Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Entreprises en difficulté et initiative publique

 | 
Anne-Marie Kumps
, 
Paul Grand-Jean
, 
Robert Wtterwulghe

Deuxième partie. Diagnostic des entreprises en difficulté

Philosophie de l’entreprise dans la France d’aujourd’hui

Jean Duberge

Texte intégral

1Toute tentative en vue d’édifier en France une philosophie de l’entreprise implique, d’entrée de jeu, une volonté bien arrêtée de dédramatiser le débat concernant les nationalisations. Le dépassement des points de vue étroitement politisés qui consistent, pour les uns, à magnifier la libre entreprise, fût-ce dans ses abus, et pour les autres, à voir dans l’extension du secteur nationalisé une solution miracle à la plupart des maux dont souffre l’économie française, constitue un impératif catégorique. En aucun autre pays, en effet, les problèmes ne sont envisagés avec aussi peu de réalisme qu’en France. Chacun s’efforce, en empruntant les voies d’ailleurs les plus diverses, de résoudre le problème du sauvetage des entreprises en difficulté au lieu de vivre dans l’espoir ou dans la crainte d’un déplacement des frontières entre le secteur privé et le secteur public de l’économie.

  • 1 Rares sont les économistes qui peuvent échapper à la critique d’avoir surtout cherché à fournir une (...)

2Lorsqu’on veut ainsi dépassionner les problèmes, les analyses des économistes ne sont que d’un faible secours puisque la plupart des explications de l’activité du chef d’entreprise et de sa rémunération sont entachées par des jugements de valeur. La plupart d’entre eux cherchent, en effet, au moins autant à justifier ou à condamner le profit de l’entrepreneur en régime capitaliste qu’à expliquer les choses1. Dans ces conditions, une seule procédure demeure praticable pour quiconque veut que son analyse ne soit pas faussée par des jugements de valeur : s’inspirer de la méthode socratique en cherchant à dégager les homologoumena de l’entreprise, c’est-à-dire les notions et les relations admises par tous parce qu’elles reposent sur des constatations évidentes. Une fois ce point de départ incontestable assuré, il sera plus facile de s’élever jusqu’à des concepts plus élaborés mais que personne ne saurait rejeter puisqu’ils seront la suite logique d’un point de départ impossible à mettre en cause.

  • 2 F. BLOCH-LAINE Pour une réforme de l’entreprise, Paris, Edition du Seuil, 1963. Cet ouvrage n’est p (...)
  • 3 P. SUDREAU, Le rapport du Comité d’étude pour la réforme de l’entreprise, Paris, La documentation f (...)

3L’emploi d’une telle méthode est, malheureusement, plus malaisé que sa formulation : les diverses considérations développées, tant par François Bloch-Lainé2 que par le Rapport Sudreau3 constituent, en effet, un véritable faisceau de mises en garde contre toute tentative de transposition hâtive de faits observés ou d’institutions fonctionnant dans des pays étrangers. Seule une philosophie caractérisée par son extrême rigueur et son extrême prudence peut constituer un point d’appui assez solide en vue d’aider des partenaires sociaux réticents à vaincre leurs préventions et à dominer leurs répugnances.

4Dans ces conditions, un seul point positif d’accord peut être retenu : l’apparition et la multiplication d’associations entre entreprises privées et entreprises nationalisées. Il y aura lieu, ensuite, de tirer les conséquences de l’existence de telles associations.

I. Un point positif d’accord : les associations entre entreprises privées et entreprises nationalisées

5L’on se trouve en présence d’un fait capital dont les premières manifestations remontent seulement à une dizaine d’années et dont on ne parle presque jamais. Le silence qui entoure ces associations, dans l’ensemble très fructueuses, tient non seulement au fait que les temps heureux n’ont pas d’histoire, mais surtout à celui qu’elles sont un peu des associations à la carte forcée dans lesquelles chacun des partenaires s’est longtemps méfié de l’autre. Nous nous limiterons à trois exemples :

6Le premier concerne l’association Peugeot-Renault qui remonte à avril 1966 et qui porte sur :

  • des études réalisées en commun,

  • la participation à l’usine de Douvrin, dans le Pas-de-Calais, consacrée à la fabrication de moteurs,

  • l’utilisation d’une piste commune pour l’essai des véhicules.

