Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’avenir de Bruxelles

 | 
Anne-Marie Kumps
, 
Robert Wtterwulghe
, 
Francis Delpérée

Première partie. Aspects économiques

Évolution des entreprises dans la région bruxelloise

Anne-Marie Kumps, Robert Wtterwulghe et Raymond Van Gestel

Texte intégral

Introduction

1Pour apprécier l'évolution économique d’une région, il existe divers indicateurs. Il nous a paru que, parmi ceux-ci, le phénomène de l’entreprise méritait une attention particulière. Elle est en effet au centre du développement et de la croissance économique d’une région, voire d’un pays.

2Aussi, pour analyser la situation économique, il nous a paru intéressant d’examiner l’évolution des entreprises au sein de la région bruxelloise par rapport à celle des entreprises des deux autres régions. Parmi les entreprises, nous avons jugé utile de distinguer les petites et moyennes entreprises (P. Μ. E.) des grandes. L’évolution des P. Μ. E. a une importance particulière dans la mesure où elle constitue un bon indicateur des attentes économiques de la région. Un taux de création supérieur à celui de disparition témoigne d’une volonté de créativité et d’investissement. Les initiateurs ont confiance dans les conditions économiques et les avantages de la région et se lancent dans l’aventure d’entreprendre. Ils fondent ce qui sera demain la moyenne ou même la grande entreprise. Ils témoignent ainsi d’une attente favorable dans les perspectives de la région.

CHAPITRE I. Les entreprises et les établissements

  • 1 D. DE BREUKER et G. VAN BULEK, Le travailleur indépendant et les P. Μ. E., Institut Economique et S (...)
  • 2 R. DONCKELS, op. cit.
  • 3 O. N. S. S., Rapport annuel, 1978, p. 165.

3Il existe peu d’études récentes analysant l’évolution du phénomène des entreprises dans une perspective régionale1. A la lecture de ces quelques textes, on est forcé de constater qu’ils pêchent tous par une faiblesse méthodologique fondamentale inhérente à leurs sources statistiques. Celles-ci reposent sur une confusion entre la notion d’établissement et d’entreprise. Il est étonnant, en effet, de voir des études qui se veulent parfois fort complètes se fonder sur les données statistiques relatives aux établissements pour analyser le phénomène de l’entreprise et plus particulièrement celui de la petite dimension. Ainsi une étude publiée récemment donne des conclusions sur la problématique des P. Μ. E. en s’appuyant exclusivement sur les données relatives aux établissements publiées dans les rapports de l’O. N. S. S.2. Ceci est d’autant plus surprenant que dans ses rapports annuels, l'Ο. N. S. S. insiste lui-même sur les dangers de cette confusion, lorsqu’il écrit « cette unité d’établissement, qu’il ne faut pas confondre avec la notion d’employeur ne peut en aucun cas servir à l’étude de l’évolution des entreprises proprement dites, notamment dans le cadre des petites et moyennes entreprises »3.

4Dans les statistiques régionalisées de l'Ο. N. S. S., la notion d’établissement recouvre une réalité économique plus large que celle des entreprises, puisqu’elles individualisent et comptabilisent chaque succursale, chaque établissement d’une grande entreprise comme une entité individuelle. Il en est de même si l’entreprise possède plusieurs activités ; chacune de celles-ci est considérée comme une entité séparée. Une telle unité considérée ne constitue évidemment pas une petite et moyenne entreprise. Elle peut être en effet une simple émanation décentralisée d’une entité économique plus grande. Dès lors, baser une étude des entreprises sur la notion d’établissement aboutit à fausser les résultats, en surévaluant de manière plus ou moins importante le phénomène de la petite dimension. Il est donc extrêmement hasardeux de tirer de quelconques conclusions de pareilles études.

5Afin de mieux cerner la notion d’entreprise, on dispose d’une autre source statistique fournie par l'Ο. N. S. S. Il s’agit des statistiques non régionalisées qui ne sont pas publiées dans les rapports annuels. Prises isolément, ces statistiques ne peuvent cependant être considérées comme satisfaisantes. En effet, l’unité de référence utilisée est la notion d’employeur au sens juridique du terme. Il s’agit en l’occurrence d’une unité qui est immatriculée à l’O. N. S. S. et qui a occupé au cours du trimestre considéré des travailleurs assujettis. Un employeur peut toutefois être comptabilisé plus d’une fois dans les statistiques, dans la mesure où selon les modalités de perception de l’O. N. S. S., il appartient à plus d’une catégorie comptable et adresse en conséquence plus d’une déclaration à cet organisme par trimestre.

6Afin d’éviter les doubles emplois et de mieux identifier la notion d’entreprise, nous avons, avec la collaboration de l’Institut National de Statistique, confronté les données de l'O. N. S. S. non-régionalisées aux statistiques de la T. V. A. Cette démarche a permis d’identifier une population d’entreprises juridiquement indépendantes dont l’attache principale est localisée dans la région bruxelloise. Le croisement des données de l'O. N. S. S. et de la T. V. A. permet en effet d’éviter les doubles emplois et de ne retenir que des entreprises, personnes physiques ou morales, qui effectuent des livraisons de biens ou de services et dont le siège d’exploitation principal ou l’activité principale est située dans la région bruxelloise.

7Nous avons ainsi éliminé de la population des entreprises la plus grande partie des services publics ou para-publics qui sont indûment incorporés dans les autres études. Seuls seront repris certains services et entreprises publiques qui sont assujettis à la T. V. A. tels que les chemins de fer, les vicinaux, les sociétés de transport intercommunaux, de distribution de gaz, d’eau et d’électricité, la Régie des Télégraphes et Téléphones, la Régie des voies aériennes et du transport maritime et le Moniteur belge.

