire en 1622, chez R. FRANÇOIS (cité par ROLLAND, Faune pop., VII, 229, note 1). Tous les dict. consultés classent trochée, s.f., parmi les termes d’agriculture. Mais troché, adj., est un terme de vénerie73.

***

  • 74 Espoi,’broche, épieu’, a subi une évolution de sens : ’dague’ > ’cor’ > ’époi’(voir TIL., N.ess., (...)

181Enfin, épois74, s.m., presque toujours au pluriel, se rapporte aux pointes ou cors qui poussent à l’extrémité des merrains de la tête du cerf. Suivant leurs dispositions, les épois forment l’enfourchure+, le chandelier+, ou la couronne+.

Pour les veneurs, les épois ne sont pas des andouillers : « ils se distinguent de ces derniers, par ce fait qu’ils prennent racine au même endroit, les uns à côté des autres comme les doigts d’une main. » (Faune, 1er févr. 14, 322b). (Voyez empaumure). Cependant, VIALAR parle des « andouillers d’empaumure » (Meute, Gloss., 295).

182Épois ne semble plus très vivant de nos jours, andouillers le remplace souvent, notamment chez VIALAR (l.c.), dans le Journ. (1-15 déc. 22, 215a ; 5 mars 29, 284a : voir empaumure), chez SOMMER (Imag., 171 : voir couronné, ée), et dans les définitions d’empaumure+ et de tête couronnée+ que donnent les dict. usuels et certains ouvrages spécialisés.

183Seuls Ed. MANDERBACH, dans un article spécialisé, où il se doit de citer tous les cors de la tête du cerf (Faune, l.c., 322b, 323a, 324b, 325a : voir se couronner en plat), et GENEVOIX, une fois (Harde, 58 : voir empaumure), l’utilisent dans sa forme moderne épois.

184Ed. MANDERBACH cite aussi o espois, « en vieux français » (l.c., 322b). GENEVOIX, partout ailleurs (F. vois., 127 : voir trochée ; F. perd., 203 : voir ramure), VIALAR (o.c., 94 : voir massacre), et HERMAN (Forêt, 61b, 72a) recourent au « mot ancien » (VIA., o.c., Gloss., 300) espois, qui apparaît dès lors comme un archaïsme littéraire. VERLINDEN également n’utilise qu’espois (Cerf, 31-32 et 33). Au singulier, épois (sic) n’a été relevé qu’en 1914 chez MANDERBACH (dans Faune : voir cors et trochure) et en 1972 chez VORREYER : « le chandelier s’étant enrichi tardivement d’un cinquième épois » (dans Bull. Forêt-Gibier, juin 72, 5).

REM. La définition d’époi, au singulier, citée par un garde belge reproduit exactement celle donnée par le DG : « Cor qui pousse au sommet de la tête du cerf. Les épois d’empaumure. » (Journ., 25 avr. 33, 238c). On ne peut donc pas considérer que cette référence atteste un emploi du mot au singulier.

185Les dict. ne sont pas d’accord sur le nombre du terme : le DG et ROBERT qui donnent époi au singulier (comme le Lar. XX et le Pet. ROB.) remarquent que l’ACAD. admet le mot en 1762 au pluriel. BESCH., LITTRÉ, le Gr. Lar., le FEW (XVII, 181b), REMIG. (115, s.v. espois) et les spécialistes définissent épois au pluriel. Le FEW (XVII, 181b) enregistre espois en 1390 (PHÉBUS) et depuis 1560 (RONSARD), mais il ne date pas la forme moderne épois sans s, parce que la suppression de s s’inscrit dans un ensemble de mots participant à la même évolution.

***

186En termes de chasse, l’adjectif fourchu, ue peut s’appliquer aux dagues+ ou aux broches+, et au daguet+, à certains andouillers, et aussi aux épois+. Les broches du jeune chevreuil (GEN., Harde, 49) ou les bois du daguet (ibid., 123, 131, 239) sont fourchus quand, exceptionnellement, au moins une des broches ou des dagues est accompagnée d’un petit andouiller.

187Chez le jeune cerf ou daguet, ce « petit andouiller attaché haut sur la perche : c’est l’esquisse de la chevillure (et non du maître-andouiller) » (VERLINDEN, Cerf, 35). Ce daguet prend alors le nom de daguet fourchu (GEN., o.c., 201, 241, etc.) et est considéré comme un cerf d’avenir.

188Une chevillure+ ou une trochure+ terminées en forme de fourche sont dites fourchues (Faune, 1er févr. 14, 322b, 323b : voir trochure). Chez le Dr CHEVAL (XIIe Centenaire, 15), le merrain à l’extrémité bifurquée ou fourchue, et chez SOMMER, les « bois aux extrémités fourchues » (Imag., 169) concernent les épois qui constituent l’enfourchure+.

189Certains spécialistes parlent de tête fourchue (PARENT, s.v. enfourchure), de bois et de merrains fourchus (VILLENAVE, s.v. chevreuil), et surtout (s.v. daguet) de daguet fourchu (Ch. mod., Voc. ; BELLIER ; VERLINDEN, o.c., 35, 146 ; Gr. Lar.). Les dict. usuels non cités omettent tout emploi cynégétique de fourchu.

***

3) La base et les caractéristiques des bois

190La partie supérieure de l’os frontal d’où sortent les bosses+ ou les pivots+ de la tête du cerf, du chevreuil, du daim, ou du chamois s’appelle test, s.m. (Faune, 1er févr. 14, 323a, 325a ; l.c., 1er avr. 14, 453a), ou têt (Journ., 5 mars 29, 283c : voir meule ; CROMBRUGGHE, Âge, [p. 14 et 19]). Ce terme n’est pas fréquent chez nos auteurs. Il manque chez VILLENAVE, dans le Lar. Ch. et dans le Dict. Lar. L’ACAD. et le Pet. ROB. ignorent son acception cynégétique (cfr REMIG., 308). Par contre, certains attestent les deux graphies (FEW, XIII1, 287b ; PARENT ; DG ; Ch. mod., Voc. : test ; 374 : têt ; ROBERT). D’autres ne retiennent que têt (LITTRÉ ; BELL. ; Lar. XX ; Gr. Lar.).

***

191Vers l’âge de sept ou huit mois, deux protubérances osseuses, ou bosses (s.f., le plus souvent au pluriel), apparaissent sur l’os frontal, ou têt, du faon, qui devient alors hère+ ou chevrillard+. Les bosses forment la base des bois qui ne pousseront qu’un an après. « Ces grosseurs ne tombent jamais » (Ch. mod., 374). Dès la 2e année, pivot, s.m., désigne chacune de ces deux apophyses qui porteront les dagues ou les broches, puis les meules et les merrains. Les pivots « sont recouverts d’une espèce de cartilage, rarement de chair, puis de peau. » (Faune, 1er févr. 14, 323a). « La blessure des pivots ou de l’os frontal » (Journ., 5 avr. 27, 61b) peut entraîner la formation d’une tête bizarde+. D’après nos sources, bosses se rapporte principalement au cerf (GEN., Harde, 55 ; Best., 278 ; PRÉM., Cinq hist., 35 ; Faune, l.c. ; Journ., 10 déc. 13, 60a ; etc.), parfois au chevreuil (VIA., Fusil, 183 : voir broches). Pivot, lui aussi, est plus fréquent pour le cerf (GEN., Harde, 162 : voir mettre bas ; HERMAN, Forêt, 19b ; SOMMER, Imag., 159 et 171 ; Faune, l.c. ; Journ., l.c. ; etc.) que pour le chevreuil (Journ., 20 mars 29, 290c ; SOMMER, voir les attestations ci-dessous).

Tuer « en battue d’hiver un beau brocard dont les pivots sanguinolents ont perdu leurs bois est une aventure navrante et triste ». « En dehors de la hauteur du pivot qui a une signification constante mais difficile à estimer à un an près pour l’âge des cerfs et des brocards, l’usure des dents, la force des bois et encore plus la taille de l’animal ne sont pas des critères d’estimation précise. » (SOMMER, o.c., 111 et 187).

192Les pivots des jeunes cerfs sont hauts et droits ; ceux des vieux cerfs, larges et courts. Avec l’âge, ils raccourcissent, mais grossissent et s’élargissent. « Le raccourcissement est dû à la chute des bois qui en se détachant chaque année mangent un peu de la partie osseuse » (MOREAU, pl. 15).

  • 75 BAUDR., LITTRÉ, BELLIER, l’ACAD., ROBERT, le Lar. XX et le Gr. Lar. appliquent aussi le mot au dai (...)

193L’emploi cynégétique de bosses est omis par l’ACAD. et les ROBERT. Celui de pivot manque seulement dans le DG et le Pet. ROB.75. Le DG, après Trévoux, confond bosses et meules+ (REMIG., 41). Bosses et pivot sont bien définis dans les autres dict. et dans les ouvrages spécialisés.

***

194Entre le pivot et le merrain se trouve un bourrelet circulaire, garni d’aspérités, ou pierrures+, formant la base du merrain, appelé meule, s.f. D’après nos sources, meule se rapporte principalement au massacre du cerf (GEN., Harde, 204, et F. vois., 118 : voir pierrure ; VIA., Meute, 57-58 : voir bien pierre, 94 : voir massacre·, Gloss., 303 ; Journ., 10 juin 14, 247c ; Bull. Forêt-Gibier, juin 72, 5, 6… ; etc.). Meule s’applique aussi à la tête du chevreuil (VIA., Fusil, 183 : voir broches et gouttières ; Journ., voir ci-dessous ; Chass., déc. 69, 813c ; etc.) et rarement à celle du daim (Journ., voir ci-dessous).

« L’absence de meules, souvent impossible à constater même avec d’excellentes jumelles, est un caractère propre à la 1re tête. 2me tête (2 ans) Les meules sont désormais présentes de même que l’andouiller d’attaque et le médian. » (CROMBRUGGHE, Âge, [p. 8]) ;

« L’indication du nombre des andouillers est insuffisante pour déterminer l’âge du chevreuil. On le reconnaît mieux à la grosseur des meules et des dagues, à la profondeur des perlures et surtout au rapprochement des meules sur l’os frontal. » (Journ., 20 mars 29, 289a-b) ;

« Quand les broquarts sont vieux, les bois diminuent, les meules se rapprochent et se resserrent. Ce phénomène s’explique aussi bien pour le chevreuil que pour le cerf et le daim, par le poids des bois qui reposent sur le têt, le compriment chaque année davantage, l’élargissent et l’abaissent peu à peu. » (Journ., 5 mars 29, 283c).

195L’emploi cynégétique de meule, très ancien (FEW, VI3, 27a), est bien défini par les dict. généraux et spécialisés. Il manque seulement dans les ROBERT.

  • 76 « On appelle encore cette meule base ou cailloux » (BAUDR.) ; base, cailleux, « vieux » d’après le(...)

REM. Dans Faune (1er févr. 14, 322b et 323a), Ed. MANDERBACH, d’après l’Allemand von RAASVELT, cite fraise, couronne, bourrelet, pierrure et rose (allemand rose) comme synonymes impropres de meule76. Nous n’avons relevé que deux attestations de ces emplois qui prêtent à confusion (voir couronne, rem.).

PLANCHE XII

PLANCHE XII

Évolution approximative des pivots
(Extrait de MOREAU, A., La tête du cerf et sa chasse, s.l.n.d., planche 15.)

***

196Au singulier, pierrure, s.f., se dit de l’ensemble des excroissances irrégulières ou aspérités pierreuses, et au pluriel, pierrures se rapporte aux aspérités pierreuses elles-mêmes, qui se développent sur les meules+ de la tête du cerf (GEN., voir ci-dessous ; Journ., 15 nov. 29, 128b) ou du chevreuil (Chass., voir la citation qui suit).

« Mais il serait bien incertain de vouloir juger l’âge d’un chevreuil à ses bois, comme pour un cerf ; […] l’indice le plus sûr serait encore dans la configuration des perlures et des pierrures, plus que dans la forme des andouillers. » (Chass., sept. 41, 388b).

197Lorsqu’elles se trouvent le long des merrains et des andouillers, ces excroissances portent le nom de perlures+. Le nombre de pierrures augmente avec l’âge de la bête et leur abondance contribue à la beauté des bois. Pierrure, au singulier, dans son sens abstrait et collectif, n’est attesté que deux fois, chez GENEVOIX ;

« — Cette pierrure blanche, blanche comme des bourgeons d’aubépine… Ces meules dures comme le rocher… » (Harde, 204) ; « Et ces meules, et cette pierrure blanche !… » (F. vois., 118).

