Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’avenir de Bruxelles

 | 
Anne-Marie Kumps
, 
Robert Wtterwulghe
, 
Francis Delpérée

Première partie. Aspects économiques

Un point de vue macro-économique : le P. I. B. bruxellois

Paul Mercier et Robert Wtterwulghe

Texte intégral

Introduction et méthodologie

1Parmi les indicateurs de la vie économique, il en est un qui peut servir de commun dénominateur aux différentes activités : la valeur ajoutée.

2Le concept de valeur ajoutée permet en effet de comparer les productions annuelles d’une exploitation agricole et de la sidérurgie, mais aussi la « production » d’un bureau d’avocat ou d’un service public.

3Cet outil traditionnel de l’analyse macro-économique nous renseigne sur la vitalité économique d’une région, d’un pays.

4Il nous a paru intéressant d’apprécier l’apport des trois régions au produit intérieur brut du Royaume, ainsi que d’étudier la structure économique de chacune d’elles.

5L’analyse repose sur les chiffres publiés par l’Institut National de Statistique, et sont exprimés aux prix de 1970.

  • 1 Croissance économique des Provinces et des Régions de 1970 à 1976 I.N.S., Bull. de Statistique, no  (...)

6Le cadre géographique est également déterminé par l’I. N. S. La région flamande comprend les provinces d’Anvers, du Limbourg, de Flandre orientale, de Flandre occidentale et les arrondissements de Louvain et Hal-Vilvorde. Quant à la région wallonne, elle inclut les provinces du Hainaut, de Liège, du Luxembourg, de Namur, de même que l’arrondissement de Nivelles. La région bruxelloise recouvre les dix-neuf communes1.

  • 2 P.I.B. et valeur ajoutée sont définis à l’annexe 1. Le lecteur y trouvera un rappel du contenu de c (...)

7La variable qui fait l’objet de notre analyse, le P. I. B., s’identifie à la somme des valeurs ajoutées de toutes les unités de productions d’une région ou d’un pays2.

8Dans les lignes qui vont suivre, il sera question de produit intérieur. Ce dernier constitue un indicateur de l’activité productrice de chacune des régions, sans tenir compte de l’origine des facteurs de production.

9Les transferts de revenus interrégionaux qui correspondent à des paiements aux facteurs provenant d’une autre région ne sont pas mis en évidence.

10Le P. I. B. trouve donc son origine dans un espace géographique, mais ne peut en aucune façon être assimilé au revenu disponible des habitants de la région.

11À titre d’exemple, la part de la valeur ajoutée de la région bruxelloise qui échet aux facteurs de production sous forme de traitements et salaires sera en partie distribuée aux habitants des deux autres régions et constituera donc leur revenu disponible.

  • 3 Cf. Annuaire de Statistiques Régionales, I. N. S., 1978, p. 149.

12En effet, 30 % environ de la population active travaillant à Bruxelles réside soit en Flandre, soit en Wallonie3.

13Un problème du même ordre se pose quant à la répartition des dividendes : ainsi, une part de la valeur ajoutée de la Flandre et de la Wallonie prend, sous cette forme, la direction de Bruxelles.

CHAPITRE I. Le P. I. B. de la région bruxelloise

§ 1. Importance relative des P. I. B. régionaux

14Sur base des données disponibles les plus récentes, le tableau 1 montre que la région de Bruxelles contribue, avec un montant de 226,912 milliards, pour plus de 15 % au produit intérieur brut du Royaume. La Flandre intervient pour 56 % et la Wallonie pour 28,5 %.

15Ces données ne peuvent s’apprécier qu’en tenant compte de deux caractéristiques spécifiques de la région bruxelloise. Tout d’abord, l’exiguïté territoriale de cette région ne peut être négligée dans la comparaison des P. I. B. régionaux. Il n’est guère contestable que, comparativement aux deux autres régions, elle contribue pour une part relativement importante de ce point de vue au produit intérieur brut du Royaume.

16Ensuite, il n’est pas sans intérêt de mettre en parallèle ces résultats avec les taux d’emploi des régions. Les dix-neuf communes se caractérisent, en effet, par un taux d’emploi élevé par rapport à sa population active résidant dans la région, puisqu’il atteint 144,3 %, tandis que la moyenne du Royaume s’établit à 90,9 % (tableau 2). Ceci s’explique par le fait que de nombreux travailleurs habitant dans les deux autres régions du pays occupent un emploi dans la région bruxelloise. C’est là qu’ils trouvent la source de leur revenu.

TABLEAU 1. Répartition régionale du P. I. B. en 1977

106 FB

%

Bruxelles

226.912

15,5

Flandre

815.137

56

Wallonie

412.802

28,5

Royaume

1.454.851

100

Source : nos calculs d’après I. N. S. (chiffres à prix constants 1970), Bull. stat. no 2, février 1979, nos 7-8, juillet-août 1979.

Graphique 1 : Évolution du taux d'accroissement par rapport à l'année précédente du PIBcf à prix constants

Image 10000000000003C10000021903AC241D.jpg

Sources: d'après données I. N. S., Bulletin de Statistique, nos 7-8, juillet-août 1979.

