Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La métaphore

 | 
René Jongen

Discours scientifique et déplacement métaphorique

Pierre Marchal

Texte intégral

  • 1 M. SERRES, Hermès II. L’interférence, Paris, Minuit, 1972, pp. 9 et 10.

« Je présente ici un programme et soutiens une thèse. Ils concernent tous deux la science contemporaine, ce qu’on pourrait nommer, en hommage au génie de Gaston Bachelard, le nouveau nouvel esprit scientifique...
Prise globalement, ma thèse, fort simple, est celle-ci : le phénomène le plus remarquable du nouveau nouvel esprit est l’effondrement de la partition qui faisait naguère de l’encyclopédie une association de cellules. Par des chemins qu’il projetait aveuglément, les sciences en sont venues à un état que Leibniz décrivait : elles forment, ou tendent à former, un « corps continu comme un océan », qu’il est arbitraire de diviser en mers Ethiopique, Calcédonienne, etc.
Ce continuum est le siège de mouvements et d’échanges : méthodes, modèles, résultats circulent de tous lieux en tous lieux, de manière incessante, selon des lignes de parcours souvent réglées, parfois capricieuses : réseaux ou filets dans la mer. Le nouvel esprit se concentrait dans une philosophie du non ; le nouveau nouvel esprit se développe en une philosophie du transport : intersection, intervention, interception. »
Michel SERRES1

1Si les choses sont ainsi, et j’en fais ici l’hypothèse, il faut s’attendre à ce que l’ensemble des processus métaphoriques joue un rôle essentiel dans l’épistémologie de cette science rendue à son unité par le décloisonnement de ses disciplines. Il s’avère dès lors indispensable de repérer, dans le marché commun et de libre circulation de cet univers théorique, les modalités du fonctionnement métaphorique : quels types de métaphores produisent les discours scientifiques et à quelle fin ? Tout au long de l’argumentation proposée ici, je voudrais montrer l’importance de la métaphore dans l’économie du savoir scientifique, comment elle s’insère dans le projet fondamental qui caractérise la science, à savoir : l’explication.

2Tenter d’éclairer ces questions suppose que l’on se tienne simultanément en un double lieu : aux frontières et au cœur des territoires théoriques. En fait, et paradoxalement, ces lieux ne sont plus distincts. Le paysage marin et scientifique, évoqué par Michel Serres, ne connaît plus de centre. D’où une intelligence nouvelle de l’interdisciplinarité qui n’apparaît plus comme cette pratique mise à la mode récemment par des scientifiques, des philosophes et des politiques, soucieux de l’unité du savoir et de son efficace technique et sociale ; elle constitue au contraire la méthode heuristique par excellence de la science contemporaine dans son aspect le plus fécond, le plus créatif. Non pas cette juxtaposition de points de vue sur le même objet, dans l’illusoire visée du tout, dans l’effort naïf d’une « synopsis » totalisante. Mais bien ce processus de communication, de « tra(ns)duction » théorique par lequel s’opère une sorte d’« export-import » de concepts, voire de théories entières. Inter-férence par laquelle se constituent des champs nouveaux d’investigation à l’inter-section des domaines anciens.

  • 2 A ce propos, on peut se référer à l’article de J. MOLINO, Métaphores, Modèles et Analogies dans les (...)

3La problématique de la métaphore, telle qu’elle s’inscrit aujourd’hui dans le cadre de la critique du corpus scientifique, semble bien se situer elle-même au cœur d’un de ces mouvements poly-théoriques2. Sans insister sur les recherches strictement linguistiques qui revalorisent et élargissent l’étude des figures rhétoriques, il nous faut être attentif ici aux développements de deux topiques épistémologiques : l’historicité des productions scientifiques — l’histoire des sciences fait désormais partie intégrante de l’analyse épistémologique — et la critique radicale adressée à la théorie standard de l’explication, le modèle hypothético-déductif. C’est sur l’horizon de ce double lieu théorique que l’on peut comprendre, me semble-t-il, la fécondité du concept de la métaphore dans l’élucidation des savoirs scientifiques.

***

  • 3 G. BACHELARD, La formation de l’Esprit Scientifique, Paris, Vrin, 1977 (10e édition), p. 8. J’ai so (...)

4C’est sans doute Gaston Bachelard qui, en France, a fait surgir, de manière explicite, l’intérêt épistémologique de l’histoire des sciences. Avec lui est née ce qu’il est convenu d’appeler l’histoire épistémologique, dont la visée est de rendre compte de « l’effort de rationalité et de construction » qui caractérise la pensée scientifique dans son élaboration, au-delà des péripéties anecdotiques de la recherche effective. Paradoxalement, dans cette œuvre où s’ouvre la brèche qui permettra une réinterprétation complète de l’activité et de la production scientifique, réinterprétation où le modèle métaphorique sera amené à jouer un rôle décisif en tant qu’outil métathéorique, l’opération d’abstraction se voit préférée à celle, jugée trop concrète, trop chargée de représentations figuratives, de la métaphore. L’élaboration scientifique se donne, chez G. Bachelard, comme une méthode qui de l’ambiguïté, du flou, de la surdétermination polysémique des langages et des discours naturels, s’efforce à l’univocité strictement définie. On connaît les trois « étapes-états » que son analyse repère dans le tissu historique du devenir scientifique : « ... l’état concret où l’esprit s’amuse des premières images du phénomène... L’état concret-abstrait où l’esprit adjoint à l’expérience physique des schémas géométriques... L’état abstrait où l’esprit entreprend des informations volontairement soustraites à l’intuition de l’espace réel, volontairement détachées de l’expérience immédiate et même en polémique ouverte avec la réalité première, toujours impure, toujours informe. »3

  • 4 Il s’agit du sous-titre que G. Bachelard a donné à son ouvrage.
  • 5 G. BACHELARD, op. cit., pp. 9 et 10.
  • 6 G. BACHELARD, op. cit., p. 10.
  • 7 G. BACHELARD, op. cit.. p. 9.
  • 8 G. BACHELARD, op. cit., p. 9.
  • 9 G. BACHELARD, op. cit., p. 5. J’ai souligne le mot « métaphoriques ». On voit bien ici que la probl (...)

5Et pourtant cette marche patiente du « nouvel esprit scientifique » vers une abstraction toujours plus grande, toujours plus audacieuse, repose moins sur la théorie classique de l’abstraction aristotélicienne que sur un modèle s’inspirant directement de la production esthétique, voire de la théorie psychanalytique. « Contribution à une psychanalyse de la connaissance »4, la tentative de cerner « la formation de l’esprit scientifique » se décrit comme la tâche de « psychanalyser l’intérêt, (de) ruiner tout utilitarisme, si déguisé soit-il, si élevé qu’il se présente, (de) tourner l’esprit du réel vers l’artificiel, du naturel vers l’humain, de la représentation vers l’abstraction »5. L’épistémologie se présente alors comme une « illustration » de l’esprit scientifique et « doit rendre clairement conscient et actif le plaisir de l’excitation spirituelle dans la découverte du vrai... L’amour de la science doit être un dynamisme psychique autogène. Dans l’état de pureté réalisé par une Psychanalyse de la connaissance objective, la science est l’esthétique de l’intelligence »6. Le ressort affectif de l’état abstrait est cette « âme en mal d’abstraire et de quintessencier »7 ; mais ce n’est plus directement l’essence des choses qu’il s’agit de mettre en lumière. Dans cette aventure, à la fois douloureuse et enivrante, l’esprit joue « le jeu périlleux de la pensée sans support expérimental stable »8. Et Gaston Bachelard commente : « La pensée scientifique est alors entraînée vers des « constructions » plus métaphoriques que réelles, vers des « espaces de configuration » dont l’espace sensible n’est après tout qu’un pauvre exemple... La science ne se contente plus du comment phénoménologique ; elle cherche le pourquoi mathématique »9.

  • 10 G. BACHELARD, op. cit., p. 13.
  • 11 G. BACHELARD, op. cit.. p. 13.
  • 12 G. BACHELARD, op. cit.. p. 14.

6Refus des figures au profit de l’abstrait, mais dans le même temps réinterprétation de l’abstrait en termes de construction métaphorique. C’est dans l’interstice de ce qui peut apparaître comme une contradiction, comme un paradoxe, que G. Bachelard pourra penser le partage du concret et de l’abstrait. Et cela au moyen de la notion fondamentale d’« obstacle épistémologique ». Notion fondamentale qui, dans le contexte de l’épistémologie bachelardienne, n’est rien moins que la condition de possibilité de la connaissance scientifique. Obstacle « épistémologique », parce qu’il se situe à l’intérieur même de l’acte de connaître où il manifeste les résistances de l’esprit, sa pusillanimité devant l’entreprise du savoir. On pourrait penser qu’il ne s’agit ici que de restrictions méthodologiques visant à circonscrire l’objet à l’étude : recherchant « les conditions psychologiques des progrès de la science »10, on ne s’intéresserait qu’aux obstacles dits épistémologiques, à l’exclusion de tout autre type de barrières. S’il y a effectivement une réduction, il faut l’entendre ici comme d’un retour à l’essentiel, à ce qui fonde la possibilité même de la connaissance scientifique : les obstacles extérieurs, de nature sociologique, institutionnelle ou liée aux contingences de la recherche, s’enracinent toujours dans une certaine intelligence des choses, à partir de laquelle l’horizon de compréhension de notre monde se dessine, à partir de laquelle les « faits » eux-mêmes se construisent et s’offrent à nous. Ce rapport aux choses, au monde, qui fonde toute connaissance, que toute connaissance conforte et secrète et dont il appartiendrait sans doute à une éthique — plutôt qu’à une métaphysique — de repérer les lignes de force, ce rapport aux choses est tout à la fois et dans le même temps connaissance et ignorance. De même la science qui en découle et qui le thématise : « la connaissance du réel est une lumière qui projette toujours quelque part des ombres. Elle n’est jamais immédiate et pleine »11. D’où la constatation du caractère polémique de toute connaissance : « on connaît contre une connaissance antérieure, en détruisant des connaissances mal faites, en surmontant ce qui, dans l’esprit même, fait obstacle à la spiritualisation »12.

7On le voit — et on peut se référer ici encore à la description des trois états — parler de « connaissances mal faites » suppose un regard normatif, que se permet l’épistémologue bachelardien, sur la production scientifique. Point de vue normatif qui est lui-même soutenu par une idéologie du progrès de la connaissance, héritée de l’évolutionnisme et du positivisme du XIXe siècle. Mais qui nous empêcherait de modifier notre oreille, d’opérer un glissement, une traduction et de replacer cette idée de l’élaboration conflictuelle du savoir dans un contexte plus relativiste ? Elle devient alors le pivot d’une topologie dynamique du champ scientifique. On peut tenir l’idée de la non-virginité de l’esprit sans pour autant sacrifier sur l’autel d’une connaissance scientifique pure et claire. Connaître scientifiquement, c’est peut-être éclairer de larges zones laissées antérieurement dans l’ombre par l’élaboration d’un autre type de savoir, mais c’est aussi créer nécessairement de l’ignorance ailleurs. Ce déplacement par rapport au texte bachelardien n’est d’ailleurs pas sans connivence profonde avec son intuition fondamentale. Car enfin, ce qui signe la supériorité du savoir scientifique, de l’esprit scientifique, paraît moins être son contenu que le dépassement qu’il permet, à savoir : transcender le donné, le naturel au profit du construit et de l’artifice. C’est en quelque sorte le dynamisme de la construction qui est réveillé et parallèlement l’immobilisme de la connaissance, figée en opinion, qui est condamné.

  • 13 G. BACHELARD, op. cit., p. 14.