  • 77 Pierreure, au sing., est chez J. du FOUILLOUX, en 1561 (FEW, VIII, 317a ; REMIG., 234).
  • 78 D’après le Lar. XX, on dit aussi fraise. Pierrure, à son tour, peut être syn. de meule. Mais il s’ (...)

198Cet emploi apparaît comme un archaïsme77 littéraire (comp. perlure). C’est le pluriel que préconisent les techniciens (SALN. ; LE VERR. ; YAUV. ; BAUDR. ; BELLIER ; Lar. Ch., 132, 142, Voc. ; VERLINDEN, Cerf, 33 ; etc.), le FEW (VIII, 317a) et la plupart des dict. usuels (BESCH. ; LITTRÉ ; DG ; ACAD. ; ROBERT). Le Lar. XX78 et le Gr. Lar. donnent seulement le mot au singulier. Ce terme manque dans le Pet. ROB.

***

PLANCHE XIII

PLANCHE XIII

Têtes de brocards
(Extrait de MANHÈS d’ANGENY, H., Le chevreuil, Librairie des Champs-Élysées, 1959, p. 69.)

  • 79 Les meules sont mal pierrées « si leurs rugosités sont à peine sorties et en petit nombre » (BELLI (...)

199o Bien pierrées qualifie les meules du cerf garnies de pierrures nombreuses et saillantes79. Nous n’avons que deux attestations de « meules bien pierrées », toutes deux chez VIALAR (Meute, 57, 94 : voir massacre). WARTBURG (FEW, VIII, 317a) relève bien pierrée (en parlant d’une tête de cerf) chez POMEY, en 1671. Mais « le tour de la meule large, et gros, bien pierré » se trouve déjà chez J. du FOUILLOUX, en 1561 (REMIG., 233). LE VERR. (1763) définit meule pierrée. Ni FURET., ni BESCH., ni les dict. postérieurs ne donnent l’emploi cynégétique de pierré. Au XXe s., seul BELLIER retient encore bien pierrées (s.v. meules).

***

200Pendant leur croissance, les nouveaux bois des cervidés sont recouverts d’une peau grise, veloutée et vascularisée, qu’on appelle velours, s.m.

« Toutefois, l’ensemble des deux bois encore sous velours manque de fermeté, surtout aux extrémités. Les andouillers sont mous et douloureux. » (SOMMER, Imag., 171).

  • 80 Le FEW (XIV, 458b) n’atteste que velue, s.f., depuis 1655, chez SALNOVE. LITTRÉ, BELLIER, le Lar. (...)

201Quand les bois sont refaits, les démangeaisons tourmentent l’animal. Pour les calmer, il frotte sa tête nouvelle contre des branches, il fraye+ ou touche+ au bois, et le velours se détache « en grands lambeaux sanguinolents qu’il mangera » (Chass., nov. 72, 8a). Contrairement à une opinion répandue (Commt de MAROLLES, XIIe Centenaire, 32 ; Dict. Lar.), le velours ne se dessèche pas avant de se détacher (voyez VERLINDEN, Cerf, 52-53). Velours, qui a remplacé velue80, apparaît chez les techniciens (Ch. mod., 406 ; VILLENAVE ; Lar. Ch., 130, 137, Voc. ; CHAIGNEAU, Habit., 30, 45, 63… ; Dict. Lar. ; etc.). Mais les dict. usuels, sauf le Gr. Lar. qui définit bois de velours, ignorent cet emploi et ne reflètent pas l’usage. En effet, dès avril 1911, et trois fois pendant cette année-là (voir ci-dessous), velours est attesté dans le Journ. sous la plume de deux spécialistes en matière cynégétique et du directeur de la revue. Au cours des années suivantes, nos sources périodiques et littéraires donnent des dizaines d’exemples de velours. Il s’agit du Journ. (en 1914, ’22, ’24 (voir dagues), ’30, ’32 et ’33) et du Chass. (sept. 41, 388b : voir faire sa tête,… ; l.c., nov. 72, 8a). Comme auteurs, citons : en 1962, PRÉMOREL (Forêt, 24, 54, 127) ; en 1968, S. de CROMBRUGGHE (Âge, [p. 15]) ; en 1969, SOMMER (o.c., voir ci-dessous), GENEVOIX (Best., 278) et HERMAN (Forêt, 18, 43, etc.). Ce terme peut être employé seul ou dans les expressions bois, dagues, cerf, broquart… en velours ou sous velours (Journ., 16-31 mars 22, 297c : voir pointe ; etc.).

PLANCHE XIV

PLANCHE XIV

Brocards
(Extrait de MANHÈS d’ANGENY, H., Le chevreuil, Librairie des Champs-Élysées, 1959, p. 29.)

Chasse à courre au printemps. Les chiens « mettront sur pied un broquart mal refait des injures d’un rude hiver, les bois encore en velours, ou une chevrette, — la pauvre ! — aux flancs lourds d’une progéniture toute proche… » (Journ., avr. 11, 251a) ;

« (en janvier) un broquart encore en velours » (l.c., juin 11, 302b) ;

ce daim « ne portait que deux petites pointes encore couvertes de velours » (l.c., nov. 11, 101a).

202Exceptionnellement, velours est employé au pluriel, comme chez MOREAU (pl. 16) :

« les « velours » ou peau velue » (Journ., 25 avr. 33, 239a) ;

203SOMMER utilise les deux nombres dans la même note. Le daguet « se dépouillera de ses velours durant le mois de septembre […], septembre, époque à laquelle il perd son velours. » (o.c., 159, note). Mais ailleurs, dans son ouvrage, SOMMER choisit toujours le singulier (o.c., 104, 136, 167, 171 : voir ci-dessus, etc.).

***

204Les rainures longitudinales, plus ou moins larges et profondes, qui sillonnent les merrains des cervidés s’appellent gouttières, s.f. pluriel. Les gouttières, comme les pierrures+ et les perlures+, sont des éléments de beauté pour les trophées. La profondeur des gouttières s’accentue avec l’âge de l’animal, en même temps qu’augmente le nombre des andouillers, que grossissent les merrains et les meules, et que s’aplatissent les pivots. D’après plusieurs spécialistes (REMIG., 148 ; BELLIER ; Lar. Ch., 132 ; VERLINDEN, Cerf, 50), les gouttières seraient les traces laissées par les vaisseaux sanguins nourriciers, qui parcourent le velours+ et qui se marqueraient dans la matière osseuse pas encore solidifiée des bois. BURNAND affirme qu’« il n’en est rien » (Dict. Lar.). Certains bois parfaits ne présentent pas de gouttières ; d’ailleurs, le velours, tout en étant vascularisé, adhère aux bois par l’intermédiaire du périoste et il ne peut avoir des vaisseaux assez gros pour creuser ces sillons dans les merrains. Gouttières, toujours au pluriel dans nos attestations, s’applique à la tête du cerf (GEN., Harde, 44, 56, 170 : voir chevillures ; VIA., Meute, 94 : voir massacre ; ibid., Gloss., 301 ; Journ., 10 déc. 13, 60a) ou à celle du brocard (Journ., 5 mars 29, 283c ; VIALAR, voir ci-dessous).

« La deuxième tête a une petite meule et le bois est déjà creusé de gouttières, il y a aussi deux andouillers » ; la quatrième et la cinquième têtes « continuent à porter six, le nombre des pointes n’augmentera plus, seulement on sait qu’ils sont plus vieux aux perlures qui sont plus abondantes, aux gouttières plus profondes. » (VIA., Fusil, 184) ; ibid., 183.

205Les ROBERT ignorent l’emploi cynégétique de gouttières. Ce terme, généralement au pluriel chez les techniciens, est donné au singulier dans les dict. usuels, ce qui ne correspond pas à l’usage d’aujourd’hui.

***

206Au singulier, perlure, s.f., désigne l’ensemble des petites saillies en forme de gouttelettes, et au pluriel, perlures se rapporte aux excroissances elles-mêmes, qui se développent le long des merrains et des andouillers du cerf et du chevreuil. Ce sont les perlures qui donnent leur rugosité aux bois du cerf (GEN., Harde, 44, 170 : voir chevillures ; VIA., Meute, 94 : voir massacre ; ibid., Gloss., 303 ; HERMAN, Forêt, 61b : voir merrain ; Journ., 10 juin 14, 247c ; etc.) et du brocard (VIA., Fusil, 184 : voir gouttières ; PRÉM., Forêt, 54 ; Chass., sept. 41, 388b : voir pierrures ; l.c., déc. 69, 813c ; etc.).

S. FARASYN (qui a pris la direction du Journ. après le décès de son père) parle de brocards « vraiment remarquables par leur perlure et leur régularité » (l.c., 15 août 32, 41b).

S. de CROMBRUGGHE examine « la perlure » des cerfs (Âge, [p. 8 et 14]).

207Dans la cotation des trophées de cerfs et de chevreuils, selon la formule adoptée par le C.I.C. (cfr VERLINDEN, Cerf, 163), des points de beauté sont attribués à « la perlure » (voir tableaux de points, dans Bull. Forêt-Gibier, juin 72, 8-13).

  • 81 Grain, s.m., collectif, remplace perlure chez VILLENAVE (s.v. trophée), chez MANHÈS (Chevreuil, 26 (...)
  • 82 Le FEW (VIII, 255a) enregistre perleure de 1578, seulement, à 1669, et perlure à partir de 1655.

208L’emploi abstrait et collectif81 de perlure remonte à J. du FOUILLOUX, en 1561 (REMIG., 231)82. Il se trouve dans l’ACAD., BESCH., LITTRÉ et le DG (comp. pierrure).

209Chez nos auteurs, perlures, au pluriel, avec un sens concret, est plus fréquent que le collectif (cfr les références données au début de cet article). Perlures n’apparaît pas chez SALNOVE (1655), comme le prétend REMIG. (l.c.), qui « se trompe, parce qu’il n’a pas lu Ligniville, où le pluriel du mot se rencontre 20 ans plus tôt » (TIL., Litt., 83). Les ROBERT omettent ce terme, que les spécialistes donnent au pluriel. Dans le Lar. XX et le Gr. Lar., perlure, au singulier, a le sens distributif de ’chaque petite inégalité…’, acception que nous avons relevée une seule fois, dans le Chass. (juill. 70, 13c).

***

210o Perles, au pluriel, est mis deux fois pour perlures+ à propos de brocards. Dans un article sur le chevreuil publié en deux parties, Arm. MERCIER utilise perles et, à deux reprises, perlures.

Les tiges de la tête du chevreuil sont « fortes et à perles très saillantes » (dans Journ., 5 mars 29, 280c). Pour perlures, ibid., 283c, et l.c., 20 mars 29, 289a-b : voir meule.

211Un chasseur de Virton, fier de « la grosseur des perles » du brocard qu’il a tué, en envoie la photo au Journ. (25 janv. 30, 199c). En effet, la qualité des perlures, comme celle des pierrures+, donne de la valeur aux trophées. Deux spécialistes seulement, VERLINDEN (Cerf, 162) et MANHÈS d’ANGENY (Chevreuil, 267), usent de perles, que le FEW (VIII, 253b) ne relève que chez COTGRAVE, en 1611.

***

  • 83 « Les deux ex. (Perlé, Perlure) cités par GOD., d’après Et. Binet, remontent en réalité à Du FOUIL (...)

212L’adjectif perlé, ée se rapporte aux bois, aux perches ou aux merrains parsemés de perlures+. Cet emploi, présent dans GOD.83 et LA CURNE, n’est attesté que de 1560 environ à 1885, chez PAIRAULT (FEW, VIII, 255a). BESCH. et LITTRÉ l’ignorent déjà. Cependant, J. JAQUET en 1912 (Journ., mai, 260b ; sept., 49c) applique deux fois l’adjectif perlé aux bois d’un brocard. Oct. LESCHEVIN en 1932 et VIALAR en 1943 (voir ci-dessous) préfèrent bien perlé [comp. (meule) bien pierrée].

Un dix-cors jeunement « aux merrains puissants, bien perlés » (Journ., 15 nov. 32, 114c) ; un vieux cerf aux « perches grosses et bien perlées » (Meute, 57-58).

  • 84 Lorsque la tête d’un cerf est peu garnie de perlures, elle est mal perlée (BELLIER, s.v. tête), ex (...)

213Bien perlé84 se trouve chez BELLIER (s.v. perches et tête) et chez MOREAU (pl. 9). Lors de la cotation des trophées, les points de beauté pour la perlure dépendent, chez le cerf, de la qualité de ses perches : lisses, faiblement perlées, ou bien perlées (VERLINDEN, Cerf, 162). Chez le chevreuil, d’après la formule de BIEGER, il faut ajouter « moyennement perlé » comme troisième catégorie et « très bien perlé » en dernier lieu (MANHÈS, Chevreuil, 267).

