Version classiqueVersion mobile

L’œuvre et l’imaginaire

 | 
Raphaël Célis

I. La constitution transcendantale du pouvoir-être créateur comme être-dans-le-monde-avec-autrui

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

§ 1. — Etre-au-monde et être-avec-autrui

Lorsque, en suivant Heidegger, nous avions fait dépendre le travail de l’œuvre de la détermination existentiale du Souci, nous avions pour but de le définir en réponse à la vocation ontologique profonde de tout être-là, à l’être-en-vue de sa compréhension et de ses projets. L’œuvre, en ce sens, nous était apparue, non comme la poursuite d’une adéquation à l’objet déjà offert, non comme le fruit d’un remplissement d’intention, mais, à l’inverse, comme le produit d’un acte de néantisation sans compromis. Car la « réserve » de l’être, réfractaire à toute présentification en plénitude, est précisément ce en vue de quoi l’être-là néantise sa relation à l’étant, ce en vue de quoi il se concentre dans le désir d’une œuvre inédite et fait parler son « Souci ». C’est aussi pourquoi, l’on ne s’était pas résolu à comprendre cette néantité de l’être comme vraiment contraire à son éclaircie. Car, d’une certaine façon, le Dasein n’est capable de faire œuvre...

© Presses de l’Université Saint-Louis, 1977

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search