8Que l’opinion apparaisse comme l’anti-thèse de la science, c’est là un stéréotype de la pensée philosophique depuis Platon. Mais ce qui est remarquablement mis en lumière par G. Bachelard, c’est le lien qui unit l’opinion à une pratique : l’opinion ne connaît pas les objets, elle les utilise. Opération de traduction des besoins en connaissances, elle projette, sur le mode d’un pseudo-connaître — « les connaissances mal faites » —, ce qui est de l’ordre de l’utile. Par là, « en désignant les objets par leur utilité, elle s’interdit de les connaître »13.

  • 14 G. BACHELARD, op. cit., p. 14.
  • 15 G. BACHELARD, op. cit., p. 15. Je souligne le mot « métaphores ».
  • 16 Il est vrai que G. Bachelard a reconnu toute une série d’obstacles autres que l’opinion : la connai (...)

9Premier obstacle à surmonter, l’opinion ne peut l’être que par la problématisation du donné. Or, « les problèmes ne se posent pas d’eux-mêmes. C’est précisément ce sens du problème qui donne la marque du véritable esprit scientifique. Pour un esprit scientifique, toute connaissance est une réponse à une question. S’il n’y a pas de question, il ne peut y avoir de connaissance scientifique. Rien ne va de soi. Tout est construit »14. Mais, point capital, cette sortie de l’opinion n’est jamais acquise une fois pour toutes. La série « opinion-problématisation-science » se complique et l’on voit que la connaissance scientifique, périlleusement acquise, est susceptible d’usure, de déclin, c’est-à-dire d’un retour vers l’opinion. Le caractère abstrait de la connaissance se perd au profit d’une factualité intuitive. Sur une théorie scientifique vient se greffer une « représentation », une opinion qui, pour être nouvelle, n’en demeure pas moins le symptôme d’un blocage de l’activité spirituelle. Retrouvant le figuré et toute sa panoplie d’images, « l’idée scientifique trop familière se charge d’un concret psychologique trop lourd,... elle amasse trop d’analogies, de métaphores,... elle perd peu à peu son vecteur d’abstraction, sa fine pointe abstraite »15. Ce danger constant qui guette la connaissance scientifique et abstraite, laisse à penser que ce qui est désigné, chez G. Bachelard, sous le terme d’« obstacle épistémologique », n’est pas véritablement un obstacle : la métaphore hippique de l’obstacle ne parait pas véritablement adaptée. Il ne peut s’agir de quelque chose qu’on laisse derrière soi une fois franchi. La récurrence de l’obstacle, du même obstacle, à savoir l’opinion16, le fait apparaître comme un danger, toujours présent, toujours prêt à parasiter la connaissance scientifique, comme un « virus épistémologique ».

10Prolongeons encore. Il ne nous est plus possible aujourd’hui de penser le savoir comme s’instaurant d’une rupture totale d’avec toute pratique. Au contraire, la pratique apparaît tout à la fois comme le lieu où tout savoir s’origine, se constitue, trouve sa justification et son prolongement normal. Outil construit par l’homme, le savoir scientifique a incontournablement partie liée avec la pratique technique. Il instaure par là un certain rapport de l’homme à la nature dont la technologie contemporaine est le prototype. Ce qui nous apparaît comme l’obstacle majeur à la dynamique des savoirs, c’est moins l’opinion et sa charge utilitaire que le gel de la circulation dialectique entre le savoir et la pratique qui le soutient.

***

  • 17 P. MARCHAL, La paléontologie ou de l’interprétation scientifique des fossiles dans Revue des Questi (...)

11Ce détour par l’histoire épistémologique pour faire surgir un paradoxe : la métaphore fait partie du lot des images que charrie l’opinion, mais elle est aussi ce qui sert à G. Bachelard pour caractériser la construction abstraite, plus métaphorique que réelle. Paradoxe que je voudrais illustrer maintenant par un exemple, celui de la paléontologie. J’ai tenté de montrer ailleurs que le savoir paléontologique se constitue au croisement de la géologie et de la biologie17. Le fossile est en droit objet du savoir géologique : la fossilisation est à comprendre comme l’un des multiples phénomènes dont certaines formations sédimentaires, à savoir les gisements fossilifères, sont le lieu. De ce point de vue, la paléontologie pourrait se comprendre comme une discipline géologique. Pourtant, si cet examen taphonomique des fossiles est d’une extrême importance quant à la reconstitution de l’histoire du gisement, il ne suffit pas, me semble-t-il, à permettre la constitution de la véritable paléo-biologie que la paléontologie se prétend être. Pour ce faire, il est indispensable de faire intervenir l’ensemble des savoirs biologiques. Intervention que l’on peut précisément décrire comme une construction métaphorique.

  • 18 Cfr CH. PERELMAN, L’empire rhétorique, Paris, Vrin, 1977, p. 127.

12Il peut paraître téméraire de faire reposer de la sorte un savoir, dont la prétention à la positivité est explicitement affirmée, sur un procédé qui relèverait davantage de la rhétorique. Les acteurs du savoir scientifique contemporain sont peut-être disposés à reconnaître à l’analogie et à la construction métaphorique un rôle heuristique, mais elles ne peuvent apparaître comme telles dans la formulation définitive des théories scientifiques18. Elimination qui constitue une des préoccupations majeures de ce qu’il faut appeler la rhétorique scientifique : tout texte scientifique présente un certain style dont la métaphore semble exclue. On peut voir là une constante des discours scientifiques dans leur effort de se couper de leur propre imaginaire instituant, lequel a pourtant seul pouvoir de dessiner un champ nouveau d’investigation, un horizon inédit d’intellection. Et cela dans une volonté de connaissance « objective » : le chemin et les détours de la découverte s’effacent devant la manifestation de l’objet !

  • 19 On sait que les discussions ne sont pas closes quant à l’élucidation du processus métaphorique. Pou (...)
  • 20 P. FONTANIER, Les figures du discours, Paris, Flammarion, 1977, p. 213.

13Mais, à y regarder de près, l’élimination de l’argument analogique du champ théorique de la science s’opère par un biais particulier. Il s’agit en effet et paradoxalement d’éliminer l’analogie en la maximalisant. Il s’agit d’induire une métaphore à partir de l’analogie jugée insupportable. Puis, dans un second temps, de faire disparaître la métaphore elle-même en identifiant les deux pôles dont la tension « identité-différence » constitue la force et l’originalité de la figure métaphorique19. Identification qui joue maximalement dans une forme particulière de métaphore, forme privilégiée par le discours scientifique, à savoir : la nomination catachrétique. « La catachrèse en général consiste en ce qu’un signe déjà affecté à une première idée, le soit aussi à une idée nouvelle qui elle-même n’en avait point ou n’en a plus d’autre en propre dans la langue »20.

  • 21 Il existe évidemment d’autres types de catachrèses : catachrèses de métonymie et de synecdoque.

14Fondée sur une métaphore21, la catachrèse exige, pour la bien comprendre, qu’on adopte le point de vue du locuteur dans son effort langagier pour nommer des choses nouvelles, inconnues, inédites. Considérons par exemple le paléontologiste dans le moment (logique) où il produit son propre discours théorique. Dans un premier temps, il est affronté à des objets géologiques particuliers qu’il nommera plus tard « fossiles ». Ils les soumet à un traitement théorique, inspiré directement des méthodes géologiques. Il produit ainsi, par reconstruction, des objets nouveaux qui sont à l’origine des transformations taphonomiques. Ces objets, il les nomme « vivants du passé ». Il est légitime de voir là une catachrèse qui s’appuie sur l’analogie suivante : X (à savoir l’objet nouveau produit par le traitement théorique de la géologie sur l’objet fossile, ou plus précisément sur un objet donné d’un gisement) est au passé ce que les vivants (objets du savoir biologique) sont au présent.

15Mais toute analogie, toute métaphore ne donne pas lieu à des catachrèses fécondes. La catachrèse scientifique se fonde sur une analogie d’un type particulier : l’analogie structurale. Celle-ci constitue à la fois l’origine et le prolongement théorique de la catachrèse. En effet, si la nomination catachrétique se fonde effectivement sur une analogie structurale, il est alors possible de mettre à profit cette isomorphie de structures : l’ensemble des concepts et des méthodes qui ont permis d’analyser le domaine des vivants actuels, permet la constitution d’une paléo-biologie. Dans cette perspective, la métaphore, la catachrèse et l’analogie structurale qui les soutient, s’avèrent être des instruments précieux et puissants, capables d’explorer un domaine non encore connu, non encore nommé, non encore maîtrisé par le langage. Généralisons. Tout système de pensées et de connaissances (dont les sciences positives) se fonde sur une opération de métaphorisation. Ces métaphores fondatrices ont pour fonction, dans le domaine du savoir opératoire que constituent les sciences positives, de déterminer l’ensemble des concepts et des méthodes grâce auxquels il sera possible de mener une recherche. Plus radicalement encore, c’est sans doute la constitution même de l’objet scientifique que permet l’opération métaphorique. Par là, la prétention de la science à se présenter comme le discours du « propre » sur le monde, ne peut être qu’illusoire. Métaphorique, ce discours se situe essentiellement dans l’ordre de l’opérativité du langage : il s’agit de maîtriser le monde par le langage. Et l’histoire nous apprend que cette maîtrise peut se réaliser de multiples manières, par des langages et des modèles théoriques très différents. Cela ne signifie nullement que les théories scientifiques ne disent rien du monde, du réel. Elles disent du monde ; elles ne disent pas le monde. Et cela parce qu’elles en parlent métaphoriquement. Ce que récuse le statut métaphorique des théories scientifiques, et d’une manière radicale, c’est la volonté de situer le savoir dans une positivité absolue : le savoir a son lieu dans le partitif.

16Qu’en est-il alors du paradoxe que faisait apparaître la présence simultanée de la métaphore dans le registre de l’opinion et dans celui de la construction abstraite qui caractérise la science ? Il ne saurait s’agir d’une différence de formes. A l’un et l’autre niveau, c’est la même procédure métaphorique qui joue, produisant les mêmes effets de déplacement sémantique, même si, dans le cas des discours scientifiques, il existe des artifices rhétoriques visant à l’affirmation de la vérité positive au détriment du pôle différentiel de la métaphore. Il faudra sans doute admettre que, si la métaphore apparaît tant dans le discours de l’opinion que dans celui de la science, c’est que l’une et l’autre fonctionnent selon les mêmes processus, que l’une et l’autre participent au même projet : celui de connaître. Ce qui les diversifie malgré tout, ce pourrait être la « prise au sérieux » de la métaphore par la science. Par là se trouve mis en lumière ce qui fait sans doute le ressort même de l’activité scientifique : le jeu sérieux et mimétique de la vérité. C’est dans l’espace d’une pratique que dessine un « faisons comme si... » que pourra se déployer, avec force, la construction abstraite de la science positive.

***

17Parmi l’arsenal des théories que la paléontologie emprunte « métaphoriquement » au savoir biologique, il en est une, fondamentale, qui traverse toute la biologie et, par voie de conséquence « métaphorique », la paléontologie. Il s’agit de la théorie de l’évolution biologique. Si la biologie contemporaine est évolutionniste, la paléontologie le sera elle aussi et nécessairement. Mais, dans un second temps se produit un phénomène de retour : la paléontologie apparaît alors comme la pourvoyeuse des « preuves » de l’évolution biologique. Une analyse fine des descriptions évolutives que procure la paléontologie, montre pourtant que n’y apparaît jamais ce que l’on pourrait appeler légitimement une preuve de cette évolution. La théorie évolutive, présente dans l’intelligence même des faits paléontologiques, s’y laisse voir. Il s’agirait moins d’une preuve logique que d’une logique de la « mise en scène ». Cela ne signifie nullement un quelconque manque de rigueur dans le travail des paléontologistes évolutionnistes, mais indique ce qui précisément participe de ce jeu sérieux de la vérité.

