Version classiqueVersion mobile

Le duc de Saint-Simon

 | 
Alphonse De Waelhens

Première partie

Chapitre V. La descendance sans descendants

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Ces pages seront pénibles. Pénibles par les réalités dont elles sont faites ; pénibles par la cuirasse de mépris et de dureté, à l’abri de laquelle Saint-Simon se’s’efforce de débrider, tant soit peu, la plaie narcissique que fut pour lui sa descendance.

La première tactique est celle de l’évitement et du silence. Ensemble, les trois naissances ne couvrent pas dix lignes des Mémoires. Pour la fille, c’est le plus extrême laconisme. Relatant la mort du père de Mme de Saint-Simon, il ajoute incidemment : « elle [Gabrielle] était en même temps heureusement accouchée de ma fille »1. Sachant ce qu’il dira plus tard de cette fille, on n’exagère pas en commentant qu’un deuil s’associe pour lui à un autre deuil. Il est à peine plus prolixe pour l’ainé des fils, dont à l’époque, la naissance a pourtant dû le combler de joie. « Le 29 mai (1698) dans la matinée, Mme de Saint-Simon accoucha fort heureusement, et Dieu nous fit la grâce de nous donner un fils. Il porta, comme j’avais fait, le nom ...

© Presses de l’Université Saint-Louis, 1981

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search