7Tout cela, bien entendu, sans préjudice du groupement des deux firmes dont il s’agit avec toutes les autres entreprises d’automobiles françaises afin d’assurer à l’industrie automobile française une taille suffisante pour pouvoir exporter.

8Cette association Peugeot-Renault, qui représente les trois cinquièmes de notre industrie automobile, a d’ailleurs failli aller beaucoup plus loin : en 1967, il a été question qu’elle procède au rachat de Citroën au moment où des rumeurs circulaient concernant la cession de Citroën à la Fiat. Précisons que si la chose n’à pas abouti, c’est exclusivement, comme le souligne Pierre Dreyfus, parce que les propriétaires de Citroën ont manoeuvré pour l’éviter et non le fait, soit de Peugeot, soit de Renault, soit des pouvoirs publics.

9Cette association Peugeot-Renault, dont on ne peut que célébrer les mérites si l’on juge l’arbre à ses fruits, n’est-elle pas, cependant, le corollaire de ce que d’aucuns considèrent comme un syncrétisme monstrueux : la coexistence d’une entreprise publique et d’entreprises privées dans le même secteur de l’économie ?

  • 4 MALHERBE, Consolation à Duperier. Le texte initial de Malherbe était :
    Et, Rosette a vécu ce que viv (...)

10Il est à remarquer que cette coexistence est non le fruit d’une volonté délibérée mais résulte exclusivement des circonstances particulières du moment puisque la nationalisation des Usines Renault n’a pas procédé d’une vue doctrinale (c’est le principe de la nationalisation des industries clés qui prévalait à l’époque), elle découle d’une sanction infligée aux anciens propriétaires de la firme. Le résultat, purement fortuit, n’en est pas moins heureux, tout comme celui de l’erreur du copiste qui a transformé deux vers insignifiants de Malherbe en deux vers admirables4.

11Dans un tout autre domaine, depuis que le charbon est devenu de moins en moins un combustible et de plus en plus un produit chimique, les Charbonnages de France se sont associés avec les entreprises les plus diverses du secteur de la chimie (qui ont toutes pour trait commun d’être des entreprises privées). Les associations ainsi formées sont si nombreuses et si variées que leur ensemble constitue un nouveau secteur de l’activité économique : celui de la Carbochimie.

12Cette association des Charbonnages de France avec des entreprises privées concernant les produits chimiques n’est d’ailleurs nullement liée à l’obligation de reconvertir les mines de charbon puisqu’on en trouve plusieurs exemples liés, non à la reconversion des houillères, mais à l’exploitation du charbon : les Charbonnages de France ont pris, de concert avec Usinor, le contrôle d’une mine américaine et tout récemment (le 7 avril 1977), ont été autorisés à s’associer avec le groupe Imetal pour procéder à des investissements massifs en Australie. A cet effet, ils ont acquis ensemble 50 % des parts de la Société Australienne Wambo Mining qui vend du charbon au Japon, et tout cela en vue d’exporter à la fois les techniques et le matériel français.

13Signalons (mais pour mémoire seulement puisqu’il s’agit d’une opération de fusion entre entreprises publiques) que, le 5 mai 1977, le Ministre de l’Industrie a rendu public le plan de restructuration de l’industrie nationale des engrais : ce plan comporte la fusion des deux divisions « engrais » de Charbonnages de France — Chimie et de l’entreprise minière chimique :

  • Charbonnages de France-Chimie absorbe la Société Azote et produits chimiques, qui est une filiale de l’Entreprise minière chimique ;

  • En contrepartie, l’entreprise minière chimique prend une participation de 35 % dans le capital de Charbonnages de France, d’une part, au titre de la rémunération de ses apports et, d’autre part, au titre de la rémunération d’argent frais résultant d’une augmentation de capital.

