Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’avenir de Bruxelles

 | 
Anne-Marie Kumps
, 
Robert Wtterwulghe
, 
Francis Delpérée

Première partie. Aspects économiques

Les composantes socio-démographiques de la région bruxelloise

Olivier Tixhon

Texte intégral

Introduction

Bruxelles. Évolution spatiale : 1830-1966

  • 1 Vers 1800, la ville de Bruxelles était enfermée dans ses remparts en forme de cœur, ou de pentagon (...)

1Au XIXe siècle, en Belgique comme dans la plupart des États européens, la population totale des villes augmente rapidement. Bruxelles plus que toute autre cité belge prend une importance considérable à partir de 1830, date à laquelle elle assume réellement son rôle historique de capitale, non plus des Provinces belges, mais de la Belgique, État indépendant. Nonobstant l’importance de ce facteur politique, il faut aussi souligner que dès les premières années du XIXe siècle, notre capitale, comme d’autres villes du Royaume, participe à la révolution industrielle alors en plein essor en Belgique. Tous ces facteurs eurent une influence considérable sur l’éclatement spectaculaire du pentagone auquel se réduisait alors la ville de Bruxelles1.

  • 2 B. JOURET, Définition spatiale du phénomène urbain bruxellois. Éditions de l’U. L. B., Bruxelles, (...)

2Notre capitale jouit en Belgique d’une position centrale par rapport aux autres villes du pays. Cette position sera renforcée par la mise en place progressive d’un réseau de communications, routes, canaux, chemins de fer, radio-concentriques vers les autres villes importantes, et principalement vers l’axe industriel Anvers, Bruxelles, Charleroi (A - B - C). Bernard Jouret souligne à ce propos dans une étude sur Bruxelles2 : « Comme il n’y avait dans la périphérie aucune autre ville importante, l’extension urbaine avait donc une cause spécifiquement bruxelloise ; les vagues urbanisatrices successives qui ont envahi et qui continuent à envahir l’espace brabançon ont une cause centrale et ne sont que l’expression objective de la vitalité du” foyer bruxellois” ».

  • 3 R. MOLS, Croissance de Bruxelles, sa population dans Reflets et Perspectives de la vie économique,(...)

3Il serait impossible dans le cadre de cette étude d’analyser de manière complète et détaillée l’évolution de notre capitale durant le XIXe siècle et le début du XXe siècle. Nous nous proposons donc, comme nombre de spécialistes de la démographie bruxelloise, dont Roger Mols3, de diviser l’extension de notre capitale en phases successives.

Première phase : 1800-1866

  • 4 Les terribles famines de Flandre en 1845 et les crises dans la région du Hainaut provoquèrent un a (...)

4En 1800, la ville, enfermée dans ses murailles et partagée par la Senne, rivière encore à ciel ouvert entre une partie basse souvent inondée située à l’Ouest et une partie haute plus salubre située à l’Est, compte environ 66.300 habitants. Au-delà des murailles, c’est la campagne. Les communes périphériques sont inexistantes, seuls quelques hameaux périphériques préfigurent de leur extension. En 1830, année de notre indépendance, Bruxelles devient un centre politico-économico-administratif de première importance et commence son explosion démographique. Les causes sont moins à rechercher du côté des variations des taux de natalité et de mortalité que du côté d’un solde migratoire positif4. En 1830, le pentagone compte 98.500 habitants. Dès ce moment, les augmentations de population vont prendre des allures vertigineuses. La période 1830-1866 voit le pentagone se saturer progressivement pour atteindre en 1866, 163.434 habitants.

Évolution spatiale de l’agglomération bruxelloise (fond de carte : projet de plan de secteur de Bruxelles)

Évolution spatiale de l’agglomération bruxelloise (fond de carte : projet de plan de secteur de Bruxelles)

5Une première couronne de communes va se souder au pentagone, surtout autour des anciennes portes qui agissent comme des zones de mouvance très efficaces. Les communes de Saint-Josse, Schaerbeek, Ixelles, Saint-Gilles, Anderlecht, Molenbeek, Etterbeek, Laeken annexé par Bruxelles-ville en 1921, et Koekelberg encore rurales d’aspect se transforment à vue d’œil. Au total, 272.000 habitants peuplent l’agglomération. Notons que la balance démographique centre-périphérie est toujours à l’avantage du centre avec 60 % contre 40 %.

Seconde phase : 1890

6Dès 1890, le pentagone atteint son maximum de saturation avec 176.138 habitants. Dès cette époque, sa population va se mettre à décroître. Tout le poids de l’accroissement est reporté sur les différentes communes de la première couronne. Les différentes communes qui la composent connaissent des taux de croissance inimaginables. Pour donner un exemple, passant de 4.138 habitants en 1846 à 40.298 habitants en 1890, la commune de Saint-Gilles connaît un taux de croissance de 973 %.

7Une deuxième couronne de communes commence à se former. Dès cette époque, la balance démographique centre-périphérie se trouve à l’avantage de celle-ci (40 % à 60 %).

Troisième phase : 1930

8Plusieurs variables expliquent le déclin démographique du centre de Bruxelles au profit de sa périphérie. Le centre de Bruxelles va se transformer radicalement, provoquant des migrations massives vers la périphérie, la première couronne et bientôt la deuxième couronne. Nous pourrions résumer les causes de ce déclin du centre comme suit :

  1. la migration des industries vers les faubourgs ; dans ceux-ci, le terrain nécessaire à l’implantation des fabriques est beaucoup moins cher, surtout dans les zones Ouest de notre capitale. Cette préférence des industries pour les zones Ouest est expliquée aussi par la proximité des moyens de communication constitués par l’axe du canal de Charleroi et des gares du Nord et du Midi ;
  2. la plus-value foncière des terrains du centre et son corrélat immédiat, à savoir la hausse des loyers, amenèrent les gens à préférer la périphérie ;
  3. les grands travaux d’assainissement et d’embellissement qui détruisirent des milliers d’impasses dans le centre-ville obligèrent à une migration centrifuge. Signalons aussi que dès cette époque, le centre de la ville se spécialise fonctionnellement. Ainsi, la plupart des quartiers du centre perdent leur caractère résidentiel et sont systématiquement affectés à des usages commerciaux ou administratifs, la Bourse de Bruxelles en 1873, le boulevard Adolphe Max en 1874, les galeries du Nord en 1880, le Palais de Justice de 1866 à 1883.

9Au début des années 1900, le phénomène de déconcentration du centre de Bruxelles prend donc de l’ampleur. Son déclin démographique se précise puisqu’il perd 50.000 habitants en 1930 par rapport à son maximum de 1890 qui était de 176.138 habitants.

  • 5 Pour mémoire : Bruxelles, Saint-Josse, Schaerbeek, Molenbeek-Saint-Jean, Ixelles, Etterbeek, Ander (...)

10Les neuf communes formant la première couronne5 sont de leur côté saturées. Le tissu urbain est désormais homogène jusqu’à la limite de la première couronne. L’agglomération englobe dès lors une deuxième couronne de communes : les communes de Forest, Uccle, Jette, Ganshoren, Berchem-Sainte-Agathe, Evere, Woluwe-Saint-Lambert, Woluwe-Saint-Pierre, Auderghem et Watermael-Boitsfort. Ces localités qui amorcent leur urbanisation se sont soudées à la ville et forment désormais un ensemble de près de 900.000 habitants. Déjà, la poussée des tentacules urbaines annonce une troisième périphérie.

  • 6 Le port de Bruxelles était et est encore le port intérieur le plus actif en Belgique.

11Il faut remarquer que les principales communes participant à la seconde couronne sont situées vers la partie Est de la ville. La raison de cette excroissance vers l’Est s’explique en partie par le fait que les terrains de cette zone sont plus élevés et donc plus salubres. Il est indéniable que la proximité de la forêt de Soignes a joué un rôle non négligeable. Ajoutons enfin que la zone industrielle de la capitale s’est plutôt concentrée vers la partie Ouest, dans les communes d’Anderlecht, Forest, Molenbeek-Saint-Jean, le bas d’Uccle, dans l’axe du sillon A-B-C et le long du canal6.

Quatrième phase : 1966

12Vers 1966, la population du pentagone est ramenée à 60.000 habitants, et le déclin de la première couronne s’amorce. Il subit une perte d’environ 30.000 habitants. Si les statistiques communales expriment encore une croissance, c’est qu’elles ne purent dissocier la partie urbanisée des quartiers plus éloignés qui relèvent morphologiquement de la deuxième couronne d’expansion. Il en est ainsi par exemple du haut de Schaerbeek vers Woluwe-Saint-Lambert. C’est à la deuxième couronne que revient la totalité de l’accroissement général de l’agglomération.

  • 7 Cette remarque est importante, mais dans notre étude, nous nous limiterons aux dix-neuf communes q (...)