18Insistons ici sur le fait que l’épistémologie ne peut avoir la prétention de décider la valeur des productions scientifiques. Celles-ci sont des « faits » dont l’épistémologue tente d’analyser la structure, la production et le fonctionnement. S’il est une chose que l’analyse épistémologique se doit de remettre en question, ce sont ses propres représentations des productions scientifiques. Or il semble bien que l’épistémologie positiviste — dont s’inspirent encore beaucoup de scientifiques dans ce qu’il est convenu d’appeler leur philosophie implicite — ait priviligié, au point d’en faire un modèle, le type d’explication logico-mathématique où les concepts de déduction, et donc de preuve, jouent un rôle central. Dans ce modèle nomologico-déductif, les explications peuvent se concevoir « comme des raisonnements déductifs dont la conclusion est la proposition explanandum E et dont l’ensemble des prémisses, ou explanans, consiste en lois générales, L1 L2,... Lr, et en autres énoncés C, C Ck, qui contiennent des affirmations relatives à des faits particuliers. La forme de tels raisonnements, qui constituent donc un type d’explication scientifique, peut être représenté par le schéma suivant :

  • 22 C.G. HEMPEL, Eléments d’épistémologie, Paris, Armand Colin, 1972, p. 79.

19Note 22.

20La difficulté majeure inhérente à ce type d’analyse tient à la présupposition qu’il existe une distinction nette entre deux types d’énoncés et par là entre deux types de langages :

  • le langage empirique auquel appartiennent les symboles se référant à des réalités sensibles. Ces symboles, de par leur référence empirique, seraient dotés d’une interprétation immédiate ;

  • le langage théorique qui contient des symboles ne possédant pas de référence empirique et dont l’interprétation est toujours médiatisée par le langage empirique, via des règles de correspondance.

21Dans le schéma de l’explication nomologico-déductive, les énoncésL1, L2,... Lr, appartiennent au langage théorique, tandis que les énoncés de la formeC1,C2,... Ck, sont considérés comme appartenant au langage empirique, médiateur de sens.

  • 23 Cet arbre phylogénique simplifié des Equidés est repris à G.-C. SIMPSON, Principles of animal taxon (...)

22Or, dans le cas précis du discours paléontologique, une telle distinction est pratiquement impossible. On peut montrer facilement combien les « faits » paléontologiques présentent un caractère construit. Et cela est particulièrement évident si l’on considère le fonctionnement de l’explication évolutive en paléontologie. Soit l’ensemble fossile des Equidés. L’explication paléontologico-évolutive de ce groupe pourrait se résumer dans l’arbre phylogénique suivant23.

  • 24 J.-P. LEHMAN, Les preuves paléontologiques de l’évolution, Paris, PUF, 1973, p. 53. L’auteur contin (...)

23Comment procède le paléontologiste pour reconstituer une telle explication, un tel arbre généalogique ? Une première constatation est l’importance fondamentale que revêtent les formes vivantes actuelles : « Nous étudierons la lignée des Equidés, en partant des formes actuelles et en remontant dans le temps ».24.

24On isolera donc, dans un premier temps et à partir des Equidés actuels, un certain nombre de caractères morphologiques susceptibles d’être comparés à ceux des Equidés fossiles. Par là se trouve constitué un modèle de référence qui doit permettre de reconstruire, par des opérations de comparaison et de mise en évidence des « homologies », la ou les séries phylogéniques.

  • 25 D’après J.-P. LEHMAN, op. cit., pp. 58 et 59.

25Ensuite, en une seconde opération, on passera en revue les différentes espèces ou genres fossiles, en commençant par les plus jeunes (c’est-à-dire localisées dans les terrains sédimentaires les plus récents), et donc (du moins hypothétiquement) plus proches de la morphologie de l’Equus actuel. On note les différences et les variations dans les caractères anatomiques. Ces variations doivent évidemment présenter une certaine cohérence et pouvoir s’inscrire ultérieurement en corrélation avec des changements plus globaux au niveau du biotope. En ce qui concerne les Equidés, le repérage de ces variations peut se résumer comme suit25 :

26Pliohippus (Pliocène)

27— existence de doigts latéraux, mais réduits (soit, selon les spécimens, des doigts complets avec phalanges, soit de simples épines) ;

28— dentition très proche d’Equus, mais les molaires sont convexes vers l’extérieur, alors qu’elles sont droites chez Equus.

29Hipparion (Pliocène)

30— équidé tardif à trois doigts ; variété eurasienne de Pliohippus.

31Merychippus et Parahippus (Miocène)

32— très proches d’Equus ; museau allongé ; cubitus et radius fusionnés ; péroné en épine ; doigt médian prépondérant sur lequel repose le poids du corps ; hypsodontie.

33Miohippus (Oligocène) et Mésohippus (Oligocène)

34— deux genres relativement proches, se distinguant seulement par des différences au niveau du tarse ;

35— par contre la rupture avec les Equidés du Miocène est très nette :

  • différence de taille : Mésohippus ne dépasse sans doute pas 60 cm à l’épaule ;

    • 26 Alors que les équidés du Miocène sont encore (comme les chevaux actuels) des mangeurs d’herbe, les (...)

    dentition : dents plus nombreuses (44 contre 36 à 42 chez Equus) ; petite canine ; deux premières prémolaires coupantes ; les dents postérieures broyeuses avec 6 tubercules ; crête d’émail sur toutes les molaires (sauf la première prémolaire), mais un dessin beaucoup moins complexe que chez les Equidés récents ; les molaires sont peu élevées (brachyodontie) et sans croissance continue (perte du caractère d’hypsodontie) ; ce qui est à mettre en relation avec un changement de régime alimentaire26 ;

  • le pied avant possède quatre doigts, dont l’un — l’extérieur — est vestigial.

36La mise en lumière de ces variations morphologiques (plus ou moins continues) et la mise en série qu’elles permettent (mise en série qui doit recouper, d’une manière ou d’une autre, la chronologie stratigraphique) permettront de dégager les tendances évolutives caractéristiques de cette famille. Par là s’ouvre la possibilité de réécrire son histoire en intégrant la dimension temporelle ainsi que les modifications importantes du biotope (éléments de paléo-écologie et de paléo-biogéographie) à cette série de variations morphologiques. En voici le récit :

  • 27 G. DE BAUMONT, Guide des Vertébrés fossiles. Neufchâtel, Delechaux et Niestlé, 1973, pp. 413-417. G (...)

37« L’évolution des Equidés a connu des explosions... Les deux principales ont lieu, l’une presque tout au début, à l’Eocène inférieur, l’autre au début du Miocène. Entre-temps et après, le déroulement a été plus calme, mais de loin pas uniforme, sa vitesse variant encore passablement suivant les époques. La forme tout à fait basale des Equidés est Hyracotherium... L’animal avait la taille d’un renard. Le pied antérieur est tétradactyle, le postérieur tridactyle. Le crâne moyennement allongé, présente une orbite encore ouverte en arrière. La dentition est brachyodonte et complète avec ses prémolaires non molarisées. Les molaires supérieures ont six tubercules, une faible lophodontie et une région stylaire très réduite ; les inférieures sont quadrituberculées. Pendant L’Eocène se développent toute une série de genres surtout européens qui s’éteignent presque tous avant la fin de la période. C’est par les formes nord-américaines que va continuer l’évolution menant au cheval actuel, les autres continents ne recevant que des groupes d’émigrés, parfois très importants, nombreux et de longue vie. L’exploration miocène correspond à l’acquisition de l’hypsodontie (Merychippus). Les dents, jusque-là plus ou moins lophodontes, se compliquent, les vallées se remplissent de cément, crêtes et sommets se couvrent peu à peu de replis secondaires. A ce moment les pattes de toutes les formes sont encore tridactyles ; elles le resteront jusqu’à la fin du Pliocène, où, dans un rameau jusque-là peu important (Pliohippus), apparaîtra la monodactylie fonctionnelle (il reste d’infimes traces des doigts 2 et 4) avec d’autres traits des chevaux actuels, seuls survivants de cette histoire »27.

38Cette longue citation pour qu’apparaisse clairement la reprise systématique des éléments dégagés par l’analyse comparée de ces différents genres. Par contre, nulle part n’est présente une preuve, au sens hempélien d’une déduction logique, d’où on pourrait conclure à la réalité de l’évolution. Bien au contraire, l’hypothèse évolutive est présente à priori, se laissant voir plutôt que démontrer. Clé herméneutique, c’est elle qui organise sa propre monstration à partir de l’étude des formes morphologiques et du jeu du même, du semblable et du différent.

39Et pourtant, la démarche du paléontologiste évolutionniste échappe à la pure circularité et il est peut-être légitime de parler de preuve, en un sens non déductif, dans la mesure où l’on quitte le cadre trop restreint de la seule paléontologie pour se référer à une biologie générale. Si les espèces biologiques actuelles ne représentent pas des formes indépendantes et fixées une fois pour toutes, si elles sont à comprendre dans une perspective évolutive (hypothèse), alors il est raisonnable d’attendre du matériel fossile qu’il puisse être relu à la lumière de cette hypothèse et qu’il soit le lieu où la théorie (du grec « theôrein » : voir, regarder des jeux...) teste sa capacité de nous faire assister au spectacle grandiose de l’évolution.

***

  • 28 M. HESSE, The explanatory function of metaphor, dans Logic, Methodology and Philosophy of Science. (...)

40Relecture, redescription, c’est précisément en ces termes que M. Hesse propose de comprendre le fonctionnement de l’explication scientifique. Et cela en référence directe avec les processus métaphoriques : l’explication théorique serait une redescription métaphorique de ce qui est à expliquer28. Examinons cette hypothèse de plus près.

41Soit « m » une expression linguistique que notre compétence reconnaît comme une métaphore. L’analyse classique évoquée plus haut y repère un fonctionnement analogique sous-jacent. A quoi il convient d’ajouter le caractère orienté de la métaphore. En effet, d’un schéma analogique, il est théoriquement possible de faire dériver deux orientations métaphoriques : de l’analogie « A est à B comme C est à D », on peut produire soit « C de B », soit « A de D » (« le soir de la vie » ou « la vieillesse du jour »). L’analogie instaure donc simplement un lieu de passage entre deux domaines sémantiques, sans qu’aucun sens particulier ne soit privilégié. La production effective de la métaphore, au contraire, réduit cette indétermination, définit un sens qui, sans être unique, n’en est pas moins privilégié.

42Ce double élément, structure analogique profonde de la métaphore et caractère orienté, permet de discerner, dans chaque expression métaphorique, une double série de termes, que la visée comparatiste identifiait à l’élément comparé et à l’élément comparant. C’est dire que sur l’ensemble des termes non logiques que contient une métaphore, il est possible d’opérer un tri et de distinguer :

  • le sous-ensemble E1 des termes demi qui dénotent des propriétés appartenant à un domaineUl (jour, soir) ;

  • le sous-ensemble E2 des termes de mi qui dénotent des propriétés appartenant à un domaine U2 (vie, vieillesse).

43On aura ainsi défini deux langages :

  • L1 auquel appartiennent les termes de E1 et qui constitue le moyen habituel par lequel une communauté linguistique parle du domaine U1 ;

  • parallèlement, le langage L2 auquel appartiennent les termes de E2 et grâce auquel la même communauté linguistique parle habituellement du domaine U2.

44On notera — et cette remarque est capitale — qu’un langage L1 se trouve ainsi défini par un lexique L1 d’une part et d’autre part par un usage, une pratique langagière. N’intervient ici aucune fonction de référence comprise comme la relation du langage à la réalité des choses. Le domaine U1 d’un langage L1 est exhaustivement défini par l’usage qu’habituellement la communauté linguistique fait du lexique L1. Symboliquement :

45Li = Li, Ui

  • 29 Cfr M. BLACK, Models and Metaphor, Ithaca, Cornell Univ. Press, 1968.