14De plus, l’entreprise minière chimique assurera la gestion du groupe engrais ainsi constitué, trois membres de sa direction entreront au Conseil d’Administration de Charbonnages de France.

15Cette fusion des divisions « engrais » des deux entreprises publiques considérées est destinée à rendre ce secteur de l’industrie française plus apte à supporter la concurrence étrangère. Aussi bien, les deux groupes ont-ils convenu de conclure des accords notamment dans le domaine de la potasse, de l’alimentation du bétail et des services. La restructuration opérée et les accords qui vont suivre sont destinés à régulariser le marché des engrais, à garantir à l’agriculture des conditions d’approvisionnement plus stables, enfin à permettre aux deux entreprises publiques en cause d’améliorer leur rentabilité, de poursuivre la modernisation de leurs installations dans le Nord, en Lorraine et en Basse-Seine, d’améliorer le développement industriel et commercial de la région de Mulhouse et de favoriser la diversification de la plate-forme de la région de Toulouse. L’avenir dira si cet ambitieux programme sera intégralement réalisé.

16Des associations de même type ont été réalisées dans le domaine de la pétrochimie. Ainsi le groupe Ato a été formé par une association paritaire de la Société Nationale des pétroles d’Aquitaine et de Total. Jusqu’en 1973, cette association comportait deux groupes : Ato Chimie (Ethylène, propylène, butadiène, styrène) et Alto plastiques (polyamide, polyéthylène, polystyrène, etc...). Depuis quatre ans, ces deux séries d’activités ont été regroupées en une seule société dans un but de simplification administrative.

17Ato engage en ce moment des négociations avec l’Institut vénézuélien du pétrole en vue d’édifier une plate-forme pétrochimique dans le Nord-Est du Venezuela, près de Puerto la Cruz. Ato serait chargé de fournir à la fois son assistance technique et commerciale pour les études de projets, le choix du maître d’œuvre, la formation du personnel, etc... et même son concours à certaines fabrications. Le groupe Ato se trouve en concurrence avec le groupe américain Dow Chemical mais la France aurait de sérieuses chances de l’emporter. Une telle opération serait non seulement fructueuse sur le plan financier, mais donnerait un prestige international considérable à l’association Elf Aquitaine — Total. Quel que soit l’avenir de ce projet, son existence est une preuve supplémentaire des bienfaits pour l’économie française de certaines associations entre les entreprises nationales et les compagnies privées.

18Il serait superflu d’allonger la liste. Notre propos n’est pas, en effet, de dresser un inventaire exhaustif des associations qui se sont formées depuis dix ans entre les entreprises nationales et les entreprises privées. Ces quelques exemples suffisent à montrer combien ces mariages de raison sont heureux.

19Si de telles associations, non contentes d’être viables, paraissent constituer le levain d’un certain nombre de performances de l’industrie française, n’est-on pas fondé à se demander s’il n’y a pas plutôt complémentarité qu’opposition entre les fins poursuivies par les entreprises privées et les entreprises publiques ?

20Parler de complémentarité entre les entreprises privées et les entreprises publiques paraît constituer une véritable gageure en un moment où les unes dressent des barricades pour défendre la libre entreprise contre le risque des nationalisations et où les autres espèrent mettre un terme aux abus de l’entreprise privée en développant le secteur nationalisé. Et, cependant, cette complémentarité s’impose au point que la ligne de démarcation entre le secteur public et le secteur privé apparaît comme tout à fait secondaire au regard de ce fait fondamental et négligé.