13Une troisième couronne se forme, toujours principalement dans la zone Est et Sud-Est avec des communes comme Sint-Stevens-Woluwe, Crainhem, Wezembeek-Oppem, Tervueren, Overyse, Hœilaert, Rhode-Saint-Genèse, Linkebeek et dans la partie Sud-Ouest, Wemmel. Au vu de la continuation du tissu urbain et de la corrélation étroite de leurs taux de croissance comparables avec ceux des communes qui autrefois formaient le centre, ces différentes communes sont à incorporer statistiquement dans le « phénomène urbain bruxellois »7.

14Après ce bref aperçu historique, nous voudrions éclaircir quelque peu les composantes actuelles de la démographie bruxelloise. Nous nous limiterons principalement aux dix-neuf communes, mais lorsque des comparaisons avec le reste des deux Brabant, voire même le Royaume, s’avéreront utiles, nous ne manquerons pas de le faire.

TABLEAU 1. Évolution quantitative de la population bruxelloise

TABLEAU 1. Évolution quantitative de la population bruxelloise

Source: I. N. S., Rapports annuels, 1947-1979.

TABLEAU l (suite)

TABLEAU l (suite)

Source: I. N. S., Rapports annuels, 1947-1979.

TABLEAU 2. Évolution quantitative de la population totale et étrangère des dix-neuf communes bruxelloises

TABLEAU 2. Évolution quantitative de la population totale et étrangère des dix-neuf communes bruxelloises

Source: I. N. S., Rapports annuels, 1961 à 1979.
T : Total.
E : Étrangers.

TABLEAU 2 (suite)

TABLEAU 2 (suite)

Source : I. N. S., Rapports annuels, 1961 à 1979.
T : Total.
E : Étrangers.

TABLEAU 3. Variation de la population totale de Bruxelles

TABLEAU 3. Variation de la population totale de Bruxelles

Source: I. N. S., Rapports annuels, 1964 à 1979.

CHAPITRE I. Les composantes démographiques actuelles de la région bruxelloise

15Avant toute chose, nous voudrions attirer l’attention du lecteur sur les difficultés de récolte des données. Celles-ci résultent de l’état des statistiques existantes. Si pour les données globales de population par commune, les chiffres précis sont disponibles auprès de l’Institut National de Statistiques, il n’en est pas de même lorsqu’il s’agit de les faire « éclater » par catégorie. En effet, des statistiques plus fines qui nous donneraient de manière certaine les différents taux de natalité et de mortalité, les balances migratoires, les pyramides d’âge, la proportion des Belges et des étrangers, les niveaux d’enseignements par catégorie active, etc... ne sont disponibles qu’après publication des résultats des recensements décennaux. Nous sommes à la veille du recensement de 1980, nous ne pouvons donc nous baser que sur les chiffres précis de 1970, ainsi que sur le micro-recensement d’avril 1977 dont les résultats partiels viennent d’être publiés par l’I. N. S. Les résultats de ce micro-sondage n’infirment pas les grandes tendances évolutives que nous avons observées, mais il faudra cependant attacher une valeur toute relative à ces chiffres.

Section 1 : Les données globales

16Il semble que la croissance démographique de l’agglomération ne soit plus qu’un concept historique au vu de l’évolution des chiffres. Au 1er janvier 1980, date des dernières statistiques connues, les 19 communes comptaient 1.008.715 habitants dont 774.440 Belges, soit 76 % et 234.275 étrangers, soit 24 %. Si nous observons l’évolution de ces dernières années, une double constatation s’impose ; la population totale diminue et sa tendance au vieillissement s’accélère.

§ 1. La population diminue (tableaux 1, 2, 3)

  • 8 L. DAEMS et D. VAN WYNSBERGHE, Composantes régionales de l’accroissement de la population, dans Ec (...)

17La population bruxelloise totale décroît depuis 1967, sauf en 1970. Sur près de 13 ans, le solde négatif est de 68.320 unités. Il faut signaler que depuis 1973, les déficits s’accentuent. En réalité, la population bruxelloise étrangère avait permis de compenser cette déperdition pendant 5 années. Deux facteurs expliquent ces mouvements dangereux pour notre agglomération : d’une part les flux migratoires et d’autre part les balances entre taux de mortalité et de natalité. Ces deux facteurs seront détaillés dans les deux prochaines sections. Sachons que d’après les prévisions du C. E. R. B.8, la propension à la diminution des résidents belges à Bruxelles et l’augmentation des résidents étrangers ne feront qu’augmenter dans les années à venir. En effet, si actuellement la population étrangère représente 24 % du total, les estimations sont de 27,5 % en l’an 2000 et de 35,7 % en l’an 2025. Parallèlement, on s’attend à ce que le déclin démographique bruxellois se poursuive au même rythme qu’actuellement jusqu’au début de la prochaine décennie, ensuite entre 1980 et 1995, la population resterait stable avec plus ou moins 1.003.000 habitants, pour enfin retrouver une progression moyenne d’environ 5.000 unités l’an.

§ 2. La population vieillit (tableau 4)

18Le vieillissement de la population bruxelloise se reflète à travers les pyramides d’âge que nous avons calculées sur base des données de l’I. N. S. Si nous analysons la plus récente, à savoir celle de 1977, nous nous apercevons que par rapport à la population totale du Royaume, Bruxelles possède moins de « jeunes » et beaucoup plus de « vieux ». Ce déséquilibre naturel explique qu’en définitive la pyramide est quasi inversée par rapport à la configuration optimale qui suppose une large base et un sommet assez pointu. A titre exemplatif, les chiffres publiés par le C. E. R. B. nous indiquent que l'indice de vieillissement des Belges à Bruxelles est particulièrement élevé ; il frôle la valeur 120, ce qui signifie que pour 120 personnes âgées de plus de 65 ans, il n’y en a que 100 âgées de moins de 15 ans. L’indice d’inactivité des Belges à Bruxelles est également élevé par rapport à celui des autres régions et se situe pratiquement à la valeur 30. Ce qui signifie que si les ressources financières n’étaient pas transférables entre les régions, 100 Bruxellois actifs devraient supporter la charge de 30 pensionnés, à laquelle s’ajoute celle de 25 jeunes de moins de 15 ans. En fait, cet indice fictif en définitive sous-estime la réalité, puisque du total des actifs ne sont pas déduits les jeunes de plus de 15 ans encore aux études, ainsi que l’ensemble des chômeurs qui malheureusement représente une masse relativement importante et croissante de la population potentiellement active.

TABLEAU 4. Pyramide d’âge de la population totale bruxelloise au 1er janvier 1977

TABLEAU 4. Pyramide d’âge de la population totale bruxelloise au 1er janvier 1977

Source : I. N. S., Rapport annuel, 1977.

19Comme nous le développerons, les facteurs explicatifs de ces deux constatations doivent se rechercher à partir de certaines données relatives aux taux de natalité et de mortalité, ainsi que dans les taux de migrations inter et intra-régionales.

§ 3. Région de provenance des habitants de Bruxelles (tableau 5)

20L’analyse des chiffres de la région de naissance des habitants des 19 communes bruxelloises nous réserve des surprises. En effet, moins de la moitié (48,4 %) des Bruxellois sont effectivement natifs d’une des communes de l’agglomération, le solde se répartissant plus ou moins équitablement entre la Flandre (17,4 %), la Wallonie (15,6 %) et l’étranger (17,5 %). Les phénomènes de migration sont importants dans la région, nous y reviendrons dans la section suivante. Ainsi, nous ne pouvons pas affirmer de manière trop absolue que les habitants de Bruxelles sont de vieille souche ou de vieille tradition bruxelloise. Des analyses sociologiques visant à définir les univers socio-culturels bruxellois devraient être entreprises, permettant d’affiner nos connaissances.

TABLEAU 5. Région de naissance des habitants de Bruxelles (%)

TABLEAU 5. Région de naissance des habitants de Bruxelles (%)

Source : I. N. S., Recensement de la population au 31-12-1970, Tome III, 1975.

21Dernière constatation que nous inspire l’analyse de ce tableau, si l’on sait que la population unilingue néerlandophone était approximativement de 15 à 20 % en 1970, force nous est de postuler qu’une partie de l’immigration flamande est passée à la francophonie.

TABLEAU 6. Taux de natalité interrégional des Belges et des étrangers (recensement de 1970)

TABLEAU 6. Taux de natalité interrégional des Belges et des étrangers (recensement de 1970)

TABLEAU 7. Taux de mortalité interrégional des Belges et des étrangers (recensement de 1970)

TABLEAU 7. Taux de mortalité interrégional des Belges et des étrangers (recensement de 1970)

Source : Eco-Brabant, no 17, mars 1978.
Taux moyen : le rapport du nombre total de naissances sur le total des habitants.
Taux net : si l’on veut éliminer les effets dus à la structure d’âge, on peut les effacer en calculant les taux par catégorie d’âge et en les additionnant. (L’analyse utilise des intervalles de cinq en cinq ans).

SECTION 2 : LES TAUX DE NATALITÉ ET DE MORTALITÉ DES BELGES ET DES ÉTRANGERS

22Les chiffres sur lesquels nous nous baserons sont extraits des recensements de 1970. Si actuellement les mouvements sont confirmés, il s’agit néanmoins de les comparer avec une extrême prudence. Nous tâcherons de ventiler la population bruxelloise en Belges et étrangers, ainsi que d’établir des comparaisons avec les deux Brabant, la Flandre, la Wallonie et le Royaume.