***

4) Les formes des bois

214Chez le cerf et chez le brocard, à l’extrémité des merrains, les épois+ forment ce qu’on appelle paumure ou empaumure. Suivant la disposition des épois, l’empaumure du cerf porte le nom d’enfourchure, de chandelier ou candélabre, ou de couronne. Ces termes très spécialisés n’apparaissent que chez des techniciens du langage cynégétique, sauf chandelier qui est plus répandu, en Belgique du moins.

215Pour désigner l’empaumure du daim, on ne parle plus de palmature, mais de palettes.

***

  • 85 BAUDR., BESCH., LITTRÉ, BELLIER, le Lar. XX, les ROBERT et le Guide Marabout (105) définissent enc (...)
  • 86 Dans leur définition d’empaumure, FURET., BESCH., LITTRÉ, le DG, l’ACAD., le Lar. XX, les ROBERT, (...)

216D’après l’Allemand von RAASVELT, paumure ou empaumure, s.f., se rapportent à la « base d’où partent les épois » ; les synonymes couronne, chandelier ou candélabre, s’appliquent plutôt « à l’ensemble de l’empaumure et des épois » (Faune, 1er févr. 14, 322b et 323a). Selon REMIG. (228), les anciens veneurs disaient tête en paumure85 ; on a entendu et écrit empaumure, « barbarisme » que tous les dict. ont accepté86.

  • 87 « Remigereau trahit comme souvent l’insuffisance de ses lectures en disant : « À partir de Salnove (...)

217Un phénomène identique s’est produit pour enfourchie (voir enfourchure). Cependant, à côté d’empaumure, qui est attesté depuis le XVIe s., chez RONSARD (FEW, VII, 509a), et qui s’est imposé aujourd’hui, paumure, qui existe depuis 1390 environ, chez PHÉBUS (paumeure ; FEW, l.c.), subsiste chez les auteurs cynégétiques à partir de SALNOVE, en 165587. Nous avons relevé quelques fois paumure (Faune, l.c. ; Journ., 10 janv. 30, 187b ; GEN., F. vois., 127 : voir trochée). Remarquons que GENEVOIX emploie tantôt empaumure, trois fois (Harde, 58 : voir ci-dessous ; F. perd., 78 : voir porter ; ibid., 203, « double empaumure » : voir ramure), et tantôt paumure ; mais ce dernier n’apparaît qu’une seule fois et dans un contexte spécial : après un autre archaïsme, espois, et après trochée, qui peut être un néologisme formé à partir d’un adjectif archaïque. Le nom empaumure vient de ce que la disposition des épois rappelle les doigts d’une main ouverte.

« Mais le Rouge [un cerf] s’avisa que les bois du Vieux des Orfosses étaient moins amples et moins réguliers : leur empaumure, au lieu des épois d’antan, ouverts comme les doigts d’une main, ne portait plus que des chevilles nouées, une espèce de protubérance biscornue. » (GEN., Harde, 58.)

218Chez le chevreuil, les « empaumures à andouillers latéraux » constituent des têtes bizardes+ (Journ., 5 mars 29, 284a). Empaumure a encore été relevé dans la Faune (l.c.), dans le Journ. (1-15 déc. 22, 215a : voir couronne, Rem. ; l.c., 25 avr. 33, 238c ; etc.), chez HERMAN (dans L’Avenir, 7-8 nov. 59, 10), etc.

REM. Chez le daim, ce « n’est que vers cinq ans que se développe l’empaumure, dont la grandeur et le nombre des prolongements augmentent dans la suite. Alors, l’animal est dit paumier. Les paumiers perdent leurs bois en mai, les daguets en juin. D’ordinaire, les bois tombent l’un après l’autre, à quelques jours d’intervalle. » (Arm. MERCIER, dans Journ., 15 mai 29, 340b).

Seuls les ROBERT enregistrent — mais sans référence — l’emploi cynégétique de paumier, s.m. et adj., qu’ils datent de 1754 (cerf palmé), d’après le FEW (VII, 512a). Or ce sont deux mots nettement distincts : palmé a un radical savant tandis que paumier a un radical populaire et un suffixe différent. Mais paumier manque dans le FEW (l.c.), LITTRÉ et son Suppl., l’ACAD., le Lar. XX et le Gr. Lar.

***

219Enfourchure, s.f., désigne « rempaumure+ d’une tête fourchue+ » (PARENT), c’est-à-dire l’ensemble de deux épois plantés au sommet de chaque merrain comme les dents d’une fourche. La tête du cerf qui porte quatre cors peut être constituée par les merrains ayant chacun une enfourchure (Dr CHEVAL, XIIe Centenaire, 46). Cependant, l’enfourchure classique est celle du huit-cors (ibid. ; Journ., 25 avr. 32, 259a : voir chevillure).

  • 88 LITTRÉ, le DG et le Lar. XX définissent encore (tête) enfourchie. Or WARTBURG, qui a enregistré(...)

220Cette dernière forme de tête est encore appelée, exceptionnellement, o tête enfourchée (l.c., 25 avr. 33, 240a). REMIG. (137-138) explique comment en fourchie (’en fourche’) s’est soudé et est devenu enfourchie88. (Comp. paumure et empaumme.) BELLIER, le Lar. Ch. (132 ; Voc.) et le Guide Marabout (103, 106) connaissent enfourchure et tête enfourchée. D’après le FEW (XIII1, 274a), tête enfourchée n’aurait existé que de 1732 à 1885, chez PAIRAULT. L’ACAD. et le Pet. ROB. ignorent les deux appellations. VILLENAVE, VERLINDEN (Cerf, 33, 38 : voir dix-cors, etc.), le Dict. Lar., le Gr. Lar. et ROBERT donnent seulement enfourchure, qui est attesté depuis 1675, chez WIDERHOLD (FEW, III, 891a).

***

  • 89 Candélabre intervient dans la définition de chandelier donnée par le Dict. Lar. ; ’empaumure du ce (...)

221L’empaumure du cerf qui compte au moins trois pointes, ou épois+, au-dessus du médian+ est appelée chandelier, s.m., ou, exceptionnellement, o candélabre, s.m.89, dont nous n’avons qu’un seul exemple (Faune, 1er févr. 14, 322b : voir empaumme). Bien que la trochure+ soit très rare, il faut se garder de la compter au nombre des épois formant le chandelier, elle n’en fait point partie (Faune, l.c., 323a : voir trochure). Le « chandelier à trois branches » (Journ., 25 avr. 32, 259a) est souvent porté par le dix-cors (HERMAN, Forêt, 21b, 61b : voir merrain), dont la tête présente alors une empaumure à trois pointes, mais pas de surandouiller+ (voir VERLINDEN, Cerf, 38). C’est à la 4e ou à la 5e tête que le « chandelier se différencie […] et les bois qui en sont dépourvus constituent un critère d’élimination » (CROMBRUGGHE, Âge, [p. 13]). D’où, la présence de chandelier dans la législation belge.

Voici par exemple un extrait de l’Arrêté ministériel du 4 juillet 1972. « Art. 1. — Le tir à l’approche et le tir à l’affût du cerf dix cors sans chandelier, ainsi que du cerf d’au moins quatorze cors sont autorisés […] » (dans Moniteur belge, 25 juill. 72).

Cet arrêté est commenté dans La Libre Belgique (15 sept. 72, 6a-b) : « par dérogation à la loi, il est permis de tirer, à l’approche ou à l’affût, à l’intérieur des bois, outre les cerfs 14 cors et plus (comme les années précédentes), les cerfs 10 cors « sans chandelier », c’est-à-dire des bêtes dont le développement des bois ne paraît pas correspondre à la forme idéale ».

  • 90 Enregistrée depuis 1680, chez RICHELET (FEW, II1, 181a), c’est l’expression appartenant à « l’argo (...)

222Le chandelier est une « des formes les plus recherchées de l’empaumure+ du cerf » (Lar. Ch., Voc.), il annonce le cerf d’avenir par excellence (VERLINDEN, o.c., 38). Il existe aussi des « chandeliers à quatre pointes » (HERMAN, dans L’Avenir, 7-8 nov. 59, 10), à cinq branches (« le chandelier s’étant enrichi tardivement d’un cinquième épois [sic] » VORREYER, dans Bull. Forêt-Gibier, juin 72, 5), et des « merrains splendides tant par leur grosseur que par leur coloration avec, chez les vieux cerfs, des chandeliers de dimensions tout à fait exceptionnelles » (Chass., sept. 50, 520b). Chandelier est surtout fréquent dans les sources belges (Faune, l.c., 325a : voir se couronner en plat ; Journ., déc. 10, 127a ; etc.), mais est connu de tous les spécialistes. Par contre, les dict. usuels ne reflètent pas l’usage90.

***

223Une autre forme de l’empaumure+ de la tête du cerf s’appelle couronne, s.f., quand les épois sont disposés en forme de cercle ou de couronne.

Il arrive qu’un cerf à sa « quatrième année se couronne, et l’âge ne fait qu’amener plus de grosseur dans les perches et un plus grand développement dans cette couronne, qui se divise quelquefois en dix ou douze branches et prend des formes très diverses. » (Journ., janv. 11, 147a) ; l.c., 10 janv. 30, 191b : voir couronné ; etc.

« Dans les régions à végétation riche, les couronnes se développent plus et plus vite que dans un territoire au sol pauvre, ou [sic] au contraire c’est le bas des bois avec l’andouiller d’œil et le surandouiller, qui ont le plus de force. » (SOMMER, Imag., 169) ; ibid., 253.

PLANCHE XV

PLANCHE XV

(Extrait de MOREAU, A., La tête du cerf et son âge, s.l.n.d., planche 8.)

Les vieux dix cors de la harde portent de « grands bois aux larges couronnes » (GEN., Harde, 121).

  • 91 Le FEW (II2, 1209a) ne retient que couronnement : XVe s., TIL. (Glan., 55) ; et couronnure : depui (...)

224Seuls l’ACAD., le Pet. ROB., le Gr. Lar. l. fr. et le FEW91 ignorent l’emploi cynégétique de couronne. D’après TIL., la tête dont les merrains ont plus de cinq épois chacun porte couronne (N. ess., 6).

REM. Signalons deux confusions, l’une entre couronne et empaumure (Journ., 1-15 déc. 22, 215a), l’autre entre couronne et meule (l.c., 25 avr. 29, 321b, pour un broquart), confusions qu’Ed. MANDERBACH dénonce parmi d’autres (Faune, 1er févr. 14, 322b et 323a : voir meule, rem.). Toutefois, couronne, au sens de ’meule, base des bois’, est donné par BELLIER, VILLENAVE (s.v. cerf) et le Dict. Lar.

***

Chez « le cerf rouge : la tête couronnée risque de devenir de plus en plus rare, si l’on tire systématiquement tout jeune animal qui porte une couronne. » (Journ., 10 janv. 30, 191b).

225o Se couronner, v. pron. (Journ., janv. 11, 147a : voir couronne ; etc.) et couronné, ée, adj., souvent dans la locution tête couronnée (GEN., Harde, 189 ; etc.), se disent de la tête ou des bois du cerf dont les épois se rangent (v. pron.) ou sont rangés (adj.) à l’extrémité des merrains en forme de couronne. Selon J. du FOUILLOUX (cfr Lar. Ch., 132), la tête couronnée est la plus belle des têtes du cerf. Les grands vieux cerfs peuvent o se couronner en plat, explique Ed. MANDERBACH dans le Journ. (avr. 11, 244c) et dans Faune (voir ci-dessous).

Certains « sujets ont une prédisposition à se couronner en plat, comme les élans, ce qui favorise plus ou moins la naissance d’épois, contrairement à ce qui se passe avec la forme chandelier, qui est plus ou moins étriquée et restreinte. Autrefois, il y avait quelques cerfs se couronnant communément en plat à Bouillon, et l’on y a vu il y a une dizaine d’années, je pense, quelques 18 et un 24 cors. » (Faune, 1er févr. 14, 325a).

  • 92 REMIG. (74) a tort de prétendre que couronné se dit seulement de la tête, jamais du cerf. TIL. (Li (...)

226C’est au mot tête, et non pas s.v. couronné, ée, où ils traitent seulement de cerf couronné92, que VIALAR (Meute, Gloss., 307), plusieurs dict. (LITTRÉ ; ACAD. ; Lar. XX), BAUDR. et le Guide Marabout (106) définissent tête couronnée, qui est enregistré depuis 1690, chez FURET. (FEW, XIII1, 274a). VIALAR (l.c.) et les dict. cités emploient tous andouillers à la place d’épois+ (voir la rem. 2 ci-dessous).