46En conséquence, une expression linguistique sera dite métaphorique dans la mesure où les termes qu’elle met en jeu appartiennent à des langages différents, à des univers sémantiques différents. Produire une métaphore revient essentiellement à produire un nouveau langage, ou plus exactement une nouvelle pratique langagière. En effet, contrairement à la néologie qui consiste à renouveler le lexique en y introduisant des unités nouvelles, l’effort de la métaphorisation porte essentiellement sur le contexte d’usage d’un lexique déjà existant, et par là sur sa sémantique. C’est dans cette perspective qu’il convient de comprendre l’originalité du modèle interactif de la métaphore29. La mise en relation de deux univers sémantiques, par l’intermédiaire de deux langages différents, soutient l’interférence active de deux « pensées », interférence dont la résultante est elle-même sémantique : elle produit la signification de l’expression métaphorique. Pour analyser plus finement cet aspect d’interaction, je propose d’introduire ici deux nouveaux ensembles :

  • l’ensemble de toutes les prédications qu’un locuteur compétent peut construire avec L1 dans l’usage habituel U1, soit l’ensemble P(L1/U1) ;

  • l’ensemble de toutes les prédications qu’un locuteur compétent peut construire avecL2 dans l’usage habituelU2, soit l’ensemble P(L2/U2).

47La signification d’une expression métaphorique sera donnée par une fonction d’interaction, non plus entre les pensées, mais entre les expressions linguistiques, dans lesquelles on peut voir, naïvement, le support, au niveau de la langue, de ces opérations intellectuelles et subtiles que sont les « thoughts » :

48S(mi) = Φ (P(L1/U1), P(L2/U2)]

49S(mi) dénote la signification (meaning) de l’expression métaphoriquemi et où Φ décrit la fonction d’interaction qu’il faudra essayer de spécifier d’une manière plus précise.

  • 30 Dans le cas des langages ordinaires, il est sans doute très difficile de définir ces ensemblesP(Li/ (...)
  • 31 Cette remarque rejoint directement la condition structurale que doit remplir toute métaphore fécond (...)

50Il n’est sans doute pas nécessaire de faire intervenir directement ici les deux ensembles de toutes les propositons possibles dans les contextes U1 et U2, mais plutôt des sous-ensembles partiels, étant entendu que ces sous-ensembles peuvent éventuellement être identifiés aux ensembles complets30. Le plus souvent, l’intelligence du sens d’une métaphore, ainsi que la possibilité de sa production, ne supposent la mobilisation que d’une partie seulement des « pensées » possibles sur les deux univers en interaction. Cependant, il faut sauvegarder la possibilité de filer la métaphore, en maintenant présent, comme un horizon, les ensembles P(Li/Ui). On peut d’ailleurs penser que cette extension joue un rôle important dans la métaphore (ou métaphorisation) scientifique31.

51Reste à dire à quel ensemble appartient l’expression métaphorique mi. En première analyse, on peut avancer l’hypothèse quemi appartient à un ensemble nouveau, soitP(L2, U1), ensemble qu’elle induit, qu’elle contribue à fonder. Il s’agit de l’ensemble des propositions que l’on pourrait construire au moyen du lexique L2, en le détournant de son usage primitif U2 et en l’appliquant à une nouvelle sphère d’utilisation, soit U1. On remarquera qu’interviennent nécessairement, dans toute expression métaphorique, des termes du lexique dont l’utilisation normale est précisément U1. La fonction de ces termes est de permettre l’opération de transfert du lexique de son domaine primitif d’utilisation U2 vers le domaine nouveau et métaphorisé U1. Plutôt que de parler de « comparé » et de « comparant », il conviendrait de distinguer les termes transférants et les termes métaphorisants proprement dits. Entendue de cette manière, l’expression métaphorique appartiendrait effectivement à l’ensemble P(L2/U1), la présence des termes transférants (appartenant primitivement au lexique L1) n’étant requise que pour indiquer de quel univers contextuel on entend parler. De plus, il faut faire remarquer que par leur introduction dans un contexte nouveau, les termes métaphorisants confèrent une intelligence nouvelle à ce contexte : contexte habituel d’utilisation du lexique L1, U1 se voit légèrement modifié, déplacé. L’effet métaphorique de L2 sur U1 induit un contexte, non radicalement nouveau certes, mais dérive par rapport à U1, soit ΔU1.

52Il faudrait donc écrire que toute expression métaphorique appartient à un ensemble de propositions défini d’une part par une intersection des lexiques L1 et L2, et d’autre part par un nouveau contexte d’utilisation Δ U1, dérivé de U1 :

53mi ε P(L1 ∩ L2/∆U1)

54En contrepartie, les termes métaphoriques acquièrent eux aussi une signification nouvelle, dérivée elle aussi par rapport à celle qu’ils présentaient dans leur contexte primitif d’utilisation.

***

55Je reprends appui sur un exemple. Soit la théorie néo-darwinienne de l’évolution biologique, dans son état actuel. Très schématiquement, on peut penser qu’elle se situe au point de rencontre, de synthèse entre le modèle proposé par Darwin et la génétique issue de Mendel, redécouverte au début du XXe siècle. Si depuis lors, les deux concepts fondamentaux de cette théorie évolutive demeurent ceux-là même qui avaient été définis par Darwin, à savoir : la variation (rebaptisée « mutation » par la génétique) et la sélection, les progrès récents de la biologie moléculaire (et ses répercussions importantes sur la génétique), de l’écologie et de la génétique des populations, ont amené les biologistes à enrichir, préciser, développer et parfois modifier la sémantique de ces concepts. Il suffit d’ailleurs de parcourir les publications récentes concernant l’évolution biologique pour apercevoir clairement ce travail de réinterprétation du formalisme, relativement simple, dont se soutient l’édifice théorique édifié par Darwin.

  • 32 Comme exemple d’éco-système, on pourrait citer une forêt équatoriale ou le rivage d’une mer. C’est (...)

56Une des caractéristiques de la vision que nous pouvons avoir aujourd’hui du monde vivant, repose sur le travail patient qui, depuis le XVIIe siècle, ne cesse de décrire et de répertorier l’immense variété de cet univers organique dont nous sommes partie intégrante. Mais cette diversité étonnante (4 à 5 millions de formes vivantes différentes), il s’agit pour nous de la décoder. Au critère anatomo-logique qui a permis la systématique classique, s’ajoute aujourd’hui une structuration plus dynamique fondée sur les interactions écologiques qu’entretiennent les vivants entre eux et avec leur environnement. Interactions qui constituent une collection de vivants et leur habitat en un système écologique complexe. Un même territoire écologique, un même biotope se voit investi par un grand nombre de populations qui l’exploitent de manières fort diverses et qui s’installent ainsi dans une mutuelle dépendance au niveau de leur survie. Il serait donc possible, du moins théoriquement, de dessiner un tel réseau, décrivant l’ensemble de ces interactions.32

  • 33 Ce rappel de la théorie synthétique de l’évolution, dont on voudra bien excuser le schématisme, s’i (...)
  • 34 Cette interfécondité libre trouve son expression maximale dans le concept théorique de population p (...)
  • 35 Le gène est avant tout un concept théorique, défini dans la génétique mendeléenne en fonction des c (...)

57Mais cette analyse synchronique, si elle éclaire l’agencement structurel d’un biotope donné, à un moment donné du temps, reste insuffisante : en effet, ni le biotope, ni la carte interactionnelle et écologique ne restent stables dans le temps. A côté de variations mineures ou répétitives, dont un modèle synchronique pourrait rendre compte, s’installent de grandes transformations qui ponctuent l’histoire des êtres vivants. Transformations, changements qui affectent aussi bien les aspects environnementaux que strictement biologiques du système : par exemple, changements climatiques importants ou apparition d’un nouveau prédateur qui remettent en cause l’équilibre écologique toujours précaire. Reste à dire comment les populations d’organismes vivants vont réagir à ces perturbations de leur environnement. La thèse du néodarwinisme33 est de faire de cette réaction une fonction des caractéristiques génétiques des individus d’une part et de l’ampleur et du type de variabilité génétique que supporte la population d’autre part. Ce dernier facteur, à savoir la variabilité que présente une population et les limitations auxquelles elle est soumise, détermine la possibilité d’adaptation de cette population face à un changement écologique d’ampleur. Adaptation qui ne doit pas s’entendre ici au sens lamarckien du terme, comme d’une possibilité quasi active des organismes vivants de se modifier en réponse aux changements de l’environnement, mais bien comme un effet résultant de la pression sélective. Car, depuis Darwin, c’est en effet en termes de sélection (métaphore reprise à la maîtrise zootechnique des éleveurs) qu’est pensé le lien entre l’environnement et l’évolution des vivants. Sélection dont l’intelligence, que nous en propose la théorie actuelle de l’évolution, se fonde sur un modèle directement inspiré de la Génétique des Populations. Considérons une population caractérisée par une certaine variabilité génétique ainsi que par une interfécondité libre34. Chacun des individus qui constituent cette population est lui-même déterminé génétiquement par un ensemble de gènes35. Aussi bien, il sera possible de décrire la structure génétique de la population en énumérant les gènes présents en elle et en les affectant d’un coefficient de fréquence. Dans une telle population, la polymorphie génétique potentielle est très élevée et on comprendra facilement que c’est là précisément, dans la détermination des génotypes effectivement réalisés dans la population, que la sélection trouve naturellement son lieu d’intervention ; les interactions entre le milieu et les organismes vivants y jouent un rôle prépondérant.

  • 36 C. PETIT et G. PREVOST, op. cit., pp. 309-310. Une population est dite à l’équilibre lorsque son ef (...)

58Paradoxalement, c’est par le détour d’un modèle décrivant une population en situation non évolutive — soustraite aux mutations et aux pressions sélectives — que la génétique des populations va dessiner l’espace précis de la sélection naturelle. Ce modèle stationnaire est décrit par la loi de Hardy-Weinberg : « Dans une population panmictique à l’équilibre, ne présentant ni sélection, ni mutation et d’effectif élevé, la proportion de gènes est, d’une génération à l’autre, absolument constante. »36

  • 37 C. PETIT et G. PREVOST, op. cit., p. 311.

59L’intérêt de ce modèle est double. Tout d’abord, il permet un calcul formel et par là ouvre une possibilité de prédiction. Ensuite, les hypothèses qui déterminent ses conditions d’application à des populations réelles, naturelles ou expérimentales, sont clairement explicitées. Ce qui permet de délimiter un espace théorique, dans lequel pourra se déployer une stratégie qui consiste à mesurer l’écart qui s’installe entre les résultats théoriques et expérimentaux et à tenter de réduire cet écart en compliquant, raffinant progressivement les hypothèses de départ du modèle théorique. Il faudra, par exemple, y intégrer le fait « que la fertilité et la viabilité varient d’un génotype à l’autre, de telle sorte que les différents génotypes ne contribuent pas également à la génération suivante... Chaque génotype contribuant différemment à l’élaboration de la génération suivante, on parle de valeur sélective de chaque groupe. Et celle-ci peut être définie comme le rapport de la fréquence du génotype considéré à la génération n+1, à la fréquence théorique que l’on aurait pu obtenir en appliquant la loi de Hardy aux individus de la génération n »37.

60On rappelera ici l’exemple paradigmatique de l’évolution d’une population expérimentale de drosophiles (Drosophila melanogaster) durant 30 générations. Cette population renferme le gène muté « Bar » et son allèle « Sauvage ». Soit p et q représentant les proportions respectives de ces deux allèles, au début de l’expérience.

  • 38 Cfr C. PETIT et G. PREVOST, op. cit., pp. 313-314.

61La droite 1 n’est autre que la représentation graphique de l’évolution du rapport p/q, décrite par la loi de Hardy : la proportion des allèles reste constante. L’écart de cette droite par rapport aux résultats expérimentaux (...) est évidemment considérable. On compliquera donc les hypothèses de départ. Si l’on tient compte d’une sélection larvaire δ3 = 0,70, jouant contre les mâles et les femelles Bar, on obtient la courbe théorique 2, qui se rapproche sensiblement des points expérimentaux. La courbe 3, pratiquement semblable, décrit l’effet d’une sélection sexuelle de valeur 0,80, jouant contre les mâles Bar. Si on admet l’existence simultanée des deux types de sélection (sélection larvaire et sélection sexuelle), on obtient la courbe expérimentale 4, qui recoupe les résultats expérimentaux38.