21Cette manière d’envisager les choses paraîtra, peut-être à certains, une vue peu réaliste s’inspirant d’un souci d’originalité déplacée. Et, cependant, les faits sur lesquels nous nous appuyons sont incontestables et les vues audacieuses que nous formulons n’ont même pas le mérite de l’originalité. Tout cela s’inscrit dans le droit fil des préoccupations des économistes les plus traditionnels qui ne se sont pas contentés de défendre ou de pourfendre l’esprit et les méthodes du capitalisme en économie libérale. Stuart Mill, notamment, dont chacun connaît la façon dont il conciliait le droit pour un individu de disposer librement de ses biens tout en réglementant de manière restrictive le droit de recevoir par héritage, a posé notre problème en des termes qu’il paraît utile d’évoquer. La concurrence entre les entreprises privées et les entreprises publiques, loin de constituer, à ses yeux, une anomalie ou un élément de désordre, peut être stimulante et conforme à l’intérêt général : « Laissant les particuliers libres de conduire avec leurs ressources quelque entreprise d’intérêt général, le gouvernement, sans se mêler de ce qu’ils font, mais sans s’en remettre entièrement à eux, établit à côté de leurs travaux une agence qui lui appartient et qui tend au même but ». Cette phrase de Stuart Mill ne devrait-elle pas être gravée sur le fronton du siège de chacune des grandes firmes d’automobiles et de toutes les grandes banques en France ?

22Cette coexistence bénéfique et ces associations, qui le sont plus encore, n’impliquent-elles pas une certaine communauté de vues, tant en ce qui concerne la finalité que la gestion des entreprises ?

II. Conclusions à tirer par l’élargissement de ce point d’accord positif

23Il existe deux philosophies, que l’on se complaît souvent à opposer, en matière d’administration des entreprises :

  • la recherche hédonistique du profit maximum immédiat, fût-ce au détriment de l’avenir de l’entreprise,

  • le souci d’assurer, avant tout, la survie et le développement de l’entreprise, fût-ce en sacrifiant sa rentabilité immédiate.

24Autrement dit, ces deux philosophies sont d’une part, celle qui correspond à privilégier le court terme, à la manière d’Aristippe de Cyrène ou de la cigale, d’autre part, à privilégier le long terme, à la manière de Jérémie Bentham, de la fourmi... ou de l’écureuil.

25Bien entendu, dans la pratique, il est nécessaire d’adopter des solutions de compromis et, cela d’autant plus, que les deux options sont moins antithétiques qu’il n’apparaît de prime abord :

  • pour réaliser des profits, il faut investir et croître,

  • pour croître et investir, il faut réaliser des profits.

26Mais, malgré cette conjonction, on est fondé à affirmer que d’une façon générale :

  • le souci de rentabilité prévaut dans les petites et moyennes entreprises ;

    • 5 Voir A. NOWICKY, Finalité de l’entreprise, paru dans L’entreprise et l’économie du XXe siècle, PUF, (...)

    celui de la survie et du développement dans les grandes entreprises et ce, qu’elles soient publiques ou privées, peu importe5.

  • 6 F. DALLE et J. BOUNINE CABALE, L’entreprise et le futur, Paris, Calmann Levy, 1971, p. 142.
  • 7 P. DRUCKER, Pratique de la Direction des entreprises, Paris, Editions d’organisation, 1957.
  • 8 C.M. WHITE, La programmation linéaire et la théologie économique, Paris, Dunod, 1964, p. 164. ouvra (...)

27Retenons, à titre d’exemples, parmi les libéraux d’une part, des chefs d’entreprises, d’autre part des techniciens du management, François Dalle et Jean Bounine-Cabalé soulignent qu’il existe peu de différence entre le dirigeant d’une entreprise privée et celui d’une entreprise publique. Tous deux se caractérisent par leur propension à dominer des situations incertaines. Si le chef d’une petite ou moyenne entreprise familiale est souvent guidé par un souci exclusif du profit personnel, la chose est difficilement concevable lorsqu’il s’agit des dirigeants des très grandes firmes. Assimiler les uns aux autres reviendrait à nier cette évidence que « la plupart des entrepreneurs auraient un intérêt personnel à laisser toute industrie et à se retirer plus tôt qu’ils ne le font généralement des affaires, que celles-ci soient privées ou publiques6. » De même, Peter Drucker insiste sur le fait que « le principe fondamental des affaires c’est l’élimination des pertes »7. De même encore, C. M. Withe développe, à partir de données différentes, une argumentation similaire pour conclure « l’objectif essentiel est donc la survie et c’est à elle qu’on doit éventuellement sacrifier tout profit à court terme »8.

