Version classiqueVersion mobile

Psyché

 | 
Sophie Klimis
, 
Laurent Van Eynde

Avant-propos

Texte intégral

1Le présent volume regroupe les textes des communications présentées lors des Secondes Journées Castoriadis, tenues aux Facultés universitaires Saint-Louis les 27 et 28 avril 2006. Après « Imaginaire et création historique », cette seconde édition des Journées Castoriadis a été consacrée aux questions articulées autour de la psyché. Tout au long de son œuvre, Castoriadis n’a pas cessé de s’affronter à la question de l’âme, nourrissant sa réflexion de la discussion théorique des grands textes philosophiques, psychanalytiques et poétiques, mais aussi de sa propre pratique d’analyste. Dès lors, nous avons souhaité à la fois rendre compte de l’ampleur du chantier conceptuel ouvert par Castoriadis sous le titre emblématique de psyché, mais aussi le mettre en discussion, en montrant les tensions et les difficultés qui jalonnent le projet de penser l’âme. Dans le même esprit que les précédentes, ces Journées Castoriadis ont prolongé le dialogue entre spécialistes de l’œuvre de Castoriadis et spécialistes du champ investigué en fonction de quatre axes de recherche :

  1. Réfléchir la place centrale accordée à la question de l’âme dans l’ensemble de la tradition philosophique.
  2. Repenser la question du sujet et son rapport à celles de l’individu et de la société à la lumière des analyses que Castoriadis leur consacre, en réponse aux attaques lancées contre le sujet et la subjectivité par les plus grands noms de la philosophie française des années d'après-guerre.
  3. Examiner de façon critique le rapport de Castoriadis à la psychanalyse : des concepts tels que ceux de « monade psychique » ou encore de « niveaux d’être du pour soi » sont-ils avant tout des élaborations philosophiques, ou ont-ils aussi une effectivité pratique dans la cure ? Comment Castoriadis se positionne-t-il, en tant que philosophe, par rapport aux grandes figures de la psychanalyse, et relativement au débat quant à savoir si la psychanalyse est une science ou une mythologie ? Qu’entend-il exactement par le qualificatif de « practico-poiétique » appliqué à la cure ?
  4. Situer le questionnement relatif à la psyché par rapport à l’ensemble de la philosophie de Castoriadis. Depuis ses développements relatifs à la phantasia dans le traité De l’Âme d’Aristote, jusqu’à sa description de la monade psychique comme prise dans une activité de pure phantasmatisation, les liens entre la psyché et l’imagination sont évidents, tout en demandant à être élucidés sur certains points. De même, la place centrale que Castoriadis accorde à la cure dans son projet d’autonomie individuelle et collective peut sembler surprenante. Or, rappelons que soigner, éduquer et gouverner sont les « trois métiers impossibles » selon Freud. Cette apparente boutade, Castoriadis l’a prise très au sérieux : la psychanalyse, la politique et la pédagogie sont pour lui les seules activités humaines dont l’ergon n’est pas l’actualisation d’une potentialité « naturelle » pré-existante, mais l’actualisation d’une puissance au deuxième degré, d’un pouvoir pouvoir être, qui est celui de l’auto-création humaine. Il nous semble donc que la pratique analytique de Castoriadis a joué un rôle central dans son travail de conceptualisation philosophique.

© Presses de l’Université Saint-Louis, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search