REM. 1. « C’était un daim, couronné de larges plateaux » (GEN., F. perd., 56). Couronné de larges plateaux signifie que ce daim portait une belle ramure aux larges palettes+.

2. SOMMER parle d’un cerf « aux longs bois couronnés d’andouillers » (Imag., 171). Le terme propre aux ’cors qui garnissent l’extrémité des merrains pour former la couronne ’est épois +, et non andouillers. Mais il semble qu’actuellement, épois soit de plus en plus remplacé par andouillers, usage que les dict. attestent également (voir ci-dessus).

***

  • 93 Pour la tête du daim, palmé, adj., enregistré seulement en 1754 et de BESCH. 1845 au Lar. 1874 (FE (...)

227Chez nos auteurs, empaumure+ du cerf ne correspond pas à palmature du daim93 ; mais les épois qui forment l’empaumure du cerf peuvent être mis en rapport avec les o palettes, s.f. plur., chez le daim. Les extrémités des bois du daim adulte ont une forme plus étalée et plus aplatie que chez le cerf. À la troisième ou quatrième tête, les bois se terminent en palettes bordées de dents. La notion de largeur qu’implique palettes est exprimée dans toutes nos attestations, soit par l’adjectif large (Chass., mars 49, 346a), comme chez NARD (Sangliers et cervidés, 106), soit par le substantif largeur (Journ., déc. 09, 227a ; etc.).

« Le daim met autant d’années que le cerf, c’est-à-dire sept ans, pour devenir dix-cors. On reconnaît sa vieillesse à la grosseur des membres du massacre, à la hauteur du bois et à la largeur des palettes (autre nom du bois). » (Arm. MERCIER, dans Journ., 15 mai 29, 340c).

228Après la sixième année environ, les palettes ne font plus que s’épaissir et se denteler (CHAIGNEAU, Habit., 63). Dans le texte d’Arm. MERCIER cité ci-dessus, « autre nom de l’extrémité des bois » aurait été une parenthèse plus précise, car, de nos jours, l’acception de palettes est limitée. D’après WARTBURG (FEW, VII, 478a), palette au singulier a désigné la ramure du daim, chez PARENT (1866) et chez PAIRAULT (1885). Toutefois, nous l’avons vérifié, PARENT donne palettes au pluriel. De plus, palette, ’ramure du daim’, au singulier, se trouve encore dans le Lar. XX et le Gr. Lar. Par contre, les exemples que nous avons relevés n’attestent que le pluriel et palettes a le sens d’’extrémité de la tête du daim’. Quelques ouvrages spécialisés donnent cette acception à partir de 1900 (Ch. mod., Voc. ; BELLIER ; CHAIGNEAU, l.c. ; Dict. Lar. ; Gr. Livre, Voc.).

***

5) Sous la ramure

229Terminons l’étude de la tête (au sens usuel) des cervidés par deux appellations spécialisées et une plus courante.

230Larmiers, s.m. toujours au pluriel, désigne ’les fentes situées au-dessous de l’angle interne des yeux du cerf, de la biche, ou du daim, d’où coule une humeur onctueuse, noirâtre, d’odeur forte, abondante au moment du rut, appelée larmes (de cerf…)’. Cette substance sert probablement à marquer la présence de l’animal sur un territoire (voyez VERLINDEN, Cerf, 17 ; et Gr. Livre, II, 38a). « Le daim a des larmiers » (Journ., 15 mai 29, 340b), mais le chevreuil n’en a pas (l.c., 5 mars 29, 280c). Larmiers est attesté chez GENEVOIX (Harde, 64) à propos du cerf et chez GIONO à propos de la biche (voir ci-dessous).

La « glande des larmiers était pleine de larmes prêtes à couler dès que le grand sommeil serait là. […] Elle sentait ses larmiers qui se gonflaient et devenaient lourds de chaque côté de sa tête. » (GIONO, Joie, 249).

  • 94 Tous, sauf le Gr. Lar. et le Pet. ROB., admettent larmière(s), qui semble sorti de l’usage.

231Larmier (singulier) et larmes de cerf (pluriel) sont enregistrés depuis 1655, chez SALNOVE (FEW, V, 119b). Le pluriel larmiers est la forme moderne, reconnue par l’ACAD. et par la majorité des spécialistes (BAUDR. ; PARENT ; Ch. mod., Voc. ; BELLIER ; Lar. Ch., Voc. ; etc. ; voir TIL., Glan., 155). Pour définir le mot, certains (Lar. Ch., 130 ; CHAIGNEAU, Habit., 23 ; Dict. Lar. ; etc.) donnent larmier au singulier, comme c’est le cas dans les dict. usuels du XIXe et du XXe s.94.

PLANCHE XVI

PLANCHE XVI

Évolution des bois du daim par année
(Extrait de CHAIGNEAU, A., Les habitudes du gibier, 3e éd., Payot, 1964, p. 62.)

  • 95 Seuls BESCH., le Lar. XX et le Gr. Lar. donnent larme de (ou du) cerf, au singulier.

232Tous ceux qui retiennent larmiers ne mentionnent pas nécessairement larmes de cerf. Ainsi, PARENT, le Lar. Ch. et le Dict. Lar. n’en parlent pas, mais LITTRÉ, le DG, l’ACAD. et les ROBERT connaissent larmes de cerf95. Précisons que les larmes de cerf ne ressemblent en rien aux larmes sécrétées par l’œil chez l’homme, et que les « pleurs du cerf aux abois n’ont jamais existé qu’en littérature » (CHAIGNEAU, Habit., 23).

***

  • 96 Les dict. omettent l’application cynologique de mufle, ’extrémité du museau du chien’, fréquente c (...)
  • 97 Mufle, ’extrémité du museau de certains mammifères (carnassiers, rongeurs, ruminants) caractérisée (...)

233L’extrémité du museau des bêtes douces s’appelle mufle, s.m. Cette application cynégétique96 du sens général de mufle97, donnée seulement par J. d’YAUVILLE (que cite ROLLAND, Faune pop., I, 98), BAUDR., BELLIER, le Lar. XX et le Gr. Lar., est souvent employée par GENEVOIX (Harde, 11, 60, 129, 135, etc.).

***

b) Le corps

1) Un terme commun à plusieurs animaux : livrée

234Le pelage ou le plumage d’un animal qui présente un aspect caractéristique et qui change de coloration s’appelle livrée, s.f.

235De leur naissance jusqu’à six mois environ, c’est la robe parsemée de taches blanches ou sillonnée de raies parallèles que portent, respectivement, le faon (PRÉM., Cinq hist., 28 ; GEN., Best., 69 ; etc.) ou le marcassin (voir ci-dessous).

« Le sanglier naît avec « sa livrée », c’est-à-dire avec sa robe. Elle est couleur de froment et marquée de raies noires longitudinales. Cette livrée, dans les premiers mois, sert à le désigner. Et donc, tant qu’il la porte, il est nommé « marcassin », et quand elle tourne au roux uniforme « bête rousse ». » (PESQU., Chez nous, II, 1-2) ; VIA., Chasse, 267 ; etc.

236On dit alors que les marcassins, par exemple, sont en livrée (Chass., nov. 71, 6c ; etc.). La livrée du faon nous est familière grâce au Bambi+ de Walt Disney. Cet emploi de livrée manque dans l’ACAD. Les spécialistes et les Larousse le réservent aux tout jeunes cervidés et aux tout jeunes sangliers, tandis que LITTRÉ parle de jeunes « quadrupèdes », le FEW (V, 301b), de « jeunes animaux », et ROBERT, de « jeunes Mammifères ».

237Livrée se rapporte aussi au plumage de certains oiseaux, notamment des jeunes canards sauvages, les halbrans+ (PRÉM., o.c., 66 ; etc.), ou au plumage chatoyant des canards mâles, ou malards+, au moment des amours (le canard siffleur, « un bel oiseau en livrée nuptiale » Chass., mars 72, 7b ; etc.). LITTRÉ, le DG, GUÉRIN et ROBERT, qui citent tous BUFFON, notent aussi cet emploi, que le Lar. XX et le Gr. Lar. réservent aux jeunes faucons.

REM. PESQUIDOUX se permet un emploi imagé qu’il explique : le renard « porte la livrée de la terre, je veux dire qu’il est, dans nos pays, soit roux, couleur de foin mûr ou de feuille morte, soit gris comme les taillis dépouillés, les guérets pacagés ou la lande rase. » (o.c., II, 131).

***

2) Des termes propres au cerf et au chevreuil

238Dans les textes cynégétiques, les termes propres aux parties externes du corps du cerf et du chevreuil apparaissent exceptionnellement (nous donnons toutes nos références), sauf corsage.

  • 98 Corsage, s.m., a un sens plus général, inusité chez nos auteurs, ’forme du corps du cerf’ (REMIG., (...)

239Chez tous nos auteurs, corsage, s.m., ne se rapporte qu’à la partie du cerf comprise entre le cou et les hanches ou à la poitrine de cet animal98.

« Un dix-cors au puissant corsage » (GEN., Best., 288) ; ibid., 66 ; ID., Harde, 10, 79 : voir cimier, etc. ; VIA., Meute, 24 : voir tête bien chevillée, 94, 96, etc. ; ibid., Gloss., 297 ; Journ., 10 oct. 29, 95a.

240LITTRÉ, le Lar. XIX, GUÉRIN, le Lar. XX, ROBERT et le Gr. Lar. l. fr. présentent corsage du cerf comme une application à « certains animaux » du sens général de corsage qui se dit du corps humain.

  • 99 Ers, s.m.plur., ou erres, s.f.plur., ’les parties de devant, qui comprennent les pieds de devant e (...)

241CHAIGNEAU (Habit., 23) et le Gr. Lar. donnent au mot son acception particulière en vénerie99.

***

  • 100 Hampe, terme de boucherie, désigne ’la partie supérieure et latérale du ventre du bœuf, du côté de (...)

242Corsage est actuellement synonyme de hampe, s.f., qui désigne aussi la poitrine du cerf. Alors que dans les anciens traités de chasse (La chace dou cerf, 1270 ; Modus ; du FOUILLOUX), la hampe est considérée comme pièce lorsque l’on défait le cerf (REMIG., 159 ; TIL., N. mél., 207-208 ; comp. bourbellier), GEN. (Harde, 173, 203) applique hampe à la bête sur pied. Tous les ouvrages consultés connaissent hampe,’poitrine du cerf’. Mais les dict. usuels ne précisent pas l’emploi de ce terme de vénerie, qui est aussi un terme de boucherie100.

***

243Cimier, s.m., connaît deux acceptions cynégétiques. La première concerne la ’croupe du cerf en tant que pièce qu’on lève le long du dos et des reins’.

« —Attrape les folluilaises+ [sic], disait-il à Noël qui dépeçait le cou, toi, Vincent, le cimier — qui est la croupe jusqu’au joint des cuisses —. » (VIALAR, Meute, 158) ; Journ., 31 mai 27, 99c.

244La seconde se rapporte à la ’croupe du cerf sur pied’.

Un des chiens de la meute « s’accrocha en plein bond, des mâchoires et des pattes se riva au cimier du daguet. D’autres, étourdis par le choc, se relevaient, lui sautaient aussi au corsage. » (GEN., Harde, 79) ; CROMBRUGGHE, Âge, [p. 6],

  • 101 Seule l’ACAD. ne donne que la définition du terme de boucherie : ’pièce de bœuf prise sur le quart (...)
  • 102 TIL. (Litt., 36) regrette qu’on n’ait pas demandé « l’avis d’un expert avant de procéder à la publ (...)
  • 103 À la fin de la chasse à courre, pendant la curée, on distribue les parties du cerf, hampe+, épaule (...)

245Le premier sens, emprunté à la langue de la boucherie101 et relevé chez les vieux auteurs à partir de J. du FOUILLOUX, en 1561 (REMIG., 82), se trouve dans BESCH., LITTRÉ, le DG, le Lar. XX, les ROBERT, le Gr. Lar. l. fr., et chez BELLIER102. Cimier est reconnu comme « terme de chasse » depuis 1655 (FEW, II2, 1608b-1609a). Beaucoup de spécialistes (PARENT ; Ch. mod., Voc. ; VILLENAVE ; Lar. Ch., Voc. ; Guide Marabout,103 ; CHAIGNEAU, Habit., 23 ; Dict. Lar.·, etc.) et le Gr. Lar. définissent cimier par ’croupe du cerf’, sans donner de précision 103.