8Il faut cependant noter que cette source conduit à éliminer les professions libérales qui ne sont pas soumises à l’assujettissement à la T. V. A. C’est ainsi que les professions de notaire, d’avocat, de huissier, de médecin, etc. sont exclues. Ce fait n’est cependant pas de nature à fausser les résultats. Ces professions constituent en effet rarement tant par leur organisation que par leur conception des petites et moyennes entreprises.

CHAPITRE II. Évolution comparative du nombre d’entreprises en Belgique, 1974-1978

9L’évolution générale du nombre d’entreprises dans la région bruxelloise durant la période 1974 à 1978 révèle une sensible diminution de leur nombre. Par rapport aux 21.208 entreprises existantes en 1974, le tableau 1 indique une perte de 626 unités pour la période considérée, soit une décroissance de 2,95 %. Il est important de noter qu'il s’agit d’un taux net de disparition. La création de nouvelles entreprises n’a donc pas compensé pour la région bruxelloise la disparition de certaines entités.

10Cette évolution bruxelloise est différente de celle observée au niveau national. En effet, au niveau du Royaume, la situation présente une faible croissance de 1974 à 1978, le nombre d’entreprises est passé de 130.439 à 132.733, ce qui équivaut à un accroissement de 1,75 % sur la période considérée.

11Une analyse régionale de cette évolution montre que ce mouvement est dû à l’évolution positive enregistrée pour la région flamande du pays. Pour celle-ci, en effet, le nombre total d’entreprises s’est accru sur la période étudiée de 3.241 unités, soit une croissance de 4,5 %.

12La Wallonie connaît un relatif statu quo. La diminution d’entreprises est de 321 unités, soit un taux de disparition inférieur à 1 %.

13Ces trois tendances régionales s’expliquent différemment si l’on examine l’évolution des entreprises suivant leur taille exprimée par l’emploi qu’elles fournissent. Nous avons distingué 3 classes : 1 à 49, 50 à 99 et plus de 100 travailleurs occupés. Pour chaque classe, nous avons déterminé un taux représentatif de l’évolution de la classe au sein de chaque région. Ce taux nous paraît beaucoup plus significatif qu’une simple analyse en chiffres absolus.

14L’appréciation de la situation ne peut, en effet, se faire que sur base d’un taux relatif de disparition, c’est-à-dire un taux défini par rapport à la population de chaque classe. Il est un précieux indicateur de la capacité de résistance des entreprises suivant leur taille. En termes de politique régionale, il est par ailleurs important de comparer l’évolution relative selon la taille des entreprises. Un taux relatif de disparition élevé dans une classe de dimension est de nature à indiquer un problème spécifique à ce type d’entreprises et risque d’amener à plus ou moins court terme une redéfinition de la taille critique au sein de la région.

15À l’examen du tableau 1, il apparaît que la croissance du nombre d’entreprises en région flamande repose uniquement sur une augmentation des entreprises de petite dimension, qui occupent de 1 à 49 travailleurs. Par rapport à 1974, on constate en 1978 un accroissement de 3.501 entreprises, soit un taux de croissance de 5,1 %. Par contre, la classe d’entreprises qui occupe de 50 à 99 travailleurs diminue de 160 unités pour cette même période, soit un taux de décroissance de 10,31 %. Dans la classe des grandes entreprises, c’est-à-dire celles qui occupent plus de 100 travailleurs, une décroissance de l’ordre de 7,15 % apparaît aussi.

TABLEAU 1. Évolution régionale des entreprises par classe de dimension

1-49

50-99

> 100

Total

Bruxelles

1974

19.926

608

674

21.208

1978

19.430

542

610

20.582

# absolue

– 496

– 66

– 64

626

# %

– 2,49

– 10,86

– 9,5

– 2,95

Flandre

1974

67.619

1.552

1.399

70.570

1978

71.120

1.392

1.299

73.811

# absolue

+ 3.501

– 160

– 100

+ 3.241

# %

+ 5,18

– 10,31

– 7,15

+ 4,5

Wallonie

1974

37.335

676

650

38.661

1978

37.243

568

529

38.340

# absolue

– 92

– 108

– 121

– 321

# %

– 0,25

– 15,98

– 18,62

– 0,08

Royaume

1974

124.880

2.836

2.723

130.439

1978

127.793

2.502

2.438

132.733

# absolue

+ 2 913

– 334

– 285

+ 2.294

# %

+ 2,33

– 11,77

– 10,46

+ 1,79

Source : Calculs du Séminaire d’Économie et de Droit de l’Entreprise.

16Pour la Wallonie, le quasi-statu quo constaté au niveau global résulte simplement d’une meilleure résistance de la classe des petites entreprises qui n’enregistrent qu’une perte extrêmement faible de 92 unités par rapport aux 37.335 existant en 1974, soit – 0,25 %. L’évolution des entreprises de dimension supérieure apparaît par contre plus alarmante que pour la région flamande du pays. On constate en effet un pourcentage de disparition net de 15,98 % et de 18,62 % respectivement pour les moyennes et pour les grandes entreprises.

17À Bruxelles, la situation des moyennes et grandes entreprises se rapproche quelque peu de celle constatée pour la région flamande. Le taux de disparition net est respectivement de 10,86 % et de 9,5 %. Cette situation est donc moins mauvaise à ce titre que celle enregistrée pour la Wallonie. Par contre, l’analyse des chiffres montre une évolution beaucoup plus préoccupante en ce qui concerne les entreprises de petite dimension. Dans la région bruxelloise, les entreprises qui occupent de 1 à 49 travailleurs évoluent de manière nettement moins favorable qu’en Flandre et qu’en Wallonie. Si en Flandre, cette classe d’entreprises est en extension et si en Wallonie, elle demeure plus ou moins stationnaire, elle décroît par contre sensiblement dans la région bruxelloise. Le taux de décroissance enregistré s’élève à 2,49 %.

