Version classiqueVersion mobile

L’œuvre et l’imaginaire

 | 
Raphaël Célis

Conclusion

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

« Wir sind nur Mund. Wer singt das Herz, das heil inmitten aller Dinge weilt ? Sein grosser Schlag ist in uns eingeteilt in kleine Schläge. Und ein grosser Schmerz ist, wie ein grosser Jubel, uns zu gross. So reissen wir uns immer wieder los und sind nur Mund. Aber auf einmal bricht der grosse Herzschlag heimlich in uns ein, sodass wir schrein...
Und sind dann Wesen, Wandlung und Gesicht ».
R.M. RILKE, Späte Gedichte, 1922-1925

« Sortir de l’Histoire se peut. En dynamitant ses souterrains. En ne lui laissant qu’un sentier pour aller ».
René CHAR, La Nuit Talismanique

« La poésie ne rythmera plus l’action. Elle sera en avant ». Ce mot d’A. Rimbaud touche en plein cœur le conflit historial dans l’étau duquel la modernité a enserré les ressorts de la pratique. Un conflit historial : parce qu’il ne se nourrit point d’une contradiction immanente au devenir historique, mais se joue au contraire dans le travail d’occultation par lequel ce devenir se clôt sur lui-même et se verrouille l’accès au...

© Presses de l’Université Saint-Louis, 1977

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search