***

246o Folluilaisses, s.m. pluriel. ’C’est, disent les anciens, « une chair et venaison qui est à l’entour du col du cerf » ’. Ainsi VIALAR définit-il (Meute, Gloss., 300) cet archaïsme, qu’il emploie une seule fois et qu’il écrit alors o folluilaises (o.c., 158 : voir cimier), avec un s (au lieu de deux ci-dessus) après ai. Ce terme, dont follilaisse est une forme plus connue, est à comprendre par fou l’y laisse : « celui est fou qui l’y laisse, c’est-à-dire qui ne le lève pas ou ne le coupe pas » le collier de chair, qui se trouve entre la hampe+ et les épaules du cerf, à cause de la délicatesse de cette chair (TIL., N. mél., 11 ; FEW, III, 691b, note 22). On peut rapprocher follilaisse de sot-l’y-laisse qui appartient au langage courant (pour la volaille).

  • 104 On a interprété li de follilaisse comme l’ancien datif lui, avec omission du compl. d’objet direct(...)
  • 105 TIL. examine successivement les différentes formes du mot (N. mél., 5-12) et dénonce (Litt., 36 : (...)

247La source de VIALAR, à la fois pour la définition (l.c.) et pour la forme folluilaisses, c’est LIGNIVILLE (vers 1635). Ce dernier a sans doute trouvé la forme ci-dessus, au singulier, dans un des premiers imprimés de la Chasse de Gaston PHÉBUS (TIL., o.c., 8). Comme LIGNIVILLE emploie folluilaisses au pluriel, « le mot a été interprété comme un pluriel ou plutôt duel », « les morceaux en question se trouvant des deux côtés du cerf, comme les cuisses, les côtes, » etc. (ibid., 9). Toutefois, folluilaisses, cette « forme bizarre, due à une erreur d’interprétation et à l’ignorance »104, est tombée dans l’oubli et n’a pas survécu après le XVIIe s., parce qu’elle a été évincée par d’autres formes du mot (ibid., 8)105.

***

  • 106 Le latin dignitatem a donné en anc. fr. une forme populaire deintié, ’ornement, morceau de choix d (...)
  • 107 Le mot a été admis par l’ACAD. en 1762 et supprimé en 1798 (DG). Il se trouve cependant dans le Co (...)

248Daintiers106 ou, exceptionnellement, dintiers, s.m. pluriel. ’Testicules du cerf ou du chevreuil’ (comp. suites). La tête bizarde+ du cerf peut être « le résultat d’une blessure à l’os frontal ou aux daintiers » (Journ., 25 avr. 32, 259b). Seul VIALAR (Meute, 63), par goût d’archaïsme, choisit ce « mot ancien » (o.c., Gloss., 299), sous la graphie dintiers, qui est expliquée par TIL. (N. mél., 292-293, 298). Sauf l’ACAD.107, les ROBERT et le Gr. Lar. l. fr., qui l’ignorent, tous les dict. consultés le donnent sous la forme daintiers, mais réservent le mot au cerf. Quelques auteurs cynégétiques (LIGNIVILLE, BLAZE, et BELLIER) signalent que le mot se rapporte aussi au chevreuil (voir ci-dessous) et au daim, pour lequel nous n’avons aucune attestation.

« Quant aux « daintiers » ou rognons [du chevreuil], ce bijou gastronomique a certainement une trop grande valeur pour que vous l’abandonniez en faveur de qui que ce soit. » (Journ., 20 mars 29, 292c.)

  • 108 Le Compl. ACAD. 1843 note encore que les daintiers sont appelés vulgairement » rognons.

REM. Le sens ’testicule’ attribué à rognon est inexact. WARTBURG enregistre rognon,’ testicule de certains animaux (par ex. du coq)’, depuis 1690, chez FURETIÈRE (FEW, X, 255b). FURETIÈRE — nous avons vérifié — parle de rognon de bélier et de rognon de coq. En réalité, cette acception donnée à rognon remonte à SALNOVE, dans le Dict. des chasseurs, à la fin de sa Vénerie royale (1655). Ce sens erroné, « répété par les auteurs cynégétiques jusqu’au début du XIXe siècle108, est dû à l’inadvertance et à l’ignorance, le mot couillons ayant été lu par mégarde rognons. De telles erreurs [voir suites] sont fréquentes dans la littérature de chasse. » (TIL., o.c., 298).

Dans ses « notes tardives », TILANDER explique : « Cette interprétation erronée a été facilitée sans doute par le fait qu’on écrivait volontiers c-ons, » par pudeur. « L’abréviation c-ons a pu être facilement interprétée rognons, surtout si l’abréviation a été écrite négligemment et d’une façon peu soigneuse, rognons ayant du reste paru plus probable au lecteur que le mot vulgaire couillons. » (TIL., o.c., 346).

***

249Le pelage du chevreuil présente à deux endroits différents, la poitrine et le cimier+, plus ou moins la même caractéristique, qui est une tache faite de poils clairs.

250Certains chevreuils âgés portent sur la poitrine, à la base du cou, une touffe de poils ivoire, de forme ovale, qu’en France (VERLINDEN, Chevreuil, 9), on appelle o serviette, s.f., et qui permet de les distinguer des jeunes. Les deux seules attestations que nous ayons relevées appartiennent à des Français : VIALAR (voir ci-dessous) et un collaborateur spécialisé du Chass., qui essaie, à juste titre, de « localiser » la place de la serviette chez le chevreuil (l.c., juill. 70, 11a).

À propos d’un chevreuil. « — C’est un vieux mâle. Ce que tu as vu de blanc, ou plutôt de jaunâtre, c’est une place sous sa queue, on appelle ça la roze. Mais il avait aussi la serviette, ce qui me fait dire que c’est un vieux : une tache claire et ovale à la base du cou. » (VIALAR, Fusil, 183.)

251Les techniciens seulement (BAUDR., p. 259b ; BELLIER ; VIDRON, Ch. à courre, 61 ; ID., dans Lar. Ch., 141 ; VERLINDEN, l.c. ; MANHÈS, Chevreuil, 21 ; NARD, Sangliers, 63 et 117 ; CHAIGNEAU, Habit., 42 et 43) signalent cet emploi de serviette.

REM. Cette tache peut être plus ou moins étendue. Sans utiliser serviette, un juriste et un garde belges parlent, respectivement, d’« une tache ronde blanche d’un diamètre d’environ trois centimètres » à la gorge d’un broquart tué en Campine, et de « la tache blanche » d’« un diamètre de 10 à 12 centimètres », « tache ronde à la gorge » d’un broquart tué à Robelmont, près de Virton (Journ., 25 déc. 29, 154b-c, et 25 janv. 30, 199c).

***

252Serviette, ’tache sur le cou du chevreuil âgé se rencontre très rarement, et en France seulement, tandis que serviette, ’tache sur le cimier de tout chevreuil adulte’, est assez fréquent dans le langage des chasseurs français et belges. Précisons ceci. Autour de l’anus des brocards et des chevrettes se trouve une petite surface de poils fauve clair presque blancs. Trois noms, roze (ou rose), serviette et miroir, servent à la désigner.

253En termes de vénerie, o roze, s.f. (VIALAR, Fusil, 183 : voir serviette ci-dessus), ou o rose (VIALAR, voir ci-dessous ; Chass., juill. 70, 11a-b) s’impose ; mais cette dénomination n’est pas courante chez nos auteurs.

« Un profane l’eût cru déjà sur ses fins tant il [le chevreuil] paraissait haletant, le poil hérissé, la rose — qui est la partie sous la queue et qu’on appelle aussi la serviette — blanche et tout ouverte. » ; « — Comment qu’il était ? questionna Mathieu. — Malmené, le poil allongé, la rose moins blanche. » (VIA., Meute, 60 et 62.)

254Cette tache « paraît, lorsque les poils blancs en sont hérissés, comme une rose » (ibid., Gloss., 305). Quand le chevreuil est effrayé ou s’inquiète, les poils clairs de la roze « se hérissent et la font paraître plus grande et plus blanche » (MANHÈS, Chevreuil, 21 ; et VERLINDEN, Chevreuil, 9). HERMAN (dans L’Avenir, voir serviette ci-après) et un lecteur des Cahiers (voir miroir) font la même observation. L’auteur de La grande meute justifie son choix : « il a préféré employer le mot « rose » qui lui a paru plus coloré, plus poétique » que serviette+, pourtant utilisé « communément, et à peu près partout de nos jours » (ibid., Note, 293).

  • 109 Le FEW (X, 480b) relève le Wallon, roze, ’certaine partie du bœuf’. HAUST (Dict. liég., s.v. rose,(...)

255Roze se trouve seulement chez quelques auteurs spécialisés (BELLIER ; VIDRON, Ch. à courre, 61 ; ID., dans Lar. Ch., 141 ; MANHÈS, Chevreuil, 17, 21, 22, etc. ; CHAIGNEAU, Habit., 41 ; CASTAING, Bois, 78), où il est écrit avec z109, sauf chez VERLINDEN (Chevreuil, 9) qui donne rose avec s.

***

256Parmi les chasseurs et les gardes, serviette, s.f., est employé assez couramment pour roze+.

Deux chevrettes « devinent notre présence, et s’enfuient en bondissant, leur « serviette » blanche, sur l’arrière-train, toute hérissée d’effroi… » (HERMAN, dans L’Avenir, 4 nov. 59, 7 ; cfr roze).

  • 110 « Le cerf et la biche ont, comme le chevreuil, une serviette postérieure de teinte claire ou miroi (...)

« Le chevreuil est reconnaissable à sa serviette alors que le cerf n’en a pas. » (Chass., mars 70, 9c.) Ni VERLINDEN ni MONBRISON ne partagent ce dernier avis110.

  • 111 Le mot serviette revient plusieurs fois dans l’article, toujours avec le même sens.

À la question posée par un lecteur de Liège sur « ce qu’on appelle souvent « la serviette » (postérieur du chevreuil) » (Journ., 29 févr. 24, 199a), afin de pouvoir distinguer, en battue, les sexes des chevreuils, M. Jamar répond : « — Le broquart a la serviette111 plus grande, plus blanche, elle se dessine davantage que chez la chevrette. » (l.c., 31 mars 24, 213a). Remarquons que pour d’autres, c’est la chevrette qui a le miroir+ (NARD, Sangliers, 63) ou la serviette (CHAIGNEAU, Habit., 43) la plus développée.

257Dans nos dépouillements, les deux derniers correspondants du Journ. cités ci-dessus, un autre abonné du Journ. (25 avr. 29, 322b), et HERMAN (l.c., voir ci-dessus ; et Forêt, 73a), donc quatre Belges, ainsi que quatre Français, GENEVOIX (voir ci-dessous), VIALAR (Meute, 60 ; ibid., Note, 293 : voir rose), BURNAND (dans Cahiers, 1er trim. 55, 81b), et un collaborateur du Chass. (l.c., voir ci-dessus), appellent serviette — cette serviette est bien mal placée ! — ce qui, en bon langage de vénerie, se nomme roze. VIDRON (Ch. à courre, 61 ; dans Lar. Ch., 141), VERLINDEN (Chevreuil, 9), MANHÈS d’ANGENY (Chevreuil, 21) et CHAIGNEAU (o.c., 41) signalent cette confusion. ROLLAND (Faune pop., VII, 253) a recueilli cet emploi de serviette en Lorraine. Aujourd’hui, il est reconnu par CASTAING (Bois, 78) et ROBERT Suppl., qui cite GENEVOIX (voir ci-dessous).

GENEVOIX s’excuse de parler du derrière blanc d’un chevreuil. « Nous savions qu’en vénerie cette tache blanche s’appelle la serviette·, mais nous avons préféré l’oublier. » (Harde, Note de l’auteur, 5.)

REM. 1. o Derrière blanc et ses variantes s’emploient généralement dans un langage coloré, pour le lapin et pour le lièvre.

À propos du lapin : « le petit corps au derrière blanc » (VIALAR, Chasse, 108) ; ibid., 106 ; « Le promeneur solognot le voyait débouler de partout, sautant, culbutant, crochetant, son derrière preste envirgulé de blanc » (GEN., Best., 86) ; etc.

À propos du lièvre : le chien, « le nez au derrière du bouquin+, derrière léger, guilleret, houppé de blanc » (GEN., o.c., 155) ; Chass., août 71, 3a ; etc.

2. En outre, un correspondant du Journ. étend au lapin le sens cynégétique courant de serviette : lorsque l’animal dégîté « vous montre sa petite serviette blanche en rentrant au bois, il est ordinairement facile à rouler » (l.c., mars 12, 212b).

***

258Chez nos auteurs, l’autre synonyme de roze+, o miroir, s.m., est rare. C’est la traduction française de l’allemand Spiegel (MARION, Voc. de chasse allemand, 27).