  • 39 Pour une analyse plus détaillée de ces facteurs diversifiants, anti-sélectifs, cfr C. PETIT et G. P (...)
  • 40 Ce type d’interprétation écologique de la sélection se retrouve chez Th. DOBZHANSKY et alii, op. ci (...)

62Le jeu de ces différents facteurs sélectifs (fécondité, fertilité, longévité, aptitude à l’accouplement, résistance des individus au milieu,...) tend donc à éliminer, dans les populations, les allèles les plus défavorisés. L’effet de la sélection serait donc d’uniformiser génétiquement ces populations, en favorisant systématiquement un génotype standard, particulièrement adapté. Par là se trouverait réduit considérablement le polymorphisme génétique, caractéristique fondamentale dont pourtant l’étude des populations naturelles met en évidence le maintien. Si donc cette variété génétique est conservée à l’encontre de la pression sélective, on peut légitimement conclure à l’intervention d’autres mécanismes susceptibles d’équilibrer l’action standardisante de la sélection. Parmi ces mécanismes, on retiendra : la mutation, la vigueur hybride, la variabilité des facteurs sélectifs (δi n’est pas nécessairement constant), la variation de la létalité en fonction du milieu39. En fait, les évolutionnistes sont divisés quant à l’importance à accorder à ce phénomène de polymorphisme rémanent. Certains, particulièrement des généticiens, n’y verront aucune signification évolutive et la diversité génétique sera comprise comme un « bruit », neutre par rapport au processus évolutif : elle ne représente ni un avantage, ni un désavantage. D’autres, au contraire, seront davantage sensibles à la dimension écologique et à l’adaptation étonnante que les organismes vivants présentent par rapport à leur environnement. Ils soutiendront alors l’hypothèse que ce polymorphisme est un effet de la sélection naturelle et qu’il faut l’intégrer dans l’explication évolutive. Ainsi, la sélection naturelle n’est pas interprétée comme un processus monolithique et ses effets ne sont pas nécessairement homogènes40.

  • 41 Ces évolutions, sous-tendues par une sélection directionnelle, sont celles qui font le bonheur des (...)

63En effet, dans cette perspective, la sélection s’inscrit très précisément dans l’espace des interactions « population-environnement ». Cet espace est polymorphe et les effets de la sélection sont diversifiés. Si les interactions demeurent constantes dans le temps, la sélection aura tendance à normaliser génétiquement la population (« normalizing selection ») ; dans ce cas, des variations évolutives importantes ne sont pas possibles. Au contraire, si les interactions se modifient, d’une manière constante et continue, dans la même direction, on observera alors des effets évolutifs continus dus à une sélection directionnelle (« directional selection »)41. Enfin si l’habitat, primitivement homogène, se différencie, cela amènera une diversification parallèle des interactions entre les organismes et leur environnement et aura pour effet un polymorphisme génétique et phénotypique, résultat d’une sélection diversifiante (« diversifying selection ») ; ce type d’hétérogénéité ne peut être permanent et donc ne peut produire des divergences spécifiques, à moins que des isolements reproductifs se mettent en place. Dans ce cas, l’hétérogénéité de certains groupes peut s’accentuer jusqu’à produire des espèces nouvelles. On le voit, on possède ici un modèle possible pour résoudre le problème central pour Darwin, à savoir celui de l’origine des espèces. Modèle aujourd’hui priviligié par la théorie synthétique.

  • 42 Ch. DARWIN, L’origine des espèces (trad. J.J. Moulinié), Verviers, Ed. Gérard et Co., 1973, p. 91.
  • 43 Ch. DARWIN, op. cit., p. 92.

64Avant d’aller plus avant, balisons ici notre itinéraire à travers les paysages théoriques que dessine pour nous l’hypothèse évolutive dans l’épaisseur de la biosphère. Restituée dans le cadre d’une étude des écosystèmes, la théorie transformiste s’organise autour des concepts classiques de variabilité génétique (la mutation, toujours présente, a néanmoins perdu son monopole explicatif par rapport à la variabilité) et de sélection. Avec un avantage certain pour cette dernière, marque incontestable du génie de Darwin. Mais cette filiation darwinienne du concept de sélection ne doit pas nous masquer l’importante transformation que cette notion a subie du fait de sa réinterprétation par la génétique des populations. A relire dans L’origine des espèces, la question : « Le principe de sélection dont nous avons reconnu l’énergie entre les mains de l’homme, fonctionne-t-il dans la nature ? » et la réponse : « Je crois que dans ce qui suit, nous verrons qu’il agit de la manière la plus efficace »42, on peut penser, en termes bachelardiens, que le concept de sélection garde chez Darwin une interprétation empirique intuitive et immédiate. Et cela de par la proximité de la métaphore zootechnique dont il tire son origine. Cela est manifeste lorsque la sélection est définie d’une manière explicite : « C’est ce principe de conservation, de survivance du mieux adapté, que j’appelle sélection naturelle. »43.

65Tel n’est plus le cas, nous semble-t-il, lorsque les évolutionnistes actuels la réinterprètent dans le cadre de la Génétique des Populations.

  • 44 G.-H. HARDY, Mendelean proportion in a mixed population, Science 28, 1908, pp. 49-50 ; W. WEINBERG,(...)

66La mise sur pied d’une modélisation des effets mendeléens, non plus sur des individus, mais au niveau de populations entières, modélisation permettant l’utilisation d’un formalisme mathématique, signe l’acte de naissance de la génétique des populations. Insistons sur le fait que ce modèle, proposé simultanément par Hardy et Weinberg en 190844, doit se comprendre en termes de stratégie. La démarche qui consiste à prendre appui sur une situation théorique simplifiée, pour ensuite la complexifier progressivement par d’addition de coefficients divers, pourrait évoquer cette sorte de mouvement vers la vérité qu’une certaine épistémologie se plaît à reconnaître dans l’histoire de nos connaissances : on évoque alors un progrès de la science dont l’horizon ne peut être que le savoir absolu. Je ne pense pas qu’il faille lire dans le modèle de Hardy et dans les ajustements successifs dont il a été l’objet, un « alèthètropisme » quelconque, amenant nos représentations à une adéquation au réel de plus en plus fidèle. Au contraire, c’est sur l’aspect de rupture qu’installe ce modèle qu’il me plaît d’insister. Toute théorie féconde — et c’est là sans doute le prix à payer pour sa fécondité — inscrit au cœur de l’empirie une discontinuité, une absence. Inaugurer un savoir scientifique nouveau, c’est toujours oser une distance, revendiquer une séparation d’avec nos représentations intuitives et imaginaires, lesquelles investissent l’empirique d’une manière immédiate et lui donne sens. Produire un savoir, c’est s’installer dans une situation de non-sens, d’où il sera possible, ensuite et paradoxalement, de faire apparaître des sens nouveaux, échappant ainsi à la fatalité de la répétition.

  • 45 C. PETIT et G. PRESVOST ne s’y trompent pas lorsqu’ils justifient le choix de leur solution (cfr op (...)

67La population, telle que la décrit le modèle de base de Hardy-Weinberg — population panmictique à l’équilibre, d’effectif élevé, soustraite à la sélection et à la mutation — est bien l’indice de cette rupture. Rupture qui permettra de voir autrement le processus de sélection. Voir autrement, mais aussi autre chose, à savoir : l’ensemble des facteurs sélectifs. En rebondissant grâce à l’écart qu’instaure le modèle théorique, l’explication se précise. En effet, aucune population expérimentale ne répond à cette description. Absence de référent ! Représentation « insensée », qui va pouvoir se déployer par la force du calcul. Car enfin, dans l’expérience menée sur les drosophiles, le choix des coefficients de sélection, ainsi que la valeur qu’on leur attribue, peut bien paraître relativement arbitraire. De toute manière, même si la courbe dessinée par les résultats expérimentaux est susceptible d’une solution mathématique unique, les coefficients et constantes ainsi dégagés n’en restent pas moins sémantiquement indéterminés. D’où la nécessité d’une démarche supplémentaire, d’un retour à l’expérience pour y déceler les indices permettant une interprétation empirique de ces entités purement formelles, lesquelles constituent des armes heuristiques puissantes pour tenter l’exploration des résultats expérimentaux45.

68Ce premier écart entre le modèle théorique et la population expérimentale se double d’une seconde distanciation : entre la population expérimentale et la population naturelle ; par voie de conséquence entre les évolutions qui règlent ces deux types de populations. L’étude expérimentale des populations biologiques met en lumière des processus évolutifs et permet d’élucider les mécanismes qui président à ces évolutions. Mais les contraintes temporelles inhérentes à ces expérimentations (spécialement la durée nécessairement courte des observations) ne permet pas d’étudier des évolutions de type long, celles-là mêmes qui donnent naissance à de nouvelles espèces, à des groupes présentant de nouvelles caractéristiques génétiques et biologiques. Or, c’est ce type même d’évolutions longues qui forment la trame de ce que l’on entend généralement par l’évolution biologique. Ce qui revient à dire que même si l’évolution trans-spécifique (ou macro-évolution) est reconnue comme une réalité, les mécanismes responsables de cette évolution ne peuvent être actuellement l’objet direct d’une recherche expérimentale. C’est par une opération d’extrapolation que l’on peut affirmer l’identité des mécanismes fondamentaux qui produisent à la fois la micro-évolution sub-spécifique, accessible à l’expérimentation, et la macro-évolution trans-spécifique, pour laquelle nous ne possédons aucune méthode d’approche expérimentale.

69Cette petite histoire épistémologique montre clairement le fonctionnement métaphorique et sa caractéristique d’interaction. On peut en effet y repérer deux langages, ainsi que les deux univers théoriques qui leur correspondent. D’un côté, l’ensemble diversifié des espèces biologiques et le langage explicatif construit par Darwin. Langage dont le concept-clé est celui de « sélection » et qui, comme on peut le constater dans le texte darwinien lui-même, est issu de la métaphore zootechnique. De l’autre, les phénomènes de la reproduction biologique et le modèle mis au point par Mendel. La rencontre de ces deux champs sémantiques va s’opérer dans l’effort de mise en place d’une génétique des populations. Hardy et Weinberg tentent d’appliquer le formalisme mendéléen à des populations entières : ils construisent le modèle qui porte leur nom et doivent constater un écart important entre les prédictions que ce modèle permet et les résultats expérimentaux. Ils introduisent donc, dans le modèle, des « facteurs de correction », lesquels recevront une interprétation dans le cadre de la théorie évolutive. Telle est la première étape, marquée par la métaphore de la sélection.

70Seconde étape, seconde métaphore : l’interprétation des facteurs correctifs en termes de sélection va rebondir dans le domaine propre de l’évolution biologique. Par une extrapolation, que ne contestera aucun néo-darwinien, la sélection sera réinterprétée à son tour et comprise comme un ensemble de « facteurs sélectifs ». Il ne s’agit pas là d’un simple jeu de figures ; grâce à cette interaction métaphorique, des choses nouvelles nous sont laissées à voir.

  • 46 Cfr infra, p. 135.
  • 47 E. MAYER, E.G. LINSLEY, R.L. USINGER, Methods and Principles of Systematic Zoology, New-York, Mc Gr (...)