CHAPITRE III. Évolution comparative du nombre d’établissements : 1974-1978

18L’évolution du nombre d’établissements dans les trois régions durant la période 1974-1978 est différente de celle du nombre d’entreprises.

19Le tableau 2 illustre cette constatation.

20Au niveau du Royaume, cette évolution différente est particulièrement marquée : – 2,4 % pour les établissements de 1 à 49 personnes contre + 2,33 % pour les entreprises de même dimension, – 4,8 % pour les établissements de 50 à 99 personnes occupées contre – 11,77 % d’entreprises de même dimension et – 2 % d’établissements contre – 10,46 % d’entreprises occupant plus de 100 personnes. Les établissements de petite dimension voient en conséquence leur nombre diminuer, alors que ceux utilisant plus de 50 personnes décroissent de manière moins que proportionnelle au nombre d’entreprises regroupant les mêmes effectifs.

TABLEAU 2. Évolution des établissements par classe d’emplois (1974-1978)

1-49

50-99

> 100

Total

Bruxelles

1974

31.110

844

934

32.888

1978

30.445

759

890

32.094

#

– 665

– 85

– 44

+ 794

%

– 21,3

– 10,07

– 4,71

– 2,41

Flandre

1974

100.808

2.495

2.408

105.711

1978

102.563

2.470

2.359

107.392

#

+ 1.755

– 25

– 49

+ 1.681

%

+ 1,74

– 1

– 2

+ 1,5

Wallonie

1974

62.983

1.326

1.292

65.601

1978

57.166

1.211

1.285

59.602

#

– 5.817

–115

– 7

– 5.999

%

– 9,2

– 8,7

– 0,5

– 9,1

Royaume

1974

194.901

4.665

4.634

204.200

1978

190.174

4.440

4.591

199.155

#

– 4.726

– 225

– 93

– 5.045

%

– 2,40

– 4,8

– 2

– 2,5

Source : O. N. S. S., Rapports annuels, 1974 et 1978.

21À Bruxelles, la diminution relative des établissements et des entreprises est similaire pour les entités de 1 à 99 personnes. Les entreprises occupant plus de 100 personnes disparaissent durant la période 1974-1978 à un rythme plus élevé que les établissements comptant le même nombre d’effectifs ; – 9,5 % pour les entreprises et – 4,7 % pour les établissements.

22En Flandre, la décroissance des établissements est nettement inférieure à celle des entreprises pour les classes d’emplois supérieures à 49 personnes. La croissance des établissements occupant de 1 à 49 personnes est par ailleurs inférieure à celle des entreprises de même dimension.

23En Wallonie, les mêmes remarques s’imposent mis à part le fait que les établissements de 1 à 49 personnes diminuent de 9,2 % alors que les entreprises de cette dimension connaissent un relatif statu quo.

24De manière générale, on constate un taux élevé de disparition des établissements de petite et moyenne dimension. Ceci semble refléter un restructuration au niveau des entreprises par une compression de leurs succursales et établissements.

CHAPITRE IV. Analyse chronologique de l’évolution du nombre d’entreprises

25L’analyse chronologique révèle une différence importante entre les trois régions. En effet, pour la région bruxelloise, plus de la moitié des disparitions enregistrées sur la période de 1974 à 1978 résultent de la dernière année. Sur 626 disparitions nettes constatées pour cette période, 338 sont imputables à la dernière année. Cette situation est tout à fait différente pour la Flandre et la Wallonie, pour lesquelles l’année 1978 dégage un solde positif de création d’entreprises.

26L’examen du tableau 3 révèle que pour la Flandre, le taux de croissance annuel des petites entreprises s’accroît, passant de 0,18 en 1975 à 1,5 en 1976 et à 1,77 en 1978. La décroissance des entreprises moyennes s’accroît cependant pour ces dernières années, puisqu’elle passe de – 1,53 % en 1976 à – 3,73 % en 1978. Ce taux de décroissance rejoint ainsi celui constaté pour 1975. Par contre, poulies grandes entreprises, la tendance à la diminution semble régresser fortement. Si en 1976, on constatait une pointe avec un taux de décroissance net de 3,73 %, ce taux n’est plus que de 0,54 % en 1978.

TABLEAU 3. Évolution annuelle du nombre d'entreprises par classe et région

TABLEAU 3. Évolution annuelle du nombre d'entreprises par classe et région

Source : Calculs du Séminaire d'Économie et de Droit de l'Entreprise.

TABLEAU 3 (suite)

TABLEAU 3 (suite)

Source : Calculs du Séminaire d'Économie et de Droit de l'Entreprise.

27En Wallonie, l’évolution des petites entreprises révèle, ces dernières années, une tendance favorable. En effet, après avoir connu en 1975 et en 1976 une faible décroissance, dès 1977 on assiste à une légère croissance de cette classe de firmes. En 1977, avec 228 unités nouvelles, le taux de croissance est de 0,62 et en 1978, avec 196 nouvelles entités, de 0,53.

28Pour ces deux années, l’augmentation du nombre d’entreprises de petite dimension compense les pertes constatées dans les deux autres classes. Pour les moyennes entreprises, après une décroissance forte en 1975, on remarque un léger redressement en 1976 avec une création nette de 5 unités, mais les années suivantes, la décroissance reprend avec des taux respectifs de 4,8 % et 4,54 %. Pour la grande dimension, une décroissance nette se manifeste chaque année. Ce taux, après une légère hausse en 1976, décroit en 1977 où il n’atteint plus que – 3,92 % pour s’accroître à nouveau en 1978 où il atteint – 4,34 %.