§ 1. Les taux de natalité de la population belge à Bruxelles (tableau no 6)

  • 9 Les taux de Flandre et Wallonie sont calculés par l’addition des taux de chaque province qui les c (...)

23Pour Bruxelles, tant en taux moyen qu’en taux net, les résultats sont les plus faibles par rapport à l’ensemble du Brabant, de la Flandre et de Wallonie9 et qui plus est, du Royaume. Notons que le taux de natalité des arrondissements contigus à Bruxelles, c’est-à-dire Hal, Vilvorde et Nivelles est moins élevé que celui de Louvain par exemple. Nous pouvons dès lors émettre l’hypothèse d’une influence du phénomène d’urbanisation de Bruxelles sur ses zones contiguës. Ajoutons enfin que dans le Brabant, ce sont les arrondissements néerlandophones qui connaissent les taux les plus élevés.

§ 2. Les taux de natalité de la population étrangère à Bruxelles (tableau no 6)

24Les chiffres sont clairs, il naît deux fois plus d’étrangers que de Belges à Bruxelles. Bien que ce taux moyen ne soit pas le plus élevé du Royaume, il reste néanmoins supérieur à la moyenne nationale. Encore une fois, les taux de natalité des étrangers comme des Belges sont moins élevés dans Bruxelles et ses zones contiguës. Comme nous l’avons déjà supposé, l’urbanisation entraînerait des taux de natalité moins élevés.

25Sans prendre trop de risques, nous pouvons donc conclure par un verdict de dénatalité pour les 19 communes de Bruxelles, sauf en ce qui concerne la population étrangère. L’étude des taux de mortalité est tout aussi éclairante.

§ 3. Les taux de mortalité des populations belges à Bruxelles (tableau no 7)

  • 10 Bruxelles est en réalité du moins juridiquement une zone bilingue.

26Le taux de mortalité des populations belges de Bruxelles est l’un des plus élevés du Royaume. Il est largement supérieur à la moyenne nationale. La même hypothèse qu’auparavant peut être émise, concernant l’impact des facteurs d’urbanisation. Constatons qu’au sein du Brabant, les deux zones francophones10 connaissent des taux plus élevés que les zones néerlandophones. Cette affirmation peut être extrapolée à l’ensemble des provinces néerlandophones et francophones. Il est curieux de remarquer à cet égard que toutes les provinces néerlandophones connaissent des taux qui sont inférieurs à la moyenne nationale. Des sondages effectués par l'I. N. S. en 1976 montrent que ces différents taux sont en légère diminution.

§ 4. Les taux de mortalité des populations étrangères à Bruxelles (tableau no 7)

  • 11 Le déménagement des Facultés francophones à Louvain-la-Neuve jouera un rôle non négligeable.

27À Bruxelles, comme d’ailleurs dans l’ensemble du Brabant, les étrangers ont des taux de mortalité nettement moins élevés que la population belge. Ils sont de trois à quatre fois inférieurs. Ceci s’explique en partie par la structure d’âge des populations étrangères qui sont beaucoup plus jeunes. Notons au passage les taux particulièrement bas de la région de Louvain. La présence dans cette ville de nombreux universitaires est un élément d’explication11.

28Il est évident que les variations des taux de natalité et de mortalité ne donnent pas complètement la clef de l’explication. L’étude des flux migratoires semble être plus significative.

Section 3 : Les flux migratoires inter et intra-régionaux des Belges et des étrangers

29Dans les différents paragraphes qui suivent, nous analyserons les migrations internes et externes des Belges et des étrangers à Bruxelles. La migration interne définit la migration (déménagement) entre les différentes régions d’un même pays. La migration externe, quant à elle, définit les migrations d’un pays vers un autre. Ces différents taux peuvent être calculés tant en valeurs moyennes que nettes, ceci afin de corriger l’influence de la structure d’âge. Le tableau no 8 indique les taux totaux d’émigration interne à partir des différentes régions de départ. Pour donner un exemple qui éclairera le propos, si nous savons que le taux d’émigration moyen des Belges au départ de Bruxelles est de 32, cela indique tout simplement que sur 1.000 Belges habitant Bruxelles, il y en a 32 qui en moyenne ont déménagé vers une autre région du pays.

TABLEAU 8. Taux d’émigration interne de la population belge et étrangère (recensement de 1970)

TABLEAU 8. Taux d’émigration interne de la population belge et étrangère (recensement de 1970)

Source : Eco-Brabant, no 17, mars 1978.

§ 1. Les taux de migration interne de la population bruxelloise (tableau no 8)

  • 12 Hal-Vilvorde et Nivelles.
  • 13 L’école de sociologie urbaine de Chicago a publié divers travaux qui abondent dans ce sens.

30À l’analyse du tableau, il semble que ce sont les résidents belges de Bruxelles qui fuient la capitale. Les deux zones suburbaines12 de notre capitale semblent être dans le même cas, puisque les trois taux sont les plus élevés du pays. Ceci confirme l’hypothèse avancée en sociologie urbaine13 qui prétend que l’urbanisation tend à réduire les taux de natalité et à augmenter les taux d’émigration et cela, à partir d’un certain seuil de concentration. Ajoutons enfin que, hormis le Brabant, les résidents belges des zones néerlandophones du pays sont relativement plus sédentaires que les résidents belges des zones francophones. Il est intéressant de s’interroger sur les destinations de ces migrants. Les tableaux 9 et 10 précisent les principales zones de destination pour les Belges et les étrangers. D’après les chiffres, on s’aperçoit qu’en 1970 la tendance d’émigration au départ de Bruxelles se manifestait plus vers l’arrondissement de Hal-Vilvorde que vers Nivelles. Par ailleurs, nous remarquons une forte mobilité de Nivelles et de Hal-Vilvorde vers Bruxelles. Les habitants des provinces flamandes ont peu de liaison avec l’ensemble des autres régions tout comme les Wallons. Remarquons cependant une assez forte mobilité de la Wallonie vers Bruxelles. Le tableau no 10 relatif aux populations étrangères nous montre une grande mobilité des étrangers à partir de toutes les régions vers Bruxelles. Les taux sont beaucoup plus élevés que pour les populations belges.

TABLEAU 9. Taux d’émigration interrégionale de la population belge (recensement de 1970)

TABLEAU 9. Taux d’émigration interrégionale de la population belge (recensement de 1970)

TABLEAU 10. Taux d’émigration interrégionale de la population étrangère (recensement de 1970)

TABLEAU 10. Taux d’émigration interrégionale de la population étrangère (recensement de 1970)

Source : Eco-Brabant, no 17, mars 1978.

§ 2. Les taux de migration externe de la population bruxelloise (tableau no 11)

31Comme nous l’avons déjà souligné, les taux de migration externe estiment les déménagements au départ des différentes régions belges vers l’étranger. A nouveau, les populations bruxelloises se distinguent ; leur taux se situe largement au-dessus de la moyenne nationale.

TABLEAU 11. Taux d’émigration externe des Belges et des étrangers (recensement de 1970)

TABLEAU 11. Taux d’émigration externe des Belges et des étrangers (recensement de 1970)

Source : Eco-Brabant, no 17, mars 1978.

CHAPITRE II. Les populations étrangères à Bruxelles

32Le cas des populations étrangères à Bruxelles mérite qu’on s’y attarde. Actuellement plus de 25 % des étrangers qui vivent en Belgique résident dans l’agglomération bruxelloise. Nous savons déjà que le taux de natalité des étrangers bruxellois est élevé, que leur taux de mortalité est faible ainsi que leur taux d’émigration.

33Tous ces indices laissent supposer une augmentation tant en valeur absolue que relative des étrangers dans notre capitale. Une prévision de population faite par le C. E. R. B. estime à plus de 25 % en l’an 2000 (actuellement 24 %) et plus de 37 % en l’an 2025, la part relative des étrangers à Bruxelles. La répartition des étrangers suivant les nationalités d’origine illustrée au tableau no 12 est éclairante ; les derniers chiffres disponibles datent malheureusement du recensement de 1970.

34Si les populations méditerranéennes (turque, marocaine, espagnole, italienne) représentent 50 % du total des étrangers, il faut préciser qu’à l’encontre d’une imagerie populaire tenace, les étrangers à Bruxelles ne constituent pas uniquement ce que d’aucuns appellent péjorativement les « travailleurs immigrés ». Bruxelles étant le siège de nombreuses organisations internationales, la répartition sociologique des étrangers est plus large qu’on ne le pense généralement, malgré une classe moyenne peu développée.

TABLEAU 12. Répartition des étrangers d’après les nationalités

TABLEAU 12. Répartition des étrangers d’après les nationalités

Source : I. N. S., Recensement de la population au 31-12-1970, 1975.

