Version classiqueVersion mobile

L’œuvre et l’imaginaire

 | 
Raphaël Célis

II. La raison et l’unité des formes constitutives du pouvoir-être créateur

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

« Gross zwar nenn’ich den Mann, der sein eigner Bildner und Schöpfer,
Durch der Tugend Gewalt selber die Parze bezwingt,
Aber nicht erzwingt er das Glück, und was ihm die Charis
Neidisch geweigert, erringt nimmer der strebende Mut.
Vor Unwürdigem kann dich der Wille, der ernste, bewahren,
Alles Höchtste, es kommt frei von den Göttern herab... »
SCHILLER, Das Glück, Gedankenlyrik

Au cœur de l’architectonique kantienne, la division quasi taxonomique des facultés qui composent ensemble le pouvoir de juger pourrait opposer plus d’obstacles à notre projet, qu’elle ne lui offre d’occasions d’aboutir. Soucieux des distinctions qu’appelle le caractère pluridimensionnel de l’expérience humaine, Kant semble s’être efforcé surtout de délimiter les domaines de sens, et de concevoir l’originalité de leurs structures, plutôt que de faire saillir la communauté de leur enracinement et de leur intention. Cette tendance à établir des frontières entre les ressources du jugement s’est exercée le plus nettemen...

© Presses de l’Université Saint-Louis, 1977

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search