Version classiqueVersion mobile

L’œuvre et l’imaginaire

 | 
Raphaël Célis

Introduction

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

« Peut-être maintenant qu’il n’y a plus de stèle n’y a-t-il plus d’absence ni d’oubli ».
P. JACCOTTET, Champ d’octobre

« Au paroxysme de la douleur survient parfois une paralysie de la sensibilité. L’âme se désagrège ; de là, le froid mortel, le libre jeu de la pensée, le feu roulant des mots d’esprit et la raillerie perpétuelle d’une forme de désespoir. Rien ne subsiste, aucun penchant : l’homme est là, dressé uniquement comme une force maléfique. Et sans plus nulle connexion avec le reste du monde, c’est luimême qu’il ronge et peu à peu dévore, étant de son propre principe, et misanthrope et misothée ».
NOVALIS, Pollens. 69

§ 1. — L’épreuve de la « séparation »

Le doute radical que l’homme exerce à l’égard de son pouvoir de création est plus que probablement une nécessité intrinsèque de ce pouvoir. Aucune des grandes œuvres que la tradition nous a léguées ne se révèle, au regard de sa compréhension profonde, avoir été accomplie dans la sérénité d’une plénitude sans absence, dans la cer...

© Presses de l’Université Saint-Louis, 1977

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search