Version classiqueVersion mobile

Le duc de Saint-Simon

 | 
Alphonse De Waelhens

Seconde partie

Chapitre XIII. Le témoin « qui ne fut de rien »

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

La vie de Saint-Simon pose, parmi beaucoup d’autres, un problème dont le caractère paradoxal frappe aussitôt. C’est celui de sa totale absence de la vie politique réelle, celui de son refus de toute charge comportant une responsabilité effective. Or, nous le voyons constamment critiquer, et avec la plus grande sévérité, Louis XIV qu’il accuse d’écarter systématiquement la noblesse des affaires publiques — le Roi avait pour cela ses raisons. Se faire tuer à la guerre ou s’abrutir à la cour est la seule alternative que le souverain offre aux nobles. Il tonne contre ceux d’entre eux, pratiquement tous, qui acceptent de jouer ce jeu. « N’être de rien » est pour lui une expression où éclate le mépris le plus total. Qu’il ait eu, au temps du Roi, à ronger furieusement son frein n’a pas de quoi surprendre. Perpétuellement au bord de la disgrâce explicite, il n’avait rien à attendre et n’attendait rien. Il avait très prématurément donné sa démission d’officier, ce que Louis XIV ne pardonnai...

© Presses de l’Université Saint-Louis, 1981

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search