  • 9 TH. SUAVET, La vie économique et l’entreprise, Paris, Economie et humanisme, Editions ouvrières, 19 (...)

28Ces thèmes sont loin d’être développés exclusivement par les grands managers. On les retrouve, par exemple, formulés presque dans les mêmes termes chez les économistes du groupe « Economie et Humanisme». « La pratique des grandes affaires », écrit Thomas Suavet, « conduit en général les dirigeants non pas à maximiser le profit immédiat mais à assurer à l’entreprise le profit à long terme, qui lui permettra de survivre et même de grandir car, dans les conditions présentes de la concurrence, il est quasiment impossible à l’entrepreneur qui ne grandit pas de subsister »9.

29Une telle confluence n’est-elle pas la preuve que nous avons découvert les homologoumena recherchés ?

30Aussi bien, les théoriciens de l’économie rejoignent-ils tout cela dans leur analyse du point mort de la firme, que l’on peut résumer dans le graphique ci-après :

31Dans ce graphique, nous avons supposé que les charges de structure (qui représentent la capacité de production) sont fixes et nous les avons, par conséquent, représentées par une droite AB. En réalité, les choses sont un peu plus compliquées car ces charges ne sont pas fixes mais augmentent par paliers : au lieu de les représenter par une droite correspondant à un coût fixe de 100, il eut fallu tracer une courbe d’une valeur de 80, par exemple, pour une quantité de 100 unités, de 100 pour une quantité de 200, de 120 pour une production de 300, de 130 pour une production de 400 et de 140 pour une production de 500. De même, au lieu de considérer les coûts variables comme proportionnels aux quantités produites et de les représenter par une droite OD, il eut fallu tenir compte du fait que les charges opérationnelles ne varient pas d’une façon rigoureusement proportionnelle aux quantités produites. Généralement, elles croissent jusqu’à un certain seuil d’une façon moins que proportionnelle, du fait notamment des économies réalisées dans l’achat des matières premières et d’une plus grande rationalisation du travail. Mais, ce seuil une fois franchi, leur accroissement est plus rapide que celui des quantités produites (coût des heures supplémentaires à tarif élevé, nécessité d’embaucher des travailleurs moins aptes, etc...).

32Il en résulte que les deux courbes du coût total AE et de la recette totale OR, que nous avons représentées comme deux droites afin de mieux faire ressortir le seuil de rentabilité ne sont pas, dans la réalité, des droites, de sorte qu’elles peuvent se couper en plusieurs points. Dans cette hypothèse, la firme réalise des profits non plus dans la zone située en haut et à droite de la figure, au-delà du point d’intersection des deux courbes du coût total et de la recette totale (c’est-à-dire dans une zone comprise entre SRE) mais dans un zone située entre les deux points S et S'd’intersection des courbes.

33Ajoutons qu’en période d’inflation les choses se compliquent encore : si l’entreprise a pu s’équiper en ayant recours à des emprunts non indexés, les charges de structure s’amenuisent sous l’effet de l’érosion monétaire. · Par contre, les prix de vente, même en hausse, peuvent parfois donner l’illusion que l’entreprise réalise des profits et enregistre des pertes si les majorations de prix ne sont pas suffisantes pour assurer le prix de remplacement (théorie du stock-outil).

