Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’avenir de Bruxelles

 | 
Anne-Marie Kumps
, 
Robert Wtterwulghe
, 
Francis Delpérée

Première partie. Aspects économiques

Conclusions

Anne-Marie Kumps et Robert Wtterwulghe

Texte intégral

1Il paraît évident que le découpage de la région de Bruxelles relève exclusivement d’arguments autres que socio-économiques. Les différentes analyses mettent en avant les conséquences économiques de ce choix. Bruxelles, en tant qu’entité régionale, se distingue des deux autres régions par des caractéristiques économiques différentes. Celles-ci sont dues à plusieurs facteurs : l’exiguïté géographique du territoire, la densité de sa population, la localisation par rapport aux autres régions, ainsi que son rôle de capitale nationale et sa place au plan européen et international.

2La structure de taille des entreprises bruxelloises et leur répartition sectorielle sont différentes de celles des autres régions. Il existe proportionnellement moins de petites entreprises à Bruxelles. Le secteur primaire y est absent et les firmes sont concentrées dans un nombre peu élevé de secteurs.

3En termes d’investissement, la situation de Bruxelles est aussi singulière. La logique des lois d’expansion n’a guère tenu compte de la spécificité de la région. Elles étaient principalement destinées aux deux autres régions. Sans doute s’agissait-il de venir en aide à des zones défavorisées, mais comme les critiques répétées de la Commission de la C. E. E. l’ont démontré, ces zones étaient tellement larges qu’elles arrivaient à inclure une grande part du territoire des deux autres régions.

4Dès lors, la plupart des grandes agglomérations de ces régions ont pu bénéficier de ces interventions. Tel ne fut pas le cas de Bruxelles. Même lorsque les lois d’expansion ne se fondent pas sur un critère géographique mais sur un critère de taille, on constate que cette région en bénéficie peu.

5Du point de vue de la valeur ajoutée régionale, Bruxelles occupe une place relativement importante. Compte tenu de sa superficie, elle apporte au produit intérieur brut une part non négligeable.

6Ces différentes caractéristiques ne donnent cependant qu’une vue statique. En prenant appui sur les données statistiques les plus récentes, il a paru intéressant d’étudier la problématique de Bruxelles en terme d’évolution. Pour fonder une politique efficace, il n’est pas seulement utile de posséder un cliché mais aussi d’analyser un mouvement.

7Cette évolution, quelles que soient les variables analysées, est préoccupante. Elle s’inscrit en faux contre la vision présentée par certains selon laquelle la situation de Bruxelles ne serait que le reflet d’une conjoncture difficile affectant toutes les régions du Royaume de façon similaire.

8La comparaison démontre, en effet, que de manière quasi générale les indices économiques analysés présentent une évolution nettement moins favorable à Bruxelles. Les entreprises disparaissent. Il n’existe pas un courant suffisant de création de nouvelles entreprises pour compenser ces disparitions. Les secteurs-clefs de l’économie bruxelloise perdent de leur substance sans être remplacés par une croissance sensible de nouveaux secteurs. Ceci n’est pas le cas des deux autres régions.

9Ces différentes analyses conduisent à la question fondamentale : que veut-on faire de Bruxelles-région ? Force est de constater que jusqu’à présent le problème n’a pas été posé clairement en terme d’objectifs économiques spécifiquement bruxellois.

10Il n'y a eu pas de réelle volonté politique de le poser mais un mélange subtil de blocages réciproques et de manque de courage politique. Il est regrettable de constater que nombre d’interventions et de discussions de responsables d’instances publiques et privées ne reposent guère sur une connaissance de la situation économique. Sans vouloir anticiper sur les aspects institutionnels, il faut relever que la dispersion des pouvoirs au sein de la région de Bruxelles a engendré une « non-décision » chronique qui, sans doute, fait le bonheur de quelques-uns.

11Ce qui est un problème de région pour la Flandre et la Wallonie devient un problème de communauté pour Bruxelles. Ce qui est un droit pour ces deux régions devient un compromis négocié et renégocié pour Bruxelles.

12N’en prenons qu’un exemple : la Wallonie et la Flandre ont toutes deux créé depuis un an leur Société Régionale d’investissement inscrite dans la loi anti-crise d’août 1978. À Bruxelles, cet instrument de politique économique régionale n’est pas encore opérationnel.

13Combien de temps durera encore cette négociation ? En fait, nous devons constater qu’il n’existe pas de politique économique pour Bruxelles. Il est temps que les responsables publics et privés cessent de se gargariser de mots et agissent sur base d’analyses sérieuses de la situation. Des opportunités de redressement existent mais encore faut-il des hommes capables et ayant le courage de le réaliser.

14Aujourd’hui, il est temps de préciser les objectifs de l’avenir de Bruxelles. Cet avenir n’est pas un problème de communauté, il s’agit d’un problème de développement régional dans un cadre national.

© Presses de l’Université Saint-Louis, 1980

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540