71A y regarder de près, ce qui rend possible cette circulation théorique et les effets de connaissance qu’elle produit, c’est bien l’analogie qui existe entre ce que l’on peut appeler les structures prédicatives46 du langage évolutif d’une part et le langage de la génétique de l’autre. De plus, si ce qui rend possible la métaphore scientifique, c’est bien l’analogie structurale, ce qui décide finalement de sa réalisation effective et de son maintien dans le langage scientifique, semble bien consister en sa puissance explicative. Puissance qui pourra s’estimer à l’ampleur du champ théorique dont elle permet une réinterprétation, laquelle charrie dans son sillage un certain nombre de métaphores nouvelles. Pour preuve : dans la foulée de la réinterprétation de la théorie darwinienne par la génétique des populations, on peut voir le glissement sémantique dont est l’objet le concept d’espèce, compris désormais à partir de celui de population : « Species are groups of actually (or potentially) interbreeding populations which are reproductively isolated from other such groups. »47

  • 48 M. HESSE, op. cit., pp. 256-259.

72De telles opérations métaphoriques, repérées au cœur même des constructions scientifiques, permettent de penser le processus de l’explication scientifique autrement que d’une manière hypothéticodéductive. M. Hesse propose de décrire ce processus de la manière suivante48 :

  • soit un énoncé descriptif D qui appartient au domaine de l’explicandum, qui reste à expliquer ;

  • on constate qu’à partir des prémisses explicatives, il n’est pas possible de déduire directement D, mais bien plutôt D’, énoncé que l’on considère comme « approximativement équivalent » à D. Les prémisses explicatives seront dès lors considérées comme une explication valable pour D, sous la double condition suivante :

  1. il faut qu’il existe une réelle relation de déduction entre les prémisses et D’ ;

  2. il faut que D’puisse être considéré comme une description acceptable pour D.

73Et l’auteur d’énumérer, sans les analyser en détails, les raisons qui font préférer D’à D, à savoir :

  • la répétitivité des expérimentations ;

  • l’exactitude plus grande dans les résultats ;

  • la plus grande cohérence avec d’autres lois du système théorique ;

  • existence de facteurs disturbants sur D.

74Quelles que soient ces raisons d’ailleurs, ce qui paraît intéressant ici, c’est le type de dialectique qui est instauré entre les prémisses explicatives et l’énoncé à expliquer. Comme le fait remarquer M. Hesse, la non-déductibilité de l’énoncé à expliquer par rapport aux prémisses ne signifie pas pour autant la nécessité d’abandonner automatiquement l’explication. Cette dernière a en effet la puissance de modifier l’expliqué, c’est-à-dire de produire l’expliqué D’, jugé équivalent, et ce en fonction de sa dynamique propre. L’explication peut donc intervenir dans ce qui est à expliquer, le « corriger », ou plus exactement, produire un déplacement métaphorique dans la signification des termes de D, par l’introduction d’une nouvelle terminologie, propre à explication elle-même.

75Disant cela, j’ai conscience de détourner quelque peu le projet de M. Hesse qui me semble trop fidèle encore à l’idéal déductif à travers lequel l’épistémologie classique, de tradition anglo-saxonne, pense la science. L’effet métaphorique sur l’expliqué, qui semble bien être le pivot de l’argumentation de M. Hesse, n’est sans doute que la retombée interactive d’une métaphore qui se joue d’abord au niveau de l’explication elle-même. Revenons encore à la génétique des populations. Si l’on tente de mettre en forme déductive l’explication que l’on y voit fonctionner, on obtiendrait ceci :

Le modèle de Hardy-Weinberg

Les conditions d’application expérimentale de ce modèle

Les faits expérimentaux

76Or, on a vu qu’un tel schéma était inacceptable, au vu des écarts qui s’installaient entre les prédictions du modèle et les résultats de l’expérimentation. D’où la nécessité d’introduire dans l’explication des facteurs de correction. On aura alors :

— Le modèle de Hardy-Weinberg

+ les facteurs de correction

Les conditions expérimentales

— Les faits expérimentaux.

77Même si les corrections apportées au modèle permettent des prédictions correctes, l’explication n’est pas pour autant donnée. Elle ne le sera que dans la mesure où il apparaîtra possible de donner à ces facteurs de correction une interprétation cohérente avec l’ensemble théorique plus large dans lequel se trouve inséré le modèle en question. C’est là que se joue premièrement l’interprétation métaphorique. Dans un second temps seulement et comme en réaction, la sélection se voit-elle même réinterprétée grâce au modèle.

***

78L’opération de transport que constitue la métaphore ne laisse donc pas invariante la fonction de signification. Cette observation implique que l’on tente de théoriser cette modification du sens. C’est dire qu’à partir de la réintroduction de la métaphore dans les processus de la construction théorique, on est ramené à une perspective plus générale, celle d’une sémantique générale des langages scientifiques, où sont posées les questions concernant la signification, le sens, la possibilité de créer des sens nouveaux à partir du sens littéral.

79Pour aborder ces problèmes, nous construirons un langage Li, dont le lexique Li, est composé de la manière suivante :

  • des symboles pour individus : a1, a2...

  • des symboles pour variables individuelles : x, y, z, ...

  • des symboles pour prédicats :A1,A2,...

  • des constantes logiques.

80A partir de ce lexique, il est possible de construire des propositions. Des règles de formation, que nous n’expliciterons pas ici et qui rendent compte de la grammaticalité du langage Li, nous permettent de définir l’ensemble des propositions bien formées dans ce langage. Dans le méta-langage que j’utilise ici, les symboles minuscules « p1 », « p2 »,..., désignent des propositions bien formées, les symboles majuscules « P1 », « P2 »,..., des ensembles de propositions bien formées. L’ensemble des propositions bien formées sera désigné par le symbole « PBF ». Enfin, l’ensemble noté « Μ », sous-ensemble de « PBF », regroupe toutes les propositions bien formées et métaphoriques « mi ».

81Ce langage, ainsi défini, est généralement considéré comme purement formel, c’est-à-dire non interprété. Son interprétation sera fournie par une structure constituée comme suit :

  • un ensemble d’éléments : U = u1,u2,...

  • un ensemble de prédications définies sur cet ensemble U : α1, α2,

82Interpréter le langage Li c’est construire une fonction « M », telle qu’à chaque symbole pour individu du langage Li est associé un élément de U et qu’à chaque symbole pour prédicat de Li une prédication sur U :

ui = M (ai)
αi = M (Ai)

83On le voit, la problématique se complexifie. Nous avions défini un langage comme constitué d’un lexique et d’un contexte d’utilisation. Le lexique s’élargit et on lui adjoint une grammaire. Quant au contexte d’utilisation, il peut s’identifier à la fonction « M » d’interprétation et plus spécialement encore à la structure prédicative SP = φ[α1, α2,···] qui détermine l’espace de fonctionnement du langage, la puissance d’une pratique langagière particulière sur les « choses ».

  • 49 M. FOUCAULT, Vérité et Pouvoir, dans Arc, no 70, p. 18.

84Dans la sémantique formelle, dont l’interprétation modélisante proposée ici s’inspire, la condition pour qu’une structure soit un modèle pour un langage Li est une condition de vérité : il faut que tous les axiomes et théorèmes de Li (on suppose donc une structuration axiomatique du langage Li) soient également vrais dans le modèle Mi. Je conserverai ici cette condition en élargissant quelque peu ses conditions restrictives d’application : il ne semble pas indispensable, pour soumettre un texte à une analyse sémantique, qu’il présente une structuration axiomatique explicite. Le projet épistémologique vise à mettre en évidence le modèle, c’est-à-dire la structure prédicative, qui sous-tend tout discours scientifique, ainsi que les conditions (historiques, linguistiques et philosophiques) de production de ces structures prédicatives. Comme l’écrit M. Foucault, à propos des changements épistémiques qui caractérisent l’histoire de tout savoir : « ... ce qui est en question c’est ce qui régit les énoncés et la manière dont ils se régissent les uns les autres pour constituer un ensemble de propositions acceptables scientifiquement et susceptibles par conséquent d’être infirmées ou vérifiées par des procédures scientifiques ».49.

85A l’intérieur de ces « régimes de vérité » se constituent différents langages, utilisés pour construire des savoirs diversifiés. Il est sans doute plus facile, dans le domaine des savoirs empiriques, de préciser ce que l’on entend par l’usage « littéral » d’un langage : ce sera le savoir (c’est-à-dire une structure prédicative donnée) pour lequel ce langage a été construit. Facilité toute d’apparence, sur laquelle l’épistémologie néo-positiviste fait reposer ses lauriers, car le caractère construit d’un langage savant ne doit pas masquer sa propre origine : il ne se constitue pas « ex nihilo », par le fait d’une créativité pure et d’une subjectivité instituante, mais à partir de la langue naturelle et de l’usage antérieur que cette dernière fait de ces mêmes termes. C’est la tâche et le labeur de l’épistémologie de dire comment, par quelles procédures s’opèrent ces bouleversements épistémiques. Procédures qui seront davantage de déplacement que de rupture. Quoiqu’il en soit, il reste légitime, à un moment donné du temps, de considérer comme « relativement littéral » un langage qu’une communauté linguistique — ici la communauté des scientifiques — utilise habituellement pour construire et parler un savoir déterminé.

86Soit donc un langage savant Li construit pour expliquer un domaine Ui sur lequel des prédications ont été définies. Ou encore le langage Li interprété par le modèle Mi.

87Soit Pi, l’ensemble des propositions de Li vraies dans le modèle Μi.

88On pourrait écrire :

  • 50 Cette expression doit se lire : l’ensemble des propositions de Li vraies dans le modèle Mi lequel e (...)

Pi = P(Li/Mi), ou plus explicitement :
Pi = P(Li/Mi(Ui, SPi.)).50.

89Soit Ai, un symbole pour prédicat du langage Li, L’usage de ce symbole pour prédicat sera défini par les occurrences de Ai dans toutes les propositions appartenant à P(Li/Mi). Cet usage sera considéré comme « littéral », à un moment donné du temps, si le modèle Mi est perçu, par ceux qui utilisent ce terme Ai, comme le modèle « intenté », visé lors de la construction du langage Li Ce modèle intenté sera symbolisé par la notation Μ*. On pourra donc écrire que l’usage « littéral » d’un terme est donné par l’ensemble :

[pi(Ai) : pi(Ai) E P(Li/M*i)]

  • 51 Larousse de la Langue Française. Paris, Lexis, 1977, p. 622.

90Ce qui doit se lire : l’ensemble des propositions où le terme Ai apparaît et qui appartiennent à l’ensemble des propositions vraies dans le modèle intenté M*i. Par exemple, on concédera que l’usage « littéral » du prédicat « entropie » est donné par le modèle thermodynamique où ce prédicat désigne « une grandeur qui, en thermodynamique, permet d’évaluer la dégradation de l’énergie d’un système. »51.

  • 52 On notera que cette acception, non présente dans l’édition du Petit Larousse de 1963, se trouve rep (...)

91D’autres usages, postérieurs, pourront être considérés comme métaphoriques : l’utilisation de la notion d’entropie dans le cadre de la théorie de l’information52.

  • 53 M. BLACK, op. cit., spécialement le chapitre II : Explanations of Meaning.