34En définitive, une certaine manière de gérer s’impose, quelle que soit l’entreprise et quel que soit le régime économique : une entreprise nationale chroniquement obligée de couvrir ses déficits grâce à des subventions budgétaires est une entreprise mal gérée si ces subventions ne sont pas la contrepartie de charges qui lui sont imposées par les pouvoirs publics dans l’intérêt national. Il faut aller plus loin : même dans une économie collectiviste, il est impossible de se libérer de ces problèmes de gestion comme l’ont démontré, depuis l’été 1964, les techniciens de l’administration des entreprises en économie soviétique.

35Deux exemples empruntés à l’actualité immédiate permettront, mieux qu’une savante démonstration, de prendre conscience de ces similitudes :

  • le premier concerne le projet de fermeture d’une partie des installations d’Elf-Aquitaine à Ambès. Les installations d’Ambès sont si vétustes que les techniciens tiennent pour dangereux, du fait de sa vétusté, le département « distillation ». La fermeture de ce dernier est donc envisagée et doit entraîner la suppression de 214 emplois. L’annonce de cette opération a suscité non seulement de vives réactions des syndicats, qui ont déclenché en mars une grève d’avertissement, mais aussi de l’ensemble des instances régionales, y compris du préfet de la région. Le problème se serait-il posé en des termes différents s’il se fût agi d’une firme privée et non d’une entreprise nationale ?

  • le second a trait aux réactions que suscite le Rapport de la Commission parlementaire d’enquête sur l’utilisation des fonds publics dans les entreprises aéronautiques (Rapport rédigé par Jacques Limouzy et distribué le 21 avril 1977 à l’Assemblée Nationale.) Ce rapport a déçu à la fois les membres de la Commission appartenant à la majorité, qui ont compris qu’il serait difficilement concevable de ne pas nationaliser une entreprise privée bénéficiant d’un quasi-monopole de fait, et les membres de la Commission appartenant à l’opposition, qui ont dû convenir que les sociétés nationales avaient usé de la même désinvolture que les entreprises privées au regard des procédures administratives de contrôle.

36Cette real-philosophie de l’entreprise conduit donc, en premier lieu, à dépassionner un débat sur les frontières entre l’entreprise publique et l’entreprise privée, qui prend actuellement en France l’allure d’une guerre de religion, au lieu d’être envisagé comme un problème économique. Les espoirs que suscite chez les uns, et les craintes que provoque chez les autres, la perspective d’une extension du secteur nationalisé, en cas d’application du programme commun de la gauche, risquent d’être bien vains. En effet, bien des espoirs seront déçus si les nationalisations sont effectuées correctement car, pour reprendre l’expression chère à Pierre Dreyfus, « la direction d’une entreprise nationalisée s’efforce d’engranger pour préserver l’avenir alors que les syndicats tendent à manger le blé en herbe ». Quant aux craintes des dirigeants des petites et moyennes entreprises relatives au projet de nationalisation du crédit qui figure dans le programme commun, elles sont vaines à un double titre :

  • en premier lieu, parce que les intéressés dans leur majorité sont déjà clients de banques nationalisées ou d’établissements mutualistes ;

    • 10 F. BLOCK-LAINE, « Si les banques étaient nationalisées », Le Nouvel Observateur du 28 mars 1977, p. (...)

    en second lieu, parce que les règles édictées par le Conseil National du Crédit et par la Banque de France sont exactement les mêmes pour les banques nationalisées et pour les banques privées. Or, ce qui importe au client, ce n’est pas la personnalité du propriétaire de la banque mais les conditions de crédit appliquées par l’établissement. Comme l’a montré François Bloch-Lainé, « l’état actionnaire n’a rien fait de plus que l’état tuteur et l’état tuteur aurait pu faire beaucoup plus qu’il n’a fait, sans pourtant être actionnaire »10.

37Une philosophie de l’entreprise doit donc s’assigner pour tâche première de dissoudre les fausses antinomies génératrices de scissions mal justifiées. C’est seulement en éliminant des malentendus malencontreusement entretenus par des politiciens de tous bords que pourront être résolus les problèmes de l’entreprise dans un esprit réaliste.