29La comparaison de l’évolution de la région bruxelloise et de celle des deux autres régions met en relief deux phénomènes spécifiques. La classe des petites entreprises poursuit depuis 1974 un trend défavorable avec un taux de décroissance qui, après s’être développé lentement jusqu’en 1977, fait plus que doubler en 1978. Sur la période considérée, on constate en effet 496 disparitions nettes de petites entreprises dont 436 sont dues aux deux dernières années, avec respectivement 132 pour 1977 et 304 entités disparues pour 1978. Cette évolution paraît donc particulièrement préoccupante pour la région bruxelloise, puisqu’elle montre une aggravation de la situation par rapport à celle constatée pour les deux autres régions. Une même tendance préoccupante se manifeste en ce qui concerne les entreprises de grande dimension. La décroissance est particulièrement sensible pour l’année 1978, où elle atteint un taux de – 4,24 % contre – 1,39 % en 1977 et – 2,86 % en 1976.

30L’évolution des entreprises dans la région bruxelloise paraît en conséquence différente de celle des autres régions. La situation est particulièrement préoccupante en ce qui concerne les disparitions enregistrées au niveau des petites entreprises. Le montant est important, tant en nombre absolu qu’en pourcentage. Il témoigne, par ailleurs, d’une évolution très différente de celle des deux autres régions du pays. La classe des petites entreprises perd de sa substance dans la région bruxelloise. Il convient de se demander si ceci ne correspond pas fondamentalement à un manque de volonté d’entreprendre dans cette région. On ne peut, en effet, négliger dans une perspective dynamique le fait que les entreprises de petite dimension constituent le ferment du dynamisme et de l’esprit d’entreprise d’une région.

31Elles sont, non seulement la semence éventuelle d’entreprises plus grandes, mais aussi un facteur de stabilité régionale. Au niveau d’une région, elles assurent un volant d’activité et d’emploi. En principe, elles sont mieux capables que les entreprises de plus grande dimension d’assumer, grâce à leur flexibilité, les inconvénients d’une crise économique. Tant pour la Wallonie que pour la Flandre, cela semble, en effet, être le cas. La situation de ces deux régions confirme des constatations réalisées dans d’autres pays tels que les Etats-Unis, le Canada ou encore le Japon.

32Par ailleurs, la situation des grandes entreprises dans la région bruxelloise est préoccupante puisque ces dernières années on connaît un taux de disparition net qui va en s’accroissant. Si cette tendance devait s’accentuer, elle ne manquerait pas d’avoir des conséquences graves pour la région.

33L’évolution de la région bruxelloise par rapport aux deux autres régions reflète des conditions particulières. On ne peut s’empêcher de se demander si ceci ne résulte pas d’une situation politique particulière liée à la région. Contrairement aux deux autres régions, où une politique régionale homogène semble avoir été poursuivie, on constate que la région bruxelloise est depuis ces quelques dernières années l’enjeu d’une lutte politique qui a conduit à créer une insécurité économique à Bruxelles.

CHAPITRE V. Caractéristiques de l’évolution à Bruxelles

34Nous avons analysé l’évolution du nombre d’entreprises dans la région bruxelloise de manière plus détaillée, en affinant le concept de classe de dimension.

35Le tableau 4 distingue pour les entreprises occupant de 1 à 49 travailleurs quatre classes différentes.

TABLEAU 4. Évolution relative du nombre d’entreprises à Bruxelles par classe de dimension (%)

TABLEAU 4. Évolution relative du nombre d’entreprises à Bruxelles par classe de dimension (%)

36Il apparaît que le taux de disparition des entreprises s’élève avec la dimension de celles-ci. Pour les entreprises occupant moins de 5 travailleurs, il est de – 1,5 % et monte progressivement pour la classe de 5 à 9 travailleurs à 2,8 %, pour la classe suivante à 4,7 % et pour la classe de 20 à 49 travailleurs, à 7,23 %.

37Les entreprises de toute petite dimension que l’on pourrait assimiler à de l’artisanat sont donc moins touchées dans la région bruxelloise et offrent une meilleure résistance dans le cadre d’une évolution générale défavorable.

38La disparition la plus importante se situe dans la classe des 50 à 99 travailleurs et diminue quelque peu pour les entreprises de grande dimension. La taille moyenne paraît donc une dimension particulièrement critique dans la période de crise que nous connaissons. Cette constatation n’est pas spécifique à la région bruxelloise. Elle se retrouve en Flandre. En Wallonie, le taux de disparition croît avec la dimension et la classe des entreprises occupant plus de 100 personnes est aussi touchée. On peut se demander si cette situation ne résulte pas de facteurs propres à l’économie wallonne. Les entreprises de grande dimension ont, en effet, à faire face non seulement à une crise conjoncturelle mais encore à une crise structurelle qui affecte les secteurs qui y sont traditionnellement localisés.

CHAPITRE VI. L’importance relative de la dimension dans les trois régions

§ 1. Les faits

39Par rapport au nombre total d’entreprises de la région bruxelloise, la petite dimension occupant moins de 50 travailleurs représente en 1978, 94,4 % de la population totale des entreprises, la classe des entreprises moyennes 2,63 %, tandis que celle des grandes entreprises compte pour 2,97 % de l’ensemble. Il est paradoxal de constater que, contrairement à une idée communément répandue, cette structure est quelque peu différente de celle des autres régions, puisque les entreprises de petite dimension représentent à Bruxelles un pourcentage inférieur à celui qu’elles atteignent dans les deux autres régions. En effet, comme en témoigne le tableau 5, elles interviennent en Wallonie pour 97,14 % de la population totale, et en Flandre pour 96,35 %. Les entreprises de grande dimension occupent donc une place plus importante à Bruxelles, avec près de 3 % contre 1,4 % pour la Wallonie et 1,8 pour la Flandre.