TABLEAU 2. Bilan de la main-d’œuvre et taux d’emploi en 1977

Flandre

Wallonie

Bruxelles

Royaume

Population active (chiffres absolus) :

a) résidant dans la région...

2.192.083

1.193.270

431.939

3.817.292

b) travaillant dans la région.

1.845.102

1.002.135

623.093

3.470.330

Taux d’emploi (b/a) en %...

84,2

84,0

144,3

90,9 (*)

(*) Le taux d’emploi pour le Royaume est égal à 90,9 %. Ceci signifie donc qu’une partie de la population active résidant en Belgique n’y travaille pas. Il s’agit des travailleurs frontaliers mais aussi des chômeurs, des miliciens... En effet, la population active regroupe tous les résidants âgés de 15 à 65 ans, c’est-à-dire toutes les personnes en âge de travailler, y compris celles d’entre elles qui n’occupent pas d’emploi.
Source : I. N. S., Annuaire de Statistiques régionales, 1978, p. 149.

17Ces éléments nous conduisent à une première constatation : la valeur ajoutée créée à Bruxelles est relativement importante, non seulement pour son avenir mais aussi pour celui des autres régions.

§ 2. Evolutions comparées

18La comparaison des parts respectives des P. I. B. de chacune des trois régions a permis d’établir un cliché de la situation à une époque donnée. Il est important, pour apprécier la vitalité économique de la région bruxelloise, d’analyser l’évolution chronologique du P. I. B. régional et de la comparer à celle du Royaume et des autres régions.

  • 4 Sur une période plus longue, on observe la même tendance. Une telle analyse est rendue malaisée à c (...)

19Sur la période 1970 à 1977, on constate que l’importance relative de la Flandre s’accroît pour passer de 53,6 % du P. I. B. du Royaume en 1970 à 56 % en 1977 (tableau 3). La part de la Wallonie diminue légèrement. La région bruxelloise voit par contre son importance relative régresser de 17,1 % du P. I. B. du Royaume en 1970 à 15,5 % en 19774.

20Cette situation s’explique par une croissance à prix constants inférieure à celle des deux autres régions.

  • 5 Ces observations exigent une certaine circonspection : les comparaisons n’auront de sens que si les (...)

21À prix constants, le P. I. B. bruxellois passe de 192,930 milliards à 226,412 milliards, soit une augmentation de 17,6 %. Celle-ci est sensiblement inférieure à celle du Royaume qui est de l’ordre de 28,4 %. L’analyse comparative montre, en effet, que la région bruxelloise se comporte moins bien que les autres régions. La valeur ajoutée passe en Flandre de 609,529 milliards à 815,137 milliards et de 330,224 milliards à 412,802 milliards en Wallonie, soit un taux d’accroissement total respectivement de 33,73 et de 25 %5.

  • 6 Une remarque méthodologique s’impose à l’égard du calcul de ce taux de croissance. Pour de simples (...)

22Si l’on affine l’analyse en examinant les taux de croissance par rapport à l’année précédente6, on constate qu’au cours de la période 1970-1977, le P. I. B. cf bruxellois présente un taux systématiquement inférieur à celui des deux autres régions, excepté pour l’année 1977. Sans doute cette dernière année suggère-t-elle une évolution favorable pour Bruxelles, mais peut-être ne faut-il y voir que le reflet d’un rattrapage plus tardif du creux de 1975, alors que le redressement aurait été plus précoce dans les deux autres régions (graphique 1).

23Cette tendance moins favorable de l’évolution du P. I. B. de la région bruxelloise apparaît encore plus clairement lors du calcul du taux d’accroissement annuel moyen. Pour la période de 1963 à 1977, ce taux s’établit à 3 % pour Bruxelles, contre 5,1 % pour la Flandre et 3,5 % pour la Wallonie.

24Ces différents chiffres témoignent d’une évolution préoccupante pour Bruxelles. Cette évolution n’est pas récente. Elle se manifeste depuis plusieurs années.

TABLEAU 3. Produit régional brut au coût des facteurs aux prix de 1970. Données absolues, en millions de FB

Image 100000000000040E000000E398488C1A.jpg

Importance relative (%)

Image 100000000000040C000000DD1CD50D7B.jpg

Source: Nos calculs d'après I. N.S., Bull. Stat., nos 2, février 1979, 7-8, juillet-août 1979.

TABLEAU 4. Taux d’accroissement annuel moyen du P. I. B. c. f. à prix constants de 1963 à 1977

Flandre

5,1 %

Wallonie

3,5 %

Bruxelles

3,0 %

Royaume

4,3 %

Source : Nos calculs d’après I. N. S., Bull. Stat., nos 7-8, juillet-août 1979.

25Les déficiences de notre statistique ne nous permettent pas de posséder aujourd’hui les chiffres des P. I. B. c. f. régionaux pour 1978 et 1979. Mais aucun indice ne permet de croire à un brusque retournement. Au contraire, l’évolution semble s’être poursuivie.