TABLEAU 13. Emploi par commune à Bruxelles

Communes

Chiffres absolus

 %

Bruxelles

327.375

53,98

Ixelles

41.486

6,84

Anderlecht

41.065

6,77

Schaerbeek

32.856

5,42

Molenbeek-Saint-Jean

21.458

3,54

Forest

20.414

3,36

Saint-Gilles

18.854

3,11

Saint-Josse

9.936

1,64

Total

513.544

84,67

Total Bruxelles

606.438

100,00

Source : I. N. S., Recensement de la population au 31-12-1970, 1975.

35Le tableau no 2 illustre la répartition des étrangers dans les différentes communes de l’agglomération. La répartition n’est pas homogène ; les disparités communales sont importantes. Les communes de Molenbeek-Saint-Jean (29,3 %), Saint-Gilles (45,9 %), Saint-Josse-ten-Node (46,6 %), Schaerbeek (32,5 %), Forest (26,1 %), Ixelles (26 %), Bruxelles (26,6 %) et Anderlecht (20,7 %) groupent un nombre important d’étrangers. Ajoutons aussi que ces 8 communes regroupent 87 % des étrangers venant des pays méditerranéens.

36Deux facteurs expliquent ce phénomène :

  • d’une part, ces 8 communes regroupent 84,7 % de l’emploi disponible dans les 19 communes formant l’agglomération de Bruxelles (voir tableau no 13)
  • d’autre part, ces 8 communes sont constitutives de la première couronne d’urbanisation ; le tissu urbain y est très vieilli et la vétusté de l’habitat dans certains quartiers y impose des loyers relativement modérés.

37De plus, deux communes à vocation purement résidentielle, Woluwe-Saint-Lamhert et Woluwe-Saint-Pierre, possèdent également un nombre relativement élevé d’étrangers. Il s’agit là principalement de fonctionnaires ou de cadres travaillant dans les diverses organisations internationales de Bruxelles, ou dans les sièges de sociétés multinationales.

38L’intégration sociale et culturelle de ces populations étrangères, principalement celles de la première couronne, est rendue extrêmement difficile suite notamment à la spéculation immobilière. Celle-ci entraîne une concentration de familles dans de vieux immeubles non prévus initialement à cet effet comme, par exemple, de vieilles maisons unifamiliales divisées en appartements et des logements sociaux trop concentrés. Cette course aux gains faciles a forcément comme conséquence de transformer certains îlots de la capitale en de véritables ghettos dans lesquels les problèmes humains et sociaux prennent de l’ampleur, provoquant les réactions de méfiance et de xénophobie que nous connaissons malheureusement à l’heure actuelle.

39Les problèmes d’emploi et de chômage des populations étrangères à Bruxelles sont également préoccupants. En effet, pour le Royaume fin juin 1979, sur les 276.297 chômeurs complets indemnisés (C. C. I.), il y avait 42.303 étrangers, soit 15,3 % du total.

40A la même époque à Bruxelles, sur les 29.517 C. C. I., il y avait 12.269 C. C. I. étrangers, soit 41,6 % du total.

41Si l’on sait que 25 % du total de la population étrangère de Belgique est concentrée à Bruxelles, et que 29 % du total des chômeurs étrangers de Belgique sont domiciliés à Bruxelles, force nous est de constater qu’il y a des déséquilibres. Ces déséquilibres sont d’autant plus inquiétants que ces populations sont généralement sous-qualifiées, alors que l’emploi bruxellois s’oriente de plus en plus vers la haute qualification.

42Autre constatation, lorsqu’on observe la montée vertigineuse du chômage des étrangers à Bruxelles et les taux d’immigration de ceux-ci de toutes les régions du Royaume vers notre capitale et région, il semble probable que bon nombre d’étrangers ayant perdu un emploi dans une des deux autres régions déménagent vers Bruxelles et viennent y chômer, trouvant auprès des communautés de leur nationalité qui y sont très vivantes et bien organisées, l’in dispensable soutien durant cette pénible période. Si sur le plan humain ces phénomènes sont naturels et normaux, en temps de crise, ils restent malheureusement préjudiciables pour les finances bruxelloises, surtout dans le cadre d’une régionalisation qui serait plus ou moins rigide.

43Une véritable politique d’intégration des étrangers à Bruxelles, surtout au niveau de l’enseignement, de l’habitat voire même de la vie politique communale, s’impose, d’autant que pour la plupart, et malgré les dires de certains, leur participation au produit régional brut, aux diverses sources de taxation, doublée de leur vitalité démographique, les rend indispensables pour l’avenir de notre région.

CHAPITRE III. L’évolution linguistique dans la région bruxelloise

  • 14 Le volet linguistique du recensement est impossible à introduire depuis 10 ans.
  • 15 R. MOLS, Croissance de Bruxelles, sa population, dans Reflets et perspectives de la vie économique (...)

44L’évolution linguistique de la ville de Bruxelles a déjà soulevé pas mal de polémiques. Il faut reconnaître que le sujet n’est pas facile, vu le contexte politique actuel, les préjugés de bon nombre de chercheurs et l’ambiguïté de certaines statistiques14. Des données récentes sont introuvables ou inutilisables parce que politisées ou partisanes. Nous nous limiterons à ce qui est « indiscutable ». Nous nous baserons, pour ce faire, sur des chiffres communiqués par R. Mols15 dans une étude assez générale pour rester objective.

  • 16 Les inscriptions dans les vieilles églises ou sur les pierres tombales sont significatives.
  • 17 Signalons que la bourgeoisie foncière est encore à cette époque la plus puissante à Bruxelles.

45Avant l’indépendance de la Belgique, le territoire bruxellois était néerlandophone à une très large majorité16. En 1830, lors de notre indépendance, le processus de francisation avait déjà commencé. Le régime français (1795 à 1815) qui correspond à notre essor industriel a fait naître à Bruxelles une puissante bourgeoisie financière et industrielle francophone17. En outre, l’administration et la Cour qui s’installèrent à l’Indépendance adoptèrent le français comme langage véhiculaire. Comme le souligne d’ailleurs R. Mols, « la croissance de Bruxelles a marché de pair avec un processus de francisation intensive provoquée surtout par un engouement psychologique résultant d’un désir de promotion sociale ». Un double mouvement explique ce processus : d’une part, un effet de supplantation qui amena la population néerlandophone autochtone ou immigrée à devenir bilingue, puis francophone ; d’autre part, un effet d’implantation de bilingues ou d’unilingues dans les quartiers périphériques, y noyant la population néerlandophone autochtone.

46Déjà en 1830, 30 % des Bruxellois parlent le français. En 1847, la progression continue, et le français est majoritaire dans le pentagone et dans la commune de Saint-Josse-ten-Node. En 1910, il est majoritaire dans les communes de Forest, Saint-Gilles, Ixelles, Bruxelles, Saint-Josse-ten-Node, Schaerbeek, Etterbeek, c’est-à-dire dans la majorité des communes de la première couronne ; Anderlecht et Molenbeek qui manquent dans la liste possèdent déjà environ 40 % de francophones. En 1947, le français est majoritaire dans la totalité de l’agglomération sauf à Evere (40 %). Des communes comme Wemmel (± 30 %), Crainhem (± 35 %), Wezembeek-Oppem (± 25 %) et enfin Rhode-Saint-Genèse (+ 25 %) commencent à participer au phénomène. En 1966, pour l’agglomération, et en défalquant les 10 % d’étrangers dont la condition linguistique est particulière, quoique ayant une large majorité de francophones de seconde langue, le rapport numérique semble le suivant : 40 % de francophones unilingues et 60 % de bilingues partagés par moitié entre les deux appartenances linguistiques.

47Signalons enfin que des communes situées dans l’arrondissement néerlandophone de Hal-Vilvorde ont des taux fort élevés de francophones, principalement les communes de Crainhem (60 %), Wezembeek (plus de 40 %), Overyse (20 %), Wemmel (35 %), Linkebeek (62 %) et Rhode-Saint-Genèse (42 %).

  • 18 L’extension du « Nederlandse onderwijs » à Bruxelles n’est pas étrangère à cette modification de l (...)

48Actuellement, sans pouvoir nous baser sur des chiffres précis, il faut signaler que si la francophonie est toujours largement majoritaire à Bruxelles, le nombre de bilingues de souche néerlandophone augmente, ainsi que le nombre d’unilingues néerlandophones qui était quasi inexistant ; il y a dix ans ! Le réveil d’une conscience flamande, surtout à Bruxelles, sa stimulation par l’ensemble de la communauté néerlandophone du pays18 poussent certaines populations flamandes d’origine et devenues bilingues ou francophones par nécessité à renouer avec les origines culturelles.