TABLEAU 5. Part relative des entreprises de classe 1 à 49, 50 à 99, plus de 100 par région

TABLEAU 5. Part relative des entreprises de classe 1 à 49, 50 à 99, plus de 100 par région

Source : Calculs du Séminaire d’Économie et de Droit de l’Entreprise.

40Cette structure spécifique à la région bruxelloise paraît préoccupante dans la mesure où on la rapproche des tendances respectives constatées. L’évolution générale montre que pour les trois régions, les entreprises de moyenne et de grande dimension ont ces dernières années un taux de disparition net élevé. Néanmoins, pour la Flandre, l’évolution enregistrée au niveau de la classe des petites entreprises témoigne d’une évolution beaucoup plus favorable. Il existe une création nette de nouvelles entreprises qui compense les pertes et fait preuve d’un esprit d’entreprise. La disparition des entreprises moyennes constatée ces dernières années pourrait à terme être compensée par la croissance des entreprises de petite dimension. En toute hypothèse, une partie de l’emploi perdu au niveau des entreprises moyennes peut être récupérée au niveau de la création de nouvelles petites entreprises. Enfin, pour cette région, le taux de disparition des grandes entreprises est lui aussi moins préoccupant.

  • 4 Cf. tableau 3.

41Dans la région bruxelloise, par contre, les entreprises de petite dimension ne semblent pas à même de relever le défi à l’heure actuelle. Cette situation apparaît spécifique à la région. Les causes et les remèdes sont donc à chercher au niveau de la politique régionale. A ce titre, il est important de constater que le rythme de disparition s’est accru très sensiblement en 1978. Plus de la moitié des disparitions enregistrées sur la période 1974 à 1978 sont intervenues de 1977 à 19784.

CHAPITRE VII. Répartition des entreprises par classe et secteur

42Les tableaux 6 font apparaître une différence régionale dans la répartition des entreprises entre grands secteurs. En Wallonie, 3,96 % des entreprises se situent dans le primaire, 33,75 % dans le secondaire et 62,29 % dans le tertiaire en 1978. Par rapport à 1974, il y a une décroissance de 1,04 % pour le primaire, de 2,45 % pour le secondaire et une augmentation de 3,49 % pour le tertiaire.

43En Flandre, 3,51 % des entreprises sont engagées dans le primaire, 37,44 % dans le secondaire et 59,05 % dans le tertiaire. Ce dernier secteur connaît une croissance de 3,35 % par rapport à 1974 au détriment du primaire et du secondaire qui perdent respectivement 0,29 % et 3,06 %.

44La région bruxelloise est très peu représentée dans le secteur primaire avec 0,28 % des firmes. Son insertion dans le secondaire est moins importante : 24,26 % et sa présence dans le tertiaire est fort marquée avec 75,46 % des entreprises. Comparativement à 1974, le gain du tertiaire est de 2,96 % et la perte du secondaire de 2,94 %.

45L’analyse de la répartition des entreprises par classe d’emploi fait apparaître que dans toutes les régions, les firmes occupant moins de 50 travailleurs se situent principalement dans le secteur du commerce et des intermédiaires de gros, de la restauration et de l’hébergement. Le tableau 7 illustre cette constatation.

TABLEAU 6 A. Répartition régionale du nombre d’entreprises par secteur primaire, secondaire, tertiaire (1974-1978)

TABLEAU 6 A. Répartition régionale du nombre d’entreprises par secteur primaire, secondaire, tertiaire (1974-1978)

Source : Calculs du Séminaire d’Économie et de Droit de l’Entreprise.

TABLEAU 6 B. Évolution régionale des entreprises par secteur primaire, secondaire, tertiaire (1974-1978)

TABLEAU 6 B. Évolution régionale des entreprises par secteur primaire, secondaire, tertiaire (1974-1978)

46Dans les trois régions, ces firmes connaissent une progression durant la période de 1974 à 1978. Le pourcentage d’entreprises engagées dans ce secteur passe, en effet, de 49,5 % à 51,91 % à Bruxelles, de 40,62 à 44,64 % en Flandre, et de 45 à 47,9 % en Wallonie.

47En Flandre et en Wallonie, le secteur du bâtiment et génie civil et celui des autres industries manufacturières occupent respectivement la deuxième et troisième place, tant en 1974 qu’en 1978. À Bruxelles, par ailleurs, les entreprises de crédit et assurances passent de la troisième à la deuxième place durant la période (10,9 à 11,86) au détriment du secteur alimentation qui rétrograde à la troisième place. Pour les entreprises de 50 à 99 travailleurs, ce sont les trois mêmes secteurs qui viennent en tête en 1978 à Bruxelles ; le commerce avec 38,19 %, les entreprises de crédit avec 14,76 % et enfin le secteur alimentation avec 13,34 % des entreprises. Ce dernier connaît une régression par rapport à 1974 où il était en deuxième place et représentait 16,1 des firmes. Dans la région bruxelloise, les firmes de grande dimension sont mieux implantées dans le secteur du commerce et du crédit. D’une manière générale, et quelle que soit la dimension des entités en termes d’emploi, on constate que ce sont les secteurs du commerce et du crédit qui prédominent à Bruxelles. Ils représentaient 59,2 % des entreprises en 1974 et 62,60 % en 1978, soit une augmentation de 3,4 %.

TABLEAU 7 A. Répartition sectorielle des entreprises par classe d’emplois (1974)

TABLEAU 7 A. Répartition sectorielle des entreprises par classe d’emplois (1974)

* Secteurs N. A. C. E. : voir annexe no 1, p. 89.

TABLEAU 7 A (suite). Répartition sectorielle des entreprises par classe d’emplois (1974)

TABLEAU 7 A (suite). Répartition sectorielle des entreprises par classe d’emplois (1974)

* Secteurs N. A. C. E. : voir annexe no 1, p. 89.