92Qu’en est-il alors du sens ? Avec M. Black, je fais l’hypothèse que l’usage reste déterminant53. Définir le sens d’un signe (linguistique ou non), c’est toujours utiliser une formule de signification (meaning formula) qui prend la forme suivante : ‘S signifie a par x’, où S dénote le locuteur qui a énoncé x, où x est l’énoncé ou le terme qu’il s’agit d’élucider et où a est ce qui rend la formule intelligible (« sensible » dit M. Black). Cette perspective semble privilégier :

  1. l’instance du locuteur S, qui renvoie à l’ensemble des conditions pragmatiques de l’énonciation de x, au point qu’une définition strictement lexicale d’un terme linguistique n’est pas considérée comme étant une « meaning formula », « since it does not refer to a particular speaker and a particular occasion » ;

    • 54 N. MOULOUD, L’analyse et le sens, Paris, Payot, 1976, p. 21.

    une lecture « intra-linguistique » de la production linguistique : on peut, en effet, comprendre l’analyse de M. Black comme une tentative de réduire la signification en termes d’usage. Analyse qui présente de nombreuses analogies avec le traitement nominaliste de la signification des énoncés portant sur les faits. A ce propos, N. Mouloud écrit : « ... l’essence linguistique du « fait » est bien le mode d’expression par lequel nous introduisons la clause le fait que... est attesté de telle et telle manière’. Par cette clause, on se contente de prendre pour objet de pensée un énoncé préalablement affirmé, de le ‘nominaliser’ pour en faire le point d’appui d’un nouvel énoncé. »54. De même ici : déterminer la signification d’un énoncé ou d’un terme revient à produire un énoncé nouveau « a » qui pose les conditions d’intelligibilité de « x ». Une telle perspective suppose que l’on accorde une grande importance à l’aspect dialogique du discours. Il ne s’agit nullement d’une lecture intentionnelle de la signification : « a » ne décrit pas l’intention de « S » lorsqu’il énonce « x » ; « a » est la traduction de « x » (par « S » ou son interlocuteur) dans l’espace intersubjectif que dessine l’usage de la langue. Conditions pragmatiques de l’énonciation d’une part, performativité dialogique de l’énoncé d’autre part, tels sont les deux éléments fondamentaux de la signification repérés par l’analyse de M. Black.

93Reprenons l’exemple du concept d’entropie. On peut penser que les conditions pragmatiques de l’énonciation se trouvent résumées dans la référence au modèle de la thermodynamique statistique de Boltzmann. L’introduction de ce nom propre renvoie d’ailleurs aux circonstances premières de la production de ce discours sur l’entropie. Mais puisqu’il est de l’essence du discours scientifique d’être repris, répété, commenté par d’autres locuteurs compétents, il suffit de souligner ici le contexte théorique, celui de la thermodynamique statistique, dans lequel se situe tout énonciateur compétent du terme « entropie ». D’où, « S » est un thermodynamicien.

  • 55 Lorsque l’on parle d’un traitement probabiliste, il s’agit sans doute déjà d’une réinterprétation m (...)
  • 56 Cet énoncé, ainsi que les données scientifiques qui suivent, sont repris d’un cours de chimie génér (...)

94Comment un tel locuteur répondra-t-il à la question : « Qu’entendez-vous par entropie ? ». La réponse la plus élégante consistera sans doute à expliciter les conditions d’introduction de cette notion dans le traitement théorique d’un problème précis : celui de l’évolution des systèmes chimiques et de leur équilibre. Après avoir montré que tout système chimique évolue vers un état plus probable (résultat du traitement probabiliste de l’évolution de ce système chimique55), il dira l’intérêt de définir une grandeur proportionnelle à cette probabilité. Cette grandeur recevra le nom d’entropie. « On impose alors à cette entropie certaines conditions destinées à en assurer une utilisation commode ».56 Elle doit être à la fois :

95— une fonction d’état du système, c’est-à-dire qu’elle ne dépend pas de l’histoire du système. D’où la possibilité d’écrire :

96ΔS = S2 - S1

97quelles que soient les transformations qui ont amené le système de l’état 1 à l’état 2 ;

98— une fonction additive : soit un système composé de deux sous-systèmes dont chacun est caractérisé par une entropie, respectivement S’et S”. L’entropie S du système global sera égale à la somme des entropies des sous-systèmes : S = S’+ S".

99La réunion de ces deux conditions imposées sur S, entraîne que l’entropie soit une fonction logarithmique de la probabilité de l’état d’un système. Ce que l’on note :

S = k ln P.

100où P est la probabilité de trouver effectivement le système considéré dans l’état étudié.

101On pourra ensuite poursuivre l’explication et montrer quelles relations cette nouvelle fonction peut avoir avec d’autres grandeurs déjà définies auparavant, par exemple, la chaleur échangée au cours d’un processus chimique. Ce qui amènera à proposer une autre forme que peut prendre la définition mathématique de l’entropie :

102Qrev est la chaleur fournie par un système lors d’un processus isotherme mené de façon réversible et T est la mesure de la température.

103Ultérieurement encore, cette notion d’entropie pourra servir à définir le second principe de la thermodynamique selon lequel l’évolution spontanée d’un système est toujours marquée par un accroissement de l’entropie de l’univers. Elle servira également à définir de nouvelles notions, telle celle d’enthalpie libre d’un système :

104G = H - TS

105où G symbolise l’enthalpie libre et H l’enthalpie du système.

106D’où la possibilité de réinterpréter le principe d’évolution spontanée d’un système, non plus en fonction d’une augmentation générale de l’entropie (ce qui n’était guère opérationnel), mais en fonction d’une diminution de l’enthalpie libre du système. On voit ici encore poindre l’intérêt manipulatoire des concepts théoriques tels que la science les produit et les utilise. Ce qui recouperait, d’une manière satisfaisante, la performativité intra-théorique de l’énoncé, comprise comme l’insertion et le fonctionnement de cet énoncé dans une structure théorique, explicative par rapport à un ensemble de faits empiriques.

  • 57 M. BUNGE, A program for the semantics of sciences, dans Exact Philosophy, Tools and Goals, Reidel, (...)
  • 58 Ces trois éléments se trouvaient confondus par le néopositivisme logique qui avait identifié le sen (...)

107Explicitons encore. Et prenons prétexte d’une analyse proposée par M. Bunge, dans un essai de constitution d’une sémantique des sciences empiriques57. Il y propose de distinguer les signes des construits ; les premiers sont les éléments du langage, les seconds recouvrent les concepts, les propositions (qui ne sont pas simplement une suite définie de symboles, mais une prédication), les théories. Entre ces deux ensembles, il existe une relation : la désignation. C’est au niveau des construits que se joue la question sémantique. La signification d’un construit sera donnée par un double élément : le sens et la référence. Sans que cette signification ne soit identifiée à une quelconque procédure de vérification empirique58.

  • 59 M. BUNGE, op. cit., p. 323.

108Le sens lui-même apparaît complexe : « The full sense of a construct is the union of its principal idéal and its principal filter, i.e. of its purport and import. »59

109Le « purport », dit encore le « upward sense » d’un construit donné est l’ensemble des construits logiquement antérieurs, qui permettent, dans un discours structuré axiomatiquement, l’introduction de ce construit. Parallèlement, l’« import » ou « downward sense » d’un construit donné sera l’ensemble des construits que la théorie axiomatisée permet de déduire à partir du construit en question. En d’autres termes : ascendance et descendance d’un construit qui s’inscrit dans une théorie munie d’une axiomatique. C’est dire aussi que le sens est essentiellement contextuel. Comme le note M. Bunge, le même construit, il faudrait dire plus précisément le même symbole, inséré dans des contextes théoriques différents, voit son sens se modifier.

110On peut penser le sens comme contextuel sans pour autant exiger que le cadre théorique, qui constitue ce contexte, soit axiomatisé. Cette exigence paraît trop forte pour être féconde. Toutefois, il faudra être capable de repérer, à l’intérieur de tout discours, la structure qui l’organise. Structure qui sera mise en évidence par l’explicitation définitoire des termes qu’elle met en jeu. Toute théorie sera donc composée :

  • d’une série de termes, de construits : T =[A1,..., An]

  • d’une structure définie sur cette série, structure que je continuerai à appeler « structure prédicative » dans la mesure où l’intérêt porte ici d’abord sur les prédicats d’un langage donné : SP.

111Le sens d’un construit sera donc déterminé par une double série d’éléments. Tout d’abord, ce qui relève des conditions pragmatiques de la production du discours dans lequel apparaît ce terme A : hauteur-locuteur « ai », la date « ti » et le lieu « lk » de sa publication. Vient ensuite, dans la foulée de ce que M. Black avait reconnu comme l’accusativité de l’explication signifiante (« ce que S signifie par x »), l’insertion de ce construit Ai dans le modèle théorique. Cette insertion peut être décrite par deux sous-ensembles de T :

  1. le sous-ensemble des termes qui « préparent » l’introduction du construit A ou encore le sous-ensemble des termes de T qui sont indispensables à l’intelligence de ce construit. Ce premier sous-ensemble, noté ANTAi, recoupe l’idée de l’« upward sense » de M. Bunge ;

  2. le sous-ensemble des termes qui forment la descendance de ce construit A. Cet ensemble, noté CONAi, recoupe l’idée du « downward sense » de M. Bunge.

112Ces deux sous-ensembles peuvent évidemment être définis formellement grâce à la structure prédicative de l’ensemble T. On écrira :

ANTAi = [y : (y Ɛ T) & SP (y, Ai) |

113soit l’ensemble des éléments de T qui sont en relation SP avec Ai :

CONAi = [y : (y Ɛ T) & SP (Ai, y) |

114soit l’ensemble des termes de T avec lesquels Ai est en relation SP. On le voit, l’élément essentiel du sens demeure cette structure prédicative définie sur l’ensemble des termes d’un langage, structure qui est le pendant exact du modèle qui définit des relations sur l’universUi. De plus, si cette structure prédicative permet la caractérisation du sens, fixé à l’intérieur d’un univers donné, ce sera aussi elle qui sera centrale dans l’intelligence des processus métaphoriques reliant deux univers différents : c’est dans la mesure où les structures prédicatives, qui régissent ces univers, présentent quelque analogie que la métaphore devient possible.

***

  • 60 L’exemple du construit « sélection » est sur ce point exemplaire. La tâche de l’épistémologie est d (...)

115En guise de conclusion : de la référence et de la science. De la référence métaphorique. Pour en parler avec pertinence, c’est toute la théorie du rapport entre le langage et le réel qu’il faudrait rappeler ici. Intuitivement, on peut penser que, lors de la production d’une métaphore, c’est l’ensemble de « choses », cette portion du monde que nous connaissions et que nous parlions à travers le langage L1, qui se redit en utilisant cette fois un autre langage L2, Mais, dans la mesure où l’on sait que le sens littéral d’un construit n’est jamais fixé que par l’usage habituel d’une communauté linguistique, se pose la question de savoir si ce langage « primitif », relativement premier au moins, n’est pas lui-même métaphorique60. D’où encore, introduire une métaphore, c’est peut-être modifier l’univers dont on parle. Et le modifier au point d’en faire un autre « objet ». Il n’y a pour nous aucune approche du monde en dehors du langage. Approche cognitive, j’entends, car il m’est possible, indispensable, d’aller au monde avec mon corps et ce qu’à travers lui je ressens. Et c’est sans doute là, dans son enracinement corporel, qu’il faudrait chercher un langage « propre », non dérivé métaphoriquement et à partir duquel se règle la joyeuse production des métaphores.

116De la science. Quelle image de la science ? Une dernière métaphore qui sera biologique : celle de l’évolution et ses deux pôles.

117Le premier : la grande soupe primitive où aurait pris naissance la vie. Sur sa surface ou dans ses profondeurs se déplacent des structures plus ou moins labiles, qui se font, se défont et si elles sont vivantes, se reproduisent. A l’autre pôle : le monde biologique tel que nous le connaissons aujourd’hui.

  • 61 M. SERRES, Commencements, dans Le Monde. 4 janvier 1980, p. 13.

118L’épistémologie a toujours favorisé les structures fixées, seulement capables de se reproduire. Peut-être en revenons-nous à la conscience que cette fixité est toute relative et se découpe sur le même univers marin, fluctuant et créateur, que fut le monde en ses origines. « Le réel n’est pas rationnel, il est intelligent. Et rationnel par plaques »61.

119Aujourd’hui, en sciences, on sait que le monde ne se réduit pas au monde connu et maîtrisé par la raison. Il faut renoncer au « ratio-centrisme ». L’extrapolation est suspecte. Celle-là qui déplacerait sans modifier. Il y a à reprendre la mer, à explorer, à découvrir. A redécouvrir peut-être de nouveaux affleurements.