38Cette esquisse d’une philosophie de l’entreprise, dans laquelle nous nous sommes bornés à pourfendre les faux semblants et à dégager les vrais points de convergence, est volontairement incomplète. Nous avons laissé systématiquement de côté tous les problèmes touchant la réforme de l’entreprise.

39En agissant ainsi, nous avons procédé de la même façon que les peintres modernes qui sacrifient systématiquement tout ce qui n’est pas à leurs yeux le plus hautement signifiant, afin de concentrer leur message sur l’essentiel.

Notes

1 Rares sont les économistes qui peuvent échapper à la critique d’avoir surtout cherché à fournir une explication-justification ou une explication-condamnation du profit de l’entrepreneur, si l’on excepte Jean-Baptiste Say qui décrit comment, après s’être porté acquéreur des facteurs de la production sur le marché du travail et sur celui des capitaux, l’entrepreneur les coordonne en vue de les offrir sur le marché des produits et des services, et Walras qui montre comment dans un régime de libre concurrence, le taux des profits tend vers zéro.

2 F. BLOCH-LAINE Pour une réforme de l’entreprise, Paris, Edition du Seuil, 1963. Cet ouvrage n’est pas seulement l’expression de la pensée personnelle de l’auteur mais l’aboutissement d’une année de réflexions du Club Jean Moulin dans lequel le rôle de François Bloc-Laîné est comparable à celui du catalyseur dans une synthèse chimique.

3 P. SUDREAU, Le rapport du Comité d’étude pour la réforme de l’entreprise, Paris, La documentation française, 1975. Ce rapport est le fruit d’une vaste consultation de l’ensemble des organisations patronales et syndicales ainsi que d’un certain nombre de spécialistes.

4 MALHERBE, Consolation à Duperier. Le texte initial de Malherbe était :
Et, Rosette a vécu ce que vivent les roses,
L’espace d’un matin.
A la suite de l’erreur du copiste, ce texte est devenu :
Et, rose elle a vécu ce que vivent les roses,
L’espace d’un matin.

5 Voir A. NOWICKY, Finalité de l’entreprise, paru dans L’entreprise et l’économie du XXe siècle, PUF, 1966, t. III, p. 801. Alexandre Nowicky pose très lucidement le problème de cette conjonction entre la recherche du profit et celle de la croissance. Après avoir souligné les raisons pour lesquelles la mesure des deux termes de la relation est incertaine, il montre comment aucun des deux n’est ni déterminant ni déterminé, car « il est clair que pour assurer une croissance, la firme a besoin de profits afin de pouvoir les investir dans cette croissance tandis qu’il ressort de l’examen de la fonction précédente qu’elle doit assurer une croissance pour obtenir un profit » (p. 824). Le lecteur trouvera (p. 325 et suiv.) une illustration géométrique remarquable des relations entre ces deux finalités.

6 F. DALLE et J. BOUNINE CABALE, L’entreprise et le futur, Paris, Calmann Levy, 1971, p. 142.

7 P. DRUCKER, Pratique de la Direction des entreprises, Paris, Editions d’organisation, 1957.

8 C.M. WHITE, La programmation linéaire et la théologie économique, Paris, Dunod, 1964, p. 164. ouvrage collectif publié sous la direction de K. E. Boulding et de W.A. Spivey.

9 TH. SUAVET, La vie économique et l’entreprise, Paris, Economie et humanisme, Editions ouvrières, 1973, 3e édition, p. 77.

10 F. BLOCK-LAINE, « Si les banques étaient nationalisées », Le Nouvel Observateur du 28 mars 1977, p. 34.

Auteur

Ancien Conseiller à la Cour des Comptes Ancien Conseiller Financier du Cabinet du Conseil Professeur à l’Université Paris Nord

© Presses de l’Université Saint-Louis, 1978

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540