TABLEAU 7 B. Répartition sectorielle des entreprises par classe d’emplois (1978)

TABLEAU 7 B. Répartition sectorielle des entreprises par classe d’emplois (1978)

* Secteurs N. A. C. E. : voir annexe no 1, p. 89.
Source : Calculs du Séminaire d’Économie et de Droit de l’Entreprise.

TABLEAU 7 B (suite)

TABLEAU 7 B (suite)

* Secteurs N. A. C. E. : voir annexe no 1, p. 89.
Source : Calculs du Séminaire d’Économie et de Droit de l’Entreprise.

48En Flandre, les firmes de plus grande dimension se situent principalement dans le secteur manufacturier : 39,65 % en 1974 et 36,83 % en 1978. La deuxième place revient au commerce avec 16,54 % des entreprises en 1974 et 16,87 % en 1978. Dans la région wallonne, la catégorie des entreprises de 50 à 99 personnes connaît en 1978 une croissance du secteur du bâtiment et génie civil qui passe de 21 % à 26,11 % ainsi que du secteur du commerce qui comprend 21,48 % du nombre d’entreprises contre 17,9 en 1974. Les firmes occupant plus de 100 personnes en Wallonie se situent en ordre décroissant dans le secteur de l’alimentation, de la métallurgie et de la chimie.

CHAPITRE VIII. L’emploi

§ 1. Introduction

49Les données contenues dans les rapports annuels de l’O. N. S. S. sont uniquement régionalisées et comme nous l’avons mentionné, elles ne peuvent nous permettre d’apprécier l’importance de l'emploi à Bruxelles et dans les autres régions.

50Pour connaître ce dernier, nous avons dû recourir aux statistiques non-régionalisées de l’O. N. S. S. qui ne sont pas publiées mais consultables sur place.

51Cette démarche nous a permis d’obtenir pour les années 1973 à 1978, par secteur N. A. C. E. et par classe d’importance de l’employeur en termes de travailleurs occupés (inférieur à 5, de 5 à 9, de 10 à 19, de 20 à 49, de 50 à 99 travailleurs), le nombre de travailleurs et d’employeurs correspondants.

52Ces chiffres n’ont cependant pas pu être mis en relation directe avec les données résultant du croisement des fichiers O. N. S. S. et T. V. A.

53De nombreux organismes et particuliers n’ayant pas le caractère « d’entreprise » sont, en effet, repris dans la statistique non-régionalisée.

54Nous avons, au départ des données contenues dans le fichier O. N. S. S. non-régionalisé, calculé par secteur N. A. C. E. et par classe d’emplois, le nombre moyen de travailleurs occupés par unité « employeur », pour les années 1974 et 1978.

55Nous avons estimé le nombre de travailleurs occupés par classe et par secteur N. A. C. E. en multipliant le nombre d’entreprises donné par l’I. N. S. par le chiffre moyen du personnel occupé, suivant la statistique non-régionalisée de l’O. N. S. S.

TABLEAU 8. Évolution comparative de l’emploi total salarié

TABLEAU 8. Évolution comparative de l’emploi total salarié

TABLEAU 9. Évolution de l’emploi par région et classe d’emplois

TABLEAU 9. Évolution de l’emploi par région et classe d’emplois

56Le tableau 9 fait apparaître une diminution de l’emploi salarié plus importante à Bruxelles : – 4,2 contre – 1,8 au niveau du Royaume. La diminution d’emploi est légèrement supérieure pour les entreprises occupant plus de 100 personnes. En Flandre, l’emploi croît au niveau des P. Μ. E. et diminue dans les entreprises de grande dimension. Durant la période, l’emploi total est quasi stable. La Wallonie connaît une diminution beaucoup plus importante de l’emploi dans les P. Μ. E. que dans les entreprises de grande dimension.

§ 2. Évolution de l’emploi dans la région bruxelloise

57Le tableau 10 illustre l’évolution de l’emploi à Bruxelles durant la période 1974-1978.

TABLEAU 10. Évolution de l’emploi salarié à Bruxelles par classe d’emplois

TABLEAU 10. Évolution de l’emploi salarié à Bruxelles par classe d’emplois

Source : Calculs du Séminaire d’Économie et de Droit de l’Entreprise.

TABLEAU 11. Évolution de l’emploi secteur public et enseignement à Bruxelles

Année

#

Cumulatif

1974

180.894
(29,4 %)

1975

183.007
(30,3 %)

+ 2.113

1976

183.941
(31,0 %)

+ 3.047

1977

190.401
(32,3 %)

+ 9.507

1978

195.961
(33,2 %)

+ 15.067
(+ 8,3 %)

Source : O. N. S. S., Rapports annuels, 1974, 1975, 1976, 1977, 1978.

TABLEAU 11 B. Évolution de l’emploi régional secteur public et enseignement

1974

1978

Δ

Flandre

323.703
(21 %)

368.933
(23,9 %)

+ 45.230
(+ 14 %)

Wallonie

219.240
(25,5 %)

251.314
(30,2 %)

+ 32.074
(+ 14,6 %)

Bruxelles

180.894
(29,4 %)

195.961
(33,3 %)

+ 15.067
(+ 8,3 %)

Total

723.837
(24 %)

816.208
(27,5 %)

+ 92.371
(+ 12,8 %)

Source : O. N. S. S., Rapports annuels, 1974 et 1978.

58On constate des pertes d’emplois pour toutes les catégories d’entreprises. Néanmoins, la part relative des entreprises occupant de 9 à 49 travailleurs reste relativement stable : 20 % en 1974 contre 19,8 % en 1978. Si l’on exclut le secteur public et l’enseignement qui sont en croissance à Bruxelles, mais ne constituent pas des « entreprises » au sens économique du terme, on remarque que la part d’emploi des entreprises de 1 à 49 croît en passant de 28,30 % à 29,64 % de 1974 à 1978. L’importance de l’emploi procuré par les firmes de la classe de 50 à 99 travailleurs diminue de 0,5 %, tandis que celle des grandes entreprises passe de 43,7 à 40,5 %.

