Version classiqueVersion mobile

Langage de la chasse

 | 
Michèle Lenoble-Pinson

Première partie. Les termes généraux et les termes collectifs

Chapitre II. Les termes généraux qui concernent les animaux dits nuisibles

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

« Le jugement porté par l’homme sur le degré de nuisibilité ou d’utilité est entièrement relatif et dépend tout particulièrement du point de vue spécifique du juge : tel animal est jugé utile par l’agriculteur, nuisible par le chasseur, ou inversement », ainsi commence l’ouvrage qu’A. CHAIGNEAU intitule Les animaux dits nuisibles à la chasse (3e éd. revue, 1967, p. 5).

Pour le naturaliste, il n’y a pas d’animaux nuisibles. Dans notre étude, seul le point de vue cynégétique nous occupe. La nomenclature des bêtes et des oiseaux dits nuisibles peut donc parfois différer de celle qui correspondrait, par exemple, à la sauvegarde des intérêts agricoles (voir Ch. mod., 543 ; Lar. Ch., 253).

« Détruire le mordant+, qui lui-même détruit les souris, les taupes, mulots, campanols, etc., qui à leur tour détruisent les récoltes, c’est se mettre à dos les cultivateurs, tout comme en détruisant les chats, les chiens, etc. » (Faune, 15 oct. 13, 98a.)

Cependant, le garde peut contribuer à « maintenir l...

© Presses de l’Université Saint-Louis, 1977

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search