De « jaune en été le miroir du chevreuil deviendra blanc en hiver » (Chass., déc. 71, 3c).

Après un article intitule « Deutsche Jagd », un lecteur des Cahiers envoie ses observations sur « le redressement des poils du miroir » chez le chevreuil : « Je crois que c’est simplement la frayeur qui cause chez l’animal l’érection du poil des fesses, mais ne pense pas que le chevreuil possède la faculté de les hérisser à volonté. » (l.c., 1er trim. 55, 101b). (Cfr roze.)

259La plupart des dict. usuels et le FEW (VI2, 149b) connaissent miroir au sens de ’tache’, mais seulement sur les plumes de l’aile de divers oiseaux. L’acception de miroir propre au chevreuil se trouve chez des techniciens (ROZIER, en 1805, d’après ROLLAND, Faune pop., VII, 253 ; NARD, Sangliers, 63 ; CHAIGNEAU, Habit., 41, 43 ; Gr. Livre, II, 36b), dont certains connaissent l’allemand (MANHES d’ANGENY, Chevreuil, 17, 21 ; VERLINDEN, Chevreuil, 9-10).

***

Notes

1 Ces noms du cerf sont eux-mêmes synonymes d’autres appellations, comme cerf à sa seconde, troisième, quatrième… tête+, royal dix-cors+, grand vieux cerf+, etc.

2 Le Lar. XX et le Gr. Lar. (s.v. cerf), entre autres, définissent chacun des noms du cerf par un nombre d’années : daguet, ‘cerf de deux ans seconde tête, ‘cerf de trois ans troisième tête, ‘cerf de quatre ans etc. Ces définitions ne reflètent pas toujours l’usage.

3 Le sens primitif de faon, ’petit d’un animal’ (feon, depuis le XIIe s. ; FEW, III, 486b), s’est restreint au sens actuel, ’petit des bêtes fauves’, donné par tous les dict. modernes, depuis 1549, chez ESTIENNE (FEW, III, 487a). De même faonner, ’mettre bas’, ne se dit plus, de nos jours, qu’en parlant de la biche, de la daine, de la chevrette (Journ., 20 mars 29, 292a), etc.

4 Enregistré en français depuis 1872 (FEW, XI, 490a), dans les Additions et corrections à la fin du 4e volume de LITTRÉ, suitée, adj.f., se dit d’une jument suivie de son poulain. Ce mot doit avoir été emprunté aux dialectes, peut-être au normand. L’exemple cite par LITTRÉ dans le Suppl. concerne la Normandie et des poulinières. De plus, la diffusion du terme dans les dialectes touche aussi cette région et est antérieure à 1872, d’après la date d’édition des dict. dialectaux qui le retiennent (voir FEW, l.c.).

5 Suitée peut se dire également de la femelle d’un chien de chasse accompagnée de ses chiots : « les lices suitées » (Journ., 5 nov. 26, 326c).

6 « La mise à mort d’une laie suitée n’est pas un titre de gloire pour son auteur, tout au plus peut-on lui accorder un brevet de « mauvais boucher ». » (CHAIGNEAU, Habit., 16).

7 « car en le faisant on tue presque sûrement trois bêtes à la fois : la biche, le faon qu’elle porte en elle, et — à retardement — le faon qui la suit ». En effet, celui-ci, privé du lait de sa mère, et devant vivre en orphelin, parce qu’il ne sera pas adopté par une autre biche, suitée ou non, risque de ne pas survivre longtemps, surtout à l’entrée de l’hiver (VERLINDEN, Cerf, 155-156).

8 En tant qu’adj. fém. seulement, l’emploi cynégétique de bréhaigne est donné par le DG, l’ACAD. et ROBERT. Dans les ouvrages spécialisés (PARENT ; Ch. mod., Voc. ; BELLIER ; Dict. Lar. ; Gr. Livre ; etc.), bréhaigne est aussi attesté comme nom.

9 D’autres parlent de biche âgée, de biche suitée, etc. (cfr meneuse de harde +).

10 Hère, du néerlandais hert, ’cerf’ (FEW, XVI, 207b) apparaît après 1750, chez BUFFON (Nouv. DAUZAT), sous cette graphie. Le mot s’est écrit haire (LE VERR. et Encycl. Méthodique, d’après FEW, l.c.), que citent encore ROLLAND (Faune pop., I, 93), le Lar. XX, et des techniciens (Ch. mod., Voc. ; CHAIGNEAU, Guide, 63, et Habit., 23 ; Guide Marabout, 104 ; CASTAING, Bois, 80 ; etc.), mais qui n’est pas employé par nos auteurs.

11 Dans le Nouv. DAUZAT, la première attestation de daguet est reportée de 1655 (FEW, III, 1b) à la fin du XVIe s. (L’Estoile).

12 En allemand, das Schtnaltier désigne la biche de un à deux ans (MARION, 19).

13 D’après PRÉMOREL (l.c.), cité en tête de cet article, petit cerf ne comprend pas dix-cors jeunement ; par contre, un garde-chasse à Ciney (Journ., janv. 11, 147a), cité ci-dessus pour jeune cerf, laisse entendre le contraire. Les autres emplois relevés ne nous permettent pas d’établir nettement l’étendue du sens de ces dénominations.

14 Locution déjà attestée dans Modus (REMIG., 176), jeune cerf se trouve dans certains dict. (BESCH. ; Lar. XIX ; Lar. ill. ; Lar. XX) et chez des spécialistes (Ch. mod., Voc. ; BELL., 22 ; TIL., N. ess., 7 ; etc.). Les autres dict. et ouvrages consultés ignorent petit et jeune cerf. Remarquons que le Lar. ill., le Lar. XX et VIA. (Meute, Gloss., 297) limitent l’acception de jeune cerf au cerf âgé de quatre à cinq ans.

15 Grand cerf, ’cerf qui a huit ans’ (LITTRÉ ; Lar. ill. ; Lar. XX ; VIA., Meute, Gloss., 297) ; ’cerf dans sa huitième année’ (BESCH. ; GUÉRIN ; Lar. XIX, qui ajoute « contesté »). ROBERT cite seulement grand cerf. Le Gr. Lar. donne gros cerf (’qui a huit ans’).

16 Vieux cerf, comme grand cerf et comme gros cerf, est défini par son âge :’cerf dans sa huitième année’ (BELL., 21), ’cerf qui a plus de sept ans’ (Lar. XIX, qui ajoute le syn. gros cerf), ’cerf à sa cinquième ou à sa sixième tête’ (Lar. Ch., Voc., s.v. vieux) Or, chez du FOUILLOUX, comme chez les auteurs anciens, vieux cerf s’oppose à jeune cerf, « sans plus de précision » (REMIG., 54).

17 D’après les dict., quel est l’âge du grand vieux cerf ? Pour le Lar. XIX, cette locution « contestée » (cfr note pour grand cerf) signifie : ’qui a plus de huit ans’. ’Cerf dans sa neuvième année’, notent BESCH., GUÉRIN, et BELL. (21), qui précise ’dans sa neuvième année et plus’. ’Cerf de neuf ans’, d’après LITTRÉ, le Lar. ill., le Lar. XX, le Gr. Lar., VIA. (Meute, Gloss., 297), et CHAIGNEAU (Guide, 63). L’expression manque dans l’ACAD., le DG et les ROBERT.

18 La Ch. mod. (Voc.) cite seulement gros vieux cerf, que nous n’avons pas relevé chez nos auteurs.

19 Mis à part l’ACAD. et le Pet. ROB., qui ignorent ce sens d’écuyer, les dict., y compris le FEW (XI, 348a), ne précisent pas ’jeune cerf qui suit un vieux’. D’après quelques auteurs anciens, il semble que ce soit « toujours » (cfr TIL., N. mél., 318-319) ; les spécialistes modernes disent « quelquefois » (Ch. mod., Voc.), « d’habitude » (BELL.), « parfois » (VILLENAVE ; VERLINDEN, Cerf, 67) et « très fréquemment » (Lar. Ch., Voc. et p. 398), « souvent » (CHAIGNEAU, Habit., 23), etc.

20 Ils sont cités dans la note qui précède.

21 Écuyer a pour synonyme page, s.m., que le FEW (VII, 474b) enregistre en 1874 (Lar.) et en 1885 (PAIRAULT), alors qu’il apparaît en 1763, chez LE VERR. (TIL., N. mél., 319-320). Page, qui peut se dire en parlant du jeune cerf (Ch. mod., Voc. ; BELL., s.v. écuyer ; Lar. XX), mais aussi du jeune sanglier, qui accompagne parfois un mâle plus âgé (1890, d’après le FEW, l.c., et TIL., l.c. ; VILLENAVE ; Lar. Ch., Voc. ; Gr. Lar., s.v. écuyer et page ; CHAIGNEAU, Habit., 18 ; Dict. Lar.), semble ne plus appartenir au langage cynégétique actuel.

22 En 1900, dans la Ch. mod., pèlerin, ’animal qui change souvent d’endroit’ (Voc.), s’applique uniquement au chevreuil (p. 405). BELL. et CHAIGNEAU (Habit., 41) parlent aussi du chevreuil, pour lequel nous n’avons relevé aucune attestation de pèlerin.

23 Chevrette, ’femelle du chevreuil’, attesté depuis 1611, chez COTGRAVE (FEW, II1, 296a), se trouve dans les dict. généraux et dans les ouvrages spécialisés (cfr MANHÈS, Chevreuil, 93-96, etc.). L’acception ’chevreau femelle’ (voir les termes propres au chamois) n’a pas été relevée dans nos sources.

24 Au sens propre, chèvre se dit, par opposition à bouc, en parlant de la femelle du chamois ou de l’isard (voir plus loin).

25 Jeune chevrette est enregistré seulement par BELLIER (26), pour désigner la chevrette de trois à cinq ans, et par CHAIGNEAU (Habit., 44), qui l’oppose à vieille chevrette, sans précision.

26 Chevrillard, ’faon de chevrette’, depuis l’ACAD. 1740 (FEW, II1, 304b), manque dans le Pet. ROB. et le Gr. Lar. l. fr., qui appellent ce jeune animal chevrotin, s.m. Ce terme n’apparaît pas chez nos auteurs.

27 Anciennement (Lar. XX), brocard désignait aussi le cerf (ou le daim) d’un an environ. LITTRÉ, le DG, l’ACAD., les ROBERT, et ROLLAND (Faune pop., I, 93) signalent encore cet emploi. Cité sans indication de date par le FEW (I, 547a), brocard, ’cerf ou chevreuil d’un an’, remonte au XVIe s., selon le DG et DAUZAT (1938) ; au XVe s., selon B.W. 5 ; à 1466, selon le Nouv. DAUZAT. QUEMADÀ (Matériaux…, 1re série, B, vol. 2) complète les données de B.W., celles du DG et de DAUZAT.

28 BESCH. écrit broquart ou brochard. Cette dernière forme se trouve chez FONTAINES-GUÉRIN (voir REMIG., 46).

29 LITTRÉ et le Gr. Lar. admettent aussi broquart. Le Lar. XX ajoute brocart. ROBERT et le Gr. Lar. l. fr. donnent les quatre graphies, dont le Pet. ROB. retient brocard et broquard.

30 LITTRÉ, le DG, qui cite BUFFON, ROBERT et VIA. (Meute, Gloss., 296) définissent vieux brocard par ’chevreuil qui a plus de deux ans’. CHAIGNEAU (Guide, 66 ; Habit., 41) cite seulement l’expression. Le Lar. Ch. (Voc., s.v. vieux) précise qu’elle désigne le ’brocard à sa quatrième ou à sa cinquième tête’.

31 Grand vieux brocard, cité par CHAIGNEAU (Habit., 41), n’est pas attesté chez nos écrivains ni chez les collaborateurs de revues cynégétiques.

32 « L’isard, ou chamois des Pyrénées, est plus petit, plus gracile, d’une teinte plus fauve en été et moins noire en hiver ; il est pourvu de deux cornes plus fines, moins hautes et plus serrées que celles du chamois des Alpes. Par ailleurs, leurs mœurs sont identiques et leur chasse similaire. » (Lar. Ch., 198.)

33 Selon CHAIGNEAU (Habit., 65 et 67), chevrette, s.f., s’applique au chevreau femelle, chamois ou isard. Dans nos dépouillements, qui n’attestent pas cet emploi de chevrette, le mot ne désigne que la femelle du chevreuil.

34 Le chamois, souvent un vieux bouc, jouant le rôle de sentinelle de la harde et appelé bête de garde, appartiendrait au domaine de la légende (voir bête de garde, rem.) Cependant, le Gr. Livre (II, 92a), ouvrage tout récent, en parle encore.