CHAPITRE IV. Évolution quantitative de la population active, de l’emploi et du chômage à Bruxelles

49Les statistiques concernant l’emploi à Bruxelles sont très difficiles à manier. En effet, plusieurs organismes sont habilités à les fournir : l’O. N. S. S. (salariés et appointés), l'Ι. N. A. S. T. I. (indépendants). Soulignons que les méthodes de calcul sont différentes et que, dès lors, les chiffres ne sont comparables qu’au prix de grandes difficultés. Dans ce chapitre, nous resterons très schématiques, puisque dans la partie de cet ouvrage qui sera consacrée à l’évolution économique de Bruxelles, l’analyse du phénomène emploi sera affinée. Signalons que les-derniers chiffres disponibles datent de l’année 1978, les chiffres de l’année 1979 ne seront publiés qu’en octobre 1980.

Section 1 : Évolution quantitative de l’emploi à Bruxelles par secteur et par catégorie de travailleurs

50L’analyse des grandes composantes de l’emploi à Bruxelles est significative de deux évolutions assez dangereuses ; l’emploi total diminue et les balances de répartition inter-sectorielles sont déséquilibrées par rapport au pays.

§ 1. L'emploi total diminue (tableaux 14 et 15)

51L’analyse du tableau no 14 pour les travailleurs, et du tableau no 15 pour les indépendants révèle une baisse assez nette de l’emploi depuis 1974, année du durcissement de la crise économique.

TABLEAU 14. Évolution quantitative de l'emploi dans la région bruxelloise (sauf indépendants), 1970, 1972, 1974, 1976, 1978

TABLEAU 14. Évolution quantitative de l'emploi dans la région bruxelloise (sauf indépendants), 1970, 1972, 1974, 1976, 1978

Source: sur base, O.N.S.S., Rapports annuels, 1970, 1972, 1974, 1976, 1978.

TABLEAU 15. Évolution quantitative des indépendants dans la région bruxelloise (1972, 1974, 1976, 1978)

TABLEAU 15. Évolution quantitative des indépendants dans la région bruxelloise (1972, 1974, 1976, 1978)

Source: sur base, I. N. A. S. T. I., Rapports annuels, 1972, 1974, 1976, 1978.

52Au total, on constate une diminution de 26.095 travailleurs, soit un taux de décroissance de 4,25 %, et de 15.481 indépendants, soit un taux de décroissance de 22 %. L’emploi diminue dans tous les secteurs, sauf dans le secteur public où il connaît une augmentation. Signalons que les décroissances les plus importantes se situent dans l'industrie (— 20,5 %) et dans le bâtiment (— 23 %). Enfin, au niveau global, le secteur tertiaire voit son emploi augmenter (+ 2 %) tandis que le secondaire connaît un net fléchissement (— 21 %). Cette dernière remarque nous amène à la deuxième constatation.

§ 2. Les balances de répartition inter-sectorielles sont déséquilibrées par rapport au pays

53La répartition de l’emploi à Bruxelles suivant les trois grands secteurs (primaire, secondaire et tertiaire) est particulière et assez alarmante. Que dans un espace géographique quasi totalement urbanisé, le primaire ne représente que 0,04 % n’a rien de paradoxal. Plus inquiétante est la répartition entre le secteur secondaire et tertiaire.

  • 19 Signalons que dans une étude récente du C.E.R.B., sur les 32.663 établissements recensés à Bruxell (...)

54Pour l’année 1978, le tertiaire est largement majoritaire puisqu’il représente 78,1 % de l’emploi total alors que le secondaire ne représente que 21,9 % de ce total19.

55À titre d’exemple, la répartition du tertiaire/secondaire était en 1978 de 52 à 48 % pour la Flandre et de 57 à 43 % pour la Wallonie. Il y a donc à Bruxelles une hypertrophie du secteur tertiaire qui par ailleurs ne fait que s’amplifier, puisqu’au début de l’année 1970 il ne représentait « que » 67,5 %, contre 32,5 % pour le secondaire.

  • 20 Il convient cependant d’être extrêmement prudent dans la mesure où l’octroi du statut statistique (...)
  • 21 Les conditions d’accès aux zonings gérés par la S.D.R.B. sont significatives : 1) secteur industri (...)

56Ces chiffres indiquent donc que le secteur le plus menacé à Bruxelles est celui du secondaire, la régression y étant la plus marquée. En outre à l’analyse du tableau no 16, qui compare la répartition de l’emploi suivant le statut du travailleur, on s’aperçoit qu’au sein des emplois industriels, la régression des ouvriers est deux fois plus importante que celle des employés20. Ajoutons aussi qu’en valeur relative, toutes les diminutions sont plus importantes pour Bruxelles par rapport au Royaume et spécialement pour l’emploi des ouvriers. Si l’on sait que la structure de l’emploi industriel à Bruxelles a tendance à se déplacer vers la haute spécialisation et la haute valeur ajoutée21, ce qui à moyen terme exclut la non-qualification, bon nombre de travailleurs victimes de cet étranglement progressif du secondaire seront écartés ou devront se requalifier. Cela ne manquera pas de renforcer un mouvement d’émigration vers d’autres régions dans lesquelles la structure de l’emploi est plus homogène. L’évolution du chômage à Bruxelles ne prévoit pas un redressement immédiat, comme nous allons le voir dans la section suivante.

TABLEAU 16. Évolution de l’emploi à Bruxelles selon le statut du travailleur

TABLEAU 16. Évolution de l’emploi à Bruxelles selon le statut du travailleur

Source : O. N. S. S., Rapports annuels, 1974, 1975, 1976.

TABLEAU 17. Évolution du chômage dans la région bruxelloise. Comparaison avec le Royaume (absolu et taux de chômage, ventilation selon le sexe)

TABLEAU 17. Évolution du chômage dans la région bruxelloise. Comparaison avec le Royaume (absolu et taux de chômage, ventilation selon le sexe)

Source : sur base O. N. Em., Statistiques anneulles des chômeurs complets indemnisés, 1974, 1975, 1976, 1977, 1978, 1979. Les chiffres entre parenthèses sont ceux du Royaume.

Section 2 : Évolution du chômage dans la région bruxelloise

57L’analyse du tableau no 17 nous permet de faire quelques constatations importantes. Le nombre de chômeurs complets indemnisés est en croissance constante et rapide depuis l’année 1974. Entre 1974 et 1979, la croissance relative est de 217 %, la croissance la plus élevée se situant entre 1974 et 1976. Les répartitions du chômage selon le sexe et la comparaison avec le Royaume sont encore plus éclairantes.

  • 22 Lorsque nous parlons de taux de chômage, nous désignons le résultat du rapport entre le nombre tot (...)

58Il semble qu’à Bruxelles, l’emploi féminin est plus sauvegardé que dans le reste du pays. En effet, dans l’ensemble du pays, le nombre de chômeuses dépasse de plus en plus largement le nombre de chômeurs, alors qu’à Bruxelles le rapport reste équivalent. Si l’on raisonne en termes de taux de chômage22, on s’aperçoit que le taux féminin est supérieur à celui des hommes, aussi bien à Bruxelles que dans l’ensemble du pays.

59En 1975 (grosses variations), l’accroissement du nombre de chômeurs masculins à Bruxelles (+ 117,5 %) a été plus important que celui du nombre de chômeuses (+ 69,5 %) ; or, dans l’ensemble du pays, les variations de ces deux catégories sont quasi équivalentes (+ 71 % et + 68 %). D’autre part, quel que soit le sexe, les variations sont plus importantes pour Bruxelles que pour le pays.

60En 1976, les Bruxelloises (+ 48 %) sont plus touchées par le chômage que les hommes (+ 35 %), ce qui se vérifie aussi au niveau national (+ 15 % et 41 %). Cette année-là, le taux de chômage à Bruxelles est supérieur à celui du pays (8,7 % et 8,6 %).

61En 1977, le taux de chômage à Bruxelles est le même que celui du pays (9,8 %). Le chômage féminin (+ 17 %) continue à s’accroître plus vite que le chômage masculin (+ 8 %). Cependant, le taux de chômage masculin à Bruxelles (7,9 %) reste supérieur au taux national (6 %), alors que le taux féminin (12,6 %) reste inférieur à celui du Royaume (17,3 %). La seule explication de cette disparité est l’hyperconcentration du tertiaire à Bruxelles, ce secteur occupant un nombre non négligeable de femmes. Celles-ci sont donc moins touchées par la crise, alors que l’asphyxie du secteur secondaire touche plus l’emploi masculin.

62En 1978 et 1979, on assiste à un relatif tassement des chiffres quoique la croissance continue. Signalons cependant que le taux de chômage bruxellois redevient inférieur à celui du Royaume et spécialement celui des femmes puisque le taux bruxellois est de 12,9 % en 1979 alors que durant cette même année, le taux national était de 20,3 %. Ces données renforcent l’hypothèse que nous avons émises ci-avant concernant le secteur tertiaire bruxellois.

  • 23 Bien plus inquiétant semble le fait que les investissements réalisés ces dernières années sont plu (...)