59En excluant le secteur public et l’enseignement la perte d’emploi pour Bruxelles est de l’ordre de – 9,49. L’examen du tableau 10 révèle que les entreprises de petite dimension ont une meilleure résistance que les grandes. De surcroît, la perte d’emploi est d’autant plus faible que l’entreprise occupe peu de personnes : – 0,94 % pour la classe de 1 à 4, – 2,64 % pour la classe de 5 à 9, – 6,4 % pour celle de 10 à 19, – 7,57 % pour celle de 20 à 49.

60La moyenne et la grande dimension accusent, par ailleurs, des pertes d’emplois beaucoup plus importantes : – 11,16 et – 10,18 respectivement pour les entreprises occupant de 50 à 99 et plus de 100 personnes.

61À Bruxelles, la classe des entreprises de petite dimension connaît donc le taux le plus faible de diminution d’entreprises et d’emplois. Les firmes de plus grande dimension sont beaucoup plus menacées. Le taux de disparition atteint 10 % et elles sont responsables d’une perte d’emploi de 11,1.

§ 3. Évolution sectorielle de l’emploi

62Les tableaux 12 illustrent l’évolution de l’emploi régional en distinguant secteurs primaire, secondaire et tertiaire. À nouveau, on remarque que Bruxelles est la région la plus touchée : — 16,9 pour le primaire et — 1,05 pour le Royaume, — 20,75 pour le secondaire contre — 13,63 pour le pays et + 1,7 pour le tertiaire face à + 8,78 pour le Royaume.

63La Flandre a des performances supérieures à celles du Royaume. Mis à part le secteur tertiaire, la Wallonie a des taux de diminution d’emploi supérieurs à ceux du Royaume.

TABLEAU 12 A. Emploi salarié régional par secteur primaire, secondaire et tertiaire

TABLEAU 12 A. Emploi salarié régional par secteur primaire, secondaire et tertiaire

Source : O. N. S. S., Rapports annuels, 1974 et 1978.

TABLEAU 12 B. Évolution de l’emploi salarié par région et secteur primaire, secondaire, tertiaire (1974-1978)

Flandre

Wallonie

Bruxelles

Total

Primaire

+ 4,58

– 9,98

– 16,89

– 1,05

Secondaire

– 10,52

– 16,88

– 20,75

– 13,63

Tertiaire

+ 12,13

+ 10,74

+ 1,70

+ 8,78

Total

– 0,01

– 3,24

– 4,25

– 1,80

Source : O. N. S. S., Rapports annuels, 1974 et 1978.

§ 4. Évolution sectorielle de l’emploi à Bruxelles

64Le tableau 13 donne l’évolution de l’emploi à Bruxelles par grands secteurs d’activité N. A. C. E. pour des entreprises occupant de 1 à 99 personnes.

65Il apparaît d’abord que l’emploi dans le secondaire est passé de 35,3 à 31,6 % en faveur du tertiaire qui voit sa part croître de 3,7 %. L’importance du secondaire est par ailleurs plus élevée en termes d’emplois qu’en nombre d’entreprises : 31,6 contre 23,6.

66Le poids relatif des secteurs en termes d’emplois ne se modifie pas durant la période. Le commerce vient en première place, avec respectivement 42,4 et 44,2 % de l’emploi en 1974 et 1978. Les autres industries manufacturières occupent la deuxième place, avec 15,6 et 13,2 % et les institutions de crédit sont à la troisième place, avec 11,6 % de l’emploi en 1974 et 12,7 % en 1978. Les autres secteurs n’utilisent pas 10 % de l’emploi des entreprises occupant de 1 à 99 travailleurs.

67L’évolution de l’emploi des firmes de 1 à 99 travailleurs à Bruxelles apparaît néanmoins préoccupante. Mis à part le secteur des institutions de crédit, qui connaît une hausse de 2,24 %, les autres secteurs sont en régression. Cette dernière est la plus élevée dans le secteur de l’énergie et de l’eau où l’emploi passant de 305 à 174 unités connaît une décroissance de 42,95 %. De même, la diminution relative est de 22,35 % pour le secteur des transformations de minéraux et produits chimiques, de 20,8 % pour les autres industries manufacturières et de 16,77 % pour la transformation des métaux.

TABLEAU 13. Nombre d'entreprises de l'agglomération bruxelloise occupant de 1 à 99 personnes et nombre de travailleurs correspondant par grands secteurs N. A. C. E. pour les années 1974 et 1978

TABLEAU 13. Nombre d'entreprises de l'agglomération bruxelloise occupant de 1 à 99 personnes et nombre de travailleurs correspondant par grands secteurs N. A. C. E. pour les années 1974 et 1978

Source : Calculs du Séminaire d'Économie et de Droit de l'Entreprise.

TABLEAU 14. Ventilation sectorielle de l'emploi salarie à Bruxelles (1974-1978)

TABLEAU 14. Ventilation sectorielle de l'emploi salarie à Bruxelles (1974-1978)

* Secteurs N. A. C. E. : voir annexe no 1, p. 89.

68Le tableau 14 présente une évolution de l’emploi des entreprises de toute dimension. Il confirme la tendance constatée au niveau des P. Μ. E. Il apparaît néanmoins que, dans les grandes entreprises, la baisse d’emploi est plus marquée dans le secteur des autres industries manufacturières, du bâtiment et génie civil et du commerce.

