Version classiqueVersion mobile

Le duc de Saint-Simon

 | 
Alphonse De Waelhens

Première partie

Chapitre III. Les projets de mariage : un « beau-père » époux

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Nous le savons déjà, après la première campagne de Saint-Simon, sa mère, qui pensait au duché, insista pour qu’il se mariât. Il n’y éprouve pas, quoique tout « jeune », trop de « répugnance » et « il fut donc fort question de cette grave affaire entre elle et moi ». Mais il veut se marier à son gré, déterminé seulement à rejeter toute « mésalliance » à fins financières.

Ce projet ne manquait certes pas de motivations mondaines, et fort valables. Saint-Simon les résume en deux phrases : « Je me sentais fort esseulé dans un pays où le crédit et la considération faisaient plus que tout le reste »1.

« Sans oncles ni tantes, ni cousins germains, ni parents proches, ni amis utiles de mon père et de ma mère, si hors de tout par leur âge, je me trouvais extrêmement seul » (1).

Pour effacer cet être « hors de tout » ou ce « n’être de rien », qui est pour Saint-Simon un supplice, c’est au duc de Beauvillier qu’il va s’adresser. Celui-ci est ministre et même, selon les critères de Saint-Simon, le...

© Presses de l’Université Saint-Louis, 1981

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search