63De cette brève analyse, il ressort que l’emploi a subi une détérioration plus marquée à Bruxelles que dans l’ensemble du pays. Même si actuellement la montée vertigineuse du chômage est temporairement jugulée, il n’en reste pas moins que vu la petite part du secteur secondaire dans l’économie régionale bruxelloise, les perspectives restent inquiétantes. Il est peu probable que ce secteur pourra jouer un rôle de relais suffisant lors d’une hypothétique relance de l’activité économique, suite à la maîtrise possible de la crise structurelle que nous connaissons actuellement23. Ainsi, notre économie régionale devra supporter la charge quasi incompressible d’un nombre élevé de chômeurs (chômage structurel), pour lesquels les solutions à moyen terme sont soit une requalification complète, soit l’émigration vers les deux autres régions, dans lesquelles le secteur secondaire aura pu, grâce à sa part relativement plus importante, jouer un rôle de relance.

64Il serait intéressant de comparer l’évolution de l’emploi et du chômage à Bruxelles, avec les migrations alternantes, c’est-à-dire l’évolution du nombre de travailleurs habitant en dehors de l’agglomération et venant y travailler chaque jour.

TABLEAU 18. Migrants alternants (navetteurs) entrant dans Bruxelles (comparaison 1961, 1970, 1977)

TABLEAU 18. Migrants alternants (navetteurs) entrant dans Bruxelles (comparaison 1961, 1970, 1977)

Source: sur base I. N. S., Recensement de la population au 31-12-1961 et 31-12-1970, et Micro-sondage, avril 1917.

CHAPITRE V. Les migrations alternantes de la région bruxelloise

  • 24 Voir, I. N. S., Micro-sondage, avril 1977.

65Nous savons qu’en 1977, l’emploi bruxellois était estimé à 588.484 unités. A cette même époque, date des dernières statistiques connues pour la navette24, celle-ci s’élevait à 264.589 unités, soit 44,25 % du total de l’emploi disponible à Bruxelles. Le tableau no 18 nous montre des évolutions assez intéressantes. Depuis 1961, le nombre de navetteurs ne fait qu’augmenter, dans une proportion largement favorable à la Flandre et principalement au Brabant flamand qui à lui seul draine une population largement supérieure à toute la Wallonie.

66À titre d’exemple, en 1977, avec 188.100 navetteurs, 32 % du total de l’emploi bruxellois était occupé par des travailleurs domiciliés en Flandre.

67L’explication de ce phénomène semble devoir se rechercher dans deux directions, d’une part, la position géographique de Bruxelles facilite l’accès aux populations de Flandre et du Brabant flamand, d’autre part, les néerlandophones pratiquent un bilinguisme beaucoup plus actif que les francophones, ce qui les avantage surtout au niveau de l’emploi dans le secteur public et tertiaire qui est très important à Bruxelles.

  • 25 Le lecteur soucieux de vérifier ces hypothèses pour l’année 1970 lira avec intérêt les différentes (...)

68Il semble néanmoins assez paradoxal de constater que le nombre de navetteurs augmente alors que l’emploi total diminue et que le nombre de chômeurs bruxellois augmente. La seule explication logique est que l’exode des populations bruxelloises vers les zones périphériques, depuis les années 1970, provoque cette distorsion. En effet, d’après les taux de migration que nous avons étudiés, un nombre assez important de ménages ont quitté Bruxelles vers ces zones, principalement Hal-Vilvorde et depuis progressivement Nivelles, sans pour autant abandonner leur emploi à Bruxelles. Des statistiques plus fines seraient nécessaires pour vérifier ces hypothèses, elles ne sont malheureusement disponibles que lors des recensements décennaux25.

69Si depuis 1961, la part énorme de la Flandre dans les migrants journaliers vers Bruxelles diminue pour reprendre quelque peu en 1977, c’est principalement dû à l’urbanisation progressive, mais intense de la région de Rhode-Saint-Genèse et Waterloo.

70Pour donner un exemple précis, plus de 50 % de la population active de Waterloo travaille à Bruxelles ; parmi ceux-ci, on compte 60 % d’employés.

  • 26 SOBEMAP, Prévision de la demande de déplacements en transports en commun dans l’agglomération brux (...)

71Cette navette quotidienne de plus de 260.000 personnes ne manque pas de provoquer des goulets d’étranglement au niveau du transport. Lors du recensement de 1970, la majorité de ces migrants utilisaient les transports en commun (train, tram, bus). Or, il semble que d’après l’enquête menée par la SOBEMAP en 197426, les proportions ont tendance à s’inverser au profit du transport privé : la voiture, soit comme conducteur ou passager, ainsi que la moto. D’après les chiffres que nous pouvons ressortir du micro-recensement d’avril 1977 publié par l’I. N. S., il semble que ce mouvement se confirme et que les moyens de transport privés deviennent majoritaires.

72Ainsi, environ 600.000 voitures circulent quotidiennement dans l’agglomération, la moitié pénétrant le Pentagone en longeant les boulevards de la première ceinture.

73Or, on sait que la voiture est consommatrice d’espace. Ces constatations impliquent pour Bruxelles des difficultés et des coûts au niveau de l’infrastructure d’accueil (autoroutes, voies expresses de pénétration, parking, gares et métro orientés exclusivement vers la périphérie), qui ne se résorbent que très difficilement au détriment de la qualité du cadre urbain, et de l’allocation des ressources financières et du terrain, facteurs rares dans notre région.

74Il nous reste, pour clore cette rapide synthèse des grandes composantes démographiques de l’agglomération bruxelloise, à analyser la qualification des populations actives de Bruxelles et de faire une comparaison avec le Royaume. Les chiffres sont assez surprenants.

TABLEAU 19. Niveau d’étude de la population active (14 ans au moins et 65 ans au plus)

Niveau d’étude

Bruxelles %

Belgique %

Universitaire

5,3

2,6

Supérieur non-universitaire

3,8

3,2

Artistique

0,8

0,4

Normal inférieur

1,9

2,1

Technique secondaire supérieur

4,1

4,2

Technique secondaire inférieur

5

8,6

Humanités

6,9

4,6

Humanités inférieures

7,6

6,2

Sans diplôme (primaire)

64,6

68

Total

100

100

Absolu

634.147

5.592.381

Source : I. N. S., Recensement de la population au 31-12-1970, 1975.

CHAPITRE VI. La qualification de la population active dans la région bruxelloise

75Au moment où Bruxelles s’interroge sur son avenir en tant qu’économie régionale, il peut être utile d’essayer de déterminer la qualification de sa main d’œuvre ou de sa population potentiellement active.

  • 27 Nous sommes conscients qu’une multitude d’autres variables interviennent.
  • 28 Les derniers chiffres utilisables sont ceux de 1970. Notons que le micro-recensement de 1977 donne (...)

76Les divers recensements, dont le dernier date de 1970, nous fournissent des chiffres sur une des variables explicatives27, à savoir le niveau d’étude de nos populations. Nous vous livrons les chiffres sans trop de commentaires, étant bien entendu que l’analyse mérite d’être affinée28.

  • 29 II faudrait aussi mesurer l’influence des phénomènes d’urbanisation, de stratification sociale, et (...)
  • 30 Il faut être prudent pour ce genre d’affirmation, mais les corrélations suggèrent ce type d’interp (...)
  • 31 Voir La qualification de la population active dans le Royaume et le Brabant, dans Eco-Brabant, no  (...)

77Les chiffres du tableau no 19 sont surprenants. En effet, à Bruxelles, comme dans l’ensemble du Royaume, il y a plus de 60 % de la population active qui ne possède pas de diplôme ou qui du moins n’a pas achevé ses humanités inférieures. De plus, si l’on part de l’hypothèse que les études de niveau universitaire, supérieur non universitaire et humanités sont des études qui accentuent une formation « intellectuelle » et dont les débouchés sont en rapport avec cette formation, on ne sera pas étonné de constater que la moyenne des Bruxellois soit plus élevée que celle du Royaume, puisque l’offre au niveau du tertiaire (majorité d’emplois intellectuels) est supérieure dans notre capitale29. L’inverse se vérifie aussi puisque les seuls niveaux d’étude pour lesquels Bruxelles ne dépasse pas le Royaume sont les techniques secondaires supérieures et inférieures, ainsi que le normal inférieur, niveaux qui accentuent plus une formation de type « manuel » axée vers le secteur secondaire3031.

  • 32 Malgré les promesses de l'I. N. S., les chiffres par arrondissement ne sont pas disponibles. Ainsi (...)

78Or, selon toute évidence, ce secteur est en régression dans notre capitale. Les estimations pour le Royaume en 1977 viennent d’être publiées. D’après les premiers calculs, la situation semble évoluer vers une élévation du niveau d’étude de sa population. En effet, le nombre de sans diplôme a tendance à diminuer fortement puisqu’il passe de 68 % à 55 %, le nombre d’universitaires ou assimilés passant de 2,6 % à 4,2 %32.

  • 33 Dans la population de référence, les femmes sont légèrement plus nombreuses que les hommes !

79Ajoutons enfin que si nous avions ventilé les chiffres selon le sexe, on se serait vite aperçu que la population féminine est moins diplômée que la population masculine. Actuellement, sur les 4,2 % d’universitaires, il y a 1,2 % de femmes et sur les 55 % de sans diplôme, il y a 30,5 % de femmes33. Il faut ajouter que les femmes comblent le retard plus rapidement que les hommes.