69Les P. Μ. E. sont par ailleurs plus vulnérables dans le secteur de l’énergie et de l’eau. Les services non marchands des administrations publiques et privées et les services domestiques connaissent une croissance de l’emploi de 9,45 % durant la période 1974-1978.

Annexes

DIVISIONS A 1 DIGIT DE LA NOMENCLATURE DES ACTIVITES DE LA COMMUNAUTE EUROPEENNE

Notes

1 D. DE BREUKER et G. VAN BULEK, Le travailleur indépendant et les P. Μ. E., Institut Economique et Social des Classes Moyennes, Bruxelles 1978.
R. DONCKELS, K. M. O. en Werkverschaffing in crisistijd, Eclectica Reck UFSA/EMSAL, Brussel, 1979.
P. MAINIL, La P. Μ. E. dans la crise, Cahiers du C. E. P. I. C., no 2, Bruxelles.
M. WOITRIN, Enquêtes sur la situation des petites et moyennes entreprises industrielles dans les pays de la C. E. E., Etudes C. E. E., série concurrence, no 4, Bruxelles 1966.

2 R. DONCKELS, op. cit.

3 O. N. S. S., Rapport annuel, 1978, p. 165.

4 Cf. tableau 3.

Table des illustrations

Titre TABLEAU 3. Évolution annuelle du nombre d'entreprises par classe et région
Légende Source : Calculs du Séminaire d'Économie et de Droit de l'Entreprise.
URL http://books.openedition.org/pusl/docannexe/image/8552/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre TABLEAU 3 (suite)
Légende Source : Calculs du Séminaire d'Économie et de Droit de l'Entreprise.
URL http://books.openedition.org/pusl/docannexe/image/8552/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre TABLEAU 4. Évolution relative du nombre d’entreprises à Bruxelles par classe de dimension (%)
URL http://books.openedition.org/pusl/docannexe/image/8552/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre TABLEAU 5. Part relative des entreprises de classe 1 à 49, 50 à 99, plus de 100 par région
Légende Source : Calculs du Séminaire d’Économie et de Droit de l’Entreprise.
URL http://books.openedition.org/pusl/docannexe/image/8552/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre TABLEAU 6 A. Répartition régionale du nombre d’entreprises par secteur primaire, secondaire, tertiaire (1974-1978)
URL http://books.openedition.org/pusl/docannexe/image/8552/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Légende Source : Calculs du Séminaire d’Économie et de Droit de l’Entreprise.
URL http://books.openedition.org/pusl/docannexe/image/8552/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre TABLEAU 6 B. Évolution régionale des entreprises par secteur primaire, secondaire, tertiaire (1974-1978)
URL http://books.openedition.org/pusl/docannexe/image/8552/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre TABLEAU 7 A. Répartition sectorielle des entreprises par classe d’emplois (1974)
Légende * Secteurs N. A. C. E. : voir annexe no 1, p. 89.
URL http://books.openedition.org/pusl/docannexe/image/8552/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 280k
Titre TABLEAU 7 A (suite). Répartition sectorielle des entreprises par classe d’emplois (1974)
Légende * Secteurs N. A. C. E. : voir annexe no 1, p. 89.
URL http://books.openedition.org/pusl/docannexe/image/8552/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 280k
Titre TABLEAU 7 B. Répartition sectorielle des entreprises par classe d’emplois (1978)
Légende * Secteurs N. A. C. E. : voir annexe no 1, p. 89.Source : Calculs du Séminaire d’Économie et de Droit de l’Entreprise.
URL http://books.openedition.org/pusl/docannexe/image/8552/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 300k
Titre TABLEAU 7 B (suite)
Légende * Secteurs N. A. C. E. : voir annexe no 1, p. 89.Source : Calculs du Séminaire d’Économie et de Droit de l’Entreprise.
URL http://books.openedition.org/pusl/docannexe/image/8552/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 296k
Titre TABLEAU 8. Évolution comparative de l’emploi total salarié
URL http://books.openedition.org/pusl/docannexe/image/8552/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre TABLEAU 9. Évolution de l’emploi par région et classe d’emplois
URL http://books.openedition.org/pusl/docannexe/image/8552/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre TABLEAU 10. Évolution de l’emploi salarié à Bruxelles par classe d’emplois
Légende Source : Calculs du Séminaire d’Économie et de Droit de l’Entreprise.
URL http://books.openedition.org/pusl/docannexe/image/8552/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Titre TABLEAU 12 A. Emploi salarié régional par secteur primaire, secondaire et tertiaire
Légende Source : O. N. S. S., Rapports annuels, 1974 et 1978.
URL http://books.openedition.org/pusl/docannexe/image/8552/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre TABLEAU 13. Nombre d'entreprises de l'agglomération bruxelloise occupant de 1 à 99 personnes et nombre de travailleurs correspondant par grands secteurs N. A. C. E. pour les années 1974 et 1978
Légende Source : Calculs du Séminaire d'Économie et de Droit de l'Entreprise.
URL http://books.openedition.org/pusl/docannexe/image/8552/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Titre TABLEAU 14. Ventilation sectorielle de l'emploi salarie à Bruxelles (1974-1978)
Légende * Secteurs N. A. C. E. : voir annexe no 1, p. 89.
URL http://books.openedition.org/pusl/docannexe/image/8552/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
URL http://books.openedition.org/pusl/docannexe/image/8552/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 114k

Auteurs

Professeur à l’Université catholique de Louvain et aux Facultés universitaires Saint-Louis. Directeur du Séminaire d’Économie et de Droit de l’Entreprise

Professeur à l’Université catholique de Louvain et aux Facultés universitaires Saint-Louis. Directeur du Séminaire d’Économie et de Droit de l’Entreprise

Chercheur au Séminaire d’Économie et de Droit de l’Entreprise

© Presses de l’Université Saint-Louis, 1980

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540