26En effet, au niveau national, le seul pour lequel les statistiques plus récentes sont disponibles, la croissance du P. I. B. a été faible en termes réels.

CHAPITRE II. Structure sectorielle régionale

§ 1. Importance relative du tertiaire à Bruxelles

27Du point de vue de la structure sectorielle en termes de V. A., Bruxelles se distingue des deux autres régions (tableau 5). La structure sectorielle du P. I. B. réalisée dans la région bruxelloise est en effet influencée par les conditions spécifiques à cette région. C’est ainsi qu’il n’est guère étonnant de constater que le secteur primaire ne représente qu’une importance quasi nulle dans la valeur ajoutée.

28La structure du P. I. B. de la région de Bruxelles repose sur une répartition moins diversifiée que celle des autres régions. Le P. I. B. dépend dans une mesure beaucoup plus grande de son secteur tertiaire, puisque ce dernier réalise près de 76,6 % du montant total du P. I. B. régional bruxellois.

TABLEAU 5. Part relative des secteurs primaire, secondaire et teritiaire dans la V. A. brute c.f. des régions (en %, prix constants 1970)

Flandre

Wallonie

Bruxelles

Royaume

Primaire

4,6

5,3

4,1

Secondaire

47,4

46,5

25,0

43,6

Tertiaire

49,7

50,0

76,6

54,0

Total

100

100

100

100

Source : Nos calculs d’après I. N. S., Bull. Stat., no 2, février 1979, nos 7-8, juillet-août 1979.

29Sur base de la nomenclature I. N. S., il est possible d’affiner cette analyse de la structure sectorielle de chacune des trois régions en la comparant notamment à la moyenne du Royaume. Les éléments du tableau 6 confirment la situation particulière de la région de Bruxelles. La Flandre et la Wallonie se distinguent par l’importance de leur secteur manufacturier. Il représente 37,35 % de la valeur ajoutée réalisée en Flandre, et 35,04 % de celle produite en Wallonie. Pour la région bruxelloise, l’apport de ce secteur n’est que de 16,87 % pour une moyenne au niveau du Royaume de 33,50 %. Encore faut-il constater que l’importance relative du secondaire dans le P. I. B. régional décroît sensiblement à Bruxelles, tandis qu’il s’accroît en Flandre et garde un quasi statu quo en Wallonie.

30Au sein des industries manufacturières, le secteur des fabrications métalliques occupe tant en Flandre qu’en Wallonie une place importante, puisqu’il représente respectivement 11,51 % et 10,33 % de la valeur ajoutée régionale. Le secteur alimentaire, boisson, tabacs se distingue par sa deuxième position dans la région flamande, avec 5,94 %. En Wallonie, il occupe la troisième place au sein du secteur manufacturier, avec 4,49 % de la valeur ajoutée régionale. Dans cette dernière région, le secteur sidérurgique et métaux non ferreux a la deuxième place. Il est particulièrement important, puisqu’il représente 7,31 % de la valeur ajoutée. Notons que sept ans auparavant, son importance était encore plus grande avec 9,27 %. On retrouve ici le déclin de la sidérurgie wallonne.

31À Bruxelles, la situation se présente bien évidemment de façon différente. Il est cependant remarquable de constater que le secteur des fabrications métalliques représente malgré les caractéristiques géographiques peu favorables 6,90 % de la valeur ajoutée régionale.

32Les services assurent tant en région flamande que wallonne une part importante du P. I. B. de ces régions, avec respectivement 22,7 % et 27 %. La région bruxelloise se distingue cependant par un pourcentage sensiblement plus important. Ce secteur représente 33,55 % de la valeur ajoutée régionale bruxelloise. Par rapport aux deux autres régions, l’importance des secteurs commerce, services financiers, assurances et immeubles d’habitation dans la valeur ajoutée de Bruxelles est aussi caractéristique : ces différents secteurs représentent 36,93 % de la valeur ajoutée bruxelloise, contre 18,81 % en Flandre et 17,98 % en Wallonie.

§ 2. Évolution de la structure sectorielle

33Il n’est pas sans intérêt de comparer les évolutions de ces secteurs dans chacune des régions afin de cerner les grandes tendances.

  • 7 L’importance du taux de décroissance du secteur primaire n’a que fort peu de signification réelle d (...)

34Les secteurs secondaire et tertiaire en Flandre et en Wallonie ont évolué de manière différente de ceux de la région bruxelloise7 (tableau 7). Dans cette région, le secteur secondaire s’est le moins bien comporté puisque la valeur ajoutée ne s’est accrue que faiblement, en passant de 54,422 milliards à 56,693 milliards, soit un taux d’accroissement total de 4 % en 7 ans. Ceci correspond à un taux moyen annuel inférieur à 0,6 %. Pendant cette même période, on enregistrait en Flandre un taux annuel moyen de 4,9 % et de 3,9 % en Wallonie. Le secteur tertiaire s’est comporté quelque peu mieux puisqu’il est passé de 140,042 milliards à 173,892 milliards, soit un taux d’accroissement annuel moyen de 2,4 %. Mais celui-ci demeure inférieur à celui des autres régions. Le taux annuel moyen le plus élevé est enregistré à nouveau en Flandre avec 4,4 %. La Wallonie suit de près avec un taux de 4 %.