Notes

1 M. SERRES, Hermès II. L’interférence, Paris, Minuit, 1972, pp. 9 et 10.

2 A ce propos, on peut se référer à l’article de J. MOLINO, Métaphores, Modèles et Analogies dans les Sciences, dans Langages, juin 1979, 54, pp. 83-102.

3 G. BACHELARD, La formation de l’Esprit Scientifique, Paris, Vrin, 1977 (10e édition), p. 8. J’ai souligné l’apparition du mot « images ».

4 Il s’agit du sous-titre que G. Bachelard a donné à son ouvrage.

5 G. BACHELARD, op. cit., pp. 9 et 10.

6 G. BACHELARD, op. cit., p. 10.

7 G. BACHELARD, op. cit.. p. 9.

8 G. BACHELARD, op. cit., p. 9.

9 G. BACHELARD, op. cit., p. 5. J’ai souligne le mot « métaphoriques ». On voit bien ici que la problématique de l’explication (le pourquoi) et sa liaison à la métaphore sont explicitement présentes chez G. Bachelard. Il ne semble donc pas exact de penser avec J. Molino (op. cit., p. 86) que G. Bachelard « condamne la métaphore, mais (que) la métaphore s’en est bien vengée ».

10 G. BACHELARD, op. cit., p. 13.

11 G. BACHELARD, op. cit.. p. 13.

12 G. BACHELARD, op. cit.. p. 14.

13 G. BACHELARD, op. cit., p. 14.

14 G. BACHELARD, op. cit., p. 14.

15 G. BACHELARD, op. cit., p. 15. Je souligne le mot « métaphores ».

16 Il est vrai que G. Bachelard a reconnu toute une série d’obstacles autres que l’opinion : la connaissance générale, l’obstacle verbal, la connaissance unitaire et pragmatique, l’obstacle substantialiste, l’obstacle animiste. Tous pourtant ont en commun de faire obstacle à la construction abstraite de par leur contenu concret. Par là, ils participent tous de cet obstacle fondamental qu’est l’opinion.

17 P. MARCHAL, La paléontologie ou de l’interprétation scientifique des fossiles dans Revue des Questions Scientifiques, 1980, 151 (1) : pp. 33-55.

18 Cfr CH. PERELMAN, L’empire rhétorique, Paris, Vrin, 1977, p. 127.

19 On sait que les discussions ne sont pas closes quant à l’élucidation du processus métaphorique. Pour notre propos qui est ici épistémologique, il suffit de reprendre la théorie analogique, par ailleurs classique, de la métaphore. Dans cette perspective, le trope métaphorique est produit de la manière suivante : « A partir de l’analogie ‘A est à B comme C est à D’, la métaphore prendrait l’une des formes ‘A de D’, C de B’, ‘A est C’. A partir de l’analogie la vieillesse est à la vie ce que le soir est au jour’, on dérivera les métaphores ‘la vieillesse du jour,’ le soir de la vie ‘ou’ la vieillesse est un soir. Ce sont les métaphores de la forme ‘A est C’qui sont les plus trompeuses, car on est tenté d’y voir une identification, alors qu’on ne peut les comprendre, d’une façon satisfaisante, qu’en reconstruisant l’analogie, en suppléant les termes manquants » (Ch. PERELMAN, op. cit., p. 133).

20 P. FONTANIER, Les figures du discours, Paris, Flammarion, 1977, p. 213.

21 Il existe évidemment d’autres types de catachrèses : catachrèses de métonymie et de synecdoque.

22 C.G. HEMPEL, Eléments d’épistémologie, Paris, Armand Colin, 1972, p. 79.

23 Cet arbre phylogénique simplifié des Equidés est repris à G.-C. SIMPSON, Principles of animal taxonomy, Columbia University Press, 1969.

24 J.-P. LEHMAN, Les preuves paléontologiques de l’évolution, Paris, PUF, 1973, p. 53. L’auteur continue : « Ce mode d’exposition nous paraît le plus démonstratif, les Equidés du Tertiaire (éocènes) étant morphologiquement si différents des Equidés actuels que le lecteur pourrait ne pas comprendre pourquoi ils doivent être rapprochés de ceux-ci. » Il ne me semble pas que cette manière de procéder ne soit qu’un artifice pédagogique. D’autres paléontologistes reconnaissent là une règle méthodologique fondamentale de toutes les constructions évolutives que permet la paléontologie (cfr E. BONE, Paléontologie évolutive des Primates et des Hominidés, Cours ronéotypé, Louvain-la-Neuve, 1977).

25 D’après J.-P. LEHMAN, op. cit., pp. 58 et 59.

26 Alors que les équidés du Miocène sont encore (comme les chevaux actuels) des mangeurs d’herbe, les équidés prémiocènes se nourrissent de feuilles.

27 G. DE BAUMONT, Guide des Vertébrés fossiles. Neufchâtel, Delechaux et Niestlé, 1973, pp. 413-417. Généralement, et ici en particulier, la description évolutive s’accompagne de représentations schématiques visant à l’illustrer. Il est évident que d’un point de vue rhétorique, la force de persuasion de ces croquis est grande dans la mesure où ils donnent à voir le phénomène évolutif.

28 M. HESSE, The explanatory function of metaphor, dans Logic, Methodology and Philosophy of Science. Bar-Hillel ed., Amsterdam, North-Holland, 1965.

29 Cfr M. BLACK, Models and Metaphor, Ithaca, Cornell Univ. Press, 1968.

30 Dans le cas des langages ordinaires, il est sans doute très difficile de définir ces ensembles P(Li/Ui). Mais, dans le cadre des discours scientifiques et systématiques, on peut admettre que ces ensembles sont finis. Ou, ce qui revient au même, qu’il existe une procédure permettant de ramener tout énoncé nouveau — à condition qu’il ne soit pas métaphorique — à un énoncé ancien, canonique et sémantiquement équivalent.

31 Cette remarque rejoint directement la condition structurale que doit remplir toute métaphore féconde dans le champ scientifique.

32 Comme exemple d’éco-système, on pourrait citer une forêt équatoriale ou le rivage d’une mer. C’est en fait une difficulté méthodologique considérable que rencontre l’écologie : comment définir les limites d’un éco-système ?

33 Ce rappel de la théorie synthétique de l’évolution, dont on voudra bien excuser le schématisme, s’inspire directement d’un ouvrage récent, écrit en collaboration par quelques-uns des évolutionnistes néodarwiniens les plus connus : Th. DOBZHANSKI, F.J. AYALA, G.L. STEBBINS, J.W. VAI.ENTINE, Evolution, San Franscisco, W.H. Fremman and Co., 1977. Du point de vue génétique, cfr aussi : C. PETIT et G. PREVOST, Génétique et Evolution, Paris, Hermann, 1973 (3e éd.). La seconde partie de cet ouvrage, intitulée « Evolution », traite spécialement du modèle évolutif élaboré à partir de la génétique des populations.

34 Cette interfécondité libre trouve son expression maximale dans le concept théorique de population panmictique, qui se définit comme une « population dans laquelle les croisements se font au hasard » (C. PETIT et G. PREVOST, op. cit., p. 309).

35 Le gène est avant tout un concept théorique, défini dans la génétique mendeléenne en fonction des caractères phénotypiques : un élément de la structure génétique responsable de l’apparition d’un caractère donné, observable au niveau du phénotype. Dans cette même perspective, la génétique expérimentale actuelle le caractérise dans son rapport aux mutations et au caractère discret qu’elles présentent. Ce qui ne peut s’expliquer que par la structure composite du matériel génétique : la mutation est alors dite induite par un changement au niveau d’un de ces éléments qui composent la structure génétique de l’individu. Ce sont ces éléments qui sont appelés « gènes ».

36 C. PETIT et G. PREVOST, op. cit., pp. 309-310. Une population est dite à l’équilibre lorsque son effectif s’est stabilisé et reste pratiquement constant d’une génération à l’autre.

37 C. PETIT et G. PREVOST, op. cit., p. 311.

38 Cfr C. PETIT et G. PREVOST, op. cit., pp. 313-314.

39 Pour une analyse plus détaillée de ces facteurs diversifiants, anti-sélectifs, cfr C. PETIT et G. PREVOST, op. cit.. pp. 315-320.

40 Ce type d’interprétation écologique de la sélection se retrouve chez Th. DOBZHANSKY et alii, op. cit., chapitre IV, consacré à la sélection (pp. 95-127).

41 Ces évolutions, sous-tendues par une sélection directionnelle, sont celles qui font le bonheur des paléontologistes, soucieux, à partir des fossiles qu’ils étudient, de reconstituer les lignées. L’exemple typique et sans cesse repris, est celui, évoqué plus haut, des Equidés.

42 Ch. DARWIN, L’origine des espèces (trad. J.J. Moulinié), Verviers, Ed. Gérard et Co., 1973, p. 91.

43 Ch. DARWIN, op. cit., p. 92.

44 G.-H. HARDY, Mendelean proportion in a mixed population, Science 28, 1908, pp. 49-50 ; W. WEINBERG, Uber den Nachweis der Vererbung beim Menschen, dans Jh. Ver. Vaterl. Naturk., Württenberg, 64, 1908, pp. 369-382.

45 C. PETIT et G. PRESVOST ne s’y trompent pas lorsqu’ils justifient le choix de leur solution (cfr op. cit., p. 314).

46 Cfr infra, p. 135.

47 E. MAYER, E.G. LINSLEY, R.L. USINGER, Methods and Principles of Systematic Zoology, New-York, Mc Graw-Hill, 1953, p. 25.

48 M. HESSE, op. cit., pp. 256-259.

49 M. FOUCAULT, Vérité et Pouvoir, dans Arc, no 70, p. 18.

50 Cette expression doit se lire : l’ensemble des propositions de Li vraies dans le modèle Mi lequel est constitué d’un univers Ui et d’une structure prédicative SPi définie sur Ui

51 Larousse de la Langue Française. Paris, Lexis, 1977, p. 622.

52 On notera que cette acception, non présente dans l’édition du Petit Larousse de 1963, se trouve reprise dans celle de Lexis (1977) : « 2. Cybern. : Degré d’incertitude où l’on est de l’apparition de chaque signal ». C’est dire que l’étude de la métaphore doit se placer dans une perspective diachronique de la langue et des langages. De plus, les phénomènes de métaphore et de polysémie apparaissent étroitement liés.

53 M. BLACK, op. cit., spécialement le chapitre II : Explanations of Meaning.

54 N. MOULOUD, L’analyse et le sens, Paris, Payot, 1976, p. 21.

55 Lorsque l’on parle d’un traitement probabiliste, il s’agit sans doute déjà d’une réinterprétation métaphorisante en termes probabilistes d’un ensemble de faits décrits auparavent d’une manière plus empirique.

56 Cet énoncé, ainsi que les données scientifiques qui suivent, sont repris d’un cours de chimie générale donné à l’Université Catholique de Louvain (1972, Prof. Claes). L’enseignement des sciences et les manuels, qui en sont le produit, pourraient sans doute s’analyser entièrement en termes de « meaning formula ». D’où leur intérêt.

57 M. BUNGE, A program for the semantics of sciences, dans Exact Philosophy, Tools and Goals, Reidel, 1973, pp. 51-62.

58 Ces trois éléments se trouvaient confondus par le néopositivisme logique qui avait identifié le sens à la procédure de vérification expérimentale. Par là aucune distinction n’était faite entre une démarche sémantique, déterminant la signification d’un construit, et une méthodologie indiquant par quelle médiation pouvait se réaliser le test empirique.

59 M. BUNGE, op. cit., p. 323.

60 L’exemple du construit « sélection » est sur ce point exemplaire. La tâche de l’épistémologie est de reconstituer ces généalogies métaphoriques.

61 M. SERRES, Commencements, dans Le Monde. 4 janvier 1980, p. 13.

Auteur

Assistant à l’Institut Supérieur de Philosophie de l’Université catholique de Louvain

© Presses de l’Université Saint-Louis, 1980

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540