Version classiqueVersion mobile

Le duc de Saint-Simon

 | 
Alphonse De Waelhens

Seconde partie

Chapitre X. Le regard et le temps

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Qu’il y ait dans la pensée et dans la personne de Saint-Simon un rapport très particulier au regard et au temps, c’est ce que nous allons essayer de montrer.

Il est essentiel, pour le comprendre, de scruter la nature et le pouvoir, à la vérité fort étranges, que Saint-Simon confère au regard. Même si, des Mémoires, on n’a retenu que nos seules citations, on se rendra compte (nous avons souligné le fait à maintes reprises et non sans intention) que des expressions telles que « je le regardai fixement », « je le regardai jusqu’au fond de l’âme », « je le transperçai du regard », et mille autres semblables, foisonnent. Nous n’allons pas ici accumuler les textes : ceux qu’on connaît déjà sont assez éloquents. Mais le regard ne se borne pas à fixer, à sonder ; encore il dévore : « attentif à dévorer l’air de tous », écrit-il de lui-même, en relatant l’avant-séance au cours de laquelle le Parlement eut à enregistrer la rétrogradation des bâtards, scène et texte sur lesquels nous aurons à r...

© Presses de l’Université Saint-Louis, 1981

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search