TABLEAU 6. Structure économique des régions sur base de la valeur ajoutée brute au coût des facteurs, en % du P. I. B. régional

Image 100000000000040E0000022C70DF1B33.jpg

Source : I. N. S., Bull. Stat., no 2, février 1979, nos 7-8, juillet-août 1979.

TABLEAU 6 (suite)

Image 100000000000040D00000267B83A2934.jpg

35L’importance déjà considérable du secteur tertiaire dans le P. I. B. bruxellois pourrait expliquer pour partie cette faible performance. Mais il n’en demeure pas moins que par rapport à la valeur ajoutée du tertiaire au niveau national, la part relative de Bruxelles décroît.

36L’analyse sectorielle plus détaillée proposée par le tableau 8 permet de constater que tous les secteurs de la région flamande présentent un taux de croissance annuel moyen supérieur à la moyenne du pays, à l’exception de la branche électricité-gaz-eau.

TABLEAU 7. Évolution entre 1970 et 1977 de la valeur ajoutée par secteur d’activité (à prix constants 1970)

1970

1977

Taux de croissance

Taux annuel moyen

Bruxelles

Primaire

87

36

-59

-10,3

Secondaire

54.422

56.693

+ 4

0,6

Tertiaire

140.042

173.892

+ 24

3,2

Flandre

Primaire

35.927

37.694

+ 5

0,9

Secondaire

278.376

386.075

+ 38

4,9

Tertiaire

300.347

405.273

+ 33

4,4

Wallonie

Primaire

26.546

21.717

– 18

2,7

Secondaire

149.161

192.050

+ 29

3,9

Tertiaire

157.292

206.424

+ 31

4,0

Source : Nos calculs d’après I. N. S., Bull. Stat., no 2, février 1979, nos 7-8, juillet-août 1979.

37En Wallonie, 7 secteurs seulement se comportent mieux que la moyenne nationale : vêtements et chaussures, papier-impression-édition, industries chimiques et activités connexes, construction, électricité-gaz-eau, commerce, services financiers et assurances.

38Par contre, à Bruxelles, un seul secteur présente un taux de croissance de la V. A. supérieur à la moyenne du Royaume : il s’agit de la branche terre cuite-céramique-verre-ciment. Ce secteur ne représente cependant pour 1977, que 0,3 % du P. I. B. bruxellois.

39L’analyse du tableau 7 démontre que systématiquement, les résultats bruxellois sont inférieurs à ceux réalisés par les deux autres régions. La Flandre présente les plus fortes croissances de valeurs ajoutées : 38 % pour le secondaire et 35 % pour le tertiaire. En Wallonie, la croissance est un peu inférieure, avec 29 % pour le secondaire et 31 % pour le tertiaire.

40La situation de Bruxelles paraît donc mauvaise par rapport aux deux autres régions. L’évolution du secteur secondaire est particulièrement préoccupante. Sa croissance est très nettement inférieure à celle des deux autres régions.

§ 3. Contribution régionale à la valeur ajoutée sectorielle

41La comparaison de la contribution de chaque région dans la valeur ajoutée des différents secteurs au niveau du Royaume est intéressante dans la mesure où elle permet de cerner la centralisation géographique de la valeur ajoutée sectorielle du pays (tableau 9).

42Au niveau agrégé des trois grands secteurs, il apparaît qu’en 1977 la Flandre concentre chaque fois plus de la moitié de la valeur ajoutée réalisée. Pour le secondaire, elle contribue à raison de 60,8 % contre 30,3 % pour la Wallonie et seulement 8,9 % pour Bruxelles.

43En ce qui concerne le secteur tertiaire, on constate que 51,6 % de la valeur ajoutée est réalisée en Flandre. La Wallonie intervient pour 26,3 % et Bruxelles contribue avec un montant de 173,892 milliards à 22 % de la valeur ajoutée du tertiaire au niveau du Royaume.

TABLEAU 8. Taux d’accroissement annuel moyen de la V. A. b. c. f. des différentes branches d’activité entre 1970 et 1977, aux prix de 1970

Flandre

Wallonie

Bruxelles

Royaume

1. Agriculture, sylviculture et pêche

1,2

– 0,4

– 7,0

– 0,7

2. Industries extractives

-0,5

– 7,6

– 17,4

– 4,5

3. Industries manufacturières

a) denrées alimentaires, boissons, tabac

3,6

2,3

0,0

2,9

b) textiles

0,6

0,9

– 4,0

0,5

c) vêtements et chaussures.