35 Comp. dans la langue populaire être boisé, ’être cocu’ (1888 et 1896 ; FEW, XV1, 204b), emploi figuré qui s’explique par le fait que bois, comme corne, peut symboliser l’infortune conjugale.

36 Sauf dans cerf à bois. Il arrive aussi que les bois soient qualifiés de nouveaux, courts, épanouis, magnifiques… et surtout de beaux.

37 « Une tête de cerf munie de cors est qualifiée en latin par ramosus, en it. et port. par ramoso, en fr. par rameux. » (TIL., N. ess., 15).

38 La curée, ou morceaux retirés du cerf, avec la « tête » et du pain trempé dans le sang de l’animal, représente le cerf. Quand les chiens déchirent et dévorent la curée, ils sont censés faire le massacre, c’est-à-dire le déchirement du cerf. La tête du cerf étant la partie de la curée la plus spectaculaire, massacre en est venu à désigner la tête du cerf (séparée du corps). (TIL., o.c., 78-79).

39 Les dict. du XIXe s. et du XXe s. continuent à donner à ce mot son acception première : ’tête du cerf…, séparée du corps et placée sur la peau de l’animal (et non « sur une nappe », comme l’écrivent l’ACAD., LITTRÉ et le FEW, VI, 516b), au moment de la curée’. Le FEW (l.c.) enregistre ce sens depuis 1580 seulement.

40 C’est dans le sens de ’crâne du cerf avec ses bois’ que massacre est entré dans la langue héraldique à partir de 1581 (FEW, VI, 516b).

41 Bien chevillé s’est rapporté « d’abord à une tête de cerf belle, bien formée et bien proportionnée » (TIL., N. ess., 219). Trévoux, le Compl. ACAD. 1845, LITTRE (4°) et GUÉRIN signalent seulement ce premier sens. L’ACAD. et les ROBERT ignorent l’adj. chevillé.

42 En termes d’héraldique, chevillé, ’garni d’andouillers’, est attesté par LITTRÉ (4°) et GUÉRIN. Le Lar. XX et le Gr. Lar. ne donnent que cet emploi.

43 Bizarde est un féminin attesté dans la langue populaire à Paris (FEW, I, 389a, note 1). Le Lar. XX le présente comme une « forme dialectale pour bizarre », le Gr. Lar. et BRISSAC (180), comme une « forme ancienne de bizarre ».

44 Parfois, seule la partie inférieure des bois est transformée en magma spongieux, duquel « se détachent des sortes de nattes, mi-peau, mi-os poreux, qui pendent tout autour de la tête du chevreuil, lui donnant l’air de porter perruque — d’où le nom — et allant jusqu’à lui couvrir les yeux. Bien entendu des cas de mélange des deux types peuvent exister » (MANHÈS, Chevreuil, 74).

45 Dans sa thèse sur Le vocabulaire de chasse allemand (54), MARION donne pour Perückenbock, ’brocard affligé d’un bois en perruque’, le correspondant français mitré, que nos auteurs n’emploient pas.

46 D’après VERLINDEN (Cerf, 57), la perruque est plus rare chez le cerf que chez le chevreuil, et de forme très différente. Mais nos auteurs ne parlent pas de cerf à perruque.

47 Dépouillés du velours, les bois ont une teinte blanchâtre, mais ils brunissent assez vite par la suite. Les anciens auteurs cynégétiques croyaient que cette coloration dépendait de la composition de la terre (places à charbon, argile) dans laquelle le cerf frottait sa tête. D’autres ont souvent affirmé qu’elle était due à la différente sève des arbres contre lesquels les bois sont frayés. G. de MAROLLES (Le bois du cerf, Paris, 1908, p. 23, 30-31) a montré, grâce à une analyse chimique des bois du cerf, que la coloration de ceux-ci « est causée par le pigment sanguin contenu dans les vaisseaux longitudinaux du bois » (TIL., Litt., 156-157). Toutefois, MANHÈS d’ANGENY croit toujours « à la seule action de la sève » (Chevreuil, 37).

48 Parmi nos attestations, deux seulement donnent dague au singulier (Journ., 25 avr. 32, 259a ; 25 avr. 33, 238c). Comme, dans les deux cas, il s’agit de présenter et de définir le mot, on ne peut considérer ces emplois comme usuels.

49 Dagues, s.f.pl., se dit quelquefois des défenses+ du vieux sanglier.

50 Les Larousse ne précisent pas « les cervidés ».

51 Broches, s.f.pl., désigne parfois les défenses+ du sanglier. Cet emploi correspond à celui signalé ci-dessus dans la note sur dagues.

52 « À côté de dague, on dit aussi broche pour indiquer le bois du cerf dans sa seconde année » (TIL., N. ess., 204). Le Compl. ACAD. 1843, BESCH., le Lar. XX (seule référence donnée par le FEW, I, 547a), LITTRÉ, le DG, ainsi que VILLENAVE et le Lar. Ch. (Voc.) signalent cet emploi.

53 Ce sont les dict. du XIXe s. cités dans la note précédente.

54 La « seconde tête peut être très variable selon les régions, la richesse de la nourriture et la santé de l’animal — qui dépend notamment de la rigueur de l’hiver précédent » (VERLINDEN, Cerf, 36).

55 Pour LITTRÉ et l’ACAD., peut-être influencés par l’étymon materia, merrain désigne ’la matière de la perche et du bois du cerf’.

56 Le FEW (l.c.) cite plus de dix variantes, dont six attestées après 1800 : merrein, merrain, mairin, merain, marain, mairain. La dernière est relevée « depuis Larousse 1907 » ; or elle est déjà dans le DG. Nous ne l’avons pourtant pas retrouvée dans nos dépouillements.

57 SALN., GOD. Compl. et le DG donnent le singulier au sens collectif, ’l’ensemble des chevilles’ (voir TIL., N. ess., 215).

58 « En aucun cas on ne peut dire un cors » [écrit avec s], remarque LITTRÉ, à l’article jeunement.

59 Cfr TIL., N. ess., Façon de compter les cors du cerf, 7.

60 De plus, dans BESCH. copiant l’ACAD., qui fut corrigée plus tard par LEGOARANT (voir LITTRÉ, 2°), il faut lire « cinq » au lieu de « dix » andouillers de chaque côté. « On voit par là que Littré ne copie pas à l’aveugle » (TIL, Litt., 63).

61 Voir la note précédente.

62 Le sens premier sera étudié ensuite. TIL. (N. ess., 209-212) explique, avec de nombreuses précisions et références, l’évolution sémantique d’andouiller.

63 « Nous lui accorderons donc moins de place qu’au cerf », écrit en 1968 Émile LEJEUNE (Le guide Marabout de la chasse, 81) qui, dans ses définitions succinctes de « quelques termes de la chasse à courre » (ibid., 101-106), rapporte les mots au cerf et au chevreuil, mais très rarement ou pas du tout (cfr massacre, écrit par erreur typographique massaire ; tête…) au daim.

64 Conformément à l’étymon * anteoculare (’qui pousse devant les yeux’) > antouiller > andouiller, « le mot ayant été mis en rapport avec andouille par une étymologie populaire » (TIL., N. ess., 209 ; REMIG., 21).

65 Selon B.W.5, « l’expr. analogue de l’allem. Augensprosse, propr. « rejeton des yeux » », confirme l’étymon * anteoculare.

66 M. BOUCKHUYT, Étude critique des proverbes de Littré (du mot richissime au mot xythisme), Mémoire de Licence inédit, Louvain, U. C. L., 1971, p. 106-109.

67 BAUDR., BESCH., LITTRÉ, le DG, l’ACAD., et le Guide Marabout (106) donnent le sens spécial, ’andouiller plus grand que les autres, qui se trouve à la tête de quelques cerfs’, acception qui n’apparaît pas chez nos auteurs, et qui semble correspondre de moins en moins à la réalité (cfr VERLINDEN, l.c.). TIL. (o.c., 213-214, 225 et 226) explique comment surandouiller a pris le sens d’’époi’, puis celui d’’époi qui excède les autres en longueur’.

68 À l’origine, chevillures, comme nom pluriel, avait un sens général, que nous avons examiné parmi les synonymes de chevilles et de cors.

69 Remarquons que l’auteur du Grand livre de la chasse, Arnaud de MONBRISON, connaît Carlos VERLINDEN ; il parle de « l’excellent ouvrage de M. C. Verlinders [sic], Le Cerf et sa Chasse » (Gr. Livre, II, 48a).

70 Ou andouiller de loup (VERLINDEN, Cerf, 33), que nous n’avons pas relevé dans nos dépouillements.

71 À l’origine, trochure, s.f., se rapporte à un nombre indéterminé d’épois au sommet de la tête du cerf (Modus, XIVe s.) ; puis, à trois ou quatre épois au sommet de la tête du cerf (PHÉBUS, XIVe s. ; voir TIL., Glan., 266 : troncheure). FURET, les compare à « un trochet de fleurs, ou de fruits ». TIL. explique (N. ess., 220-222, 224) les différents sens de trochure et corrige (Litt., 33) l’étymologie donnée par REMIG. (325).

72 Voir la note précédente (2e acception du mot).

73 Troché, ée, adj. ’Muni d’un nombre indéterminé d’épois’ (TWITI ; Modus). Ensuite, ’muni de trochure, c’est-à-dire de trois ou quatre épois’ (voir TIL., N. ess., 222-224 ; ID., Litt., 8, qui corrige REMIG., 324-325 ; GOD.).

74 Espoi,’broche, épieu’, a subi une évolution de sens : ’dague’ > ’cor’ > ’époi’(voir TIL., N.ess., 206-208, 225-226 ; REMIG., 115). L’évolution de sens « que suppose cette série de mots n’offre rien que de très naturel, vu l’instabilité de la nomenclature des cors du bois du cerf. » (TIL., o.c., 225).

75 BAUDR., LITTRÉ, BELLIER, l’ACAD., ROBERT, le Lar. XX et le Gr. Lar. appliquent aussi le mot au daim. Mais nous n’en avons pas relevé d’attestation.

76 « On appelle encore cette meule base ou cailloux » (BAUDR.) ; base, cailleux, « vieux » d’après le Lar. XX.

77 Pierreure, au sing., est chez J. du FOUILLOUX, en 1561 (FEW, VIII, 317a ; REMIG., 234).

78 D’après le Lar. XX, on dit aussi fraise. Pierrure, à son tour, peut être syn. de meule. Mais il s’agit chaque fois de synonymes impropres (voir meule, rem.).

79 Les meules sont mal pierrées « si leurs rugosités sont à peine sorties et en petit nombre » (BELLIER, s.v. meules). Nous n’avons pas relevé mal pierré fors de nos dépouillements.

80 Le FEW (XIV, 458b) n’atteste que velue, s.f., depuis 1655, chez SALNOVE. LITTRÉ, BELLIER, le Lar. XX, et encore le Dict. Lar. (s.v. velours), publié en 1970, donnent velue, qui n’est pas employé par nos auteurs.

81 Grain, s.m., collectif, remplace perlure chez VILLENAVE (s.v. trophée), chez MANHÈS (Chevreuil, 266), qui use aussi de perles + et de perlé+, et dans le Gr. Livre (I, 448 et 450). Grain ne se trouve pas chez nos auteurs.

82 Le FEW (VIII, 255a) enregistre perleure de 1578, seulement, à 1669, et perlure à partir de 1655.

83 « Les deux ex. (Perlé, Perlure) cités par GOD., d’après Et. Binet, remontent en réalité à Du FOUILLOUX, source de Binet. » (REMIG., 231.)

84 Lorsque la tête d’un cerf est peu garnie de perlures, elle est mal perlée (BELLIER, s.v. tête), expression non relevée au cours de nos dépouillements.

85 BAUDR., BESCH., LITTRÉ, BELLIER, le Lar. XX, les ROBERT et le Guide Marabout (105) définissent encore paumure. Le Compl. ACAD. 1845, l’ACAD. et le DG citent le mot et renvoient à empaumure. Le Gr. Lar. ne retient plus paumure.

86 Dans leur définition d’empaumure, FURET., BESCH., LITTRÉ, le DG, l’ACAD., le Lar. XX, les ROBERT, le Gr. Lar. l. fr„ et même BAUDR., VILLENAVE, le Lar. Ch. (132 ; Voc.), CHAIGNEAU (Guide, 10) et le Gr. Livre (Voc.) appellent andouillers les cors de la partie supérieure de la tête du cerf, auxquels est réservé le nom d’épois. Ceci tend à confirmer le manque de vitalité que connaît épois+ actuellement.

