Version classiqueVersion mobile

Droit, mythe et raison

 | 
Jacques Lenoble
, 
François Ost

Titre II. Aristote, Kant, Kelsen et la rationalité mytho-logique

Chapitre I. La théorie aristotélicienne du droit

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Introduction

Trois raisons justifient le choix de la théorie aristotélicienne du droit à l’effet de déceler la dérive mytho-logique de la rationalité juridique qu’assure, sur son terrain spécifique, la philosophie du droit.

Une première raison est à trouver dans le contenu même de cette théorie. On l’a déjà signalée précédemment en qualifiant le discours d’Aristote sur le droit de « contre-modèle ».

En effet, s’il était une philosophie du droit qu’a priori l’on qualifierait de « non clôturante », c’est bien celle du Stagirite. Nul mieux que lui, sans doute, n’a théorisé la rationalité juridique comme irréductible à la rationalité mathématique et à la clôture symbolique dont elle est porteuse.

Ainsi, tenter de définir la théorie aristotélicienne comme modèle de pensée assurant l’ancrage mytho-logique du droit paraît, dès l’abord, une tentative paradoxale. C’est cependant ce repérage du mytho-logique dans une pensée qui se veut non systématisante que nous allons essayer d’opérer.

L’on voit...

© Presses de l’Université Saint-Louis, 1980

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Volume papier

Decitreamazon.fr
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search