0,1

– 1,4

– 2,1

– 0,6

d) bois et meubles

7,2

6,2

– 0,8

6,5

e) papier, impression, édition

3,6

2,1

– 5,6

0,7

f) industrie chimique et activités connexes

7,1

8,9

1,8

6,6

g) terre cuite, céramique, verre, ciment

4,4

4,0

5,7

4,2

h-i) sidérurgie, métaux non-ferreux

2,8

0,6

– 5,4

1,1

j) garages

5,4

4,7

3,1

4,9

k) fabrications métalliques (y compris construction navale)

6,3

4,9

3,9

5,5

1) industries non-dénommées ailleurs

10,1

8,5

2,7

9,3

4. Constructions

3,4

4,1

0,3

3,1

5. Electricité, gaz, eau

8,1

10,6

6,9

8,7

6. Commerce, banques, assurances, immeubles d’habitation

a) commerce

5,0

5,0

0,8

3,9

b) services financiers et assurances

8,4

8,3

5,8

7,0

c) immeubles d’habitation...

2,8

2,4

2,5

2,6

7. Transports et communications

3,0

0,5

0,0

2,0

8. Services

4,6

4,4

4,3

4,5

Source : Nos calculs d’après I. N. S., Bull. Stat., no 2, février 1979, nos 7-8 juillet-août 1979.

TABLEAU 9. Part de chacune des trois régions dans la V. A. b.c.f. des trois secteurs, aux prix de 1970

Image 100000000000029400000115C661EC62.jpg

Source : Nos calculs d’après I. N. S., Bull. Stat., no 2, février 1979, nos 7.8 juillet-août 1979.

44L’interprétation de ces pourcentages doit prendre en compte la très faible superficie de la région bruxelloise : sous cet angle, la valeur ajoutée produite dans les dix-neuf communes est proportionnellement très importante.

CHAPITRE III. Les secteurs-clefs de l’économie bruxelloise

§ 1. Le secteur secondaire

45Le tableau 10 permet de déterminer les secteurs-clefs du secondaire et d’apprécier leur évolution respective dans la région bruxelloise. Quels sont ces secteurs-clefs ?

46L’examen de la répartition de l’apport de la valeur ajoutée entre les différents secteurs révèle qu’en 1970, à Bruxelles, le secteur de la construction et celui des fabrications métalliques représentaient 52 % de la valeur ajoutée du secondaire (respectivement 24 % et 28 %).

TABLEAU 10. Structure économique du secteur secondaire sur base de la V. A. b.c.f. aux prix de 1970

Image 100000000000040E0000021E34151790.jpg

Source : I. N. S., Bull. Stat., no 2, février 1979 ; nos 7-8, juillet-aout 1979.

47En troisième position, nous trouvions les denrées alimentaires, boissons et tabac avec 13 % et le secteur du papier-impression-édition avec 11,3 %. Les autres secteurs du secondaire étaient relativement moins importants (tableau 10).

48Au cours de la période 1970-1977, on assiste à une modification sensible de cette situation. Les fabrications métalliques conservent la première place en 1977 avec 27,6 % de la valeur ajoutée du secondaire, suivies de la construction avec 23,3 %. Ensemble, ces deux secteurs assument donc plus de 50 % du total du secteur secondaire. Le secteur des denrées alimentaires, boissons et tabac conserve la même position ; par contre, le secteur électricité, gaz et eau prend la quatrième place avec 9,2 %. Le secteur de l’édition régressant à la cinquième place avec une importance relative qui n’atteint plus que 7,2 %.

49Ceci confirme que la valeur ajoutée du secteur secondaire est concentrée sur un petit nombre de secteurs (les autres secteurs ayant une importance relativement faible). Cette situation est particulière à Bruxelles. Dans les deux autres régions, la valeur ajoutée est mieux répartie, sur un plus grand nombre de secteurs industriels.

50Dans une perspective d’avenir, cet état de fait peut être perçu comme une faiblesse spécifique de la région bruxelloise qui se trouve dépendre, dans une grande mesure, de quelques secteurs seulement. À ce titre, elle est particulièrement sensible aux évolutions conjoncturelles ou à la situation structurelle de ceux-ci.

51À cet égard, l’examen de la croissance entre 1970 et 1977 (tableau 7) des secteurs-clefs de la région bruxelloise permet de découvrir des performances relativement faibles par rapport aux deux autres régions. Le taux d’accroissement annuel moyen des quatre secteurs qui constituent la grande part de la valeur ajoutée du secondaire à Bruxelles est systématiquement inférieur à celui des autres régions. Sur la période étudiée, le taux d’accroissement annuel moyen du secteur construction est de 3,4 % en Flandre, de 4,1 % en Wallonie, pour seulement 0,3 % à Bruxelles. Celui des fabrications métalliques n’est que de 3,9 % à Bruxelles contre 6,3 % en Flandre et 4,9 % en Wallonie. La croissance de la valeur ajoutée est nulle à Bruxelles dans le secteur des denrées alimentaires, boissons et tabac, alors qu’elle atteint 3,6 % et 2,3 % respectivement en Flandre et en Wallonie. La situation est encore plus préoccupante pour le secteur du papier, impression et édition. Le montant de leur valeur ajoutée décroît à un taux moyen annuel de 5,5 % tandis qu’en Flandre, il s’accroît de 3,6 % et de 2,1 % en Wallonie. De manière générale, on doit constater que les autres secteurs se comportent nettement moins bien à Bruxelles. En Flandre, les fabrications métalliques, les denrées alimentaires et l’industrie chimique qui assurent près de 50 % de la valeur ajoutée du secondaire, présentent des taux de croissance supérieurs à ceux que l’on observe dans les deux autres régions (6,3 % pour les fabrications métalliques, 3,6 % pour les denrées alimentaires), ou en tous cas, très élevés (7,1 % pour l’industrie chimique).