Conclusions

80Il y a de multiples façons de présenter les diverses composantes démographiques d’une population donnée, il y a plusieurs degrés possibles dans la complexité ou la précision de l’analyse, comme il y a certainement un choix à opérer dans la pertinence des variables explicatives. Sans rechercher le but de « tout dire ou écrire », nous avons voulu donner un aperçu global de quelques composantes démographiques, et au-delà de la précision toute relative de certains chiffres, attirer l’attention du lecteur sur certains mouvements spécifiques importants pour notre capitale, ou ce qui probablement deviendra notre région.

81Nous avons pris comme base spatiale de référence les 19 communes formant l’agglomération bruxelloise.

82Les raisons de ce choix sont simples, d’une part que ce soit au niveau politique ou administratif lorsqu’on parle de la région bruxelloise, on fait immanquablement référence aux 19 communes, d’autre part, il s’agit plus simplement des limites spatiales que nous nous sommes imposées dans le cadre de notre recherche générale. Limiter Bruxelles aux 19 communes lorsqu’on parle d’une région bruxelloise au sens sociologique, démographique, voire économique, coïncide-t-il avec une réalité objective ? Question délicate à soulever à l’heure où les susceptibilités régionales sont vite froissées, provoquant des blocages institutionnels dangereux. Pourtant dans les différentes variations démographiques que nous avons observées, nous pouvons remarquer des corrélations étroites entre les dix-neuf communes et une zone suburbaine inclue dans les arrondissements de Hal-Vilvorde et Nivelles.

  • 34 R. MOLS, La périphérie bruxelloise, Jalons statistiques pour aider à sa délimitation, dans Bulleti (...)
  • 35 B. JOURET, op. cit.
  • 36 Ainsi, pour donner un exemple précis, B. JOURET définit un groupe de 61 communes (19 + 42) comme p (...)

83Ainsi donc, les 19 communes constitueraient une zone de mouvance pour une partie de son « hinterland », comme jadis le pentagone pour les communes de la première, puis de la deuxième couronne. Trois études qui font autorité abondent dans ce sens34 ; la méthode employée par un de ces chercheurs pour vérifier cette hypothèse de périurbanisation est simple35 : prenant les premières communes constitutives de Bruxelles, il choisit arbitrairement autour de celles-ci une zone de mouvance composée de x communes en périphérie. Ensuite, il détermine un certain nombre de critères représentatifs selon lui des phénomènes d’urbanisation ou d’agglomération ; enfin, à l’aide de techniques statistiques assez élaborées, chaque commune est testée suivant chaque critère et, d’après les réponses sur des groupes ou l’ensemble des critères, elles sont classées comme participant ou ne participant pas à l’agglomération bruxelloise. La part donnée aux critères purement démographiques est importante et l’on peut regretter l’absence ou du moins la pauvreté de critères proprement économiques36.

  • 37 D’après les prévisions du C. E. R. B., le taux d’activité des populations belges bruxelloises aura (...)

84Nonobstant ce problème d’une définition optimale de l’agglomération bruxelloise, nous avons relevé des données relatives aux populations des dix-neuf communes des chiffres qui n’augurent pas du meilleur. Ainsi s’il faut rendre l’avenir possible, il y a lieu de briser l’évolution de certaines courbes. En effet, nous l’avons montré, les populations bruxelloises diminuent et vieillissent suite à une balance migratoire négative et des taux de mortalité et de natalité défavorables. Si les effets en sont quelque peu atténués, c’est grâce aux populations étrangères. Malgré tout, cet afflux de population étrangère ne manque ou ne manquera pas de poser des problèmes d’intégration et d’emploi, comme nous l’avons signalé37.

  • 38 Le pessimisme qui se dégage de certaines données générales doit évidemment être tempéré ; il y a d (...)

85Nous avons ensuite abordé de manière très générale les problèmes d’emploi et de chômage. Là encore, les chiffres sont alarmants. L’hypertrophie du tertiaire et l’étouffement progressif du secondaire sont des données fondamentales du déséquilibre structurel de notre économie régionale. De plus, le taux d’activité et de chômage ne stimule certainement pas un optimisme béat. S’il n’y a pas de situations désespérées, il y a un ensemble de données qui demandent au moins qu’on prenne conscience de certaines impasses38.

  • 39 Ainsi, si une voie expresse favorise la fonction économique, elle diminue la fonction d’habitat.

86Nous avons terminé par le problème des migrations alternantes qui, nous l’avons vu, sont importantes pour l’agglomération. Importantes en valeur absolue, mais importantes aussi au vu des problèmes d’aménagement et de planification qu’il suscite, et des cercles vicieux qu’il propose39. Les revendications accrues des comités de quartier et l’éclosion de mouvements sociaux urbains sont le reflet de certains blocages profonds qu’il s’agit d’étudier et d’améliorer.

87Ainsi, nous le sentons, tout est structurellement lié ; la ville est un système. L’amélioration des performances d’une économie régionale, celle de Bruxelles en l’occurrence, renvoie à des données démographiques qui, elles, renvoient à des problèmes plus concrets encore, à savoir ceux de l’aménagement du territoire et de la planification urbaine qui sont intimement liés.

Notes

1 Vers 1800, la ville de Bruxelles était enfermée dans ses remparts en forme de cœur, ou de pentagone. Durant la période française, on en commença la démolition, pour les remplacer par les boulevards connus aujourd’hui sous le nom de petite ceinture.

2 B. JOURET, Définition spatiale du phénomène urbain bruxellois. Éditions de l’U. L. B., Bruxelles, 1972.

3 R. MOLS, Croissance de Bruxelles, sa population dans Reflets et Perspectives de la vie économique, t. V, no 4, juillet-août 1966.

4 Les terribles famines de Flandre en 1845 et les crises dans la région du Hainaut provoquèrent un afflux considérable de population des campagnes vers les villes.

5 Pour mémoire : Bruxelles, Saint-Josse, Schaerbeek, Molenbeek-Saint-Jean, Ixelles, Etterbeek, Anderlecht, Uccle et Saint-Gilles.

6 Le port de Bruxelles était et est encore le port intérieur le plus actif en Belgique.

7 Cette remarque est importante, mais dans notre étude, nous nous limiterons aux dix-neuf communes qui forment pour l’instant la région bruxelloise.

8 L. DAEMS et D. VAN WYNSBERGHE, Composantes régionales de l’accroissement de la population, dans Eco-Brabant, no 17, mars 1978, pp. 3-9.

9 Les taux de Flandre et Wallonie sont calculés par l’addition des taux de chaque province qui les compose.

10 Bruxelles est en réalité du moins juridiquement une zone bilingue.

11 Le déménagement des Facultés francophones à Louvain-la-Neuve jouera un rôle non négligeable.

12 Hal-Vilvorde et Nivelles.

13 L’école de sociologie urbaine de Chicago a publié divers travaux qui abondent dans ce sens.

14 Le volet linguistique du recensement est impossible à introduire depuis 10 ans.

15 R. MOLS, Croissance de Bruxelles, sa population, dans Reflets et perspectives de la vie économique, tome V, no 4, 1966, pp. 228-229.

16 Les inscriptions dans les vieilles églises ou sur les pierres tombales sont significatives.

17 Signalons que la bourgeoisie foncière est encore à cette époque la plus puissante à Bruxelles.

18 L’extension du « Nederlandse onderwijs » à Bruxelles n’est pas étrangère à cette modification de la structure linguistique.

19 Signalons que dans une étude récente du C.E.R.B., sur les 32.663 établissements recensés à Bruxelles, il n’y en a que 4.223 où sont réalisées des activités proprement industrielles, soit 13 %, dans Eco-Brabant, no 20, décembre 1978.

20 Il convient cependant d’être extrêmement prudent dans la mesure où l’octroi du statut statistique d’employé ou d’ouvrier correspond au type de rémunération. Un travailleur qui est payé mensuellement sera considéré comme employé alors qu’un travailleur payé hebdomadairement ou bihebdomadairement sera considéré comme un ouvrier. Or, la tendance actuelle est à la mensualisation de toutes les rémunérations via des organismes financiers.

21 Les conditions d’accès aux zonings gérés par la S.D.R.B. sont significatives : 1) secteur industriel et/ou quaternaire non polluant + activité de recherche si possible ; 2) haute valeur ajoutée en rapport avec l’emploi.

22 Lorsque nous parlons de taux de chômage, nous désignons le résultat du rapport entre le nombre total de chômeurs complets indemnisés et le nombre de travailleurs effectivement assurés contre le chômage.

23 Bien plus inquiétant semble le fait que les investissements réalisés ces dernières années sont plus des investissements de rationalisation que d’expansion.

