Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Bonnes mœurs, discours pénal et rationalité juridique

 | 
François Ost
, 
Michel Van de Kerchove

Chapitre III. Le concept d’outrage public aux bonnes mœurs, révélateur d’une anthropologie

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Les décisions qui mettent en œuvre le concept d’outrage public aux bonnes mœurs traduisent une conception de l’homme que nous nous proposons de mettre en lumière. Cette conception s’enracine profondément dans l’humanisme occidental le plus classique ; ceci devrait expliquer le caractère quelque peu « évident » des développements qui suivent.

Notre propos, ici encore, est limité : il s’agira de dégager l’anthropologie qu’exprime, le plus souvent explicitement, les décisions de justice et, accessoirement, les travaux préparatoires et la doctrine. Il ne sera donc point question de dégager et de critiquer tous les implicites anthropologiques que véhiculent les diverses figures de délinquants ou déviants sexuels d’une part, de censeurs des mœurs d’autre part.

Une anthropologie cartésienne

La conception de l’homme au nom de laquelle s’exerce la répression des outrages aux bonnes mœurs est d’ordre platonicien ou cartésien. Il s’agit d’un homme dualiste, partagé entre le corps et l’esprit, la ...

© Presses de l’Université Saint-Louis, 1981

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540