TABLEAU 11. P. I. B. c.f. des secteurs et croissance de 1970 à 1977 à prix constants 1970

Image 100000000000040D00000274F41116D6.jpg

Source : I. N. S., Bull. Stat., no 2, février 1979, nos 7-8, juillet-août 1979.

TABLEAU 11 (suite)

Image 10000000000004120000028774E706A7.jpg

  • 8 Le tableau 11 présente les V.A.b.c.f. des différents secteurs, à l’intérieur de chacune des régions (...)

52Quant à la Wallonie, son principal problème se situe bien sûr dans le domaine de la sidérurgie, tandis que les fabrications métalliques se comportent d’une façon semblable à la moyenne du Royaume en termes de croissance8.

53La situation du secondaire apparaît donc particulièrement préoccupante à Bruxelles. Les secteurs-clefs du secondaire se comportent nettement moins bien que dans les autres régions. Ceci confirme les résultats exprimés dans l’analyse de l’évolution du phénomène des entreprises à Bruxelles. Le secteur secondaire y apparaissait particulièrement touché.

§ 2. Le secteur tertiaire

54Nous avons vu que Bruxelles présente une structure nettement différente de celle des deux autres régions, notamment dans la mesure où le secteur tertiaire y occupe une place privilégiée.

55L’examen de la répartition de la valeur ajoutée entre les différentes branches du tertiaire (tableau 12) révèle plus particulièrement la part prépondérante et croissante des services dans le P. I. B. régional de Bruxelles.

TABLEAU 12. Part relative des différentes branches du tertiaire dans la V. A. brute au c.f. de chacune des régions aux prix de 1970

Image 100000000000040900000180B4DC3F78.jpg

Source : Nos calculs d'après I. N. S., Bull. Stat., no 2, février 1979, nos 7-8, juillet-août 1979.

  • 9 Trois secteurs composent les services publics : l’administration publique proprement dite (pouvoir (...)

56La rubrique « services » comprend les services publics et les autres services9.

57Parmi les services publics, le poste administration, à Bruxelles, contribue le plus, et de façon croissante, à la formation du P. I. B. c. f. régional : 9,8 % en 1970 et 11,5 % en 1976 (tableau 13). Cette participation est plus réduite, mais cependant croissante, dans les deux autres régions. À cet égard, la régionalisation des services publics pourrait modifier sensiblement ces proportions.

58En ce qui concerne les deux autres postes du secteur public, ceux de l’enseignement et des forces armées présentent des poids relatifs comparables dans le P. I. B. de chacune des trois régions.

59L’ensemble des services publics occupe donc une place croissante dans les P. I. B. des régions.

60Cependant, si Bruxelles est une région à forte dominante de services, elle n’est pas nécessairement centrée sur les seuls services publics. Il paraît même erroné d’accréditer l’opinion selon laquelle les services publics sont beaucoup plus importants à Bruxelles qu’ailleurs. Le tableau 14 est éclairant à cet égard. Il permet en effet d’évaluer la contribution des différentes branches d’activité à la valeur ajoutée du secteur tertiaire.

61De ce point de vue, on observe que les services publics sont plus importants en Wallonie, relativement à l’ensemble du tertiaire, que dans les deux autres régions.

62Notons aussi que, dans les trois régions, la part des services publics est en augmentation sur la période analysée.

63Enfin, les trois régions présentent une structure différente eu égard aux deux autres postes du secteur tertiaire. À Bruxelles, en effet, la branche du commerce, des services financiers, assurances et immeubles d’habitation occupe une place prépondérante dans le tertiaire, encore que celle-ci soit en diminution depuis 1970 : de 49,5 % à 47,7 %. Ces secteurs contribuent également mais de façon croissante à la valeur ajoutée du tertiaire dans les deux autres régions : 36,7 % à 37,6 % en Flandre et 34,7 % à 37,3 % en Wallonie. Enfin, l’apport des transports et communications est particulièrement considérable en Flandre (16,6 % en 1976) comparativement à ce qui se passe en Wallonie (10,2 %) et à Bruxelles (8,3 %).

  • 1 Contrairement aux statistiques régionales généralement sont pas disponibles au-delà de 1976, en par (...)

TABLEAU 13. Part relative des différentes branches de services dans le P. I. B. c.f. de chacune des régions1 aux prix de 1970

Image 1000000000000410000001575C1956EC.jpg

Source : Nos calculs d'après I. N. S. (données non publiées).