24 Voir, I. N. S., Micro-sondage, avril 1977.

25 Le lecteur soucieux de vérifier ces hypothèses pour l’année 1970 lira avec intérêt les différentes études publiées par le C. E. R. B. dans sa revue Eco-Brabant sur les données de recensement de 1970 publiées par l'I. N. S.
W. VAN HOORICK, Le Brabant dans le recensement : oit travaillent les Bruxellois ?, dans Eco-Brabant, no 9, décembre 1975, pp. 27-33.
W. VAN HOORICK, Le Brabant dans le recensement : oit travaillent les habitants de l’arrondissement de Louvain ?, dans Eco-Brabant, no 10, mars 1976, pp. 19-29.
W. VAN HOORICK, Le Brabant dans le recensement : où travaillent les habitants du Brabant wallon i, dans Eco-Brabant, no 13, décembre 1976.
J. DE BRUYNE et W. VAN HOORICK, Le Brabant dans le recensement : où travaillent les habitants de Hal-Vilvorde ?, dans Eco-Brabant, no 11-12, juillet-septembre 1976, pp. 35-43.

26 SOBEMAP, Prévision de la demande de déplacements en transports en commun dans l’agglomération bruxelloise, à l’horizon 1985, étude commandée par la S. T. I. B., Bruxelles, 1974.

27 Nous sommes conscients qu’une multitude d’autres variables interviennent.

28 Les derniers chiffres utilisables sont ceux de 1970. Notons que le micro-recensement de 1977 donne des estimations pour l’ensemble du pays, mais les comparaisons sont souvent rendues difficiles par le changement de nomenclature.

29 II faudrait aussi mesurer l’influence des phénomènes d’urbanisation, de stratification sociale, et d’infrastructure scolaire.

30 Il faut être prudent pour ce genre d’affirmation, mais les corrélations suggèrent ce type d’interprétation.

31 Voir La qualification de la population active dans le Royaume et le Brabant, dans Eco-Brabant, no 13, décembre 1976.

32 Malgré les promesses de l'I. N. S., les chiffres par arrondissement ne sont pas disponibles. Ainsi pour Bruxelles, nous restons dans l’ignorance, tout au plus pouvons-nous affirmer que les écarts par rapport à 1970 ont évolué en parallèle avec le Royaume.

33 Dans la population de référence, les femmes sont légèrement plus nombreuses que les hommes !

34 R. MOLS, La périphérie bruxelloise, Jalons statistiques pour aider à sa délimitation, dans Bulletin de la Société belge d’étude géographique, t. XXXVIII, 1969, pp. 183-252.
B. JOURET, Définition spatiale du phénomène urbain bruxellois, éditions de l’Université de Bruxelles, Bruxelles, 1972.
A. M. BOGAERT-DAMIN et L. MARECHAL, Bruxelles, développement de l’ensemble urbain (1846-1961), analyse historique et statistique des recensements, Presses Universitaires de Namur, 1978.

35 B. JOURET, op. cit.

36 Ainsi, pour donner un exemple précis, B. JOURET définit un groupe de 61 communes (19 + 42) comme participant au phénomène urbain bruxellois. Sur les 14 critères testés, il y en a 13 qui sont des variables proprement démographiques, le dernier étant le nombre de maisons unifamiliales par rapport au nombre total de logements.

37 D’après les prévisions du C. E. R. B., le taux d’activité des populations belges bruxelloises aura tendance à s’améliorer, mais celui des étrangers à diminuer.

38 Le pessimisme qui se dégage de certaines données générales doit évidemment être tempéré ; il y a des secteurs en expansion à Bruxelles. Le but de notre centre d’études est justement, à travers un diagnostic des P. Μ. E., de proposer des alternatives.

39 Ainsi, si une voie expresse favorise la fonction économique, elle diminue la fonction d’habitat.

Table des illustrations

Titre Évolution spatiale de l’agglomération bruxelloise (fond de carte : projet de plan de secteur de Bruxelles)
URL http://books.openedition.org/pusl/docannexe/image/8546/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 334k
Titre TABLEAU 1. Évolution quantitative de la population bruxelloise
Légende Source: I. N. S., Rapports annuels, 1947-1979.
URL http://books.openedition.org/pusl/docannexe/image/8546/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 243k
Titre TABLEAU l (suite)
Légende Source: I. N. S., Rapports annuels, 1947-1979.
URL http://books.openedition.org/pusl/docannexe/image/8546/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 238k
Titre TABLEAU 2. Évolution quantitative de la population totale et étrangère des dix-neuf communes bruxelloises
Légende Source: I. N. S., Rapports annuels, 1961 à 1979.T : Total.E : Étrangers.
URL http://books.openedition.org/pusl/docannexe/image/8546/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Titre TABLEAU 2 (suite)
Légende Source : I. N. S., Rapports annuels, 1961 à 1979.T : Total.E : Étrangers.
URL http://books.openedition.org/pusl/docannexe/image/8546/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 334k
Titre TABLEAU 3. Variation de la population totale de Bruxelles
Légende Source: I. N. S., Rapports annuels, 1964 à 1979.
URL http://books.openedition.org/pusl/docannexe/image/8546/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 54k
Titre TABLEAU 4. Pyramide d’âge de la population totale bruxelloise au 1er janvier 1977
Légende Source : I. N. S., Rapport annuel, 1977.
URL http://books.openedition.org/pusl/docannexe/image/8546/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Titre TABLEAU 5. Région de naissance des habitants de Bruxelles (%)
Légende Source : I. N. S., Recensement de la population au 31-12-1970, Tome III, 1975.
URL http://books.openedition.org/pusl/docannexe/image/8546/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 94k
Titre TABLEAU 6. Taux de natalité interrégional des Belges et des étrangers (recensement de 1970)
URL http://books.openedition.org/pusl/docannexe/image/8546/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Titre TABLEAU 7. Taux de mortalité interrégional des Belges et des étrangers (recensement de 1970)
Légende Source : Eco-Brabant, no 17, mars 1978.Taux moyen : le rapport du nombre total de naissances sur le total des habitants.Taux net : si l’on veut éliminer les effets dus à la structure d’âge, on peut les effacer en calculant les taux par catégorie d’âge et en les additionnant. (L’analyse utilise des intervalles de cinq en cinq ans).
URL http://books.openedition.org/pusl/docannexe/image/8546/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 171k
Titre TABLEAU 8. Taux d’émigration interne de la population belge et étrangère (recensement de 1970)
Légende Source : Eco-Brabant, no 17, mars 1978.
URL http://books.openedition.org/pusl/docannexe/image/8546/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 173k
Titre TABLEAU 9. Taux d’émigration interrégionale de la population belge (recensement de 1970)
URL http://books.openedition.org/pusl/docannexe/image/8546/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre TABLEAU 10. Taux d’émigration interrégionale de la population étrangère (recensement de 1970)
Légende Source : Eco-Brabant, no 17, mars 1978.
URL http://books.openedition.org/pusl/docannexe/image/8546/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre TABLEAU 11. Taux d’émigration externe des Belges et des étrangers (recensement de 1970)
Légende Source : Eco-Brabant, no 17, mars 1978.
URL http://books.openedition.org/pusl/docannexe/image/8546/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Titre TABLEAU 12. Répartition des étrangers d’après les nationalités
Légende Source : I. N. S., Recensement de la population au 31-12-1970, 1975.
URL http://books.openedition.org/pusl/docannexe/image/8546/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre TABLEAU 14. Évolution quantitative de l'emploi dans la région bruxelloise (sauf indépendants), 1970, 1972, 1974, 1976, 1978
Légende Source: sur base, O.N.S.S., Rapports annuels, 1970, 1972, 1974, 1976, 1978.
URL http://books.openedition.org/pusl/docannexe/image/8546/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 154k
Titre TABLEAU 15. Évolution quantitative des indépendants dans la région bruxelloise (1972, 1974, 1976, 1978)
Légende Source: sur base, I. N. A. S. T. I., Rapports annuels, 1972, 1974, 1976, 1978.
URL http://books.openedition.org/pusl/docannexe/image/8546/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre TABLEAU 16. Évolution de l’emploi à Bruxelles selon le statut du travailleur
Légende Source : O. N. S. S., Rapports annuels, 1974, 1975, 1976.
URL http://books.openedition.org/pusl/docannexe/image/8546/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 82k
Titre TABLEAU 17. Évolution du chômage dans la région bruxelloise. Comparaison avec le Royaume (absolu et taux de chômage, ventilation selon le sexe)
Légende Source : sur base O. N. Em., Statistiques anneulles des chômeurs complets indemnisés, 1974, 1975, 1976, 1977, 1978, 1979. Les chiffres entre parenthèses sont ceux du Royaume.
URL http://books.openedition.org/pusl/docannexe/image/8546/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 143k
Titre TABLEAU 18. Migrants alternants (navetteurs) entrant dans Bruxelles (comparaison 1961, 1970, 1977)
Légende Source: sur base I. N. S., Recensement de la population au 31-12-1961 et 31-12-1970, et Micro-sondage, avril 1917.
URL http://books.openedition.org/pusl/docannexe/image/8546/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 160k

Auteur

Chercheur au Séminaire d’Économie et de Droit de l’Entreprise des Facultés universitaires Saint-Louis.

© Presses de l’Université Saint-Louis, 1980

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540