87 « Remigereau trahit comme souvent l’insuffisance de ses lectures en disant : « À partir de Salnove inclusivement, tous les auteurs cynégétiques donnent toujours empaumure » (p. 228). » (TIL., Litt., 82).

88 LITTRÉ, le DG et le Lar. XX définissent encore (tête) enfourchie. Or WARTBURG, qui a enregistré tête enfourchie à partir du XVIe s. (FEW, III, 891b), retarde cette première attestation et la reporte à 1690, chez FURET., mais il limite l’existence de la locution à l’ACAD. 1798 (FEW, XIII1, 274a).

89 Candélabre intervient dans la définition de chandelier donnée par le Dict. Lar. ; ’empaumure du cerf lorsqu’elle a la forme d’un candélabre ramassé, dont les pointes blanches seraient les chandelles’.

90 Enregistrée depuis 1680, chez RICHELET (FEW, II1, 181a), c’est l’expression appartenant à « l’argot de piqueux » (REMIG., 228, s.v. paumure, REM.), porter le chandelier (’en parlant d’un cerf, avoir l’empaumure large et creuse’), que définissent les Compl. ACAD. 1835 et 1843, BESCH., LITTRÉ, le Lar. XX et le Gr. Lar. Mais nos sources ne l’attestent pas. Le sens cynégétique de chandelier manque dans le DG, l’ACAD., les ROBERT et le Gr. Lar. l. fr.

91 Le FEW (II2, 1209a) ne retient que couronnement : XVe s., TIL. (Glan., 55) ; et couronnure : depuis 1561, et aussi chez RONSARD. BELLIER donne couronnure, ’empaumure’, dont nous n’avons pas d’attestation.

92 REMIG. (74) a tort de prétendre que couronné se dit seulement de la tête, jamais du cerf. TIL. (Litt., 38) relève cerf couronné chez « de bons auteurs », et même en suédois : kronhjort. Les dict. (Gr. Lar.·, ROBERT ; Gr. Lar. l. fr. ; etc.) également retiennent cerf couronné. Mais nos auteurs ne l’emploient pas. La définition, ’cerf dont les bois, sans perches ni meules, sont formés d’une simple empaumure naissant immédiatement des os frontaux’ (BESCH. ; DG, qui copie LITTRÉ ; Lar. XX), est critiquée par REMIG. (l.c.). Le Pet. ROB. omet tout emploi cynégétique de couronner.

93 Pour la tête du daim, palmé, adj., enregistré seulement en 1754 et de BESCH. 1845 au Lar. 1874 (FEW, VII, 512a), et palmature, s.f., qui correspond normalement à empaumure chez le cerf, subsistent encore, mais pas dans nos sources littéraires. Bois palmés est utilisé par VILLENAVE (s.v. daim) et dans le Gr. Livre (II, 71a et 74a). Palmature se trouve dans le Lar. Ch. (150), le Guide Marabout (81), chez CHAIGNEAU (Habit., 62), et dans les ROBERT (qui le donnent comme synonyme de paumure +).

94 Tous, sauf le Gr. Lar. et le Pet. ROB., admettent larmière(s), qui semble sorti de l’usage.

95 Seuls BESCH., le Lar. XX et le Gr. Lar. donnent larme de (ou du) cerf, au singulier.

96 Les dict. omettent l’application cynologique de mufle, ’extrémité du museau du chien’, fréquente chez VIALAR (Meute, 61, 172…) et chez PERGAUD (Goupil, 26, 72… ; Mirant, 18, 281…).

97 Mufle, ’extrémité du museau de certains mammifères (carnassiers, rongeurs, ruminants) caractérisée par l’absence de poil’ (ROBERT).

98 Corsage, s.m., a un sens plus général, inusité chez nos auteurs, ’forme du corps du cerf’ (REMIG., 70 ; BAUDR. ; BELL. ; VILLENAVE ; Lar. Ch., Voc. ; etc.) : depuis 1490, chez COMMYNES (FEW, II2, 1212b, note 4). GOD. applique aussi corsage au bœuf (depuis RONSARD ; FEW, l.c.) et BESCH., au cheval (depuis ACAD. 1740 ; FEW, l.c.). Le DG, l’ACAD. et le Pét. ROB. ignorent tout emploi cynégétique du terme.

99 Ers, s.m.plur., ou erres, s.f.plur., ’les parties de devant, qui comprennent les pieds de devant et les épaules, de toute bête à quatre pieds, dont le cerf’, n’ont pas été relevés chez nos auteurs. TILANDER (Litt., 47-48), qui rectifie les affirmations de REMIG. (112), précise que erres, dans cet emploi, est « assez rare ». Cependant, plusieurs dict. (LITTRE ; DG ; Lar. XX) le retiennent toujours.

100 Hampe, terme de boucherie, désigne ’la partie supérieure et latérale du ventre du bœuf, du côté de la cuisse’ (Pet. ROB.).

101 Seule l’ACAD. ne donne que la définition du terme de boucherie : ’pièce de bœuf prise sur le quartier de derrière’.

102 TIL. (Litt., 36) regrette qu’on n’ait pas demandé « l’avis d’un expert avant de procéder à la publication de l’ouvrage posthume de Remigereau. » Il dénonce « son charabia étymologique et ses rêveries et idées bizarres et fantaisistes sur » plusieurs mots, dont cymier, foccilets +, hourvary, etc.

103 À la fin de la chasse à courre, pendant la curée, on distribue les parties du cerf, hampe+, épaules, folluilaisses+, cimier, etc. La répartition a varié selon les temps et les lieux (voir TIL., N. ess., 207-208). D’après BESCH., LITTRÉ, le DG, le Lar. XX et le Gr. Lar. l. fr., le cimier est offert au maître d’équipage.

104 On a interprété li de follilaisse comme l’ancien datif lui, avec omission du compl. d’objet direct le devant le compl. d’objet indirect li de la même personne : fol [le] lui laisse. Or ici, le datif li, ’lui’, ne peut se rapporter à rien (TIL., o.c., 7 et 11).

105 TIL. examine successivement les différentes formes du mot (N. mél., 5-12) et dénonce (Litt., 36 : voir cimier, note) foccilets chez REMIG. (137, s.v. fouis). Parmi les autres formes, plusieurs sont toujours présentes dans les dict. du XIXe s. Follilaisse, folilet et follet se trouvent encore dans le Lar. ill. En 1904, Ern. et L. BELLIER de VILLIERS semblent les derniers, et les seuls au XXe s., à retenir le terme (s.v. follets, follilets).

106 Le latin dignitatem a donné en anc. fr. une forme populaire deintié, ’ornement, morceau de choix de la table’, et spécialement dans les plus anciens ouvrages cynég. fr., deintiez, ’morceaux les plus délicats qu’on retire du cerf’. Après le, Moyen Âge, deintiez s’applique seulement à ceux des morceaux friands considérés comme les plus délicieux, c’est-à-dire aux testicules du cerf. (TIL., N. mél., 291-295, 298, 199 et 200 ; B.W.5.)

107 Le mot a été admis par l’ACAD. en 1762 et supprimé en 1798 (DG). Il se trouve cependant dans le Compl. ACAD. 1843 (voir la note qui suit).

108 Le Compl. ACAD. 1843 note encore que les daintiers sont appelés vulgairement » rognons.

109 Le FEW (X, 480b) relève le Wallon, roze, ’certaine partie du bœuf’. HAUST (Dict. liég., s.v. rose, sens no 3) retient aussi ce terme de boucherie, et renvoie à la fig. 120 (no 13). Celle-ci montre que la place de la rôse chez le bœuf ne correspond en rien à celle occupée par la roze chez le chevreuil.

110 « Le cerf et la biche ont, comme le chevreuil, une serviette postérieure de teinte claire ou miroir » (VERLINDEN, Cerf, 17). Contrairement au chevreuil qui a seulement un embryon caudal, ces animaux portent une queue, qui généralement cache le miroir (Gr. Livre, II, 36b). Pour le cerf ou pour la biche, niroze+, ni serviette, ni miroir+ n’apparaissent chez nos auteurs.

111 Le mot serviette revient plusieurs fois dans l’article, toujours avec le même sens.

Table des illustrations

Titre PLANCHE III
Légende La tête du cerf(Extrait de La chasse, sous la dir. de G. M. VILLENAVE, Larousse, 1954, p. 131.)
URL http://books.openedition.org/pusl/docannexe/image/9330/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 277k
Titre PLANCHE IV
Légende La quatrième tête de 4 ans à 5 ans(Extrait de MOREAU, A., La tête du cerf et son âge, s.l.n.d., planche 7.)
URL http://books.openedition.org/pusl/docannexe/image/9330/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 141k
Titre PLANCHE V
Légende Quelques beaux massacres de dix-cors(Extrait de MOREAU, A., La tête du cerf et son âge, s.l.n.d., planche 10.)
URL http://books.openedition.org/pusl/docannexe/image/9330/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 225k
Légende Le grand vieux cerf « avait un étonnant massacre, le tour des meules grand et large, très fort près de la tête, les meules bien pierrées, grosses et élevées, les marreins hauts, longs, ouverts, énormes, les gouttières creuses et larges, enfoncées, les perlures élancées, les premiers andouillers longs et gros, les surandouillers, cors et espois blancs, les marreins bien brunis et noirs. » (VIALAR, La grande meute, p. 94).(Photo J. Everard de Harzir)
URL http://books.openedition.org/pusl/docannexe/image/9330/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 633k
Titre PLANCHE VI
Légende La troisième tête de 3 ans à 4 ans(Extrait de MOREAU, A., La tête du cerf et son âge, s.l.n.d., planche 6.)
URL http://books.openedition.org/pusl/docannexe/image/9330/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 111k
Titre PLANCHE VII
Légende Têtes bizardes(Extrait de MOREAU, A., La tête du cerf et son âge, s.l.n.d., planche 13.)
URL http://books.openedition.org/pusl/docannexe/image/9330/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre PLANCHE VIII
Légende Têtes de brocards(Extrait de MANHÈS d’ANGENY, H., Le chevreuil, Librairie des Champs-Élysées, 1959, p. 75.)
URL http://books.openedition.org/pusl/docannexe/image/9330/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 165k
Titre PLANCHE IX
Légende La seconde tête de 2 ans à 3 ans(Extrait de MOREAU, A., La tête du cerf et son âge, s.l.n.d., planche 5.)
URL http://books.openedition.org/pusl/docannexe/image/9330/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 162k
Légende « C’était un animal magnifique, un grand vieux cerf solitaire »(VIALAR, La grande meute, p. 94).
URL http://books.openedition.org/pusl/docannexe/image/9330/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 488k
Légende Harde de cerfs en velours (Photos J. Everard de Harzir)
URL http://books.openedition.org/pusl/docannexe/image/9330/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 373k
Titre PLANCHE X
Légende Façon de compter les cors du cerf(Extrait de MOREAU, A., La tête du cerf et son âge, s.l.n.d., planche 18.)
URL http://books.openedition.org/pusl/docannexe/image/9330/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 133k
Titre PLANCHE XI
Légende (Extrait de VERLINDEN, C., et JANTI, P. (de), Le cerf et sa chasse, Crépin-Leblond, 1960, p. 38 et 39.)
URL http://books.openedition.org/pusl/docannexe/image/9330/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 125k
Titre PLANCHE XII
Légende Évolution approximative des pivots(Extrait de MOREAU, A., La tête du cerf et sa chasse, s.l.n.d., planche 15.)
URL http://books.openedition.org/pusl/docannexe/image/9330/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 111k
Titre PLANCHE XIII
Légende Têtes de brocards(Extrait de MANHÈS d’ANGENY, H., Le chevreuil, Librairie des Champs-Élysées, 1959, p. 69.)
URL http://books.openedition.org/pusl/docannexe/image/9330/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Titre PLANCHE XIV
Légende Brocards(Extrait de MANHÈS d’ANGENY, H., Le chevreuil, Librairie des Champs-Élysées, 1959, p. 29.)
URL http://books.openedition.org/pusl/docannexe/image/9330/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 194k
Titre PLANCHE XV
Légende (Extrait de MOREAU, A., La tête du cerf et son âge, s.l.n.d., planche 8.)
URL http://books.openedition.org/pusl/docannexe/image/9330/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 93k
Titre PLANCHE XVI
Légende Évolution des bois du daim par année(Extrait de CHAIGNEAU, A., Les habitudes du gibier, 3e éd., Payot, 1964, p. 62.)
URL http://books.openedition.org/pusl/docannexe/image/9330/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 99k

© Presses de l’Université Saint-Louis, 1977

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site