TABLEAU 14. Part relative des différentes branches de services dans la V. A. b.c.f. du secteur tertiaire, dans chacune des régions aux prix de 1970

Image 100000000000040C0000018D8ACD1432.jpg

Source : Nos calculs d'après I. N. S. (données non publiées).

64Ainsi, plutôt qu’une région de services publics, Bruxelles est caractérisée par le tertiaire. Mais à l’intérieur de celui-ci, la place du secteur public est comparable à celle qu’il occupe dans les deux autres régions.

65Le tableau 15 permet encore de démystifier une croyance répandue : l’essentiel de la valeur ajoutée des services publics serait produit à Bruxelles. C’est faux !

66En effet, en 1976, et au prix de 1970, la région bruxelloise fournit 23 % de la valeur ajoutée du total des services publics, contre 47,5 % pour la Flandre et 29,5 % pour la Wallonie.

TABLEAU 15. Répartition par région de la V. A. b.c.f. des services publics, prix de 1970 (%)

Flandre

Wallonie

Bruxelles

Royaume

Services publics

1970

46,7

29,8

23,5

100

1976

47,4

29,5

23,1

100

Autres services

1970

51,6

30,6

17,8

100

1976

53,2

30,9

15,9

100

Total des services

1970

49,1

30,2

20,7

100

1976

50,2

30,3

19,5

100

Source : Nos calculs d’après I. N. S. (données non publiées).

Conclusions

67Au moment de conclure, nous sommes conscients des limites de ce travail.

68Tout d’abord, nous n’avons abordé qu’un aspect particulier des réalités macroéconomiques : il conviendrait, dans une phase complémentaire, d’envisager d’autres variables, telles que la consommation, les investissements... D’autre part, la présente approche est essentiellement descriptive : nous n’avons pas cherché à établir des relations de cause à effet.

69Toutefois, cette introduction à l’analyse macroéconomique régionale fournit des indications intéressantes. Elle plante un décor, fixe en quelque sorte le cadre d’analyses futures.

70Il n’est pas sans intérêt de noter les différences fondamentales entre les régions du Royaume.

71En particulier, si l’on tient compte de l’étendue géographique, la participation des dix-neuf communes au P. I. B. national est considérable, puisqu’elle représente 15,5 % en 1977 (aux prix de 1970).

72Ensuite, on a vu que les évolutions des différents secteurs présentent des divergences frappantes et expriment sans doute les différences de vitalité entre la Flandre, la Wallonie et Bruxelles.

73Mais c’est sans doute sur le plan de la structure économique que les différences les plus sensibles apparaissent.

74Si la Wallonie et la Flandre présentent des structures assez comparables, il n’en va pas de même pour Bruxelles, où le tertiaire est particulièrement développé.

75Cependant, contrairement à une idée reçue, on ne peut pas considérer la capitale comme essentiellement axée sur les services publics. Si l’on tient compte, par ailleurs, des taux de croissance entre 1970 et 1977 des différents secteurs, il est permis de se demander si la politique économique ne devrait pas prévoir des actions spécifiques, tenant compte des caractéristiques propres de chacune des trois régions. En particulier, l’avenir de l’économie bruxelloise semble dépendre de quelques secteurs seulement. C’est là une réalité évidente sans doute quand on lit les données statistiques, mais qui semble bien ignorée si l’on observe les mesures de politique économique.

76Ce travail n’aura pas été inutile si ces spécificités pouvaient être prises en considération par les responsables de l’économie, par les décideurs.

Annexes

ANNEXE I. P. I. B. et valeur ajoutée

Le P. I. B. du royaume s’identifie à la somme des P. I. B. des régions. Rappelons que le P. I. B. correspond à la somme des valeurs ajoutées de toutes les unités de production. Ces grandeurs sont considérées aux coûts des facteurs : les impôts indirects (moins les subsides) sont exclus. Afin d’obtenir un produit intérieur brut, ces valeurs ajoutées sont, elles aussi, brutes : en d’autres mots, les amortissements en font partie.

On peut exprimer ces données de manière analytique.

Ainsi, pour une région i, possédant n unités de production (j), le P. I. B. s’exprime comme suit :

Image 10000000000000CA0000003E30C68A29.jpg10

Note 10

Dès lors, pour le Royaume, on a :

Image 10000000000000F60000007B5DD18BD4.jpg

Pour passer du P. I. B.c.f. au P. I. B.p.m. (aux prix du marché), il convient d’ajouter les impôts indirects et de retirer les subsides. Enfin, si l’on ajoute au P. I. B.p.m., les paiements nets par le Reste du Monde, on obtient le P. N. B.p.m., Produit National Brut aux prix du marché.

La valeur ajoutée nous renseigne sur la production annuelle d’un secteur, d’une région, d’un pays... Ce flux est égal à la valeur des biens et services vendus, augmentée de la valeur de la variation de stock de produits ; on retire ensuite la valeur de la consommation de biens et services provenant d’autres unités de production (ou encore de l’étranger). La valeur ajoutée correspond donc à la différence entre outputs et inputs11.

Elle peut encore être répartie entre divers composants, comme nous le montre le « bilan » ci-dessous (tableau A).

