Version classiqueVersion mobile

Le duc de Saint-Simon

 | 
Alphonse De Waelhens

Seconde partie

Chapitre XII. Le renversement manichéen

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

La lecture des Mémoires apporte au lecteur plus d’une surprise. Il en est une au moins que nous voulons retenir et tenter d’élucider. On ne peut manquer d’être frappé que tous ceux auxquels Saint-Simon — et il s’agit presque exclusivement d’hommes — voue admiration, attachement ou amitié, sont affligés dans leur très proche parenté d’un personnage d’une parfaite noirceur qui constitue comme l’image en miroir, inversée, de l’ami ou du héros. Le plus souvent, mais pas toujours, le « repoussoir » se situe dans la génération suivante.

Le Chancelier Pontchartrain et son fils en fournissent l’exemple parfait. Le père est, selon Saint-Simon, paré de toutes les grâces du cœur et de l’esprit. Le mémorialiste se sent lié à lui d’une amitié égale et parfaite. Le Chancelier est l’une des rares personnes dont Saint-Simon accepte et nous rapporte les critiques et reproches1 qu’il peut avoir à en subir. Plus d’une fois, Pontchartrain lui dira sans ménagement qu’il est incapable d’écouter, qu’il sui...

© Presses de l’Université Saint-Louis, 1981

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search