Version classiqueVersion mobile

Le duc de Saint-Simon

 | 
Alphonse De Waelhens

Première partie

Chapitre VIII. L’amitié de « l’unique »

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Les rapports étranges, tumultueux et fervents qui se nouèrent entre Saint-Simon et Philippe d’Orléans livrent quelques clefs essentielles à qui veut comprendre Saint-Simon. Curieusement, peu d’auteurs s’en· sont avisés. Un seul exemple : l’article que l’Encyclopaedia Universalis consacre au duc ne mentionne même pas le nom de Philippe, sauf pour nous dire que Saint-Simon « glisse sur la lubricité du Régent »1, ce qui de surcroît est faux. Saint-Simon ne nous laisse rien ignorer de cette « lubricité », la déplore souvent s’il n’en décrit que rarement un épisode concret. Ce qu’expliquent, d’une part, une certaine gêne de Saint-Simon en la matière (qui n’existe pas pour les épisodes scatologiques les plus scabreux) et aussi le fait qu’il s’est toujours refusé à prendre part aux débauches de son ami2. Voici, entre cent, un texte où il prend grand soin de marquer ses distances. Il s’agit des « roués », terme par lequel Philippe désignait cyniquement ses compagnons de soirée. Ce sont gens...

© Presses de l’Université Saint-Louis, 1981

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search