Pour les secteurs qui ne sont pas, à proprement parler, formés d’unités de production, c’est le cas notamment pour les services, la valeur ajoutée est appréciée en fonction des différents postes qui apparaissent à la rubrique « emplois » du tableau ci-dessous. Notamment, les services ne produisent pas de biens ; on ne peut dès lors évaluer un output physique, celui-ci n’a pas de sens dans un tel secteur. Afin d’illustrer ce propos, on notera que le secteur des services regroupe les services administratifs de l’État, l’enseignement officiel et l’enseignement libre subventionné, les forces armées, les professions médicales, ainsi que quelques autres activités (autres services aux entreprises, autres services aux ménages, domestiques et gens de maison).

TABLEAU A. Compte de la valeur ajoutée d’une unité de production12

Emplois

Ressources

— Traitements, salaires et contributions à la Sécurité Sociale.
— Intérêts et loyers.
— Dividendes et tantièmes distribués.
— Impôts sur les bénéfices payés par l’unité de production.
— Bénéfice non-distribué.
— Impôts indirects moins subventions.
— Amortissements.

— Ventes aux prix du marché.
— Valeur de la variation quantitative du stock de produits finis.
— moins la valeur, aux prix du marché, de la consommation de biens et de services provenant d’autres unités de production ou de l’étranger.

Répartition de la valeur ajoutée brute aux prix du marché.

Valeur ajoutée brute aux prix du marché.

Il est évident que l’output de ces services n’est pas comparable à celui que l’on peut évaluer dans l’industrie.

Enfin, pour le commerce en particulier, la valeur ajoutée est estimée en fonction des tableaux input-output, pour une année donnée, en supposant, en outre que l’évolution de la valeur ajoutée suit celle d’une partie de la consommation privée13.

Notes

1 Croissance économique des Provinces et des Régions de 1970 à 1976 I.N.S., Bull. de Statistique, no 2, février 1979.

2 P.I.B. et valeur ajoutée sont définis à l’annexe 1. Le lecteur y trouvera un rappel du contenu de ces deux concepts.

3 Cf. Annuaire de Statistiques Régionales, I. N. S., 1978, p. 149.

4 Sur une période plus longue, on observe la même tendance. Une telle analyse est rendue malaisée à cause de la réorganisation de 1963 : les communes périphériques et l’arrondissement de Hal-Vilvorde sont depuis lors inclus dans la statistique décrivant la région flamande. Les séries présentent donc une « cassure ». La tendance est cependant confirmée de façon certaine depuis 1963.

5 Ces observations exigent une certaine circonspection : les comparaisons n’auront de sens que si les évolutions régionales, en termes de « creux » et de « sommets », représentent un certain parallélisme.

6 Une remarque méthodologique s’impose à l’égard du calcul de ce taux de croissance. Pour de simples raisons mathématiques, l’évolution à la hausse se marque plus fortement que l’évolution à la baisse. C’est pourquoi nous nous référons aussi à la moyenne arithmétique des taux de croissance annuels ; d’une part, le calcul en est aisé et d’autre part, il porte sur l’ensemble des données et tend à atténuer le phénomène évoqué ci-dessus.

7 L’importance du taux de décroissance du secteur primaire n’a que fort peu de signification réelle dans la mesure où ce secteur est quasi inexistant à Bruxelles.

8 Le tableau 11 présente les V.A.b.c.f. des différents secteurs, à l’intérieur de chacune des régions, ainsi que les taux absolus de croissance entre 1970 et 1977.

9 Trois secteurs composent les services publics : l’administration publique proprement dite (pouvoir central, administrations subordonnées et sécurité sociale) ; les forces armées ; l’enseignement, tant libre qu’officiel. Les autres services comprennent : les professions médicales, les autres services rendus aux entreprises, les autres services rendus aux ménages, les domestiques et gens de maison. L’ensemble de ces postes constitue donc le secteur des services tel qu’il apparaît dans les statistiques de la comptabilité nationale.

10 Il s’agit bien du P.I.B. au coût des facteurs, et de la valeur ajoutée brute au coût des facteurs. En toute rigueur, on écrira : P.I.B. cf et V.A.b.c.f.

11 R. DEREYMAEKER, Statistiques au Service des Entreprises, (lre partie), I. N. S., Bulletin de Statistique, no 12, déc. 1979, pp. 1182 à 1184.

12 R. DEREYMAEKER, Statistiques au service des Entreprises, (2e partie), I. N. S., Bulletin de Statistique, no 1, janvier 1980, p. 41.

13 DEREYMAEKER, op. cit., p. 1188.

Notes de fin

1 Contrairement aux statistiques régionales généralement sont pas disponibles au-delà de 1976, en particulier pour utilisées dans cette étude, les statistiques des services publics ne ce qui concerne l’enseignement.

Auteurs

Assistant en économie aux Facultés universitaires Saint-Louis.
Secrétaire scientifique du Séminaire d’Économie et de Droit de l’Entreprise

© Presses de l’Université Saint-Louis, 1980

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site