Version classiqueVersion mobile

Le duc de Saint-Simon

 | 
Alphonse De Waelhens

Première partie

Chapitre VII. L’amitié et les femmes

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Le titre de ce chapitre fait certes question, question qu’on va s’efforcer d’élucider.

La plus superficielle lecture de Saint-Simon révèle à chacun que l’amitié a pour lui la force de la plus vive passion. Elle est, pour commencer, indépendante de la « qualité » de l’ami, et donc d’autant plus pure qu’à cette « qualité » Saint-Simon est, par ailleurs, on ne peut plus sensible. Après la disgrâce du ministre Chamillart (dont Saint-Simon était loin de surestimer les talents, celui de jouer au billard lui ayant toujours paru être la principale source de la fortune du personnage)1, disgrâce qui fut entièrement l’œuvre de Mme de Maintenon, ce qui fait retentir pour lui un signal d’alarme d’autant plus perçant que Saint-Simon (cela ne changera jamais) est au plus mal avec « la fée » ; Chamillart, donc, est invité à La Ferté : « J’essayai... de le recevoir bien mieux que s’il eût été encore en place et en faveur »2. Et même, il va lui rendre visite à Courcelles : « Ce n’est pas qu’on ne fît ...

© Presses de l’Université Saint-Louis, 1981

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search